Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Cours Algèbre - CAPES -

347 views

Published on

Cours Algèbre - ENSET
CAPES - Mathématiques

Published in: Education

Cours Algèbre - CAPES -

  1. 1. Algèbre CAPES-Mathématiques Fatiha AKEF UNIVERSITE HASSAN II DE CASABLANCA ENSET - Mohemmadia
  2. 2. Plan Général 2F. AKEF › Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes › Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis › Chapitre 3 : Anneaux › Chapitre 4 : Algèbre linéaire
  3. 3. Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes I. Classe modulo un sous-groupe II. Structure du groupe quotient III. Décomposition canonique d’un homomorphisme de groupe IV. Groupe cyclique V. Groupe symétrique VI. Centre d’un groupe VII. Généralisation du 1er théorème d’isomorphisme  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  4. 4. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 4F. AKEF Soit f un groupe quelconque, H unsous-groupe de G et une relation binaire définie de G par : › x R y  x-1.yH, x, yG › x-1 étant l’inverse de x. 1)Proposition : › R est une relation d’équivalence › xG, la classe de x est I - CLASSE MODULO UN SOUS-GROUPE
  5. 5. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 5F. AKEF Démonstration : I - CLASSE MODULO UN SOUS-GROUPE
  6. 6. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 6F. AKEF 2) Définition : Soit, la classe xH (respectivement. la classe Hx) est appelée la classe à gauche de x (respectivement la classe à droite de x) modulo H. 3) Définition : Soit G un groupe et H un sous-groupe de G, H est dit distingué dans G (normal ou invariant) Si pour tout on a : 4) Théorème (LAGRANGE) : Soient G un groupe fini et H un sous-groupe de G. Alors l’ordre de H divise l’ordre de G. I - CLASSE MODULO UN SOUS-GROUPE
  7. 7. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 7F. AKEF Théorème (LAGRANGE) : › Démonstration après le Lemme : Soient G un groupe fini et H un sous-groupe de G. Soit, alors : 0(H) = cardxH = cardHx. Démonstration: f : H→ xH Démonstration du théorème : y→ xy *f surjective par construction *soient y et y’H tel que f(y)=f(y’) ⇒ xy = xy’ ⇒ y=y⇒ f injective f: H→ Hx y→ y.x I - CLASSE MODULO UN SOUS-GROUPE
  8. 8. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 8F. AKEF I - CLASSE MODULO UN SOUS-GROUPE
  9. 9. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 9F. AKEF I - CLASSE MODULO UN SOUS-GROUPE
  10. 10. Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes I. Classe modulo un sous-groupe II. Structure du groupe quotient III. Décomposition canonique d’un homomorphisme de groupe IV. Groupe cyclique V. Groupe symétrique VI. Centre d’un groupe VII. Généralisation du 1er théorème d’isomorphisme  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  11. 11. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 11F. AKEF Soit G un groupe, H un sous-groupe et R une relation d’équivalence définie sur G par : › Soit l’ensemble quotient. 1) Problème : › A quelles conditions peut-on définir une loi de composition interne (*) sur l’ensemble quotient à partir de la loi de G ? › A quelles conditions la loi* définie par : (cl(x),cl(y)) cl(x)*cl(y)=cl(x.y) est une application ? II - STRUCTURE DU GROUPE QUOTIENT
  12. 12. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 12F. AKEF soient x,yG Notation :H ∇ G signifie H sous-groupe distingué de G. II - STRUCTURE DU GROUPE QUOTIENT
  13. 13. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 13F. AKEF Démonstration : * Condition nécessaire : d’après ce qui précède * Condition suffisante : on suppose que H ∇ G   *  est une L.C.I (loi de composition interne) soient x, et soient xcl(x), y’cl(y) II - STRUCTURE DU GROUPE QUOTIENT
  14. 14. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 14F. AKEF Définition : › Le groupe ( G/R *) est noté par G/H et il est appelé le groupe quotient de G par H. › Par convention : cl(x)*cl(y)=cl(x).cl(y) si G est noté multiplicativement. › cl(x) * (cl(y) = cl(x)+cl(y) si G est noté additivement. › › 3) Définition : › Soit G un groupe et Rune relation d’équivalence sur G. › On dit que R est compatible à gauche (respectivement à droite) avec la loi du groupe si x Ry ⇒ zxR zy, ∀zG (respectivement x Ry ⇒ xzR yz, ∀zG) › On dit que est compatible avec la loi du groupe si elle est compatible à gauche et à droite. II - STRUCTURE DU GROUPE QUOTIENT
  15. 15. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 15F. AKEF Exercice : › Soit G un groupe, H un sous-groupe de G et R, R’ deux relations d’équivalence sur G définies par : › x Ry  x-1 yH › x R’y  xy-1H › Montrer que est compatible à gauche avec la loi du groupe et est compatible à droite avec la loi du groupe. 4) Proposition : › Soient G un groupe et R une relation d’équivalence compatible avec la loi du groupe, alors il existe H un sous-groupe distingué de G tel que : › x Ry  x-1 yH xy-1H II - STRUCTURE DU GROUPE QUOTIENT
  16. 16. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 16F. AKEF Démonstration : Soit e élément neutre de G, soit H = cl(e) ›  H est un sous-groupe de G ? Soit x,yH xy-1H ? II - STRUCTURE DU GROUPE QUOTIENT 5) Théorème : Soit G un groupe. Alors il existe une correspondance bunivoque entre les sous-groupes distingués de G et les relations d’équivalence compatibles avec la loi du groupe G. A = H tel que HG∇ B =  R tel que R relation d’équivalence sur G compatible avec la loi de G
  17. 17. Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes I. Classe modulo un sous-groupe II. Structure du groupe quotient III. Décomposition canonique d’un homomorphisme de groupe IV. Groupe cyclique V. Groupe symétrique VI. Centre d’un groupe VII. Généralisation du 1er théorème d’isomorphisme  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  18. 18. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 18F. AKEF 1) Rappels : Soient G et G’ deux groupes, e élément neutre de G, e’ élément neutre de G’, soit f un homomorphisme de G dans G’ : › f : G G’ › ∀x, y G : f(xy) = f(x)f(y) › Exemple : soient G un groupe et H un sous-groupe distingué de G. › Soit G/H le groupe quotient. › Alors s : G G/H est un homomorphisme de groupe (s : surjection canonique) s(xy)=cl(xy)=cl(x).cl(y)=s(x).s(y). I - DÉCOMPOSITION CANONIQUE D’UN HOMOMORPHISME DE GROUPE
  19. 19. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 19F. AKEF 2)Résultats : a)f(e)=e’ b)f(x-1)=[f(x)]-1 c)Kerf = x E G tel que f(x)=e’ est un sous-groupe distingué de G. d) Soient G un groupe et g un homomorphisme de G’ dans G, alors gof est un homomorphisme de G dans G. e)Soit H un sous-groupe de G (respectivement H∇G), alors f(H) est un sous-groupe de G’ (respectivement f(H)∇ f(G)) En particulier f(G) est un sous-groupe de G’ f)Soit H’ un sous-groupe de G’ (respectivement H’∇G’), alors f-1(H’) est un sous-groupe de G’(respectivement f-1(H’) ∇G’). g) finjective Kerf = e I - DÉCOMPOSITION CANONIQUE D’UN HOMOMORPHISME DE GROUPE
  20. 20. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 20F. AKEF I - DÉCOMPOSITION CANONIQUE D’UN HOMOMORPHISME DE GROUPE
  21. 21. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 21F. AKEF 4 - Théorème : › Sous les hypothèses ci-dessus, il existe un et un seul isomorphisme de G/H sur f(G) tel que le diagramme suivant soit commutatif : I - DÉCOMPOSITION CANONIQUE D’UN HOMOMORPHISME DE GROUPE
