Interview à propos du Social Reader de Facebook

389 views

Published on

Interview dans le monde du 16 Avril 2012 a propos des social readers et de l'opengraph de Facebook

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
389
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Interview à propos du Social Reader de Facebook

  1. 1. 1 documentation0123 économie & médias Et il aurait été aussi heureux. Buenos Aires Correspondante L es versions qui circulent ces derniersjoursàBuenos Aires sur une éminente renationa- lisation de la compagnie pétroliè- re argentine YPF, dont l’espagnol Repsol détient 57% des actions, attisent la tension entre l’Argenti- ne et l’Espagne. La présidente péroniste Cristina Kirchneraccuselegroupehispano- argentin de ne pas investir suffi- samment en Argentine alors que celui-ci affirme avoir versé plus de 3milliards de dollars en 2011, soit 50%deplusqu’en2010. Le ministre espagnol des affai- res étrangères, José Manuel Gar- cia Margallo, a averti, le 13avril, « qu’une rupture des relations entre les deux pays ne serait pas seulement économique, mais la find’unelonguerelationfraternel- le». Il avait convoqué la veille l’ambassadeurargentinàMadrid, Carlos Bettini, pour lui exprimer la «préoccupation» de l’Espagne. «S’il y a quelque part dans le mon- de des gestes d’hostilité envers les intérêts d’entreprises espagnoles, le gouvernement les interprète commeunehostilitéenversl’Espa- gne», a affirmé le ministre espa- gnol de l’industrie, José Manuel Soria, menaçant Buenos Aires de possibles « conséquences». A Bruxelles, l’Union européenne a demandé à l’Argentine de «proté- ger les intérêts étrangers sur son sol». Depuis le 14mars, Repsol YPF s’est vu retirer 16 concessions pétrolières dans six provinces argentines, soit 16% de sa produc- tion. Les actions de la compagnie ont perdu 40% de leur valeur en Boursedepuisle débutde l´année. Cette chute s’accélère avec les rumeurs de nationalisation. Mme Kirchner a réuni, vendredi 13avril, les gouverneurs des pro- vinces pétrolières pour examiner la possibilité de faire de la compa- gnie YPF une entreprise mixte, dont l’Etat détiendrait une part des actions. «L’Argentine cherche à devenir autosuffisante en matiè- re pétrolière», a indiqué le minis- tre argentin de l’économie, Her- nan Lorenzino. Scandale Le gouvernement exige que les compagnies pétrolières augmen- tent leur production nationale, qui est en baisse depuis cinq ans alors que le parc automobile intérieur a beaucoup augmenté. L’Argentine, traditionnellement exportatrice de combustible, a dû importer du pétrole en 2011, pour un montant de près de 10 mil- liardsdedollars,soitune augmen- tation de 110% par rapport à 2010. Les estimations d’importation d’hydrocarbures restent tout aus- si hautespour 2012. YPF avait étéprivatiséedans les années1990parleprésidentpéro- niste ultralibéral Carlos Menem (1989-1999), avec, paradoxale- ment,lesoutiendel’actuelleprési- dente et de son défunt mari, l’ex- président péroniste Nestor Kirch- ner (2003-2007), qui, au moment de la privatisation, était gouver- neur de la riche province pétroliè- re de Santa Cruz (Patagonie). A l’époque, la privatisation d’YPF avait fait scandale. Fleuron de l’économie argentine, YPF était considérée comme l’entreprise publique qui rapportait le plus à l’Etat.Safacturationannuelleattei- gnait près de 4milliards de dollars, selonlarevueaméricaineForbes. Repsol YPF est le leader sur le marché argentin des combusti- bles. La société contrôle 52% des capacités de raffinage du pays et dispose d’un réseau de 1600 sta- tions-services. Elle extrait en Argentine 67% de sa production d’hydrocarbures. p Christine Legrand E n France, les journaux com- mencent à succomber aux sirènes de Facebook. L’Ex- press, le magazine Vogue et 20 minutes ont été les premiers à utiliser Open Graph, ce système qui permet à n’importe quel site d’échanger des informations avec le réseau social de Mark Zucker- berg.Le Monde va s’y mettre à par- tir de lundi 16avril. L’expérience de The Guardian fait des envieux. Le quotidien bri- tanniqueacréé,fin2011,sapageédi- torialesurFacebook.Elleseprésen- te comme un petit site intégré au réseau, désigné sous l’appellation de«socialreader».Ilmontreàl’uti- lisateur quels sont les articles les plus populaires, mais aussi ceux quiontétélusparsesamis.Et,pen- dant qu’il navigue sur Facebook, l’internaute voit s’afficher dans la fenêtrededroite(le«ticker»)quels articles sont lus en ce moment mêmeparsescontacts,delamême façon qu’il peut voir les morceaux de musique qu’ils écoutent sur les plates-formes de musique Deezer ou Spotify. Pour cela, l’utilisateur a dû transmettre au Guardian ses informationsconfiéesàFacebook. En quelques mois, Facebook a dopé l’audience