Bulletin Printemps 2010-FR

146 views

Published on

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
146
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
1
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Bulletin Printemps 2010-FR

  1. 1. Fondation pour les Enfants Bulletin de l’Équateur Printemps 2010 4409, rue St-Hubert, Montréal, QC H2J 2X1 Tél. 514-525-4920 RosalieCadron@videotron.ca www.fondationesperanza.homestead.com PLUS QUE DES GROUPES, UNE VRAIE FAMILLE !!Mot de la Présidente, Un printemps hâtif, des bourgeons qui naissent, une période pascale ensoleillée: tout ce qu’il faut pour me mettre à l’œuvre afin de vous introduire à la croissance continuelle de la Mission-Miséricorde. Mais oui, son histoire continue…… Un premier article de ce bulletin sera consacré à la Famille de la Miséricorde, qui n’est pas le moindre fleuron de l’œuvre. Elle comporte 6 groupes autonomes : 1. Le groupe des « anciens » de la Garderie qui se subdivise en 3 groupes : les 5-8 ans, les 9-12 ans et les 13-16 ans 2. Le groupe « Esperanza y Solidaridad » formé de jeunes adultes de 18 à 25 ans 3. Le groupe appelé « Ami(e)s de la Miséricorde » 4. Le groupe de prière 5. Un groupe de jeunes filles en démarche d’orientation vocationnelle 6. Le groupe de collaborateurs Vous avez des « pourquoi » et des « comment?» Vous en saurez un peu plus un peu plus loin…. Dans un 2e article, un participant à une rencontre de parrains-marraines nous partagera son expérience Il m’importe maintenant de vous souhaiter de vivre à plein les joies pascales. Que le Christ vous comble de sa Vie et de sa Lumière! Marie-Thérèse Bourque s.m. Présidente de la Fondation LA FAMILLE DE LA MISÉRICORDEDans notre dernier bulletin nous avons décrit sommairementl’évolution de l’Oeuvre de Pascuales (Mission-Miséricorde), de laFondation à aujourd’hui. Il nous fait plaisir maintenant de vousfaire connaître « La Famille de la Miséricorde »Nous savons tous que nos sociétés actuelles favorisent la vitesseet que les inventions nouvelles «poussent comme deschampignons », ce qui nous bouscule et nous fragilise.En contrepartie, nous voyons naître des communautés à taillehumaine ayant dans leur diversité un point commun: favoriserles échanges fraternels, le bon voisinage, bref cultiver descontacts humains épanouissants. Ces communautés serventparfois d’inspiration et même de modèles dans des milieuxencore à mi-chemin de la modernité.C’est ainsi que les religieuses de Pascuales ont été interpeléestrès vite par leur entourage pour des rencontres.. Ce furentd’abord les nouveaux « gradués » de la garderie qui voulurentrevenir à leur « Alma Mater » pour revoir leurs petit(e)s ami(e)sd’hier ainsi que les éducatrices qui les avaient pris en soin. Ces« anciens » de la garderie forment maintenant 3 groupes : les 5- C’est le groupe « Esperanza y8ans, les 9-12 ans et les 13-16 ans. Solidaridad » (espérance et solidarité) formé de jeunes adultes de 18 à 25 ans qui Après avoir lu le bulletin, j’aimerais devenir ami donateur de la prépare et anime les rencontres des 5-8 ans. Les autres groupes sont accompagnés Fondation pour les Enfants de l’Équateur également par d’autres membres de la Famille de la Miséricorde. Nom : ____________________________________________________________ Les rencontres comportent une partie Adresse : _________________________________________________________ d’éducation de la foi, de formation à une Ville : ______________________________ Code postal : ___________________ vie sociale significative, de jeux de groupe et autres activités festives Tél.: ___________________ Courriel :__________________________________ Chez les adultes, nous retrouvons « Les Voici ma contribution :__________________ N.E. : 865366884 RR 0001 Ami(e)s de la Miséricorde », « le groupe de prière» «le groupe de Collaborateurs »,
  2. 2. un groupe de jeunes filles en démarche d’orientation vocationnelle », de sorte que laFamille comporte 150 personnes, 90 adultes et 60 jeunes de 5 à 16 ans.Les membres de ces groupes sont des laïcs croyants. Chaque groupe est autonomeet crée son propre mode de fonctionnement, mais l’orientation de base est la mêmepour tous les groupes : vivre et faire connaître la miséricorde et la compassion d’unDieu qui n’est qu’Amour.Tous ces groupes que forment La Famille de la Miséricorde, se réunissent 3 fois l’Anpour célébrer la miséricorde de Dieu et pour fêter. La fête comporte un repas festifet des activités telles que la danse, le théâtre et plus récemment, la musique et lechant de nos jeunes apprenti(e)s.Pour les jeunes, c’est leur éducation scolaire qui s’enrichit par ces activités et leursloisirs qui prennent du sens. Sinon en-dehors de l’école c’est la rue et ses