  22. 22. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 22F. AKEF I - DÉCOMPOSITION CANONIQUE D’UN HOMOMORPHISME DE GROUPE
  23. 23. Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes I. Classe modulo un sous-groupe II. Structure du groupe quotient III. Décomposition canonique d’un homomorphisme de groupe IV. Groupe cyclique V. Groupe symétrique VI. Centre d’un groupe VII. Généralisation du 1er théorème d’isomorphisme  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  24. 24. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 24F. AKEF 1)Rappel : › Soient G un groupe et A une partie non vide de G. Le plus petit sous-groupe de G contenant A est appelé sous-groupe de G engendré par A. › Notation :(A) = sous-groupe de G engendré par A. › B=F tel que F sous-groupe de G avec AF 2) Proposition : Soient G un groupe et AG, A Alors (A) =xG tel que x1 ,x2,……, xrG Avec xiA ou A et x = x1 x2……, xr IV - GROUPE CYCLIQUE
  25. 25. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 25F. AKEF IV - GROUPE CYCLIQUE
  26. 26. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 26F. AKEF 3) Définition : › Soit G un groupe etA , A fini, A  › Alors (A) est dit de type fini › Remarque : un groupe de type fini n’est nécessairement pas fini. Exemple : le groupe aditif engendré par 1 , donc de type fini alors que est infini. 4) Définition : › Soit G un groupe. G est cyclique s’il existe xG › tel quex engendre G. › (i.e. ∀yG ,rtel que y = xr) IV - GROUPE CYCLIQUE
  27. 27. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 27F. AKEF 5) Proposition : › Soit G un groupe cyclique. Soit x son générateur. Alors G est : › Soit isomorphe à ( Z ,+) et par conséquent infini. › Soit n* tel queG≃ ( ,+) et par conséquent G est fini d’ordre n, xn=e. › Si xP=e alors p=0 ou n/p et G =e, x, x2,…, xn-1 Démonstration : › On considère l’application f définie par : IV - GROUPE CYCLIQUE
  28. 28. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 28F. AKEF 6) Proposition: › Soit G un groupe fini (non nécessairement cyclique) › Soit n = 0(G) › Alors ∀ xG, xn = e Démonstration : › Soit xG et soit (x) › Soit m=q((x))⇒(d’après le théorème de LAGRANGE) 7) Définition: › Soit G un groupe fini et soit xG. L’ordre de x est 0((x)). IV - GROUPE CYCLIQUE
  29. 29. Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes I. Classe modulo un sous-groupe II. Structure du groupe quotient III. Décomposition canonique d’un homomorphisme de groupe IV. Groupe cyclique V. Groupe symétrique VI. Centre d’un groupe VII. Généralisation du 1er théorème d’isomorphisme  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  30. 30. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 30F. AKEF Soient (Sn, o) le groupe de permutation de n éléments. Sn=, :1,…,n→1,…,n et bijective Card Sn = n! 1) Définition et notation : Soit Sn,est dite transposition si : i,jtel que  (i) = j et (j) = i  (h) = h ∀ h1,…, n, h  i et h  j Notation : =tij = t ji Remarque : V- GROUPE SYMÉTRIQUE
  31. 31. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 31F. AKEF 2) Proposition : › Le groupe Sn engendré par l’ensemble de ses transpositions est équivalent à : V- GROUPE SYMÉTRIQUE
  32. 32. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 32F. AKEF V- GROUPE SYMÉTRIQUE
  33. 33. Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes I. Classe modulo un sous-groupe II. Structure du groupe quotient III. Décomposition canonique d’un homomorphisme de groupe IV. Groupe cyclique V. Groupe symétrique VI. Centre d’un groupe VII. Généralisation du 1er théorème d’isomorphisme  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  34. 34. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 34F. AKEF Soit G un groupe et e son élément neutre. Soit A le groupe des automorphismes de G A = f : G → G tel que fisomorphisme 1) Définition : Soit C(G ) l’ensemble défini par : C(G) = xG tel quexy = yx, ∀yG C(G) est appelé le centre de G. Soit xG, soit fx l’application définie par : › fx=(yy) = x(yy’)x-1=xy(x-1x)y’x-1 › = (xyx-1’).(xy’x-1) = fx ( y) fx ( y) ›  fx( y) = e ⇒ xyx-1= e ⇒y = x-1x⇒y = edonc fx injective › Soit yG fx (x-1yx) = x(x-1yx)x-1 = y donc fxsurjective › ∀ xG fxautomorphisme de G appelé automorphisme intérieur. › Soit A’ défini par : › A’ =f tel que  xG : f=fx VI - CENTRE D’UN GROUPE
  35. 35. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 35F. AKEF VI - CENTRE D’UN GROUPE Exemple :C(S3) ? › les sous-groupes distingués de S3 sont : e, H4=e, 1, 2 › C1 ne commute pas avec tous les éléments de S3, donc C(S3) =e
  36. 36. Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes I. Classe modulo un sous-groupe II. Structure du groupe quotient III. Décomposition canonique d’un homomorphisme de groupe IV. Groupe cyclique V. Groupe symétrique VI. Centre d’un groupe VII. Généralisation du 1er théorème d’isomorphisme  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  37. 37. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 37F. AKEF Soient G et G deux groupes (e élément neutre de G et e’ élément neutre de G) H sous-groupe distingué de G Hsous-groupe distingué de G f homomorphisme de G dans G’ s la surjection canonique de G  G/H s’ la surjection canonique de G’  G’/H’ 1)Théorème : Sous les hypothèses ci-dessus on a : VII - GÉNÉRALISATION DU 1ER THÉORÈME D’ISOMORPHISME
  38. 38. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 38F. AKEF Démonstration : ⇒/ On suppose que H  f-1(H’) g=sof clH(x) = , xG clH’(y) =, yG ‘ VII - GÉNÉRALISATION DU 1ER THÉORÈME D’ISOMORPHISME
  39. 39. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 39F. AKEF 2) Cas particulier : VII - GÉNÉRALISATION DU 1ER THÉORÈME D’ISOMORPHISME
  40. 40. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 40F. AKEF 3) 2ème théorème d’isomorphisme : Soient G un groupe. H un sous-groupe distingué de G a)KH sous-groupe de G et H distingué de KH b)Le groupe H⋂K est sous-groupe distingué de K VII - GÉNÉRALISATION DU 1ER THÉORÈME D’ISOMORPHISME
  41. 41. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 41F. AKEF 4) Corollaire : › Sous les hypothèses du théorème précédent, on a : VII - GÉNÉRALISATION DU 1ER THÉORÈME D’ISOMORPHISME
  42. 42. CHAPITRE 1 : HOMOMORPHISME DE GROUPES 42F. AKEF 5) 3ème théorème d’isomorphisme Soient G un groupe et H un sous-groupe distingué de G. › Alors : VII - GÉNÉRALISATION DU 1ER THÉORÈME D’ISOMORPHISME
  43. 43. Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis I. Groupe opérant sur un ensemble II. Groupes de SYLOW  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  44. 44. CHAPITRE 1 : 44F. AKEF 1) Définition : › Soient G un groupe et E un ensemble.On dit que G opère ( à gauche) sur E si on peut définir une application de GE dans E : › * : GEE › (g, x) gx tel que : i)xE ex = x ii)g, gGxGg(gx)= (gg)x › Si en plus “” vérifie : iii)x, yE , gG tel que y = gx › On dit que G opère transitivement sur E. I - GROUPE OPÉRANT SUR UN ENSEMBLE Exemples : a) G opère sur lui-même par la loi du groupe. GGG (g, g’) gg = gg’ (transitivement) b)G opère sur lui-même par GGG (g, g’) ggg-1 = gg i)gG e e = ege-1 = g ii) g gg″)= g (gg″g-1)= g(gg″g1) .g-1 = (gg)g(gg)-1 =(gg)g On dit que G opère lui-même par automorphisme intérieur.
