Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Briefing de Bruxelles 51: Katharine Downie "Renforcer la résilience et atténuer les effets des chocs futurs dans l’agriculture en Somalie"

78 views

Published on

Le Briefing de Bruxelles sur le Développement numéro 51 sur le thème de « L’agriculture, moteur de reconstruction économique et de développement dans les États fragiles » s’est tenu le mercredi 27 juin 2018 (9:00 à 13:00) au Secrétariat ACP (Avenue Georges Henri 451, 1200 Bruxelles, salle C). Ce Briefing de Bruxelles a été organisé par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) en collaboration avec la DG Développement et Coopération de la Commission européenne (CE/DEVCO), CONCORD et le Secrétariat ACP.

Published in: Government & Nonprofit
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Briefing de Bruxelles 51: Katharine Downie "Renforcer la résilience et atténuer les effets des chocs futurs dans l’agriculture en Somalie"

  1. 1. Chemins d’impact SomReP pour la croissance économique emmenée par la transformation agricole Secrétariat ACP, Avenue Georges Henri 451 1200 Bruxelles Belgique Mercredi, 27 juin, 2018 Dr Katharine Downie Responsable Assurance-qualité, M&E, Gestion des connaissances et Innovation pour le programme « Résilience » pour la Somalie (SomReP) Katharine_Downie@wvi.org
  2. 2. 2 L’étude de déviance positive de SomReP Section I
  3. 3. Buts et objectifs de la recherche Décrire les caractéristiques des ménages pouvant être identifiés comme des « déviants positifs » (les ménages mettant en œuvre des stratégies d’adaptation plus efficaces ou affichant des indicateurs de bien-être supérieurs par rapport à ceux de leur communauté en général) afin de mieux comprendre les comportements et les pratiques à la base de ces exceptions positives. Analyser l’effet d’activités susceptibles d’avoir un « fort impact » tant pour les ménages participants que la communauté en général: • Associations villageoises d’épargne et de crédit (AVEC) • Agents communautaires de santé animale (ACSA) • Installation ou réhabilitation d’infrastructures liées à l’eau • Systèmes « alerte rapide - action rapide » (EWEA) et/ou Gestion des risques de catastrophe (GRC) au niveau communautaire Étude de déviance positive
  4. 4. Districts ciblés par l’étude de déviance positive Étude de déviance positive
  5. 5. Aperçu du protocole de l’étude • Août 2017 • 20 communautés réparties dans les 6 districts • FGD et KII, basés sur un guide semi-structuré, avec la communauté, des membres d’AVEC, des chefs de communauté et des personnes identifiées par la communauté et le personnel comme pouvant être des déviants positifs (individus et groupes) (total : 407 participants au pour les 43 FGD et les 27 KII) • Explorer les caractéristiques révélatrices de la déviance positive, le rôle des AVEC et d’autres activités de SomReP/de projet en rapport avec la déviance positive Enquête qualitative sur le terrain Étude de déviance positive
  6. 6. Aperçu du protocole de l’étude • Septembre/octobre 2017 • 40 communautés des 6 districts (2 175 observations) • Enquête auprès des ménages via des entretiens téléphoniques assistés par ordinateur (CATI) avec l’utilisation de l’ODK et d’Ona • 8 modules, à l’exclusion du consentement et de la clôture • Caractéristiques des ménages, exposition et adaptation aux chocs, accès aux services et à l’information, participation au projet, SCA, EAIAM et rCSI Enquête quantitative Étude de déviance positive
  7. 7. Conclusions de l’enquête qualitative Rôle de l’épargne • L’épargne est considérée comme essentielle pour • Se préparer à une sécheresse • Faire face à l’impact de la sécheresse sur une assez longue période • Se rétablir après la sécheresse « Ils étaient préparés à la sécheresse et grâce à leurs économies, ils ont pu y faire face. » • L’épargne permettra aux ménages de: • Conserver des moyens de subsistance pendant la sécheresse ou les améliorer lorsque la météo est favorable • Gérer plus efficacement leur cheptel et leurs biens agricoles • Aider d’autres membres de la communauté pendant la sécheresse • Prendre rapidement des mesures pour se rétablir après la sécheresse Étude de déviance positive
  8. 8. 8
  9. 9. Conclusions de l’enquête quantitative Participation des ménages aux activités SomReP Étude de déviance positive • Il existe une corrélation entre la participation des ménages à au moins une activité d’intérêt SomReP associée à une plus grande sécurité alimentaire et un moindre recours à des mécanismes d’adaptation négatifs • Cette affirmation tient compte d’autres facteurs comme la santé, la zone de subsistance et le statut démographique • Participation à des activités spécifiques: • Les membres d’AVEC, les ménages et les communautés participant à des activités axées sur l’accès à l’eau bénéficiaient d’une plus grande sécurité alimentaire (scores SCA  et HHS ) • Les ménages participant aux activités EWEA et GRC communautaire affichaient un score de consommation alimentaire plus élevé (SCA)
