MODULE C BTS SP 3S

4,963 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
1 Like
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

No Downloads
Views
Total views
4,963
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
7
Actions
Shares
0
Downloads
46
Comments
0
Likes
1
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

MODULE C BTS SP 3S

  1. 1. qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwerty - MODULE C -uiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui BTS SERVICES ET PRESTATIONS SECTEUR SANITAIRE ET SOCIALopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiop 2013/14asdfghjklzxcvbnmqwertyuiopas GILLES DUCLOUXdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmrtyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopas Page - 0 - sur 92 Page - 0 - sur 92dfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdf
  2. 2. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxTable des matières INTRODUCTION .................................................................................................................... - 3 -1. NOTIONS DE PRESTATIONS ET DE SERVICES ............................................... - 4 - 1.1. LA SOLIDARITE ........................................................................................................... - 4 - 1.2. LA DISCRIMINATION POSITIVE. .................................................................................. - 4 - 1.3. L’ACCES AU DROIT ..................................................................................................... - 5 - 1.3.1. DROITS FORMELS ET DROITS RÉELS. ........................................................................... - 6 - 1.3.2. UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE DROITS. .................................................................. - 6 - 1.4. LA DECENTRALISATION .............................................................................................. - 7 - 1.4.1. UN PROCESSUS ENGAGÉ IL Y A PLUS DE 20 ANS. ........................................................ - 7 - 1.4.2. LES LOIS DEFERRE DE1983 ........................................................................................... - 8 - 1.4.3. LA REFORME CONSTITUTIONNELLE DE 2003 .............................................................. - 8 - 1.5. LA PLUS TRADITIONNELLE DE NOS COLLECTIVITES : LA COMMUNE.............................- 11 - 1.5.1. LE RÔLE DU MAIRE .................................................................................................... - 11 - 1.5.2. LE RÔLE DU CONSEIL MUNICIPAL .............................................................................. - 11 - 1.6. LES INSTITUTIONS MINISTERIELLES OU TERRITORIALES, .............................................- 12 - 1.6.1. LE MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ........................................... - 12 -2. DIVERSITE DES PRESTATIONS ET SERVICES SANITAIRESET SOCIAUX .... -15 - 2.1. PRESTATIONS FAMILLES ET ENFANTS ........................................................................- 16 - 2.1.1. LES ALLOCATIONS FAMILIALES, une allocation spécifique ........................................ - 17 - 2.1.2. PRESTATION DACCUEIL DU JEUNE ENFANT (PAJE) .................................................. - 18 - 2.1.3. LAIDE A DOMICILE .................................................................................................... - 19 - 2.1.4. COMPLEMENT FAMILIAL ........................................................................................... - 20 - 2.1.5. ALLOCATION RENTREE SCOLAIRE .............................................................................. - 20 - 2.1.6. ALLOCATION JOURNALIERE DE PRESENCE PARENTALE ............................................ - 20 - 2.1.7. ALLOCATION DE SOUTIEN FAMILIAL ......................................................................... - 21 - 2.1.8. LES PENSIONS ALIMENTAIRES ................................................................................... - 21 - 2.2. LES RETRAITES ..........................................................................................................- 23 - 2.2.3. LES RAISONS .............................................................................................................. - 24 - 2.2.4. LALLOCATION DE SOLIDARITÉ AUX PERSONNES AGÉES (ASPA) .............................. - 25 - 2.3. PERSONNES AGEES ET/OU DEPENDANTES, ................................................................- 25 - 2.2.5. LALLOCATION PERSONNALISEE DAUTONOMIE (APA), ............................................ - 26 - 2.3. PERSONNES HANDICAPEES .......................................................................................- 27 - 2.3.5. LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ............................. - 27 - 2.2.5. ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPES................................................................. - 28 - 2.2.6. PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP ..................................................... - 29 - 2.3. PERSONNES CONCERNEES PAR LA MALADIE, .............................................................- 30 - 2.3.5. ALLOCATION DEDUCATION DE LENFANT HANDICAPE (AEEH) ................................ - 30 - 2.3.6. L’AIDE SOCIALE .......................................................................................................... - 31 - 2.4. PRESTATIONS LOGEMENT .........................................................................................- 31 - 2.4.5. LE LOGEMENT ............................................................................................................ - 32 - 2.4.6. L’EXPULSION LOCATIVE : UNE REPONSE PUBLIQUE TROP REPRESSIVE .................... - 33 - 2.4.7. AIDE PERSONNALISEE AU LOGEMENT (APL) ALS .......................................................... 34 2.4.8. FONDS DE SOLIDARITE POUR LE LOGEMENT ................................................................ 35 2.4.9. LAIDE LOCA-PASS .......................................................................................................... 35 2.5. PRESTATIONS D’INSERTION.......................................................................................... 37 2.5.5. LA CONSTITUTION DE 1945 ........................................................................................... 37 2.5.6. LE SEUIL DE PAUVRETE ............................................................................................. 37 Page - 1 - sur 92
  3. 3. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 2.5.7. LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) ...................................................................... 38 2.5.8. LE RSA JEUNES ............................................................................................................... 39 2.5.9. LE CONTRAT D’AVENIR .................................................................................................. 403. SANTE ET ACTION SOCIALE ................................................................................... 42 3.1. UNE SECURITE SOCIALE POUR TOUS - état des lieux...................................................... 42 3.2. LA CONSTRUCTION PROGRESSIVE DUNE PROTECTION SOCIALE UNIVERSELLE............... 42 3.2.1. LE DEFICIT DE LA SECURITE SOCIALE ............................................................................. 43 3.2.2. 2009-2012 : UNE SECURITE SOCIALE EN PLEINE REFORME .......................................... 43 3.2.3. LA LOI « HOPITAL, PATIENTS, SANTE, TERRITOIRES » (HPST)........................................ 43 3.2.4. ORGANISATION ADMINISTRATIVE ................................................................................ 44 3.2.5. ORGANISATION FINANCIERE DU REGIME GENERAL ..................................................... 47 3.2.6. LA GARANTIE DES RISQUES DU REGIME GENERAL ....................................................... 48 3.2.7. LES GRANDS PRINCIPES DE PRISES EN CHARGE ............................................................ 50 3.2.8. LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE ..................................................................... 51 3.2.9. L’AIDE MEDICALE DE L’ETAT. ......................................................................................... 52 3.3. LES PRESTATIONS SOCIALES FACULTATIVES .................................................................. 52 3.3.1. PRESTATIONS D’ACTION SOCIALES DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ...................... 52 3.1.1. PRESTATIONS D’ACTION SOCIALES DES ORGANISMES DE PROTECTION SOCIALE........ 54 3.1.2. PRESTATIONS D’ACTION SOCIALES DES EMPLOYEURS ................................................. 55 LES MUTUELLES D’ENTREPRISES ................................................................................................... 554. OFFRE DE SERVICES ................................................................................................. 57 4.1. LES ENJEUX MODERNES DE LA SOCIÉTÉ ........................................................................ 57 4.1.1. L’ANALYSE : DIFFÉRENCIER DES PUBLICS ET DÉFINIR DES RISQUES ............................. 57 4.1.2. LA SOCIALISATION ......................................................................................................... 59 4.1.3. L’INSERTION, REINSERTION ........................................................................................... 63 4.1.4. L’ENSEIGNEMENT SPÉCIALISÉ ....................................................................................... 63 4.1.5. LA RÉINSERTION SOCIALE .............................................................................................. 65 4.1.6. LA PROTECTION JURIDIQUE .......................................................................................... 71 4.1.7. PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ET PERSONNES AGEES DEPENDANTES .......... 72 4.1.8. LES REGIMES DE TUTELLE ET DE CURATELLE ................................................................ 74 4.1.9. PROTECTION SPECIFIQUE EN FAVEUR DES MINEURS, .................................................. 76 ANNEXES ................................................................................................................................ 83 1. article du Monde sur la politique familiale française ............................................................ 83 2. le régime général de la Sécurité sociale ................................................................................ 85 Page - 2 - sur 92
