Successfully reported this slideshow.

Les imaginaires responsables et désirables #noussommesvivants

0

Share

1 of 28
1 of 28

Les imaginaires responsables et désirables #noussommesvivants

0

Share

A l'occasion de la fête de la nature, nous vous proposons d'explorer nos imaginaires de la nature. Une première étape de ce projet qui consiste à faire émerger de nouveaux imaginaires responsables et désirables: www.noussommesvivants.co #noussommesvivants #FDLN2022

La relation de l’humain à la nature structure nos représentations du reél et par conséquent nos modes de vie.

La vision actuelle du monde oppose la nature aux hommes et aux œuvres humaines. La nature est un objet parce que seul l’humain est un sujet La nature est toujours pensée comme un élément de production pour assurer le bien-être des humains. Elle est et reste instrumentalisée. En contrepoint, une Nature qu’il faut protéger ou préserver Mais toujours dans une perspective utilitariste.

Nous planterons les graines d'imaginaires futurs qui adviendront si l'humain se reconnecte au vivant. La séparation entre Homme – Nature qui engendre tant d'anxiété laissera la place à la coexistance de tous les êtres vivants sur terre. Cette vision futuriste s’articule autour de 5 concepts clés : l’évolution, la responsabilité, la raison et les sentiments, le holisme et l’individualisme, le dialogue. Sur ces fondations, à nous d'imaginer d'autres façons d'habiter le monde.

C'est au total 4 pistes d'imaginaires de la nature qui seront présentées par Jérémy Dumont, planneur stratégique et Sylvie Le Tadic🧱 prospectiviste, fondateur et membre de l'association nous sommes vivants qui porte la transition écologique dans les entreprises.

A l'occasion de la fête de la nature, nous vous proposons d'explorer nos imaginaires de la nature. Une première étape de ce projet qui consiste à faire émerger de nouveaux imaginaires responsables et désirables: www.noussommesvivants.co #noussommesvivants #FDLN2022

La relation de l’humain à la nature structure nos représentations du reél et par conséquent nos modes de vie.

La vision actuelle du monde oppose la nature aux hommes et aux œuvres humaines. La nature est un objet parce que seul l’humain est un sujet La nature est toujours pensée comme un élément de production pour assurer le bien-être des humains. Elle est et reste instrumentalisée. En contrepoint, une Nature qu’il faut protéger ou préserver Mais toujours dans une perspective utilitariste.

Nous planterons les graines d'imaginaires futurs qui adviendront si l'humain se reconnecte au vivant. La séparation entre Homme – Nature qui engendre tant d'anxiété laissera la place à la coexistance de tous les êtres vivants sur terre. Cette vision futuriste s’articule autour de 5 concepts clés : l’évolution, la responsabilité, la raison et les sentiments, le holisme et l’individualisme, le dialogue. Sur ces fondations, à nous d'imaginer d'autres façons d'habiter le monde.

C'est au total 4 pistes d'imaginaires de la nature qui seront présentées par Jérémy Dumont, planneur stratégique et Sylvie Le Tadic🧱 prospectiviste, fondateur et membre de l'association nous sommes vivants qui porte la transition écologique dans les entreprises.

