Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counseling...
2
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counseli...
3
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counseli...
4
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counseli...
5
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counseli...
6
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counseli...
7
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counseli...
8
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counseli...
9
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counseli...
10
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counsel...
11
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counsel...
12
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counsel...
13
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counsel...
14
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counsel...
15
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counsel...
16
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counsel...
17
Louis Cournoyer, Ph.D., c.o.
Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière
Professeur (counsel...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

COURNOYER ET NGUYEN (2015) Portrait actuel des étudiants en développement de carrière.pdfCournoyer et nguyen (2015) portrait actuel des étudiants en développement de carrière

896 views

Published on

COURNOYER ET NGUYEN (2015) Portrait actuel des étudiants en développement de carrière.pdf

Published in: Career
  • Be the first to comment

COURNOYER ET NGUYEN (2015) Portrait actuel des étudiants en développement de carrière.pdfCournoyer et nguyen (2015) portrait actuel des étudiants en développement de carrière

  1. 1. Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal QUI SONT LES NOUVELLES ÉTUDIANTES, LES NOUVEAUX ÉTUDIANTS EN DÉVELOPPEMENT DE CARRIÈRE? Résultats d’un sondage mené auprès des nouvelles étudiantes et des nouveaux étudiants à leur entrée aux études en développement de carrière à l’automne 2014. Louis Cournoyer Directeur des programmes d’études en développement de carrière Université du Québec à Montréal Hoang Ahn Nguyen Finissante au baccalauréat en développement de carrière Université du Québec à Montréal JANVIER 2015
  2. 2. 2 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION .............................................................................................................. 4 2. CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES ................................................... 5 3. SITUATION PROFESSIONNELLE.................................................................................. 8 4. ASPIRATIONS PROFESSIONNELLES........................................................................... 9 5. PERCEPTION DE SES COMPÉTENCES ...................................................................... 14 6. POINTS SAILLANTS...................................................................................................... 15
  3. 3. 3 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal LISTE DES TABLEAUX Tableau Page 1. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon le sexe..................................................................................................... 5 2. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon l’âge........................................................................................................ 5 3. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon la région d’origine.................................................................................. 6 4. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon la région de résidence............................................................................. 7 5. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon le nombre d’heures travaillées durant les études.................................... 8 6. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon l’exercice d’un emploi en développement de carrière durant les études ............................................................................................................................ 9 7. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon les études en développement de carrière comme premier choix............ 9 8. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon l’intérêt pour différents secteurs d’activités professionnelles.............. 10 9. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon l’intérêt pour différents types de clientèles .......................................... 11 10. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon le salaire annuel minimum attendu.. .................................................... 12 11. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon les principales raisons à poursuivre des études en développement de carrière.......................................................................................................................... 12 12. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon l’autoévaluation de leurs compétences et qualités professionnelles .... 14