  45. 45. CHAPITRE 1 : 45F. AKEF 2)Définition : Soit G un groupe opérant sur E par l’opération . Soit x  E. On appelle stabilisateur de x (ou normalisateur de x) que l’on note Nx : › Nx=  gG tel que gx = x › et on appelle orbite de x que l’on note x : › x = gx, gG › N.B : Nx G et x E 3) Proposition : Soit G un groupe opérant sur un ensemble E (par l’opération ) Soit x E, alors : › Nx = g/gx = x est un sous-groupe de G. I - GROUPE OPÉRANT SUR UN ENSEMBLE
  46. 46. CHAPITRE 1 : 46F. AKEF Démonstration : I - GROUPE OPÉRANT SUR UN ENSEMBLE
  47. 47. CHAPITRE 1 : 47F. AKEF I - GROUPE OPÉRANT SUR UN ENSEMBLE
  48. 48. CHAPITRE 1 : 48F. AKEF 6) Cas particulier : L’équation des classes. › G fini et G opère sur G par automorphisme intérieur. › xGNx = gGtel quegx g-1 = x › x = gx g-1 , gG › G : Nx = 1 gGgx g-1 = x › gGgx = xg xC(G) xx « L’équation des classes » I - GROUPE OPÉRANT SUR UN ENSEMBLE
  49. 49. Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis I. Groupe opérant sur un ensemble II. Groupes de SYLOW  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  50. 50. CHAPITRE 1 : 50F. AKEF 1) Théorème : › Soit G un groupe cyclique fini d’ordre n, alors mtel quem/n, il existe H sous-groupe de G tel que (H) = m. › Démonstration : G = (x) = e, x, x²,…, xn-1 › m/n ⇒k* tel que n = mk › Soit H = (xk) et soit l = (xk) › ⇒ k l = mk ⇒ l = m II - GROUPES DE SYLOW
  51. 51. CHAPITRE 1 : 51F. AKEF 2)Théorème : › Soit G un groupe fini d’ordre n. Soit un nombre premier tel que p/n. › Alors b* N tel que , il existe un sous-groupe de G d’ordre pb. Démonstration : nN* › p/n n = ma (m,) = 1 › on va montrer que a tel que 1aa, il existe H sous-groupe de G tel que 0(H) = pa’. Démonstration par récurrence :  Si n= le théorème est vérifié.  Hypothèse de récurrence : on suppose que le théorème est vérifié pour tout groupe G d’ordre < n. Soit G un groupe d’ordre n, n = ma, (m,) = 1  Si G est cyclique (théorème précédent)  Si G est commutatif (non cyclique) II - GROUPES DE SYLOW
  52. 52. CHAPITRE 1 : 52F. AKEF Démonstration par récurrence : II - GROUPES DE SYLOW
  53. 53. CHAPITRE 1 : 53F. AKEF 3) Définition : › Soit G un groupe d’ordre fini n, soit p un nombre premier divisant n. › On pose n = mpa avec (m, p) = 1 › Alors tout sous-groupe de G d’ordre une puissance de p est appelé un p-sous-groupe de G. › Tout p-sous-groupede G d’ordre pa est appelé p-sous-groupe de SYLOW de G. Remarque : Soit P un p-sous-groupe de Sylow › Soit P = xPx-1, xG  › xPx-1P xPx-1 est p-sous-groupe de Sylow › En effet :(P)= (xPx-1) ⇒(xPx-1)=pa II - GROUPES DE SYLOW
  54. 54. CHAPITRE 1 : 54F. AKEF 4) Théorème : › Soient G un groupe fini d’ordre n et un nombre premier tel que p/n › On pose n = m pa((m, p) = 1) › Soit P un p-sous-groupe de Sylow. Alors  (NP) = m’ pa avec m’/m. › (NP= xG  xPx-1= P et tout p-sous-groupe de NP est contenu dans P. Démonstration : › PNPp-sous-groupe de NP › (P)(NP)  a (NP) › (NP)= m’a() II - GROUPES DE SYLOW
  55. 55. CHAPITRE 1 : 55F. AKEF 5) Théorème de Sylow : › Soient G un groupe fini d’ordre n et p un nombre premier tel que p/n › On pose n = mp, (m, p) = 1 › Alors :i) Tout p-sous-groupe de G est contenu dans p-sous-groupe de Sylow › ii) Tous lesp-sous-groupes de SylowdeG sontconjugués tel que ( P, P p-sous- groupe de Sylow de G, xGtel que P = xPx1). › iii) Le nombre de p-sous-groupe de Sylow de G est congru à 1 modulo p. › iv) Le nombre de p-sous-groupe de Sylow de G divise n. II - GROUPES DE SYLOW
  56. 56. CHAPITRE 1 : 56F. AKEF › 5) Théorème de Sylow: Démonstration : › i) Soit H p-sous-groupe de G, soit P un p-sous-groupe de Sylow de G. › P = xPx-1, xG › NP = xG / xPx1 = P › (NP) =mp, › Card P =G : NP ›  Card P =m/m , › ii) Soit P et P deux p-sous-groupes de Sylow › P  p-sous-groupe de Sylow  P  p-sous-groupe. › On fait opérer P  sur p (comme précédemment on remplace H par P ) › il existe P ″ p tel que P P ″ P  = P ″ › P ″ pxG tel que P ″ = x P x1 . › xG tel que P  = x P x1. II - GROUPES DE SYLOW
  57. 57. CHAPITRE 1 : 57F. AKEF › 5) Théorème de Sylow: Démonstration : II - GROUPES DE SYLOW
  58. 58. Chapitre 3 : Anneaux I. Relation d’équation : suivant un sous anneau II. Opérateur idéaux III. homomorphisme d’anneau IV. Caractéristique d’un anneau V. Anneaux de fractions VI. Divisibilité dans un anneau intègre VII. Anneaux Noethériens  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  59. 59. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 59F. AKEF › Soit A un ensemble muni de 2 lois internes notés + et . › A est dit un anneau si : i) A muni de + est un groupe commutatif ii) la loi .est associative dans A. iii) la loi .est distributive par rapport à la loi + c’est à dire ∀ x, y, z A : › x(y+z) = xy + xz › et (x+y)z = xz + yz › - Si en plus la loi .est commutative, alors A est un anneau commutatif › - Si en plus la loi .admet un élément neutre A est un anneau unitaire › - Si (A-{o},.) est un groupe, alors (A, +, .) est un corps › - Si ∀x , yH avec on a : xy  0, alors A est dit intègre › -Si  xA, x o  yA, y  0 et xy= 0 alors x est dit un diviseur de 0 RAPPELS
