Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Tfe Near Field Communication

5,641 views

Published on

The present study provides an in-depth analysis of the Near Field Communication (NFC),
which is an application of the RFID (Radio Frequency Identification) technology mainly
dedicated to mobile devices for exchange, reading and broadcast of information. In
Business to Consumer or Business to Business relations, the NFC applications are
numerous, as well as the benefits that each key actor can make out of it. Specialized in
RFID solutions, Belgian-based RFIDEA company considers offering solutions based on NFC
technology to companies willing to improve their communication process, their
productivity and the quality of their services. However, even if the NFC solutions can
certainly bring an added value to a company and be applied to various fields, they don’t
bring a global solution to each problem of a particular business. Other techniques have
proved to be even more efficient.

Published in: Business, Technology

Tfe Near Field Communication

  1. 1. REMERCIEMENTS Je tiens tout d’abord à exprimer toute ma reconnaissance envers Monsieur Sébastien Assouad (Strategic Sales chez RFIDEA) pour le stage innovant et unique qu’il m’a offert, les responsabilités qu’il m’a confiées, la confiance qu’il m’a accordée, ainsi que pour le temps qu’il m’a consacré. Sans oublier Monsieur Hugues Libotte (R&D Manager chez RFIDEA) pour son aide, ses conseils toujours très utiles et sa disponibilité, ainsi que tous les membres de RFIDEA, avec un clin d’œil particulier à Steve Bellomo (développeur chez RFIDEA). Je tiens à exprimer toute ma gratitude envers mes professeurs de la Haute Ecole de Jemeppe-sur-Meuse pour les connaissances et les valeurs qu’ils m’ont transmises durant ces trois magnifiques années de Bachelier en eBusiness, et en particulier à Monsieur Eric Laurent, mon maître de stage interne, toujours très présent durant ces trois mois et demi. J’adresse également mes remerciements à toutes les personnes qui m’ont accordé de leur temps durant mon stage, notamment à Madame Veronika Colucci (m-Commerce Product Manager de Mobistar), Monsieur Hubert Henry de Frahan (Products and Services Marketing Manager de Mobistar) et Monsieur Philippe Bellens (Head of Innovation & Technology chez Atos Worldline). Je voudrais aussi remercier Monsieur Michel Favay, Directeur Clients, Réseau, Mobilité au TEC Liège-Verviers, pour les précieuses informations qu'il m'a communiquées. Des remerciements que j’adresse aussi à Monsieur Anthony Alquier, membre du support technique de Inside Contactless, pour les nombreuses réponses et précisions techniques qu’il m’a apportées tout au long de mon stage. Je n’oublie pas non plus mes parents, ma sœur Justine et ma copine Caroline qui ont toujours suivi mon travail avec une grande attention. 1
  2. 2. PRÉFACE Ce travail a été rédigé dans le cadre de mon travail de fin d’études pour l’obtention de mon diplôme de Bachelier en eBusiness à la Haute Ecole de la Province de Liège. Cet ouvrage vous permettra, je l’espère, d’avoir une assez bonne vue d’ensemble de la technologie NFC (Near Field Communication). Je voudrais également vous rappeler que la RFID (Radio Frequency Identification) et la NFC sont deux technologies que j’ai appris à connaître et à maîtriser durant ces trois mois et demi d’insertion professionnelle, j’ai donc estimé qu’il était préférable de ne pas rentrer dans les aspects purement techniques. Huy, 21 mai 2008 Mathieu Corrado 2
  3. 3. TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS..................................................................................................................... 1 PREFACE .................................................................................................................................. 2 I. INTRODUCTION ............................................................................................................... 6 II. DESCRIPTION DE L’ENTREPRISE ........................................................................................ 8 2.1 PRESENTATION GENERALE DE RFIDEA .......................................................................................... 8 2.2 METHODE DE TRAVAIL ................................................................................................................ 9 2.3 DEROULEMENT TYPE D’UN PROJET .............................................................................................. 10 2.4 DOMAINES D’EXPERTISE ............................................................................................................ 10 III. LA TECHNOLOGIE RFID ................................................................................................... 11 3.1 INITIATION .............................................................................................................................. 11 3.2 PRINCIPE GENERAL ................................................................................................................... 13 3.2.1 LES COMPOSANTS A PRENDRE EN COMPTE ............................................................................... 13 3.2.1.1 LES LECTEURS ET ANTENNES RFID ...................................................................................... 13 3.2.1.2 UNE ETIQUETTE RFID ...................................................................................................... 14 3.2.1.3 LA FREQUENCE ............................................................................................................... 15 3.3 APPLICATIONS RFID ................................................................................................................. 17 3.4 AVANTAGES & INCONVENIENTS ................................................................................................. 19 3.5 PROBLEMATIQUE DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL .............................................................. 21 3.6 LA RFID REMPLACERA-T-ELLE LES AUTRES MOYENS ACTUELS D’IDENTIFICATION ? ............................... 22 IV. TECHNOLOGIE NFC ........................................................................................................ 24 4.1 INITIATION .............................................................................................................................. 24 4.2 PRINCIPE GENERAL ................................................................................................................... 26 4.3 SECURITE DE LA COMMUNICATION .............................................................................................. 28 4.4 ROLE DE LA CARTE SIM ............................................................................................................. 29 4.5 LES DIFFERENTS ACTEURS .......................................................................................................... 31 4.6 COMMUNICATION NON INTRUSIVE ............................................................................................. 35 4.7 POURQUOI CETTE TECHNOLOGIE PLUS QU’UNE AUTRE ? ................................................................. 36 4.8 LES CARTES SANS CONTACT, UN PREMIER PAS VERS LA NFC............................................................. 37 3
  4. 4. V. NEAR FIELD COMMUNICATION : ANALYSE DU MARCHE MONDIAL .................................. 41 5.1 DES DEBUTS PROMETTEURS ....................................................................................................... 41 5.1.1 LILLE METROPOLE UBIQUITAIRE ............................................................................................. 41 5.1.2 « PAYEZ MOBILE » .............................................................................................................. 42 5.1.3 AUTRES INITIATIVES ............................................................................................................. 43 5.2 DES MARCHES AVANCES : LE JAPON ET LES ETATS-UNIS .................................................................. 44 5.3 LA SITUATION EN EUROPE ......................................................................................................... 46 5.4 LA SITUATION EN BELGIQUE ....................................................................................................... 46 5.4.1 M-BANXAFE ....................................................................................................................... 47 5.4.2 UBIGO ............................................................................................................................. 50 5.4.2.1 UN TICKET POUR TOUTES LES SOCIETES DE TRANSPORT .......................................................... 50 5.4.2.2 UNE AUBAINE POUR LA TECHNOLOGIE NFC ......................................................................... 51 VI. LES PROCHAINES ETAPES AVANT LES PREMIERES OFFRES ............................................... 52 VII. LES APPLICATIONS DE LA NFC..................................................................................... 53 7.1 APPLICATIONS B2C .................................................................................................................. 53 7.1.1 QUATRE GRANDES CATEGORIES.............................................................................................. 53 7.1.2 LES DIFFERENTES APPLICATIONS POSSIBLES............................................................................... 54 7.1.2.1 M-PAIEMENT.................................................................................................................. 54 7.1.2.2 TRANSPORT - TICKETING .................................................................................................. 55 7.1.2.3 AFFICHES INTELLIGENTES .................................................................................................. 56 7.1.2.4 CONTROLE D’ACCES ......................................................................................................... 58 7.1.2.5 MARKETING RELATIONNEL ................................................................................................ 58 7.1.2.6 ECHANGES DE DONNEES ................................................................................................... 59 7.1.2.7 CONTROLE ET GESTION DES MALADIES ................................................................................ 60 7.1.2.8 SEEINGEYEPHONE : UN CONCEPT INNOVANT ....................................................................... 60 7.1.2.9 SERVICES DECOUVERTES ................................................................................................... 61 7.2 APPLICATIONS B2B .................................................................................................................. 62 7.2.1 FONCTIONNEMENT GENERAL ................................................................................................. 62 7.2.2 LISTE NON-EXHAUSTIVE DES APPLICATIONS POSSIBLES ................................................................ 63 7.2.2.1 AGENTS DE SECURITE ....................................................................................................... 63 7.2.2.2 AGENTS DE MAINTENANCE................................................................................................ 65 7.2.2.3 SOINS A DOMICILE ........................................................................................................... 67 7.2.2.4 AGENTS DE NETTOYAGE.................................................................................................... 68 4
