Presentation presse pass nuit

13 views

Published on

Réalisé avec la CSCAD

Published in: Business
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
13
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
0
Actions
Shares
0
Downloads
0
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Presentation presse pass nuit

  1. 1. 1 PARIS PRESENTE SON PASSE NUIT DOSSIER DE PRESSE Contact presse Emilie Banaszuk - 01 42 76 49 61 service.presse@paris.fr Novembre 2008
  2. 2. 2 Le Passe Nuit Un plan guide et un site Internet sur la vie nocturne à Paris La Ville de Paris, en collaboration avec la Chambre Syndicale des Cabarets Artistiques et Discothèques - la représentation professionnelle, qui rassemble le plus d’établissements nocturnes parisiens - présente le projet de « Passe Nuit », véritable outil d’information sur la vie nocturne à Paris. Ce Passe Nuit consiste en un plan guide et un site Internet, qui seront lancés en mai 2009. - Le plan guide sera disponible dans les lieux artistiques, musicaux et festifs de la nuit, mais également dans les points d’accueil de l’office de tourisme de Paris, dans les gares, les auberges de jeunesse, etc. - Le site Internet sera le premier site, qui recensera l’offre la plus diversifiée en terme de lieux festifs, de genres artistiques et musicaux ou encore d’agenda, pour le plus grand nombre. Dans un souci de valoriser la richesse et la diversité de la nuit artistique musicale et festive de Paris, qui souffre aujourd’hui d’un manque chronique de supports bilingues d’information et de promotion à destination des touristes, ce « Passe Nuit » s’adresse tout particulièrement : - aux 30 millions de touristes de Paris, qui, au-delà du patrimoine et du shopping désirent découvrir la nuit parisienne et des lieux de rencontre des Parisiens, - mais aussi aux Parisiens, qui manquent d’informations sur la nuit artistique, musicale et festive de leur propre ville. www.parisnightlife.fr : le premier site d’informations pour tous Le site Internet www.parisnightlife.fr donnera accès, en version française et anglaise, à l’agenda artistique, musical et festif précis et actualisé de la nuit parisienne. La navigation dans le site sera fluide grâce à un moteur de recherche multicritères : dates, heures, arrondissements, typologie de musiques et des publics. Les établissements seront présentés à l’aide de fiches qu’ils pourront eux-mêmes actualiser, grâce à un code d’accès personnalisé. Ils signeront une charte déontologique pour s’engager à communiquer des informations exactes et précises. Une interface avec géolocalisation pour les téléphones mobiles sera développée. Un plan guide Doté d’une version française et anglaise, ce plan guide sera diffusé à 200.000 exemplaires et actualisé tous les ans. Il présentera : - au recto : une cartographie des quartiers et des lieux artistiques, musicaux et festifs de la nuit parisienne ; - au verso : des informations pratiques sur les transports nocturnes, les codes de la nuit parisienne, les services publics, les numéros d’urgence ainsi qu’un agenda hebdomadaire intemporel, qui donnera des informations sur les soirées hebdomadaires récurrentes.
  3. 3. 3 Les autres actions de la Ville de Paris en faveur de la nuit L’information des publics, la conciliation des temps de vie et de la limitation des conflits d’usages Le Bureau des Temps de la Ville de Paris contribue à informer les publics sur la nuit, à créer des services pour faciliter la conciliation entre vies personnelle et professionnelle des actifs de nuit et à limiter les conflits d’usages entre la ville qui travaille, celle qui s’amuse et celle qui dort. L’étude sur « les emplois la nuit » et l’amélioration de l’offre de transports nocturnes En 2005-06, le Bureau des Temps et la Délégation au Tourisme de Paris ont réalisé une étude montrant que : - 15% des actifs à Paris travaillent à l’intérieur de la fourchette « minuit – 6h », - 45% des actifs travaillent régulièrement au-delà de 20h. Grâce notamment à cette étude, la Ville de Paris a trouvé des arguments de poids permettant le renforcement par le STIF de l’offre des « Noctiliens » depuis septembre 2005, et le prolongement d’une heure du métro les vendredis soirs, samedis soirs et veilles de fêtes depuis décembre 2006. Les besoins de mobilité la nuit ont été confirmés par la mise en place de Vélib’, transport nocturne très utilisé (45.000 trajets par mois entre 1h et 2h). Des crèches ouvertes en soirée Un partenariat avec l'Assistance publique de Paris, permet depuis 2004, d'ouvrir des places de crèches hospitalières, ouvertes la semaine et le week-end jusqu’à 22h00. L’ouverture tardive des équipements culturels et sportifs municipaux Afin de répondre à la demande des Parisiens pour l’ouverture tardive des équipements culturels et sportifs, la Ville de Paris a systématisé l’élargissement des plages d’ouverture des piscines aux individuels, au moins une fois par semaine jusqu’à 22h. Les piscines Joséphine Baker et Pailleron sont ouvertes en été jusqu’à 22h ou minuit selon les soirs. Par ailleurs, des nocturnes ont été mises en place au Petit Palais et au Musée d’Art Moderne. La charte des lieux musicaux Le Ville de Paris a signé en 2004 avec la Région Ile-de-France, la Sacem et les représentants des lieux musicaux de proximité la Charte des Lieux Musicaux, afin d’engager une médiation pour réduire les conflits de voisinage entre lieux musicaux et riverains. Un plan de lutte contre le bruit a aussi été voté par le Conseil de Paris en 2006.