  60. 60. Chapitre 3 : Anneaux I. Relation d’équation : suivant un sous anneau II. Opérateur idéaux III. homomorphisme d’anneau IV. Caractéristique d’un anneau V. Anneaux de fractions VI. Divisibilité dans un anneau intègre VII. Anneaux Noethériens  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  61. 61. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 61F. AKEF › (A,+,.) un anneau et I un sous-anneau de A si : › (I, +) sous-groupe de A et si la loi .est interne dans I. › Soit R la relation d’équivalence sur A défini par x R yx.yI Problème : › A quelles conditions sur I on peut définir surune loi interne à partir de la loi .de A I - RELATION D’ÉQUATION : SUIVANT UN SOUS ANNEAU
  62. 62. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 62F. AKEF Définition : › Soit (A, +, .)un anneau. Soit I A, I est dit idéal à gauche de A (resp à droite) si (I, +) est un groupe › I idéal de A (idéal bilatère de A) si I idéale à gauche et à droite de A. Théorème : › Soit A un anneau et I sous-anneau de A. I - RELATION D’ÉQUATION : SUIVANT UN SOUS ANNEAU
  63. 63. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 63F. AKEF I - RELATION D’ÉQUATION : SUIVANT UN SOUS ANNEAU
  64. 64. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 64F. AKEF Proposition : › Soit A un anneau, I idéal de A et R la relation d’équivalence définie sur A par : › x R y  x-y I › Alors R est compatible avec les 2 lois (+ et .) de l’anneau A. I - RELATION D’ÉQUATION : SUIVANT UN SOUS ANNEAU Démonstration : On sait que R est compatible avec (+) (voir propriété). Soient x, y, zA tel que x R y, zxRzyet xzRyz ? zx -zy = z(x-y)I (xRy et I idéal) zx R zy xz – yz = (x-y) zI xz R yz
  65. 65. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 65F. AKEF Proposition : › Il existe une correspondance biunivoque entre les relations d’équivalence définies sur A et compatible avec les lois de A et les idéals de A. Démonstration : › Soit ℑ=idéale de A et R=relation d’équivalence sur A compatible avec les lois de A › Soit  : ℑ R › I  RI :xRIyx-yI › injective? I, Iℑ tel que RI = RI. › Soit xIxRI0 xRI’0 xI donc ›  surjective? Soit I =(I =  xA/ xR 0), › I =  ℑ, on sait que I sous-groupe additive de A. › xA, aI xaI et axI ? › aI  a R 0xa R x0 x0 R 0 xaI › de même pour axI. › est surjective ›  Dansla suite de ce chapitre et sauf mention contraire, tous les anneaux seront supposés compatibles et unitaires. I - RELATION D’ÉQUATION : SUIVANT UN SOUS ANNEAU
  66. 66. Chapitre 3 : Anneaux I. Relation d’équation : suivant un sous anneau II. Opérateur idéaux III. homomorphisme d’anneau IV. Caractéristique d’un anneau V. Anneaux de fractions VI. Divisibilité dans un anneau intègre VII. Anneaux Noethériens  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  67. 67. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 67F. AKEF › Soit A un anneau et ℑ l’ensemble des idéaux de A. › L’intersection quelconque d’éléments de ℑ est un élément de I. II - OPÉRATEUR IDÉAUX Soit A un anneau et S une partie non vide de A. L’idéal de A engendré par S est définit comme le plus petit idéal de A contenant S. On peut vérifier facilement que c’est l’intersection de tous les idéals de A qui contiennent S.
  68. 68. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 68F. AKEF Proposition : › Soit A un anneau, S une partie non vide de A et A(S) l’idéal de A engendre par S. Alors II - OPÉRATEUR IDÉAUX
  69. 69. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 69F. AKEF Démonstration : II - OPÉRATEUR IDÉAUX
  70. 70. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 70F. AKEF Définition : › Soit A un anneau et I un idéalde A.Alors I est dite de type fini si  S une partie fini non vide de A tel que A(S) = I Définition : Soit A un anneau et I un idéal de A › Alors I est dit premier si et seulement si I  A et si I vérifie ›  x, y  A / xyI alors xI ou yI › I est dit maximal si et seulement si I  A et si I vérifie : › Si J idéal de A tel que alors J=A  I est dit primaire si et seulement si I  A et si I vérifie : › x, y  I tel que x.yI et xI alors n  IN* tel que ynI II - OPÉRATEUR IDÉAUX
  71. 71. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 71F. AKEF Théorème : › Soit A anneau , I idéal de A. Alors si I  A, ℳ idéal maximal de A tel que I ℳ Définition : › Soit (E, <) un ensemble ordonné, alors E est dit inductif si toute chaine de E admet une borne supérieur › (ie (Ai)iI est une chaine de E si AiE, iI et si i,jI alors Ai<Aj ou Aj< Ai). Axiome de Zorn : tout ensemble inductif admet un élément maximal II - OPÉRATEUR IDÉAUX
  72. 72. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 72F. AKEF  R II - OPÉRATEUR IDÉAUX
  73. 73. Chapitre 3 : Anneaux I. Relation d’équation : suivant un sous anneau II. Opérateur idéaux III. homomorphisme d’anneau IV. Caractéristique d’un anneau V. Anneaux de fractions VI. Divisibilité dans un anneau intègre VII. Anneaux Noethériens  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  74. 74. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 74F. AKEF › Soient A et A’ deux anneaux, f applicationde A dans A’ › f est un homomorphisme d’anneau si f (x+y) = f(x) + f(x) + f(y) et f(xy) = f(x)f(y) ∀x,yA Exemple : Soit A anneau et I idéal de A alors › s : A est un homomorphisme d’anneau › x= x+I Propriétés : A, A’deux anneaux et f homomorphisme d’anneaudeA dans A’ Alors : a)f(OA) = OA’ b)Kerf est idéal de A c) f(A) est un sous-anneau de A’ d)I idéal de A⇒ f1(I) idéal de A. e)si f injective et si A intègre alors f(A) est intègre. f) si f injective et si A corps alors f(A) corps. III - HOMOMORPHISME D’ANNEAU