  4. 4. 4 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal 1. INTRODUCTION Chaque année, près de 200 adultes décident de s’inscrire dans l’un des deux programmes d’études de premier cycle en développement de carrière offerts à l’Université du Québec à Montréal. À l’automne 2014, 141 nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants ont entrepris un baccalauréat en développement de carrière et 49 ont fait de même pour la majeure. Les programmes d’études en développement de carrière offerts à l’Université du Québec à Montréal visent à former des professionnelles, professionnels de la relation d’aide appliquée à la carrière aptes à œuvrer dans différents secteurs d’activités : établissements d’enseignement secondaire, collégial et universitaire, organismes d’aide à l’emploi, cabinets-conseils et entreprises en recrutement, sélection et formation de personnel, ainsi que des organisations publiques et parapubliques en matière de développement de l’employabilité et de réadaptation professionnelle. Les finissantes, finissants d’un baccalauréat et d’une majeure (lorsqu’elles et qu’ils possèdent préalablement un baccalauréat dans une autre discipline) peuvent aspirer à la poursuite d’études de maîtrise en carriérologie en vue d’être admises, admis ultimement à l’Ordre des conseillers et des conseillères d’orientation du Québec (OCCOQ). Les études en développement de carrière comportent des cours de relation d’aide appliquée à la carrière (counseling de carrière individuel, de groupe et en contexte pluriethnique), de compréhension des principaux modèles de prise de décision et de développement de carrière, d’étude du fonctionnement psychologique de la personne, de stratégies d’intervention spécifiques au développement de carrière (recherche d’emploi, bilan de compétence, reconnaissance et validation des acquis), de sensibilisation aux problématiques socioéconomiques relatives à l’emploi, d’acquisition d’habiletés en recherche scientifique et en psychométrie, ainsi que d’intégration en contexte de pratique professionnelle. Dans le cadre du cours Introduction au développement de carrière (CAR 2901), les nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants ont remplis un sondage portant sur des caractéristiques sociodémographiques, l’expérience du travail pendant les études, les intérêts dirigés vers certains types de milieux et de clientèles, les raisons relatives au choix de poursuivre des études en développement de carrière, ainsi que la perception initiale de certains niveaux de compétences. Ce rapport expose les résultats du sondage et expose en conclusion une série de points saillants.
  5. 5. 5 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal 2. CARACTÉRISTIQUES SOCIODÉMOGRAPHIQUES Les caractéristiques sociodémographiques sondées auprès des étudiantes, étudiants portent sur le sexe, l’âge, la région d’origine et le lieu de résidence pendant les études. Le contenu des différents tableaux descriptifs de ces informations est accompagné de commentaires explicatifs. Tableau 1. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014- 2015, selon le sexe. Sexe Homme Femme 29 (15%) 153 (85%) Reflet d’une tendance présente depuis bien des années d’une profession de plus en plus féminine sur le plan de ses effectifs, les femmes sont très majoritaires (85%) parmi les nouvelles et nouveaux venus en développement de carrière. Tableau 2. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014- 2015, selon l’âge. Catégorie d’âge 18-24 ans 25-29 ans 30-34 ans 35-39 ans 40-44 ans 45 ans et plus 106 (59%) 31 (17%) 22 (12%) 9 (5%) 7 (4%) 5 (3%) La majorité des étudiantes, des étudiants sont âgés de moins de 25 ans. Toutefois, environ quatre nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants sur dix sont âgés de 25 ans et plus, ce qui est une proportion passablement importante. Cela laisse croire qu’une très grande part des étudiantes, des étudiants en sont soit à un deuxième ou un troisième programme d’études universitaires, soit qu’elles, qu’ils ont vécu un processus d’immigration ayant retardé quelque peu leur parcours scolaire, soit qu’elles, qu’ils réalisent un retour aux études suite à une série d’emplois, parfois en lien, parfois sans lien, avec le développement de carrière. Il est à noter que 34% des nouvelles étudiantes et des nouveaux étudiants sont âgés de 25 à 39 ans, puis que 7% ont plus de 40 ans au moment d’entamer leurs études.
  6. 6. 6 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal Tableau 3. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014- 2015, selon la région d’origine. Région d’origine Là où vous avez passé la majorité de votre temps de vie Abitibi-Témiscamingue Outaouais Laurentides Lanaudière Laval Montréal Montérégie Estrie Centre-du-Québec Mauricie Québec Chaudière-Appalaches Saguenay-Lac-Saint-Jean Côte-Nord Bas-Saint-Laurent Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine Ailleurs au Canada Ailleurs dans le monde 2 (1%) 0 (0%) 21 (12%) 18 (10%) 13 (7%) 62 (35%) 32 (18%) 3 (2%) 2 (1%) 1 (1%) 2 (1%) 1 (1%) 2 (1%) 0 (0%) 0 (0%) 1 (1%) 1 (1%) 17 (10%) Plus du tiers des nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en développement de carrière proviennent de l’île de Montréal (35%) et près de la moitié (47%) de sa périphérie (Laval, Laurentides, Lanaudière, Montérégie). Il est à noter que 10% des nouvelles entrantes, nouveaux entrants sont originaires d’un autre pays : France (4), Biélorussie (1), Lettonie (1), Ukraine (1), Moldavie (2), Haïti (1), Sénégal (1), Ouzbékistan (1), Russie (1), Mexique (1), Colombie (1), Maroc (1).
