Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

2014 15 coll-mat_blanc

429 views

Published on

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

2014 15 coll-mat_blanc

  1. 1. APPRENDRE  À  COMPRENDRE   À  L’ÉCOLE  MATERNELLE   Journées  “maternelle”   ISFEC  Montpellier  2013-­‐2014   Nathalie  BLANC   Université  Montpellier  3   Nathalie.Blanc@univ-­‐montp3.fr  
  2. 2. En  guise  d’introduc?on   Des  difficultés  observées     à  la  recherche   Trois  ensembles     de  travaux   Une  évolu?on  théorique   importante   Exemple  d’une  interven?on   promeJeuse   Quels  objec?fs  ?   Quel  disposi?f  ?   Quels  résultats  ?   Bilan  &   Réflexion  
  3. 3. Des  difficultés  scolaires  à  la  recherche…   •  Habileté  cogni?ve  essen?elle   Comprendre  un  texte  en  situaIon  de  lecture     •  Constat   Des   enfants   qui   lisent   parfaitement   sans   comprendre   (e.g.,  France,  Angleterre,  Etats  Unis…)     •  Comprendre  l’origine  des  difficultés  observées   -­‐  “Savoir  lire”,  ce  n’est  pas  “savoir  comprendre”   -­‐  Nécessité   d’un   apprenIssage   spécifique   de   la   compréhension   -­‐  Solliciter  les  compétences  de  compréhension  plus  tôt  et   en  dehors  du  contexte  de  lecture  
  4. 4. Trois  ensembles  de  travaux   promeJeurs…   •  Les  intervenIons  visant  à  favoriser  l’apprenIssage  de  la  lecture   sont  sans  effet  sur  les  capacités  de  compréhension  (van  den  Broek   et  al.,  2009)   –  Habiletés  langagières  ≠  Habiletés  de  compréhension     •  Des   études   longitudinales   (4   ans;   6   ans;   8   ans)   confirment   la   validité   de   solliciter   les   compétences   de   compréhension   dès   l’âge  préscolaire  (Kendeou  et  al.,  2005)   –  Caractère   généralisable   et   prédic?f   des   habiletés   de   compréhension     •  Comparer  les  enfants  “bons”  et  “mauvais”  compreneurs  (Cain,   2009)   –  Iden?fier  les  différences  et  connaître  la  nature  des  difficultés  pour   mieux   y   remédier   (e.g.,   structure   narra?ve,   produc?on   d’inférences,  métacogni?on)  
  5. 5. Modèle  actuel  du  développement     des  capacités  de  compréhension   Age/Temps  
  6. 6. Pour  en  savoir  plus…  
  7. 7. Une  illustra?on  concrète:     Exemple  d’études  réalisées     en  classes  maternelles*       *Blanc  &  Navarro,  2012;  Blanc,  en  révision  
  8. 8. Deux  idées  majeures  !!   •  Le   caractère   généralisable   des   habiletés   de   compréhension  de  récits  offre  la  possibilité:   –  d’uIliser   un   matériel   mul?-­‐média   (e.g.,   dessins   animés)   –  d’intervenir  auprès  des  enfants,  avant  l’entrée  dans  la   lecture     •  Pour   comprendre   une   histoire,   l’individu   fait   appel  à  (e.g.,  Cain,  2009):   –  ses  connaissances  relaIves  à  la  structure  narraIve   –  sa  capacité  à  produire  des  inférences   –  sa   capacité   à   auto-­‐évaluer   en   temps   réel   sa   compréhension  
  9. 9. Notre  étude  en  trois  ques?ons   •  Ques?on   1   –   La   capacité   à   produire   des   inférences   émoIonnelles   peut-­‐elle   bénéficier   d’une   session   d’apprenIssage  chez  des  enfants  âgés  de  4  ans  et  5  ans    ?     •  Ques?on  2  -­‐  Si  bénéfice  il  y  a,  perdure-­‐t-­‐il  dans  le  temps,   après  l’arrêt  de  la  session  d’apprenIssage  ?     •  Ques?on   3   –   Les   apports   de   la   session   d’apprenIssage   quant   à   la   capacité   à   produire   des   inférences   émoIonnelles   sont-­‐ils   transférables   d’un   média   à   un   autre  ?  
