Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

L'Open Access en 12 diapositives

4,367 views

Published on

Published in: Technology
  • Be the first to comment

L'Open Access en 12 diapositives

  1. 1. L’Open Access en 12 diapositives Journée d’étude Couperin “ La mise en place des archives ouvertes dans les institutions d’enseignement supérieur et de recherche” Paris, 21 mai 2007
  2. 2. De quoi s’agit-il ? <ul><li>Open Access (OA) se traduit habituellement en “libre-accès à l’Information Scientifique et Technique” (IST) </li></ul><ul><li>Une définition : l’Open Access consiste en la mise à disposition gratuite sur l’Internet public, permettant à tout un chacun de lire, télécharger, copier, transmettre, imprimer, chercher ou faire un lien vers le texte intégral [des documents], les disséquer pour les indexer, s’en servir de données pour un logiciel, ou s’en servir à toute autre fin légale, sans barrière financière, légale ou technique (Déclaration de Budapest, 2002) </li></ul>
  3. 3. Deux voies pour la mise en œuvre de l’Open Access <ul><li>La publication dans des revues en libre accès </li></ul><ul><li>Le dépôt, par l’auteur, d’une version électronique de sa publication dans une archive ouverte (auto-archivage) </li></ul>
  4. 4. Voie 1 : les revues en libre-accès <ul><li>Baptisée “voie dorée” ou “gold OA” </li></ul><ul><li>Les articles de ces revues sont librement accessibles en ligne </li></ul><ul><li>Le financement des revues est souvent fondé sur une participation financière des auteurs ou de leur institution </li></ul><ul><li>Il peut s’agir soit de nouvelles revues (Public Library of Science), soit d’une “conversion” de revues existantes (éditions Hindawi par exemple). </li></ul>
  5. 5. Voie 2 : les archives ouvertes, sujet de la journée d’étude <ul><li>Baptisée “voie verte” ou “green OA” </li></ul><ul><li>Les archives ouvertes (AO) se fondent sur </li></ul><ul><ul><li>des possibilités juridiques : la plupart des éditeurs scientifiques autorisent le dépôt par l’auteur et la diffusion des articles publiés sous certaines conditions </li></ul></ul><ul><ul><li>des possibilités techniques : un protocole technique international (OAI-PMH) permet d’interconnecter facilement les différents entrepôts disséminés sur la planète. </li></ul></ul>
  6. 6. Les archives ouvertes : définitions (Michel Roland, journée d’étude Couperin, 04/11/2005) <ul><li>Dispositif qui permet aux chercheurs de mettre en ligne les résultats de leurs travaux de manière alternative au système d’édition commerciale traditionnel </li></ul><ul><li>Sens strict : pré- et post-publications (regroupés sous le vocable d’ e-prints ) </li></ul><ul><li>Sens large : dispositif cohérent de mise en ligne “ouverte” des résultats de la recherche. </li></ul>
  7. 7. Les archives ouvertes : objectifs (Michel Roland, journée d’étude Couperin, 04/11/2005) <ul><li>Favoriser le libre-accès à l’IST en </li></ul><ul><ul><li>améliorant la communication scientifique (impact, rapidité), </li></ul></ul><ul><ul><li>déserrant l’emprise des éditeurs commerciaux </li></ul></ul><ul><li>Rendre visible l’activité de recherche de l’établissement : </li></ul><ul><ul><li>lisibilité </li></ul></ul><ul><ul><li>(auto) évaluation </li></ul></ul><ul><ul><li>valorisation </li></ul></ul>
  8. 8. Où en est-on au niveau mondial ? <ul><li>A l’heure actuelle, la voie des archives ouvertes est la plus efficace pour promouvoir l’Open Access sur le court terme </li></ul><ul><li>Sans politique d’obligation, le taux de publications déposées culmine à 15-20 % </li></ul><ul><li>De plus en plus d’institutions et de financeurs se positionnent en faveur d’une obligation du dépôt des articles dans une archive ouverte </li></ul>
  9. 9. Le début des AO en France <ul><li>Le CNRS et les organismes de recherche ont été les précurseurs du mouvement des AO en France </li></ul><ul><ul><li>HAL (Hyper Article en Ligne), comme logiciel fédérateur </li></ul></ul><ul><ul><li>le CCSD (Centre pour la Communication Scientifique Directe) comme opérateur </li></ul></ul>
  10. 10. Une approche nationale <ul><li>Juillet 2006 : signature d’un protocole d’accord en vue d’une approche coordonnée des AO en France </li></ul><ul><li>Signataires : CPU, CGE, organismes de recherche </li></ul><ul><li>Protocole signé pour une période de 2 ans </li></ul><ul><li>Des instances de travail en commun : le Comité Stratégique (CoStrAO) et le Comité Scientifique et Technique (CoST). </li></ul>
  11. 11. La situation des établissements d’enseignement supérieur <ul><li>Un retard à combler, mais de nombreux projets en cours </li></ul><ul><li>Développement croissant des Systèmes d’Information des Etablissements </li></ul><ul><li>Apparition de la notion de “patrimoine numérique” allant au-delà des articles de recherche (cours, thèses…) </li></ul><ul><li>Réflexion sur les modalités d’évaluation de la recherche </li></ul>
  12. 12. Les enjeux pour les établissements d’enseignement supérieur <ul><li>Politique : arriver à faire prendre conscience de l’indispensable définition d’une politique d’établissement. </li></ul><ul><li>Technique : réussir l’intégration des AO dans le Système d’Information et l’articulation entre les outils locaux et l’archive nationale. </li></ul><ul><li>Défense et illustration des AO : sensibiliser les communautés de recherche en tenant compte de la diversité des cultures disciplinaires </li></ul>

×