Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
Communiqué de presse
#Artisanat #Apprentissage #Formation #Entreprises #TPE
-- Baromètre de l’artisanat --
Regain d’inscri...
La moitié des futurs artisans démarrent leur formation à la sortie du collège, généralement en intégrant la
préparation d ...
Pour plus de résultats, recevez l’étude complète sur simple demande par retour de mail
Méthodologie de l’étude
Le baromètr...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Baromètre apprentissage 2017 ism maaf

3,026 views

Published on

Baromètre apprentissage 2017 ism maaf

Published in: Economy & Finance
  • Hello there! Get Your Professional Job-Winning Resume Here! http://bit.ly/topresum
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

Baromètre apprentissage 2017 ism maaf

  1. 1. Communiqué de presse #Artisanat #Apprentissage #Formation #Entreprises #TPE -- Baromètre de l’artisanat -- Regain d’inscriptions en première année, le secteur de l’apprentissage artisanal reprend des couleurs Paris, le 15 novembre 2017 – Cette édition du baromètre ISM-MAAF de l’artisanat évalue, pour la deuxième année consécutive, l’implication des entreprises artisanales dans la formation des apprentis. L’édition 2017 met en exergue les tendances d’évolution marquées par un regain des inscriptions en première année. L’artisanat reste le premier employeur d’apprentis en France. Une reprise des inscriptions en première année L'année 2015-2016 marque un retournement de tendance : après deux années successives d’une chute des inscriptions en première année (-8 %), une reprise de +3 % est à nouveau observée avec 73 135 inscriptions. Sur un total de 405 000 apprentis scolarisés en France, les entreprises artisanales en ont formé et employé 143 000 (35 % de l’ensemble des apprentis comptabilisés au plan national.) Le secteur de l’artisanat conforte sa place de premier employeur d’apprentis en France. Bruno Lacoste, directeur Marketing et Communication de MAAF explique : « En l’espace de 2 ans, le nombre d’apprentis employés dans l’artisanat a globalement baissé, notamment en raison d’une conjoncture économique défavorable avec une exception, celle de l’apprentissage dans les métiers de bouche, particulièrement dynamique. En 2015-2016, les inscriptions en première année repartent à la hausse, surtout dans les activités de service, comme la réparation automobile ou les soins de beauté. Cette dynamique peut s’expliquer par une revalorisation des métiers de l’artisanat dans l’opinion publique mais également par un meilleur niveau de l’activité des entreprises et la réorientation des aides publiques à l’apprentissage en 2015* qui a pu peser sur les décisions des employeurs, notamment la mise en place de l’aide TPE jeune apprenti ». Evolution des apprentis inscris en 1ère année Des apprentis de plus en plus qualifiés Si plus des deux-tiers des diplômes (69 %) préparés dans la formation de base aux métiers de l’artisanat sont de niveau CAP, l’apprentissage artisanal se développe dans l’enseignement supérieur et les apprentis suivant une formation post-Bac sont de plus en plus nombreux (en hausse de 9 %). Sur l’année scolaire 2015-2016, 12 000 apprentis ont préparé des diplômes de niveau Bac+2 à Bac+5, majoritairement des BTS ou DUT. L’apprentissage aux métiers de l’artisanat, une voie de réorientation
  2. 2. La moitié des futurs artisans démarrent leur formation à la sortie du collège, généralement en intégrant la préparation d ‘un CAP ou d’un Bac Professionnel. Mais tous les parcours ne sont pas linéaires, en raison souvent des aléas de l’orientation scolaire : 30% des inscrits sont en réorientation, après avoir interrompu la préparation d’un autre diplôme (CAP, lycée général ou professionnel…). Pour ces derniers, la reprise d’une formation en apprentissage ouvre une nouvelle perspective d’insertion professionnelle. L’apprentissage, tremplin d’accès à l’emploi Plus de la moitié des apprentis (60 %) diplômés de niveaux CAP et BEP ont trouvé un emploi dans les 7 mois qui suivent la fin de la formation ; au même niveau qu’en 2012 après deux années de baisse (il était de 55 % en 2013 et 54 % en 2014). Le taux d’emploi s’élève avec le niveau de diplôme des apprentis : 56 % des diplômés sortants de CAP sont en emploi, contre 77 % des détenteurs d’un Brevet Professionnel, 73 % des détenteurs d’un Bac Pro ou 75 % d’un BTS. Dans 53 % des cas l’employeur est l’ancien maître d’apprentissage. Le taux de maintien dans l’entreprise croît avec le niveau de formation : il est de 50 % pour les apprentis détenteurs d’un CAP et de 57 % pour ceux qui ont obtenu un diplôme de niveau IV ou supérieur. Plus tard, une bonne part de ces apprentis créeront leur entreprise (42 % des chefs d’entreprises artisanales sont ainsi passés par l’apprentissage). Catherine Elie – directrice des études et du développement économique de l’ISM précise : « À la fin de leur scolarité, la moitié des anciens apprentis en emploi sont en contrat à durée indéterminée. Le taux de CDI est encore plus élevé pour les apprentis de l’artisanat embauchés dans l’entreprise où ils ont effectué leur apprentissage (66 %) et pour les détenteurs d’un diplôme de niveau IV (59 %). 