  7. 7. 7 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal Tableau 4. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon la région de résidence. Lieu de résidence actuelle Montréal – Est Montréal – Ouest Montréal – Nord Montréal – Centre-ville Laval Rive-Sud Rive-Nord Lanaudière-Laurentides (hors Rive-Nord) Montérégie (hors Rive-Sud) Autre 32 (18%) 27 (16%) 11 (6%) 26 (15%) 13 (7%) 27 (16%) 6 (3%) 17 (10%) 13 (7%) 2 (1%) Une majorité de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants habitent l’île de Montréal durant leurs études (55%). La vaste Rive-Nord est le lieu de domicile de 20% des étudiantes et des étudiants, la vaste Rive-Sud de 23% d’entre elles, d’entre eux. Il ne semble pas y avoir de grandes différences entre le lieu d’origine et le lieu de résidence actuel pour les étudiantes et les étudiants de la Rive-Nord et de la Rive-Sud de Montréal, alors que celles observées pour l’île de Montréal pour l’accroissement proportionnel sur le plan du lieu de résidence pourraient relever d’un mouvement des personnes provenant de régions plus éloignées ou d’un autre pays.
  8. 8. 8 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal 3. SITUATION PROFESSIONNELLE Les questions relatives à la situation professionnelle des répondantes, des répondants portent sur le nombre d’heures travaillées pendant les études et les antécédents d’emploi en développement de carrière. Le contenu des différents tableaux descriptifs de ces informations est accompagné de commentaires explicatifs. Tableau 5. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014- 2015, selon le nombre d’heures travaillées durant les études. Travail pendant les études : nombre d’heures Sans emploi 10 heures et moins /semaine 11 à 15 heures /semaine 16-20 heures /semaine 21 et plus /semaine 17 (10%) 29 (17%) 41 (23%) 40 (23%) 48 (27%) Neuf étudiantes et étudiants sur dix (90%) travaillent à temps partiel durant leurs études. Une étudiante, un étudiant sur deux (50%) travaille même plus de 15 heures par semaine, voire même plus de 21 heures (27%). Il importe toutefois de noter que les programmes en développement de carrière permettent la poursuite d’études à temps partiel, notamment pour les personnes en emploi qui (probablement) figurent dans le tableau ci-dessus parmi celles travaillant 21 heures ou plus par semaine. Néanmoins, nombre d’étudiantes, d’étudiants (sans données spécifiques disponibles à cet égard) poursuivent des études à temps plein et travaillent un nombre d’heures substantiel, ce qui pourrait présenter une influence notable sur leur disponibilité aux études.
  9. 9. 9 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal Tableau 6. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon l’exercice d’un emploi en développement de carrière durant les études. Exercez-vous présentement un emploi en développement de carrière? Non Oui 160 (90%) 18 (10%) Une faible proportion (10%) des étudiantes et des étudiants exerce déjà un emploi en développement de carrière au moment d’entreprendre des études dans ce même champ disciplinaire. 4. ASPIRATIONS PROFESSIONNELLES Les questions relatives aux aspirations professionnelles des répondantes, des répondants portent sur les études en développement de carrière en tant que premier choix d’études ou non, l’intérêt pour les secteurs d’activités professionnelles, celui pour les principales clientèles, le salaire annuel attendu, ainsi que les raisons motivant la poursuite d’études dans ce champ disciplinaire. Le contenu des différents tableaux descriptifs de ces informations est accompagné de commentaires explicatifs. Tableau 7. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014- 2015, selon les études en développement de carrière comme premier choix. Est-ce que DDC était votre premier choix d’études universitaire? (lors de votre dernière demande d’admission) Oui Non 133 (74%) 47 (26%) Près de trois étudiantes, étudiants sur quatre (74%) font du baccalauréat ou de la majeure en développement de carrière leur premier choix d’études universitaires au moment de l’inscription. Une minorité, environ le quart (26%), avait initialement privilégié des études dans des domaines partageant des frontières conceptuelles avec le développement de carrière (ex. : sciences politiques et droit, travail social, enseignement, administration des affaires, psychologie, histoire).
