Un cadre d’analyse des activités collectives pour le choix de solutions collaboratives

1,185 views

Published on

Guillaume Gronier, Philippe Valoggia, atelier collecticiels d'IHM'10

Published in: Technology
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,185
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Un cadre d’analyse des activités collectives pour le choix de solutions collaboratives

  1. 1. 20/09/2010 IHM’10 – 20-23 septembre 2010 - Luxembourg 1 Un cadre d’analyse des activités collectives pour le choix de solutions collaboratives Guillaume Gronier, guillaume.gronier@tudor.lu Philippe Valoggia, philippe.valoggia@tudor.lu
  2. 2. 2 Plan ➤ Introduction : retour vers le futur ! ➤ Problématique ➤ Support théorique à l’analyse des activités collectives ➤ Proposition d’une taxinomie ➤ Une illustration : l’ingénierie concourante ➤ Conclusion et perspectives
  3. 3. Introduction : retour vers le futur ! 3
  4. 4. 4 Introduction •  En 1968, Engelbart réalisa une démonstration sur la première coopération assistée par ordinateur entre plusieurs personnes pour la rédaction d’un document écrit*. •  Licklider et Taylor (1968) proposent leur vision sur l’avenir des interactions homme-machine-homme, et commencent leur article par : « Dans quelques années, les hommes seront capables de communiquer plus efficacement par l’intermédiaire d’une machine qu’en face-à-face. » * http://sloan.stanford.edu/mousesite/1968Demo.html
  5. 5. 5 Introduction •  Le système ARPAnet (Advanced Research Projects Agency Network) offre, dès 1969, la possibilité d’échanger des informations par e-mail. •  Ce système est plus largement répandu par Xerox PARC en 1973. •  En 1975, Turoff et ses collaborateurs mettent en place la première conférence assistée par ordinateur à l’aide du système EIES (Electronic Information Exchange System) (Turoff & Hiltz, 1977).
  6. 6. 6 Introduction •  Le terme Computer Supported Cooperative Work (CSCW) est utilisé en 1984 par Cashman et Greif. •  La première conférence dans le domaine (CSCW) a lieu en 1986 à Austin, Texas, USA. •  En France, l’appellation CSCW est traduit en 1994 par Alain Karsenty : Travail Coopératif Assisté par Ordinateur (TCAO).
  7. 7. 7 Mutation sociale Mutation économique Introduction 1990 1995 2000 2005 2010 Société industrielle Société du savoir Mutation technologique d’après Levan (2004)
  8. 8. 8 Introduction Systèmes Ordinateur personnel Réseau Contenu 1970 1980 1990 2000 2010 2020 2030 d’après Pendergast et Hayne (1999)
  9. 9. 9 Introduction TCAO Etude du travail coopératif Caractérisée par la coordination synchrone Caractérisée par la coordination asynchrone Conceptualisation du travail coopératif Basée théoriquement Basée empiriquement Evaluation de l’usage des systèmes de TCAO Utilisabilité Changement dans le travail organisationnel Développement de méthodologies Analyse des méthodologies Conception de méthodologies Conception de systèmes synchrones Espace de travail partagé Salles de réunions électroniques Médiaspace Architectures et plate-formes Architectures et réseaux Spécification des langages Conception de systèmes asynchrones Systèmes de Workflow Support à la coordination Mémoire organisationnelle E-mail et vidéoconférence Adapté de Carstensen (1996)
  10. 10. 10 Introduction TCAO Etude du travail coopératif Caractérisée par la coordination synchrone Caractérisée par la coordination asynchrone Conceptualisation du travail coopératif Basée théoriquement Basée empiriquement Evaluation de l’usage des systèmes de TCAO Utilisabilité Changement dans le travail organisationnel Développement de méthodologies Analyse des méthodologies Conception de méthodologies Conception de systèmes synchrones Espace de travail partagé Salles de réunions électroniques Médiaspace Architectures et plate-formes Architectures et réseaux Spécification des langages Conception de systèmes asynchrones Systèmes de Workflow Support à la coordination Mémoire organisationnelle E-mail et vidéoconférence Adapté de Carstensen (1996)
