Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Chaine de valeur de manioc et sécurité alimentaire en Afrique centrale

982 views

Published on

Présentation de Vwima N. Stany au Forum régional du manioc en Afrique centrale, tenu du 6 au 9 décembre à Yaoundé, au Cameroun.

  • Login to see the comments

  • Be the first to like this

Chaine de valeur de manioc et sécurité alimentaire en Afrique centrale

  1. 1. Chaine de valeur de manioc et sécurité alimentaire en Afrique Centrale Par Vwima N. Stany, PhD
  2. 2. • Le potentiel des filières agricoles et agro- industrielles est très important et reste non seulement une source de croissance encore inexploitée et une solution au problème d’insécurité alimentaire. • C’est le cas de la culture de manioc: - Sa production est liée à la pauvreté rurale (pousse sur des sols marginaux et pauvres), dans les régions à faible pluviométrie, minimise les risques de famine et des pertes de revenus, adapté dans les régions des conflits,…
  3. 3. Inputs/facteurs de production Producteurs Transformateurs Grossistes/ Transporteurs/Dét aillants Consommate urs/marché final • Les boutures de manioc sont attaquées présentement par la striure brune de manioc • Problème de séléction, de multiplication et de transport des boutures • Les institutions de recherche Etatiques manque des moyens pour palier à la demande des boutures • Les outils utilisés restent archaïques: trop peu de ménage utilsent le tracteur pour planter le manioc • Le manioc fait faiblement recours à l’utilisation d’engrais et des persticides et fongicides,… • Problèmes fonciers • Problème de stockage lorsque la sécurité et le vol sont des soucis • Les terres louées qui ne favorisent pas la planification / conflits fonciers l'investissement à plus long terme • Les producteurs sont très faiblement structurés , c’est qui diminue leur pouvoir de négociation • Le renforcement de capacité de peu des coopératives existantes • Avec le changement climatique, à un certain niveau la productivité de manioc sera toujours faible • SIM non développé/ faible utilisation des NTI • Faible accès au financement • Découragement de la population suite à des baisses sensibles des rendements • Pertes postes récoltes énormes (24h après) • L’agro- Industrie moins développée • Pas d’électricité (nombreux de transfomateu rs utilisent des moulins à mazout) • Le problème de surtaxe (plusieurs services) • Les agriculteurs essaient souvent de contourner la coopérative pour acheter directement aux producteurs à un prix inférieurs • Problème de transport , l’accès au marché • Les nouvelles variétiés sont récoltées à un coup alors que le manioc était une culture souhaitée par sa conservation dans le champ • Problème des taxes et tracasseries policières et militaires • Absence des contrats • Autoconsommation élevée et trop peu de quantité est orientée vers le marché ( problème de faire le manioc l’agri- bussness). • Dans plusieurs pays, Il faut encore diversifier le manioc en plusieurs games • Le manioc, culture traditionnelle, est de plus en plus remplacés par d’autres cultures dans la consommation (farine de maïs et de sorgho ) dans la préparation du fufu. I. Les principaux défis de la chaine de valeur de manioc à surmonter
  4. 4. • D’autres défis à relever : - Croissance démographique : trop des bouches à nourrir - La paix dans certaines régions (il faut mettre fin aux guerres et insécurités) - Gouvernance (politique agricole, code d’investissement, problème de corruption, répartition des revenus, pouvoir d’achat des consommateurs,….)
  5. 5. II. Quels sont les répercussions de ces défis sur la sécurité alimentaire ? a) Diminution de rendement : Par exemple: - la striure brune peut causer 100% des pertes de rendement et a des conséquences sur la quantité et la qualité de manioc (FAO, 2013) - Dans le montagne agro-pastoral du Sud-Kivu et du Nord-Kivu, les pertes des rendements ont été de 80% (Vwima stany, 2015) - Dans la forêt de Maniema, cette perte est estimée à 58,4% (Vwima Stany, 2015) - A Kamanyola (basse altitude du Sud-Kivu), la perte est estimée à 80% (Elonga Iyassa J., 2015). b) Baisse de revenu des ménages: Comme le rendement baisse, le revenu des ménages tirés de la vente de manioc va baisse aussi. Par exemple: - à cause de la mosaïque de manioc, la perte des revenus tirés de manioc par les ménages avait baissé de 89,7% à Kabamba (Sud-Kivu) et de 60% à Kamanyola (Sud-Kivu) (Vwima Stany, 2015)
  6. 6. c) Sécurité alimentaire menacée: Par exemple: - La mosaïque associée à la striure brune menace la sécurité alimentaire de 135 millions de personnes en Afrique centrale et orientale (FAO,2013). - Au Sud-Kivu, la striure brune menace déjà la sécurité alimentaire de plus de 90% de la population agricole du Sud-Kivu qui cultive le manioc (Vwima stany, 2015) d) Abandon de la culture: Par exemple: - le taux d’abandon de la culture de manioc restent tout de même faible et n’a pas dépassé 2% des ménages en RDC (FAO,2013) - Il est de 3,6% à Kamanyola (RDC) à cause de la striure brune de manioc (Elonga Iyassa J., 2015)
  7. 7. e) Hausse de prix de manioc sur le marché: A la longue, comme le rendement baisse, le prix sur les marchés vont augmenter. Par exemple: - Avec la striure brune, le prix est passé de 300 FC (Mars) à 500 Fc/kg de tubercule en juin 2015 (Vwima Stany, 2015). f) Aversion au risque • L’aversion au risque peut expliquer par l’importance de l’affectation des superficies agricoles aux autres cultures au détriment des cultures de manioc • A kamanyola (basse altitude), les rendements des cultures ont augmenté de 150% (haricot), de 100% (soja), 100%(maïs), 44%(patate douce) avec la mosaïque de manioc (Vwima Stany, 2015) • A Kabamba (haute altitude), les rendements ont augmentés de 60% (tomates), 100% (maïs), 40% (arachide) avec la mosaïque de manioc (Vwima Stany, 2015) Bref: détérioration des conditions socio-économiques des ménages
  8. 8. III. L'amélioration de l'efficacité de la chaîne de valeur de manioc peut-elle aider l'Afrique centrale à faire face à la crise de la sécurité alimentaire • Oui – À condition que les problèmes structurels et conjoncturels puissent trouvées solutions à chaque maillot de la chaine de valeur – Bouture résistance à la striure brune et amélioration de l’accès à l’information sur la surveillance des maladies – Structuration paysanne et renforcement des capacités – L’agro-alimentaire du manioc – La recherche de marché pour les gammes des produits à base de manioc – Financement de la chaine de valeur
  9. 9. C’est dans ce cadre que: Le revenu des petits exploitants augmenteront On tendra vers la professionnalisation La filière manioc encadrera un grands nombre des femmes et des jeunes La filière contribuera à la paix (là ou il n’y a en pas) La filière participera à l’amélioration de la BC (exportation) La filière contribuera à une croissance inclusive La filière contribuera à l’amélioration de l’insécurité alimentaire
  10. 10. MERCI POUR VOTRE ATTENTION

×