  10. 10. 10 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal Tableau 8. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014- 2015, selon l’intérêt pour différents secteurs d’activités professionnelles. À ce jour, quels secteurs d’emploi en développement de carrière pourraient vous intéresser suffisamment pour y faire carrière? (Plus d’un choix possible) Scolaire – Secondaire régulier Scolaire – Secondaire adultes Scolaire – Collégial Scolaire – Universitaire Employabilité – Communautaire Emploi-Québec Réadaptation ou hôpitaux Fonction publique Compagnies et entreprises Cabinet-conseil Pratique privée Aucune idée Autres 92 (51%) 75 (41%) 131 (72%) 104 (57%) 75 (41%) 72 (40%) 61 (34%) 73 (40%) 77 (42%) 77 (42%) 87 (48%) 7 (4%) 4 (2%) Dans l’ordre, les secteurs de pratique les plus populaires chez les étudiantes et les étudiants au moment d’entreprendre leurs études universitaires en développement de carrière sont : 1) Scolaire – Collégial (72%); 2) Scolaire – Universitaire (57%); 3) Scolaire – Secondaire régulier (51%). Autrement dit, les secteurs privilégiés sont ceux qui sont les plus sujets à avoir été fréquentés ou connus par ces mêmes étudiantes, étudiants lors de leur parcours scolaire. Les secteurs qui sont les moins populaires, toujours au moment d’entrée dans leurs programmes de professionnalisation, sont : 1) Réadaptation ou hôpitaux (34%); 2) Emploi-Québec (40%) et Fonction publique (40%) ;) Employabilité – Communautaire (41%). Fait intéressant, autant le milieu scolaire et la pratique privée ont la cote, autant celui de la fonction publique et du communautaire l’ont moins. Il importe de noter d’autres milieux nommés par les participantes, les participants à cette enquête : Centre d’aide (1), Prison (1), Pays en voie de développement (1), CSST (1), Chasseur de têtes (1), Ressources humaines (1).
  11. 11. 11 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal Tableau 9. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014- 2015, selon l’intérêt pour différents types de clientèles. À ce jour, quels types de clientèles en développement de carrière pourraient vous intéresser suffisamment pour y faire carrière? (Plus d’un choix possible) Enfants (0-12 ans) 33 (18%) Adolescents (13-17 ans) 115 (64%) Adultes (18-24 ans) 154 (86%) Adultes (25-44 ans) 130 (73%) Adultes (45-64 ans) 78 (44%) Retraités 48 (27%) Personnes sans emploi (chômage, aide sociale) 104 (58%) Personnes en emploi (temps plein) 88 (49%) Personnes handicapées 67 (37%) Personnes issues de minorités visibles 72 (40%) Personnes immigrantes 92 (51%) Organisations et entreprises 77 (43%) Personnes atteintes d’un trouble de santé mentale ou neuropsychologique 67 (37%) Aucune idée 3 (2%) Autres 2 (1%) Dans l’ordre, les clientèles pour qui les étudiantes, les étudiants en développement de carrière, accordent le plus d’intérêt au moment d’entreprendre leur programme de professionnalisation, sont dans l’ordre : 1) les adultes de 18 à 24 ans (86%); 2) les adultes de 25 à 44 ans (73%); 3) les personnes sans emploi (chômage, aide sociale) (58%), 4) les adolescents (64%) et 5) les personnes immigrantes (51%). À l’inverse, les clientèles qui ont moins la cote sont dans l’ordre 1) les retraités (27%), 2) les personnes handicapées (37%) et les personnes atteintes d’un trouble de santé mentale ou neuropsychologique (37%), 4) les organisations et les entreprises (43%); 5) les adultes de 45 à 64 ans (44%). Ce que l’on peut observer, c’est que plus les clientèles possèdent des caractéristiques communes avec les répondantes, les répondants (âge, activité), plus fort est l’intérêt pour ce type de clientèle. Et moins ils s’associent sur le plan de caractéristiques personnelles à certaines clientèles, malgré que certaines d’entre elles sont et s’annoncent être des clientèles « d’avenir », moins ces dernières sont favorisées. D’autres clientèles furent spontanément identifiées par certaines, certains : personnes accidentées du travail (1), personnes victimes d'injustice sociale (1), personnes victimes de situations traumatiques les empêchant de se réaliser (1).
