Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
Par Elisabeth ATANGANA,
Ambassadrice Spéciale de la FAO pour les
Coopératives
Promotrice du Centre
« A human centred devel...
1. Introduction
Au Cameroun, la population totale en 2010 compte un effectif d’environ vingt millions d’habitants. La
popu...
2.La CHASAADD-M
La CHASADD-M est une Organisation Paysanne de Développement Local Intégré qui a été créée
en 1991.
La CHAS...
De la formation initiale par alternance des jeunes aux métiers
du secteur agrosylvopastoral, halieutique et rural
• Object...
De la formation initiale par alternance des jeunes aux métiers du
secteur agrosylvopastoral, halieutique et rural
• Les po...
5. De l’Insertion socioprofessionnelle des jeunes formés à
l'entrepreneuriat agrosylvopastoral, halieutique et rural
Objec...
Du dispositif d’insertion des jeunes
par la CHASAADD-M
L’accompagnement à l’insertion des jeunes exploitants et entreprene...
Description de l’élaboration du projet de vie
• Début de la formation : formulation de l’idée de projet
de vie
• Pendant l...
Mécanisme d’accompagnement et de suivi de la mise
en œuvre des projets d’insertion des jeunes formés
par le Centre
Le méca...
1. Intermédiation et réseautage :
Facilitation des relations entre le jeune inséré et les acteurs du milieu dans l’objecti...
Formation continue et recyclage
• Renforcement des capacités
Les jeunes formés bénéficient de divers appuis:
- Participati...
6. QUELQUES RÉSULTATS OBTENUS
• Formation initiale
Nombre de personnes formées:
1994-2010: 105 (15 jeunes formés par an)
2...
7.Les difficultés
L’insertion des jeunes connait un certain nombre de difficultés dont les principales sont notamment :
• ...
10. Conclusion
Depuis 1993 la CHASAADD-M a acquis de l’expérience et accroît son expertise dans les domaine
de la formatio...
Upcoming SlideShare
Loading in …5
×

Insertion socio-professionnelle des jeunes dans le secteur agrosylvopastoral: Cas du Centre de Formation Professionnelle des Entrepreneurs et Exploitants Agricoles et Ruraux de la CHASAADD–M Mfou - Cameroun

853 views

Published on

Présentation d'Elizabeth Atangana au Forum régional du manioc en Afrique centrale, tenu du 6 au 9 décembre à Yaoundé, au Cameroun.

  • Login to see the comments

  • Be the first to like this

Insertion socio-professionnelle des jeunes dans le secteur agrosylvopastoral: Cas du Centre de Formation Professionnelle des Entrepreneurs et Exploitants Agricoles et Ruraux de la CHASAADD–M Mfou - Cameroun