  4. 4. 4 Les correspondants de nuit Prévention, médiation dans les conflits de voisinage, signalement de problèmes de voirie… telles sont les missions de ces correspondants dans les quartiers sensibles. Ils sont aujourd’hui présents de 16h à minuit, 365 jours par an, dans 6 arrondissements : - 12ème (Gare de Lyon–Frenay/Erard/Rozanoff), - 13ème (Olympiades/Souham/Baudricourt), - 14ème (Pernety/ Garenne), - 18ème (Château-Rouge/Goutte d’Or), - 19ème (Bas-Belleville), - 20ème (St-Blaise). Les mesures d’accompagnement de l’interdiction de fumer dans les lieux collectifs Afin de limiter les nuisances sonores pour les riverains des cafés, bars, restaurants, discothèques et lieux de nuit, depuis l’entrée en vigueur de l’interdiction de fumer au 1er janvier 2008, le Bureau des Temps a réalisé une vaste campagne de sensibilisation des fumeurs, auxquels ont participé 1200 établissements. Cette communication (affiches, cartes postales, messages sur les supports d’information municipaux) a été organisée en partenariat avec les syndicats professionnels, la Préfecture de Police et les organismes de santé. Pour préserver la propreté de l’espace public, le Conseil de Paris a exonéré de droits de voirie tous les établissements souhaitant poser des cendriers sur leurs trottoirs. Les chartes locales des usages de la rue Afin de limiter les conflits d’usage entre la ville qui travaille, la ville qui s’amuse et la ville qui dort, le Bureau des Temps a créé un guide méthodologique pour l’élaboration de « chartes locales des usages de la rue ». Il permet aux mairies d’arrondissements de construire avec les acteurs concernés des solutions durables, qui font l’objet d’une évaluation annuellement. Bientôt un espace concernant la nuit sur le site web municipal www.paris.fr Afin de répondre aux questions très diverses sur la nuit, le site Internet de la Ville de Paris intégrera prochainement un espace réservé à la nuit, avec des informations sur les services publics de nuit, l’urgence (santé, sécurité, etc.), les transports nocturnes, avec un lien vers www.parisnightlife.fr pour l’agenda de la nuit artistique, musicale et festive.
  5. 5. 5 Les autres actions de la Ville de Paris en faveur de la nuit L’observatoire et la charte des lieux de vie et de diffusion musicale Le travail accompli dans la précédente mandature Créés respectivement en 2002 et 2004, la mise en place de l’observatoire des lieux de vie et de diffusion musicale, présidé par Christophe Girard, adjoint au maire de Paris chargé de la culture, et la rédaction de la « Charte des lieux musicaux de proximité », a pour objectif d’améliorer les relations entre les lieux de diffusion musicale, les riverains, les arrondissements et la Préfecture de Police. Instance de concertation, les travaux de l’observatoire ont permis de limiter le nombre de fermetures administratives et de sensibiliser l’ensemble des intervenants aux problématiques spécifiques des établissements musicaux, notamment des lieux ouverts en soirée ou de nuit. Les projets pour cette nouvelle mandature La Ville de Paris entend poursuivre et renforcer l’action de l’observatoire pour cette nouvelle mandature, en adoptant un rythme de réunion semestriel, dont la prochaine réunion est fixée au mardi 9 décembre 2008. Seront abordés lors de ce prochain rendez-vous : - les questions sur les autorisations d’exploitation de nuit ; - le lancement d’un groupe de travail pour limiter l’affichage sauvage, tout en permettant aux lieux d’assurer la promotion de leur programmation ; - la présentation du rapport d’étape de l’étude sur les musiques actuelles à Paris ; - une information sur l’ouverture en février 2009 des Trois Baudets, espace dédié à la chanson francophone, et à l’automne 2010 la Gaîté Lyrique, centre dédié aux musiques actuelles et arts numériques.