  4. 4. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxINTRODUCTION1La genèse dune politique sociale sapprécie à travers le repérage dune question sociale et deréponses possibles, des pressions multiples, des débats, des rapports et enfin, la décision duneintervention de lÉtat. En France, les politiques sociales se construisent à partir du XIXe siècle. Elles sappuient sur les interventions antérieures de lÉtat dans le domaine de lassistance aux indigents et de la répression des populations considérées comme dangereuses (vagabonds, indigents valides...) et sur celles de léglise qui répond depuis des siècles à son devoir de charité en accueillant orphelins, malades, vieillards... Fondé sur le principe duniversalité, le système de protection sociale concerne toute personne résidant sur le sol français et confrontée à lun des risques quil court : maladie, maternité, vieillesse, accident du travail ou invalidité et dépendance. Il est destiné, à partir dun principe fondateur de redistribution des richesses, à améliorer les conditions de vie de lensemble de la population. Il se traduit essentiellement par des allocations et des prestations et se complète de dispositifs sanitaires et sociaux. Le secteur sanitaire et social est un système de compensation dinégalités, qui traduit uneconception de laction positive (discrimination positive) en faveur de population identifiée. Lesecteur sanitaire et social se décompose en : « aide sociale » définie par un cadre légal et en «action sociale » volontaire ou extralégale, décidée pas une collectivité publique en plus de la loi.L’aide et l’action socialeL’aide sociale en France regroupe lensemble des prestations sociales versées aux personnes ensituation de pauvreté ou dextrême pauvreté. L’aide sociale a pour objectif de répondre auxbesoins primordiaux des personnes. On la distingue de laction sociale, qui englobe laide socialefacultative et territorialisée mais également les actions engagées pour sortir les personnesconcernées de cette situation.Les missions de lassistant de service social en polyvalence de secteur sont différentes de cellesexercées en service spécialisé. Aujourdhui, un quart des assistants de service social en postesont employés par les Conseils Généraux. Le service social de polyvalence par son approchegénéraliste reste le modèle de base du travail social et permet la rencontre dun public diversifiéavec des demandes variées.1 D’après « Comprendre les politiques d’action sociale » de Valérie Löchen, éditions Dunod et « La nouvelle questionsociale » de Pierre Rosanvallon, éditions Points. Page - 3 - sur 92
  5. 5. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux1. NOTIONS DE PRESTATIONS ET DE SERVICESArticle 1er de la Constitution : " La France est une République indivisible, laïque, démocratiqueet sociale. Elle assure légalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction dorigine, de raceou de religion. Elle respecte toutes les croyances. " 1.1. LA SOLIDARITELa solidarité est au fondement du système français de protection sociale : solidarité entre lesgénérations pour le régime des retraites, solidarité nationale en direction des personnesdéfavorisées, solidarité de proximité à travers lAide sociale départementale où lactioncommunale.La solidarité apparaît en tant que mode de laction publique par opposition à la charité apportéeau nom didéaux religieux ou politiques. Elle sen différencie par son caractère légal qui luidonne une puissance universelle. Ce nest pas un jugement moral qui détermine laccès ou nonau bénéfice à la solidarité mais une situation objective, identifiée dans des textes légaux etréglementaires. Cette rationalisation juridique tend à sortir lAction sociale de la subjectivité.La solidarité vise ainsi à compenser les inégalités liées à la naissance, à lorigine, au sexe, à létatde santé... Elle nagit pas sur la cause mais sur ses effets.LÉtat doit-il se substituer aux régulations qui sopèrent par le système de loffre et de lademande? Les tenants du libéralisme et de létatisme sopposent sur cette question. Mais au-delàdes débats, le système français est fondé sur des équilibres entre les deux approches, plus oumoins avantagées selon les forces en présence.En 1945, avec la Constitution Française du 4 octobre 1945 de la Vème République, œuvredu Conseil National de la Résistance, la perspective de solidarité est complétée par lidéedaccompagner la modernisation du pays en permettant aux individus et aux groupessociaux de sadapter progressivement à cette grande mutation.Elle a vocation à compenser linadaptation sociale et professionnelle liée à lévolution delenvironnement. Il sagit également de mettre en place une justice redistributive pour mieuxpartager les fruits de la croissance et de permettre à chacun den tirer profit. Pendant les TrenteGlorieuses, le niveau de vie des Français évolue de façon très rapide. À léchelle de lhistoire,cette période de forte croissance est tout à fait exceptionnelle. La pauvreté recule, le niveaugénéral dinstruction augmente et, avec lui, le caractère démocratique de la société, des libertésindividuelles et collectives. 1.2. LA DISCRIMINATION POSITIVE.La discrimination positive consiste à mettre en oeuvre de façon volontariste les conditions duneégalité entre les individus en conduisant des actions en direction des personnes « défavorisées »par leur âge, leur sexe, leur appartenance à une minorité, leur handicap, leur lieu dhabitation,etc. Page - 4 - sur 92
  6. 6. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLe concept de discrimination positive, s’il est un levier important de justice réparatrice, présenteun effet pervers de stigmatisation et peut être perçu comme dangereux en mettant « sous lalumière » des populations ou des quartiers en difficulté. La vraie question est celle del’investissement de ces personnes ou de ces problèmes par les autorités publiques. Ils n’ont pasà bénéficier d’un traitement privilégié mais d’un traitement normal. Il s’agit de remplacer unprincipe de discrimination positive par un principe d’égalité républicaine.La Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE) est créée enFrance par la loi du 30 décembre 2004, modifiée par la loi du 31 mars 2006 pour l’égalité deschances. Autorité administrative indépendante, elle a pour missions générales de contrer lesdiscriminations prohibées par la loi2 et de fournir toute information nécessaire, d’accompagnerles victimes, d’identifier et de promouvoir les bonnes pratiques pour faire entrer dans les faits leprincipe d’égalité.Elle peut procéder à des tests de discrimination (testing).Cliquez ici pour 6 vidéos produites par La HALDE sur le thème de la discrimination 1.3. L’ACCES AU DROIT3Laccès aux droits constitue un des fondements des politiques sociales. Il ne sagit pas seulementdaffirmer des droits mais dorganiser les conditions daccès et dexercice de ces droits pourtoutes les personnes concernées.La reconnaissance des droits constitue une première étape. On peut dégager trois grandesphases dans lhistoire de la citoyenneté des pays occidentaux : le XVIIe siècle promeut des droits civiques, le XIXe siècle des droits politiques et économiques et enfin le XXe siècle consacre les droits sociaux.Les droits sociaux sont énoncés et mis en oeuvre au niveau national à travers la construction dusystème de protection sociale.2 (origine, santé, handicap, H., sexe, situation de famille, activités syndicales, Perpignan, orientation sexuelle,convictions religieuses, apparence physique, caractéristique génétique,...)3 Références juridiques - Loi du 17 juillet 1978 portant diverses mesures damélioration des relations entre ladministration et le public. - Loi du 6 juin 1984 relatif aux droits des usagers dans leurs relations avec les services chargés par la protection de lenfance. - Loi du 29 juillet 1998 dorientations et de lutte contre les exclusions. - Loi du 30 juin 1999 sur la couverture maladie universelle. - Loi du 2 janvier 2002 rénovant laction sociale et médico-sociale portant diverse mesures damélioration des relations entre la ladministration et le public. - Loi du 4 mars 2002 relatif aux droits des malades et à la qualité du système de santé. - Loi du 11 février 2005 pour légalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées. - Loi du 5 mars 2007 sur le droit au logement opposable. Page - 5 - sur 92
  7. 7. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 1.3.1. DROITS FORMELS ET DROITS RÉELS.La complexité croissante de la réglementation, le développement du partenariat dans la gestiondes droits rendent plus difficile laccès direct des bénéficiaires. La montée des exclusions, ledéveloppement de la pauvreté, les recours accrus au dispositif durgence sont venus interrogeren profondeur le système français de protection sociale. Que la Sécurité sociale ne puisse couvrirtous les risques concernant lensemble de la population, cétait une chose acquise, laide socialeprenant alors le relais. Le RMI avait amélioré la situation, notamment en matière de couverturesociale, à travers une affiliation obligatoire des allocataires à lassurance-maladie personnelle.Cependant, au tournant des années 90 émerge un problème depuis longtemps évoqué par lesassociations : laccès aux droits et aux soins. Professionnels et bénévoles de laction socialeconstatent une recrudescence du nombre de personnes ne connaissant pas leurs droits où nouspouvant les mettre en oeuvre. La recherche du bon interlocuteur, la capacité à prouver sonidentité et ses revenus, la domiciliation, laccès à lécrit sont autant dobstacles qui viennentfreiner laccès aux droits. 1.3.2. UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE DROITS.Dans les années 1990 à 2000, 3 nouveaux types de droits sont définis : les droits des victimes, lesdroits des usagers et les droits opposables.Concernant le droit des usagers, le tournant est pris par la loi du 2 janvier 2002 rénovant lactionsociale et médico-sociale, qui entend introduire de nouvelles approches dans les relations entrelusager et linstitution, en garantissant aux usagers lexercice de leurs droits les plusfondamentaux.Une nouvelle étape est bientôt franchie à travers la définition de droits opposables. Cette notionde droits opposables entend renforcer les droits sociaux subjectifs et insuffisamment mis enoeuvre malgré les volontés ou les tentatives. Dans cette logique, lopposabilité vise à identifierun responsable qui pourra répondre devant la justice de la non-application dun droit reconnu àdes individus.Mise en place de la loi DALO et conséquencesLa loi en préformation : débatsAugustin Legrand et Les Don Quichotte en 20072008 : premiers jours de mise en place de la loiNovembre 2008 : Où en est la loi DALO ?Février 2009 , la fête du DALIl existe depuis de nombreuses années en France deux droits opposables : laccès à lécole etlaccès à la santé. La loi 5 mars 2007 définie un nouveau droit opposable, le logement, afin derendre ce droit au logement effectif.Cette nouvelle approche, qui renforce le principe daccès aux droits, et cependant très critiquéedans la mesure où elle pourrait développer la judiciarisation des relations entre lÉtat et lescitoyens sans apporter de réponse à la vraie demande qui est non pas davoir accès à un droitmais bien plus d’avoir accès à un logement.La mise en place de nouveaux droits opposables est envisagée concernant la garde denfants. Cedroit permettrait aux parents dattaquer les collectivités n’offrant pas de solutions en matière degarde denfants. Page - 6 - sur 92
