Emballage Alimentaire: Un Partenaire Actif !

1,005 views

Published on

Les emballages actifs entrent en interaction avec l’aliment ou s’adaptent à son environnement pour préserver, le plus longtemps possible, et de façon optimale, ses qualités organoleptiques et nutritionnelles. Les possibilités offertes par les emballages actifs sont prometteuses. Certaines de ces applications sont déjà commercialisées, mais plusieurs d'entre elles en sont encore au stade du développement.

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Emballage Alimentaire: Un Partenaire Actif !

  1. 1. PROCÉDÉS & TECHNOLOGIE Par Islem Yezza Directeur technique et développement des affaires, CascadesEmballage alimentaire :un partenaire actif !Les emballages actifs entrent en interaction avec l’aliment ou s’adaptent à son environnement pour préserver,le plus longtemps possible, et de façon optimale, ses qualités organoleptiques et nutritionnelles. Lespossibilités offertes par les emballages actifs sont prometteuses. Certaines de ces applications sont déjàcommercialisées, mais plusieurs dentre elles en sont encore au stade du développement.L  es consommateurs deviennent de ni la composition des aliments emballés. Il tifs. L’emballage actif joue ainsi un rôle dans plus en plus exigeants. Aujourd’hui, joue un rôle de préservation-conservation de la protection des aliments, et s’avère inté- ils veulent des aliments sains, aussi la qualité et assure aussi une qualité d’hy- ressant contre le gaspillage de la nourriture.naturels que possible, et conditionnés de ma- giène. Selon la terminologie validée par la L’utilisation des emballages actifs touchenière attrayante. Les industriels alimentaires, réglementation européenne : « Un emballage plusieurs secteurs  la bière, les boissons :tout comme les fabricants de machines et de dit actif modifie les conditions dun produit chaudes, les viandes fraîches et charcute-matériaux d’emballage, doivent donc réagir alimentaire conditionné en vue détendre ries, le poisson frais, les fruits et légumesen apportant des réponses appropriées. sa durée de conservation ou daméliorer les frais, les plats cuisinés, les produits laitiers, aspects de sécurité alimentaire ou de qualité les produits de boulangerie, les grignotines,Par ailleurs, les consommateurs bien in- organoleptique/sensorielle, sans dénaturer ainsi que les aliments secs et surgelés. Cesformés sont sensibilisés au problème des la qualité du produit. » emballages sont en plein développement auadditifs artificiels, comme les agents de Japon, en Europe, aux États-Unis et en Aus-conservation. La durée de vie de l’aliment Dans la gamme des emballages actifs, nous tralie. Depuis un peu moins de 10 ans, ilsest également un enjeu majeur autant sur pouvons distinguer deux catégories : font également une apparition remarquéele plan de la sécurité alimentaire que du mais encore timide, au Canada.point de vue de l’économie. Une nouvelle 01 Les absorbeurs : ces emballages ontgénération d’emballages émerge aujourd’hui pour objectif de retirer les élémentsen affichant des propriétés tout à fait ori- indésirables qui viendraient nuire à la « La durée de vie de l’alimentginales, qui s’écartent des deux grandes qualité du produit contenu.caractéristiques de l’emballage, que sont la est également un enjeu majeur 02 Les « relargueurs » d’additifs :protection de l’aliment par effet barrière(vis-à-vis des gaz, de la vapeur d’eau, des cette catégorie permet d’ajouter, autant sur le plan de la sécuritémicro-organismes, des chocs, etc.) et l’iner- d’introduire des éléments bénéfiques alimentaire que du point de vuetie de l’emballage vis-à-vis de l’aliment (pas à l’ensemble clos – par exemple,de migration de constituants de l’emballa- des émetteurs d’éthanol, de gaz de l’économie. »ge vers l’aliment). Ces nouvelles techniques carbonique, d’agents de conservation,d’emballage permettent de ralentir considé- d’arômes, d’agents antimicrobiens,rablement le processus de dégradation, tout etc. Enjeux, défis et cadre réglementaireen améliorant le contrôle de la fraîcheur. L’intérêt pour les emballages actifs s’est Marchés et tendances considérablement accru ces dernières an-Emballage alimentaire : Les emballages actifs permettent de mieux nées. Malgré un nombre impressionnantde passif à actif répondre aux évolutions du marché et aux de brevets, les applications commercialesAuparavant passif, l’emballage devient actif, exigences des consommateurs et des indus- au Canada demeurent limitées. Plusieursen agissant sur le produit, et même