Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Briefing de Bruxelles 47: Josephine Mwangi "Financements innovants pour la transformation agricole"

192 views

Published on

Le dernier Briefing de Bruxelles sur le Développement sur le thème « Commerce régional en Afrique : moteurs de développement, tendances et opportunités » s’est tenu le vendredi 3 février 2017 (9h00-13h00) au sein du Secretariat ACP (451 Avenue Georges Henri, 1200 Bruxelles, salle C). Ce Briefing de Bruxelles a été organisé par le Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA) en collaboration avec l’IFPRI, la DG Développement et Coopération de la Commission européenne (CE/DG DEVCO), le secrétariat ACP, et la Confédération européenne des ONG d’urgence et de développement (Concord).

Published in: Economy & Finance
  • Be the first to comment

Briefing de Bruxelles 47: Josephine Mwangi "Financements innovants pour la transformation agricole"

  1. 1. Financement de la transformation et de l'agro- industrie africaines JOSÉPHINE MWANGI Banque africaine de développement Bruxelles 3 février 2017
  2. 2. Résumé de la présentation 2 I. Les 5 grandes priorités de la BAD II. Pourquoi nous avons besoin d'une stratégie de transformation agricole pour l'Afrique III. La réponse stratégique de la BAD IV. Les coûts et le financement V. Les initiatives phares de la BAD
  3. 3. 1. Électricité et lumière pour l'Afrique 2. Nourrir l'Afrique 3. Industrialiser l'Afrique 4. Intégrer l'Afrique 5. Améliorer la qualité de vie des Africains Les 5 grandes priorités de la BAD 3
  4. 4. La stratégie de mise en œuvre de chacune de ces priorités a été préparée (ou est en cours de préparation) La Stratégie pour Nourrir l'Afrique - appelée La stratégie pour la transformation agricole de l'Afrique (2016-2025) a été préparée. Déjà en cours d'exécution 4
  5. 5. II. Pourquoi nous avons besoin d'une stratégie de transformation agricole pour l'Afrique 5
  6. 6. • Pourtant, une part importante de la population continue de vivre dans une pauvreté persistante ; et • fait face à une détérioration de sa sécurité alimentaire, en dépit d'un formidable potentiel inexploité. Raison essentielle  Très faibles rendements des récoltes. comparer : Récoltes Rendement en Afrique Bonnes pratiques Résultats hausse rapide des importations de denrées alimentaires et des factures d'importation. L'AGRICULTURE RESTE LA PRINCIPALE SOURCE DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE 2,0 tm/ha 9,4 tm/ha 2,5 tm/ha 0,5 l/ha Maïs Manioc Riz Lait 19,2 tm/ha 25,4 tm/ha 8,3 tm/ha 10,0 l/ha
  7. 7. Obstacles paralysant le secteur agricole en Afrique En raison d'un niveau restreint de recherche et développement ; faible utilisation d'intrants et mécanisation limitée ; services de développement minimaux ; pertes élevées après les récoltes Valeur ajoutée et liens commerciaux limités Chaînes de valeur sous- performantes Infrastructures insuffisantes Infrastructures matérielles - transport, énergie, eau, gestion des déchets. Infrastructures immatérielles - y compris le vieillissement des agriculteurs et le manque de compétences pour l'agriculture commerciale et les secteurs liés à l'agriculture Accès limité au financement agricole En raison du risque associé (perçu ou réel) ; Coût élevé de la prestation des services ; et Défaut d'attractivité en raison des faibles rendements Environnement agro- alimentaire défavorable Accès au marché et aides défavorables ; réglementation du secteur inefficace ; environnement commercial défavorable Inclusivité, durabilité et alimentation limitées Inclusivité insuffisante des femmes et des jeunes ; durabilité non assurée, matières premières à haute valeur nutritive limitées
  8. 8. 8 Contribuer à la fin de l'extrême pauvreté Éradiquer la faim et la malnutrition Devenir un exportateur net de produits agricoles Se hisser au sommet des chaînes de valeur agricoles clés Ciblepour2025 Une sécurité alimentaire pour tous les Africains Éradiquer la faim et la malnutrition Éliminer les importations à grande échelle Balance commerciale nette de l'Afrique – 0 milliard USD Part de l'Afrique dans la valeur marchande pour les produits transformés : env. 40 % Lasituationactuelle env. 130 mio de personnes sorties de l'extrême pauvreté 33 % des enfants africains vivent dans un état de faim chronique ; 40 millions d'enfants de moins de 5 ans accusent un retard de croissance Objectifs 4 Les impératifs de la transformation agricole : les objectifs, la situation, les cibles 420 millions d'Africains vivent dans l'extrême pauvreté, soit avec 1,25 USD/jour ce chiffre passera à 550 millions d'ici 2025 si nous ne faisons rien facture des importations nettes de denrées alimentaires de 35,4 milliards USD/an, appelée à s'élever à 111 milliards USD/an d'ici 2025 si nous ne faisons rien Faible valeur ajoutée aux produits agricoles
  9. 9. III. La réponse stratégiquede la BAD
  10. 10. Une approche ciblée sur les chaînes de valeur des produits intégrés