  8. 8. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 1.4. LA DECENTRALISATION 1.4.1. UN PROCESSUS ENGAGÉ IL Y A PLUS DE 20 ANS.La décentralisation est un processus consistant pour l’Etat à transférer au profit descollectivités territoriales certaines compétences et les ressources correspondantes.La France, qui a conservé loptique dune « république unie et indivisible » apparaît peudécentralisée par rapport aux états voisins, qui donnent généralement de plus grandes libertésdactions à leurs régions, voire ont une structure clairement fédérale (fédéralisme)ou autonome.Que désigne le terme de collectivité territoriale ? Les collectivités territoriales sont des structures administratives, distinctes de l’administration de l’État, qui doivent prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis. 36 000 communes, syndicats, syndicats mixtes, pays, 2 400 communautés de communes, 97 départements, 22 régions. Une collectivité territoriale est définie par trois critères : personnalité morale, compétences propres et pouvoirs de décision.Elle est dotée de la personnalité morale, qui lui permet d’agir en justice. Elle dispose ainsi de sonpropre personnel et de son propre budget. Au contraire, les ministères, les services de l’État auniveau local (comme les préfectures) ne sont pas des personnes morales mais desadministrations émanant de l’État.Elle détient des compétences propres, qui lui sont confiées par le législateur. Une collectivitéterritoriale n’est pas un état dans l’État. Elle ne détient pas de souveraineté et ne peut pas sedoter, de sa seule initiative, d’organes nouveaux.Elle exerce un pouvoir de décision, qui s’exerce par délibération au sein d’un conseil dereprésentants élus. Les décisions sont ensuite appliquées par les pouvoirs exécutifs locaux.Les deux grands moments de la décentralisation se sont concrétisés par l’adoption de loisélaborées par le gouvernement : ce sont les lois Defferre en 1982-1983, puis la réformeconstitutionnelle en 2003. Page - 7 - sur 92
  9. 9. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 1.4.2. LES LOIS DEFERRE DE1983 Les lois portés par Gaston Defferre4 en 1983 : avaient allégé la tutelle de l’Etat sur les collectivités locales, avaient donné au département et à la région une autorité exécutive (ce n’est plus le préfet qui assure l’exécution des décisions, mais le président du Conseil général ou de la Région) et avaient transformé la Région en collectivité territoriale, structure administrative, distincte de l’administration de l’État, qui doit prendre en charge les intérêts de la population d’un territoire précis. Les compétences transférées alors aux collectivités concernent : l’urbanisme et le logement, la formation professionnelle, l’aménagement du territoire, l’action sociale, la santé et les transports.Des aides financières sont accordées par l’Etat aux collectivités sous la forme de dotations(dotations globales de fonctionnement, d’équipement, de décentralisation).Vingt ans après cette première étape, le bilan reste positif mais met en évidence la nécessité d’unapprofondissement dans les domaines de la démocratie locale et de la définition des relationsdes collectivités avec l’Etat. La question des moyens accordés aux collectivités reste posée ainsique celle d’une clarification des compétences attribuées à chacune d’elles. 1.4.3. LA REFORME CONSTITUTIONNELLE DE 2003Depuis 2003, le gouvernement a fait adopter plusieurs textes qui sont présentés comme l’acte IIde la décentralisation :La révision constitutionnelle du 28 mars 2003. Sur l’organisation décentralisée de la République, étend les responsabilités des collectivités etleur reconnaît notamment un droit à expérimentation. (Huit domaines sont définis commepouvant faire l’objet d’expérimentations5). Elle renforce leur autonomie financière et élargit la4 Gaston Defferre : 1910-1986. Parlementaire et ministre sous les IVe et Ve Républiques.5 Les collectivités locales volontaires pourront mener des expérimentations dans les huit domaines suivants : la gestiondes fonds structurels européens, les interventions économiques, le transfert des aéroports, la résorption de l’insalubrité, le Page - 8 - sur 92
  10. 10. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxdémocratie locale (droit accordé aux collectivités locales d’organiser des référendumsdécisionnels et droit de pétition pour les électeurs).L’organisation des pouvoirsEnsuite, la mise en œuvre de cette réforme a nécessité l’adoption de 3 lois organiques (loirelative à l’organisation des pouvoirs) relatives à : l’expérimentation par les collectivités, aux référendums locaux et à l’autonomie financière des collectivités territoriales.La loi relative aux libertés localesEnfin, la loi relative aux libertés et responsabilités locales, du 13 août 2004, (élaboration deschémas régionaux) est présentée par le gouvernement comme la dernière étape législative dece nouvel acte de la politique de décentralisation.(Ce texte énumère l’ensemble des nouvelles compétences transférées par l’Etat aux collectivitéslocales. Il définit les principes permettant la compensation financière des différents transferts decompétence et il organise les modalités de transferts des personnels de l’Etat vers les collectivitésainsi que les garanties apportées aux fonctionnaires transférés).Les principales compétences transférées à partir de 2005 :Les compétences transférées concernent les secteurs suivants : Le développement économique : renforcement du rôle de coordination de la Région. La formation professionnelle : la Région devra désormais définir et mettre en œuvre la politique d’apprentissage et de formation professionnelle des adultes en recherche d’emploi. Les transports : entre autres, certaines parties des routes nationales sont transférées aux départements, les collectivités territoriales (ou leurs groupements) pourront prendre en charge la création et la gestion des aéroports (à l’exception de certains aéroports d’intérêt national ou international). L’action sociale : les départements se voient attribuer un rôle de « chef de file » en matière d’action sociale, ils auront notamment à leur charge l’ensemble des prestations d’aide sociale. Le logement social : la loi prévoit le transfert aux collectivités locales des responsabilités relatives aux politiques de l’habitat, ne conservant à l’Etat qu’un rôle de « garant de la solidarité nationale ». L’essentiel des responsabilités doit être transféré aux départements ou aux groupements intercommunaux. L’éducation et la culture : les personnels techniciens, ouvriers et de service (TOS) des lycées et collèges doivent être recrutés et gérés par la collectivité dont ils relèvent (département pour les collèges, région pour les lycées).financement de l’équipement sanitaire, l’assistance éducative confiée par la justice aux départements, l’organisation desécoles primaires et l’entretien du patrimoine. Des conventions devront être passées avec l’Etat pour l’attribution desmoyens nécessaires à ces expérimentations. Page - 9 - sur 92
  11. 11. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux La compensation financière devrait être intégrale, les nouvelles ressources devraientcorrespondre aux ressources que l’Etat consacrait à l’exercice des compétences transférées. Les questions des modalités de transferts des personnels de l’Etat vers les collectivités locales, ainsi que celles concernant la compensation financière des transferts de compétences sont celles qui suscitent le plus d’inquiétudes et de polémiques chez les partenaires sociaux ou les élus locaux. Les syndicats de l’Education nationale, par exemple, contestent la nécessité de procéder au transfert des personnels administratifs des lycées et collèges. De nombreux élus locaux, parmi lesquels la quasi-totalité des présidents de régions, mettent en doute le caractère intégral des compensations financières annoncées.La notion de compétences générales et celle de conseillers territoriauxLes compétencesLe projet de loi prévoit que régions et départements seront dotés decompétences exclusives.Ces compétences ne pourront être exercées par un autre niveau de collectivité.Mais cette règle sera assortie d’exceptions. Ainsi, régions et départementsconserveront une capacité d’initiative, limitée aux domaines non couverts parla loi.Dans le cas, « exceptionnel », de compétence partagée, la loi pourradésigner une collectivité chef de file, ou autoriser les collectivitésintéressées à procéder par voie de convention pour désigner leur chef defile. Ce chef de file devra organiser l’action commune des collectivités parvoie de convention.Les cofinancementsLes financements croisés ne seront possibles que pour les projets d’envergure, ou pourmotif de solidarité ou d’aménagement du territoire. Le maître d’ouvrage devra assurerune « part significative » du financement.Les conseillers territoriauxLe conseiller territorial est la réponse que le Gouvernement Sarkozy souhaitait apporter aurenforcement de la complémentarité de laction des départements et des régions. Il devait être ledernier acte de la décentralisation, le gouvernement Hollande a annulé la mesure fin 2012. Page - 10 - sur 92