intelli- triels. Par exemple, les produits frais sont de facteurs restreignent la croissance de ce mar-gent, en informant et communiquant des plus en plus recherchés, et leurs circuits de ché : un coût relativement élevé, la résistancerenseignements sur l’état du produit. Ces commercialisation nécessitent des emballa- des consommateurs et des restrictions impo-emballages sont regroupés sous l’appellation ges adaptés pour les maintenir dans des sées par la législation portant sur la sécuritéSmart Packaging. L ’emballage traditionnel conditions optimales de conservation en alimentaire.est inerte : il ne modifie ni les caractéristiques réduisant au maximum l’utilisation d’addi-46 | • V9N6
  2. 2. PROCÉDÉS & TECHNOLOGIE Emballages actifs au-delà de l’effet barrièreDun point de vue règlementaire, les embal-lages actifs sont de mieux en mieux encadrés. Les principales applications des emballages actifs sont antimicrobiennes,Au Canada, pour les nouveaux emballages, il organoleptiques et de préservation. (Source : BioTendance®, L’emballageest nécessaire que toutes les composantes de alimentaire… de passif à actif. CQVB (Janvier 2012), [www.cqvb.qc.ca]).ceux-ci soient analysées par l’Agence cana-dienne d’inspection des aliments (ACIA), Les absorbeurs d’oxygène : La plupart des piégeurs d’O2 sont des composésafin qu’elle émette un certificat de conformi- à base de fer ou de poudres de fer, et ils sont commercialisés sous forme deté qui permettra leur utilisation. Lutilisation sachet. Leur fonctionnement repose sur l’oxydation du fer en milieu hydraté.d’un emballage actif doit satisfaire tout ins- Depuis quelques années, on assiste à une augmentation de produits alimentairespecteur de lACIA  d’une part, il ne doit : emballés dans des films incorporant directement l’absorbeur dO2.causer ni contamination directe ou conta-mination indirecte des produits alimentaires Les émetteurs d’éthanol : Les plus récents développements se focalisent surau cours de son utilisation ou de son entre- l’incorporation de l’éthanol dans les bouchons, emballages et contenants.posage, et, d’autre part, il ne doit pas êtreentreposé dans une aire où sont manipulés Les agents antimicrobiens : Certains films plastiques, actuellement utilisésdes aliments. pour emballer les aliments, renferment des produits antimicrobiens qui réduisent, empêchent ou freinent la prolifération des microorganismes (lesFinalement, comme bien d’autres aspects levures, les moisissures et bactéries).reliés aux emballages alimentaires, les em-ballages actifs demandent une réflexion de Nanomatériaux antimicrobiens : Le recours à des nanoparticules synthétiquesfond. Pour le moment, elle est tout juste en- dargent, de silice ou doxyde de titane dans les films ou barquettes alimentairesgagée. Dans le foisonnement de propositions permet de réduire la formation de germes en surface.d’emballages actifs, il convient de trouverles applications pertinentes, de déterminer Les films à perméabilité sélective (contrôlée) : Ils sont actuellement trèsle rapport entre le coût et la performance, recherchés pour le conditionnement sous atmosphère modifiée de végétaux fraiset de rester logique. Il y a assurément des ou faiblement transformés.limites à tenter d’augmenter la durée de vied’un aliment, sans être certain que sa valeur Emballage sous atmosphère modifiée (Modified Atmosphere Packaging ounutritionnelle n’en est pas affectée. MAP): C’est un procédé qui repose sur l’altération de la composition de gaz en contact avec la nourriture en remplaçant l’air par un seul gaz ou un mélangeConclusion de gaz. Le ratio d’oxygène, d’azote, de dioxyde ou de monoxyde de carbone estLes possibilités offertes par les emballages modifié en fonction du produit alimentaire visé.actifs sont prometteuses. La conservationprolongée des produits et la réduction au — Source : Multisorbniveau des pertes dues à la dégradationdes aliments procurent des avantages éco-nomiques considérables à l’industrie del’alimentation. Au Québec, on s’en tient àquelques absorbeurs d’oxygène ou d’hu-midité et aux emballages sous atmosphèremodifiée. Le marché est encore balbutiantet le principe de précaution, adopté dansplusieurs pays, demeure un frein majeur audéveloppement des emballages actifs.L’avenir des emballages actifs dans l’indus-trie alimentaire semble être conditionné parla réduction de leur prix, combiné à une plusgrande acceptation de ces produits par tousles acteurs de la chaîne, et surtout augmenterla durée de vie de l’aliment sans compro-mettre ses propriétés organoleptiques. • V9N6 | 47

×