  75. 75. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 75F. AKEF Démonstration : b)Kerf sous-groupe additif de A Soit xA, yKerf f(xy) = f(x) f(y) = f(u).OA’ = OAxyKerf 1er Théorème d’isomorphe concernant les anneaux › Soient A et A’ deux anneaux, f homomorphisme de A dans A! III - HOMOMORPHISME D’ANNEAU
  76. 76. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 76F. AKEF III - HOMOMORPHISME D’ANNEAU
  77. 77. Chapitre 3 : Anneaux I. Relation d’équation : suivant un sous anneau II. Opérateur idéaux III. homomorphisme d’anneau IV. Caractéristique d’un anneau V. Anneaux de fractions VI. Divisibilité dans un anneau intègre VII. Anneaux Noethériens  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  78. 78. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 78F. AKEF › Soit A anneau , 1Aélément neutre par multiplication. › Soit : Z A IV - CARACTÉRISTIQUE D’UN ANNEAU
  79. 79. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 79F. AKEF Proposition : Soit A anneau intègre, alors la caractéristique de A est soit nulle, soit un nombre premier. Démonstration : Z/noZ = (Z) › comme A est intègre, (Z) est intègre. ›  Z/noZ intègre noZ idéal premier de Z. › no = o ou no premier Corollaire: La caractéristique d’un corps est soit nulle, soit un nombre premier. IV - CARACTÉRISTIQUE D’UN ANNEAU
  80. 80. Chapitre 3 : Anneaux I. Relation d’équation : suivant un sous anneau II. Opérateur idéaux III. homomorphisme d’anneau IV. Caractéristique d’un anneau V. Anneaux de fractions VI. Divisibilité dans un anneau intègre VII. Anneaux Noethériens  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  81. 81. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 81F. AKEF Soit A anneau intègre (A commutatif et unitaire) Problème :  ? K corps et homomorphisme d’anneau injectif de A dans K › tel que zK (x, y)AA* tel que › z =  (x) (y)-1 (A*=nA tel que x  OA) Existence de K : › Sur A A* on définit la relation binaire R par : › (x,y) R (x, y) xy = yx › R relation d’équivalence ›  Transitivité : (x, y)R (x, y) et (x, y)R (x, y) › - si x= 0  en effet xy =yxxy = OA x = OA(yOA) › de x = 0  (x, y) R (x, y). I - ANNEAUX DE FRACTIONS
  82. 82. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 82F. AKEF Proposition : (A  A*/R*,+,.) est un corps. I - ANNEAUX DE FRACTIONS
  83. 83. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 83F. AKEF Théorème : Soit A un anneau intègre (commutatif et unitaire) › Alors K un corps unique à un isomorphisme près et  un homomorphisme injectif de A dans K tel que : › zK (x, y)AA* z =(x) (y)1 › Le corps est appelé le corps de fractions de A. › On plonge A dans K en identifiant xA et(x)K. › zK, (x, y)  AA*tel que : z = xy1=(x/y). I - ANNEAUX DE FRACTIONS
  84. 84. Chapitre 3 : Anneaux I. Relation d’équation : suivant un sous anneau II. Opérateur idéaux III. homomorphisme d’anneau IV. Caractéristique d’un anneau V. Anneaux de fractions VI. Divisibilité dans un anneau intègre VII. Anneaux Noethériens  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  85. 85. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 85F. AKEF 1 ) Divisibilité dans un anneau intègre (A commutatif et unitaire) › Soit A un anneau intègre (commutatif et unitaire), soit U(A) le groupe des éléments inversible de A (groupe des unités de A). Définition : Soient a, b, on dit que a divise b (ou a diviseur de b) et on écritsi : xA tel que b = ax. › Remarque : Soit aAuU(A) on a : u/a et ua /a › a, bA bAaA Définitions : * Soient a, bA, on dit que a est un diviseur propre de b si : › au(A) et a ubxU(A) * Soit aA, aOA, alors a est dit irréductible sia n’admet que des diviseurs propres. * Soient a, bA, on dit que a et b sont étrangers si a et b n’admettent aucun diviseur propre commun. * Soient a, bA, on dit que a et b sont associés si a/b et b/a. VI - DIVISIBILITÉ DANS UN ANNEAU INTÈGRE
  86. 86. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 86F. AKEF Remarque : › * la relation R définie dans A par : x R y  x et y sont associés et R est une relation d’équivalence. › * Soient a, bA tel que a et b sont associés alors : › uU(A) tel que a = ub. Définition : Soit a1, …, anA et d, mA › On dit que d est p.g.c.d de a1, …, an si : i) d/ai i1, …, n ii)xA tel que x/ai (1 i  n) alors x/d › On dit que m est un p.p.c.m de a1, …, an si : i)Ri/m i1, …, n ii)xA telque ai/x (i1, …, n) on a : m/x VI - DIVISIBILITÉ DANS UN ANNEAU INTÈGRE
  87. 87. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 87F. AKEF 2) Anneaux principaux : › Soit A un anneau intègre (commutatif et unitaire) Définition : A est dit principal si : I idéal de A, aA tel que I = aA Proposition : Soit pA, p  OA, A anneau principal. › pA est premier  p est irréductible pA maximal Démonstration : pA premier  ? p irréductible › pA premier pA A  p n’est pas inversible › Soit x un diviseur de p yA tel que xy= p › pA premier  xpA ou ypA .  xpA x = px (x A) pxy = p xy = 1  xU(A)  si ypA y = py (y A) xpy’ = p xy’= 1A xU(A). › Pirréductible pAmaximal ? › P irréductible P U(A)pA A VI - DIVISIBILITÉ DANS UN ANNEAU INTÈGRE
  88. 88. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 88F. AKEF Corollaire : dans un anneau principal, tout idéal premier est maximal. Proposition :Soit A un anneau principal et a1, …, anA. › Alors  d et m A tel que d est un p.g cd de a1, …, an et m un ppcm de a1, …, an. Démonstration : Soit a1A+… + anA(est un idéal de A) A un anneau principaldA, tel que a1A+… + anA = dA i-i1, …, n,aiAdA d/ai ii-Soit xAtel que x/ai ( i1, …, n). x/aiaiA xA ( i1, …, n). dAxA x/d (montrer que m est un p.p.c.mde a1, …, an) VI - DIVISIBILITÉ DANS UN ANNEAU INTÈGRE