  12. 12. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 1.5. LA PLUS TRADITIONNELLE DE NOS COLLECTIVITES : LA COMMUNE 1.5.1. LE RÔLE DU MAIRE Le maire est le représentant de l’État dans la commune. Il est aussi officier d’état-civil et officier de police judiciaire. Il exerce des fonctions propres au pouvoir municipal (publication des lois et règlements, organisation des élections, légalisation des signatures, préparation du budget et ordonnancement des dépenses, gestion du patrimoine). Le maire est titulaire de pouvoirs propres. En matière de police administrative, il est chargé de maintenir l’ordre public. Il a en charge les polices spéciales (baignade, circulation, etc.). Le maire est également le chef de l’administrationcommunale. Il est le supérieur hiérarchique des agents de la commune et dispose d’unpouvoir d’organisation des services.Le maire exerce des compétences déléguées par le conseil municipal et doit lui rendre compte deses actes. 1.5.2. LE RÔLE DU CONSEIL MUNICIPALLe conseil municipal représente les habitants. Ses attributions sont très larges.Le conseil municipal donne son avis toutes les fois qu’il est requis par les textes ou par lereprésentant de l’État. Il émet des vœux sur tous les sujets d’intérêt local, il vote le budget,approuve le compte administratif (budget exécuté). Il est compétent pour créer et supprimer desservices publics municipaux, pour décider des travaux, pour gérer le patrimoine communal,pour accorder des aides favorisant le développement économique. Le conseil exerce sescompétences en adoptant des « délibérations » (terme désignant les mesures votées). Il peutformer des commissions disposant d’un pouvoir d’étude des dossiers.Le conseil municipal doit se réunir au moins une fois par trimestre et l’ordre du jour, fixé par lemaire, doit être communiqué avant le début de la séance. Celle-ci est ouverte au public.L’apport des lois de décentralisation depuis 2003Pour les communes et groupements de communes, la loi élargit leurs compétences dans lesdomaines de : L’urbanisme et Des transports, De l’enseignement, De l’action économique, Du logement, De l’action sanitaire et sociale et De la culture. Page - 11 - sur 92
  13. 13. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLa responsabilité juridique des mairesCes dernières années, la responsabilité personnelle d’élus a été engagée de façon croissante. Lesrisques de mise en cause d’élus et de fonctionnaires pour fautes non intentionnelles naissentessentiellement des obligations d’hygiène et de sécurité, des pouvoirs de police, qui mettent lesmaires au premier rang en cas d’accident, et de la gestion de certains services publics locaux.Afin de limiter ces mises en cause pénales, jugées parfois excessives, la loi du 10 juillet 2000, dite"loi Fauchon ", assouplit le régime de la responsabilité pour faute non intentionnelle. L’élu nepeut plus être condamné s’il a accompli les diligences normales compte tenu des circonstances.L’intercommunalité comme nouvel échelon administratifPrésentée comme un remède à l’émiettement communal et un instrument del’organisation rationnelle des territoires, l’intercommunalité s’est développéedepuis la loi du 12 juillet 1999 relative au renforcement et à la simplification dela coopération intercommunale, dite « loi Chevènement ».6La loi du 13 août 2004 accorde aux établissements publics de coopérationintercommunale à fiscalité propre, qui en font la demande, le droit d’exercercertaines compétences attribuées aux régions et aux départements, pour lecompte de ces collectivités et sous réserve de leur approbation.Avec l’émergence des structures intercommunales, le centre du pouvoir local s’est déplacé et faitcraindre aux maires des petites communes ou des communes périurbaines d’être dépossédés deleur mandat.En outre, des interrogations se font jour quant aux coûts de l’intercommunalité. 1.6. LES INSTITUTIONS MINISTERIELLES OU TERRITORIALES, 1.6.1. LE MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉi organigramme du ministère des Affaires Sociales La ministre des affaires sociales et de la santé prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement dans les domaines des affaires sociales, de la solidarité et de la cohésion sociale, de la santé publique et de l’organisation du système de soins. Sous réserve des compétences du ministre de l’économie, des finances et du commerce extérieur, elle prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement dans le domaine de la protection. Elle a autorité sur la DGS et la DGOS6 Selon le bilan de l’intercommunalité dressé au 1er janvier 2008 par la Direction générale des collectivitéslocales, 92 % des communes et 87 % de la population appartiennent à un groupement de commune à fiscalitépropre. Page - 12 - sur 92
  14. 14. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLA SANTELa Direction Générale De La Santé (DGS) Différentes missions : promotion de la qualité et la sécurité des soins ou analyse des besoins desanté de la population.La Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS)Pilotage statégique, contrôle, évaluation et animation des ARSLA PROTECTION SOCIALE.La Direction Générale de la Cohésion SocialeDirection d’administration centrale des ministères sociaux, chargée de la conception, du pilotageet de l’évaluation des politiques publiques de solidarité, de développement social et depromotion de l’égalité favorisant la cohésion sociale. Veille à la cohérence nationale etterritoriale de ces politiques.Elle anime l’action des pouvoirs publics en matière de politiques publiques de solidarité, dedéveloppement social et de promotion de l’égalité. En particulier, elle est compétente en matièrede : Politique familiale, Autonomie des personnes handicapées et des personnes âgées, Égalité entre les femmes et les hommes et de promotion des droits des femmes, Prévention et lutte contre les exclusions, inclusion sociale et insertion des personnes en situation de précarité, Économie sociale et solidaire.Par ailleurs, elle définit le cadre d’intervention des professionnels du secteur social et médico-social et des organismes prestataires de services et elle veille au développement de l’emploi destravailleurs et intervenants sociaux.Les différents organismes du régime général de la sécurité sociale :La Caisse Nationale d’Assurance-Maladie, la Caisse Nationale des Allocations Familiales, la CaisseNationale d’Assurance Vieillesse, Lagence Centrale Des Organismes De Sécurité Sociale.LES STRUCTURES TERRITORIALISÉES.Les Agences Régionales de Santé (ARS)Les ARS remplacent, depuis 2010, les DDASS et DRASS. Elles rassemblent au niveau régional lesressources de l’Etat et de l’Assurance maladie, pour renforcer l’efficacité collective et garantirl’avenir du service public de la santé. Page - 13 - sur 92
  15. 15. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxL’ARS regroupe en une seule entité plusieurs organismes chargés des politiques de santé dansles régions et les départements : Directions Régionales et Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales (DRASS et DDASS), Agences Régionales de L’hospitalisation (ARH), Groupements Régionaux de Santé Publique (GRSP), Unions Régionales des Caisses d’Assurance Maladie (URCAM).En unifiant des forces dispersées, les ARS permettent de mener des politiques de santé plusefficaces et de simplifier notre système de santé. Interlocuteur régional unique, l’ARS garantitaux professionnels de santé des procédures plus simples (guichet unique pour les aides àl’installation par exemple) et aux patients un égal accès aux soins et une meilleure coordinationsur le terrain entre les professionnels et les établissements de santé et médico-sociaux.Vidéo : le point de vue de Jacques Attali sur la décentralisation Page - 14 - sur 92
  16. 16. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux2. DIVERSITE DES PRESTATIONS ET SERVICES SANITAIRESET SOCIAUXVeuillez trouver en annexe 2 le tableau de synthèse des prestations et dispositifs sociaux iiQu’est-ce que le quotient familial, et à quoi sert-il ?7 Le quotient familial (QF) est un indice calculé par la Caisse d’Allocations Familiales. IL représente le revenu mensuel disponible, indexé sur la taille de la famille. La CAF se base sur ce QF pour déterminer le montant de certaines prestations familiales, soumises à des conditions de revenus. Elles ne seront versées que si le quotient familial ne dépasse pas un certain plafond. C’est le cas par exemple des aides aux vacances familiales, des tickets temps libre enfant et de certaines aides individualisées.Ce quotient est aussi très utilisé par la commission de recours amiable de la CAF. Il sert àexaminer les demandes de remises de dettes de la part d’allocataires qui ont perçus desprestations indues et qui doivent les rembourser.D’autre part, certains organismes partenaires de la CAF se servent du quotient familial. En effet,cet outil leur permet de fixer la participation financière qui sera demandée aux familles. C’est lecas par exemple dans les cantines municipales, ou dans les crèches. Des associationsfonctionnent aussi en partenariat avec la CAF, dans le domaine par exemple des aide-ménagères.Le nombre de parts, la base du quotient familialCalcul du quotient familial en fonction des ressources d’une familleLa CAF considère la taille de la famille. C’est ce que l’on appelle le nombre de parts. Les parents comptent pour 2 parts, qu’il s’agisse d’un couple ou d’un parent isolé. Il faut ensuite rajouter à ce nombre les parts correspondant aux enfants à charge, de moins de 20 ans. Tous les enfants comptent pour 0,5 part, à l’exception du troisième, qui compte pour 1 part complète. De même, les enfants handicapés sont comptabilisés comme 1 part entière. 8Une fois que l’on connaît le nombre de parts, il devient possible de calculer le quotient familial. Ilsuffit d’appliquer la formule :7 Source Bloc.com : http://www.bloc.com/article/banque/impots/le-calcul-du-quotient-familial-pour-la-caf-2011-02-28.html#ixzz1HUNpnI2b8 Détail des calculs de part Page - 15 - sur 92