  10. 10. Quel  matériel  ?  
  11. 11. Quel  matériel  ?   •  Histoires  à  écouter  (7  minutes)   – 9  histoires  présentées  sur  CD-­‐audio   •  Dessins  animés  (12  minutes)   – 9  dessins  animés  présentés  sur  DVD   •  Tâche  d’aJribu?on  d’une  émo?on   – 9  événements  par  histoire   – 4  émoIons:  Joie,  colère,  tristesse,  peur  
  12. 12. Quel  échan?llon  ?     •  Enfants  scolarisés  en  maternelle   – enfants  âgés  de  4  ans  (Moyenne  SecIon)   – enfants  âgés  de  5  ans  (Grande  secIon)   •  Trois  groupes   – Groupe  Histoires  audiIves     – Groupe  Histoires  télévisées     – Groupe  contrôle    
  13. 13. Les  étapes  de  l’étude   TEST.  1   Dessin  animé   Groupe  DVD   Dessin  animé   Semaine  1   Pas  d’atelier  –  Gpe  Contrôle     Histoire  écoutée   Groupe  CD   Histoire  écoutée   Semaine  1   TEST.  2   Dessin  animé   Histoire  écoutée   TEST.  3   Dessin  animé   Histoire  écoutée   TEMPS  2  (3  semaines)   TEMPS  3   TEMPS  4  TEMPS  1   Groupe  CD   Histoire  écoutée   Semaine  2   Groupe  CD   Histoire  écoutée   Semaine  3   Groupe  DVD   Dessin  animé   Semaine  2   Groupe  DVD   Dessin  animé   Semaine  3  
  14. 14. Résultats   – Au  temps  1,  pas  de  différence  entre  les  trois  groupes   (avant  la  parIcipaIon  aux  ateliers)  
  15. 15. Résultats:  Bénéfice  ?   – Au  temps  2,  les  enfants  qui  ont  pris  part  aux  ateliers   produisent  davantage  d’inférences  émoIonnelles  que   les  enfants  du  groupe  contrôle   Apports  ?  
  16. 16. Résultats:  Durée  ?   6  semaines   – Au  temps  3,  le  bénéfice  reIré  perdure,  même  6   semaines  après  l’arrêt  des  ateliers.  
  17. 17. Résultats:  Transfert?             En  présence  des  ateliers,  les  deux  groupes  voient  leurs   capacités   à   produire   des   inférences   s’améliorer,   quel   que  soit  le  mode  de  présenta?on  de  l’histoire  (audiIf,   télévisé).   Tes?ng  phase  2   Tes?ng  phase  3   Auditory  story   Televised  story   Auditory  story   Televised  story   Gp.  CD  Audio   6.37  (2.31)   5.85  (2.10)   6.77  (1.3)   6.08  (1.65)   Gp.  DVD   6.61  (1.77)   6.05  (1.99)   6.78  (2.03)   6.14  (1.19)  
  18. 18. Que  retenir  ?  Bilan   1  -­‐  Quels  bénéfices  pour  une  interven?on  en  maternelle?   •  La   capacité   des   enfants   à   produire   des   inférences   émoIonnelles   gagne  à  être  sollicitée  dès  l’âge  de  4  ans.     2  –  L’apport  de  l’interven?on  est-­‐il  durable?   •  Oui,  le  bénéfice  perdure  dans  le  temps,  d’où  l’intérêt  d’uIliser  un   matériel  issu  de  la  liqérature  jeunesse.     3  –  Le  tranfert  des  acquis  est-­‐il  possible?   •  Oui,  le  bénéfice  est  transférable  d’un  média  à  un  autre.     Conclusion:   Diversifier   les   supports   pour   solliciter   au  plus  tôt  les  capacités  inférenIelles  des  enfants   et  les  familiariser  avec  ce  savoir-­‐faire.    
  19. 19. Une  réflexion  nécessaire…  
  20. 20. Quel  type  de  tâches  ?   À  quel  moment  les  proposer  ?   •  Non  verbale  +  offline   •  Non  verbale  +  online   Avantage:  Pas  d’interférence  avec  les  habiletés  langagières  de  base     •  Verbale  +  online   •  Verbale  +  offline   Avantage:  Favorise  le  développement  des  compétences  d’auto-­‐évaluaIon     Evalua?on  en  temps  réel:   -­‐        Soutenir  l’acIvité  de  compréhension  en  cours   -­‐  Parasiter  la  compréhension  en  raison  des  interrupIons     Evalua?on  retardée:   -­‐  Sonder  le  produit  de  l’acIvité  de  compréhension   -­‐  DisIncIon  difficile  entre  “récupéraIon”  et  “reconstrucIon  stratégique”  