  5. 5. 7.2.2.5 ASSET TRACKING ............................................................................................................. 69 7.2.2.6 SECTEUR DE LA CONSTRUCTION ......................................................................................... 69 7.2.2.7 LIVRAISON A DOMICILE ..................................................................................................... 70 7.2.3 DES BENEFICES NON NEGLIGEABLES ........................................................................................ 72 7.2.4 LA NFC : PAS LA SEULE SOLUTION .......................................................................................... 73 7.2.5 LES OBSTACLES AUX SOLUTIONS NFC ...................................................................................... 75 VIII. MISE EN PRATIQUE D’UN SYSTEME DE DEMONSTRATION ........................................... 76 8.1 OBJECTIFS .............................................................................................................................. 76 8.2 METHODE DE TRAVAIL .............................................................................................................. 76 8.3 MATERIEL NECESSAIRE POUR LE KIT DE DEMONSTRATION ................................................................ 77 8.4 DESCRIPTION DE L’APPLICATION ................................................................................................. 77 8.5 DESCRIPTION DES FONCTIONNALITES ........................................................................................... 78 8.5.1 CONTROLE D’ACCES / IDENTIFICATION..................................................................................... 78 8.5.1.1 SCHEMA EXPLICATIF......................................................................................................... 79 8.5.1.2 PROCEDURE CONCRETE .................................................................................................... 80 8.5.2 SUIVI EN TEMPS REEL & COMPTE RENDU ................................................................................. 81 8.5.2.1 SCHEMA EXPLICATIF......................................................................................................... 82 8.5.2.2 PROCEDURE CONCRETE .................................................................................................... 83 8.5.2.3 ACCES A L’INTERFACE WEB ............................................................................................... 86 IX. AVENIR DE LA TECHNOLOGIE ......................................................................................... 87 X. OPPORTUNITES POUR RFIDEA ........................................................................................ 88 XI. CONCLUSIONS ............................................................................................................... 89 BIBLIOGRAPHIE ..................................................................................................................... 91 GLOSSAIRE ............................................................................................................................ 92 ANNEXE 1 : SOCIETES AUDITIONNEES EN FACE A FACE ............................................................ 93 ANNEXE 2 : PRINCIPALES SOCIETES AUDITIONNEES PAR TELEPHONE ET EMAIL........................ 94 ANNEXE 3 : TESTS AU FOREM LOGISTICS DU 8 FEVRIER 2008................................................... 95 ABSTRACT ............................................................................................................................. 96 5
  6. 6. I. INTRODUCTION Lorsque la société américaine Motorola a commercialisé le premier véritable téléphone portable en 1983 (dynaTAC TM 8000X, voir photo de gauche), personne n’aurait pu imaginer l’ascension fulgurante qu’allait connaître cette invention, qui n’en était cependant pas réellement une puisqu’elle ne faisait que regrouper des technologies et fonctionnalités déjà existantes. Aujourd’hui, dans le monde, plus de trois milliards d’êtres humains utilisent ces appareils mobiles qui sont devenus indispensables pour la plupart d’entre-nous. Les fonctionnalités et les services proposés par les fabricants et les opérateurs sont toujours plus innovants, et je me suis rendu compte durant mon stage chez RFIDEA combien la marge de croissance des téléphones portables est importante. A l’heure actuelle, il est déjà possible de trouver des téléphones extrêmement complets, qui intègrent des appareils photos, des lecteurs MP3, des fonctionnalités de localisation (GPS), des systèmes de communication à distance tels que le Bluetooth, le WiFi, l’infrarouge, mais les fonctionnalités futures sont sans aucun doute encore très nombreuses, et plus stupéfiantes les unes que les autres. C’est ainsi que durant mon insertion professionnelle, j’ai eu la chance d’étudier l’une d’entre elles. Il s’agit de la technologie NFC (Near Field Communication), traduisez communication de proximité ou communication en champ proche. Ce nom ne vous dit rien ? C’est fort probable, mais sachez en tout cas qu’il s’agit d’une révolution dans le monde du mobile et que, demain, ce moyen de communication sans fil se retrouvera à coup sûr dans votre téléphone portable. Qu’est-ce qu’il permettra ? De transformer un simple GSM en un outil à tout faire. Rien que ça. Il vous sera notamment possible d’effectuer des paiements, de dématérialiser vos tickets de transport, de parking, de concert, d’interagir avec des affiches publicitaires intelligentes, d’échanger des informations avec un autre appareil NFC, ou bien encore de transférer des données d’un 6
  7. 7. appareil NFC à un autre, par exemple de votre téléphone portable vers un cadre photo numérique compatible NFC. Les applications NFC destinées aux consommateurs sont donc très nombreuses et sans doute sans limite, mais il existe également toute une série d’applications permettant d’apporter une réelle valeur ajoutée aux entreprises, comme le contrôle d’accès, l’horodatage, la localisation et traçabilité, et ce dans des domaines très variés. C’est d’ailleurs principalement sur cet aspect visant à améliorer les relations Business to Business (B2B) et Business to Employee (B2E) que s’est concentré mon stage. Quel est l’état de l’art de la NFC ? Quels sont les avantages que les différents acteurs retireront de cette technologie ? Quelles sont les applications possibles ? Quelles sont les opportunités pour RFIDEA ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles je vais tenter de répondre dans mon travail de fin d’études, que j’ai pris un énorme plaisir à rédiger tellement le sujet me passionnait. 7
  8. 8. II. DESCRIPTION DE L’ENTREPRISE 2.1 Présentation générale de RFIDEA Fondée en janvier 2003 sous le nom de Neuro Engineering, cette PME s’est dès le départ positionnée comme un bureau d’études et comme un intégrateur spécialisé dans le conseil, l’élaboration et l’implémentation de solutions RFID. Initialement, l’activité principale était axée sur la traçabilité, les biotechnologies et les réseaux “Neural” mais, début 2005, les fondateurs ont décidé de redéfinir leur activité et d’exclusivement se concentrer sur la traçabilité électronique. Depuis la création de la société, un des objectifs est d’instaurer une relation privilégiée avec les clients afin de les conseiller de l’analyse de leurs problématiques jusqu’à l’implantation sur site de la solution. Une approche intégrée, qui a naturellement abouti à un important réseau de partenaires. Fin 2004, après une première levée de capitaux, les fondateurs ont décidé de modifier le nom de la société, passant de Neuro Engineering à RFIDEA afin que celui-ci reflète d’avantage son engagement quant au développement des technologies d’identification électroniques. En très peu de temps, cette jeune société est véritablement parvenue à s’imposer comme une référence en Europe, de par la qualité de ses conseils, de son approche et de l’efficacité dans l’implémentation des projets RFID. Chaque année, le chiffre d’affaires croît de manière spectaculaire et la société gagne des clients dans la Communauté Européenne. Aujourd’hui, elle est principalement active en France, en Suisse, en Belgique et au Royaume-Uni. 8
  9. 9. 2.2 Méthode de travail RFIDEA est un intégrateur de solutions globales. Cela signifie que l’entreprise est susceptible de fournir à son client une expertise complète sur deux aspects : Au niveau Matériel: la société analyse la ou les problématique(s) du client afin de - définir avec un maximum de précision le matériel le plus adapté ; Au niveau Logiciel: il s’agit à ce stade de choisir l’application qui va permettre de - faire remonter les informations désirées vers l’ERP (Enterprise Resource Planning, en français Progiciel de Gestion Intégré) qui a pour but de coordonner l’ensemble des activités d’une entreprise autour d’un même système d’information. L’ERP permet une intégration des informations de tous les départements d’une entreprise, engendrant ainsi des gains de temps grâce notamment à l’automatisation des différents processus de l’entreprise. L’objectif premier est bien évidemment de démontrer au client le retour sur investissement que la technologie RFID lui garantira, et donc de lui prouver d’une manière claire les avantages qu’il retirera de ce choix stratégique. Pour se faire, il est primordial d’identifier la problématique, mais également les risques potentiels qu’elle pourrait engendrer. 9
  10. 10. 2.3 Déroulement type d’un projet a) Un audit : il s’agit d’une phase d’analyse chez le client durant laquelle un expert de RFIDEA interroge les dirigeants, les employés et vérifie s’il y a des risques d’interférences dans le milieu où la solution sera implantée. On va chercher à identifier les différents points critiques afin de proposer la solution la plus appropriée ; b) Une phase de Preuve de Concept (en anglais : Proof of concept, POC) : on cherche ici à prouver que la solution RFID fonctionnera parfaitement ; Une phase pilote : un déploiement à petite échelle, sur le terrain, généralement c) avec le soutien d’un partenaire s’il s’agit d’un projet important ; d) Le déploiement : phase ultime du projet, avec une intégration complète et une correction des derniers problèmes. 2.4 Domaines d’expertise Bien qu’elle reste ouverte à d’autres secteurs, RFIDEA concentre actuellement son activité sur quatre axes principaux: - L’industrie pharmaceutique ; - Les contenants réutilisables ; - L’évènementiel ; - L’industrie du luxe (dans la lutte contre la contrefaçon). 10
