Portfolio guillaume lepoix_2012

693 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
693
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
3
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Portfolio guillaume lepoix_2012

  1. 1. GUILLAUMEL E P O I XPORTFOLIO
  2. 2. PRESENTATION GENERALET ravaillant à partir de pratique comme la vidéo, le dessin et la peinture, mes recherches sont souvent orientéesautour des facteurs premiers (rapport aux éléments, àl’animalité, au paysage, etc) et de leurs interactions avec lemonde contemporain.Cette “zone de frottement” me donne l’occasiond’expérimenter et d’explorer un rapport au monde enconstante mutation. Alimenté par l’étude des dialoguespossibles entre réalité/fiction et virtuel/réel, j’abordeles notions de narration et de récit comme de véritableinterfaces avec le monde.Ce désir d’examiner les relations humaines vis-à-visd’un «état ​​ primitif» du monde, m’amène à déborderlargement du contexte des arts numériques et graphiqueset à développer mon travail sous forme de performances,d’installa­ ons et de collaborations avec les autres champs tide la recherche (ethnologie, explorations scientifiques,astronomie, sociologie, sciences naturelles etc).
  3. 3. REGIS BATONacrylique sur toile_ 130cm/75,61cm_2010 Peinture réalisée à partir d’une vidéo trouvée sur Youtube (http://www. youtube.com/watch?v=f8_0GQEFipE). C’est le côté pictural de cette vidéo de basse résolution qui m’a intéressé. Le titre correspond au tags qui permetent de trouver la vidéo sur le net sans y faire référence directement. Simplement pour rappeler son médium d’origines cette peinture un format de chassis correspond exactement au ratio du format de la vidéo.
  4. 4. Réalisé dans le cadre des journées du patrimoine de la ville de Lorient et en collaboration avec Thomas Daveluy.RESERVOIRinstallation lumineuse_Lorient_2010 Le public est invité à descendre dans l’obscurité la plus totale et à se placer au centre de la pièce. Petit à petit il s’habitue à la pénombre jusqu’au moment où l’installation se met en marche et révèle, par le déplacement de la lumière, l’architecture particulière du lieu.
  5. 5. Vue de la deuxiéme versionVIDEOPROJECTEURcordes/pierre/bois/clous_2010 Réalisé dans le cadre d’un workshop au domaine de Kerguéhennec (centre d’art contemporain en Morbihan) avec l’artiste Alexandre Estrella et les étudiants de l’EESAB. Une deuxiéme version a été réinstallée à l’école supérieure d’art de Lorient. Vue de la premiére version
  6. 6. IDOLEstructure métallique_hauteur : 3m_site des mégalithes_Locmariaquer_2011 Projet réalisé dans le cadre de l’exposition «PAYSAGES ET MEGALITHES» avec l’ Ecole européenne supérieure d’art de Bretagne. Le Centre National des Monuments Nationaux a invité les étudiants de l’ESA Lorient à proposer des installations in situ autour de la «table des marchands» à Locmariaquer. Le menhir reste pour nous une structure énigmatique. Malgré les connaissances accumulées au cours des années, les fouilles constantes et les tentatives de “décryptage” la fonction et le sens restent plutôt flous. C’est bien ce flou qui m’intéresse, cette perte du sens, l’oubli de la signification qui a eu lieu au cours des siècles alors que la structure physique, elle restait toujours en place. Elle nous impose une interrogation sourde par sa présence. Je me demande ce que penseront les hommes du futur à la vue de nos propres “idoles” occidentales érigées en ligne à la manière des menhirs de Carnac. Les pylônes électriques deviendront peut être un jour, les restes d’un culte étrange, d’une civilisation disparue (Peut-être celle de l’ère numérique car ces structures ne sont pas sans rappeler les squelettes de quelques créatures vir- tuelles ?).Aide technique (soudure) : Michel de l’EESAB
  7. 7. TOI DI BOédition couleur_Lorient/Vietnam_2011 Carnet de voyage réalisé avec Maureen GAUCHER et Guy PREVOST dans le cadre du mois du Viet Nam à Lorient en Mai 2011. «Au début de l’année 2011, deux étudiants de l’école supérieure d’art, accompagnés d’un enseignant, ont suivi une mission médicale de l’ONG L’APPEL(appel au développement pour les enfants du monde), associée au CHBS-Lorient. Portant sur le programme «Naissances et handicap au Viet Nam», cette mission s’est déroulée à Ho Chi Minh ville et dans la province de Khanh Hoa. L’objectif pour les étudiants était d’enregistrer la mémoire de cet échange professionnel, médical et culturel en réalisant un travail de dessin. Ils présentent aujourd’hui l’ouvrage né de ce projet, dans le cadre du mois de mai du Viet Nam : un carnet de voyage, édité et vendu au profit de L’APPEL.» Extrait du journal Le Télégramme, Lorient.
