Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Chap 11 Finance Et StratéGie

995 views

Published on

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Chap 11 Finance Et StratéGie

  1. 1. Chapitre 17 – Finance et stratégie Plan Ø Les fusions et acquisitions Ø Les filialisations Ø Les investissements dans options réelles 1Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  2. 2. Les fusions et acquisitions Ø Acquisition = prise de contrôle d ’une société par une autre. Ø Fusion = rassemblement de deux sociétés qui n ’en font plus qu ’une. Ø Raisons Ø Synergies Ø Réduction d ’impôts Ø Décotes sur les marchés financiers Ø Diversification ? 2Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  3. 3. Les fusions et acquisitions pour se diversifier ? Ø Avant fusion, Possibilité d ’acquérir les 2 actions avec la répartition souhaitée. Ø Après fusion, En l ’absence d ’autres gains, la société résultante vaut moins que la somme des valeurs des deux sociétés initiales : la fusion a un prix. Ø Fusionner pour se diversifier Ø Coût supplémentaire Ø Pas d ’assurance de nouveaux gains Ø Réduction des opportunités d ’investissement sur le marché 3Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  4. 4. Les filialisations (spinoffs) Ø Création d ’une société distincte pour le développement d ’une activité Activité dont la société principale souhaite se dégager. Exemple La société Hétérozygote a deux divisions, avec des actifs de 1 milliard d ’euros chacune. Les deux activités ont une corrélation négative parfaite => Hétérozygote a une rentabilité sans risque. Hétérozygote est endettée à LT pour 1 M à 5% (taux sans risque). Hétérozygote veut filialiser une de ces activités. 4Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  5. 5. Filialisations Ø Exemple (suite) Monozygote détient 1 M d ’actifs et 0.5 milliard de la dette d ’Hétérozygote. La valeur des actifs des 2 sociétés est toujours de 2 milliards d ’euros. La valeur de la dette a baissé. Cette baisse de valeur vient augmenter la richesse des actionnaires, qui deviennent actionnaires de 2 sociétés moins endettées. Ø Répartition de la dette => Augmentation de la richesse des actionnaires au détriment de celle des créanciers. 5Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  6. 6. Les options réelles Ø Options réelles : options qui portent sur des actifs réels, par opposition à des actifs financiers. Ø Exemples : décisions de lancement, de délai, de développement ou d ’abandon d ’un projet Ø Ressemblance fondamentale avec options d ’achat sur actions: le décideur a le droit mais pas l ’obligation d ’acheter un bien à une date future. => Décomposition de l ’analyse d ’un projet en une suite de décisions => Clarification de l ’incertitude dans l ’évaluation de projets => Méthode d ’évaluation des options réelles par application de la méthode d ’évaluation des calls. 6Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  7. 7. Exemple : arbre de décision Non 0 Oui Réaliser 4 millions le film ? Oui VAN = 4 millions Acheter droits Oui Livre = d ’adaptation succès ? du livre ? Non 0 Non Non Oui Réaliser 0 le film ? - 4 millions VAN = - 4 millions 7Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  8. 8. Options réelles : exemple Ø Impact de l ’incertitude Ø VAN de - 4 millions à 4 millions d ’euros Ø Possibilité pour les décideurs de prendre des décisions futures Ø Une augmentation d ’incertitude sur le projet, augmente sa valeur Ø Part de la valeur des options réelles dans le projet total ? Dépend du projet. 8Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  9. 9. Application de la formule de Black et Scholes Ø Exemple Gros Mangeur envisage de racheter Petit Beurre. Deux sociétés financées par actions, sans dettes: 1 million d ’actions chacune. Petit Beurre vaut 100 millions avec un écart type de sa rentabilité de 0.2. Gros Mangeur propose d ’acheter 100% des actions Petit Beurredans 1 an à 106 millions. Le taux sans risque est de 6%. Si l ’option coûte 6 millions d ’euros, est-ce rentable ? 9Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002
  10. 10. Évaluation des options réelles C = N ( d 1 ) S − N (d 2 ) E × e − rT d1 = ln( S / E) + (r + σ 2 / 2)T où : σ T C = prix du call d 2 = d1 − σ T S = cours de l’action E = prix d’exercice de l’option r = taux sans risque (taux de rendement annuel – TRA – d’un actif sans risque de même échéance que l’option) T = durée jusqu’à l’échéance de l’option, en années σ = écart-type du taux de rentabilité annuel (en continu) de l’action L ’option vaut 8 millions . La VAN est de 2 millions. Le projet est intéressant. Si le projet n ’implique pas d ’option d ’achat explicite mais inclut une option réelle : VAN traditionnelle = Valeur actuelle du projet à échéance - coût total du projet 10Bodie Merton Thibierge - Chapitre 17 http://www.escp-eap.net/publications/bmt © Christophe Thibierge - 2002

×