Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Briefing de Bruxelles 50: Henk de Zeeuw "Que savons-nous de l’agriculture urbaine?"

129 views

Published on

Le Briefing de Bruxelles sur le Développement n.50 sur « Produire de la nourriture dans les villes: Succès et nouvelles opportunités », s’est tenu le 10 avril 2018 (09h00 à 13h00) au Secrétariat ACP (451 Avenue Georges Henri, 1200 Bruxelles, Salle C). Ce Briefing de Bruxelles a été organisé par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) en collaboration avec la DG Développement et Coopération de la Commission européenne (CE/DEVCO), le secrétariat ACP et la Confédération européenne des ONG d’urgence et de développement (Concord).

Published in: Economy & Finance
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Briefing de Bruxelles 50: Henk de Zeeuw "Que savons-nous de l’agriculture urbaine?"

  1. 1. Que savons-nous de l'agriculture urbaine ? Ir. Henk de Zeeuw Fondation RUAF - Partenariat mondial sur l'agriculture urbaine durable et les systèmes alimentaires urbains Présentation du briefing « Produire de la nourriture dans les villes : succès et nouvelles opportunités », organisé par le CTA, la Commission européenne, le Secrétariat ACP et d’autres partenaires, 10 avril 2018, Bruxelles
  2. 2. I. Agriculture urbaine ?  Agriculture dans la ville (intra-urbaine) et dans les zones péri-urbaines : AUP  Sur des terres agricoles, des surfaces dures, des toits et en intérieur  Des basses technologies aussi bien que des hautes technologies
  3. 3. • Initiatives sociales et commerciales (et mixtes) • Production, transformation, distribution et gestion du gaspillage alimentaire au niveau local • Produire de la nourriture et proposer des services sociaux et écologiques
  4. 4. II. Prévalence de l'AUP  Population impliquée dans l'AUP (études 2006-2013) : - 21 villes en Afrique de l'Ouest : 20 à 80 % des foyers urbains - 5 villes/villages en Afrique de l'Est : 30 à 90 % des foyers urbains - 11 villes dans 9 pays de la CDAA : 22 % des foyers urbains pauvres  Terres utilisées par l'AUP (IWMI 2014) : - La surface globale des terres de culture urbaines est estimée à environ 11 % de toutes les terres de culture irriguées et à 4,7 % de toutes les terres de culture pluviales - Dans les 20 km des limites urbaines, ces surfaces représentent respectivement 60 et 35 %
  5. 5. III. L'agriculture urbaine a-t-elle un rôle à jouer dans la réponse aux principaux enjeux urbains ?  Hausse de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition dans les villes  Hausse de la pauvreté urbaine et de l'exclusion sociale  Impacts croissants du changement climatique sur les villes et la population  Pénurie grandissante d'eau douce  Intensification des problèmes de gestion des déchets
  6. 6. A. L'AUP, sécurité alimentaire et nutrition urbaines  L'AUP fournit aux villes une quantité importante de produits frais et sains, en particulier des légumes verts, du lait, des œufs, de la viande de volaille et de porc (lien)  L'AUP contribue de 5 à 15 % à la consommation alimentaire urbaine totale (FAO, 2010)  L'AUP permet aux citadins pauvres de se nourrir sainement et à petits prix et d’améliorer la qualité de leur alimentation (IFPRI 2017)  L'AUP permet aux villes d'affronter les problèmes d'approvisionnement de denrées des zones rurales (sécheresses, inondations) et
  7. 7. B. L'AUP génératrice d'emplois et de revenus 1. Emplois et revenus générés par la production de l’AUP :  Plus de 30 % de la population urbaine de 4 villes d'Afrique tirent de l'AUP 26 à 70 % de leur revenu (FAO, 2010)  Les revenus issus de l'horticulture péri-urbaine sont en général au-dessus du salaire minimum (lien)  Économies en termes de dépenses alimentaires (FAO, 2010)  Banque mondiale (2011) : l'horticulture et les produits laitiers péri-urbains font partie des secteurs économiques affichant la croissance la plus rapide en Afrique
  8. 8. 2. Emplois et revenus tirés du secteur alimentaire (production de compost, transport, transformation alimentaire, marketing)  Chaque dollar investi dans la production alimentaire urbaine et péri-urbaine génère des revenus de 1,4 à 2,6 $ ainsi que des emplois dans le secteur alimentaire urbain (effet multiplicateur)  New-York : si les consommateurs achetaient 10 % supplémentaires d'aliments issus de l'AUP, cela générerait un total de 16,5 milliards de dollars de revenus et plus de 17 000 emplois (Herrera, 2004)