  11. 11. III. LA TECHNOLOGIE RFID 3.1 Initiation L’identification par radio fréquences, plus communément connue sous le nom de RFID1, est une technique qui permet d’identifier de manière unique et fiable un objet, une personne ou un animal afin d’en connaître les caractéristiques. Cela est rendu possible grâce à la lecture d’une puce attachée ou incorporée émettant des ondes radios et contenant des informations préalablement insérées et pouvant éventuellement être modifiées tout au long de son cycle de vie. Même si la puce peut contenir toute une série de données, on utilise souvent une base de données qui associe le numéro d'identification à tous les autres paramètres utiles au processus considéré (logistique, suivi d'animaux, ...). Malgré l’énorme potentiel qu’elle possède, cette technologie est encore peu utilisée aujourd’hui. Néanmoins, les champs d’application sont sans limite et tous les spécialistes du secteur s’accordent à dire que tôt ou tard la RFID connaîtra elle aussi son heure de gloire. En finançant le projet BRIDGE2, la Commission Européenne a prouvé combien elle misait sur cette technologie pour le développement économique. Le projet, qui prendra fin en juin 2009, a été conçu dans le but d’explorer, de développer et de mettre en œuvre des outils permettant des applications RFID, et de faire progresser l’adoption des normes EPCGlobal en Europe. 1 Radio Frequency IDentification 2 Building Radio Frequency IDentification solutions for the Global Environment 11
  12. 12. A l’heure actuelle, la RFID est le plus souvent utilisée dans les chaînes logistiques mondiales pour lesquelles elle permet d’améliorer la gestion, la fluidité et la visibilité des stocks, mais il existe bien sûr une multitude d’autres applications. Certaines d’entre elles pourraient cependant être peu éthiques, ce qui inquiète d’ailleurs les plus réticents aux nouvelles technologies désireux de protéger leur vie privée (voir point 3.5). Plusieurs organismes régissent la RFID dans le monde, en voici les trois principales: GS1 Global: organisation dont l’objectif est de définir et d’implémenter des - solutions et des standards pour améliorer l’efficacité et la visibilité des distributeurs et des fournisseurs dans le monde et ce dans plus de 20 secteurs d’activité. Les standards définis par GS1 sont les plus utilisés en logistique ; EPCGlobal : organisation internationale de normalisation visant à promouvoir le - « Electronic Product Code » (EPC) dans le monde, c’est-à-dire un numéro unique attribué à chaque unité individuelle ; ETSI : l’Institut Européen des Standards de Télécommunication est une - organisation indépendante, sans but lucratif, dont la mission est d’émettre des standards dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication (ICT) en Europe. 12
  13. 13. 3.2 Principe général 3.2.1 Les composants à prendre en compte 3.2.1.1 Les lecteurs et antennes RFID Figure 1 - Lecteur RFID de marque Alien Un lecteur produit de l’électricité qui va être transmise à une fréquence donnée par un câble vers une antenne Cette dernière va émettre le signal dans l’air à une antenne. certaine fréquence et une certaine longueur d’ondes. En plus d’émettre le signal, l’antenne va également capter les « réponses » des tags/étiquettes (voir point suivant). Ces réponses vont être transmises de l’antenne /étiquettes suivant). vers le lecteur RFID, qui va se charger de convertir les informations reçues en chiffres binaires. Plusieurs antennes peuvent bien sûr être connectées à un seul lecteur, ce qui lusieurs re a pour avantage d’augmenter les chances de lecture de tous les tags, notamment augmenter chances dans les milieux où les interférences possibles sont nombreuses. Figure 2 - Antenne RFID de marque Alien 13
  14. 14. 3.2.1.2 Une étiquette RFID Une étiquette, ou tag, est composée d’une puce en silicium et d’une antenne. La puce, qui a un numéro unique, est un élément intelligent sur laquelle il est possible de stocker une série d’informations. Elle a également la logique de pouvoir se dire à elle-même ce qu’elle doit faire lorsqu’elle fait face à un champ électrique. Le prix de ces tags peut varier de dix cents à deux euros, en fonction qu’ils soient passifs ou actifs, mais également en fonction de leur format et de leur capacité de stockage. Il existe trois grandes familles de tags : Les tags passifs : l’étiquette contient en plus une bobine, directement reliée à la - puce. Lorsqu’il se trouve dans le champ d’une antenne, le tag va capter l’énergie transmise par celle-ci, un courant va alors être créé dans la bobine, ce qui va permettre de renvoyer vers l’antenne les informations contenues dans la puce. Ces tags ont une très longue durée de vie ; Les tags actifs : en plus d’une puce et d’une antenne, le tag comprend ici une - batterie autonome qui va permettre de transmettre les informations contenues dans la puce, indépendamment que le tag se trouve ou non dans le champ d’une antenne, ce qui lui permet également de communiquer à plus longue distance. Ces tags émettront à des périodes qui auront préalablement été définies au moment de la programmation, c’est-à-dire toutes les x secondes, minutes, heures ou jours. La durée de vie du tag, bien évidemment plus courte que dans le cas des étiquettes passives, variera en fonction de cette fréquence d’émission ; 14
  15. 15. Les tags semi-actifs : équipées d’une pile, ces étiquettes peuvent communiquer - à plus grande distance que les tags passifs. L’écoute d’informations peut se faire sans apport d’énergie et à tout moment. La pile va seulement permettre de fournir l’énergie nécessaire à la transmission des informations contenues dans la puce. A la différence des tags actifs, la présence d’un champ électrique est ici indispensable pour l’activation du tag. 3.2.1.3 La fréquence Aussi bien les tags que les lecteurs RFID fonctionnent à des fréquences spécifiques et, pour communiquer ensemble, il est primordial qu’ils travaillent sur la même bande de fréquences. Les deux éléments sont donc étroitement liés. La majorité des systèmes RFID utilisés en Chaîne logistique opèrent à une bande à très haute fréquence, Ultrahigh-frequency3. Aux Etats-Unis, cela équivaut à une fréquence de 915 mégahertz (MHz), alors que l’Union Européenne a retenu 868 MHz, l’Asie 923 MHz et le Japon 960 MHz. D’autres applications, notamment dans l’industrie pharmaceutique, utilisent les bandes à haute fréquence, High-Frequency4, ce qui équivaut à une fréquence de 13,56 MHz. C’est d’ailleurs cette fréquence qui est utilisée dans le cadre de la technologie NFC. Il s’agit des deux fréquences les plus couramment utilisées, mais il en existe d’autres. Le choix de l’une ou de l’autre dépendra avant tout de l’application, mais également des perturbations du milieu où sera installé le système et de la physionomie du lieu d’implantation. Plus on va descendre bas dans les fréquences plus l’intensité du signal va être forte et le risque de perturbation faible, mais moins la longueur de l’onde va être grande. En revanche, plus on va monter haut dans les fréquences, plus il va être possible d’émettre loin mais avec un risque de perturbation plus élevé. 3 UHF 4 HF 15
  16. 16. Figure 3 - Spectre des radiofréquences Pour mieux comprendre le fonctionnement général de la technologie, rien de tel qu’un schéma illustratif. Figure 4 - Système RFID transmettant des données (RFID for Dummies - 2005) 16
  17. 17. 3.3 Applications RFID Le monde de demain sera-t-il en grande partie « RFIDisé » ? Il est encore trop tôt pour le dire, toujours est-il que cette technologie a fait ses preuves et qu’elle intéresse de nombreux secteurs. En voici les principales applications: - Traçabilité des produits/biens : typiquement les applications qui permettent d’améliorer l’efficacité d’une chaîne logistique du début à la fin du processus (fluidité, visibilité et gestion des stocks) ; - Identification des animaux : en Belgique, depuis quelques années maintenant, tous les propriétaires de chiens sont obligés de munir leur animal domestique d’une puce, permettant l’identification de l’animal, mais également d’obtenir une série d’informations le concernant, au travers d'un accès à une base de données. Les chats ne doivent être identifiables que dans la mesure où ils voyagent à l’étranger. Depuis peu, les chevaux doivent eux aussi être « pucés ». Certains éleveurs commencent petit à petit à placer une puce sur chaque unité de leur bétail, ce qui permet de simplifier le comptage, mais aussi le suivi individualisé des animaux. A moyen terme, voire même à court terme, il est fort probable que les bovins, ovins, caprins et autres animaux d’élevages porteront tous une puce RFID sur eux, c’est d’ailleurs dans ce sens qu’évolue la loi ; - Contrôle d’accès : les sociétés commencent tout doucement à équiper leurs employés de cartes sans contact permettant l’identification et donc l’accès à certaines parties du bâtiment, à un parking, etc. ; - Poubelles bavardes : dans certaines villes belges, notamment à Huy, les poubelles des habitants ont été équipées d’une puce RFID. Celle-ci permet l’identification de la poubelle à son ramassage afin de facturer chaque foyer en fonction du poids des déchets ménagers ; 17
  18. 18. - Anti-contrefaçon / Identification de biens : le simple fait de placer une puce (avec un numéro unique) sur un objet, voire de l’y incorporer, permet de l’identifier avec exactitude, ce qui est par exemple très utile dans la lutte contre la contrefaçon ; - Tickets électroniques : lors d’évènements, il est de plus en plus courant de proposer des tickets électroniques aux visiteurs et spectateurs. C’est notamment le cas pour le Grand Prix de F1 de Spa Francorchamps pour lequel RFIDEA a d’ailleurs été choisie pour gérer la totalité des entrées du parc en septembre 2008. Les titres de transport vont eux aussi progressivement devenir électronique ; - Passeport électronique : les passeports électroniques font de plus en plus parler d’eux et la majorité des pays y passent progressivement ; - Cartes sans contact : voir point 4.8 ; - Near Field Communication : voir points 4 et suivants ; - Péage : nous n’y sommes pas encore, mais il n’est pas à exclure qu’à l’avenir un automobiliste sera automatiquement débité lors de son passage à un péage. Cela simplifierait le processus et réduira les files d’attente parfois importantes ; - Aiguillage des bagages : des expérimentations sont actuellement en cours dans d’importants aéroports (dont celui d’Heathrow à Londres). L’objectif étant d’améliorer le suivi des bagages tout au long de leurs déplacements. Ainsi, il sera possible de trier et localiser des bagages à tout moment. Ce système permettra également de réduire les pertes. 18