  12. 12. 12 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal Tableau 10. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon le salaire annuel minimum attendu. À ce jour, quel serait le salaire annuel minimum que vous souhaitez obtenir à la sortie de vos études? Au moins 20 000$ 5 (3%) Au moins 30 000$ 34 (19%) Au moins 40 000$ 90 (51%) Au moins 50 000$ 33 (19%) Au moins 60 000$ 13 (7%) Une étudiante, un étudiant sur quatre s’attend à gagner un salaire annuel d’au moins 50 000$ à la sortie des études en développement de carrière. Une étudiante, un étudiant sur deux (51%) s’attend à gagner un salaire annuel d’au moins 40 000$. Tableau 11. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon les principales raisons à poursuivre des études en développement de carrière. Intérêt pour la relation d’aide 96 (40%) Intérêt pour le développement de carrière 61 (25%) Perspectives d’avenir professionnel 37 (15%) Épanouissement personnel 17 (7%) Intérêts pour les contacts humains et la communication 15 (6%) Résultat d’une démarche d’orientation et de réorientation de carrière 10 (4%) Les études en développement de carrière comme pont vers autre chose 3 (1%) Inclassables 3 (1%) TOTAL 242 Cette question proposait un mode de réponse « ouvert », c’est-à-dire sans aucune proposition préalable de réponse, mais plutôt un espace sur lequel inscrire le type et le nombre de raisons de leur choix. Le type de raison qui revient le plus souvent, soit environ quatre fois sur dix, est l’intérêt pour la relation d’aide. Parmi les 96 répondantes, répondants qui expriment ce type d’intérêt, 62 le font en indiquant nommément « relation d’aide ». Autrement, la relation d’aide est associée au fait d’aider les autres dans leur vie, à s’orienter, à trouver un sens à leur vie ou encore à trouver un emploi (n=11), sinon au désir d’accompagner les gens (n=8) que ce soit sur le plan de leurs questionnements de carrière, de fournir du support à des gens dans le besoin, de conseiller. Les autres réponses liées à la relation d’aide (n=15) tournent autour de l’idée d’aider en général ou d’aider à s’orienter.
