Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Devenir médecin de famille, une résidence en communication

266 views

Published on

Le parcours pour devenir médecin de famille au Québec se termine par une résidence d’une durée de deux années. Durant cette formation postdoctorale, les résidentes et les résidents doivent apprendre les rudiments d’une profession tout en intégrant ce qu’est d’être médecin de famille. Cet apprentissage s’effectue par un modelage de rôles avec plusieurs superviseurs ainsi que par des interactions avec des collègues résidents et d’autres professionnels de la santé. Ces contacts sont fortement teintés par des rencontres formelles et informelles où le pouvoir s’exerce de manière à façonner les normes qui vont régir les comportements professionnels et personnels des futurs médecins. Par ces différents aspects communicationnels, nous aborderons cette période de transition vers une profession qui peut s’avérer difficile pour quelques personnes.

Published in: Health & Medicine
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Devenir médecin de famille, une résidence en communication

  1. 1. une résidence en communication DEVENIR MÉDECIN DE FAMILLE Richard Rioux candidat au doctorat interdisciplinaire en santé et société, UQAM Sous la direction de Chantal Aurousseau, professeure, UQAM Élise Ledoux, professeure, UQAM
  2. 2. Journal de Montréal 9 janvier 2017
  3. 3. •Comment les multiples rôles et leur modulation agissent sur la santé et la qualité de vie des résidents en médecine de famille? •Multiples rôles = multiples interlocuteurs •Les interactions avec les interlocuteurs influencent la santé et la qualité de vie Qu’est-ce qui nous intéresse?
  4. 4. •Entrevues semi-dirigées •11 résidentes et 2 résidents (18 entrevues) •6 résidentes et résidents en suivi de 2 ans (R1 et R2) •3 blocs • Sphères scolaire, professionnelle et personnelle •Durée moyenne de 92 minutes [58 – 153] •Grille d’entrevue validée et annotée par des organisations concernées Comment y arriver?
  5. 5. •Questionnaire en ligne (durant 2 ans) •266 répondantes et répondants •178 questionnaires complets analysés •65 questions • Rapport à la profession • Activités durant la résidence • Activités hors résidence • Stress professionnel et reconnaissance • Qualité de vie et santé •Temps moyen de réponse : 40 minutes Comment y arriver?
  6. 6. CE QUE L’ON SAIT
  7. 7. •Selon la FMRQ*, les résidents ont un double statut : 1. Stagiaire (sphère scolaire) 2. Employé.e d’un établissement de santé (sphère professionnelle) Qui sont les résidents? *Fédération des médecins résidents du Québec (2015)
  8. 8. Qu’est-ce que la résidence? Université de Montréal (2015)
  9. 9. Qu’est-ce que la résidence? Université de Montréal (2015) Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche AM Cardio Cardio Cardio Bureau Cardio Garde étage Garde étagePM Université Cardio Cardio SOIR Garde étage Garde étage Garde étage Garde étage Garde étage Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche AM Bureau Urgence mineure Sans rendez-vous Bureau Sans rendez-vous PM Bureau Bureau Université Bureau Nutrition SOIR
  10. 10. Les attentes et exigences Référentiels tirés de Oandasan et coll. (2012) Objectifs d’évaluation Rôles CanMEDS- MF Connaissances cliniques •Expert en médecine de famille •Communicateur •Collaborateur •Professionnel •Promoteur de la santé •Gestionnaire •Érudit •Approche centrée sur le patient •Habiletés de raisonnement clinique •Habiletés techniques •Sélectivité •Habiletés de communication •Professionnalisme L’échantillonnage du contenu emploie : •Thèmes et comportements observables •Phases de la rencontre clinique •99 sujets prioritaires et éléments clés • Douleurs abdominales • Problèmes familiaux • Hypertension • Trauma • …
  11. 11. •Sachant que: •les résidentes et résidents ont deux statuts; •la résidence représente une période chargée; •plusieurs attentes et exigences pèsent sur les résidentes et résidents; •Où se trouvent les interactions? Et avec qui? Donc…
  12. 12. sur l’évaluation CE QUE L’ON A APPRIS
  13. 13. •Au quotidien (même après des demi-journées) •Avec des exigences et attentes selon le patron L’évaluation « être évalué tous les jours, tout le temps puis avoir des objectifs quasiment différents chaque jour » (P2b, R2, M) « En fait, ce qui est le plus dur, c’est justement d’être toujours avec des médecins différents qui ont des conduites différentes, qui veulent qu’on adopte leur conduite » (P3a, R1, F)