  1. 1. Par Elisabeth ATANGANA, Ambassadrice Spéciale de la FAO pour les Coopératives Promotrice du Centre « A human centred development school » 1 Insertion socio-professionnelle des jeunes dans le secteur agrosylvopastoral: Cas du Centre de Formation Professionnelle des Entrepreneurs et Exploitants Agricoles et Ruraux de la CHASAADD -M Mfou - Cameroun
  2. 2. 1. Introduction Au Cameroun, la population totale en 2010 compte un effectif d’environ vingt millions d’habitants. La population de la tranche d’âges de 17-40 ans est évaluée à 37,4%. Selon le BIT, le taux de chômage pour cette tranche d’âges est de 5,4% alors que la moyenne nationale est de 3,8%. Par ailleurs, près d’une personne sur 10 est détentrice d’un diplôme de l’enseignement supérieur. Ne prenant en compte que les personnes de 17-40 ans diplômées, l’on constate que le taux de chômage BIT est de 8,6%. A l’exception des titulaires du CEPE/CEP/FSLC où l’on retrouve plus de femmes, il y a un quasi équilibre chez les détenteurs des autres diplômes.. S’agissant de la situation de la femme et de la jeune fille, la population du Cameroun se compose de 50,4% de femmes contre 49,6% d’hommes. Celles-ci sont les plus touchées par le chômage soit (11,3%) que les hommes (6,6%). En confrontant les taux à ceux du chômage élargi (16,8% chez les femmes et 7,6% chez les hommes) Parmi les chômeurs de 17-40 ans, il y a plus de femmes que d’hommes (64,9% contre 35,1%) Toutefois, ces taux cachent des disparités selon le sexe, l’âge, la région de résidence et le diplôme. A cause de l’exode rural les jeunes représentent 45,0% de la population en milieu urbain et 32,7% en milieu rural. Il a pour conséquence le dépeuplement des zones de production, le vieillissement de la main d’œuvre dans les exploitations agro-sylvopastorales et halieutiques. D’où l’intérêt grandissant des pouvoirs publics du Cameroun et des partenaires au développement à promouvoir un cadre favorable et incitatif qui encourage le retour des jeunes à la terre et à l’investissement des jeunes dans les activités, métiers et spécialités agricoles et ruraux. 2
  3. 3. 2.La CHASAADD-M La CHASADD-M est une Organisation Paysanne de Développement Local Intégré qui a été créée en 1991. La CHASAADD-M est un acteur de proximité dont la vocation est de contribuer au bien-être économique, social et culturel des communautés et des populations rurales afin de prendre en main leur propre développement. Au terme d’un diagnostic du territoire, la CHASAADD-M en 1993 a mis en place un Centre de Formation Professionnelle des Entrepreneurs et Exploitants Agricoles et Ruraux afin de répondre aux besoins prioritaires de formation exprimés par les communautés et, spécifiquement, les jeunes en déperdition scolaire. Le diagnostic du territoire actualisé en janvier 2016 a identifié sept (07) axes d’intervention : 3
  4. 4. De la formation initiale par alternance des jeunes aux métiers du secteur agrosylvopastoral, halieutique et rural • Objectif de la formation initiale Contribuer à l'amélioration qualitative et quantitative des capacités professionnelles des jeunes entrepreneurs et exploitants agricoles • Objectifs spécifiques de la formation initiale Former 35 jeunes post primaires par promotion au métier d'exploitant et entrepreneur agricole basé sur le système d'alternance (deux ans) Accompagner les 35 jeunes à l’élaboration de leurs projets de vie, Renforcer les capacités des jeunes en construction rurale . Assurer les formations intensives de courte durée (six mois) Assurer les formations à la carte (à la demande) • Modalité de formation Régime de pension et externat 4
  5. 5. De la formation initiale par alternance des jeunes aux métiers du secteur agrosylvopastoral, halieutique et rural • Les populations bénéficiaires directes de la formation initiale par alternance de la CHASAADD-M Les jeunes en rupture scolaire, les jeunes défavorisés en milieu rural et périurbain détenteurs d’au moins un Certificat de fin d’études primaires (Au Cameroun environ 4 personnes sur 10 sont titulaires du CEPE/CEP ou du FSLC) • Les jeunes filles et les femmes démunies • Le Centre envisage 30 % au moins de la composante féminine 5