  17. 17. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Quotient familial = (1/12° ressources annuelles + prestations familiales mensuelles) Nombre de parts Les ressources annuelles correspondent au revenu imposable des parents, 2 ans avant la demande. On y relève le montant des revenus imposables, et ce avant tout abattement fiscal ou report des déficits antérieurs pour les employeurs et travailleurs indépendants. Ce montant est divisé par 12, pour obtenir la valeur des ressources mensuelles de la famille. On y ajoute le montant des prestations mensuelles perçues le mois précédent la demande. Toutes les prestations sont prises en compte, à l’exception des allocations exceptionnelles (allocation rentrée scolaire, prime déménagement, allocation d’éducation spéciale « retour au foyer », prime à la naissance et à l’adoption et complément de libre choix du mode de garde dans le cadre de la PAJE). 2.1. PRESTATIONS FAMILLES ET ENFANTSPour connaître le détail de chacune des prestations depuis le 1er janvier 2004, réactualisées au 31décembre de chaque année (conditions d’accès, conditions de ressources, montants, etc.) cliquez icipour le site de la PAJE, conditions de ressourcesVous pouvez aussi consulter les montants et conditions d’accès de ces prestations réactualisées enpermanence sur le site de ASH (Actualités sociales hebdomadaires) : pour ASH cliquez iciOPERATEURS ET CAISSES DE PAIEMENTDépartements : Comme nous l’avons déjà vu, les Conseils généraux sont les principauxopérateurs des prestations légales obligatoires que sont les aides familles et enfants. Ilsreprésentent les guichets d’accueil, les instructeurs des dossiers de demandes et assurent lesuivi du bon déroulement des aides.CAF : La branche famille du régime général de la sécurité sociale : la Caisse Nationale desAllocations Familiales, informe les familles de leur droit et, par l’intermédiaires des caisses deleur lieu de résidence, procède au paiement des prestations.CONDITIONS GENERALESQuelque soit sa nationallité, une famille résidant en France au moins 6 mois par an peutbénéficier des prestations familliales. Si elle est étrangère hors CEE, elle doit fournir un titre deséjour en cours de validité.La CAF prend en considération les revenus déclarés sur les deux années précédentes, en Franceet à l’étranger s’il y a lieu.Les familles sans domicile doivent se domicilier auprès d’un CCAS. Page - 16 - sur 92
  18. 18. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 2.1.1. LES ALLOCATIONS FAMILIALES, une allocation spécifiqueVeuillez trouver, en annexe 2, l’article de Anne Chemin du 19/08/2011, dans Le Monde, sur lapolitique familiale française.Créées en 1932, les allocations familiales sont aujourd’hui les prestations familiales les pluscourantes. En effet, toutes les familles comptant au moins deux enfants peuvent y prétendre. Deplus, il n’y a pas de démarche à effectuer, elles sont versées automatiquement.Ce dispositif, dans son état actuel, avait fait l’objet d’une controverse au sein des campagnesprésidentielles 2012, Hollande proposant que les AF soient redistribuées en fonction desressources ; la réforme n’a finalement pas été retenue. Conditions d’attributionCette prestation est versée à toutes les familles ayant au moins deux enfants de moins de20 ans à charge, et cela quelles que soient les conditions familiales et le montant desressources.Méthode de calculLes allocations familiales sont calculées à partir d’une base et ne dépendent en aucun cas desrevenus de la famille. Plus le nombre d’enfants est important, plus leur montant est élevé.D’autre part, il existe une majoration du montant pour les enfants de 11 à 16 ans, puis pour lesenfants de 16 à 20 ans. Mais attention, si la famille ne compte que deux enfants, l’aîné n’ouvrepas le droit à cette somme supplémentaire.Enfin, une allocation forfaitaire peut être versée pour les enfants de plus de 20 ans. Pour cela, lafamille doit avoir perçu les allocations familiales pour 3 enfants le mois précédent les 20 ans del’enfant. De plus, celui-ci doit être toujours considéré comme « à charge », cest-à-dire vivanttoujours au sein du foyer, ou percevant un salaire inférieur à 55% du SMIC. Cette allocationforfaitaire est versée aux familles jusqu’au mois précédent le 21ème anniversaire de l’enfant.Montant des allocationsLe montant de base des allocations familiales est fixé à : - 125.78 €/mois pour 2 enfants ; - 286.94 €/mois pour 3 enfants ; - 161.17 €/mois pour chaque enfant supplémentaire.En outre, la majoration est de : - 35.38 € pour les enfants de 11 à 16 ans - 62.90 € pour les enfants de 16 à 20 ans.Enfin, l’allocation forfaitaire pour un enfant de plus de 20 ans est de 75,33 €. Page - 17 - sur 92
  19. 19. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 2.1.2. PRESTATION DACCUEIL DU JEUNE ENFANT9 (PAJE)Cette prestation concerne les familles dont les ressources ne dépassent pas certaineslimites. Si le parent isolé ou la famille attend un enfant, elle doit simplement déclarer lagrossesse à la CAF et à sa caisse d’assurance maladie dans les 14 premières semaines.Si la famille adopte un enfant, celui-ci doit avoir moins de 20 ans. La famille doit avoir adopté cetenfant où il doit avoir été confié en vue d’adoption par : Le service d’aide sociale à l’enfance. Un organisme autorisé pour l’adoption. Une autorité étrangère compétente. Cette prestation comprend : Une prime à la naissance, Une allocation de base, Un complément du libre choix de garde ou libre choix d’activité (les deux pouvant se cumuler si la personne travaille à mi-temps.)Dans tous les cas, le demandeur doit adresser à la CAF la déclaration de grossesse (ou livret defamille) ou les justificatifs concernant l’adoption ou l’accueil en vue de l’adoption de l’enfant.Laccueil des jeunes enfants par la PAJE de Haute-LoirePrime à la naissance Le montant mensuel de la prime à la naissance est de 903.07 euros par famille (1 806.40 € pour un enfant adopté). Elle est versée au cours du 7ème mois de grossesse ou le mois suivant l’arrivée d’un enfant adopté.Allocation de baseSi une famille ou un parent isolé a un enfant de moins de trois ans que cet enfant est à sa chargeet qu’elle ne dépasse pas un certain seuil de limites de ressources, elle peut bénéficier d’uneallocation de base.Les visites médicales obligatoires :Après la naissance, l’enfant doit passer trois examens médicaux obligatoires au cours : Dés les huit premiers jours, De son neuvième ou 10e mois, De son 24e ou 25e mois. Le montant de l’allocation de base est de 180.62 € par foyer et par enfant, jusqu’à l’âge de trois ans.9 Rapport INSEE 2010 : 2.01 enfants par femme. 828 000 naissances Page - 18 - sur 92
  20. 20. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxComplément de libre choix du mode de garde.Si une famille ou un parent isolé a un enfant de moins de 6 ans, né, adopté ou recueilli en voied’une adoption, qui est gardé par une assistante maternelle ou une garde d’enfant àdomicile elle peut bénéficier, selon ses ressources, de cette allocation :pour un montant maximum de 560.40 € par famille, par enfant de moins de trois ansComplément de libre choix dactiviteSi une famille ou un parent isolé a un enfant de moins de 6 ans, né, adopté ou recueilli en voied’une adoption, qu’un des deux parents ne travaille plus ou exerce une activité à tempspartiel, elle peut bénéficier, selon ses ressources :d’un complément de libre choix d’activité (801 € / mois), oud’un complément optionnel de libre choix d’activité si le ménage a au moins trois enfants. Cettedernière allocation est d’un montant plus élevé mais pendant une période plus courte.Ces allocations sont cumulables avec les allocations de base de la Paje mais en diminuent lemontant. Le montant de cette allocation varie selon de nombreux critères. Cf le site de la PAJE pour en savoir plusActualité presse récente La Croix.com du 25/08/2011 Le congé parental sera soumis à la CSG Le « complément de libre choix de mode de garde » (CLCA) est actuellement perçu par 553 200 personnes, qui s’arrêtent de travailler professionnellement pour s’occuper de leurs enfants. Alors que jusqu’ici le congé parental n’était ni imposable ni soumis à la CSG, Matignon a estimé mercredi 24 août que cette prestation devait être traitée « de la même façon que les autres revenus de remplacement », comme les allocations chômage par exemple. Dès lors, le « complément de libre choix d’activité », d’un montant de 560 € par mois versé aux parents qui suspendent leur activité professionnelle pour s’occuper de leurs enfants (553 200 personnes), devrait prochainement être soumis à un taux de CSG de 6,2 %. La mesure concerne également le complément optionnel de libre choix d’activité (Colca), un congé parental plus court – un an au lieu de trois – et mieux rémunéré (801 € par mois), accessible aux familles d’au moins trois enfants dont bénéficient 2 200 personnes 2.1.3. LAIDE A DOMICILEL’aide ménagère qui permet la prise en charge partielle d’un quota d’heures d’interventiond’aides ménagères ou d’auxiliaires de vie employées par un service habilité. Pour les personnesqui perçoivent une ou plusieurs prestations familiales ou qui relèvent du régime général de laSécurité sociale et ont au moins un enfant âgé de moins de 14 ans.La participation financière de la CAF pour lemploi dune aide à domicile peut êtreaccordée notamment dans les situations suivantes : Page - 19 - sur 92
  21. 21. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Maternité normale Maladie, hospitalisation de la mère Grossesse pathologique Maladie du père Maladie dun enfant Surcharge de travail Le montant de l’aide varie selon les revenus et la durée de l’intervention de l’aide à domicile. 2.1.4. COMPLEMENT FAMILIALCette allocation cible les familles ou parents isolés ayant au moins trois enfants à charge tousâgés de plus de trois ans et dont les ressources ne dépassent pas certaines limites. Le montant forfaitaire est de 163,71 € enfant/famille (jusqu’à 21 ans si à charge).La mise en place du complément familial en 76 par Simone Veil 2.1.5. ALLOCATION RENTREE SCOLAIRECette allocation cible les familles ou parents isolés ayant au moins un enfant à charge âgé de 6à 18 ans, dont les ressources ne dépassent pas certaines limites. (En deçà 22 946€/an/foyer).L’an passé, le montant de cette allocation était en de 300 euros en moyenne, d’après lesstatistiques de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF). Pour la rentrée 2012, lesparents de près de 5 millions d’enfants (3 millions de famille) se verront attribuer une aide plussignificative. Comme l’avait promis François Hollande durant la campagne pour l’électionprésidentielle, elle sera revalorisée de 25%.Le montant de l’Ars dépend de l’âge de l’enfant. Il est de : 356.20 € euros pour un enfant âgé de 6 à 10 ans 375.85 € euros pour un enfant âgé de 11 à 14 ans 388.87 € euros pour un enfant âgé de 15 à 18 ans (après 16 ans, sur réception du certificat de scolarité) 2.1.6. ALLOCATION JOURNALIERE DE PRESENCE PARENTALESi un médecin juge que la présence au côté d’un enfant gravement malade, accidenté ouhandicapé est indispensable, cette allocation peut palier à l’arrêt ponctuel de l’activitéprofessionnelle d’un membre d’une famille ou d’un parent isolé.Le droit à l’AJPP est soumis à un avis favorable du contrôle médical de l’assurance maladie.Ce droit est ouvert par périodes de 6 mois renouvelables dans la limite de trois ans, pour 310allocations journalières maximum (sont versées autant d’allocations journalières que de joursd’absences pris dans la limite de 22 jours par mois). Page - 20 - sur 92