  19. 19. 3.4 Avantages & Inconvénients Parmi les avantages les plus importants de la technologie RFID, on note : - Des gains de temps et de productivité importants: à la différence des codes barres et d’autres solutions, l’identification par radiofréquences permet une lecture multiple et à distance, améliorant ainsi le flux des produits. En logistique, il n’est par exemple plus nécessaire de compter les produits entrant ou sortant d’un entrepôt ; - Meilleure traçabilité : lorsque tous les partenaires d’une chaîne logistiqe sont équipés d’une solution RFID, il est possible de suivre à la trace le cheminement des expéditions. Cet aspect est particulièrement intéressant dans les domaines pharmaceutique, agro-alimentaire ou automobile où les produits sont régis par des normes de santé et sécurité très strictes ; - Meilleure gestion des stocks : sans qu’une intervention humaine ne soit obligatoire, il est possible de connaître en temps réel l’état des stocks et d’automatiser le ravitaillement lorsque le seuil critique a été atteint. La RFID permet donc d’avoir une exactitude de l’inventaire et de diminuer de manière considérable les risques de pénurie ; - Identification unique et fiable de chaque produit car une étiquette contient des informations qui sont propres à chaque marchandise. Une solution extrêmement efficace dans la lutte contre la contrefaçon ; - Informations dynamiques : à l’inverse d’un code barre traditionnel, il est possible de faire évoluer les informations que contient la puce. Tout au long d’un processus, les informations peuvent être mises à jour, ce qui permet d’avoir un historique rapide de la vie du produit, de son cheminement et éventuellement des interventions qu’il a subies ; 19
  20. 20. - Solutions d’automatisation infinies : grâce à la modernisation et à la centralisation des informations, il est possible d’automatiser toute une série de processus internes et externes ; - Réduction du taux d’erreur : la RFID est en mesure d’identifier si un envoi est incomplet ou erroné avant l’expédition d’une livraison, et ce sans la moindre vérification manuelle ; Comme toute technologie, il existe néanmoins des bémols: - Coûts de la solution : même si implanter une solution RFID peut être attirant et sans aucun doute efficace, toutes les sociétés ne peuvent pas se le permettre. Moderniser les processus d’une entreprise avec cette technologie implique des investissements conséquents et, bien que le prix des étiquettes soit démocratique, c’est principalement l’infrastructure nécessaire pour les lire et traiter les données qui risque coûter cher : o Les lecteurs ; o Le système permettant l’acquisition des données ; o Les applications, leur installation et les différents réglages ; o L’intégration ERP ; o Les évolutions des produits et des procédures ; o La conduite du changement ; - Les obstacles : les ondes peuvent être légèrement perturbées par les différents matériaux qu’elles doivent traverser. Il ne s’agit pas pour autant d’un frein au développement du RFID ; - Les environnements métalliques et liquides : il est plus difficile de lire des tags se trouvant dans des milieux métalliques ou aqueux. Ces milieux ont en effet tendance à absorber les ondes radios. La distance de communication possible est donc diminuée ; 20
  21. 21. - Les collisions : lorsque beaucoup de tags se trouvent dans le champ d’un même lecteur, la communication peut être rendue difficile. Il existe néanmoins des algorithmes performants capables de détecter une erreur de transmission ; 3.5 Problématique des données à caractère personnel Nombreux sont ceux qui pointent la RFID du doigt pour son caractère parfois intrusif et ils n’hésitent d’ailleurs pas à la définir comme étant un élément entraînant le non respect de la vie privée des citoyens. Cette récente technologie soulève d’ailleurs de nombreuses réactions des organismes de défense des droits et libertés des citoyens. Il est évident que la technologie peut entraîner des excès, je pense néanmoins qu’il incombe aux organismes de réglementer son utilisation et de ne pas hésiter à imposer une stricte réglementation. Je pense également qu’il n’est pas bon de mettre toutes les applications du RFID dans le même panier car certaines d’entre elles (il est vrai destinées aux marchandises, comme dans le cas d’une solution RFID appliquée à une chaîne logistique) sont véritablement bénéfiques et intéressantes. Affirmer l’inverse serait réellement dommage. De plus, il est clair qu’il n’aura pas fallu attendre la RFID pour mettre la vie privée des gens en danger. Cette technologie est encore nouvelle et il est important de tracer la route à suivre dès maintenant afin de ne pas autoriser tout et n’importe quoi à l’avenir. Ce qui est sûr, c’est que le monde évolue, tout comme les technologies, et il est donc essentiel que les citoyens que nous sommes s’adaptent à ces changements, sans pour autant accepter que notre vie privée soit menacée. C’est ici que les Etats et les différents organismes compétents doivent intervenir. 21
  22. 22. 3.6 La RFID remplacera-t t-elle les autres moyens actuels d’identification ? Il existe aujourd’hui toute une série de méthodes d’identification, chacune comportant ses avantages et ses inconvénients. La RFID en est une, mais il en existe d’autres comme , le code à barres traditionnel (1D) ou le code matriciel (2D), qui sont deux des techniques , les plus couramment utilisées dans le monde à l’heure actuelle A l’inverse de uramment actuelle. l’identification par radiofréquences, ces étiquettes ne peuvent être lues qu’en champ de vision, ce qui rend donc la lecture multiple et à distance impossible . Les codes à barres impossibles. sont notamment utilisés sur les emballages des produits vendus en grande surface. Les amment codes à deux dimensions sont eux essentiellement utilisés pour le marquage permanent, par exemple de pièces métalliques, comme le fait la NASA sur chaque composant de ses navettes spatiales. Figure 5 - Code à barres 1D Figure 6 - Code matriciel 2D Le code matriciel ayant un usage spécifique, il semble que cette technique d’identification a encore de beaux jours devant elle. Le code à barres traditionnel n’a lui que très peu de spécificités, hormis (et ce n’est pas rien) son prix très démocratique qui fait de lui la solution d’identification la moins coûteuse sur le marché. Néanmoins, nombreux sont ceux qui pensent que le code à barres sera progressivement remplacé par les solutions RFID, certes beaucoup plus coûteuse mais plus complètes et efficaces. coûteuses Aujourd’hui, il est de coutume d’associer ces techniques les unes aux autres afin que les autres, inconvénients de l’une soient compensés par les avantages de l’autre. Certaines entreprises n’auraient d’ailleurs probablement aucun intérêt à opter pour un système RFID, alors que d’autres retireraient de nombreux avantages en passant à cette nouvelle ant technologie si leurs ressources finan financières le leur permettent. L’investissement n’est donc . 22
  23. 23. pas toujours nécessaire pour qu’une entreprise survive, à moins que les partenaires l’exigent dans une optique d’optimisation de la chaîne dans sa globalité. Figure 7 - La grande distribution de demain ? 23
  24. 24. IV. TECHNOLOGIE NFC 4.1 Initiation La Near Field Communication, plus connue sous le nom de NFC, est née d’une collaboration entre Sony et Philips aux débuts des années 2000 dans le but de concurrencer le développement du Bluetooth. L’objectif de cette coalition était de mettre au point une infrastructure permettant à des appareils compatibles NFC de dialoguer entre eux et c’est ainsi que la technologie a très vite été intégrée dans des téléphones portables afin de les transformer en des outils multi-applications. La NFC, qui est une application pure et simple de la technologie RFID, permet d’établir des communications entre deux appareils, de lire une information se trouvant sur un tag (voire de la modifier) ou bien encore de transmettre une information à un lecteur, et ce à un débit de maximum 424kbits/s, contre les 1 Mbit/s que permet le Bluetooth. La spécificité de cette technologie réside dans le fait que la communication entre les deux objets ne peut se faire qu’à une distance de l’ordre de quelques centimètres (moins de dix centimètres). Il s’agit donc d’une communication de proximité, dite aussi en champ proche. C’est d’ailleurs une de ses principales différences avec d'autres technologies de transmission sans fil telles que le Bluetooth et le WiFi qui permettent des portées plus importantes. A en croire des études menées dans le monde entier, la Near Field Communication devrait même devenir un des moyens de transmission de données les plus utilisés dans les réseaux personnels (PAN) du monde entier. 24
  25. 25. Figure 8 - Taux de pénétration de la technologie NFC (Gemalto) Figure 9 – Les catégories de réseaux sans fil 25
  26. 26. Alors que de nombreux projets pilotes sont actuellement en cours à travers le monde, la NFC a déjà fait ses preuves au Japon où plus de dix millions de citoyens sont déjà équipés de téléphones dotés de cette technologie qui révolutionnera sans aucun doute le monde économique de demain. En effet, les applications possibles et les bénéfices que peuvent en retirer les différents acteurs sont sans nul doute très nombreux. Les applications Business to Consumer (B2C) de la NFC ont un réel intérêt, mais les applications Business to Business (B2B) et Business to Employee (B2E) sont également très porteuses, comme l’a d’ailleurs bien compris la société liégeoise RFIDEA. Toujours est-il qu’il n’y a de situation assurée nulle part. Toute nouvelle technologie a un risque d’échec et il n’y a pas d’exception à la règle pour la NFC. Comme toujours, cela dépendra de l’effet de mode, des possibilités du marché, de la capacité d’ouverture des futurs clients. Il est néanmoins évident que cette technologie attire de plus en plus de curieux et qu’elle est sans doute promise à un très bel avenir, comme le prouvent les retours positifs du marché japonais et des différents projets pilotes (voir chapitre 5) 4.2 Principe général Aucune décision officielle n’a encore été prise quant à l’architecture définitive du système, mais une solution, nommée « SIM centric », fait tout de même déjà l’unanimité pour son caractère beaucoup plus portable. Cette solution permet de stocker l’intégralité des applications et des données sur la carte SIM et de les réutiliser sur un autre téléphone NFC tout simplement en y plaçant la carte SIM. Via le protocole SWP (Single Wire Protocol), la SIM est directement reliée à une interface NFC intégrée au téléphone, qui est elle-même reliée à une antenne permettant l’échange, la lecture et l’émission des informations. 26