du Guardian. Son application attire 580000 utilisa- teurs chaque jour. La part de trafic issue de ce canal a explosé, et même dépassé, pendant quelques jours en février, le trafic venu de Google. Jusqu’à présent, les sites comme Facebook ou Twitter apportaient une audience margi- naleausiteduGuardian,del’ordre de 2 %, contre 40 % pour les moteursde recherche… «Les premiers résultats sont encourageants, mais pas excep- tionnels, commente Raphaël Lab- bé,directeurdesprojetsnouveaux médias à L’Express. Il faut attein- dre une certaine masse critique de personnes ayant accepté l’applica- tionsurFacebookpourobserverun vrai basculement.» La lecture sur le réseau social pourrait bien modifier nos habitu- des.«C’estunelecturedéstructurée, entièrement recomposée par le réseau, qui ne correspond pas à la façon dont les médias organisent traditionnellement l’information», constate Raphaël Labbé. Elle per- metparexempledefaireremonter des sujets qui ne font pas toujours la «une» des journaux, commeles sujetsdeviepratique. Trafic «rétrocédé» Les responsables de Facebook présentent l’Open Graph comme un outil «gagnant-gagnant» pour les producteurs de contenus. Son utilisation est gratuite. En outre, le trafic généré sur le «social reader» est«rétrocédé»àl’éditeur,quipeut le comptabiliser comme de l’audience sur son propre site. Il peut aussi y placer des bannières de publicité. En revanche, la colon- ne de droite reste réservée aux annonceurs sur Facebook, qui y trouveainsisoncompte. Autre avantage pour les jour- naux, selon Julien Codorniou, directeur des partenariats chez Facebook France: l’audience est identifiée, grâce aux données qu’ellelaisse(e-mails…).«Onpasse d’un lecteur anonyme à un lecteur à la fois connu et prescripteur, explique-t-il. Une manière de faire atterrir le bon contenu devant le bon utilisateur.» Selon le responsable de Face- book,l’applicationdelecturesocia- le favoriserait le contenu de quali- té,parce que «les gens sont fiers de partager ce type d’articles avec leurs amis.» Desjournauxcomme leWashingtonPost,TheEconomist ou le Wall Street Journal rencon- trent un grand succès sur leur applicationou leur page de fans.p Xavier Ternisien LapressefrançaisesemetàFacebook enespérantdopersonaudience Au«Guardian»,l’applicationduréseausocialattire580000utilisateursparjour Première (petite) victoire des salariés de Petroplus Industriepétrolière: vivestensions entreBuenosAires etMadrid L’Argentinemenacedenationaliserlasociété YPF,dontl’espagnolRepsolestactionnaire Les 550 salariés de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime) ont obtenu, vendredi 13avril, une première victoire. Le ministère de l’indus- trie a indiqué qu’un accord avec les banques impliquées dans le dossier devait permettre de «récupérer une partie de la tréso- rerie et des stocks de Petro- plus», notamment au profit des salariés. Les banques, qui avaient puisé dans la trésorerie de la filiale française au moment de la faillite de la maison mère suisse, lui restitueront 55mil- lions d’euros de trésorerie et «50% du produit de la vente des stocks seront versés à la raffine- rie de Petit-Couronne». Les fonds serviront à «contri- buer au redémarrage de l’activi- té (17millions)» et à «alimenter un fonds social géré paritaire- ment par les employeurs et les organisations syndicales de la raffinerie, ce qui permettra de garantir l’avenir des salariés (83millions)». Transport GeodisvareprendreSernam Le tribunal de commerce de Nanterre a accepté, vendredi 13avril, la reprise du transporteur Sernam, en redressement judiciaire, par Geo- dis, filiale de la SNCF. Geodis pourrait reprendre jusqu’à 831 postes. Ser- nam compte encore 1441 employés, contre 1600 à la fin janvier, après une série de départs. Comme cela était prévu dans l’offre de reprise de Geodis, sa filiale Calberson payera 500000 euros pour la reprise du fonds de commerce, à quoi s’ajoutent 250000 euros apportés par BMV, une autre filiale. Le transfert de Sernam aura lieu le 7mai à minuit.p AutomobileRenault s’associe à Dongfeng en Chine Renault et le chinois Dongfeng ont signé un accord pour créer une coen- treprise,ont indiqué vendredi 13avril à Reuters deux sources proches du dossier.C’est une étape clé vers la production de voitures Renault en Chine. Dongfeng,deuxièmeconstructeurchinois, est déjà associé en Chine à Nissan, le partenairejaponais de Renault. Finance S &P maintient le AAA du Royaume-Uni L’agencede notation Standard&Poor’s a maintenu,vendredi 13avril, la note AAA du Royaume-Uni,la meilleure possible, et conservé cette évaluation«sous perspective stable». Moody’s et Fitch ont, de leur côté, placé ces derniers mois le AAA du Royaume-Uni sous perspective négative. 150123 Dimanche15 - Lundi 16 avril 2012

×