  9. 9. C1. L'agriculture urbaine favorise la réduction d'émissions urbaines de GES  En produisant des aliments frais près de la ville : moins d'énergie utilisée dans le transport, le refroidissement et l'emballage des aliments (Almere)  En augmentant les toits verts et couverts végétaux : réduction de l'énergie utilisée pour le refroidissement, meilleure capture du CO2 (Durban ; Kesbewa)  En utilisant dans l'agriculture des déchets organiques urbains compostés : réduction des émissions de méthane issues des décharges et de l'énergie utilisée pour la production et le transport d'engrais (Dacca) C. L'AUP et les environnements urbains
  10. 10.  La réutilisation dans l'AUP des excédents de chaleur, d'eau de refroidissement, de CO2 et de déchets alimentaires issus des secteurs résidentiels et industriels permet de diminuer l'utilisation totale de l'énergie urbaine ainsi que les émissions de GES (supermarché Eldorado ) C2. L'AUP permet de réduire la pression exercée sur les sources d'eau douce La réutilisation des eaux usées urbaines dans l'AUP permettra d'atténuer la pression exercée sur les ressources en eau douce, de favoriser une production alimentaire proche des consommateurs sur toute l'année et de diminuer la consommation d'énergie utilisée dans la production d'engrais, ainsi que les émissions de CO2 qu'elle engendre (Amman)
  11. 11. C3. L'AUP participe à la réduction de l'impact du changement climatique grâce à :  La réduction du débit maximum des eaux pluviales et du ruissellement total et l’amélioration de la gestion du stockage et de l'infiltration du surplus d'eaux pluviales (New York)  La protection des zones basses de toute construction, afin de minimiser l'impact des inondations et d'éviter les glissements de terrain (Freetown)  L'(agro)foresterie pratiquée sur les pentes escarpées pour restreindre l'érosion et éviter les glissements de terrain (Lima)  L'amélioration des conditions de vie des citadins pauvres (une alimentation plus variée et des revenus plus importants)
  12. 12. C4. Nettoyage de l'eau et de la terre contaminées  Les marais situés dans la ville et sa périphérie peuvent purifier les sources d'eaux (usées) urbaines et réduire la pollution en aval grâce à la biofiltration (Kampala)  L'(agro)foresterie urbaine peut permettre d’assainir de manière biologique les friches industrielles et autres régions urbaines polluées (Hazelwood)
  13. 13. D. L'AUP et le développement social  L'inclusion sociale de groupes vulnérables  Le développement communautaire  La nourriture au cœur de la culture et de l'identité de différents groupes socio-culturels  Des espaces verts récréatifs
  14. 14. IV. Ce que les villes peuvent faire : quelques leçons retenues
  15. 15. 1. Établir une politique environnementale encourageante  Créer un foyer institutionnel pour l'AUP : un service coordinateur et un groupe de travail interdépartemental  Instaurer un forum multi-acteurs sur l'agriculture et l'alimentation urbaines afin d'impliquer les principaux acteurs dans le processus de planification (formel et informel)  Cartographie et analyse du système agroalimentaire dans les zones de concentration urbaine  Mettre au point une vision partagée sur le développement souhaité du système alimentaire local  Définir un plan stratégique avec des stratégies réalisables  Écarter les limites juridiques infondées sur l'AUP  Organiser le cadre légal, financier et opérationnel des actions coordonnées (par les partenaires : gouvernements locaux, entreprises et ONG)
  16. 16. 2. Faciliter l'accès à la terre pour l'AUP  Reconnaître l’AUP comme une utilisation légitime des sols en milieu urbain  Développer une vision spatiale sur l'agriculture urbaine : quels types d'AUP promouvoir dans la ville et sa périphérie (Nairobi) ; intégrer l'AUP dans des projets d'utilisation de la terre (Dar es Salaam)  Protéger de l'empiétement les terres agricoles et agroécologiques de qualité situées dans la ville et sa périphérie (Antananarivo)  Cartographier les espaces libres et ouverts pour l’AUP (Quito)  Louer les terres municipales vacantes (Lima)  Réutiliser les usines abandonnées (Amsterdam)  Réserver un espace à l'AUP dans les projets de logements sociaux ou de réfection des taudis (Kampala, Colombo)  Promouvoir l'utilisation de la terre multifonctionnelle (Pékin)