  89. 89. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 89F. AKEF Proposition : Soit A un anneau principal et( Ij)jIN une famille d’idéaux de A tel que IoI1 … InIn+1 › AlorsnoIN telqueIno = Im ; m no. Démonstration : soit › J est un idéal de A en effet : › Soient x, y In, mINtel que : xIn et yIm ,on suppose que In Im x, yImx- yImx- yJ › Soit a Aet xJnINtel que : xIn axIn axJ aAtel que J = aA noIN telque J = et m  noon a : = Im ( Im J Im) VI - DIVISIBILITÉ DANS UN ANNEAU INTÈGRE
  90. 90. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 90F. AKEF Proposition :Soit A un anneau principal. Soit xA tel que x  OA et x  U(A). Alors : i) uU(A), P1…, Prdes éléments irréductibles de A tel que x = up1… pr. ii) si x = up1… pr = vq1…, qs avec q1… ,qséléments irréductibles de A, alors r = s et  R Srtel que Pi et qR(i)sont associés. Démonstration existence : xA (x OA , x U(A)).  On suppos eque x ne s’écrit pas comme i) : › Soit xo et yoA des diviseurs propres de x tel que x = xoyo. ›  On suppose que xone s’écrit pas comme i donc : xo = x1y1 avec Axo Ax1 Axo Ay1 Ainsi de suite n va construire une suite S croissante infinie d’idéaux de A. Ceci contredit la propriété précédente. VI - DIVISIBILITÉ DANS UN ANNEAU INTÈGRE
  91. 91. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 91F. AKEF › Unicité : x A, x OA, x U(A). On suppose que x = up1… pr = vq1…, qs › u,vU(A), p1…, pr, q1,…, qs d’éléments irréductible de A. › On suppose que r  s On supose que r < s › uv-1. p1…, pr = q1,…, ps p1/q1,…, qs VI - DIVISIBILITÉ DANS UN ANNEAU INTÈGRE uU(A) (U(A) est groupe par la multiplication). Soit u-1l’inverse de u. 1A = u-1 qir+1… qis qir+1…, qisU(A) Ceci est impossible (car ils sont tous irréductible)
  92. 92. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 92F. AKEF Définition : Soit A un anneau (commutatif et unitaire) intègre, A est dit factoriel si xA, x OAet x U(A), x vérifie (i) et (ii) de la propriété précédente. › Corollaire : Tout anneau principal est factoriel Proposition : Soit A un anneau factoriel, soit pA, p OA › Alors p est irréductible pAest premier. VI - DIVISIBILITÉ DANS UN ANNEAU INTÈGRE
  93. 93. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 93F. AKEF Démonstration : / p irréductible. Soient x, y A tel que : xypA et xpA. xypAzA tel que xy = pz si x est inversible alors ypA si x n’est pas inversible : Soit x = up1…pr décomposition de x en facteur irréductible, alors pi et p ne sont pas associés i 1,…, r   (d’aprèsi et ii)ypA /pA idéal premier  p U(A). Soit x diviseur de p yA tel que p = xy x pA ou y pA (pA premier). si x pAzA tel que x = pz  p = pzy yU(A)  x = y-1pU(A) ypAzA tel que y = pz p = xpz xU(A) VI - DIVISIBILITÉ DANS UN ANNEAU INTÈGRE
  94. 94. Chapitre 3 : Anneaux I. Relation d’équation : suivant un sous anneau II. Opérateur idéaux III. homomorphisme d’anneau IV. Caractéristique d’un anneau V. Anneaux de fractions VI. Divisibilité dans un anneau intègre VII. Anneaux Noethériens  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  95. 95. CHAPITRE 3 : ANNEAUX 95F. AKEF Définition : Soit A un anneau commutatif, unitaire et intègre. › A est dit noethérien si tout ensemble non vide d’idéal de A ( A) admet un élément maximal. Proposition : Soit A un anneau commutatif, unitaire et intègre. Alors il y a  entre : i) A noethérien ii) Tout idéal de A est engendré par un nombre fini d’éléments de A. iii) Toute suite croissante d’idéal de A est stationnaire. VII - ANNEAUX NOETHÉRIENS
  96. 96. Chapitre 4 : Algèbre linéaire I. Quotient d’un espace vectoriel par un sous-espace vectoriel. II. Réduction des matrices carrées  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  97. 97. CHAPITRE 1 : ALGÈBRE LINÉAIRE 97F. AKEF Dans toute la suite et sauf mention contraire K sera un corps commutatif. * Soient E un espace vectoriel sur K et Fun sous-groupe de E. On considère la relation définie sur E par : ›  x, y E x R y  x – y F Soit E/R l’ensemble quotient clp(x) =x-. (x  F) › Théorème : I - QUOTIENT D’UN ESPACE VECTORIEL PAR UN SOUS-ESPACE VECTORIEL.
  98. 98. CHAPITRE 1 : ALGÈBRE LINÉAIRE 98F. AKEF Démonstration : › /On suppose quemuni de + et estun espace vectorielsur K I - QUOTIENT D’UN ESPACE VECTORIEL PAR UN SOUS-ESPACE VECTORIEL.
  99. 99. CHAPITRE 1 : ALGÈBRE LINÉAIRE 99F. AKEF Proposition : › Soient E un espace vectoriel sur k, Fun sous espace vectoriel de E et I - QUOTIENT D’UN ESPACE VECTORIEL PAR UN SOUS-ESPACE VECTORIEL.
  100. 100. CHAPITRE 1 : ALGÈBRE LINÉAIRE 100F. AKEF I - QUOTIENT D’UN ESPACE VECTORIEL PAR UN SOUS-ESPACE VECTORIEL.
  101. 101. CHAPITRE 1 : ALGÈBRE LINÉAIRE 101F. AKEF 2ème théorème d’isomorphisme concernant les espaces vectoriels : › Soit E un espace vectoriel sur k et F, G deux sous espaces vectoriels de E. I - QUOTIENT D’UN ESPACE VECTORIEL PAR UN SOUS-ESPACE VECTORIEL.
  102. 102. CHAPITRE 1 : ALGÈBRE LINÉAIRE 102F. AKEF 3ème théorème d’isomorphisme concernant les espaces vectoriels : › Soient E un espace vectoriel sur k et F un sous espace vectoriel de E. I - QUOTIENT D’UN ESPACE VECTORIEL PAR UN SOUS-ESPACE VECTORIEL.