  14. 14. •Perçue comme étant une surveillance constante •Pas seulement des patrons, mais de l’ensemble de l’équipe médicale L’évaluation « tout le monde fait attention à ce qu’il dit, devant tous les patrons parce que tu ne sais pas trop devant qui tu es, puis t’es dans une position d’infériorité, puis tu vas être évalué, puis même si t’es censé être évalué purement sur tes décisions médicales, c’est sûr que si la personne t’apprécie ou pas puis si elle est d’accord ou pas va avoir une certaine influence » (P12, R1, F) « que des fois, on est jugé sur des choses qui n’ont pas de lien direct avec la médecine » (P3b, R2, F)
  15. 15. •C’est de plaire, de ne pas décevoir et de faire bonne impression L’évaluation « Le fait d’être constamment en évaluation, le fait d’avoir à plaire entre guillemets, dans le sens que tu ne veux pas décevoir non plus tes superviseurs. » (P10, R2, F) « Je n’ai pas peur pour le soin du patient, mais plus de me faire juger. » (P6a, R1, F) « Je veux que mes patrons croient que je suis une bonne résidente, donc je veux faire une bonne impression sur eux. » (P9, R2, F)
  16. 16. •C’est aussi de ne pas perdre la face L’évaluation « selon l’organisation pyramidale d’où est-ce qu’on est, on dépend de si on sauve la face devant l’infirmière ou le patron en premier là, dépendant de qui a le plus de pouvoir sur notre qualité de vie. » (P12, R1, F) « C’est sûr qu’on veut que nos patrons nous aiment, d’une part parce que ça rend la journée longue sinon, puis d’autre part parce que ça joue dans nos évaluations. » (P12, R1, F)
  17. 17. •C’est de limiter ou taire les commentaires L’évaluation « Des fois, on a envie de s’obstiner avec un patron […] c’est un peu frustrant d’avoir quelqu’un d’autre nous demander d’utiliser notre relation thérapeutique pour quelque chose qu’on est pas nécessairement d’accord. Puis c’est normal, il y a mille façons de pratiquer la médecine […] On n’a pas beaucoup plus de contrôle, mais on a beaucoup plus de responsabilités puis je pense que c’est cette dissonance qui est un petit peu difficile à gérer. » (P12, R1, F) « Il faut toujours suivre les recommandations des patrons donc des fois c’est difficile de se taire. » (P6a, R1, F) « Mais c’est sûr que des fois, ça fait en sorte […] que je vais moins dire mes plans. Je vais dire ce que je pense [que le patient a] puis je vais dire un petit peu ce que je pense que je ferais, mais c’est comme si je laissais tout le temps la porte ouverte pour qu’il me dise qu’est-ce que lui, veut faire » (P3a, R1, F)
  18. 18. •En résumé : •Constante, quotidienne •Dépendante de chaque patron •Perçue comme une surveillance •Besoin de plaire, ou de ne pas perdre la face •Limiter ou taire les commentaires •L’évaluation est surtout une relation avec les patrons. L’évaluation
  19. 19. sur les relations avec les patrons CE QUE L’ON A APPRIS
  20. 20. •Épisode de harcèlement ou d’intimidation •d’un patron omnipraticien (22,3%) • 3,7% des répondants (souvent à tous les jours) • 18,5% des répondants (parfois) •d’un patron spécialiste (44,5%) • 7% des répondants (souvent à tous les jours) • 37,5% des répondants (parfois) Relations avec les patrons
  21. 21. •Reconnaissance estimée provenant •d’un patron omnipraticien (95,6%) • 4,4% des répondants (pas du tout) • 25,4% des répondants (un peu) • 70,2% (modérément à extrêmement) •d’un patron spécialiste (82,1%) • 17,9% des répondants (pas du tout) • 37,0% des répondants (un peu) • 45,1% (modérément à beaucoup) Relations avec les patrons
  22. 22. •C’est le respect de la hiérarchie Relations avec les patrons « Quand on est résidents, on est comme des salariés puis on a des superviseurs, mais y’a des médecins qui sont capables vraiment d’être égalitaires, mais tout en ayant un certain niveau d’autorité. […] quand on est résident on apprend, mais j’ai l’impression que souvent, la façon d’apprendre est comme hiérarchisée puis je ne pense pas que c’est la bonne méthode.» (P3b, R2, F) « C’est [les patrons] qui ont le dernier mot. Et avec raison, c’est eux, selon la hiérarchie qui ont plus d’expérience et le titre et tout ça.» (P6a, R1, F) « il y a une espèce d’héritage de médecine […] une espèce de hiérarchie. Juste le vouvoiement, mettons. Faut que tout le monde vouvoie les médecins […] il peut tutoyer tout le monde, mais faut que les infirmières les vouvoient puis les résidents les vouvoient. […] Y’a une espèce de hiérarchie qui fait que les médecins ont comme je sais pas, un pouvoir, une espèce de contrôle un peu qui met des fois de la pression sur les résidents. » (P3a, R1, F)