  27. 27. Cette communication en champ proche peut être utilisée de trois manières (voir schéma ci-dessous) - En mode lecteur : le mobile NFC va interagir avec une étiquette communicante afin de recevoir des informations de celle-ci ou d’accéder à du contenu ; - En mode P2P (Peer-to-Peer) : deux appareils mobiles dotés de la technologie NFC vont pouvoir échanger des informations entre eux ; - En mode étiquette : la puce NFC va délivrer des informations (billet dématérialisé, données de paiement, …). Contrairement à une connexion de type Bluetooth, la puce NFC n'utilisera aucune source d'énergie en mode étiquette. Elle se contente en effet de réagir en présence d'un champ électromagnétique, ce qui représente un réel avantage puisqu’il est ainsi possible d’utiliser toutes les applications (hormis pour le paiement) en mode « battery off ». Figure 10 – Trois possibilités de la NFC 27
  28. 28. 4.3 Sécurité de la communication On considère que la NFC possède trois niveaux de sécurité : - L’authentification mutuelle : toute communication NFC va nécessiter une authentification entre la puce et le terminal de lecture (pour un paiement par exemple). On parle d’authentification mutuelle dans la mesure où la puce NFC vérifiera les clés de cryptage du terminal, qui fera de même avec les clés de cryptage de la puce. La communication ne s’établira que si les deux parties valident ces clés ; - Toujours dans le cadre du paiement, une intervention humaine au niveau du téléphone pourra être exigée pour valider une transaction : o Pour des montants inférieurs à une certaine somme (10 – 20 – 30 euros par jour, à définir) un simple appui sur le bouton « validation » du téléphone permettra le paiement. On peut également envisager de payer à la volée, mais une étude a montré que l’utilisateur préférerait avoir une action manuelle à faire pour éviter des pickpockets nouvelle génération o Pour des montants supérieurs à la somme définie, un code confidentiel unique à chaque puce devra être saisi sur le téléphone (comme pour une carte de crédit standard) ; - Enfin, le troisième niveau de sécurité est plus passif, il concerne la distance de communication. Elle sera de l’ordre de dix centimètres maximum. Il n’y a pas de possibilité de faire un paiement à l’autre bout du monde, ou d’être victime d’un « hackeur » qui débiterait votre compte à partir de la connexion 3G de votre téléphone par exemple. Cela n’est physiquement pas possible. 28
  29. 29. 4.4 Rôle de la carte SIM La carte SIM a énormément évolué ces dernières années. Certes, elle répond toujours à sa fonction première d'identification de l'abonné sur le réseau (et donc de facturation), mais elle s'est enrichie de nombreuses autres fonctionnalités, engendrant une augmentation significative de sa capacité de stockage, qui double quasiment chaque année, pouvant atteindre aujourd’hui jusqu’à 1 Giga de mémoire. La SIM du téléphone a un rôle très important dans l’architecture d’un système basé sur la technologie NFC puisqu’elle représente l’élément de sécurité. Elle fournit à la fois une sécurité logique (le cryptage) et une sécurité physique (l’anti-falsification et la protection contre les copies). Elle a d’ailleurs été définie par les opérateurs mobiles comme étant l’élément de sécurité dans un système NFC, grâce aux avantages uniques qu’elle offre sur le marché : - Universalité : la carte SIM a un grand taux de déploiement, avec plus de trois milliards d’utilisateurs à travers le monde ; - Portabilité : elle est portable, les utilisateurs peuvent donc facilement transférer leurs applications d’un téléphone NFC à un autre ; - Gestion dynamique à distance : les opérateurs mobiles peuvent déjà gérer les cartes SIM à distance, ils pourront sans aucun problème le faire pour les services NFC. Ainsi, les services chargés dans la carte peuvent immédiatement être bloqués, activés ou suspendus à distance par l’opérateur en cas de perte ou de vol ; - Standardisation : la sécurité de la carte SIM est basée sur des standards globaux déjà bien établis couvrant le stockage des applications, les communications à travers l’air (en anglais : over-the-air, OTA), la protection de la vie privée et la gestion du cycle de vie ; 29
  30. 30. - Long cycle de vie : la carte SIM a un plus long cycle de vie qu’un téléphone, elle est donc plus appropriée pour héberger les applications NFC qu’un appareil mobile. Les opérateurs mobiles et les banques ont depuis longtemps exprimé leur grand intérêt pour les applications mobiles NFC, donnant cependant un challenge supplémentaire aux fabricants de cartes SIM : répondre à la fois aux contraintes de certification des banques et aux désirs des opérateurs mobiles de rapidement rendre disponible la technologie sur le marché. Pour cette raison, une des solutions pourraient être une carte SIM composée de deux puces : une puce (U)SIM permettant de stocker à la fois des applications non-NFC et NFC (hormis des applications destinées au paiement), et une autre entièrement dédiée au paiement et directement reliée à la puce (U)SIM, point d’accès entre la puce de paiement et l’interface NFC. Cette solution répond aux attentes des deux partis car la puce (U)SIM n’a aucun impact sur la certification de la puce de paiement, elle permet la gestion des applications OTA, et elle supporte également le mode « battery off ». Cependant, sans batterie, il sera impossible d’authentifier l’utilisateur et les applications de paiement ne seront donc plus accessibles, à l’inverse des autres applications (transport, ticketing, …) qui fonctionneront même sans alimentation. Figure 11 – Solution SIM-Centric à deux puces 30
  31. 31. Cette solution visant à centraliser les applications dans la carte SIM est une des trois solutions envisagées par l’écosystème de la Near Field Communication. Voici les deux autres: un circuit intégré qui stockerait toutes les applications dans le téléphone ou une carte mémoire amovible susceptible de stocker les applications et donc d’être utilisables sur un autre téléphone supportant la carte mémoire. Néanmoins, comme précédemment expliqué, la solution « SIM-centric » est la plus prometteuse et la plus sûre, ce qui fait d’elle l’architecture la plus intéressante à l’heure actuelle. 4.5 Les différents acteurs Un des principaux acteurs est le Forum NFC, une association professionnelle à but non lucratif qui a été fondée en 2004 par des entreprises leaders dans les domaines des communications sans fil, des semi-conducteurs et de l’électronique grand public. L’objectif de cette organisation est de faire progresser l’utilisation de la NFC en élaborant des spécifications, en assurant l’interopérabilité des dispositifs et des services, ainsi qu’en sensibilisant le marché. Chaque jour, de nouveaux groupes ou sociétés viennent agrandir la liste déjà très importante des membres du Forum NFC. Des sociétés qui proviennent toutes de secteurs différents mais qui ont un objectif commun : apporter une valeur ajoutée à leur business en investissant dans cette technologie innovante. Parmi les acteurs intéressés par la NFC, on retrouve : - Les opérateurs mobiles : en plus de nouvelles opportunités business, ils voient derrière cette technologie un nouveau canal porteur de clientèle, à laquelle il est possible de proposer des services innovants. Ils ont un rôle important puisque ce sont eux qui auront la faculté de désactiver l’application OTA ; 31
  32. 32. - Les banques : la NFC constituera un nouveau moyen de paiement à proposer aux clients actuels, mais également une manière d’en attirer de nouveaux en proposant des services innovants qui faciliteront encore plus les transactions bancaires. Visa et MasterCard sont très actifs sur le marché, ils sont d’ailleurs présents dans la plupart des projets pilotes dans le monde ; - Les sociétés de transport : l’intérêt pour la NFC est réel, et pour cause puisqu’elle permettra de faire des économies considérables dues à la dématérialisation des titres de transport, de proposer de nouveaux services aux voyageurs, mais aussi d’assurer la sécurité de ceux-ci en leur permettant de voyager sans cash sur eux ; - Les marchands : la technologie permettra des transactions plus rapides, d’éviter encore un peu plus les paiements en cash, d’accroître et de fidéliser la clientèle, avec une possibilité de dématérialiser les cartes de fidélité dans le téléphone ; - Les fabricants de téléphones portables : grâce au NFC, ils seront en mesure de proposer des téléphones toujours plus complets et compatibles avec les services innovants proposés par les autres acteurs. L’ajout de cette fonctionnalité n’aura en plus qu’une incidence très limitée sur le prix de vente du téléphone. La société finlandaise Nokia est la plus entreprenante pour l’instant, effectuant des investissements conséquents et participant à quasiment tous les projets. Elle a d’ailleurs commercialisé les deux premiers téléphones NFC du marché européen, à savoir le Nokia 6131 et le Nokia 3220 éditions NFC. Au troisième trimestre prochain, elle lancera également sur le marché son tout nouveau téléphone NFC (édition classique), le Nokia 6212 ; - Les consommateurs : il est évident que de plus en plus de personnes sont en possession d’un téléphone portable. Cet outil de communication est devenu accessible à tout un chacun, mais surtout indispensable pour la plupart d’entre nous. A l’inverse d’un portefeuille, on sort difficilement sans son téléphone mobile et le fait de pouvoir y intégrer toute une série d’applications est un enjeu crucial. Puisque les gens sont, parfois, réticents aux nouvelles technologies, il 32
  33. 33. faudra parvenir à les habituer à celle-ci tout en leur faisant comprendre qu’il ne s’agit en aucun cas d’une nouvelle technique visant à les espionner et à les ficher. Outre le fait qu’une personne a toujours son téléphone sur elle, d’autres avantages devraient pouvoir sensibiliser les « mobinautes » vers cette technologie: elle est attractive et constituera, dans un premier temps, une manière de se différencier des autres. Plusieurs applications pourront être intégrées à un seul téléphone, qui deviendra réellement un outil polyvalent et facile d’utilisation. Puisque toutes les applications et les données personnelles seront contenues dans la carte SIM, le consommateur pourra également facilement changer de GSM tout en conservant ses applications. De plus, cette fonctionnalité supplémentaire n’aura que très peu d’influence sur l’autonomie de la batterie puisqu’il sera possible de désactiver la communication NFC ou bien même de l’utiliser en mode « battery off », hormis pour les applications de paiement ; - Les intégrateurs : la NFC représente une nouvelle niche susceptible d’accroître leur chiffre d’affaires en proposant de nouvelles solutions aux acteurs plus proches des consommateurs ou bien encore en proposant des solutions B2B qui permettront à des sociétés d’améliorer leur communication interne et externe, mais aussi d’améliorer la qualité des services proposés ; - Les fabricants de puces et de lecteurs : la NFC engendrera sans aucun doute un grand boom des ventes de puces et de lecteurs NFC/RFID, sans doute le plus grand de l’histoire de la technologie de la RFID ; - Les fabricants de cartes SIM : la NFC est un challenge pour eux aussi car ils ont pour mission de proposer aux opérateurs mobiles des cartes SIM infaillibles, offrant une grande capacité de stockage, capable de communiquer avec l’interface NFC, offrant la protection et l’intégrité des applications et des données ; 33
