Lettre ouverte d’Universitaires aux Présidents de Régions et aux Parlementaires de
Guadeloupe, Guyane et Martinique

L’Uni...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Lettre ouverte aux présidents de régions et aux parlementaires de guadeloupe, guyane et martinique

1,521 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,521
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1,393
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Lettre ouverte aux présidents de régions et aux parlementaires de guadeloupe, guyane et martinique

  1. 1. Lettre ouverte d’Universitaires aux Présidents de Régions et aux Parlementaires de Guadeloupe, Guyane et Martinique L’Université des Antilles et de la Guyane est actuellement l’objet de nombreux échanges et de multiples communiqués dans les médias. Cet établissement d’enseignement supérieur a formé un nombre important de cadres exerçant dans les territoires des Antilles et de la Guyane. Durant les 40 dernières années, elle a en toute fraternité entre Guadeloupéens, Guyanais et Martiniquais, œuvré pour le maintien et le développement d’un ensemble universitaire de qualité. Aujourd’hui, du fait d’une crise sur le pôle Guyane, les annonces se multiplient quant à l’évolution du dispositif de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dans cette région. Les Responsables Universitaires que nous sommes ou avons été, estiment qu’il y a urgence à ne pas précipiter des choix et des décisions, dont les incidences, pour notre Institution, n’auraient pas été suffisamment mesurées. On peut citer comme exemples d’incidences, le développement de la recherche, les évolutions de la carte de formations notamment celle des masters, l’affectation des emplois d’administratifs et d’enseignants chercheurs, la coopération régionale, etc.., Il y a donc, plus que jamais nécessité, pour la gouvernance de l’Université de poursuivre la réflexion au sein de la communauté universitaire et de se concerter avec les divers acteurs, afin d’aboutir à la construction d'un nouveau projet inventif. Ce projet, s’imprégnant des orientations inscrites dans le rapport des Assises de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et intégrant l’acte III de la décentralisation, doit être soucieux des équilibres socioéconomiques et des aspirations de chacune des populations de nos territoires. L’exemple de l’Université des West Indies, devrait interpeller tous les acteurs de cette réflexion. Madame et Messieurs les Présidents de Régions, Mesdames , Messieurs les parlementaires, nous sommes persuadés que vous êtes préoccupés avant tout, par notre jeunesse et par la formation qu’elle est en droit d’attendre , que vous êtes convaincus de la responsabilité que nous avons tous de garantir à nos étudiants un dispositif d’enseignement et de recherche fort, attractif, de qualité et qui dépasse les clivages personnels et territoriaux . Pour répondre à ces préoccupations, il est impératif de renforcer le projet de développement de la formation universitaire et de la recherche dans nos pays, dans la sérénité, hors contexte de crise, avec le seul souci de l’intérêt général et supérieur des jeunes qui seront demain, chargés de l’avenir et du rayonnement de nos trois pays. Signataires : Jacqueline ABAUL, Professeure des Universités, ancienne présidente de l’UAG et Rectrice. Alain ARCONTE, Professeur des Universités, ancien président de l’UAG. Jacques PORTECOP, Professeur des Universités, ancien président de l’UAG. Philippe SAINT-CYR, Professeur des Universités, ancien président de l’UAG. François-Max DORVILLE, ancien directeur de l’IUFM Guadeloupe. Gilbert PAGO, ancien directeur de l’IUFM Martinique. Le 03 novembre 2013

×