Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Recrutement - Avoir sa chaîne youTube, un atout pour son CV

92 views

Published on

https://www.hetic.net/classements-ecoles-web?utm_source=slideshare&utm_medium=smo&utm_campaign=20182_news_ALL_classement-ecole-web

Ils sont jeunes, créent des plates-formes
de vidéo sur des thématiques aussi diverses que la politique
ou le jeu. Si leur expérience intrigue les recruteurs,
elle n’en ouvre pas moins des portes.

Published in: Recruiting & HR
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Recrutement - Avoir sa chaîne youTube, un atout pour son CV

  1. 1. 24 / Le Monde Campus Mercredi 19 avril 2017 recrutement M a chaîne YouTube n’est pas une ligne sur mon CV, mais elle est mon CV», estime Hugo Tra­ vers, étudiant en deuxième année à Sciences Po, qui a lancé sa chaîne «Hugo décrypte», fin 2015. Suivi par 115000 abonnés, Hugo Travers décrypte l’économie et la politique à travers des vidéos de cinq minutes. Pour les plus jeu­ nes, YouTube est le nouveau mé­ dia de masse. La plate­forme de partage de vidéos a détrôné la télévision chez les nouvelles générations. Avoir sa chaîne You­ Tube serait­il aussi devenu un atout pour «booster» son CV? Hugoaréussiunjolicoupeninter­ viewant quelques­uns des candi­ dats aux primaires. Grâce à sa chaîne et à sa présence active sur Twitter (18000 abonnés), il est in­ vité aux conférences de presse et nouedespartenariatsavecdesmé­ dias. Hugo vient d’être recruté par LCI et Le Monde des ados pour pré­ senter une chronique politique. «Sans ma chaîne, je n’aurais jamais pu avoir accès à tout cela, recon­ naît­il. C’est un tremplin énorme, une expérience inestimable.» Un de ses amis, Clément Lanot, s’oc­ cupe de la partie technique. «Cela lui a également ouvert beaucoup plus de portes que son BTS», confirme­t­il. Hugo a même hésité un court instant à arrêter ses études pour se lancer à plein­ temps comme youtubeur, mais il a finalement préféré les mener à leur terme. «Une prise de risques» «L’idée, ensuite, est de créer mon propre emploi grâce à ma chaîne, plutôt que de chercher à travailler pour les médias traditionnels.» Mais il est conscient que YouTube ne peut pas offrir les mêmes op­ portunités à tous les jeunes: «Cer­ tains secteurs sont déjà très occu­ pés et il est difficile d’obtenir de la visibilité. Mais, dans mon do­ maine, il y a encore de la place. Et puis, il y a des métiers, comme ce­ lui d’ingénieur ou de diplomate, où le diplôme reste prépondérant.» «Dans les médias, avoir sa chaîne YouTube est considéré comme une vraie expérience pro­ fessionnelle», analyse­t­il. De la même façon, dans la mode, la beauté ou les cosmétiques, de jeu­ nes youtubeuses ont réussi à per­ cer. Certaines travaillent pour des marques, d’autres ont passé des partenariats parfois très fruc­ tueux, d’autres encore ont décro­ ché une chronique dans une émission TV ou radio. «Mais cela reste une toute petite minorité», tempère Hugo Travers. «Tout le monde rêve d’avoir sa chaîne, mais finalement peu le font, car ce n’est pas si évident, constate­t­il enfin. C’est une prise de risques, on s’ex­ pose publiquement.» Se lancer sur YouTube nécessite une certaine dose d’audace. Pierre Trot, étudiant en troi­ sième année à l’Hetic (Hautes études des technologies de l’infor­ mation et de la communication), une école du Web située à Mon­ treuil (Seine­Saint­Denis), a choisi, il y a deux ans, de lancer une chaîne sur les jeux vidéo. Pierre a 30000 abonnés sur son compte YouTube et 15000 sur Twitter. Comme Hugo, à un moment, il s’est posé la question d’arrêter ses études pour se consacrer à sa chaîne. «Certains l’ont fait et ga­ gnent leur vie grâce à YouTube. J’ai choisi de donner la priorité à mes études», explique Pierre. Réseaux sociaux et notoriété Son expérience de youtubeur fi­ gure sur son CV comme un élé­ ment de son parcours profession­ nel. Il estime qu’elle constitue un réel atout: il a appris à gérer une communauté, à maîtriser les ré­ seaux sociaux et les outils techni­ ques (il réalise ses vidéos lui­ même).«AvoirmachaîneYouTube m’a ouvert des portes et m’a permis de multiplier des contacts. Et d’être plus à l’aise à l’oral.» Cette expé­ rience l’a aidé à décrocher des entretiens pour des stages, obte­ nir une mission de community management pour une associa­ tion de gaming et un poste de res­ ponsable relations publiques et communication de la junior entreprise d’Hetic. «Mon expérience sur YouTube rassure et séduit. Les entreprises nous considèrent comme des in­ fluenceurs. Dans de nombreux do­ maines, nous intéressons les mar­ ques. Autant d’opportunités pour les jeunes youtubeurs, analyse Pierre Trot. Lors des entretiens, cela intrigue et interpelle les recru­ teurs. Et puis, cela me permet de parler d’un sujet où je suis tout de suite à l’aise.» Son conseil: ne pas lancer sa chaîne pour améliorer son CV ou gagner de l’argent, mais par réelle envie, et en le faisant avec authen­ ticité. Sinon, le public s’en rendra vite compte. «YouTube est un grand déclencheur de possibles», résume l’artiste Ina Mihalache, plus connue sous le nom de Solange. A 26ans, en 2011, elle a lancé sa chaîne, «Solange te parle», sur laquelle elle confie ses réflexions personnelles et ses coups de gueule. Grâce à cette vitrine virtuelle suivie par 250000 abonnés, elle a acquis un réseau et une notoriété qui lui ont, entre autres, permis de publier un livre et de réaliser un film. gaëlle picut Ils sont jeunes, créent des plates­formes de vidéo sur des thématiques aussi diverses que la politique oulejeu.Sileurexpérience intriguelesrecruteurs, elle n’en ouvre pas moins des portes Avoir sa chaîne YouTube, un atout pour son CV «L’IDÉE, ENSUITE, EST DE CRÉER MON PROPRE EMPLOI GRÂCE À MA CHAÎNE» HUGO TRAVERS youtubeur «DANS DE NOMBREUX DOMAINES, NOUS INTÉRESSONS LES MARQUES» PIERRE TROT youtubeur

×