Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

اية استراتيجية تنموية للاطلس الكبير

911 views

Published on

اية استراتيجية تنموية للاطلس الكبير

Published in: Business
  • Be the first to comment

اية استراتيجية تنموية للاطلس الكبير

  1. 1. 1/3/2014 Quelle stratégie de développement pour le Haut-Atlas_Le guide de la médecine et de la santé au Maroc Quelle stratégie de développement pour le Haut-Atlas de Marrakech ? par le professeur Ahmed Bellaoui - Janvier 2003 La connaissance de l'obje t m ontagne e n s'inscrivant dans le te m ps de s socié té s, s'accom pagne e n toute é vide nce du change m e nt du statut de ce de rnie r. Dans la socié té occide ntale , par e x e m ple , " le s change m e nts, du statut de la m ontagne se m ble nt s'inscrire large m e nt dans le s change m e nts du statut de l'obje t nature ". D'une façon gé né rale , C inq phase s succe ssive s pe uve nt y ê tre re connue s : la la la la la phase phase phase phase phase de de du de de la conquê te ; l'am é nage m e nt ; dé ve loppe m e nt ; la prote ction ; la ge stion (H Gum uchian). Au Maroc, à l'e x ce ption de la phase de la conquê te dont l'histoire se m ble se pe rdre dans la nuit de s te m ps, le s phase s d'am é nage m e nt de dé ve loppe m e nt de prote ction e t de ge stion se m ble nt se supe rpose r e t cohabite r e ntre e lle s, donnant lie u à la m ultiplicité de s inte rve ntions de tout ge nre sur le m ê m e e space e t dans le m ê m e m om e nt. Lisez Médecine du Maghreb C e ci e st d'autant vrai que l'obje t m ontagne constitue , un pe u partout aujourd'hui, un e nje u autant fort que dive rsifie : é cologique , sym bolique , é conom ique e t politique . D'où un inté rê t de plus e n plus croissant pour la m ontagne , pour la re che rche sur la m ontagne e t pour la dé finition d'une politique spé cifique de la m ontagne , ave c pour obje ctif ultim e la conciliation e ntre le dé ve loppe m e nt, la prote ction e t la ge stion de la m ontagne re connue com m e patrim oine unive rse l. La ré alisation d'un te l obje ctif suppose , sans aucun doute , l'adoption d'une straté gie approprié e , claire e t bie n dé finie . Q ue lle pe ut ê tre ce tte straté gie ? e t que ls pe uve nt e n ê tre le s principaux fonde m e nts ou principe s de base ? Se donnant pour obje ctif le dé ve loppe m e nt de s zone s de m ontagne au se ns de ré solution de s grands problè m e s de la socié té , de l'é conom ie e t de l'e nvironne m e nt, ce tte straté gie doit, à notre avis, s'appuye r sur un ce rtain nom bre de principe s e t de dé m arche s que nous ré sum e rons de la m aniè re suivante : e lle doit te nir com pte de s spé cificité s de s zone s de m ontagne e n tant qu'e space nature l fragile , aujourd'hui e ncore trè s forte m e nt fragilisé par l'e x plosion dé m ographique (donnant lie u à une trè s forte pre ssion sur le s re ssource s nature lle s), l'ouve rture sur l'é conom ie du m arché (qui à contribué à la m oné tarisation de s é change s, à la salarisation du travail e t à l'augm e ntations e t à la dive rsification de s be soins ) e t la pe rsistance de la sé che re sse d'une part ; e t e n tant qu'e space forte m e nt hum anisé e t approprié , e m prunt d'histoire e t de culture , e t donc e n tant que patrim oine à valorise r, à prom ouvoir e t à pré se rve r e n m ê m e te m ps, d'autre part. e lle doit pre ndre appui sur la dive rsification de l'activité par le biais de la Pluri-activité , aucun se cte ur d'activité n'é tant, ici, à lui se ul , capable de satisfaire le s be soins de plus e n plus croissants de s habitants, e ux m ê m e s augm e ntation constante . Il s'agira, par consé que nt, de re che rche r un é quilibre e ntre le s ancie nne s activité s e ncore large m e nt dom inante s (te lle s que l'agriculture , l'é le vage , l'arboriculture e t l'artisanat rural) e t le s activité s nouve lle s de se rvice s (com m e rce s ; se rvice s ; tourism e …) e