  6. 6. 5. De l’Insertion socioprofessionnelle des jeunes formés à l'entrepreneuriat agrosylvopastoral, halieutique et rural Objectif du programme d’insertion socioprofessionnelle de la CHASAADD-M : Contribuer à l'insertion socioprofessionnelle des 100% des jeunes exploitants formés par le Centre de la CHASAADD-M à l'entrepreneuriat agrosylvopastoral, halieutique et rural et à leur autonomisation. Cet objectif intègre: • L’Accompagnement des jeunes dans la finalisation de leurs projets de vie • L’Organisation des commissions territoriales de validation des projets • L’Accompagnement des jeunes dans la négociation pour l’accès au foncier et la sécurisation des exploitations • L’a Facilitation de l'installation des jeunes dans un habitat autonome, sécurisé sur le lieu de l’exploitation. • L’Accompagnement des jeunes dans la mise en œuvre des projets intégrant le compagnonnage, le conseil, le suivi sur le terrain, les voyages d’échange, l’information, l’éducation et Communication (IEC) au Centre et sur le terrain. 6
  7. 7. Du dispositif d’insertion des jeunes par la CHASAADD-M L’accompagnement à l’insertion des jeunes exploitants et entrepreneurs ruraux par le Centre de formation professionnelle de la CHASAADD-M se déroule à travers un dispositif encadré par un conseiller insertion sous la coordination du Centre. Le mécanisme de d’insertion comprend : • L’élaboration des projets de vie, • L’appui financier, matériel et technique à la mise en œuvre des projets de vie • L’accompagnement et le suivi de la mise en œuvre de micro projets, • L’appui et l’accompagnement des jeunes au réseautage : organisation en coopératives, en micro entreprises • Le Compagnonnage (accompagnement de proximité par des conseillers à l’insertion), suivi à l’insertion des jeunes formés • La formation continue et le recyclage • L’organisation des voyages d’échange et visites des référents 7
  8. 8. Description de l’élaboration du projet de vie • Début de la formation : formulation de l’idée de projet de vie • Pendant la formation: maturation de l’idée de projet de vie et formation à l’élaboration du projet de vie et du business, dernier semestre stages successifs dans les exploitations similaires au projet de vie; • Au terme de la formation : finalisation du projet de vie, formation sur le cœur de projet , préparation à la soutenance du projet devant la commission territoriale pour validation, recherche d’autres appuis 8 Photos: soutenance de projets de vie de trois jeunes à l’issue de leur formation
  9. 9. Mécanisme d’accompagnement et de suivi de la mise en œuvre des projets d’insertion des jeunes formés par le Centre Le mécanisme de mise en œuvre de l’appui à l’insertion socioprofessionnel du jeune à l’issue de la formation : Ouverture d’un compte à double signatures : Parties prenantes: le jeune exploitant et le conseiller d’insertion, Le compte est rétrocédé au jeune lorsque le montant de l’appui est épuisé Le contrat de confiance : Document signé entre le jeune formé et le conseiller d’insertion. Ce document permet au jeune de solliciter le décaissement de montant correspondant à une liste de besoin. Cette liste est soumise au Conseiller d’insertion sur la base d’un plan de trésorerie et d’un plan de mise en œuvre actualisé lors de l’acceptation du projet Le Compagnonnage (accompagnement de proximité par des conseillers à l’insertion), suivi à l’insertion des jeunes formés L’appui et le suivi techniques sont assurés par le conseiller insertion pendant une durée de 2 ans. Parallèlement à l’accompagnement en gestion, le jeune reçoit les conseils techniques du Conseiller insertion, des personnes ressources. 9
  10. 10. 1. Intermédiation et réseautage : Facilitation des relations entre le jeune inséré et les acteurs du milieu dans l’objectif d’améliorer son intégration sociale et culturelle dans son milieu de vie. Organisation des rencontres: - avec la famille sur les questions importantes entre autre les question foncières, l’apport de la famille au projet, l’autonomisation du jeune etc, - entre les autorités administratives et traditionnelles sur les questions foncières Recherche des partenariats Facilitation de la recherche/accès à l’information (opportunités de financement, opportunités économiques de marchés et de débouchés) Accompagnement au montage d’autres projets Accompagnement à la recherche des partenariats Organisation des modules de formation sur négociation et la gestion des financements Faciliter l'accès aux équipements appropriés (équipement de construction). Missions d’évaluation et de contrôle : les commissions territoriale et financière, le Directeur assurent effectuent périodiquement des missions d’évaluation pour s’assurer de la mise en œuvre effective et conforme des projets des jeunes et de la qualité de leur intégration dans leur environnement. 10