  21. 21. Apports  en  faveur  d’une  évalua?on     en  temps  réel   “Preparing  for  reading  comprehension:     Fostering  text  comprehension  skills     in  preschool     and  early  elementary  school  children”   Paul  van  den  BROEK,  Panayiota  KENDEOU,  Sandra  LOUSBERG,   Gootje  VISSER     ArIcle  publié  en  2011  dans  la  revue  scienIfique:   InternaIonal  Electronic  Journal  of  Elementary  EducaIon  
  22. 22. Quel  échan?llon  ?   •  40  enfants  âgés  de  2  à  3  ans  (garderie)   •  Le   nombre   de   filles   et   de   garçons   est   comparable   dans   les   deux   condiIons   qui   seront  comparées  entre  elles  
  23. 23. Quel  Matériel  ?   •  Trois  récits   –  Histoires  extraites  de  deux  livres  illustrés  adaptés  à  la  tranche   d’âge  étudiée  (“Dikkie  Dik”  et  “Nijntje  in  the  zoo”)   –  Ciblées  sur  des  animaux;  d’une  complexité  linguisIque   comparable   –  L’histoire  1  comporte  12  phrases  (83  mots);  L’histoire  2  comporte   16  phrases  (98  mots)  et  l’histoire  3  comporte  49  phrases  (287   mots)     •  Deux  tâches     –  QuesIons  de  compréhension  (causale:  connexion  événements)   –  5  quesIons  (histoires  1  et  2)  et  10  quesIons  (histoire  3)   –  QuesIons  peuvent  être  insérées  à  des  points  jugés  “naturels”   dans  chaque  histoire  (i.e.,  fin  de  paragraphe,  bas  d’une  page)   –  Rappel  du  récit  
  24. 24. Quelle  Procédure  ?   •  PassaIon  individuelle,  session  de  30  minutes  environ.     •  Ils   sont   aléatoirement   réparIs   sur   les   deux   condiIons   (pendant  versus  après);  réparIIon  semblable  des  filles  et   des  garçons  sur  les  deux  condiIons.   •  L’expérimentateur  lit  chaque  histoire  aux  enfants  et  pose   les  quesIons  causales  soit  pendant  l’écoute  de  l’histoire,   soit  juste  après.     •  Après  l’écoute  de  chaque  histoire  et  la  tâche  de  quesIons,   les   enfants   doivent   rappeler   l’histoire   qui   leur   a   été   racontée  sans  pouvoir  se  reporter  aux  images.    
  25. 25. Quels  Résultats  ?   •  Tâche  de  compréhension   – Ceux   qui   devaient   répondre   aux   quesIons   pendant   l’écoute   sont   plus   performants   à   la   tâche   de   compréhension  que  ceux  qui  devaient  répondre  aux   quesIons  après  l’écoute   •  Tâche  de  rappel   – Ceux   qui   devaient   répondre   aux   quesIons   pendant   l’écoute  produisent  un  rappel  plus  riche  de  l’histoire   que  ceux  qui  devaient  répondre  aux  quesIons  après   l’écoute  
  26. 26. En  guise  de  conclusion…   •  Apports  du  disposiIf  d’évaluaIon   des  inférences  en  temps  réel   ⇒ SouIent   la   producIon   d’inférences   émoIonnelles   ⇒ Fournit   des   connaissances   sur   le   d é v e l o p p e m e n t   d u   l e x i q u e   émoIonnel  chez  l’enfant   ⇒ Favorise  le  recours  à  l’auto-­‐évaluaIon   de   l’acIvité   de   compréhension   en   cours  
  27. 27. QUESTIONS  ???   Journées  “maternelle”   ISFEC  Montpellier  2013-­‐2014   Nathalie  BLANC   Université  Montpellier  3   Nathalie.Blanc@univ-­‐montp3.fr   hqp://www.nathalieblanc.org/index.php/fr/publicaIons.html   hqp://www.lab-­‐epsylon.fr/membres/blanc-­‐nathalie-­‐68-­‐180.html    

×