  11. 11. 11 Introduction Approche théorique Approche empirique Résultat analytique Résultat constructiviste • Etat de l’art • Etude de cas • Questionnaire exploratoire • Expérimentation • Guides de recherche basés sur la théorie • Démarches méthodologiques • Définition d’un cadre de travail • Modèles et taxonomies • Guides de recherche basés sur la pratique • Analyse de l’activité Basée sur la généralisation des connaissances Basée sur la singularité des connaissances Basée sur la définition de connaissances a priori (indépendante de l’expérience) Basée sur la reconstruction de connaissances antérieures Adapté de Carstensen (1996)
  12. 12. 12 Introduction Manipulation rigoureuse Manipulation minimale Approche naturaliste Approche contrôlée Expérimentation sur le terrain Etude de cas Expérimentation en laboratoire Etude exploratoire Adapté de Pinelle et Gutwin (2000) 47% 53% 19% 46% 7% 28% 65% 35%
  13. 13. 13 Introduction Méthodes Observation 83% Observation filmée Entretien Questionnaire Mesure quantitative Mesure qualitative Données archivées Discussion 34% 41% 31% 31% 17% 14% 10% Objets d’analyse Eléments du système utilisés 50% Support spécifique à une tâche Interactions interindividuelles Caractéristiques de l’interface Satisfaction de l’utilisateur Impact organisationnel Produit final Performance de la tâche 47% 44% 38% 38% 25% 16% 13% Adapté de Pinelle et Gutwin (2000)
  14. 14. Problématique 14
  15. 15. Problématique ➤  Comment améliorer la performance des organisations et favoriser leur capacité d'innovation ? ➤  Objectif : proposer un outil d'aide à la décision pour la mise en oeuvre d'innovations managériales au sein des organisations (David, 1996). ➤  Concilier les approches individuelles et organisationnelles. 15
  16. 16. Problématique ➤  Selon la théorie des ressources (Resource- based View) (Barney, 1991), la performance d'une entreprise réside dans sa capacité à : ➤  mobiliser les ressources pertinentes pour le développement de ses activités ; ➤  combiner avec efficacité ces ressources. 16
  17. 17. Problématique 17 Approche centrée sur la technologie • Analyse des activités collectives en fonction des solutions technologiques
  18. 18. 18 Problématique Le travail collectif assisté par ordinateur a fait l’objet de définitions et de modèles précis : •  Le modèle des 3 C définit les outils de travail collectif assisté par ordinateur à travers la coopération, la coordination et la communication (Levan, 2004, Longchamp, 203). •  Favier (1998) propose une typologie des collecticiels reposant sur trois axes : coopération, coordination et communication. •  Salber (1995) a développé un modèle (modèle du trèfle fonctionnel) qui décrit les collecticiels selon leurs fonctionnalités dédiées à la coopération, à la coordination et à la communication. •  Levan (2004) propose un méta-modèle (MAIN) du travail collaboratif sur Internet, qui place la communication au cœur des réseaux sociaux.
  19. 19. 19 Problématique TRAVAIL COLLABORATIF Communication Coopération Coordination Périmètre du projet Délais CoûtsQualité Capitalisation Structure Planification Apprentissage PilotageRéalisations Ajustements Livraisons D’après Levan (2004)
  20. 20. Support théorique à l’analyse des activités collectives 20
  21. 21. Support théorique ➤ L'épistémologie de l'action (Hatchuel, 2005) propose d'appréhender l'activité autour de deux rapports fondamentaux : ➤  les rapports sujet-objet, dans un processus de formation des savoirs (capacités, connaissances, compétences...) ; ➤  les rapports sujet-sujet, dans un processus de relations. ➤ L'OCDE (2003) considère que l'innovation affecte les ressources humaines (les savoirs) et les méthodes de travail (les relations). De même, l'innovation est le résultat d'une modification de ces deux composants. 21