  34. 34. - Les TSM (Trusted Service Managers) : il s’agit d’une société jouant le rôle de tiers de confiance et apportant honnêteté et commodité à l’écosystème complexe de la NFC, en assurant la sûreté des applications téléchargées et la gestion du cycle de vie des applications NFC contenues dans le portable. Le TSM est également un point de contact commun entre les opérateurs mobiles, les banques et les sociétés de transport. Ce rôle de « surveillant » incombera probablement aux fabricants de cartes SIM ; Figure 12 - Rôle du TSM (Gemalto) - Les différentes associations : tout comme le NFC Forum, elles cherchent à accélérer le temps d’acceptation de la NFC et jouent le rôle d’arbitre afin de définir les standards et d’assurer l’interopérabilité des dispositifs et des services ; 34
  35. 35. 4.6 Communication non intrusive A l’inverse d’une communication sans fil comme le Bluetooth, la connexion NFC a comme grand avantage de ne pouvoir être établie qu’avec le consentement de l’utilisateur. En effet, puisqu’il s’agit d’une communication de proximité, il est indispensable d’approcher de manière volontaire son téléphone NFC d’un autre appareil compatible pour qu’une connexion puisse être établie. Une spécificité qui réduit de façon considérable les risques de piratage ou d’intrusion. Une récente enquête de la société IDTechEx5 menée au Japon et en Allemagne a d’ailleurs montré que, sans prendre en compte l’âge ou le sexe, les gens sont soucieux de la sécurité, de la disponibilité et l’acceptation des téléphones NFC. Par exemple, « Est-ce que les hackers pourront savoir où je me trouve ? », « Que se passe-t-il si je perds mon téléphone ? », « Vais-je devenir dépendant de mon téléphone pour tout ? ». Il y a donc un grand manque de corrélation entre ce que les gens pensent et la réalité. Cette crainte du piratage sera sans nul doute présente lors des premières offres commerciales NFC, mais que les consommateurs se rassurent, tout sera mis en œuvre pour assurer la plus grande sécurité possible. Reste à considérer l'utilisation que l'opérateur du service fera de la technologie, par exemple le profilage potentiel des individus à des fins de marketing. 5 Société indépendante de services de consultation et de recherche des marchés de l'identification par radiofréquence, de l'emballage intelligent et des services électroniques imprimés 35
  36. 36. 4.7 Pourquoi cette technologie plus qu’une autre ? Cette solution offre un framework de sécurité et de règles de gestion qui permettent aux différents acteurs que sont les banques, les sociétés de transport, les opérateurs et les utilisateurs d’interagir et de développer des règles de fonctionnement et de responsabilités précises et claires pour chacun en tirant parti des environnements technologiques existants. Les avantages identifiés : - Tout d’abord pour l’utilisateur, la carte SIM offre la sécurité nécessaire pour effectuer des transactions ou des paiements. Elle permet également de changer de téléphone sans problème, puisque toutes les données et applications sont « mutées » d’un téléphone à l’autre par l’intermédiaire de la carte SIM. Hormis pour le paiement, cette solution est la seule du marché qui fonctionne même lorsque la batterie du téléphone est vide (ce qui est bien utile pour les bavards). L’usager peut également utiliser la fonctionnalité NFC s’il est en communication téléphonique ; - Ensuite, pour l’opérateur, les sociétés de transport et les banques, cette solution offre la sécurité nécessaire pour assurer la protection et l’intégrité de leurs applications. En effet, chacune des applications est stockée dans une zone mémoire de la carte SIM protégée par un système de firewall. C’est le principe de la carte multi-applicative ; - Enfin, pour les fabricants de téléphones mobiles, cette solution ne nécessite que des modifications minimes. 36
  37. 37. 4.8 Les cartes sans contact, un premier pas vers la NFC Avant de pouvoir payer avec son GSM, le consommateur devra encore un peu patienter, et cette attente variera d’un continent à l’autre, mais aussi d’un pays à l’autre. Le déploiement prendra un certain temps et ce pour cinq raisons principales : a. les différents acteurs doivent encore se mettre d’accord sur le standard le plus approprié, mais aussi sur l’architecture définitive afin de garantir l’interopérabilité dans différents appareils ; b. ils doivent également se mettre d’accord sur la manière de se partager le gâteau et sur les prix à facturer au consommateur ; c. les commerçants devront être équipés de nouveaux terminaux ; d. les téléphones NFC sont encore peu nombreux ; e. les consommateurs ne changeront que de manière progressive leurs téléphones pour s’en procurer des nouveaux dotés de la technologie NFC. En Belgique, ce point est d’ailleurs le plus critique, celui qui ralentira le plus le processus, car le turnover des téléphones est assez lent, à l’inverse d’autres pays comme la France et l’Italie où les opérateurs offrent quasiment les portables à leurs abonnés, et ce grâce aux offres liées qui sont interdites sur notre territoire ; Pour palier à ces problèmes, et afin de perdre le moins de temps possible, les banques proposeront très bientôt des cartes à puce sans contact à leurs clients. De nombreux pilotes sont actuellement en cours, et Visa a déjà équipé quelques-uns de ses clients suisses de sa carte sans contact Visa PayWare. La nouvelle carte permet aux clients de régler en une seconde leurs achats allant jusqu’à 60 €. Pour les montants supérieurs, le client devra insérer sa carte dans le terminal de paiement et encoder son code secret. En automne 2008, c’est en Angleterre que Visa PayWare fera son apparition. Aux Etats-Unis, 37
  38. 38. il est déjà devenu courant de payer avec ces cartes sans contact, les américains sont d’ailleurs les pionniers en la matière. Aujourd’hui, les solutions « sans contact » sont toutefois déjà très répandues dans le monde, principalement pour du contrôle d’accès ou de la billettique. Les cartes les plus couramment utilisées s’appuient sur la technologie Mifare de la société NXP (fondée par Philips), alors qu’en Asie c’est la technologie FeliCa de Sony qui est la plus répandue. En Europe, la technologie Calypso est également très utilisée, elle a d’ailleurs été choisie par de nombreux transporteurs, notamment pour équiper le Passe Navigo6 en France et les cartes MoBIB de la STIB ici en Belgique. C’est également la solution Calypso qui a été choisie pour le projet UBIGO (voir point 5.4.2). L’avantage pour la NFC réside dans le fait que les lecteurs de ces cartes, toutes applications confondues, seront en mesure de lire les téléphones dotés de la technologie. Une fois qu’ils seront commercialisés, ces appareils auront donc le privilège de pouvoir bénéficier d’une infrastructure déjà existante. Les cartes sans contact constitueront sans aucun doute une première étape dans l’acceptation de la NFC de la part du consommateur. En effet, les cartes sans contact étant familières aux cartes actuelles, elles le rassureront tout en l’initiant au sans contact. A en croire les premières expérimentations, les cartes sans contact qui seront prochainement émises par les organismes fonctionneront donc soit sans contact soit avec contact physique : une seule carte, deux solutions de paiement. Le sans contact sera autorisé pour les paiements de faible montant (6O € pour la carte Visa PayWare) et sans l’insertion d’un code secret. Pour les montants supérieurs à 60 €, le contact physique sera obligatoire, tout comme l’insertion d’un code secret. L’adoption du sans contact se fera donc progressivement. 6 Nom de la carte à puce sans contact contenant les titres de transport utilisables en Île- de-France pour l'accès aux réseaux RATP, SNCF et Optile (Wikipedia) 38
  39. 39. Selon une étude réalisée par IDTechEX et de nombreux experts en la matière, les cartes sans contact et la NFC ont tous les deux un grand avenir. IDTechEX estime que les ventes de cartes sans contact passeront de 285 millions d’unités en 2006 à 670 millions en 2016. Innovision Research and Technology, grand concepteur d’interfaces NFC pour téléphones portables, estime que les ventes de téléphones NFC passeront de 300 millions d’unités en 2010 à 600 millions en 2015. Aux USA, 25 millions de téléphones portables devraient être utilisés pour des paiements en 2011. En France, Bouygues Telecom prévoit que tous les portables livrés à partir de 2009 seront équipés de puces sans contact, même si IDTechEX estime cela beaucoup trop optimiste. Tableau 1 - Marché global des cartes sans contact pour 2008-2018 (en millions) 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Financières 40 100 270 400 525 570 651 760 860 999 1400 ID en Chine 300 263 120 100 100 100 100 100 100 100 100 Autres ID 35 39 45 52 60 81 112 131 139 148 159 nationaux Transport 75 76 77 78 79 80 80 80 80 80 80 Accès sécurisé et 80 81 82 84 86 89 93 96 102 109 121 autre Total 530 559 594 714 850 920 1036 1167 1281 1436 1860 Source : IDTechEX 39
  40. 40. Tableau 2 - Marché global des cartes sans contact pour 2008-2018, (en millions) Tableau 3 - Nombre de téléphones équipés de NFC pour 2008-2018 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Nombre 29 105 210 300 410 550 600 600 600 600 600 (millions) Source : IDTechEX Tableau 4 - Nombre de téléphones NFC par région pour 2008-2018 (en millions) Région 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 Japon 23.20 76.65 79.80 78.00 82.00 93.50 102.00 102.00 102.00 102.00 102.00 Est de 4.35 21.00 58.80 105.00 90.20 126.50 138.00 138.00 138.00 138.00 138.00 l’Asie Amérique 0.87 4.20 35.70 57.00 114.80 154.00 168.00 168.00 168.00 168.00 168.00 du Nord Europe et 0.58 3.15 60.00 123.00 176.00 192.00 192.00 192.00 192.00 192.00 192.00 autre Total 29.00 105.00 210.00 300.00 410.00 550.00 600.00 600.00 600.00 600.00 600.00 Source : IDTechEX 40
