Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Briefing de Bruxelles 52: Chris Muyunda " Quel rôle la sécurité alimentaire joue-t-elle dans le commerce régional en Afrique ? "

82 views

Published on

Le Briefing de Bruxelles sur le Développement numéro 52 sur le thème de « La sécurité des aliments : un élément essentiel du système alimentaire en Afrique» s'est tenu le mercredi 19 septembre 2018 (9:00 à 13:00) au Secrétariat ACP (Avenue Georges Henri 451, 1200 Bruxelles, salle C). Ce Briefing de Bruxelles a été organisé par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) en collaboration avec la DG Développement et Coopération et la DG de la santé et de la sécurité alimentaire de la Commission européenne (CE/DEVCO et SANTE), CONCORD, le Secrétariat ACP, et Global Food Safety Partnership.

Published in: Food
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Briefing de Bruxelles 52: Chris Muyunda " Quel rôle la sécurité alimentaire joue-t-elle dans le commerce régional en Afrique ? "

  1. 1. Rôle de la sécurité sanitaire des aliments dans le commerce régional africain C. Muyunda, PhD. Président de la Coalition des acteurs non-étatiques pour la mise en œuvre du PDDAA (CNC) Briefing de Bruxelles 19 septembre 2018
  2. 2. SOMMAIRE • Sécurité sanitaire des aliments et commerce régional • Le processus PDDAA, PNIA, examen biennal • Risques majeurs (aflatoxines), opportunités (blocs régionaux) et harmonisation. • Meilleures pratiques à reproduire: PACA • Pistes pour l’avenir
  3. 3. Sécurité sanitaire des aliments et commerce régional • Étude de l’ASARECA, 2010 : 50 % des consommateurs de lait s’inquiètent de la piètre qualité des emballages. Le lait est ainsi « perçu comme étant dangereux ». D’où la préférence pour le lait néo- zélandais bien emballé/conditionné • Selon l’étude 2014 de l'ONUDI, seulement 30 % des produits de base africains sont transformés et « dangereux ». • Cas de frelatage de produits tels que le lait, le miel et le miel, qui font obstacle au développement du commerce régional.
  4. 4. Sécurité sanitaire des aliments et commerce régional • Présence d’aflatoxines dans les arachides, surtout dans les grains stockées en Afrique de l'Est. • Arsenic, plomb dans le riz produit dans certaines parties du continent (cancérigènes puissants)
  5. 5. Sécurité sanitaire des aliments et commerce
  6. 6. Commerce mondial des arachides, 1960 Part en % Africa Rest of World
  7. 7. Commerce mondial des arachides, 2005 Part, en % Africa Rest of World
  8. 8. Tripler les échanges commerciaux intrarégionaux ? • Pourtant, très peu de pays africains sont en bonne voie de réaliser l’objectif de tripler les échanges commerciaux, en raison de divers défis, le premier étant leur incapacité à respecter les normes de sécurité sanitaire des aliments. Seuls trois pays sont en voie de réaliser cet indicateur.
  9. 9. Les grands importateurs agroalimentaires africains
  10. 10. Principales importations agroalimentaires africaines
  11. 11. Processus du PDDAA • Lancé par la déclaration de Maputo sur l’agriculture (qui met l’accent sur quatre piliers), le PDDAA a été remobilisé par la déclaration de Malabo (sept engagements); • Malabo a également introduit le processus d'examen biennal des progrès réalisés par rapport aux engagements; • Une fois ces sept engagements définis, la CUA et ses partenaires ont précisé 23 catégories de performance et 43 indicateurs pour les sept domaines thématiques de performance.
  12. 12. Progrès du PDDAA • Sur les 47 pays ayant fourni des informations dans le cadre du premier examen biennal, 20 sont en voie de réaliser leurs engagements et objectifs et 27 sont à la traîne. Des prix ont été décernés aux pays les plus performants, à savoir le Rwanda (1er), le Mali (2e) et le Maroc (3e). En outre, les pays affichant les meilleurs scores pour les indicateurs en rapport avec le thème « Commerce intra-africain », ont été mis en avant : le Lesotho (volume des échanges) et le Botswana (facilitation des échanges).
  13. 13. L’examen biennal a insufflé une NOUVELLE motivation • La mise en œuvre du PDDAA au niveau des différents pays peut vraiment transformer le secteur agricole sur tout le continent. L'examen biennal a offert une nouvelle occasion de stimuler davantage la motivation des États membres de l’UA à se mobiliser pour la domestication du PDDAA. Il convient donc de ne pas sous-estimer l’importance de ce programme pour les processus nationaux de transformation de l’agriculture.