  103. 103. Chapitre 4 : Algèbre linéaire I. Quotient d’un espace vectoriel par un sous-espace vectoriel. II. Réduction des matrices carrées  Chapitre 1 : Homomorphisme de groupes  Chapitre 2 : Résultats sur les groupes finis  Chapitre 3 : Anneaux  Chapitre 4 : Algèbre linéaire ALGÈBRE
  104. 104. CHAPITRE 1 : 104F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  105. 105. CHAPITRE 1 : 105F. AKEF Proposition : › E un espace vectoriel sur K, soit lK, uK(E). › Vl = {xE tel que u(x) = l x}. › Alors Vl est un sous espace vectoriel de E. › Si la une valeur propre pour u alors Vl { oE}. Définition : › uK(E)l valeur propre pour u alors Vl est appelé le sous espace vectoriel propre associé à la valeur propre l II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  106. 106. CHAPITRE 1 : 106F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  107. 107. CHAPITRE 1 : 107F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  108. 108. CHAPITRE 1 : 108F. AKEF Exemple : › E espace vectoriel de dimension finie sur K. › { e1, … ,en } base de E II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  109. 109. CHAPITRE 1 : 109F. AKEF › 2) Polynôme Caractéristique associé à une matrice carrés : › Mn(K) l’ensemble des matrices carré à coefficient de K, soit AMn(K), II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  110. 110. CHAPITRE 1 : 110F. AKEF Définition : › Soient A, AMn(K) › A et Asont dites semblables si :PMn(K), P inversible tel que : A = PAP-1. Proposition :Soit A et AMn(K). › A et A semblables PA(X) = PA(X). Démonstration : › A, A semblablePinversiblesMn(K) tel que A = PAP1 › PA(X) = det (A – XIn) = det(PAP1 – X (PInP1) › = det (p(AXIn) P1) › = det pdet (AXIn) det (P1) › = det (A’ - XIn) › = PA’(X) II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  111. 111. CHAPITRE 1 : 111F. AKEF 3) Polynôme caractéristique associé à un endomorphisme : (d’un espace vectoriel de dimension finie sur K) Diagonalisation : › Soit E espace vectoriel sur K.dimK E = n, uℒK(E). › B et Bdeux bases de E : A = MB(u), A = MB(u) ›  PMn(K), P inversible tel que : › A = PAP1A et Asont semblablesPA(X) = PA(X) Définition : › PA(X) est appelé polynôme Caractéristique associé à u Notation : PA(X) = Pu(X) › tr(u) = tr(A) *Le polynôme caractéristique associé à u est indépendant de la base choisie. II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  112. 112. CHAPITRE 1 : 112F. AKEF Proposition : › E espace vectoriel de dimension finie sur K, uℒK(E),lK › l valeur propre pour u Pu(l) = 0 Démonstration : › l valeur propre pour u (u - lI) mon injective › de t(A – IE)= 0  Pu(l) = 0 Définition : › uℒK(E)(E espace vectoriel de dimension finie sur K) › u est dit diagonalisable, s’il existe B base de E tel que MB(u) soit diagonale. › Soit AMn(K), A est dite diagonalisable si A est semblable àune matrice diagonale. II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  113. 113. CHAPITRE 1 : 113F. AKEF Théorème : › Soit E espace vectoriel de dimension finiesur K ; (dimk E = n) › uℒK(E), Pu(X) polynôme caractéristique associé à u › On suppose qu’l1, …, lrK deux à deux distincts tel que : › Pu(l) = (l1 - X)a1 … (lr)aret (a1+ … + ar = n)(1 i  r) › Alors :i) 1 dimK V li ai ii)dim V li = ai  E = V l1  V l2...  V lr iii)dimV li=ai u diagonal(1i  r) II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  114. 114. CHAPITRE 1 : 114F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  115. 115. CHAPITRE 1 : 115F. AKEF Théorème : › Soit E unespace vectoriel. de dimension finie n sur K et uℒK(E ). Alors : › u diagonalisable l1 …, lr deux à deux différents tel que : › Pu(X) = (1 – X)a1 … .(r– X)ar. › a1 + … + ,ar = n et dimV li = a1 Démonstration : ›  /déjà montré › / u diagB = {e1, … , en} base de Etel que MB(u) est diagonalisable › l1 , …, Xn K tel que II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  116. 116. CHAPITRE 1 : 116F. AKEF Exemple :E espace vectoriel Sur de dimension 2. u, u’ℒIR(E ). › B = {e1, …,e2} base de E. II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  117. 117. CHAPITRE 1 : 117F. AKEF Définition : Soit E un espace vectoriel.de dimension finie sur K, uℒK(E) u est dit trigonable s’il existe une base B de E tel que MB(u) est trigonale (triangulaire). Théorème : › Soit E un espace vectoriel de dimension n sur K et uLK(E). › Alors : u est trigonable Pu(X) se décompose en produit de facteurs de premier degré. › c.à.d l1, …, ln K tel que : › Pu (X) = (l1- X) … (ln - X) où les li sont non nécessairement distincts deux à deux. Démonstration : › / u trigonal B base de E tel que MB(u) est trigonal. ›  B base de E tel que : ›  Pu (X) = (l11- X) … (lnn - X) › / Démonstration par récurrence sur dim E : › n = 1 (évident) II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  118. 118. CHAPITRE 1 : 118F. AKEF Hypothèse de récurrence : On suppose que si H est un espace vectoriel de dimension n – 1 sur K et si f uℒK(H) est tel que Pf(X) se décompose en produit de facteur du 1er degré. Alors f est trigonalisable :  Etel que dimK E = n , uℒK(E ) et Pu(X) se décompose en produit de facteur du 1er degré.  l valeur propre de E  e1oE tel que u(e1) = l e1. soit F = b e1,b  K sous espace vectoriel de E, dim F = 1  G sous espace vectoriel de E tel que E = F G ; dim G = n – 1  b =  e1,… ,ek base de G. Soit uℒ(G, E) u =et p : E = F G G (x + y ) y v = pouℒK(G) B =  e1,… ,en base de E. II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  119. 119. CHAPITRE 1 : 119F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  120. 120. CHAPITRE 1 : 120F. AKEF On remarque que : Pu (X) = (l- X) Pu (X) › d’après les hypothèses on a : Pu (X) se décompose en produit de facteur de 1er d°  Pu (X) …. › Donc l21… ln K tel que : Pu (X) = (l2- X) ….(ln- K) ›  (d’après les hypothèses de récurrence que v est trigonale › B = f21,… ,fn base de Gtel que : MB(v) soit trigonale › B″ = e1, f2,… ,fn base de E › Cherchons MB’(v), u(e1) = le1. › soit i2, … , nv(fi) = b2ifa+ bzif3+ … + biifi › or p surjective b1i K telque (fi) = b1ie1 + b21f2 + … + biifi. II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  121. 121. CHAPITRE 1 : 121F. AKEF › 4)Réduction de Jordan › Soit F espace vectoriel sur K.,uLK(E ) › On pose : II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  122. 