  22. 22. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Le montant de l’allocation est de 41.79 €/jour, pour un couple et de 49.65 € pour un parent isolé. Un complément mensuel pour frais de 106.88 € peut être versé si ont été engagées des dépenses liées à létat de santé de lenfant pour un montant égal ou supérieur à 107.41 €. Il peut être versé même si pour un mois donné aucune allocation journalière de présence parentale nest versée. 2.1.7. ALLOCATION DE SOUTIEN FAMILIALSi une pension alimentaire a été fixée par décision de justice et quelle nest pas versée àlallocataire, lallocation de soutien familial lui est due à titre davance. La CAF se chargede récupérer la pension et se rembourse des sommes quelle a déjà versées à lallocataire.S’il ny a pas eu de décision de justice fixant le montant de lallocation, lallocation est alorsversée à lallocataire pendant quatre mois. Cest le délai pendant lequel lallocataire doit engagerune action de justice, auprès du juge aux affaires familiales du Tribunal de grande instance dontdépend son domicile, pour faire fixer le montant de la pension. Sinon le versement de lallocationsera suspendu au bout de quatre mois.Aucune action nest exigée si le parent est reconnu hors détat de faire face à ses obligations.Lallocataire peut en bénéficier sil est père seul ou mère seule ou toute autre personne (grands-parents par exemple) ayant recueilli un enfant et en ayant la charge effective et permanente, silun des parents (ou les deux) est décédé ou na pas reconnu lenfant ou la abandonné et silréside en France.Lallocation est due à compter du mois suivant lévénement qui y donne droit (décès, divorce,abandon).Lallocataire doit prouver que lenfant vit bien sous son toit et quil suit son éducation.Lallocation cesse dêtre versée en cas de mariage, sil vit maritalement ou sil conclue un pactecivil de solidarité (PACS) ou s’il perçoit un capital décès.Dans tous les cas, lenfant doit être âgé de moins de 20 ans. Sil exerce une activitéprofessionnelle, sa rémunération ne doit pas excéder un certain plafond. Pour un enfant privé de laide de lun de ses parents: 88.44 € par mois et par enfant. Pour un enfant privé de laide de ses deux parents : 117.92 € par mois et par enfant. 2.1.8. LES PENSIONS ALIMENTAIRESLa pension alimentaire est une somme dargent versée par une personne à une autre enexécution dune obligation alimentaire. Elle se distingue de la prestation compensatoire quivise à compenser les disparités de niveaux de vie des époux engendrées par le divorce.La pension alimentaire découle de lobligation quont les parents dentretenir leurs enfants,cest-à-dire de subvenir à leurs besoins. Lorsque la famille vit ensemble, cette pensionalimentaire na pas lieu dexister. Dans lhypothèse où lun des époux refuserait de contribueraux frais normaux du ménage, lautre pourrait saisir le juge pour le contraindre à participer Page - 21 - sur 92
  23. 23. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Duclouxfinancièrement aux dépenses liées à lentretien des enfants. En revanche, en cas de séparationdes parents, la pension alimentaire retrouve toute sa raison dêtre.Elle est principalement due aux enfants, mais un des conjoints peut en bénéficier à loccasion dela procédure de divorce. La pension alimentaire est versée : - pour lentretien des enfants mineurs ; - pour le conjoint lui-même uniquement pendant la procédure de divorce et au-delà de la procédure dans certains cas seulement.Le montant de la pension alimentaire est fixé soit conventionnellement entre les parties(notamment dans le cas dun divorce par consentement mutuel), soit par le juge. Le juge va dansce dernier cas prendre en compte les ressources respectives du créancier et du débiteur. Il peutaussi tenir compte des indices de lINSEE (Institut national des statistiques) relatifs au coût de lavie.Elle peut être révisée à tout moment à la demande du bénéficiaire de la pension ou de celui qui laverse, si on constate un changement de situation chez lun des ex-conjoints ou une évolution desbesoins de lenfant. En cas de remariage ou concubinage du bénéficiaire : - elles sont maintenues si elles sont attribuées pour lentretien des enfants ; - elles sont supprimées si elles sont attribuées pour le conjoint.Le recouvrement publicLa pension est réclamée par le comptable du Trésor comme un impôt. Il faut avoir déjà essayésans succès un paiement par huissier ou par voie directe, ce qui implique que les impayéspeuvent durer un temps assez long, et naturellement créer une situation difficile.Cest la méthode la plus efficace pour obtenir le paiement des 6 derniers termes dus et destermes à venir. Cette procédure est gratuite. Le plaignant sadresse à un procureur de laRépublique du tribunal de grande instance du domicile du créancier. 2.1.9. ALLOCATION DE SOUTIEN FAMILIALLes Caisses dallocations familiales disposent dun service daide aux parents pour lerecouvrement des pensions alimentaires impayées depuis plus de 2 mois.Les parents isolés peuvent percevoir lallocation de soutien familial à titre davance sur lapension impayée. Le versement de cette allocation déclenche automatiquement la mise enoeuvre du service de recouvrement. Les conditions pour prétendre au bénéfice de cetteallocation sont les suivantes :- fournir une décision de justice fixant une pension alimentaire ;- être un parent isolé (non remarié, ne vivant pas en concubinage) ;- avoir des enfants à charge.En cas de paiement partiel, il est versé une allocation différentielle complétant la sommeréellement due.A noter : Larticle 314-7 du code pénal punit dun emprisonnement de 3 ans et dune amende de 45 Page - 22 - sur 92
  24. 24. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux000 € les personnes qui auraient organisé ou aggravé leur insolvabilité en vue de ne pas payer lapension alimentaire quelles doivent. 2.2. LES RETRAITES 2.2.1. REGIME DE BASE ET REGIME DE RETRAITE COMPLEMENTAIREDès le premier emploi, lAssurance Retraite10 ouvre un dossier individuel pour chaque salarié.Tous les ans, les employeurs transmettent les déclarations annuelles de données sociales(DADS) à partir desquelles lAssurance Retraite peut mettre à jour les dossiers individuels parrapport aux salaires et aux cotisations versés.Tous les régimes français de retraite obligatoire sont construits sur le système de retraitepar répartition (selon lequel chacun cotise pour les aînés, ce n’est donc pas de l’épargne) :les cotisations prélevées sur les salaires (25 % du salaire brut) des travailleurs servent àpayer les pensions des retraités actuels.A ce régime de base s’ajoute le régime de retraite complémentaire des salariés, calculé en points.Ce régime a été rendu obligatoire en 1972, pour les salariés relevant du régime général et durégime des salariés agricoles, mais pas pour les fonctionnaires. Il est financé par des cotisationssociales, patronales (60 %) et salariales (40 %), qui permettent d’obtenir des points, dont lavaleur est régulièrement revalorisée. Les points accumulés s’ajouteront à la pension du régimede base.Enfin, le principe d’une retraite par capitalisation qui est celui d’une assurance privée (société,mutuelle, etc.) qui garantit le paiement futur à hauteur d’un capital garanti.Vidéo : retraite par répartition, retraite par capitalisation 2.2.2. LÂGE DE LA RETRAITELâge légal est lâge qui « ouvre le droit » de prendre sa retraite et toucher une pension. Ilsera repoussé de 60 ans à 62 ans en 2018,11 avec des exceptions (ceux qui sont « usés » parle travail pourront s’arrêter à 60 ans). Ce dispositif permettra à l’Etat d’économiser 19milliards d’eurosLa « durée de cotisation » : un salarié a droit à sa retraite à taux plein lorsquil a cotisé uncertain nombre de trimestres (41 ans et un trimestre en 2013, 41 ans et un semestre en2020).Lâge du taux plein passe de 65 à 67ans, on peut partir à la retraite en bénéficiant du tauxplein, même si lon na pas tous ses trimestres.Lâge de la retraite doffice a été repoussé de 65 à 70 ans. Un employeur peut alors obligerson salarié à partir.10 Les conditions de la retraite sur le site de Bercy11 Pour les salariés atteignant 60 ans entre 2009 et 2012, le nombre dannées de cotisations augmentera à raison dun trimestre par anet par année de naissance pour atteindre 164 trimestres. (cf infotravail.com) Page - 23 - sur 92
  25. 25. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux 2.2.3. LES RAISONS DE LA RÉFORME DE 2010Les actifs doivent payer de plus en plus de retraites. De 2 actifs pour 1 retraité en lan 2000,le « taux de remplacement » passera, si rien ne change, en 2050, à 1,2 actif pour 1 retraité. (Voirle graphique du Conseil dorientation des retraites ci dessous).En 2010, le déficit de l’ensemble des régimes de retraites est d’environ 32 milliardsd’euros. Cf : huitième rapport du conseil dorientation des retraitesLespérance de vie sallonge. (Voir le graphique du Conseil dorientation des retraites)Les entrées sur le marché du travail sont de plus en plus tardivesCette situation démographique tendue est aggravée par la crise économique. Plus de chômeurs,moins dactivité, cest moins de cotisations.Les critiques apportées à cette réforme Une réforme inefficace car le vrai problème est le chômage. Demander aux personnes de travailler plus alors qu’elles n’ont pas de travail est inutile. Cf le site "Alternatives économiques". Page - 24 - sur 92