More Related Content

Related Books

Free with a 30 day trial from Scribd

See all

Related Audiobooks

Free with a 30 day trial from Scribd

See all

Les imaginaires responsables et désirables #noussommesvivants

  1. 1. NOUVEAUX IMAGINAIRES RESPONSABLES Crédits photo: (C) Ellen Kooi pour COTÉLAC, direction artistique Maryse Khoriaty
  2. 2. Serions-nous prisonniers de notre vision du Réel & de nos imaginaires ? 1. Sylvie Le Tadic
  3. 3. Une logique dualiste organise et enferme les débats & controverses & actions Régression Effondrement Décroissance Sobriété Archaïque Consommation Déconsommation Nature Non - Humain Culture Humain Croissance …verte Technologique Progrès Innovation Développement Sylvie Le Tadic
  4. 4. Et génère de l’éco-anxiété & solastalgie face aux visions apocalyptiques L’éco-anxiété Définition de chercheurs australiens et néo-zélandais Solastologie Alice Desbiolles Sylvie Le Tadic
  5. 5. 2. LE DÉFI : Prendre la tangente Donner de l’air aux imaginaires Sylvie Le Tadic
  6. 6. L’anthropocentrisme Le rapport à la nature Le rapport aux autres Ludique Critique Pratique Utopique L’attitude personnelle A t t i t u d e u t i l i t a r i s t e A t t i t u d e c o n s u m é r i s t e Attitude conviviale Attitude hédoniste L’exploitation pure et simple de la nature qui est une ressource, gardiennage de la nature. Biocentrisme Chaque être vivant possède une valeur intrinsèque. Relations individualistes dans le respect de la liberté de chacun. Donner une valeur à la nature et aux animaux. Le multicentrisme La coexistance des êtres vivants. Nouvelle identité, relations, culture. Habiter autrement le monde. Contempler la beauté du monde, la penser comme un tout. Interactions bénéfiques. Protéger les écosystèmes. L’écocentrisme
  7. 7. Les 4 cadres Structurant les imaginaires Sylvie Le Tadic
  8. 8. Une vision émergente Une vision latente Sylvie Le Tadic 2 visions dominantes de la relation de l’humain à la nature structurent aujourd’hui nos représentations et imaginaires Et par conséquent nos modes de vie Notre rapport à la nature structure notre relation au monde et aux autres Un partis-pris :
  9. 9. Imaginaire 1 Sylvie Le Tadic
  10. 10. Anthropocentrisme, Homme hors nature • L’humain justifie l’énigme de son existence par la valorisation d’une ou de plusieurs de ses caractéristiques propres : sa liberté, son éthique, sa rationalité et ses sentiments. • La nature est un objet parce que seul l’humain est un sujet • Il est alors en droit de dominer la nature, de s’en servir comme un propriétaire, sans rituel, sans besoin de réciprocité, sans donner à la nature un caractère sacré • La nature, ce sont des « ressources naturelles », désirables pour ce qu’elles font, pas pour ce qu’elles sont. • La nature apparaît comme un bien économique qui permet d’orienter les décisions • Homme séparé de la nature, de son environnement ; il s’en exclut • Homme maître et possesseur de la nature Sylvie Le Tadic
  11. 11. NATURE DANGEREUSE NOURRICIÈRE MAÎTRISÉE DOMPTÉE MACHINE Richesse Ressources Prolifique Abondance Fertilité Bienfaitrice Peur Appréhension Menace Risque … Contrôle Régulation Surveillance … Fonction Production Rentabilité … Sylvie Le Tadic
  12. 12. NATURE BEAUTÉ RESSOURCEMENT DÉCOR INFANTILISÉE Énergie Pureté Contemplation … Fascination … Pittoresque Terrain de jeu … Sensiblerie … Sylvie Le Tadic
  13. 13. TECHNOLOGISÉE 13 « Il faut sauver la Nature pour sauver l’Homme ». NATURE Sylvie Le Tadic
  14. 14. Imaginaire 2 Sylvie Le Tadic