  41. 41. V. NEAR FIELD COMMUNICATION : ANALYSE DU MARCHÉ MONDIAL 5.1 Des débuts prometteurs La Near Field Communication est certes toujours à un stade d’évaluation, mais les nombreux projets réalisés ou actuellement en cours à travers le monde, et notamment en Europe, sont jusqu’à présent un réel succès. En cofinançant le projet StoLPan7, la Commission Européenne a clairement démontré qu’elle misait sur le développement de cette technologie. L’objectif de cette initiative étant de définir les cadres techniques et commerciaux pour les services mobiles NFC de demain. Dans cette optique, c’est un réel consortium paneuropéen qui s’est formé, regroupant des sociétés, des universités et des groupements d’utilisateurs du monde entier, qui travailleront tous dans la même direction et dans un même but, qui est d’accélérer le développement de la technologie et des services associés. Initié en juillet 2006, ce projet durera trois ans et représente un budget total de 9 millions d’Euros (dont 4,9 financés par l’Union Européenne). 5.1.1 Lille Métropole Ubiquitaire C’est une des initiatives les plus importantes d’Europe qui se déroule à Lille depuis janvier 2008. Une rue commerçante et une galerie marchande de la ville française ont été munies des technologies WiFi et RFID afin de tester à petite échelle le 7 Store Logistics and Paiement with NFC 41
  42. 42. déploiement du paiement mobile. Ce projet est soutenu par le Pôle de Compétitivité Industries du Commerce et, côté respect de la vie privée, il est suivi par la CNIL8. Plusieurs usagers pilotes, préalablement équipés de téléphones mobiles NFC, peuvent donc pour l’instant réserver leur place de cinéma après avoir consulté le programme, être guidés en magasin vers les articles qu'ils auront auparavant sélectionnés sur Internet, visualiser les offres promotionnelles des commerçants du coin, régler leurs achats ou télécharger la musique du chanteur apparaissant sur une affiche de spectacle. Le projet est jusqu’à présent un réel succès et il est fort probable que les différents scénarii actuellement testés seront des actions courantes de notre vie quotidienne dans quelques années. Le commerce de demain est en marche … 5.1.2 « Payez Mobile » Il s’agit d’une initiative lancée par six grandes banques (BNP Paribas, Crédit Mutuel-CIC, Crédit Agricole et LCL, Société Générale, La Banque Postale et le Groupe Caisse d'Epargne), les trois opérateurs mobiles français (Orange, SFR, Bouygues Telecom) et l'opérateur virtuel NRJ Mobile pour tester le paiement sans contact depuis un téléphone portable. Ce projet se déroule dans les villes françaises de Caen et de Strasbourg et est soutenu par deux grands noms du secteur bancaire, à savoir Visa Europe et MasterCard Worldwide. 8 Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés 42
  43. 43. 5.1.3 Autres initiatives En Allemagne, un projet pilote de e-ticketing a été lancé le 29 février 2008 par la Deutsche Bahn AG, la compagnie ferroviaire allemande. Ce projet, soutenu par Vodafone Germany, est basé sur la technologie NFC et vise à simplifier les déplacements des voyageurs en leur permettant d’acheter, stocker et utiliser des titres de transport électroniques avec leur téléphone portable. Si tout se passe pour le mieux, le service devrait officiellement être lancé en 2010. Aux Pays-Bas, durant la saison footballistique 2005-2006, certains supporters du club de Roda ont pu accéder au stade ParkStad Limburg en utilisant un téléphone NFC. Ils pouvaient également effectuer des achats dans les points de restauration et dans les boutiques de supporters. Toujours aux Pays-Bas, une centaine d’habitants de la petite ville de Molenaarsgraaf (près de Rotterdam), clients chez Rabobank, peuvent depuis décembre 2007 payer leurs achats au moyen de leur téléphone portable. Le projet est issu d’une collaboration entre le distributeur C1000 et LogicaCMG9. De nombreux autres projets ont également lieu aux quatre coins du monde, notamment en Finlande, en Angleterre, en Irlande, en Corée, en Chine, à Taiwan, au Canada, aux Etats-Unis, ... 9 Entreprise européenne spécialisée dans le conseil, l'intégration de systèmes et l'externalisation 43
  44. 44. 5.2 Des marchés avancés : le Japon et les Etats-Unis Au Japon, les services NFC connaissent déjà un succès de masse et les premiers déploiements commerciaux ont vu le jour en 2001. Au pays du soleil levant, les puces FeliCa de Sony équipent la majorité des nouveaux téléphones mobiles de l'opérateur numéro un du marché au Japon, NTT DoCoMo. Les deux services phares sont : - EDY, le premier porte-monnaie électronique lancé en 2002. Le 19 mai, le nombre de cartes Edy dépassait le seuil des 40 millions. Un chiffre qui comprend les deux supports, à savoir la carte plastique et le mobile ; - SUICA, la première carte de transport sans contact, lancée en 2001 par la compagnie ferroviaire JR East et transposée sur les mobiles en janvier 2006. A la date du 9 avril 2008, le nombre d’inscrits au service Mobile Suica atteignait le seuil du million. Afin de contrer le grand succès que rencontre la société NTT DoCoMo, les concurrents KDDI et Vodafone se sont ralliés à un consortium de compagnies de cartes de crédit, mené par la société de crédit JCB, leader du marché, pour développer et promouvoir un porte monnaie électronique nommé « Quick Pay », s’appuyant également sur la puce sans contact FeliCa. Aux Etats-Unis, Visa et MasterCard ont tous deux mis sur le marché des cartes sans contact, avec un réseau qui s’étend progressivement. Selon les deux entités, les cartes sans contact permettent de réduire de façon considérable le temps de transaction. A la différence du Japon, où les citoyens ont immédiatement pu payer avec leur téléphone, les sociétés américaines ont donc d’abord préféré mettre à la disposition des usagers des cartes sans contact avant d’initier, depuis environ un an, des pilotes mobiles. 44
  45. 45. Plusieurs raisons expliquent le grand succès de la NFC au Japon. Tout d’abord, comme on le sait, les habitants de ce pays sont des fervents adeptes des nouvelles technologies. L’adoption a donc été rendue plus facile. Une raison culturelle donc, mais ce n’est pas tout. Au Japon, la société Docomo a lancé la technologie tout en permettant aux magasins de l’utiliser. Cette société possède la chaîne de A à Z, ce qui a fortement facilité le lancement de la NFC. C’est donc un marché totalement différent, beaucoup plus intégré que sur notre continent. Le I-Mode10, lancé par Docomo, en est la preuve. Au Japon, l’environnement est quasi propriétaire et tout est donc intégré. Pour bien comprendre ce concept, l’exemple le plus concret est celui des logiciels et périphériques ne fonctionnant que sur un Mac. De plus, la pénétration d’Internet est moins importante qu’en Europe et les opérateurs mobiles ont donc plus d’opportunités. Avec un téléphone portable, les Japonais peuvent faire tout ce que nous pouvons faire ici avec un ordinateur. Ils n’ont donc pas besoin d’une connexion Internet physique et d’un PC pour sortir des mails ou pour naviguer sur la toile. Au Japon, le nombre d’habitants au Km² est tellement élevé que les files d’attente sont souvent très longues, beaucoup plus que dans les grandes villes européennes. La NFC permettant d’accélérer le temps de la transaction, cela favorise la rapidité aux caisses. Enfin, une autre raison pouvant expliquer le succès de la NFC au Japon est que la société de chemin de fer JR East11 a muni tous ses passagers du ticket SUICA (voir plus haut), basé sur la technologie FeliCa de Sony. De nombreux Japonais se déplaçant en train, cette carte sans contact a donc rapidement touché une grande partie de la population qui a immédiatement pu constater les bienfaits de cette nouvelle solution, facilitant sa dématérialisation dans le téléphone portable. 10 Appellation commerciale d'un ensemble de services et de protocoles permettant de connecter des téléphones portables à Internet (Wikipedia) 11 Japan Railways East 45
  46. 46. 5.3 La situation en Europe En Europe, le déploiement de la technologie Near Field Communication et du sans contact est beaucoup plus lent. Plusieurs raisons peuvent expliquer cette lenteur. Tout d’abord, les Européens sont souvent beaucoup plus réticents face aux nouvelles technologies que les Japonais. De plus, le marché européen est sans doute plus conservateur que les marchés asiatiques et américains, et le taux élevé de fraudes enregistré ces dernières années n’a sans doute rien arrangé. Enfin, nous travaillons beaucoup moins de manière intégrée et beaucoup plus avec des standards, ce qui a pour conséquence que les différents intervenants parviennent difficilement à se mettre d’accord sur l’architecture qui sera déployée dans les appareils mobiles, mais aussi et surtout sur la manière de partager le gâteau. L’intérêt pour la NFC est néanmoins évident, les gros investissements et les nombreux projets en cours en sont la preuve. 5.4 La situation en Belgique Bien que la Near Field Communication intéresse la plupart des intervenants dans notre Royaume, nous devrons patienter bien plus longtemps que nos homologues européens pour jouir des nouvelles fonctionnalités que permet cette technologie. Une des explications est la suivante : ici en Belgique, à l’inverse de pays comme la France, l’Italie, l’Allemagne, l’Angleterre, et de bien d’autres, la loi interdit les ventes liées. Ces ventes permettent à un consommateur de se procurer un téléphone pour seulement quelques Euros moyennant une souscription de minimum douze mois à un abonnement chez l’opérateur. Cette stratégie commerciale permet d’accélérer de façon considérable le turnover des téléphones et donc de rapidement équiper les clients de téléphones NFC. En Belgique, ce turnover est donc beaucoup plus lent : selon Mobistar (chiffres officieux), les gens changent en moyenne de portable tous les 24 mois. Il est donc évident que la NFC prendra plus de temps pour être adoptée en Belgique, sans compter que tous les nouveaux téléphones ne seront pas toujours munis de la technologie Near Field 46
  47. 47. Communication. En attendant, de leur côté, les opérateurs mobiles belges semblent s’intéresser d’assez loin à cette technologie. Tout comme les autres acteurs, ils se contentent de suivre les différents projets, sans toutefois y prendre part. Une autre raison peut expliquer cette passivité des différents intervenants belges : nous sommes un petit pays, les chiffres d’affaires des sociétés sont donc moins importants que chez nos voisins. Or, participer à des projets impliquerait des investissements conséquents qui ne seraient en aucun cas justifiés puisque, notamment dans le cas des opérateurs mobiles, des maisons mères comme KPN et Orange et des partenaires comme Vodafone y réfléchissent pour eux. Alors pourquoi ne pas compter sur les départements R&D de ces sociétés, certainement plus en mesure de financer les recherches et développements ? Lorsque la technologie NFC sera réellement au point, les sociétés belges pourront alors bénéficier des années d’expertises de leurs partenaires pour proposer les meilleurs services possibles à leur clientèle. 5.4.1 m-Banxafe Bien qu’elles soient assez passives vis-à-vis de la technologie NFC, les sociétés belges n’en demeurent pas moins actives dans le domaine du paiement mobile, bien au contraire. Depuis le 15 mai 2007, les trois plus grands opérateurs belges, à savoir Proximus, Mobistar et BASE, avec la collaboration des banques, proposent un nouveau service à leurs clients, moyennant le remplacement (gratuit) de leur carte SIM. Il s’agit du service m-Banxafe, unique au monde et récemment imité par l’opérateur virtuel italien Poste Italiane, dont l’objectif est cependant de passer au NFC dès l’année 2009. Peut-être ne connaissez-vous pas m-Banxafe ? Ce service vous permet d’effectuer un paiement simplement en envoyant un SMS. L’application la plus répandue actuellement est la recharge à distance de votre crédit d’appel, après avoir préalablement souscrit une demande d’activation à ce service auprès de votre 47