  6. 6. 6 Pourquoi la Ville de Paris se mobilise en faveur de la vie nocturne La nuit a toujours constitué un élément central de la vitalité socioculturelle, artistique, économique et touristique de Paris à plusieurs égards : Elle favorise la sociabilité entre les gens en relativisant les barrières et les conventions sociales. Par ailleurs, elle répond au besoin de se détendre, de s’amuser, de faire la fête, de décompresser du stress imposé par la vie moderne. Elle alimente la création culturelle en permettant au public de découvrir de nouveaux talents artistiques. Elle génère toute une économie et ainsi de nombreux emplois, évalués à 45% des actifs à Paris (entre 20h et 6h), qui ne se limitent pas à la nuit festive, mais qui touchent au monde des transports, de la logistique, de la santé, de la sécurité, du gardiennage, du nettoyage, etc. Elle contribue à l’attractivité touristique et participe au rayonnement international de Paris, première destination mondiale avec 30 millions de visiteurs par an. Au-delà de la découverte du patrimoine et de la pratique du shopping, une de leurs motivations premières est de rencontrer les Parisiens dans un contexte festif. Mais la nuit a toujours rencontré des difficultés : La nuit suscite parfois la méfiance car elle permet à une certaine convivialité, libérée des codes, de s’exprimer. Pour certains, la nuit ne représente pas un sujet « sérieux ». Les mêmes personnes peuvent parfois rechercher la fête et l’amusement, et à d’autres moments le calme et le repos dans le même quartier. Ces mêmes personnes, qui aiment sortir la nuit à Paris, peuvent s’amuser autrement, en organisant des fêtes chez eux par exemple, ce qui ne contribue pas à l’économie nocturne de la ville. La nuit met ainsi en lumière les comportements contradictoires des citadins que nous sommes. Les règlementations de toutes natures – sécurité (issues de secours, incendie), sociabilité (lutte contre le bruit, relations de voisinage), santé (lutte contre le tabagisme, l’alcoolisme, les produits illicites) – pèsent sur les gérants, les personnels et les artistes des lieux nocturnes, dont la gestion s’est considérablement alourdie. La nuit festive manque de supports d’information ou de promotion destinés à tous les publics, et en particulier aux touristes, qui sont moins informés sur les codes, les rites, les tribus, les modes de transport spécifiques liés à la nuit parisienne, et qui donc ont des difficultés à savoir où, quand, comment sortir à Paris. Depuis 2001, la Ville de Paris s’est mobilisée dans tous les domaines de ses compétences en faveur de la vie nocturne : diagnostics, études, médiation, conciliation, ouverture de nouveaux services, adaptation à la demande des Parisiens et des touristes dans le respect des personnels, information des publics, promotion des initiatives. Pour cette nouvelle mandature, elle souhaite aller plus loin, notamment grâce au « Passe Nuit », destiné à renforcer la promotion touristique de la nuit artistique, musicale et festive de la capitale.
  7. 7. 7 Présentation de la Chambre Syndicale des Cabarets Artistiques et Discothèques (CSCAD) La CSCAD regroupe plus de 365 adhérents sur Paris, majoritairement dans le secteur de la musique de la danse du spectacle, et des musiques d’ambiance ; tous, relevant d’esthétiques musicales variées. Ce kaléidoscope offre à la CSCAD une vision globale de la profession et permet la défense des intérêts artistiques, économiques et commerciaux. C’est pourquoi la volonté de la CSCAD est de mettre son énergie au service d’une cohésion globale de tous les lieux - réunir et diffuser toutes informations et toute documentation en menant toute action permettant et facilitant l’exercice de la profession - notamment dans le secteur festif mettre en lumière tous les lieux, toute la nuit, à condition de savoir où. L’objectif de la CSCAD est de renforcer sa visibilité institutionnelle à l’égard de l’ensemble des partenaires publics et privés du monde de la nuit, et de présenter le monde de la nuit comme un univers culturel, artistique et touristique en développant l’information. La nuit parisienne est l’une des plus importantes d’Europe par le dynamisme qu’elle développe en terme de créativité et en qualité de prestation. La diversité des lieux, des typologies de clientèle, du foisonnement des programmations rend difficile pour les touristes la compréhension de ce qui se passe à Paris où et quand. La CSCAD souhaite mettre en place un document unique sous forme de cartographie du monde de la nuit et rendre ainsi plus visible et compréhensible tous ces lieux grands et petits dans leur diversité dans leur programmations et dans leur calendrier d’événements, afin de développer la notoriété et la fréquentation des établissements de nuit auprès des touristes. Enfin, la CSCAD se donnera les moyens de développer un site web en adéquation avec le plan guide, qui deviendra ainsi la plate forme de l’information en fonction des choix, d’un calendrier, de la localisation choisie, afin de faire de Paris la capitale européenne la plus branchée et la mieux organisée. d is c o th è q u e s , lie u x d a n s a n ts 3 2 % re s ta u ra n ts , b a rs d 'a m b ia n c e , p ia n o b a rs , k a ra o k é s 2 5 % c a b a re ts , m u s ic - h a ll, d în e rs - s p e c ta c le s , c lu b s ja z z , s a lle s c o n c e rts , s c è n e s m u s iq u e s a c tu e lle s 4 3 % Contacts : Bruno BLANCKAERT, Président Rebecca LE CHUITON, Déléguée Générale 5 boulevard poissonnière. 75002 PARIS 01 44 53 05 92 - cscadrebecca@wanadoo.fr www.cscad.fr

×