  10. 10. Conclusions de l’enquête quantitative • Plus le nombre d’activités SomRep auxquelles un ménage a participé est élevé, plus grande est leur sécurité alimentaire (SCA) • Les communautés bénéficiant de la présence d’AVEC actives affichaient dans l’ensemble de meilleurs scores de sécurité alimentaire (Scores SCA  et HHS ) et recouraient moins à des stratégies d’adaptation négatives (scores rCSI) • Il existe également une corrélation entre la présence d’AVEC et l’amélioration du rétablissement/résilience après la sécheresse • Importante corrélation avec la sécurité alimentaire (scores SCA  et HHS ) et l’adaptation (scores rCSI ) pour les communautés avec : • Présence d’ACSA actifs et formés • Comités EWEA ou activités GRC communautaire Exposition de la communauté aux activités SomReP Étude de déviance positive
  11. 11. Conclusions de l’enquête quantitative Caractéristiques des ménages affichant de meilleurs résultats en termes de bien-être (scores SCA  et HHS ) et un comportement d’adaptation plus efficace (scores rCSI  ) • Niveau d’éducation plus élevé de la cheffe de famille/de l’épouse • Principale source d’eau potable = berkad (citerne de stockage) • Principale source de revenus : élevage/agriculture et vente de la production • Utilisation d’une toilette privée avec chasse Caractéristiques des ménages associées à un plus grand bien-être et à de meilleurs mécanismes d’adaptation Étude de déviance positive
  12. 12. Chemins d’impact SomReP pour la phase II - L’agriculture au service de la croissance économique dans les États fragiles Section II
  13. 13. 13
  14. 14. 14
  15. 15. 15
  16. 16. 16 Stratégies « Push » et « Pull » pour une expansion inclusive du marché et une participation inclusive au marché Stratégies « PUSH » - développer les capacités des petits exploitants pour qu’ils aient accès aux marchés, et deviennent compétitifs – inciter le secteur privé à y participer Stratégies « PULL » - faciliter le développement des systèmes de marché d’une façon qui diversifie et améliore les possibilités, pour les populations en situation de très grande pauvreté, de participer plus efficacement à l’économie – que ce soit comme producteur, agriculteur, employé, chef d’entreprise, etc. ou en combinant plusieurs de ces statuts/activités L’agriculture au service de la croissance économique dans les États fragiles
  17. 17. 17 Stratégies « PUSH » • Développer les avoirs des ménages ou de la communauté • Développer les moyens de subsistance régis par la demande et les compétences nécessaires à l’entrée sur le marché • Améliorer les compétences non-techniques (« soft skills ») : confiance, capacité à négocier ou à établir des relations • Créer des points d’accès moins risqués pour les ménages L’agriculture au service de la croissance économique dans les États fragiles
  18. 18. 18 Stratégies « PULL » • Réduire les obstacles à l’accès au marché pour les acteurs du marché et les ménages • Renforcer la section intermédiaire de la chaîne de valeur (négociants, regroupeurs de production, pré- transformateurs) • Créer de nouveaux flux de revenus • Contribuer à augmenter la demande pour développer des marchés spécifiques • Mettre en place et garantir un environnement politique et réglementaire favorable L’agriculture au service de la croissance économique dans les États fragiles
  19. 19. 19 Caractéristiques clés d’une approche Push/Pull 1. Utilise une approche systémique pour l’analyse et la conception, en tenant compte du fait que de nombreux systèmes – systèmes de marché, systèmes de ménage, systèmes de genre, systèmes religieux, etc. – influencent le changement. 2. Est régie par la demande du marché, développe les capacités (avoirs, compétences, réseaux, comportements) des populations vivant dans l’extrême pauvreté pour qu’elles puissent participer aux marchés et en retirer des avantages (« push »); et encourage le développement de systèmes de marché pour diversifier davantage et améliorer les opportunités de participation pour les ménages confrontés à une grande pauvreté ou à la pauvreté extrême (« pull ») 3. Utilise le séquençage, la progressivité et/ou la stratification des interventions pour relier progressivement les efforts stratégiques de nature « push » et « pull » 4. Exige un système de gestion des connaissances (par ex, données S&E, analyse, apprentissage en interne, « boucles de rétroaction ») qui facilite la programmation adaptative et l’apprentissage, en appui à la théorie du changement. L’agriculture au service de la croissance économique dans les États fragiles
  20. 20. 20
  21. 21. 21 Garantir un impact par une mise à l’échelle de l’agriculture au service de la croissance économique dans les États fragiles : les défis Section III
  22. 22. 22 Garantir un impact grâce à la mise à échelle de l’agriculture – les défis • Les ONG ne disposent souvent pas d’une capacité technique suffisante pour avoir accès aux innovations et aux technologies agricoles et les déployer • Les chercheurs ont pour mission de démontrer l’impact, mais ne sont pas aptes à œuvrer concrètement en aval • Les technologies agricoles doivent être acceptées et adoptées par les petits exploitants pour que la mise à l’échelle réalisée ait un impact • Des services d’intermédiation sont nécessaires pour rapprocher les chercheurs, le secteur privé et les agriculteurs et les amener à coopérer L’agriculture au service de la croissance économique dans les États fragiles
  23. 23. 23

×