  15. 15. Biocentrisme, Hom-mort Nature, une nature sacralisée Le mythe de l’âge d’or et de la simplicité primitive Un temps « sans répression, sans loi, on y pratiquait la bonne foi et la vertu. Il n’y avait pas de juges, ni de navigation, ni de commerce, ni de guerre, ni d’armes. La terre, sans être cultivée, donnait fruits et moissons » • Chaque être vivant possède une valeur intrinsèque • Tous les êtres vivants ont la même valeur, et cette valeur nous impose le respect. • Abolition de toute hiérarchie entre les êtres vivants • Hommes comme agent de destruction de la nature : les activités humaines bouleversent l’équilibre et dégradent la nature • Approche individualiste, sans tenir compte de leur intégration dans leur milieu de vie et ne prend en compte que les éléments vivants de la nature • Dans cette vision, la violence faite à la nature par les techniques et les machines des humains est centrale. • Les animaux ont une valeur inhérente, indépendamment des intérêts, des besoins ou des usages des humains. Massacrer les animaux pour se nourrir est inacceptable et les consommer est immoral parce qu’ils sont « sujets-d’une-vie ». L’humain, c’est le parasite ou le cancer de la Terre : il se comporte en se survalorisant, il est un ennemi de la Nature, il la détruit Sylvie Le Tadic
  16. 16. Sauvage Égalitaire Sauvage Primitive ,,, Sacrée ;;;; NATURE Sylvie Le Tadic
  17. 17. Ces 2 visions engendrent 2 conceptions du monde irréconciliables 1. Le développement de l’humanité sans aucun renoncement 2. La protection de la planète avec un renoncement totale Sylvie Le Tadic
  18. 18. Imaginaire 3 Sylvie Le Tadic
  19. 19. L’ÉCOCENTRISME : L’HOMNATURE • La vision écocentrique s’appuie sur les connaissances de l’ écologie scientifique et sur une tradition qui lie l’humain à la nature par l’art, la poésie et les sentiments. • Les lois de la nature deviennent des règles éthiques pour réguler les décisions humaines sur la nature. • Et la beauté ou l’équilibre de la nature indiquent ce qu’il convient de faire et de ne pas faire Mythe d’Orphée et Romantisme • Vision holistique : Tous les organismes étant membres d’un tout, reliés entre eux, ils ont la même valeur intrinsèque. • Tous les éléments dans la nature sont donc interdépendants et il n’y a pas de coupure entre l’humain et la nature • Inclusion des entités globales : espèces, communautés d’êtres vivants, écosystèmes • Interaction des éléments vivants et non vivants pour former un tout qui a sa cohérence propre • Protection de la biodiversité et des espèces en danger est un enjeu majeur : si une espèce disparaît, c’est tout l’écosystème qui se déséquilibre et ce déséquilibre rejaillit sur les autres espèces, y compris sur les hommes Contempler la beauté du monde, le penser comme un tout et harmoniser les conduites humaines aux lois de la nature sont les piliers de la vision Sylvie Le Tadic
  20. 20. PROTECTION ROMANTIQUE ,,, NATURE Sylvie Le Tadic
  21. 21. Imaginaire 4 Sylvie Le Tadic
  22. 22. Créer des liens …fréquenter le vivant : construire une relation avec lui … affective, coopérative, diplomatique…. Rencontrer Se mailler Se sentir relié à Être sensible Rendre visible Renouer avec le vivant Entrer en résonnance ENTRER EN SYMPHONIE AVEC LE MONDE Échos du SENSIBLE & de la CONSCIENCE Coexistence non violente Reliance éthique Partenariat Coopération Symbiose Commensalisme Mutualisme Communion Réciprocité Régénération Hétérarchie Emotions Sentiments Respect Solidarité Entraide Conscience Sylvie Le Tadic
  23. 23. Le multicentrisme : L’Homme dans /avec la nature Une vision complexe de la relation homme - nature, qui intègre des antagonismes et des contradictions dans un cadre qui permet d’envisager leur complémentarité Cette vision multicentrique s’articule autour de 5 concepts clés 1. l’évolution 2. la responsabilité 3. la raison et les sentiments, 4. le holisme et l’individualisme 5. le dialogue « Une éthique multicentrique tient compte : des individus ET des espèces, d’un animal ET de l’écosystème, des humains dans leur spécificité ET de la nature dans sa biodiversité. » Fusion avec l’univers ou, au contraire, sentiment de large distanciation d’avec lui, à chaque fois il s’agit d’une attitude « simplificatrice », qui soulage de l’effort à fournir pour tenir ensemble les deux termes : l’humain et la nature. Cette posture, qui donne la prépondérance à l’un ou à l’autre, empêche de percevoir  « l’unidualité » (Edgar Morin) ou, comme le dit Andy Fisher, de ressentir « l’unité à l’intérieur de la séparation, le semblable à l’intérieur de la différence, La continuité à l’intérieur de la discontinuité ». Sylvie Le Tadic