  14. 14. Les indicateurs ne couvrent pas de manière adéquate la sécurité sanitaire des aliments Les 43 indicateurs n’ont pas pris correctement en compte la question de la sécurité sanitaire des aliments. Pourtant, les acteurs clés reconnaissent que sans un relèvement des normes relatives à la sécurité sanitaire des aliments, l’Afrique ne sera pas en mesure de respecter les engagements pris au titre de la déclaration de Malabo, en particulier les engagements 3 (Éradiquer la faim), 4 (Diminuer la pauvreté) et 5 (Tripler les échanges intra-africains de produits agricoles).
  15. 15. Effort en cours pour définir un indicateur de sécurité sanitaire des aliments et l’intégrer dans le PDDAA. • L’UA s’est lancée dans un processus visant à convoquer un atelier de rédaction qui a pour objectif de mettre au point des indicateurs composites qui seront intégrés dans un indice africain de sécurité sanitaire des aliments (African Food Safety Index, AFSI) ; • L'atelier doit avoir lieu du 24 au 26 septembre 2018.
  16. 16. Améliorer la sécurité sanitaire des aliments en Afrique : les OPPORTUNITÉS • La croissance démographique, l'urbanisation croissante, l'émergence d'une classe moyenne exigeront un respect plus strict de la sécurité sanitaire des aliments. • La facture des importations alimentaires, qui s’élève actuellement à 40 milliards de dollars, devrait augmenter pour atteindre 110 milliards de dollars d'ici 2025. • Superficie du continent, différentes zones agroécologiques, nombreuses possibilités de spécialisation, et des échanges commerciaux de produits alimentaires en plein essor sur le continent. • Formidables opportunités pour le développement des échanges intrarégionaux de produits alimentaires en Afrique • Les CER et la ZLEC permettront d’harmoniser les normes de qualité et de sécurité sanitaire des aliments. • Le Codex pourrait fournir une base de consensus en vue d’une harmonisation des normes à l’échelle du continent et stimuler ainsi les échanges commerciaux.
  17. 17. Communautés économiques régionales d'Afrique – vers une harmonisation des normes de sécurité sanitaire des aliments
  18. 18. Améliorer la sécurité sanitaire des aliments en Afrique : les OPPORTUNITÉS • La plupart des pays africains sont des importateurs nets des principaux produits agricoles, tels que les produits laitiers, qu’ils importent d'Europe, d'Australie et de Nouvelle-Zélande. Seule exception, l’Afrique du Sud. • Les importants obstacles techniques et institutionnels qui subsistent empêchent d’exploiter pleinement la demande croissante pour des produits laitiers à forte valeur ajoutée.
  19. 19. Améliorer la sécurité sanitaire des aliments en Afrique : les OPPORTUNITÉS • Pour plus de 50 % des consommateurs interrogés dans le cadre d'une étude menée en 2010 par l'ASARECA dans six pays d'Afrique de l’Est, la qualité des emballages constitue une mesure importante pour garantir la qualité et la sécurité sanitaire des produits qu’ils achètent. Ils seraient dès lors prêts à payer plus cher un lait conditionné dans un emballage de meilleure qualité.
  20. 20. Meilleures pratiques à reproduire • Modèle du PACA : Encourager tous les pays à réaliser un état des lieux de la situation en matière de sécurité sanitaire des aliments et se doter d’une stratégie/un plan dans ce domaine, valider le plan et l'intégrer dans les plans nationaux de développement, nouer des partenariats avec les parties prenantes et obtenir leur soutien, et suivre et évaluer en permanence les progrès réalisés.
  21. 21. Conclusions et pistes pour l’avenir • Les PPP sont d'une importance capitale pour la sécurité sanitaire des aliments • Sensibilisation des acteurs de la chaîne de valeur • Dresser un état des lieux/élaborer une stratégie dans le domaine de la sécurité sanitaire des aliments • Importance capitale de l’effet de levier de la ZLEC • Rechercher des modèles pour le financement de la sécurité sanitaire des aliments, en s’inspirant de ceux utilisés par les pays associés à la PACA. • Mécanisme de coordination, national et régional
  22. 22. Conclusions et pistes pour l’avenir • Le FANDC, dont le siège est à Genève, est un fonds axé sur le commerce. Il doit donc soutenir plus résolument les efforts régionaux et veiller à ce qu’un grand nombre d'acteurs non-étatiques participent aux programmes qu’il soutient.