  48. 48. banque. Mais la solution m-Banxafe vise plus particulièrement les nombreux commerçants qui ne disposent pas de terminaux de paiement et qui opèrent sur terrain (les taxis, les livreurs à domicile, les marchands ambulants, les baby-sitters, etc.). Il vous permet également de contrôler votre compte, de consulter vos dernières transactions à distance. Banksys, via son actionnaire ATOS Worldline, mise énormément sur cette solution et envisage même de le déployer dans d’autres pays européens. Selon l'opérateur de transfert de fonds électronique, 90% des cartes SIM en circulation seront compatibles avec l’application m-Banxafe d’ici 2014 en Belgique. Toujours selon Banksys, 64% des consommateurs belges aimeraient pouvoir payer avec leur GSM, autant dire que cette solution est donc promise à un bel avenir. Les avantages d’un tel service sont nombreux : - Pour pouvoir utiliser ce service, le consommateur ne doit pas changer son téléphone portable mais simplement sa carte SIM, ce que les opérateurs proposent de faire gratuitement ; - Le paiement est sécurisé ; - Avec votre GSM, vous avez toujours de l’argent sur vous ; - La solution ne requiert aucune infrastructure particulière chez le commerçant qui doit simplement s’inscrire (gratuitement) au service Pay2Me afin de pouvoir recevoir des paiements sur son téléphone. 48
  49. 49. Le paiement via m-Banxafe a néanmoins deux inconvénients majeurs selon moi: - L’utilisation de cette fonction coûte 0,25 € par transaction pour le client et 0,49€ pour le commerçant, à l’exception du rechargement de crédit d’appel qui est lui totalement gratuit ; - Tout ne se fait pas instantanément puisque le commerçant doit amorcer le paiement (minimum 6 €). Le client doit attendre de recevoir un SMS avant de confirmer la transaction avec un code A l’heure actuelle, les commerçants proposant ce type de paiement sont toutefois encore assez rares, ce qui ne facilite pas la pénétration de cette solution de paiement. Pour ma part, je suis entièrement convaincu que la solution m-Banxafe et la technologie NFC seront totalement complémentaires lorsqu’elles seront toutes les deux présentes sur le marché belge. En effet, s’il dispose d’un porte-monnaie électronique dans son téléphone, l’utilisateur sera en mesure de recharger son compte via m-Banxafe et de payer en utilisant la fonctionnalité NFC de son portable. Il pourra également acheter un ticket électronique à distance, le stocker dans son téléphone et l’utiliser par l’intermédiaire de la fonctionnalité NFC. C’est sans aucun doute ce vers quoi on tend, Banksys a d’ailleurs souligné que la solution m-Banxafe se voulait évolutive, probablement dans ce sens. 49
  50. 50. 5.4.2 UBIGO 5.4.2.1 Un ticket pour toutes les sociétés de transport Outre les opérateurs mobiles et les banques, les sociétés de transport public sont elles aussi très actives dans le domaine du sans contact. C’est ainsi que de nombreux tests sont actuellement en cours au sein des quatre sociétés de transport public belges, à savoir la SNCB (comprenant SNCB Voyageurs et SNCB Holding), le TEC, DE LIJN et la STIB, et ce dans le but de s’associer en mettant à la disposition du voyageur un titre de transport commun valable sur chacun des réseaux afin de pouvoir faciliter le passage d'un réseau à l'autre, ce qui n’est actuellement pas le cas. Ce titre de transport se présentera sous la forme d’une carte à puce sans contact. Pour gérer cette coalition, une nouvelle société a vu le jour : UbiGO, qui a comme slogan « 1 ticket, 4 all public transport ». Chacune des sociétés de transport détiendra 20% des parts de cette société unique, plus 20% détenus par Holding SNCB. Ubigo se chargera uniquement du contrôle de la conformité aux normes (afin de garantir l'interopérabilité) et de certains aspects tels que le porte-monnaie électronique, alors que le développement de la carte à puce sera lui confié à Syntigo, la filiale IT de Holding SNCB, pour le compte de la SNCB. Cette carte unique, qui devrait officiellement voir le jour en 2010 (probablement 2012 pour le TEC pour qui différents problèmes se posent, par exemple au niveau des tarifications par zone) aura notamment pour conséquence d’engendrer une uniformisation des tarifs et des conditions, ce dont ne se plaindront pas les voyageurs. 50
  51. 51. 5.4.2.2 Une aubaine pour la technologie NFC Ici encore, les téléphones portables équipés de la technologie NFC pourront apporter une réelle valeur ajoutée aux différentes sociétés de transport public. L’infrastructure qui sera mise en place pour la lecture des cartes sans contact UBIGO sera un premier pas vers l’utilisation du GSM comme ticket de transport puisque les lecteurs seront également capables de lire les puces des téléphones. Pour les sociétés de transport, le premier avantage du NFC est bien sûr lié à la dématérialisation de la carte, dont le coût de production est d’environ 2€ : le téléphone permettra de totalement dématérialiser le titre de transport et donc de faire une économie non négligeable. De plus, le téléphone permettra une interaction avec le voyageur, par exemple pour l’avertir qu’il doit recharger sa carte, ce qu’il pourra d’ailleurs faire à distance si son téléphone est relié à un compte bancaire, via m-Banxafe. 51
  52. 52. VI. LES PROCHAINES ÉTAPES AVANT LES PREMIÈRES OFFRES Avec les « on dit », il est bien sûr difficile de définir avec précision de quoi sera fait demain, il n’est donc pas évident de prédire quand et pour quels services nous pourrons utiliser la technologie NFC. Il y a actuellement de nombreux projets pilotes (voir point 5.1) qui sont certes une grande réussite, mais le déploiement à grande échelle sera-t-il aussi positif ? Après la phase d’expérimentation, il sera nécessaire que chacun des intervenants réfléchisse à sa propre stratégie tout en travaillant dans la même direction que les partenaires initiaux. Ils se sont unis pour les tests mais ils retrouveront ensuite leur liberté et la question que l’on peut se poser est : seront-ils toujours sur la même longueur d’onde ? Avant que les premières offres ne soient lancées, il faudra également équiper les clients en portables NFC, ce qui se fera facilement dans des pays comme la France, l’Italie, l’Angleterre, mais moins aisément dans un pays comme la Belgique comme je l’ai précédemment expliqué. Il sera aussi nécessaire d’équiper les commerçants en nouveaux terminaux. Selon une étude publiée par ABI Research, 30 à 50% des téléphones portables commercialisés d’ici 2012 seront en mesure de communiquer en champ proche. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue lors du salon « Cartes & Identification 2007 », des experts ont eux annoncé que dans les quatre prochaines années, entre 200 millions et 500 millions de téléphones dans le monde seront équipés de puces NFC. Les premières offres commerciales de paiement mobile sans contact par NFC devraient voir le jour début 2009, notamment en France (Nice et Bordeaux). En Belgique, nous devrons très certainement patienter plusieurs années, les premières indiscrétions parlant de 2014-2015 pour le paiement mobile via NFC. 52
  53. 53. VII. LES APPLICATIONS DE LA NFC 7.1 Applications B2C 7.1.1 Quatre grandes catégories - Applications « Touch & Go » : il s’agit d’applications ne nécessitant pas un niveau de sécurité élevé, ou ne nécessitant pas du tout de sécurité. L’utilisateur doit seulement toucher un lecteur avec son téléphone NFC stockant un billet électronique (application de billetterie) ou un code d’accès électronique (application de contrôle d’accès) ; - Applications « Touch & Confirm » : ne sont reprises dans cette catégorie que les applications nécessitant une confirmation de la part de l’utilisateur, en gage de sécurité. L’utilisateur doit confirmer l’interaction en entrant un code ou en validant tout simplement la transaction en appuyant sur la touche « confirmation » de son portable (application de paiement mobile) ; - Applications « Touch & Connect » : il s’agit de la possibilité d’échange d’informations (Peer-to-Peer, P2P) que permet la NFC, au même titre que les connexions de type Bluetooth ou Infrarouge, à la différence que le débit de transmission ne peut atteindre dans le cas de la NFC que 424 kbits par seconde. Ces applications permettent donc de relier deux dispositifs compatibles NFC pour le transfert P2P de données comme de la musique, des images ou la synchronisation de carnets d’adresses ; - Applications « Touch & Explore » : sont reprises ici les applications permettant à l’utilisateur d’interagir avec l’environnement qui l’entoure. En passant son téléphone devant un tag ou un lecteur, différentes options ou services lui sont offerts. 53
  54. 54. 7.1.2 Les différentes applications possibles Comme je l’ai déjà dit, les applications que permet la technologie NFC sont sans aucun doute illimitées. Néanmoins, plusieurs d’entre-elles prédominent au Japon et dans les différentes expérimentations actuellement en cours dans le monde. Elles ont en tout cas toutes un objectif commun : simplifier la vie des usagers en leur permettant de transformer leur téléphone portable en un outil à tout faire. 7.1.2.1 m-Paiement Il s’agit de l’application qui sera la plus couramment utilisée à l’avenir et qui permettra de dématérialiser toutes les cartes bancaires que vous possédez actuellement dans votre portefeuille. A la différence des autres applications NFC, elle ne fonctionnera qu’en mode « Battery On », d’abord pour une question de sécurité (insertion du code), ensuite pour permettre à l’utilisateur de sélectionner la carte qu’il souhaite utiliser. Figure 13 – Terminal de paiement mobile NFC 54
  55. 55. Figure 14 - paiement mobile NFC à un distributeur 7.1.2.2 Transport - Ticketing Grâce à cette application, l’usager pourra stocker tous ses tickets d’entrée et d’accès (transport, cinéma, concert, sportif, parking, …) dans son portable après les avoir téléchargés sur Internet, achetés via m-Banxafe ou directement à une borne. Figure 15 - Ticket de parking (www.nfc-forum.com) Figure 16 – Transport Figure 17 - Transport 55

×