Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Hommage à georges desportes (1)

7,598 views

Published on

Quelques mots d'hommage à l'homme de lettres Georges Desportes

Published in: News & Politics
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Hommage à georges desportes (1)

  1. 1. Hommage à Georges Desportes « Et voici donc décrétée la mobilisation collective pour la guerre de la franchise et de la liberté » Ce défi lancé contre le conformisme et le renoncement identitaire par Georges Desportes peut éclairer sur la pensée de ce caribéen né en 1921 Sous l’œil fixe du soleil et disparu le 5 août 2016. C’est son frère aîné Auguste Desportes appartenant à la génération d’Aimé Césaire dont il deviendra plus tard l’ami qui l’a initié à la poésie. S’il n’est pas très aisé aujourd’hui de se procurer ses premiers textes qui n’ont pas été réédités, il vaut vraiment la peine de s’y intéresser. Georges Desportes définissait la poésie comme « le jazz de choc de l’esprit en jubilation », ayant pour ambition de la « débalkaniser », bousculant les barrières qui figent les domaines artistiques dans la rigidité en usant des break et riffs du jazz, ou de « fondus enchaînés » empruntés au monde du cinéma (Cette Île qui est la nôtre). Certains critiques attribuent le terme de « mosaïque littéraire » à cette œuvre « en ce sens qu’y voisinent le conte bref, le poème, la pochade, l’esquisse théâtrale, le roman » (France- Antilles décembre 1987) Déclarant être victime d’une fièvre causée par le « court-circuit » poétique tel que le définissaient les surréalistes : « Au milieu de la musique de mes mots, Je suis comme un chef d’orchestre menacé Par la foule et les cris Alors je me bataille avec ma fièvre » Une parole qui réinscrit le poète dans l’espace de la terre de Balata et renoue avec des paysages d’enfance ; il est vrai que toute sa vie il se déclarera en quête de cette sorte de « beauté des origines » liée dans son esprit à celle des vraies valeurs…. Quand je prends la plume Tous les mots accourent vers moi Comme de la volaille A qui on donne des grains » Quoique s’étant d’abord défini comme poète de la pré-négritude, il se montre attentif, - à l’ère d’Internet - à notre époque de modernité technologique, et « d’accélération psychique de l’homme moderne et cultivé » ; il avait été directeur adjoint des services artistiques de RFO et se déclarait partisan d’une pensée dynamique, de l’explosion d’une pensée obéissant aux lois du rêve et non à celles de la logique. Il appréciait l’extraordinaire créativité contemporaine, où disait-il, la technologie de pointe « expérimente des combinaisons insolites qui utilisent à la fois l’informatique, le cinéma et ses truquages, les jeux vidéos, pour contribuer à faire revivre, modernes, le merveilleux et le fantastique de la science-fiction », ce qui révèle, ajoute-t-il, « une nouvelle saisie poétique de la vie, sa mise à portée des foules. »
  2. 2. Et sa poésie trouve sa place dans ce monde-là. Sa poésie se trouve à l’aise dans le merveilleux comme dans le fantastique, car, dit-il, « l’âme humaine a faim et soif de vérité et de fabulation. » Maniant avec aisance l’oxymore, il affirme « je suis la réalité imaginaire, l’illusion qui intègre la réalité ». Il est de ceux qui estiment que pour mieux affronter le réel, il faut pouvoir user de l’arme de la satire et n’hésite pas à braver certains interdits. Tout cela au service de l’humain, de la « Caraïbe fraternelle », d’une lutte anti coloniale « au nom sacré de la démocratie », avec une verve non dénuée d’humour et d’ironie parfois cinglante. Et s’il nous dit que « la poésie est le refus de mourir », c’est d’abord parce qu’il estime que dans notre monde mercantile et tourmenté, elle est « un état de grâce naturelle qui permet le rééquilibrage de l’homme », de parvenir à « être à l’aise avec le Tout, en redéfinissant l’adéquation avec le Temps ». C’est aussi parce qu’il nous adresse un conseil amical : Fais ce qui est bien Dis ce qui est bien Grains d’or De la sagesse » Merci à toi, Geo, poète, conteur, essayiste, critique littéraire, dramaturge, bref musicien et magicien des mots, de répandre pour nous ces Semailles de pollen : « Ceci est dit Pour qui veut faire profit de l’avenir Sans figure Marchez droit Et sans trembler Criez fort Chantez criez la vie Luttez Et de jour et de nuit Tenez bon Je suis avec vous » Liliane Fardin Agrégée de Lettres classiques Maître de Conférences HDR à l’Université des Antilles

×