  8. 8. CHEVALvidéo_26sec_2010 Plus la forme mouvante s’approche de la caméra plus elle perd sa matière et sa consistance. Les sabots frôlent l’eau sans jamais la toucher, aucune éclaboussure ne peut nous assurer une vraie présence. Parallèlement les mouvements de la silhouette semblent s’accorder avec les reliefs du lieu et la perspective du point de vue. Ce qui m’intéresse ici, c’est le moment de basculement, l’animal se révele être une figure modélisée, un agencement de polygones révèlant une forme virtuelle.Aide technique (3D) : Thomas Daveluy
  9. 9. LE ROCHER DE GROIXvidéo_1min49_Ile de Groix_2010 Cette vidéo est née d’une erreur de lecture.Débarquant sur l’île de Groix je remarque sur la carte, qui nous est fournie à l’arrivée, la figure d’un étrange îlot. J’ai d’abord pensé que c’était un grand rocher remarquable par sa forme. Ce n’est qu’au bout d’un certain temps que je constate, en regardant la légende, que ce dessin est en fait un symbole correspondant à une réserve naturelle. Je ressens presque tout de suite une nostalgie de ma première impression. Je décide donc d’aller sur place avec ma caméra. Je cherche le bon positionnement en fonction de la carte dans l’axe de l’île fantasmée. De retour chez moi j’incruste mon rocher du mieux possible selon sa taille, sa forme et son orientation géographique.
  10. 10. GUILLAUME 3D (à la mer)vidéo_1min17_2011 Un personnage ayant mon apparence, en 3D (low polygon) court sur la plage. Malgré qu’il prenne la direction de l’eau, qu’il marche en s’éclaboussant, il ne peut y pénétrer. Il reste dans sa propre dimension virtuelle.Aide technique (3D) : Thomas Daveluy
  11. 11. TENTATIVE DEvidéo DV_38min_Bamako/Lorient_2010-2011 Au cours de mon séjour au Mali j’ai ressenti une étrange impression. C’était comme si je n’étais pas suffisamment présent au monde. Je ressentais cela presque comme une situation de handicap. Ainsi ce court métrage repose sur une base autobiographique, prétexte ou alibi à la réalisation d’un film sur cette notion de présence. Un personnage part à la recherche de l’esprit d’un autre, esprit qui n’est pas le sien ; dans un pays qui n’est pas le sien, dans une culture qui n’est pas la sienne. Malgré les rencontres et les personnages qu’il croise, il semble absent du monde dans lequel il évolue. Tout comme l’esprit qu’il est venu chercher, il n’est «pas tout à fait là» ; comme en décalage avec ce qui l’entoure, accentué par les clichés qui surgissent fatalement.
  12. 12. En collaboration avec Thomas Daveluy.COMPLEXE ARCHAIQUE FECONDvidéo_4min51_2012 Le feu est le premier facteur du phénomène, l’image ne devient psychiquement active que par les métaphores qui la décomposent.[...] Il semble que l’être se totalise sur l’instant de sa perte et que l’intensité de la destruction soit la preuve suprême de l’existence. Gaston Bachelard Ce complexe archaîque fécond provient du feu selon Gaston Bachelard. Il appelle cela le calorisme, ce qui correspond à la matérialisation d’une âme ou à l’anima- tion de la matière ; il est une forme de passage entre matière et vie. Il est la sourde conscience de l’assimilation matérielle de la digestion, de l’animalisation de l’inanimé. Si je veux faire glisser le virtuel dans le réel y a t-il un moyen plus radical que ce- lui des flammes ? Par le bucher de ma propre image virtuelle s’ouvre la voie des multiples interprétations.
  13. 13. SAINTES VICTOIRESimpressions sur toile_2012 Ne peignons que ce nous avons vu ou que nous pourrions voir. Paul Cézanne Une démarche comme antithèse de celle de Cézanne : parcourir les environs de la montagne Sainte Victoire sur Googleearth à la recherche des points de vue du peintre. Ce sur-monde qui se veut être la reproduction géographique exact du réel se donne à être parcouru de manière omnisciente. On contrôle et on voit tout. Malgré cela, on ne peut pas marcher et s’égarer dans ce monde virtuel ; il n’y a aucun «air libre», pas de vent, pas d’extérieur. Cézanne prenait la peinture comme alibi pour sortir de chez soi, pour se confronter au monde. Dans ces toiles-ci, il ne reste que son point de vue approximatif ainsi que les fantômes de sa peinture. Cependant, la touche est devenue le pixel ; la trace du pinceau : la compression de l’image; les aplats de couleur : des photos déformées.
