Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Briefing de Bruxelles 51: Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte humanitaire-développement-paix dans les pays fragiles"

77 views

Published on

Le Briefing de Bruxelles sur le Développement numéro 51 sur le thème de « L’agriculture, moteur de reconstruction économique et de développement dans les États fragiles » s’est tenu le mercredi 27 juin 2018 (9:00 à 13:00) au Secrétariat ACP (Avenue Georges Henri 451, 1200 Bruxelles, salle C). Ce Briefing de Bruxelles a été organisé par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) en collaboration avec la DG Développement et Coopération de la Commission européenne (CE/DEVCO), CONCORD et le Secrétariat ACP.

Published in: Government & Nonprofit
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Briefing de Bruxelles 51: Rajendra K. Aryal "L’agriculture dans un contexte humanitaire-développement-paix dans les pays fragiles"

  1. 1. Juin 2018 Rajendra Aryal Coordonnateur principal, Programme stratégique sur la résilience Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture L’agriculture, un moyen de construire le lien intrinsèque entre l’action humanitaire, le développement et la paix dans les contextes de fragilité
  2. 2. L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017 (SOFI) Le nombre de personnes souffrant de malnutrition est en hausse depuis 2014, et a atteint les 815 millions en 2016
  3. 3. L’État de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017 (SOFI) La majorité des personnes en situation d’insécurité alimentaire chronique vivent dans des pays en conflit
  4. 4. Chiffres clés O N • 124 millions d’habitants de 51 pays sont en insécurité alimentaire de crise (Phase 3 de l’IPC ou du CH) ou pire • Augmentation de 11 millions du nombre de personnes confrontées à cette situation dans les 45 pays analysés dans le rapport de 2017 et de 2018 • 52 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition aiguë • 17 millions d’enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition sévère. Causes principales • Nouvelles épidémies et intensification des conflits et de l’insécurité, par ex. Yémen, nord- est du Nigeria, République démocratique du Congo, Soudan du Sud et Myanmar • Succession de chocs climatiques affectant l’élevage et la production agricole, par ex. en Afrique australe et de l’Est
  5. 5. O N Soudan du Sud • Déclaration de l’état de famine : février 2017 • 2017 – pic de famine – 6,1 millions d’habitants en insécurité alimentaire de crise (Phase 3 de l’IPC) et pire (juin/juillet) • 2018 – 7,1 millions d’habitants seront probablement en insécurité alimentaire de crise et pire (mai/juillet) • 2017 – le nombre de personnes en situation de catastrophe alimentaire (Phase 5 de l’IPC) est passé de 100 000 (févr.) à 40 000 (sept.) • 2018 – le nombre de personnes en situation de catastrophe augmentera probablement (155 000 personnes) – mais AUCUNE région classée comme étant en situation de famine
  6. 6. INSECURITEALIMENTAIRE:PERSPECTIVESACOURT TERMEPOUR2018 O N
  7. 7. Pourquoi l’agriculture ? Des agriculteurs défrichent la terre avec un outil offert par la FAO dans un jardin communautaire de Dolnoon, Aweil South, Soudan du Sud 124 millions de personnes sont confrontées à une grave insécurité alimentaire 8 personnes sur 10 dépendent de la production agricole, de la pêche, de l’élevage et de la sylviculture pour leur survie
  8. 8. L’agriculture est extrêmement résiliente 75 % des familles des zones rurales de Syrie continuent à produire leur propre aliments 2 millions de tonnes de céréales ont été produites en Syrie en 2017 – environ la moitié de la production annuelle avant la crise syrienne – malgré 7 années de conflit Des agriculteurs récoltent le blé en Syrie pendant la saison 2017
  9. 9. L’agriculture contribue au maintien de la paix
  10. 10. et améliore les relations entre les communautés d’accueil et déplacées Une réfugiée syrienne participant à une formation agricole organisée par la FAO en Turquie
  11. 11. L’aide humanitaire est ESSENTIELLE mais ne suffit pas à elle seule – la faim s’aggrave ! Action humanitaire pour répondre aux besoins urgents Et, en même temps, Interventions axées sur le développement et la consolidation de la paix pour s’attaquer aux causes à l’origine de l’insécurité alimentaire, prévenir les conflits/le retour des conflits et contribuer à une paix durable
  12. 12. Résolution n° 2417 du Conseil de sécurité de l’ONU (2018) • « rappelle le lien entre les conflits armés et la violence, et l’insécurité alimentaire provoquée par les conflits et le risque de famine, et demande à toutes les parties à des conflits armés de s’acquitter des obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire pour ce qui est de respecter et de protéger les civils et de prendre toutes les précautions nécessaires pour épargner les biens à caractère civil, notamment les biens nécessaires à la production et à la distribution de denrées » • « (…) et l’insécurité alimentaire peuvent être des facteurs de déplacements forcés qui peuvent eux-mêmes, en retour, avoir des effets dévastateurs sur la production agricole et les moyens de subsistance dans les pays en situation de conflit armé »
  13. 13. Rapport mondial sur les crises alimentaires : présente une analyse, solide du point de vue technique, de l’insécurité alimentaire aiguë pour documenter les programmes tenant compte du lien intrinsèque entre l’action humanitaire, le développement et la paix. Qui ? 12 partenaires internationaux et régionaux fournissant une analyse conjointe de la sécurité alimentaire et de la nutrition sous l’égide du Réseau d’information sur la sécurité alimentaire Travailler main dans la main – De l’analyse au consensus et à la coordination
  14. 14. O N Réseau mondial de lutte contre les crises alimentaires • WHS - mai 2016 : lancement de l’enquête par les commissaires de l’UE, le DG de la FAO et le Directeur exécutif du PAM pour renforcer l’impact des actions de prévention et de réponse aux crises alimentaires. • Vision à long terme : promouvoir les synergies et la coordination pour lutter contre les crises alimentaires en tenant compte du lien intrinsèque entre l’action humanitaire, le développement et la paix, notamment en encourageant une programmation conjointe pour aboutir à des résultats collectifs. • Partenariats et plaidoyer aux plus hauts niveaux pour s’attaquer à l’aggravation de la faim au travers d’interventions efficaces axées sur la résilience et solidement documentées par l’analyse. • 1re réalisation : Rapport mondial sur les crises alimentaires pour justifier la prise de décision et l’affectation des ressources.
  15. 15. O N Programmes d’aide humanitaire et de développement
  16. 16. O N Initiative pour la résilience des Agences de l’ONU ayant leur siège à Rome • Les crises récurrentes et chroniques empêchent les populations les plus vulnérables de sortir de l’insécurité alimentaire • Le financement pluriannuel permet à ces agences d’apporter conjointement un soutien durable en ⁻ Renforçant les moyens d’existence ⁻ Développant la résilience aux chocs ⁻ Tout en répondant aux besoins alimentaires et nutritionnels
  17. 17. O N Agences de l’ONU ayant leur siège à Rome présentes au Niger • PAM – Vivres-contre-actifs, rétablissement de pâturage, infrastructures liées à l’eau • FAO – diversification alimentaire, champs écoles des producteurs, bonnes pratiques nutritionnelles et agricoles • IFAD – investir dans l’infrastructure rurale
  18. 18. O N FAO, PAM, UNICEF en Somalie • PAM – filets de sécurité • FAO – accent mis sur la production • UNICEF – accès aux services essentiels
  19. 19. Juin 2018 Rajendra Aryal Coordonnateur principal, Programme stratégique sur la résilience Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture L’agriculture, un moyen de construire le lien intrinsèque entre l’action humanitaire, le développement et la paix dans les contextes de fragilité

×