  23. 23. •Est-ce que ça clique? Relations avec les patrons « y’avait pas d’affinités personnelles puis j’avais un petit peu de difficulté avec certaines choses de ce patron là […] il ne me connaît pas du tout, il n’a pas pris le temps non plus de m’écouter, même si j’ai essayé de dire comment je me sentais au début. » (P8a, R1, M) mais c’est rare que les patrons vont nous demander comment on va, qu’est-ce qu’on fait dans la vie, c’est quoi qu’on aime, nos intérêts. (P3a, R1, F)
  24. 24. •Est-ce que ça clique? Relations avec les patrons « des fois j’ai un certain stress parce que mettons, j’ai un patron qui est très différent de moi puis des fois, j’ai pas l’impression qu’il me respecte donc ça, ce n’est pas toujours facile. » (P7, R1, F) « À chaque fois que je me sens moins à l’aise avec un patron, c’est un patron qui n’écoute pas ou peu, qui donne juste de la rétroaction négative, qui est plus froid, distant puis plus autoritaire. » (P8b, R2, M) « il y a des patrons qui sont rigides et même si tu leur montres des preuves, ils ont tellement d’orgueil et sont tellement fâchés qu’un résident les contredise ou mette en doute leurs connaissances, ils sont très offensés. » (P6a, R1, F)
  25. 25. •Du patron ou collègue? Relations avec les patrons « Je dirais, plus t’avances, plus ce qu’ils te donnent est vraiment dit sous forme de conseil versus quand on commence, c’est - « Bien là, tu dois faire ça! Bien là, pourquoi tu n’as pas fait ça?» Je dirais même, y’a une attitude qui change dans la façon de nous superviser dans nos cas. » (P4, R2, F) « Les jeunes patrons vont beaucoup nous aider. » (P6a, R1, F) « si je veux prescrire une crème hydratante pour l'eczéma [les patrons] peuvent me dire leur préférence, mais vont me laisser prescrire celle que je veux au contraire de certains patrons qui tètent selon moi sur des détails de telle crème est vraiment supérieure à une autre alors que ce sont toutes des crèmes hydratantes. » (P5b, R1, F) « [les vieux patrons] sont capables de te donner des leçons de vie, pour les patients. » (P10, R2, F)
  26. 26. •Ce que je veux devenir Relations avec les patrons « souvent des patrons que j’ai aimés dans des stages, un petit peu tout le temps pour les mêmes raisons là, que c’était un peu des modèles de rôle dans le fond parce que c’est ça un peu qu’on cherche j’ai l’impression, à la résidence. » (P8b, R2, M) « chaque patron avec qui je travaille de manière plus soutenue que trois heures de clinique, je finis toujours par demander quand ils font mon évaluation ‘’Bien vous, quel genre de pratique avez- vous? ’’ » (P1a, R1, F)
  27. 27. •En résumé: •Respect de la hiérarchie et de ne pas trop en dire •Avec qui ça clique? •Ce que je veux devenir •Relation patron ou collègue? •Prendre confiance •Opinion de soi (R1 = 6,56; R2 = 7,18) sig : 0,008 Relations avec les patrons
  28. 28. sur les relations avec les autres personnes CE QUE L’ON A APPRIS
  29. 29. •Être sur la corde raide et ne pas trop en dire Avec les professionnels « Je ne peux pas me permettre que les infirmières d’un département ne m’aiment pas parce que sinon, ma vie va véritablement être misérable. » (P12, R2, F) « probablement qu’il y a un patron qui m’a trouvée bête une fois avec une ergo puis là, ça finit que je dois avoir des [mauvaises] relations interpersonnelles avec les autres professionnels de la santé. » (P5b, R2, F) « Fait que je sais que ça a l’air un peu contradictoire, je suis en train de dire - « On a un super bon climat de travail, mais en même temps, y’a des situations où tu dis oups, on ne peut pas tout se dire non plus […] ‘’Bien moi aujourd’hui, dans le GMF, j’aimerais ça dire que j’ai de la misère avec un patron x ‘’, je ne peux pas nommer le patron x devant la psychologue parce que c’est son collègue de travail aussi.» (P4, R2, F)
  30. 30. •Épisode de harcèlement ou d’intimidation (41,3%) •8,1% des répondants (souvent à très souvent) •33,2% des répondants (parfois) •Par les résidents séniors: 17,8% des répondants •Reconnaissance (91%) •8,9% des répondants (pas du tout) •31,1% des répondants (un peu) •59,9% (modérément à extrêmement) Avec les professionnels