  13. 13. 13 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal Le deuxième type de raison le plus souvent évoqué par les participantes, les participants est l’intérêt pour le développement de carrière. Parmi les 61 répondantes, répondants qui mentionnent cette raison, les mentions portent sur le fait d’aider ou encore d’avoir depuis longtemps eu intérêt pour ce domaine, les clientèles, le type d’interventions rattachées, certains milieux d’intervention, le travail sur l’aspect psychologique de la personne en lien avec la carrière, les cours offerts au sein des programmes d’études. Dans 9 de ces cas, il est même question d’une forme « d’appel vocationnel ». Lorsqu’il est question de perspectives d’avenir professionnel comme motif d’inscription dans un programme d’études en développement de carrière (n=37), il est entre autres question de devenir conseiller d’orientation, aide pédagogique individuel, conseiller en information scolaire et professionnelle (n=7), d’accéder à des conditions positives sur le plan du placement, de l’éventail de possibilités d’emploi, de stabilité (n=8), d’obtenir des conditions de travail souhaitées : travail de bureau, dans les écoles, dans une organisation, au Québec (n=7). Pour d’autres, c’est souvent par les faibles perspectives d’avenir entrevues en lien avec ses dernières études sur le plan des débouchés (n=5) ou encore le désir de devenir une personne contribuant significativement au bien-être des individus (n=7). Une part substantielle de répondantes, de répondants (n=17) s’inscrivent dans un désir d’épanouissement personnel par la poursuite d’études en développement de carrière. L’épanouissement dont il est question porte sur le plaisir d’apprendre, de réfléchir sur soi et sur la vie, de compléter des compétences actuelles, de développer ses compétences personnelles et professionnelles, de se sentir utile, accompli, sinon de vivre une occasion d’exploration et de confrontation de soi. Les intérêts pour les contacts humains et la communication (n=15) s’associent au plaisir de se voir rencontrer et entrer en relation significative avec autrui, de vivre quotidiennement un emploi fondé sur la communication interpersonnelle. Enfin, la poursuite des études en développement de carrière semble associée au résultat d’une démarche d’orientation ou de réorientation de carrière (n=10). Ce constat semble s’associer pour certaines, certains à une démarche de réflexion et de prise de conscience propre à soi, pour d’autres des suites d’une série de rencontres avec un conseiller d’orientation.
  14. 14. 14 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal 5. PERCEPTION DE SES COMPÉTENCES Les questions relatives à la perception de ses compétences chez les répondantes, les répondants portent sur des questions de langue, d’habiletés de recherche d’information et autres. Le contenu des différents tableaux descriptifs de ces informations est accompagné de commentaires explicatifs. Tableau 12. Répartition de l’effectif de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en DDC, 2014-2015, selon l’autoévaluation de leurs compétences et qualités professionnelles. Niveau ACTUEL de compétences et qualités professionnelles : Faible (0 à 3), moyen (4 à 7), fort (8 à 10) Sur 10 Capacité de s’exprimer en anglais – oral Faible 3 (5%) Moyen 24 (40%) Fort 33 (55%) Capacité de s’exprimer en anglais – écrit Faible 4 (7%) Moyen 32 (53%) Fort 24 (40%) Capacité de s’exprimer en anglais – parlé Faible 2 (3%) Moyen 35 (58%) Fort 23 (38%) Capacité de lire en anglais Faible 3 (5%) Moyen 17 (28%) Fort 40 (67%) Qualité du français écrit Faible 0 (0%) Moyen 15 (25%) Fort 45 (75%) Recherche d’information sur Internet Faible 2 (3%) Moyen 12 (20%) Fort 46 (77%) Recherche d’information sur les bases de données de l’UQÀM Faible 13 (22%) Moyen 18 (31%) Fort 21 (36%) N/A 7 (12%) Parler en public Faible 6 (10%) Moyen 28 (47%) Fort 26 (43%) Relation d’aide Faible 1 (2%) Moyen 15 (25%) Fort 44 (73%)
  15. 15. 15 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal Convaincre de mes idées, argumenter Faible 2 (3%) Moyen 25 (42%) Fort 33 (55%) Au niveau de « l’anglais », la majorité des répondantes, répondants se disent « fortement » aptes à lire un texte ou à écouter (oral) une diffusion dans cette langue. Ils sont plus modérés, lorsqu’il s’agit de s’exprimer à l’écrit ou de parler en anglais. Au niveau du français écrit, les trois quart des répondantes, répondants, se jugent « fortement » qualifiés. D’autres compétences sont majoritairement évaluées comme « fortes » par les répondants et les répondants, dont la relation d’aide, la recherche d’information sur Internet, ainsi que de convaincre de ses idées, d’argumenter. L’évaluation de soi est un peu plus modérée, sans être faible, pour la recherche d’information sur les bases de données de l’UQAM et parler en public. 6. POINTS SAILLANTS  Les femmes sont très majoritaires (85%) parmi la nouvelle cohorte étudiante en développement de carrière.  Bien que la majorité des nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants soient âgés de 18 à 24 ans, une part importante et supérieure à la moyenne des programmes d’études universitaires est âgée de 25 ans et plus (41%).  Plus du tiers des nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants en développement de carrière proviennent de l’île de Montréal (35%), près de la moitié (47%) de sa périphérie (Laval, Laurentides, Lanaudière, Montérégie) et plus d’un dixième d’un autre pays.  Une majorité de nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants habitent l’île de Montréal durant leurs études (55%), sinon la Rive-Nord (20%) ou la Rive-Sud (23%).  Neuf étudiantes, étudiants sur dix (90%) travaillent à temps partiel durant leurs études.