  23. 23. Conclusions et pistes pour l’avenir • Encourager/récompenser les producteurs qui satisfont aux critères de qualité. • Promouvoir l’organisation de tests réguliers • Encourager la certification ou l'affiliation locale/régionale. • Aider les acteurs de la chaîne de valeur à développer les capacités nécessaires pour comprendre les normes de qualité et de sécurité sanitaire requises et à utiliser des emballages conformes aux normes acceptables.
  24. 24. Conclusions et pistes pour l’avenir • Promouvoir la sécurité sanitaire des aliments en tant que responsabilité conjointe des agriculteurs, des transformateurs/fabricants, des vendeurs, des commerçants et des consommateurs, des usines, des éducateurs, des prestataires de soins de santé, des associations de consommateurs, des groupes de femmes, des jeunes, des écoles, des dirigeants locaux et des chefs traditionnels, des agents de vulgarisation agricole, des agents des services répressifs, des associations de marché et des associations de commerçants.
  25. 25. CONCLUSIONS ET VOIE À SUIVRE • L’Afrique offre de réelles opportunités commerciales dans le secteur des produits alimentaires pour les PME, comme en témoigne l'augmentation de la facture des importations alimentaires. • L'harmonisation des normes et la capacité de les respecter est un domaine prioritaire pour les PME, pour leur viabilité, pour leur réputation ainsi que celle du commerce national.
  26. 26. Conclusions et pistes pour l’avenir • Tous les acteurs concernés doivent absolument prendre des mesures concertées pour alléger le fardeau des maladies d'origine alimentaire en Afrique, permettre au secteur des PME de se positionner sur les marches en supprimant les contraintes, obstacles et difficultés qui les empêchent d’asseoir leur rôle légitime de fournisseurs potentiels durables d'emplois, d'aliments et de possibilités d’autonomisation sur le continent.
  27. 27. Conclusions et pistes pour l’avenir • Globalement, le Codex est un outil efficace qui permet de surmonter un certain nombre d’obstacles qui empêchent le développement des PME africaines. Les pays africains doivent donc poursuivre sur la voie de l'intégration en utilisant ici le Codex comme base.
  28. 28. Conclusions et pistes pour l'avenir • La création de partenariats entre les organismes des Nations Unies, l'Union africaine, les gouvernements nationaux, l'Union européenne, les organisations et programmes-cadres de PME axés sur le renforcement de la capacité des PME à comprendre et à mettre en œuvre le Codex contribuerait grandement à l'intégration des PME sur le marché national, régional et international.
  29. 29. Conclusions et pistes pour l’avenir • Un programme ciblant les PME et axé sur leur sensibilisation aux normes et aux procédures du Codex devrait être conçu et mis en œuvre afin à stimuler les partenariats avec des fédérations de PME. • L'initiative de la CUA de création d’un organe suprême du secteur privé doit être soutenue et l'harmonisation des normes et la coordination avec les initiatives du CODEX constituent un domaine d’intervention clé pour cet organisme.
  30. 30. Conclusions et pistes pour l’avenir • Le PACA, éventuellement avec le soutien de l'UE, doit étendre son champ d’activités et mener davantage d’initiatives axées sur les chaînes de valeur des produits de base, comme le Forum de l'arachide au Sénégal (2015) et le Forum du maïs en Tanzanie (2017). L'UE pourrait envisager d'investir dans ces forums.
  31. 31. Conclusions et pistes pour l’avenir • La diminution de la facture des importations alimentaires de l’Afrique, qui ne cesse de s’alourdir, exige l’adoption - par les gouvernements africains, l'UA, les partenaires du développement tels que l'UE et les agences des Nations Unies, en particulier la FAO, l'OMS et l'ONUDI - de mesures clés pour soutenir la compétitivité et la viabilité des PME. Les PME doivent absolument bénéficier d’un soutien afin d’être en mesure de respecter les normes de sécurité sanitaire des aliments.
  32. 32. Références • ASARECA, 2012. Quality and Safety of Value Added Milk Products. • STDF Secretariat, 2013. STDF, a global partnership in SPS capacity building and technical cooperation. • Muyunda, C. Vic Falls, 2016. The Importance of Standards in Trade; Food Safety Regional Meeting; Victoria Falls, Zimbabwe • Ministry of Health, Lusaka, Zambia, 2017. What You Need to Know about Food Safety. • Muyunda, C. 2017. Challenges facing SMEs in meeting standards, Nairobi Codex Regional Meeting.

×