  24. 24. 24 L’évolution • Les humains et la nature d’aujourd’hui sont les produits l’un de l’autre : interdépendants, ils co-évoluent. • L’humain, en devenant conscient du devenir de l’univers, donne une conscience au monde, cela le distingue des autres espèces, sans le séparer • Le partenariat associe l’humanité et la nature dans une relation réciproque : « Il doit devenir le copilote de la nature qui elle-même doit devenir son copilote », E. Morin • La vision multicentrique de la relation homme - nature, consiste donc à favoriser une évolution en interaction constructive avec un environnement changeant, de manière profitable autant à un être humain en particulier qu’à l’espèce humaine en général, à la nature en général, à chacune des espèces et aux individus qui les constituent • Dynamique de réciprocité créatrice La responsabilité • La responsabilité humaine se conçoit dans la communauté de destin sur la planète et s’exerce dans le cadre d’un partenariat. • Pour exercer une liberté responsable, l’humanité comme espèce peut prendre conscience du destin planétaire qui l’unit au reste du monde et chaque humain, comme individu, peut s’auto-responsabiliser au quotidien • Chaque humain est aussi responsable devant sa conscience sans tribunal pour ce qui concerne les conséquences futures de son agir quotidien La raison ET les sentiments • Connaître la nature dans son fonctionnement pour prendre les décisions, développer des technologies capables de diminuer l’empreinte écologique de l’humain pour maintenir les différentes possibilités de vie sont une pierre angulaire dans cette vision. • Mais les humains connaissent aussi avec les sentiments qui les relient tant aux autres humains qu’au reste du monde • La bienveillance, terme générique pour désigner les différentes formes d’amour, sous toutes ses formes, guide les décisions humaines autant en relation avec d’autres humains qu’en relation avec la nature. La bienveillance appelle une certaine forme d’anthropomorphisme Holisme ET Individualisme • La réflexion sur l’individu ET sur les espèces en même temps affine l’exercice de la responsabilité et la complexifie aussi. • Une éthique multicentrique tient compte des individus ET des espèces, d’un animal ET de l’écosystème, des humains dans leur spécificité ET de la nature dans sa biodiversité • Dans l’impossibilité éthique de choisir entre l’individu et l’espèce de manière définitive, et dans la nécessité pour l’humain d’être un individu authentique en lien avec les autres, la décision doit reposer sur des processus de prises de décision en commun et sur l’exercice d’une démocratie dialogique et cognitive entre les humains qui se responsabilisent individuellement et collectivement en lien avec une nature partenaire composée d’individus, d’espèces et d’écosystèmes • Reconnaissance de l’altérité Dialogue – démocratie dialogique Sylvie Le Tadic
  25. 25. 25 D’autres exemples ?
  26. 26. Une vision émergente Une vision latente Comment habiter notre monde pour assurer nos conditions d’existence ? S’intégrer et se connecter au VIVANT pour une nouvelle relation • à soi • aux humains • aux autres vivants 📌 Se libérer de nos représentations dualistes 📌 Sortir d’une relation prédatrice et toxique 📌 Sortir du triangle dramatique de l’AT persécuteur – sauveur – victime Sylvie Le Tadic Les 2 visions à l’œuvre
  27. 27. Illustrations selon ces 4 visions 4 Représentations du jardin • Sociocultures • Représentation statutaires • Modes d’habiter • Modes de vie • Systèmes conso Sylvie Le Tadic
  28. 28. Illustrations selon ces 4 visions 4 Représentations de la ville • Sociocultures • Représentation statutaires • Modes d’habiter • Modes de vie • Systèmes conso Sylvie Le Tadic

×