  14. 14. « C’est ainsi que j’allais non tant sur la trace des motifs de Cézanne [...], mais je suivais bien plutôt mon sentiment : c’était la montagne qui m’atti- rait comme rien encore dans ma vie ne m’avait attiré. » Peter Handke, La leçon de la Sainte-VictoireJ’utilise à mon tour, le motif d’une montagne. Ici c’est une modélisationen 3D du Mont Cervin (emblème de la montagne par excellence) extraitede GoogleEarth. Une fois simplifiée, elle représente une image réalistede montagne tout autant qu’une forme modélisée polygonale affirmantclairement ces origines virtuelles. Elle devient ainsi un motif récurrent demon travail. Cela me permet ainsi de mettre en parallèle les notions deréel/virtuel et le rapport regardeur/paysage.
  15. 15. MATTERHORNpeinture sur toile_structure en métal_2012 On peut premièrement considérer cette structure comme une toile peinte sur châssis. Ce dernier est le support mais aussi la forme de l’objet représenté en peinture. En changeant de médium, la texture pixelisée de base devient touche et aplat. La matière de l’image informatique (compression, format d’enregistrement, résolution, etc) devient aussi un sujet de peinture. Dans un second temps on peut considérer cet objet comme «habitable» (la tente, la cabane) puis il devient costume voir masque. Ce n’est pas une toile que l’on accroche au mur mais une peinture que l’on porte comme un accoutrement, presque comme une tenue rituelle transformant celui que la porte en entité naturelle ; un devenir paysage. Ici l’objet virtuel se voit «matérialisé» dans le réel. Il échappe à l’espace de l’écran, du monde numérique, maîtrisé et programmé. Le voila qui s’use, se déchire, se casse et se racommode, en somme il se frotte au monde. Si il y a ici déplacement c’est bien du virtuel au réel, du paysage à l’humain et inversement.
  16. 16. GLISSEMENT DE TERRAINvidéo_10 min_2012 «L’effort de camouflage [...] c’est se fondre dans le paysage, il s’agit d’assimilation, de fusion au sens propre. Il faut atteindre une température de fusion, sans doute dans l’enthousiasme d’être là, afin de faire alliage autant qu’alliance avec le lieu.» Jean-Luc Brisson, L’affût Ici la structure devient costume, presque objet de camouflage. Un camouflage puéril qui est loin d’être invisible, mais qui affirme un désir de fusion avec le paysage. C’est bien d’un chassis et d’une toile dont il s’agit ; une peinture de paysage se déplaçant le long du littoral et par extension un paysage qui se déplace dans un autre.Aide technique : Thomas Daveluy, Laure Cotten, BarbaraFilatre, Alexandre Gouraud, Gwendal Deshaye, MarionBailly-Salin, Alexander Morel.
  17. 17. BERGvidéo_6min08_2012 Une petite montagne flottante vogue au gré du courant. Elle finit par s’échouer sur la plage comme une sorte de méduse. Elle devient objet de curiosité pour les badauds qui la photographie et par ce geste elle retrouve une partie de son identité premiére : un panorama pittoresque qui se donne à voir au touriste. De nouveau, c’est le glissement d’un objet virtuel dans le réel et par analogie d’un relief de haute altitude au niveau de la mer. La structure devient tour à tour, montagne, rocher, île, débris...Une sorte de dialogue s’établit entre les élément mer et montagne, virtuel et réel, grand et petit.
  18. 18. FOCALISATION INTERNEinstallation vidéo_projection sur platre_2012 Cette vidéo donne à voir ce qui pourrait être aperçu à travers chaque facette de la montagne vue de l’intérieur. Chaque polygone refléte en miroir l’environnement qui l’entoure, en l’occurence la plage, le ciel, les rochers. L’espace temps se trouve fragmenté à la manière cubiste, comme autant de regards possibles.Aide technique (3D) : Thomas Daveluy
  19. 19. ERMITEimpressions numérique_2012 Vue prise en fish-eye de l’intérieur de la structure durant le tournage de la vidéo «Glissement de terrain». Le porteur traine sa tente/caverne qui le protège et en même temps le pousse à l’effort. La lumière à travers la toile donne à voir une autre vision de la montagne, la peinture se réaffirme et la structure se dévoile. Ce n’est plus le pixel que l’on devine mais bien de la peinture sur son support.
  20. 20. LA CAVERNEvidéo_3Omin_2012 La caméra est au fond d’une caverne formée par les grandes marées. Je me place à son entrée que je rebouche en utilisant le sable présent sur le lieu. Aprés avoir atteint une certaine hauteur je passe de l’autre côté et cette fois- ci j’utilise le sable présent à l’intérieur pour finir de boucher l’ouverture. En m’enfermant ainsi j’essaye de ne plus simplement contempler le paysage mais bien de m’y intégrer totalement.Au fur et à mesure la caméra perd sa mise au point, les choses deviennent moins claires, le son de plus en plus étouffé. L’image de ce paysage en constant changement, finit par disparaitre dans le noir.