  11. 11. Formation continue et recyclage • Renforcement des capacités Les jeunes formés bénéficient de divers appuis: - Participation aux sessions de recyclage, aux séminaires et ateliers thématique organisés par le Centre ou en partenariat avec les organisations de producteurs telles que la Concertation Nationale des Organisations Paysannes du Cameroun (CNOP- CAM), la Plateforme Régionale des Organisations Paysannes d’Afrique Centrale (PROPAC) • Voyages d’échange et visites chez les professionnels 11
  12. 12. 6. QUELQUES RÉSULTATS OBTENUS • Formation initiale Nombre de personnes formées: 1994-2010: 105 (15 jeunes formés par an) 2010-2016: 140 (35 jeunes formés tous les deux ans) Total: 245 jeunes dont 20% de filles • Contribution à l’insertion socioprofessionnelle Nombre de jeunes formés et installés: 55 (exploitations fonctionnelles) soit 22 % • Montant affecté aux jeunes : 59 500 000 francs CFA (119 000 $ ) Ces résultats ont été obtenus avec l’appui des partenaires : La coopération Suisse, la Paroisse du Vuilly, la Paroisse de Berne, le programme C2D/AFOP, Aide Belgique, CHASAADD/France, les ministères sectoriels, le gouvernement, les collectivités territoriales décentralisées, le Conseil inter professionnel du Cacao et du Café CICC, 12
  13. 13. 7.Les difficultés L’insertion des jeunes connait un certain nombre de difficultés dont les principales sont notamment : • Aux niveaux politique et institutionnel - Manque de coordination des interventions publiques de promotion de l’emploi agricole et rural en faveur des jeunes au Cameroun - Financements inadaptés en faveur de l’emploi jeunes en milieu rural - Absence d’une banque agricole - Complexité de l’accès direct des jeunes et des femmes à la propriété et sécurisation foncière (Ordonnance n° 74-1 du 6 juillet 1974 fixant régime foncier) - Absence d’un système assurance et gestion des risques agricoles • Aux niveaux social, économique et environnemental - Pression urbaine sur le foncier agricole - Pauvreté rurale (faiblesse des investissements agricoles et ruraux) - Poids des traditions (mariages précoces, forces d’inertie sociocommunautaires) - Faible valorisation des métiers agricoles et ruraux - Insuffisance de développement des infrastructures et des services agricoles • Ressources financières pour le Centre - Insuffisance des ressources pour le renforcement institutionnel de Centre (installation des jeunes, le suivi statistique post installation, infrastructures et équipements) 13
  14. 14. 10. Conclusion Depuis 1993 la CHASAADD-M a acquis de l’expérience et accroît son expertise dans les domaine de la formation à l’entrepreneuriat et de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes exploitants et entrepreneurs dans le secteur agrosylvopastoral , halieutique et rural. Les programmes du Centre Profesionnelle de la CHASAADD-M en direction des jeunes ont pour but de contribuer à l’amélioration des savoirs, des savoirs faire et des savoirs être des jeunes en rupture scolaire et motivés à pratiquer l’agriculture et à s’insérer dans le milieu rural. Ils permettent ainsi d'accroitre les compétences des jeunes par le biais des formations adaptées, pratiques et théoriques, contribuant à capitaliser les savoirs endogènes , mieux maîtriser leur terre et de faire des cultures rentables, ainsi qu'un élevage productif et rémunérateur, renforcer leurs capacités d’adaptation et de resilience face aux changements climatiques dans leur environnement. La CHASAADD-M contribue ainsi à la revalorisation des activités et métiers agricoles et ruraux, à redonner espoir aux jeunes par la preuve qu'une exploitation ou une entreprise agricole et rurale bien conduite peut aussi bien le nourrir, nourrir sa famille, sa communauté, et davantage, lui procurer un revenu monétaire substantiel comparable à celui qu'il pourrait trouver en ville. Le renforcement des capacités institutionnelles, managériales, didactiques, économiques et financières permettrait alors de consolider la dynamique lancée au Cameroun et l’étendre en Afrique Centrale • « Ensemble, par la preuve, investissons dans la jeunesse rurale, semons pour l’avenir » 14

×