122. CHAPITRE 1 : 122F. AKEF › Définition : Q est appelé polynôme minimal normalisé › Théorème :(Cayley – Hamilton). › Soit E un ev. de dim finie sur K et mLK(E ) et Pu(X) le polynôme caractéristique de u alors Xu (P) = Pu(u) = 0 ie le polynôme minimal de u divise Pu (X)  II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  123. 123. CHAPITRE 1 : 123F. AKEF › Démonstration du théorème : (Cayley – Hamilton). › Soit B = {e1, …, en} base de E (dimKE = n) › Soit A = MB(u) = (aij) 1 i,j n et soit B = (bij) = aijij X › Pu(X) = det B ? Pu(X) ej= 0 j{1, …, n} ? II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  124. 124. CHAPITRE 1 : 124F. AKEF Théorème : › Soient E un espace vectoriel de dimension fini sur un corps commutative K,uℒk(E) etQu le polynôme minimal normalisé de u. Alors si est valeur propre de u, le polynôme (X ) divise Qu (c’est à dire est racine deQu (X)) Démonstration : › valeur propre de u xE x  OE tel que u(x) = x II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  125. 125. CHAPITRE 1 : 125F. AKEF › Lemme : › Soit E un espace vectoriel sur un corps commutative K, uℒk(E), PK[X}, P  0. On suppose qu’il existe P1, …, PrK[X] deux à deux premières entre eux tel que : › P = P1 … Pr .AlorsKerP(u) = Ker P1(u)  … kerPr(u) . II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  126. 126. CHAPITRE 1 : 126F. AKEF › Théorème : › Soit E espace vectoriel de dimension finie n sur un corps commutatif K,uℒk(E) et Pu (X)le polynôme caractéristique de x. Alors F1 …Fr des sous-espaces vectoriels de E tel que : › i) E = F1…Fr . › ii) u(Fi)  Fi (i{1, …., r} › iii) pour i{1, …., r} et ui = ℒk(E) , Bi base de Fi et Mi = alors : II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  127. 127. CHAPITRE 1 : 127F. AKEF Démonstration : › i) K[X] factorielP1, ..., Pr polynômes irréductibles de K[X] non associés deux à deux tel que : II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  128. 128. CHAPITRE 1 : 128F. AKEF › Remarque et définition : › E espace vectoriel sur K (corps commutatif) n = dimK E › uℒk(E) , Pu le polynôme caractéristique de u. On suppose que : II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  129. 129. CHAPITRE 1 : 129F. AKEF Théorème : › E espace vectoriel de dimension fini sur un corps commutatif K, uℒk(E), alors u diagonale 1, …, rK, deux à deux distincts tel que : › Qu(X) = (X 1) …(X r) . Démonstration : Exemples : › K corps commutatif, E espace vectoriel de dimension finie sur K II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  130. 130. CHAPITRE 1 : 130F. AKEF Endomorphisme nilpotents - Réduction de Jordan : › Dans tout le paragraphe : E espace vectoriel de dimension finie n sur K (corps commutatif). Définition : › Soit uℒk(E), u est dit nilpotent s’il existe kℕ* tel que : uk = 0. › u est dit nilpotent d’indice k si uk = 0 et uk1 0 . › pℕ* tel que Qu(X) = Xp p est l’indice de nilpotent de u. Remarque : › Si nilpotent et si degQu 1  u non diagonalisable. Un endomorphisme nilpotent non nul n’est jamais diagonalisable. Remarque : › Si uℒk(E) et si Pu(X) = (X)n u nilpotent. II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  131. 131. CHAPITRE 1 : 131F. AKEF Proposition : › Soit uℒk(E), on suppose qu’il existe xE, x  OE et kℕ* tel que :uk (x) = 0 et uk1 (x)  0 alors : 1)Le système B = {uk1 (x), uk2 (x), …, u(x), x} est libre. 2) Le sous-espace vectoriel F engendré par B est stable par u. II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  132. 132. CHAPITRE 1 : 132F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  133. 133. CHAPITRE 1 : 133F. AKEF Définition : › Une matrice qui a la forme ci-dessus est appelé matrice nilpotente de Jordan. Remarque : › Si uLK(E), tel que l’indice de nilpotent de u est n(n = dimKE)(indice de nilpotence) › B base E tel que MB(u) est une matrice de Jordan d’ordre n. Théorème : › uLK(E), tel que u soit nilpotente d’indice k. Alors B base E tel que : › Avec  i1, … , r Mi est une matrice de Jordan d’ordre ni : › n1 n2… nr › n1 = k et r = dimker u II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  134. 134. CHAPITRE 1 : 134F. AKEF Lemme 1 : mêmes hypothèses que le théorème. › i0, … ,k ; › 0  = Fo F1 …. Fk-1 et u (Fi+1)  Fi 0 i  k-1 Démonstration : › F0 F1 … Fk-1Fk(évident) ›  x Fi+1  ui+1 (x) = 0 ui(u(x)) = 0 ›  u(x) Fiu(Fi+1)  F › Supposons qu’il existe i 0, … , k-1 + q Fi+1 = Fi ›  xE : uk(x) = 0  ui+1 (uk-i-1(x)) = 0 › xE , uk-i-1(x)  Fi+1 =, or Fi+1 = Fi › xE ui(uk-i-1(x)) = 0 xEuk- 1(x) = 0 › Ceci contredit le fait que k est l’indice de nilpotent de u. II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  135. 135. CHAPITRE 1 : 135F. AKEF Lemme 2 : mêmes hypothèses que le théorème › et soiti1, … ,k, Fi= Ker uiet F un sous-espace vectoriel de T tel que F Fi= 0, alors u(F)  Fi-1 = 0 et la restitution de u à F est injective (c’est à dire : F  u(F) isomorphisme d’espace vectoriel.) Démonstration : › Soityu(F)  Fi-1 ›  xF, tel que : y = u(x) et ui-1(y) = 0 › ui-1(u(x)) = 0ui(x) = 0 › xFi x F Fi= 0 x = 0 y = 0 (y = u(x). › Soit xF tel que u(x) = 0 ui(u) = 0 x = 0 II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  136. 136. CHAPITRE 1 : 136F. AKEF Lemme 3 :mêmes hypothèses que le théorème. › Fi = Ker ui, 0 ≤ i ≤ k › alors  G1, … ,Gkdes sous-espaces vectoriels de E tel que : (1) i1, … ,k; Fi = Fi1Gi (2)u(Gi)  Gi1 et la restriction de u à Gi est inj Démonstration : › fk-1 Fk = E › Soit Gksous-espace vectoriel de E = Fk = Fk-1Gk › Gk Fk-1 = 0 u(Gk)  Fk-2 = 0 (Lemme 2) › GkFk (Gk) Fk-1 (Lemme 1) ›  Gk-1un sous-espace vectoriel de E tel que u(Gk)  Fk-1 et Fk-2 Gk-1 =Fk-1 d’après lemme 2 on a : restriction de u à Gkest injective. II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  137. 137. CHAPITRE 1 : 137F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  138. 138. CHAPITRE 1 : 138F. AKEF La démonstration du théorème découle du lemme 3. Remarque : II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  139. 139. CHAPITRE 1 : 139F. AKEF Cas général : II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  140. 140. CHAPITRE 1 : 140F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  141. 141. CHAPITRE 1 : 141F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  142. 142. CHAPITRE 1 : 142F. AKEF II - RÉDUCTION DES MATRICES CARRÉES
  143. 143. Algèbre CAPES-Mathématiques Fatiha AKEF UNIVERSITE HASSAN II DE CASABLANCA ENSET - Mohemmadia

×