n e x pansion re lative e n rapport ave c l'é volution du m ode de vie de s populations locale s (A. Be llaoui, 1986) e t ave c l'é m e rge nce de s ce ntre s ruraux de com m e rce s e t de se rvice s (C R C S) ou de s village s-ce ntre s au se in m ê m e de la m ontagne atlasique te ls que Larba Tighdouine , Aghbalou, Asni, Moulay Brahim e t Talat n Yacoub, par e x e m ple (A.Be llaoui, 1989) ; e lle doit pouvoir concilie r logique é conom ique e t m e rcantile (fondé e sur la re che rche du gain, la re ntabilité …) e t re spe ct de s vale urs socio-culture lle s hé rité e s du passé (le s traditions com m unautaire s te lle s que la touiza, la http://www.santemaghreb.com/maroc/aboussad0103.htm 1/3
  2. 2. 1/3/2014 Quelle stratégie de développement pour le Haut-Atlas_Le guide de la médecine et de la santé au Maroc solidarité ) e n raison de la m ince ur de s re ve nus que procure nt le s diffé re nte s activité s de la zone , e n gé né ral. e lle doit s'appuye r sur une approche globale e t inté gré e e t non sur une approche fragm e nté e e t cloisonné e , le dé ve loppe m e nt é tant, ici plus qu'aille urs, un tout dont le s com posante s ne pe uve nt ê tre dissocié e s, m ê m e pour de s im pé ratifs de logique adm inistrative ou de bonne adm inistration. D'ou la né ce ssité de coordonne r la totalité de s program m e s e t actions de stiné s aux zone s de m ontagne . En e ffe t, l'inte rdé pe ndance de s problè m e s à ré soudre suppose l'inté gration de s actions à e ntre pre ndre , la ré ussite d'une action ré alisé e à l'aval d'un Bassin Ve rsant, par e x e m ple , é tant é troite m e nt lié e à ce lle ré alisé e e n am ont. Il s'agira, e n som m e , de privilé gie r une approche de dé ve loppe m e nt te rritoriale plutôt que se ctorie lle . e lle doit bé né ficie r d'un soutie n particulie r de la part de s pouvoirs publics, e t ce pour plusie urs raisons : le fait que le s actions de dé ve loppe m e nt e n zone de m ontagne coûte nt che r du fait de s spé cificité s physique s de ce s de rniè re s e t, de la nature m ê m e de s actions à ré alise r ; le fait que le dé ve loppe m e nt e n zone de m ontagne , car faible m e nt cum ulatif, e st un pe rpé tue l re com m e nce m e nt à zé ro ; le fait que la m ontagne a cum ulé un re tard im portant sur le re ste du te rritoire national, la m ontagne ayant é té quasim e nt te nue à l'é cart de s program m e s e t actions de l'Etat pour de s soi-disant logique s de straté gie e t de priorité , pe ndant plusie urs dé ce nnie s ; le fait que le s possibilité s de s acte urs locaux e n m atiè re d'inve stisse m e nt sont particuliè re m e nt faible s e t lim ité e s ; la pré se nce de l'Etat e st, ici par consé que nt, plus que né ce ssaire , le rôle de s acte urs locaux de dé ve loppe m e nt ne pouvant que prolonge r ce lui, dé te rm inant, de s pouvoirs publics e n m atiè re d'inve stisse m e nt, d'incitation e t de ré gulation, à la fois. e lle doit ré se rve r une grande place à la participation e t à l'adhé sion de s acte urs locaux de dé ve loppe m e nt, e t donc ve ille r à l'im plication de s populations locale s, de s associations locale s, de s adm inistrations locale s e t pour quoi pas du se cte ur privé local. Autre m e nt dit opte r pour un dé ve loppe m e nt né gocié , participatif e t partagé e t non pour un dé ve loppe m e nt im posé de l'e x té rie ur, le s ré fé re ntie ls risquant d'ê tre diam é trale m e nt apposé s, la m ontagne ayant vé cu e n autarcie jusqu'au dé but du siè cle de rnie r, au m oins. C e qui se traduit par de s com porte m e nts conse rvate urs, une m e ntalité introve rtie e t qui se m é fie de tout ce qui vie nt de l'e x té rie ur. D'ou né ce ssité de consolide r la dé m ocratie locale e t de dé ve loppe r le s syne rgie s e ntre le s diffé re nts acte urs locaux , d'une part ; d'e ncourage r la cré ation d'associations locale s d'e nvironne m e nt e t de dé ve loppe m e nt