  22. 22. Support théorique Par conséquent : ➤ les rapports sujet-objet (savoirs) sont naturellement associés aux connaissances, c’est-à-dire à « l’ensemble des informations, représentations et savoir-faire, produits, partagés, mémorisés par l'organisation » (David, 1996) ; ➤ Les rapports sujet-sujet (relations) renvoient aux « différents types de contacts et de connexions, directs ou non, formalisés ou non, entre les entités (acteurs ou groupes d'acteurs) de l'organisation » (Hatchuel, 2005). 22
  23. 23. Proposition d’une taxinomie 23
  24. 24. Proposition d’une taxinomie 24 Savoirs indéfinis définis définiesindéfinies
  25. 25. Proposition d’une taxinomie 25 Savoirs Relations Activités coopératives indéfinis définis définiesindéfinies
  26. 26. Proposition d’une taxinomie 26 Savoirs Relations Activités coopératives Activités processuelles indéfinis définis définiesindéfinies
  27. 27. Proposition d’une taxinomie 27 Savoirs Relations Activités coopératives Activités processuelles Activités procédurales indéfinis définis définiesindéfinies
  28. 28. Une illustration : l’ingénierie concourante 28
  29. 29. L’ingénierie concourante ➤ L’ingénierie concourante consiste à réduire le temps de développement et de conception d’un produit. ➤ Elle nécessite une forte mobilisations des activités collectives. 29 Tâche 1 Tâche 2 Tâche 3 Tâche 1 Tâche 2 Tâche 3 Approche séquentielle" Ingénierie concourante" Gains"
  30. 30. L’ingénierie concourante 30 Savoirs Relations Activités coopératives Activités processuelles Activités procédurales indéfinis définis définiesindéfinies
  31. 31. L’ingénierie concourante 31 Savoirs Relations Mise en place du projet Activités processuelles Activités procédurales indéfinis définis définiesindéfinies
  32. 32. L’ingénierie concourante 32 Savoirs Relations Mise en place du projet Définition d'un plan d'action Activités procédurales indéfinis définis définiesindéfinies
  33. 33. L’ingénierie concourante 33 Savoirs Relations Mise en place du projet Définition d'un plan d'action Coopération distribuée indéfinis définis définiesindéfinies
  34. 34. L’ingénierie concourante 34 Savoirs Relations Mise en place du projet Ajustement du plan d'action Coopération distribuée indéfinis définis définiesindéfinies
  35. 35. L’ingénierie concourante 35 Savoirs Relations Phase de résolution de problème Ajustement du plan d'action Coopération distribuée indéfinis définis définiesindéfinies
  36. 36. Conclusion et perspectives 36
  37. 37. Proposition d’une taxinomie 37 Savoirs Relations Activités coopératives Activités processuelles Activités procédurales indéfinis définis définiesindéfinies Gestion des compétences Gestion de projet Contrat d'objectif Blog GED CMS* Workflow BMP** Annuaire Groupware Wiki Open innovation Communauté Forum Chat Email
  38. 38. Conclusion et perspectives ➤ Démarche de validation empirique de la grille mise en place au sein d'une société de services (projet de recherche à débuter). ➤ Positionner les différentes familles d'outils collaboratifs (élément d'innovation managériale) au regard de la taxinomie. ➤ Articuler les apports théoriques des sciences humaines et sociales, des sciences de gestion et du management. 38
  39. 39. 39 En guise de conclusion •  Licklider et Taylor (1968) abordent plusieurs points fondamentaux : •  la communication permet de faire coïncider différents modèles mentaux (importance de la conscience mutuelle et de la construction d’un référentiel commun)
  40. 40. 40 En guise de conclusion •  l’ordinateur permettra de consulter les supports d’un intervenant sans l’interrompre (e-learning)
  41. 41. 41 En guise de conclusion •  les systèmes de communication favoriseront la découverte et l’échange entre individus de leurs centres d’intérêts (développement des outils de chat, de forum, et des réseaux sociaux numériques)
  42. 42. 42 En guise de conclusion •  la gestion de l’échange d’informations sera prépondérante (complexité de la capitalisation des connaissances)
  43. 43. 43 En guise de conclusion •  l’ordinateur saura gérer les informations pertinentes à notre place…
  44. 44. Merci de votre attention ! 44

×