27 % sont en CDD, 9 % sont en intérim, 6 % sont en contrat de professionnalisation et 2 % se sont installés à leur compte. Quel que soit le niveau de diplôme, l’apprentissage dans le secteur artisanal facilite donc l’accès à l’emploi, comparativement à la formation par voie scolaire. Les perspectives d’embauche sont d’autant plus favorables que de nombreux métiers de l’artisanat sont « en tension » pour ce qui concerne les besoins de recrutement. Poids de l’apprentissage : des disparités sectorielles et une France coupée en deux D’importantes disparités sectorielles sont observées. Après une progression de +2,5 % en 2013-2014, le secteur de l’alimentation reste le plus dynamique avec une augmentation de +3 % du nombre de jeunes formés (36 660). La Boulangerie-pâtisserie est d’ailleurs le premier secteur employeur d’apprentis ; le diplôme artisanal attirant le plus de jeunes en terme d’effectifs est le CAP de pâtissier. Les chiffres sont également en progression dans le secteur des services (+1 % avec 37 095 apprentis formés). À l’inverse, l’évolution reste moins favorable dans l’artisanat de fabrication et du BTP, secteurs qui ont souffert en 2016 d’une baisse d’activité et des emplois salariés. L’apprentissage est marqué par nombreux contrastes régionaux. Alors que l’on compte en moyenne 1 apprenti pour 7 entreprises artisanales, le taux de pénétration est plus faible en Ile-de-France (9 %) suivie des régions PACA et Occitanie (10 et 11%). À l’inverse, avec 1 apprenti pour 5 entreprises, les régions de l’Ouest de la France (Pays de la Loire, Normandie, et Centre-Val de Loire) ont un taux de pénétration beaucoup plus élevé. Taux de pénétration et nombres d’apprentis par région
  3. 3. Pour plus de résultats, recevez l’étude complète sur simple demande par retour de mail Méthodologie de l’étude Le baromètre tire sa source principale du système d’information sur la formation des apprentis (SIFA), lancé par la DEPP en 2006. SIFA offre une photographie de la situation des apprentis au 31 décembre de chaque année, sous l’angle de la « formation ». Les données collectées permettent de caractériser le profil des apprentis, des formations suivies et de l’entreprise d’accueil. Le système s’appuie sur une remontée statistique des CFA (et non pas d’un questionnaire), avec un taux de réponse de près de 100 %. L’analyse porte sur les apprentis, en formation au cours de l’année scolaire 2013-2014, et employés dans des TPE artisanales. Ce fichier comprend les données de 430 000 apprentis (soit l’ensemble des apprentis scolarisés au 31 décembre 2013 en France, quels que soient les secteurs d’activité des entreprises d’accueil et les diplômes préparés). Ces données, mises à disposition par voie de convention, ont fait l’objet d’un traitement par l’Institut Supérieur des Métiers, afin d’isoler les apprentis en contrat dans des TPE artisanales (entreprises de moins de 20 salariés immatriculées dans 327 codes d’activités principalement artisanales), soit une population de 156 600 apprentis. A propos de MAAF Marque du groupe Covéa, MAAF est l’un des premiers assureurs généralistes en France. Il propose à ses 3,8 millions de sociétaires et clients des solutions globales en assurances (auto, habitation, risques professionnels mais aussi santé, prévoyance, assurance vie...) et des services à forte valeur ajoutée (assistance, crédits...). Aux côtés des artisans depuis sa création, MAAF compte aujourd’hui plus de 700 000 clients professionnels. www.maaf.fr A propos de l’Institut Supérieur des Métiers Centre national de ressources sur l’artisanat et la petite entreprise, l’ISM conduit une activité d’observation statistique, de veille et d’études sur l’artisanat et la petite entreprise. Il publie régulièrement des Tableaux Economiques de l’artisanat. L’ISM assure également une mission de formation des élus, de diffusion d’informations sur les aides publiques aux entreprises et de pilotage, pour le compte de la Direction Générale des Entreprises, des labels « Entreprise du Patrimoine Vivant » et « Pôles d’Innovation pour l’Artisanat ». www.infometiers.org Contacts presse : Agence CorioLink : Lisa Omara - Tél. : 06 52 25 07 66 – Email : lisa.omara@coriolink.com MAAF Marie-Pierre Michel – 01 55 50 63 57- Isabelle Coutant – 01 55 50 69 42 Institut Supérieur des Métiers Catherine Elie – 01 44 16 80 45

×