  26. 26. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Une réforme injuste car elle est d’autant plus rude pour ceux qui ont commencé à travailler jeune, qui devront travailler deux ans de plus alors que leur espérance de vie est plus courte (21 ans pour un cadre, 14 pour un ouvrier). 2.2.4. LALLOCATION DE SOLIDARITÉ AUX PERSONNES AGÉES (ASPA) 12Le minimum vieillesse a été simplifié en 2006 en une prestation unique : lAllocation deSolidarité aux Personnes Agées (ASPA).Personnes concernées Personne âgée de 65 ans (de 60 ans dans certains cas : inapte au travail, ancien combattant, mère de famille ouvrière...), de nationalité française ou de nationalité étrangère, sous réserve dans ce cas de fournir une preuve de la régularité du séjour, résidant en France.Conditions de ressourcesLes ressources annuelles, allocation comprise, doivent être inférieures à : 8.507,49 € (708.95 € / mois) pour une personne seule, 13.889,62 € (1 157.46 € / mois) pour un ménage.Montant du minimum vieillesse 8.507,49 € par an pour une personne seule, 13.889,62 € par an pour un couple.Ces montants sont exonérés totalement des prélèvements sociaux sur les pensions de retraite.La demande est à adresser à la caisse du régime de retraite de base dont dépend principalementlassuré.PresseAu lendemain du mardi 7 septembre 2010, le gouvernement annonce quelques avancées sur laréforme des retraites :presse du Figaro sur la pénibilité au travailUn pont de vue pertinent sur la notion sociologique de la durée de vie des françaisLa durée de la vie et lépargne retraite par Gérard FillocheLe bilan d’une journaliste du Monde sur les retraitesLe monde.fr/politiques 2.3. PERSONNES AGEES ET/OU DEPENDANTES,Un accroissement annoncé : en 2050, 7 millions de français seraient âgés de 65 ans ou plus, soitprès du double des chiffres de 2000, alors que l’ensemble de la population n’augmenterait que de 9%. Cette évolution s’explique par l’arrivée aux âges élevés des générations nombreuses nées entre1945 et 1975, conjugué à un allongement de leur espérance de vie. En 2009, celle-ci a atteint 77,8ans pour les hommes et 84,5 ans pour les femmes.12 vos droits.service-public.fr Page - 25 - sur 92
  27. 27. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxRevue de presse au lendemain de la déclaration d’intension du Président de la République N.SARKOSY sur le chantier prioritaire de la dépendanceLe Point du 17 novembre 2011 "Comment financer la dépendance ?"Dépêche de lAFP sur lentrée des assurances privées dans le marché de la dépendanceMaxi sciences du 16 novembre 2011Express du 16 novembre 2010 "la réforme de la dépendance nest pas acquise"2.2.5. LALLOCATION PERSONNALISEE DAUTONOMIE (APA),Mise en place le 1er janvier 2002, sest substituée à la Prestation spécifique dépendance (PSD) età une part des prestations prises en charge par les caisses de retraite13. Elle vise à unemeilleure prise en charge de la perte dautonomie des personnes âgées pour accomplirles gestes ordinaires de la vie courante.L’allocation personnalisée s’adresse à l’ensemble des personnes âgées en perte d’autonomienécessitant un soutien de la collectivité. L’uniformisation des tarifs et des barèmesnationaux garantit l’égalité et la transparence du dispositif vis-à-vis des usagers.Un tarif national fixe le montant maximum du plan d’aide à domicile en fonction du degréde perte d’autonomie du bénéficiaire. Un barème national permet également dedéterminer, en fonction des ressources de l’usager, la participation restant à sa charge.L’APA est gérée par les départements. La mise en œuvre de cette prestation se fait en associanttous les partenaires concernés, sous la responsabilité du président du Conseil général. Elle estattribuée dans les mêmes conditions sur tout le territoire.L’APA peut être mobilisée pour financer toute une palette de services tels que l’aide ménagère,l’accueil de jour, l’accueil temporaire, les aides techniques (pour la part non couverte par lasécurité sociale) ou l’adaptation du logement et de l’environnement matériel.Pour prétendre à l’APA, le bénéficiaire doit retirer un dossier de demande au Conseil Général, CCAS ou services d’aide à domicile agrées.La demande d’APA doit être adressée au président du Conseil Général. Les services doiventnotifier leur décision d’attribution de l’APA au bénéficiaire dans un délai de deux mois.Montant maximum mensuelA domicile : l’évaluation du degré de dépendance donne lieu à une visite à domicile d’’une équipemédico-sociale du CG, selon divers éléments matériels, sociaux et familiaux.Si le demandeur appartient à un GIR 1 à 4, il obtient une aide. S’il relève des GIR 5 et 6, son degréd’autonomie ne justifie pas un plan d’aide.Le montant maximum mensuel du plan daide sélève à (valeur au 7 septembre 2011) :GIR 1 : 1 261,59 euroGIR 2 : 1 081,36 euro13 Sources : La gazette Santé Social N° 68 – novembre 2010 et Travail-solidarite.gouv.fr Page - 26 - sur 92
  28. 28. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxGIR 3 : 811,02 euroGIR 4 : 540,68 euroEn établissement : l’évaluation de la perte d’autonomie et des besoins de la personne esteffectuée, sur la base de la grille AGGIR14, sous la responsabilité du médecin coordonnateur dela structure ou à défaut, d’un médecin conventionné.En établissement, lallocation mensuelle correspond à la différence entre le tarif dépendance delétablissement et la participation laissée à la charge du bénéficiaire, celle-ci dépendant de sondegré de perte dautonomie (GIR).Montant forfaitaire d’attenteÀ défaut, l’allocation est accordée sur la base d’un montant forfaitaire et ce, jusqu’à lanotification d’une décision expresse. A domicile, ce montant forfaitaire est égal à 50 % du montant du tarif national correspondant au GIR 1, soit 584,38€ (au 1er janvier 2006). En établissement, il s’élève à 50 % du tarif afférent à la dépendance appliqué, dans la structure, aux résidents classés dans les GIR 1 et 2.2.3. PERSONNES HANDICAPEES2.3.5. LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEESLa loi du 11 février 2005 crée un lieu unique destiné à faciliter les démarches des personneshandicapées : la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH). Celle-ci offre, danschaque département, un accès unifié aux droits et prestations prévus pour les personneshandicapées.15Lieu unique d’accueil, la Maison départementale des personnes handicapées « exerce unemission d’accueil, d’information, d’accompagnement et de conseil des personnes handicapées etde leur famille ainsi que de sensibilisation de tous les citoyens aux handicaps ».La MDPH (cliquez ici)La Maison départementale des personnes handicapées a 8 missions principales : Elle informe et accompagne les personnes handicapées et leur famille dès l’annonce du handicap et tout au long de son évolution. Elle met en place et organise l’équipe pluridisciplinaire qui évalue les besoins de la personne sur la base du projet de vie et propose un plan personnalisé de compensation du handicap. Elle assure l’organisation de la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) et le suivi de la mise en œuvre de ses décisions, ainsi que la gestion du fonds départemental de compensation du handicap.14 La grille nationale AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupe Iso-Ressources) permet d’évaluer le degré de perted’autonomie des demandeurs selon dix critères : cohérence, orientation toilette, habillage, alimentation, etc.15 Source : Ministère de la Santé et des Solidarités (08/02/2009) Page - 27 - sur 92
  29. 29. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux Elle reçoit toutes les demandes de droits ou prestations qui relèvent de la compétence de la Commission des droits et de l’autonomie. Elle organise une mission de conciliation par des personnes qualifiées. Elle assure le suivi de la mise en œuvre des décisions prises. Elle organise des actions de coordination avec les dispositifs sanitaires et médico-sociaux et désigne en son sein un référent pour l’insertion professionnelle. Elle met en place un numéro téléphonique pour les appels d’urgence et une équipe de veille pour les soins infirmiers.2.2.5. ALLOCATION AUX ADULTES HANDICAPESNotion de protection juridiqueToute personne handicapée mentale ou psychique est reconnue capable de tous les actesde la vie civile mais, quoique majeures, certaines personnes sont dans l’impossibilitéd’accomplir les actes de la vie.C’est pourquoi le droit français, par la loi du 3 Janvier 1968, a créé 3 régimes de protection : la sauvegarde de justice, la curatelle16 (simple ou renforcée), la tutelle17.On cherche ainsi à protéger ces personnes en raison de leur vulnérabilité. Cette décision doittenir compte des aptitudes de la personne, elle est prise par un Juge des Tutelles qui s’appuierasur tout un tas d’éléments dont le premier va être un avis médical.La réforme de mars 2007 place la personne au centre du dispositif et passe d’un systèmed’incapacité à celui de protection. Elle tient compte de l’évolution de la population concernée, del’augmentation de l’espérance de vie, de la complexification des structures familiales.En cas de protection juridique, la copie du jugement de curatelle ou de tutelle doit être intégréeau dossier de demande d’AAH.Lallocation aux adultes handicapés (AAH) a pour objet de garantir un revenu minimumaux personnes handicapées pour quelles puissent faire face aux dépenses de la viecourante. Son versement est subsidiaire.18 LAAH est attribuée à partir dun certain tauxdincapacité sous réserve de remplir des conditions de résidence et de nationalité, dâge et deressource.Elle est accordée par la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées(CDAPH) pour une durée, renouvelable, variant de 1 à 5 ans sous conditions.Financée par l’Etat, elle est versée par la Caisse d’allocations familiales (CAF) ou la MutualitéSociale Agricole (MSA).16 Plus de 60 % des mesures prononcées sont des curatelles. 50 % des mesures sont assurées par des familles, 50 % par desorganismes de tutelles17 La Sauvegarde de justice : la personne a besoin d’une protection juridique temporaire ou d’être remplacée pourl’accomplissement de certains actes déterminés. La Curatelle : la personne qui, sans être hors d’état d’agir elle-même abesoin d’être assistée ou contrôlée d’une manière continue dans les actes importants de la vie. La Tutelle : la personne doitêtre représentée d’une manière continue dans tous les actes de la vie civile.18 le droit à lallocation nest ouvert que lorsque la personne handicapée ne peut prétendre à un avantage de vieillesse,dinvalidité ou dune rente daccident du travail dun montant au moins égal à celui de lAAH. Page - 28 - sur 92