  31. 31. •Source de soutien Avec les collègues résidents « Puis les R2, ils nous ont beaucoup aidés pour ça au début, plus que les patrons. » (P3a, R1, F) « Après nos cours, souvent on va prendre une bière et là c’est à ce moment que la ventilation se fait de parler des cas plus difficiles, des petits conflits avec les patrons tout ça. » (P6a, R1, F) « dans le fond ça nous réconforte, je pense un peu tout le monde, de savoir que ce qu’on ressent, ce qu’on vit, c’est partagé par plusieurs de nos pairs. Donc, c’est ça, c’est positif dans ce sens-là. » (P8a, R1, M) « Puis quand on travaille en équipe, c’est important de prendre le temps de jaser puis de créer des liens avec notre équipe » (P11, R1, F)
  32. 32. •Reconnaissance •Par les résidents de la même année: • 92,1% des répondants •Par les résidents juniors: • 88,8% des répondants •Par les résidents séniors: • 82,1% des répondants Avec les collègues résidents
  33. 33. •Source de motivation et de reconnaissance Avec les patients « C’est vraiment le contact avec le patient, de sentir que j’aide, que le patient ressort satisfait ou en tous cas, qu’il a une idée plus claire de ce qu’il a ou de ce qui pourrait améliorer sa condition, même si on ne peut pas tout régler là, mais c’est ça. » (P8a, R1, M) « Quand je sens que enfin, mes connaissances servent à quelque chose, puis que ça a de l’allure ce que je fais puis que le patient est satisfait puis que j’ai de moins en moins besoin d’un patron derrière moi pour me dire quoi faire puis comment m’enligner. » (P11, R1, F) « Je sais qu’ultimement, profondément en dedans de moi, j’aime la médecine, j’aime le contact avec les gens, j’aime pouvoir les aider dans certains moments, j’aime les accompagner. » (P1b, R2, F)
  34. 34. •Source de motivation et de reconnaissance Avec les patients « C’est à cause que j’ai des patients le fun puis que je vis des belles choses de travailler avec eux puis de travailler pour eux que la résidence peut être plaisante, mais en même temps aussi, c’est ce qui fait que je ne me sens pas capable d’appeler ma patronne et de dire que je suis malade si je suis malade. » (P12, R2, F) « Les patients, ils ont toujours l’air vraiment contents qu’on soit là pour eux puis ils n’ont pas l’air, bien peut- être que dans leur tête, ils sont inquiets que ça soit un résident, mais je sens toujours qu’ils sont super ouverts puis je dirais que c’est ça. » (P3a, R1, F)
  35. 35. •Reconnaissance •Par les patients : 99,5% des répondants •Par la famille des patients : 98,9% des répondants •Épisode de harcèlement et d’intimidation •Par les patients : 41,8% (parfois à souvent) •Par la famille des patients : 28,4% (parfois à souvent) Avec les patients
  36. 36. •En résumé: •Les relations avec les professionnels influencent le parcours des résidents •Les collègues résidents et les patients sont des sources importantes de soutien, de motivation et de reconnaissance •Est-ce qu’il y a du soutien à l’extérieur du milieu? Relations avec les autres
  37. 37. avec les gens en-dehors de la résidence CE QUE L’ON A APPRIS
  38. 38. •Soutien de l’entourage Et en-dehors de la résidence? « Vraiment là, ça a été un excellent support puis y’a pas beaucoup de monde qui peuvent dire que leur conjoint est super compréhensif de leur situation, mais moi je sais que j’ai un conjoint qui est très compréhensif de ce que je vis. » (P4, R2, F) « [mon conjoint] aussi des fois, il n’est pas toujours de bonne humeur, il est – ‘’ Oh, je suis déprimé ’’, fait que là, il me parle de ce qu’il vit puis on s’appuie mutuellement. » (P7, R1, F)
  39. 39. •Mais parfois une incompréhension Et en-dehors de la résidence? « Fait que c’est difficile de gérer cet aspect-là parce que j’aime mes parents, tu ne veux pas les décevoir, tu veux avoir une bonne relation avec eux, mais à un moment donné, j’ai l’impression qu’ils comprennent pas c’est quoi ma réalité. » (P4, R2, F) « c’était important pour moi que mon copain sente que je sois disponible en priorité avant mes amis […] je pense que pour moi, mettre l’accent sur ma relation, c’était important parce que je trouve que R2, c’est une année difficile pour n’importe quelle couple » (P1b, R2, F)
  40. 40. •Qualité des relations •73,2% sont satisfaits à très satisfaits de leurs relations familiales •62% sont satisfaits à très satisfaits de leurs relations amicales •Qualité du temps passé => insatisfaction Et en-dehors de la résidence?
