Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Intégration des jeunes dans la chaine de valeur du manioc par le biais des sociétés coopératives

1,036 views

Published on

Présentation de Essame Etua Roger au Forum régional du manioc en Afrique centrale, tenu du 6 au 9 décembre à Yaoundé, au Cameroun.

  • Login to see the comments

Intégration des jeunes dans la chaine de valeur du manioc par le biais des sociétés coopératives

  1. 1. FORUM REGIONAL SUR LE MANIOC EN AFRIQUE CENTRALE 06 – 09 Décembre 2016 Yaoundé, Cameroun Thème: intégration des jeunes dans la chaine de valeur du manioc par le biais des sociétés coopératives Par: ESSAME ETUA ROGER Ingénieur d’Agriculture; D.E.S.S en Economie Coopérative associative; Certificat d’Etude Andragogiques de 2ème degré ; Spécialiste de la structuration et de l’organisation des organisations de producteurs agricoles.
  2. 2. PLAN DE L’EXPOSÉ Introduction I. Définitions de quelques concepts II. Rôle des sociétés coopératives dans le développement des chaines de valeurs agricoles; III. Coopérative en tant que matrice d’expansion économique; IV. Différents types de coopérative dans la production agricoles et leurs impacts dans la vie des coopérateurs; V. Les enjeux de l’intégration des jeunes dans la chaine de valeur par maillons; Conclusion.
  3. 3. INTRODUCTION La production en Afrique centrale est caractérisée par le vieillissement des producteurs. Cette situation est à la fois due à l’incapacité des exploitations agricoles à générer des excédants économiques et un statut social des producteurs agricoles. Au moment ou les ressources naturelles s’épuisent, les Etats de l’Afrique centrale se sont lancés dans la modernisation de l’agriculture avec un accent mis sur le rajeunissement des producteurs par le biais :  De la formation des exploitants agricoles;  De la formation des cadres moyens et supérieurs sur le plan agro-sylvio-pastoral;  La construction des voies de communications et de télécommunication;  La création des agences de commercialisation des produits agricoles (cas du Gabon)
  4. 4.  La recherche des modes de financement adaptés pour les exploitants agricoles. Le Forum Régional sur le Manioc en Afrique Centrale nous Donne l’heureuse occasion de discuter de la problématique de l’intégration des jeunes dans la chaine de valeur du manioc par le biais des sociétés coopératives. Il apparait important Dans un premier temps de définir les concepts principaux.
  5. 5. I. Définition de quelques concepts Chaine de valeur agricole Une chaine de valeur agricole est un partenariat stratégique entre les acteurs interdépendant qui entretiennent des liens de collaboration pour apporter progressivement une valeur ajoutée aux consommateurs finaux, ce qui se traduit par un Avantage concurrentiel collectif. Elle est caractérisée par une collaboration axée sur le marché. Coopérative C’est un groupement autonome de personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques, sociaux et culturel au moyen d’une entreprise dont la propriété et la gestion sont collectives et où le pouvoir exercé Démocrati- quement selon les principes coopératifs.
  6. 6. L’acte uniforme OHADA reconnait six principes qui sont: 1. Adhésion libre et volontaire et ouverte à tous; 2. Le pouvoir démocratique exercé par les coopérateurs; 3. Participation économique des coopérateurs; 4. L’autonomie et l’indépendance; 5. L’éducation, la formation et l’information; 6. L’engagement envers la communauté.
  7. 7. II. Rôle des sociétés coopératives dans le développement des chaines de valeurs agricoles . L’économie de la production agricole ou économie de la ferme, est la plus vieille spécialisation de l’économie rurale. La production agricole est un processus dans et par lequel les facteurs de production; la terre, le capital, le travail et la technologie sont transformés par les exploitants agricole en produits agro-alimentaire. La société coopérative constitue:  Un moyen de modernisation de l’agriculture;  Un moyen de lutte contre la dépendance économique des exploitants agricoles;  Un moyen de favoriser l’intervention de l’Etat dans l’economie agricole.
  8. 8.  Un moyen d’amélioration de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles  Un moyen de redistribution démocratique des ressources issues de la production agricole. III. La Coopérative en tant que matrice d’expansion économique La coopérative permet à ses membres de:  Trouver un emploi permanent;  Se professionnaliser;  Participer à l’innovation technique et économique;  Participer au soutien de tous les secteurs de l’activité économique. Des études montre que 1 dollar gagné dans la production agricole entraine 1,5 dollar dans le secteur secondaire et 1,5 dollar dans le secteur tertiaire.
  9. 9. La production agricole constitue le levier essentiel de l’économie, la banque du financement du changement social.  L’agriculture permet la transformation du milieu et la construction d’une économie locale.
  10. 10. IV. Les différents types de coopératives dans la production agricole et leurs impacts dans la vie des coopérateurs 1. La coopérative ouvrière de production Dans ce type de coopérative, tous les membres travaillent au sein d’une superficie commune. Ici l’activité coopérative n’est pas la production agricole mais la mise en commun du travail. Comme son nom l’indique, la coopérative induit un standard de vie trop limité pour ses membres et est dans la plus part des cas minée par des conflits internes qui induisent un développement économique limité.
  11. 11. 2. La coopérative des producteurs agricoles C’est une organisation interface des exploitants agricoles membres. Chacun dispose de son exploitation agricole, seules les approvisionnements et les écoulements sont transférés à la coopérative. Ce type de coopérative est le pilier du développement agricole. Elle participe au développement des exploitations agricoles et des Coopérateurs. Le développement de l’agriculture est tributaire de la structure et de la texture des exploitations agricoles en tant qu’entreprise.
  12. 12. V. Les enjeux de l’intégration des jeunes dans la chaine de valeur du manioc par maillons 1. Au niveau de la production semencière - La maitrise de la technologie des semences; - La capitalisation des semences de fermes pour assurer leur pérennités; - La maitrise des biotechnologies pour arriver à des obtention végétales sources de revenus en tant que propriété intellectuelle; - La commercialisation des semences certifiées par l’autorité de réglementation et garantir la production des racines. 2. Au niveau de la production des racines - La maitrise des systèmes de production; - La conservation de la capacité écologique des sols par association des légumineuses et agroforesterie;
  13. 13. - La prise en compte de la contrainte des changement climatiques, le manioc est une culture de savanisation et d’artificialisation de l’écosystème. 3. Au niveau de la transformation des racines en produits et sous produits agro-alimentaires. - l’intensification des méthodes de transformation traditionnelles; - L’intégration des technologies appropriées; - La maintenance des unités de transformation; - Garantir les sources d’énergies; - Respect des normes de qualité; - Respect des normes de conditionnement; - Production de l’alimentation animale (racines et feuilles) 4. Au niveau de la commercialisation - Accroitre les capacités de commerce (magasin de stockage etc.) - Accroitre la capacité de commercialisation (gestion commerciale, force de vente, logistique) - Etique et équité.
  14. 14. Conclusion L’intégration des jeunes dans la chaine de valeur du manioc entraine que les Etats prennent leurs responsabilités dans le financement et l’appui des différents maillons de la chaine. Il s’agit donc de sortir de la logique programme projet pour financer directement les acteurs via les lignes de crédits et des appuis divers aux producteurs. Aucune nation dans l’histoire n’a développé son agriculture à travers les projets et programmes qui ne garantissent que les intérêts des équipes de coordination desdits programmes.
  15. 15. Merci de votre aimable attention.

×