  30. 30. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxTaux dincapacitéLa personne doit être atteinte dun taux dincapacité permanente : Dau moins 80 %, Ou compris entre 50 et 79 % et avoir une restriction substantielle daccès à lemploi du fait de son handicap.Le niveau dincapacité est apprécié par la commission des droits et de lautonomie despersonnes handicapées (CDAPH) en fonction dun guide-barème (décret du 6 novembre 2007,annexe 2-4).Condition liée à la nationalitéLes personnes de nationalité étrangère doivent être en possession dun titre de séjour réguliersur le territoire national ou être titulaire dun récépissé de demande de renouvellement de titrede séjour.Condition dâgeLa personne handicapée doit être âgée de plus de 20 ans ou de plus de 16 ans, si elle nest plusconsidérée comme à charge pour le bénéfice des prestations familiales.LAAH nest plus versée à partir de 60 ans en cas dincapacité de 50 % à 79 %. A cet âge, lesbénéficiaires basculent dans le régime de retraite pour inaptitude.Conditions de ressourcesLes revenus ne doivent pas dépasser un plafond annuel de ressources fixé à : 8.543 € pour une personne seule, 17.086 € pour une personne vivant en couple.Montant 776.59 € depuis le 1er septembre 2012.2.2.6. PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAPLa Prestation de Compensation du Handicap (PCH) est un nouveau droit accordé pourtoute personne handicapée âgée de 20 à 59 ans, attribuée par la Commission des Droits et del’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) après évaluation et élaboration d’un planpersonnalisé défini par l’équipe pluridisciplinaire de la Maison Départementale des PersonnesHandicapées (MDPH), sur la base du projet de vie exprimé par la personne. Page - 29 - sur 92
  31. 31. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLa Prestation de Compensation du Handicap est une aide financière destinée à financerles besoins liés à la perte d’autonomie des personnes handicapées. Les montantsattribués devront toujours être justifiés par des dépenses réelles.La Prestation de Compensation du Handicap (cliquez ici)Aides couvertes par la prestation : Aides à la vie quotidienne Aides techniques Aides au logement Aménagement du véhicule ou d’éventuels surcoûts dus au transport d’une personne handicapée Aide au permis de conduire Aides aux charges exceptionnelles Aides animalièresToute personne handicapée résidant de façon stable et régulière en France a droit à uneprestation de compensation. La loi du 11 février 2005 a supprimé la notion de « seuil d’invalidité» et ouvert le nouveau dispositif d’aide aux personnes souffrant de handicap psychique.Il y a cependant des conditions à l’ouverture du droit à la prestation de compensation individuelle : Etre âgé de plus de 20 ans, Avoir un taux d’incapacité permanente supérieur ou égal à 80 % (condition conservée à titre provisoire). Présenter une difficulté absolue pour la réalisation d’une activité ou une difficulté grave pour la réalisation d’au moins deux activités (les difficultés devant être définitives ou d’une durée d’au moins un an). Résider régulièrement en France, Il ny a pas de condition de ressource pour lattribution de la PCHLa mise en place du dispositif concerne au 1er janvier 2006 les seuls adultes, puis les enfants dès2008 et les personnes âgées en 2010.2.3. PERSONNES CONCERNEES PAR LA MALADIE,LAPA (Allocation Personnes Agées) et l’AAH (Allocation Adultes Handicapé) ne sont pas des aidesexclusivement réservées à la dépendance et au handicap. Elles ont pour mission d’aider et de vivremieux également la maladie. Elles peuvent bénéficier à des personnes hébergées à domicile ou dansun établissement.2.3.5. ALLOCATION DEDUCATION DE LENFANT HANDICAPE (AEEH)Cest une prestation familiale financée par la sécurité sociale, destinée à compenser lesfrais déducation et de soins apportés à un enfant handicapé ou malade.Composition de la prestationLAEEH est composée dune allocation de base, à laquelle il peut être ajouté un complémentdallocations, dont le montant est gradué en 6 catégories, selon : Le coût du handicap de lenfant, Page - 30 - sur 92
  32. 32. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux La cessation ou de la réduction dactivité professionnelle de lun des parents nécessitée par ce handicap, Lembauche dune tierce personne. Une majoration spécifique peut sajouter lorsquun enfant, bénéficiant de laeeh et de la pch ou dun complément de 2ème, 3ème, 4ème, 5ème ou 6ème catégorie, est à la charge dun parent isolé.Montant de l’AEEH 126 mois/enfantRègles de cumul avec dautres prestationsLattribution de lAEEH de base et de ses compléments éventuels ne fait pas obstacle auversement des prestations familiales.Lallocation de présence parentale peut être cumulée avec lAEEH de base, mais pas avec soncomplément ni avec la majoration de parent isolé.Depuis le 1er avril 2008, tous les éléments de la prestation de compensation du handicap(PCH) sont également ouverts aux bénéficiaires de lAEEH de base, sous certaines conditions. Lesparents denfants handicapés doivent donc choisir entre le versement du complément dAEEH etla PCH.LAEEH ne peut être attribuée à un jeune handicapé exerçant une activité professionnelle si larémunération perçue est supérieure à 55 % du montant du SMIC mensuel.Complément d’AEEH PCHCondition préalable : le taux d’incapacité doit Condition préalable : avoir droit à unêtre de 80 %, ou d’au moins 50 % en cas de complément d’AEEHbesoin d’une prise en charge particulière Condition spécifique pour la PCH : avoir uneCondition pour le complément d’AEEH : le difficulté absolue pour exécuter une activitébesoin d’aide doit avoir un retentissement sur ou une difficulté grave pour la réalisation d’aul’activité professionnelle des parents ou moins deux activités fixées dans une listeentraîner l’intervention d’une personne énoncée par la règlementation (marcher, seextérieure salariée et/ou entraîner d’autres laver, s’habiller, …)frais liés au handicap.2.3.6. L’AIDE SOCIALEL’aide sociale concerne les personnes âgées ou handicapées qui, faute de moyens suffisants, nepeuvent assumer leur entretien. Elle peut être mobilisée pour faciliter le soutien à domicile,assurer la prise en charge des frais de restauration à domicile ou dans un foyer logement. L’aidesociale revêt un caractère subsidiaire. Elle n’intervient que si la mise en oeuvre des ressourcespersonnelles, de la solidarité familiale (dans le cadre du devoir de secours qui prévoit cettesolidarité familiale dans l’article 212 du code civil, à la charge des ascendants et descendants) etdes régimes de prévoyance ou d’assurance sociale s’avère insuffisante pour permettre audemandeur de faire face à ses besoins.2.4. PRESTATIONS LOGEMENTPour connaître le détail de chacune des prestations réactualisées au 31 décembre 2011 (conditionsd’accès, conditions de ressources, montants, etc.) Site de la Caisse des Allocations Familiales Page - 31 - sur 92
  33. 33. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles DuclouxLe logement social19 a été créé pour améliorer les conditions de logement des couchespopulaires et moyennes. Les plafonds de loyers et de revenus des locataires sont fixéschaque année par décret et diffèrents selon la localisation, le type de conventionnement et lacomposition des ménages locataires.Pour que les loyers restent bas les pouvoirs publics fournissent une aide indirecte, versée non aulocataire mais au bailleur, sous forme de facilités de financement, de subventions, de déductionfiscale, etc. Cette aide est assortie de conditions sur la qualité du logement et le montant desloyers.Depuis lan 2000, le logement social vise à répondre aux objectifs de mixité sociale définiepar la loi rendant obligatoire un pourcentage de 25 % de logements sociaux dans lescommunes de plus de 3 500 habitants.Le logement social est aussi un outil visant à répondre au droit au logement, qui est reconnu parla loi du 5 mars 2007 instituant le droit au logement opposable (loi DALO).2.4.5. LE LOGEMENTLes 2 tableaux ci-dessous, émanant du rapport de la fondation Abbé Pierre au 1er février 2013,permettent de mesurer facilement la transformation de l’offre de logement HLM entre 2005 et2008 et, conjointement, le boom immobilier dans le parc privé, l’ensemble contractant l’offreimmobilière à bas coût. Il faudra un énorme effort de la part de l’Etat pour rétablir une harmonieen terme de logement social.19 6 millions de foyers bénéficiaires. Source : weka.fr Page - 32 - sur 92
  34. 34. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux2.4.6. L’EXPULSION LOCATIVE : UNE REPONSE PUBLIQUE TROP REPRESSIVESur le front des contentieux et expulsions locatives, tous les indicateurs (tableaux ci-dessous)sont au rouge en 2010. Le nombre de contentieux locatifs n’a jamais été aussi élevé (plus de158 000), et celui des expulsions suit la même progression… Une augmentation des procéduresengagées qui traduit un durcissement, sous le gouvernement Sarkosy, sans précédent dans letraitement des situations et qui renvoie les situations des plus démunis dans les centred’hébergement déjà saturés ou à la rue. Page - 33 - sur 92
  35. 35. Services et Prestations 2013/14 BTS SP 3S auteur : Gilles Ducloux2.4.7. AIDE PERSONNALISEE AU LOGEMENT (APL) ALSQuels que soient l’âge, la situation familiale et professionnelle d’une personne, elle peut bénéficierd’une allocation de logement20 concernant sa résidence principale, si ses ressources sont modestes.Comme le FSL (Fonds de Solidarité Logement), cette allocation s’applique aussi bien au parc locatif public queprivé.Le demandeur (ou son conjoint) : Doit être locataire ou colocataire et payer un loyer. Si le logement est loué par un ascendant (parents, grands-parents, arrière-grands-parents) ou un descendant (enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants) le demandeur ne peut pas bénéficier dune aide au logement. Peut être sous-locataire, ou habiter un foyer, une résidence universitaire, une maison de retraite, un centre de long séjour ou dhébergement pour handicapés, un hôtel ou un logement meublé. (la chambre ne doit pas être occupée par plus de deux personnes. L’allocation de logement est accordée à titre personnel). Le logement doit être décent et avoir une superficie minimale selon le nombre doccupants.Le montant de lallocation dépend de nombreux éléments : ressources, situation familiale, nature du logement,lieu de résidence, loyer, nombre denfants ou de personnes à charge.Une demande d’allocation logement peut entraîner la diminution, voir la perte d’allocations de logement, deprestations familiales ou de RSA pour les jeunes de moins de 25 ans quittant le domicile familial.Tout changement de situation peut entraîner un nouveau calcul à la hausse ou à la baisse. 20 Site CAF de simulation de ressources Page - 34 - sur 92

×