dangersqui est leur lieu d’accueil. Nous croyons que la Famille est un élément essentiel dans le développement de ce petit coin de PascualesPour les adultes également, la Famille est un lieu de ressourcement. Dans ce et dans la bonne marche des deux Œuvres : le Centrebidonville, la pauvreté matérielle s’accompagne de pauvreté spirituelle et de de Formation pour femmes et le Centre depauvreté sociale. L’Église est souvent pauvre à tous points de vue et la vie sociale Développement Infantile.souffre de la honte et de la perte de dignité des familles. À un certain niveau demisère on se cache et on ne sent plus sa dignité. Nous rêvons de voir naître, à partir de la Famille de la Miséricorde, une ou des activités communes élargiesDans la Famille tous se sentent frères et sœurs, personne n’est exclu, les talents de de travail rémunéré, telles que des coopératives dechacun sont requis. Certains membres sont d’un rang social plus élevé mais qui ne productions. Cela constituerait un pas de plus verscomporte aucune distinction. l’autonomie. UN MIRACLE ?? MÈRE ROSALIE PLUS PRÉSENTE QUE JAMAIS !! S. Jeaninne Vallières a fait parvenir le message suivant au sujet de l’expérience vécu par un de leur jeunes. « Je veux vous raconter une rencontre qui m’a faite vivre une grande émotion ce matin. Eduardo Chong avait demandé à me parler de quelque chose qui lui est arrivé des jours-ci. Je me demandais bien de quoi il s’agissait. Dimanche dernier, il est allé à la plage avec Patricia Moreno et sa famille et ils se sont baignés évidemment. À un moment, les vagues étaient très fortes et il s’est rendu compte que Patricia et sa cousine étaient mal prises. Il est allé pour les secourir et elles s’en sont sauvées mais lui a été pris par d’autres vagues, au point où il était désespéré, épuisé par les efforts pour s’en sortir. Il dit avoir enfoncé 4 fois et, à la dernière, il était sur de ne pas s’en sortir. Il dit avoir vu sa vie passer devant lui comme un film qui se déroulait. Il a levé les bras au ciel, prêt à cesser de lutter quand il a vu Mère Rosalie comme elle apparaît dans sa photo. Cela lui a donné du courage et il a fait des efforts de nouveau et une barque est arrivée et 2 personnes l’ont rescapé. Il s’en remet petit à petit. Hier, il est allé voir un médecin qui lui a prescrit un somnifère car il ne pouvait pas dormir et quelque chose pour l’estomac qui le faisait souffrir avec toute cette eau salée qu’il avait avalée. Il était encore tous pris en me racontant cela. Il a demandé d’aller prier à la chapelle... j’y suis allé avec lui. Il est très reconnaissant à Mère Rosalie. Je lui ai demandé d’écrire un récit de l’événement et il a accepté. Rendons grâce à Dieu que tout se soit terminé ainsi. Il semble très marqué par cette expérience… de passer si proche de la mort. J’ai pensé vous partager ses émotions et les miennes, c’était très émouvant de l’entendre.» MOTS D’UN PARRAIN ENGAGÉLe 16 mars dernier, j’étais invité à une rencontre à la résidence des Sœurs de la rue Saint-Hubert. Une quinzaine de personnes étaientréunies pour se parler du parrainage des enfants de Pascuales. Ce fut pour moi une première rencontre de gens heureux et émus de partagerleur expérience de parrain et marraine. Sœur Rose-Aimée, de passage au Québec, nous a donné des nouvelles des enfants parrainés.Ce fut une rencontre chaleureuse et stimulante. Nous étions tous d’accord à dire que le parrainage à la scolarisation est une œuvrefondamentale pour espérer sortir ces enfants de la pauvreté et même peut-être en voir émerger, dans différents domaines, des leadersauprès de leur communauté.Enfin, à la fin de la rencontre, le temps nous a manqué. Il aurait pu être intéressant de mettre en commun nos idées pour le recrutement denouveaux parrains et marraines. Ce sera pour une prochaine fois. Yves Nantais, parrain depuis 10 ans. INFO-CONCERTGrâce à l’engagement indéfectible de Mme Claudette Viau, administrateure à laFondation, et grâce à la générosité de deux musiciens, Mme Caroline Chéhadé et M.Yves Garand, (voir photo) choisis pour leur compétence, le concert-bénéfice a été unsuccès au de là de nos espérances. Nous les remercions chaudement ainsi que lesconcitoyens de Mme Viau, à Lachine.(Sur l’autre photo : Mme Viau, M. Garand, Mme Coutu, Sr Bourque s.m, Mme Chéhadé et sa g’maman). Un don de 20.00$ ou plus vous permettra de devenir membre de la Fondation et vous aurez l’avantage d’un reçu d’impôt et une carte de membre pour une durée d’un an. Soyez des nôtres!! Un très BEAU et GROS MERCI pour votre généreuse réponse à notre bulletin d’automne 2009 Ce bulletin a été gracieusement imprimé par M François Charbonneau : La Papeterie Le Plateau. « Être Solidaire, c’est Bâtir la Paix »

×