  17. 17. 3. Renforcer la viabilité économique et productive de l'AUP  Encourager les associations d'agriculteurs urbains (Lima) et proposer des formations (Cape Town)  Favoriser l'accès des producteurs de l'AUP à l'eau, aux graines, au compost et aux outils (Bulawayo) ainsi que leur accès au crédit (Rosario)  Faciliter le marketing direct (Belo Horizonte)  Fournir des installations et des licences aux marchés d'agriculteurs (Brasilia)  Soutenir les PME et start-ups du secteur de la transformation et du marketing (Minneapolis)  Approvisionnement alimentaire local par les organismes municipaux (Malmo)  Soutenir la recherche dans les technologies appliquées à l'AUP (La Havane)
  18. 18. 4. Réduire le gaspillage et les pertes alimentaires et encourager la récupération de ressources et le recyclage  Prévenir les pertes alimentaires en favorisant une alimentation fraîche et locale  Réutiliser le gaspillage alimentaire pour nourrir la population (par ex., banques alimentaires ou soupes populaires) (Chicago) ou les élevages urbains (par ex., cochons) (Lima)  Récupérer des éléments fertilisants dans les déchets organiques et l'urine pour remplacer les engrais chimiques (Accra)  Récupérer le méthane des décharges pour générer de l'énergie et de la chaleur utilisées ensuite dans les serres (Washington)  Utiliser dans l'AUP les excédents de chaleur, CO2, eau de refroidissement et sous- produits issus de l'industrie et autres lieux urbains (Amsterdam)  Récupérer les eaux pluviales des toits des environs pour les utiliser dans l'AUP
  19. 19. 5. Réduire les risques sanitaires et environnementaux liés à l'AUP  Coordination renforcée entre les services sanitaires, agricoles et environnementaux (Phnom Penh)  Zonage adéquat de l'agriculture urbaine (Freetown)  Formation des agriculteurs pour des productions sûres (Bangkok, Xochimilco)  Formation des vendeurs et des consommateurs à l'hygiène et à la préparation des aliments (Accra)  Prévention de la pollution de l’eau et de la terre par l'industrie ; séparation des déchets/ sources d'eaux usées ; contrôle de la pollution (Hanoï)
  20. 20. V. Quelques facteurs de réussites  La municipalité comme catalyseur du développement du système alimentaire local  Participation active des différents acteurs à la planification et à la mise en œuvre des projets ; appliquer le principe de subsidiarité  Mise en œuvre rapide  Il n'existe pas une seule bonne méthodologie : reconnaître les conditions spécifiques locales  Financement innovant et émanant de différentes sources des projets d'AUP  Intégration de l'AUP dans les politiques et programmes sectoriels  Planification annuelle réaliste, objectifs clairs, suivi efficace
  21. 21. VI. Vous n'avancez pas seuls  L'agriculture amplement reconnue comme partie intégrante du calendrier politique urbain et utilisée pour plusieurs objectifs politiques (ex. : Nouvel agenda urbain 2016 de l'ONU)  Il existe déjà une mine d'informations tirées d'expériences passées : approches, outils, politiques, cadres de suivi, possibilités de formations
  22. 22.  Le Pacte de politique alimentaire urbaine de Milan : un cadre d'action mondial signé par 165 maires prêts à instaurer des systèmes alimentaires durables et à garantir une alimentation pour tous. www.foodpolicymilano.org  Le programme Aliments pour les villes de la FAO : encourage les pays et les villes à améliorer leur système alimentaire urbain www.fao.org/in- action/food-for-cities-programme  CITYFOOD d'ICLEI-RUAF est un réseau de (jusqu'à présent) 17 villes et régions qui partagent leurs expériences de mise en place de systèmes alimentaires urbains. Elles peuvent obtenir, sur demande, un soutien technique de la part de RUAF et de l'ICLEI http://www.ruaf.org/cityfood http://www.iclei.org/index.php?id=1348
  23. 23. Fondation RUAF  www.RUAF.org  Magazine sur l'agriculture urbaine  Recommandations et outils  Résultats de recherches  Exemples de politiques sur l'AUP et les systèmes alimentaires urbains  Expériences de projets locaux (des gouv., PME, ONG, coopératives)
  24. 24. Merci ! h.dezeeuw@ruaf.org www.ruaf.org
  25. 25. Villes Légumes Œufs Volailles Lait Porc La Paz 30 Dakar 70-80 65-70 Dar Es Salaam 90 60 Accra 90 Shanghai 60 90 50 90-100 50 Hanoï 0-75 (saison) 40 50 50 % de consommation urbaine issue de l'AUP Données issues d'études réalisées entre 2000 et 2008 lien
  26. 26. Villes Revenu mensuel (en dollars américains) tiré de l'horticulture péri- urbaine Accra 40-50 Rosario 40-150 Brazzaville 140-170 (producteurs) 120 (vendeurs) Cameroun 70 Lagos 120 Ouagadougou 25-100 Yaoundé 35-70 Hô-Chi-Minh-Ville 40-125 Jakarta 30-50 Données issues d'études réalisées entre 2000 et 2008 lien

×