e t pourquoi pas d'associations locale s ou ré gionale s re groupant le s é lus (conse ille rs e t parle m e ntaire s) de la m ontagne , d'autre part ; e lle doit s'appuye r sur la re connaissance de s savoir-faire e t systè m e s productifs locaux , de le ur e fficacité e t de le ur capacité d'adaptation aux donné e s de l'e nvironne m e nt local ; e t de ce fait, e ssaye r de le s ré concilie r ave c le s m é thode s e t logique s de travail de l'ingé nie rie adm inistrative m ode rne . e lle doit vise r le change m e nt, tout dé ve loppe m e nt é tant pour une bonne partie fondé sur le change m e nt au se ns d'adaptation à la nouve lle donne né e de l'ouve rture sur autre ; autre m e nt dit aide r le s populations locale s à adopte r le s logique s m ode rne s de dé ve loppe m e nt dans le urs rapports ave c le s re ssource s nature lle s locale s e t ave c le s conce pts de travail, de te m ps, de riche sse , de pauvre té , d'inté rê t, de calcul, de re ntabilité , e t de dé ve loppe m e nt lui-m ê m e (A.Be llaoui, 2000) e lle doit ré se rve r une place de choix à la re che rche aussi bie n fondam e ntale qu'appliqué e , e t par consé que nt, à la connaissance scie ntifique e t à la com pré he nsion de s é cosystè m e s m ontagne ux d'une part, de s savoir-faire e t acquis de s populations m ontagnarde s, de le urs systè m e s de pe nsé e , de le urs be soins e t priorité s d'autre part, e nfin. D'ou l'inté rê t de cré e r un Institut National d'Etude s e t R e che rche s sur la Montagne au se in de l'Unive rsité C adi Ayyad, par e x e m ple ; d'e ncourage r la form ation de filiè re s e t de laboratoire s pluridisciplinaire s d'e nse igne m e nt e t de re che rche sur la m ontagne . Autant de principe s qui, pour ê tre re ce vable s, doive nt s'inscrire e n toute é vide nce dans le cadre d'une Politique Globale de la Montagne dont le s orie ntations gé né rale s doive nt donne r lie u à une Loi de la Montagne , autre m e nt dit, à un e nse m ble de te x te s ré gle m e ntaire s spé cifique s à la m ontagne . C e tte Loi, qui ne pe ut ê tre que m ultidim e nsionne lle , doit se donne r, à son tour, com m e base s de dé part : la re connaissance de la position ce ntrale de la m ontagne dans le systè m e Maroc dans sa globalité ; la volonté de rattrappe r le re tard cum ulé par le s zone s de m ontagne e t de ré alise r le ur ple in dé ve loppe m e nt au m ê m e titre que le s autre s partie s du te rritoire national ; la re connaissance de l'inté rê t de corré le r statut de la m ontagne e t statut de l'e nvironne m e nt e t du cadre de vie ; http://www.santemaghreb.com/maroc/aboussad0103.htm 2/3
  3. 3. 1/3/2014 Quelle stratégie de développement pour le Haut-Atlas_Le guide de la médecine et de la santé au Maroc l'obligation de concilie r dé ve loppe m e nt socio-é conom ique de la m ontagne e t conse rvation e t prote ction de s re ssource s nature lle s dans le ur globalité , e nfin. Fait à Marrak e ch le 21/11/2002 Ahm e d Be llaoui Unive rsité C adi Ayyad, Faculté Hum aine s de Le ttre s e t de s scie nce s Bibliographie 1. H. GUMUC HIAN, La m ontagne , un de s Haut- lie ux de la connaissance , Montagne s Mé dite rrané e nne s n° 12, 2000 C ER MO SEM,pp. 109-112 2. A. BELLAO UI, Le Haut-Atlas O ccide ntal, quarante ans aprè s, Dé se rt e t Montagne au Maghre b, Hom m age à Je an Dre sch, R e vue de l'O ccide nt Musulm an e t de la Mé dite rrané e , n° 41-42, Edisud, 1986, pp. 216-233. 3. A. BELLAO UI, Le s pays de l'Adrar n De rn, é tude gé ographique du Haut-Atlas de Marrak e ch, Thè se d'Etat é s- le ttre s, Unive rsité Françaois R abe lais, Tours, 1989. 4. A. BELLAO UI, Le dé ve loppe m e nt de s zone s de m ontagne au Maroc, obje tctifs e t straté gie s, Montagne s Mé dite rrané e nne s n° 12, 2000, C ER MO SEM , pp. 27-30. C opyright © 2 0 0 4 N G C O M Santé tropic ale. T ous droits rés ervés . http://www.santemaghreb.com/maroc/aboussad0103.htm 3/3

×