  41. 41. •Qualité du temps passé Et en-dehors de la résidence? Toutes ces exigences m'empêchent de me concentrer sur l'essentiel, mon étude, mon travail et un peu de temps pour ma qualité de vie (sport, famille, amies et conjoint). (répondant) Sommes toutes, je suis satisfaite de ma qualité de vie si ce n'est de la culpabilité que je ressens parfois vis à vis couple/famille/amis de devoir faire les horaires éprouvants. (répondante)
  42. 42. •Qualité du temps passé •Avec la famille • 44% sont très insatisfaits à insatisfaits • 40% sont satisfaits à très satisfaits •Avec les amis • 54% sont très insatisfaits à insatisfaits • 28,5% sont satisfaits à très satisfaits •Pour les activités de loisirs • 49% sont très insatisfait à insatisfaits Et en-dehors de la résidence?
  43. 43. Existe-t-il un dehors? IL RESTE À SAVOIR…
  44. 44. •Moyenne d’heures liée à la résidence: •58,37 h/semaine • x : 26 h sont consacrées aux soins aux patients • x : 3 h sont consacrées à l’étude •Moyenne d’heures non liées à la résidence*: •24,17 h/semaine • x : 9 h sont passées seul • x : 7,25 h sont passées en couple Existe-t-il un dehors? *excluant les heures de sommeil
  45. 45. •Moyenne d’heures de sommeil •Entre 6h et 8h par nuit •70,9% sont pas du tout à modérément satisfait de leur sommeil •78,9% conduisent quand ils sont fatigués de parfois à souvent Existe-t-il un dehors?
  46. 46. Questions ou commentaires? MERCI DE VOTRE ÉCOUTE!
  47. 47. SUPPLÉMENTS
  48. 48. •Consommation d’alcool •24,6% des répondants •Consommation d’antihistaminique •27,7% des répondants •Consommation de produits naturels (ex. mélatonine) •24,3% des répondants Et pour dormir?
  49. 49. •Consommation de caféine •79,7% des répondants • 65% en consomment de 1 à 2 portions par jours • 12,9% en consomment plus de 3 portions par jour •Consommation de boissons énergisantes •13% des répondants •Caféine ≠ boisson énergisante Et pour rester éveillés?
  50. 50. •Consommation de caféine •66,1% des répondants •Consommation d’alcool •32,6% des répondants • 35,6% consomment plus d’une fois par mois 5 verres ou plus lors d’une même occasion •Consommation d’antiacide •25,3% des répondants Et pour fonctionner?
  51. 51. Résident Médecin Étudiant Attentes Exigences Conduites Interactions Attentes Exigences Conduites Interactions Rôles RÉSIDENCE Suicide Dépression Désir de quitter Souffrance Harcèlement Intimidation Évaluations Reconnaissance Patients Aime le travail Viesociale
  52. 52. •Âge médian est de 27,1 ans (Md pop. 28,8) •82,6% de femmes (pop. 72,4%) Qui sont-elles, qui sont-ils?
  53. 53. •Caractéristiques des résidents •Au Québec: • les femmes sont plus nombreuses, surtout en médecine de famille (CAPER, 2015) • les résidents sont 2 ans plus jeunes que dans le reste du Canada (CAPER, 2015) • Près de la moitié sont mariés ou vivent avec un partenaire (SNM, 2012) • 2/3 de celles et ceux en couple avec un professionnel de la santé, le sont avec un médecin (SNM, 2012) Qui sont les résidents?

×