jeudi 22 novembre 2012        PIP: «pas de dangerosité avérée pour la santé» Une équipe française publie une étude selon l...
jeudi 22 novembre 2012passage à lacte chirurgical nest pas évident pour toutes les patientes». Par conséquent, une fois in...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Scandale Implants mammaires PIP: pas de danger

310 views

Published on

Une équipe de médecins français publie une étude confirmant que les prothèses PIP, qui font scandale depuis novembre 2011, ne présentent « pas de dangerosité avérée pour la santé », comme cela a été déjà annoncé par l’Institut national du Cancer (INCa) publié… le 22 décembre 2011.

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Scandale Implants mammaires PIP: pas de danger

  1. 1. jeudi 22 novembre 2012 PIP: «pas de dangerosité avérée pour la santé» Une équipe française publie une étude selon laquelle les prothèses PIP, qui défraient la chronique depuis novembre2011, ne présentent «pas de dangerosité avérée pour la santé». Cela confirme lavis de lInstitut national du Cancer(INCa) publié... le 22 décembre 2011. Mais aussi les propos rassurants des autorités françaises depuis quelques moisdéjà. Celles-ci avaient toutefois décidé, par mesure de précaution, de recommander une explantation préventive àtoutes les femmes porteuses de ces implants.«Mon équipe et moi-même avons retrouvé et convoqué 659 patientes porteuses dune prothèse PIP. La plupart avait étéopérée pour des raisons cancérologiques», explique le Pr Krishna B. Clough, principal auteur de létude menée par lInstitut du Sein, à Paris. Son équipe a explanté 374 de ces patientes, et a pu observer déventuelles ruptures.«Aucune dangerosité avérée pour la santé na été retrouvée dans notre étude», précise Krishna Clough. «Nous navonsen effet pas observé daugmentation de la récidive du cancer du sein chez les patientes ayant eu recours à lareconstruction mammaire, par rapport à une population témoin. Aucune des femmes opérées dans un but esthétique nadéveloppé de lymphome ni de cancer du sein. Nos résultats sont donc totalement rassurants sur un plan médical»,complète-t-il.Davantage de ruptures des implantsLe taux de rupture en revanche, sélève à 15%, avec un recul de 5 ans. «Un résultat énorme qui confirme la fragilité deces implants, contenant un gel frauduleux», rappelle le Pr Clough. Dailleurs, lAgence nationale de Sécurité duMédicament et des Produits de santé (ANSM) signalait dans son dernier point détape que 3 188 femmes avaient étévictimes dune rupture de leur prothèse depuis décembre 2011. Et elles étaient en outre 1 862 à avoir souffert duneréaction inflammatoire due à leurs implants. «Ces événements indésirables sont fréquents et de survenue précoce»,soulignait lagence.Près dun an après la décision de lANSM, 13 000 femmes se sont fait retirer leurs prothèses. Dans la majorité des cas(79%), «les implants ont été trouvés intacts». Toutefois «le risque de rupture combiné au pouvoir irritant du gel, peutconduire à des réactions inflammatoires rendant difficile lexplantation», précisait lagence.Des explantations difficiles à vivreLa décision des autorités de recommander lexplantation à titre préventif provoque la perplexité pour le moins decertains médecins. Cest le cas justement, de Krishna Clough. «Jai été très gêné de retourner au bloc pour opérer desfemmes fragilisées, dans des circonstances délétères dangoisse, alors quaucun danger pour leur santé navait étédémontré. Cest tout le problème du principe de précaution. Cest un choix de société», estime-t-il. Selon lui, «ledestinationsante.com Page 1/2
  2. 2. jeudi 22 novembre 2012passage à lacte chirurgical nest pas évident pour toutes les patientes». Par conséquent, une fois informées, certainesdécident de ne pas se faire explanter.Aller plus loin: consultez lavis de lINCa publié le 22 décembre 2011.Source : Interview du Pr Krishna B. Clough de lInstitut du Sein et membre de la Société française de Sénologie et de Pathologie mammaire (SFSPM),14 novembre 2012; ANSM, 30 octobre 2012© 1996-2006 Destination Santé SAS - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable deDestination Santé. Tout contrevenant sexpose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle: jusquà deux ans demprisonnement et 150 000 eurosdamende.destinationsante.com Page 2/2

×