  16. 16. 16 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal  Une étudiante, un étudiant sur deux (50%) travaille même plus de 15 heures par semaine, voire même plus de 21 heures (27%).  Une faible proportion (10%) des étudiantes et des étudiants exerce déjà un emploi en développement de carrière au moment d’entreprendre des études dans ce même champ disciplinaire.  Environ trois étudiantes, étudiants sur quatre (74%) font du développement de carrière leur premier choix d’études universitaires au moment de compléter leur demande d’admission.  Les secteurs de pratique qui intéressent le plus les nouvelles étudiantes, les nouveaux étudiants à leur entrée aux études sont dans l’ordre : 1) Scolaire – Collégial (72%); 2) Scolaire – Universitaire (57%); 3) Scolaire – Secondaire régulier (51%).  Les secteurs de pratique qui intéressent le moins les nouvelles étudiantes, les nouveaux étudiants à leur entrée aux études en développement de carrière sont dans l’ordre : 1) Réadaptation ou hôpitaux (34%); 2) Emploi Québec (40%) et Fonction publique (40%); 4) Employabilité – Communautaire (41%).  Les clientèles qui intéressent le plus les nouvelles étudiantes, les nouveaux étudiants à leur entrée aux études en développement de carrière sont dans l’ordre : 1) les adultes de 18 à 24 ans (86%); 2) les adultes de 25 à 44 ans (73%); 3) les personnes sans emploi (chômage et aide sociale) (58%), 4) les adolescents (64%) et 5) les personnes immigrantes (51%).  Les clientèles qui intéressent le moins les nouvelles étudiantes, les nouveaux étudiants à leur entrée aux études en développement de carrière sont dans l’ordre : 1) les retraités (27%), 2) les personnes handicapées (37%) et les personnes atteintes d’un trouble de santé mentale ou neuropsychologique (37%), 4) les organisations et les entreprises (43%); 5) les adultes de 45 à 64 ans (44%).
  17. 17. 17 Louis Cournoyer, Ph.D., c.o. Directeur des programmes de premier cycle en développement de carrière Professeur (counseling) Université du Québec à Montréal  Une étudiante, un étudiant sur quatre s’attend à gagner un salaire d’au moins 50 000$ à la sortie de leurs études en développement de carrière.  Les raisons les plus populaires à poursuivre des études en développement de carrière sont l’intérêt pour la relation d’aide, l’intérêt pour le champ disciplinaire du développement de carrière, les perspectives d’avenir professionnel, l’épanouissement personnel, l’intérêt pour les contacts humain et la communication, les suites d’une démarche préalable d’orientation ou de réorientation de carrière.  La majorité des nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants se jugent fortement compétents pour lire en anglais, modérément pour écrire ou parler dans cette langue.  La majorité des nouvelles étudiantes, nouveaux étudiants se jugent fortement compétents pour la relation d’aide, la recherche d’information sur Internet, la capacité d’argumenter un point de vue et de convaincre autrui de ses idées.

×