  21. 21. CAIRNdessins sur papier plié et collé_2012 Chaque polygone de cette montagne reflète, en dessin, le surgissement d’une idée, d’un fantasme ou d’un épisode de la conception des précédents éléments. Une sorte de journal de bord de mon travail sur ces pièces. En résulte une accumulation, un amas d’idées et d’images vécues et/ou rêvées. Les facettes de cet objet peuvent renvoyer à l’idée de la vignette propre à la bande dessinée. Un récit se crée alors avec une narration aléatoire. La forme même du support implique une appréhension du dessin différente du point de vue frontal de la page. Elle est le motif de base qui génèrent les dessins, ils en sont indissociables.
  22. 22. LES ILESimpressions photos_60/80cm_2012 RECHERCHES PHOTOGRAPHIQUES Ces photographies ont été prises depuis l’intérieur de la grotte durant la capture vidéo de «la caverne». Quand la cavité se rebouchait par l’entassement du sable, des silhouettes se dessinaient et des «îles» se formaient. Au fur et à mesure, les contours/frontières de ces cartographies éphémères apparaissaient et disparaissaient.
  23. 23. En collaboration avec Jonas Delhaye.TOPOMETREdiptyque vidéo_Ile de Ouessant_2012 Malgré des moyens précaires (corde et boute) une certaine apréhension du monde s’opére ici. Un dialogue avec les éléments. Les variations des conditions météorologiques ou techniques deviennent prétexte à expérimenter. Entre mesure physique et image métaphorique, la corde joue l’idée du lien, de ce qui accorde ou raccorde l’homme à son environnement direct.
  24. 24. Collaboration avec Laure Cotten, Barbara Filatre et Jonas DelhayeEn collaboration avec Laure Cotten, Barbara Filatre et Jonas Delhaye28,3°vidéo en boucle_île de Ouessant_2012 Comment le corps peut-il entrer en dialogue avec le paysage ? Comment réagit-il à l’attraction qui le pousse vers le sol lorsqu’il adopte un angle qui ne lui est pas naturel ? La vidéo nous montre trois encordés tentant de mimer la posture d’un rocher jusqu’à ce que le lien se rompt.
  25. 25. En collaboration avec Jonas Delhaye.APLOMBvidéo en boucle_Ile de Ouessant_2012 Penché au bord de la falaise c’est un autre dialogue qui se met en place. Retenu par un lien comme un cordon, le corps fait face aux éléments pareil à une figure de proue.
  26. 26. BIOGuillaume Lepoix> Né le 16/09/1985 à Saint-Dizier, Haute-Marne> Tel : 06-89-43-12-23> Email : guillaume.lepoix@gmail.com> Site Internet : guillaumelepoix.frEXPOSITIONS COLLECTIVES2012> Nos salutations distinguées, avec l’EESAB, site de Lorient> Navigation en territoire indéfini et pensées insulaires, avec l’EESAB, site de Lorient2011> Bartlebyturique, Ateliers de la gare, Locminé> Paysages et mégalithes, avec l’EESAB, Locmariaquer2010> Journées du patrimoine, avec l’EESAB, Lorient> Combi’n art, avec l’EESAB, Lorient2009> Bribes, Faculté Paul Verlaine, Metz> L’illusoire exposition collective au 31DT (Lorient)2008> Le temps d’une couleur, Le LAP, Gap2007> Les Jeudi’s 1-Le mouvements des images, avec l’ESAM, Centre Pompidou Paris2006> C’est dommage, Les trinitaires, Metz EDITIONS2012> SUR-VIE, mémoire de fin d’études2011> TOI DI BO, carnet de voyage au Vietnam autour des missions médicales de l’association L’APPEL2009> Participation au fanzine LAZER2008> Apéro graphique N°1 WORKSHOPS (PARTICIPANT)2011/2012> L’affût, avec Jean-Luc Brisson, EESAB, Lorient> Peinture en plein air avec Ricardo Cavallo, EESAB, Lorient> Pensées insulaires, avec Béatrice Duport et Delphine Gigoux Martin, EESAB, Ouessant2010/2011> Bivouac, avec Laurent Tixador, EESAB, Lorient2009/2010> L’expérience du paysage, avec Marcel Dinahet, île de Groix> Itinéraires Graphiques, avec Killofer, LOULOU Picasso et Frédéric Poincelet, Lorient> Vidéo et installations avec Alexandre Estrela au centre d’art de Kerguéhennec FORMATIONS2006> Licence en Arts Plastiques à l’Université Paul Verlaine, Metz2007> 3éme année à l’ESA de Metz2008> Graphiste à mi temps au studio Poisson-pilote, Metz2010> DNAP ART, ESA Lorient2012> DNSEP ART, ESA Lorient

×