  11. 11. L'approche de la chaîne de valeur pour le développement Possibilités d'emplois dans la chaîne de valeur agricole
  12. 12. Productivité accrue 1 Augmentation des investissements dans les infrastructures matérielles et immatérielles 3 Les facteurs favorables pour nourrir l'Afrique Valeur réalisée par l'augmentation de la production 2 7 facteurs favorables pour guider l'approche du développement de la chaîne de valeur : AT : accroître les investissements dans la recherche agricole et la diffusion de technologies Programme de mécanisation : créer des facilités de leasing pour la mécanisation des exploitations agricoles Développer des systèmes d'approvisionnement par des distributeurs d'intrants, développer le financement des intrants et mettre les agriculteurs en relation avec les acheteurs Soutenir le déploiement à grande échelle de modèles de développement agricole innovants investir dans les infrastructures et la formation pour réduire les pertes dans les exploitations agricoles et après les récoltes Systèmes de crédits-stockages (SCS) à grande échelle comme 1re étape pour la mise en place de bourses de produits de base augmentation et liaison de la capacité de production et de transformation le long des corridors clés Agrandissement de l'échelle et reproduction des modèles innovants pour organiser et regrouper les agriculteurs Mettre en place des bourses de produits agricoles Coordination des infrastructures : accélérer et coordonner le développement des infrastructures matérielles facilitantes (énergie, eau, logistique) Infrastructures commerciales : construire des centres commerciaux et des infrastructures de services connexes E-enregistrement des agriculteurs : lancer des systèmes d'e-enregistrement des agriculteurs à grande échelle Le rôle de la BAD
  13. 13. Extension du financement agricole 4 catalyser les prêts bancaires au secteur agricole par le biais de mécanismes de partage des risques apporter un financement et renforcer les capacités des fonds en faveur des PME Projet de mécanismes financiers pour augmenter le financement à long terme des PME agricoles Facilité de financement du commerce pour renforcer la facilité actuelle destinée aux produits agricoles Développer l'initiative African Risk Capacity (ARC) (solution d'assurance souveraine contre les chocs agro-écologiques) Obligations pour la diaspora : créer des produits de prêt pour attirer la diaspora et les capitaux institutionnels Faciliter l'octroi de prêts à des taux inférieurs à ceux des opérateurs agricoles par le biais de fonds de banques centrales Approfondir et élargir les marchés d'assurance agricole Amélioration de l'environneme nt agro- alimentaire 5 Coordonner l'établissement d'une matrice de politique à l'échelle de l'Afrique, détaillant les changements politiques clés nécessaires pour permettre une transformation. améliorer les systèmes statistiques dans les pays africains en renforçant les capacités dans les ministères et en apportant une assistance technique Faciliter la réforme du régime foncier par le biais du Centre pour les politiques foncières en Afrique Renforcer les capacités des acteurs du secteur privé (par ex., les chambres de commerce) pour qu'ils puissent plaider en faveur de politiques favorables à l'agriculture Soutenir le développement d'indices de l'environnement agro-alimentaire 7 facilitateurs (suite) Les facteurs favorables pour nourrir l'Afrique Le rôle de la BAD
  14. 14. Meilleures inclusivité, durabilité et alimentation 6 Coordination 7 Le dispositif AFAWA : créer une facilité pour promouvoir les MPME détenues par des femmes Accroître la représentation des femmes dans la recherche agricole créer des dispositifs pour accroître l'emploi des jeunes et améliorer les compétences dans l'agro-industrie (par ex., ENABLE Youth) apporter des fonds pour soutenir l'adaptation au climat et les pratiques agricoles intelligentes sur le plan climatique Encourager l'extension et la diffusion des programmes alimentaires Partenariat entre les principaux acteurs du secteur public, du secteur privé et des institutions de développement Soutenir les initiatives pan-africaines de leadership agricole (par ex., Leadership 4 Agriculture) 7 facilitateurs (suite) Le rôle de la BADLes facteurs favorables pour nourrir l'Afrique
  15. 15. NOURRIR l'Afrique : La transformation agricole de l'Afrique IV. Les coûts et le financement
  16. 16. Atteindre les objectifs du projet Nourrir l'Afrique nécessite des investissements importants et générerait des revenus substantiels Nous estimons le coût à 315-400 milliards USD sur la prochaine décennie, soit une moyenne de 32-40 mia USD par année cela pourrait débloquer 85 mia USD de revenus par an à partir de 2025
  17. 17. V. Financement de la transformation agricole
  18. 18. $7bn $3bn Total Required env. 32-40 mia USD Gap env. 25-33 mia USD Total Investment Commercial Lending <$1bn Govt Spending 2-3 mia USD Other ODA and Donors AfDB <$1bn Le total des dépenses gouvernementales s'élève à env. 12 mia USD, bien que 70-80 % correspondent à des engagements de dépenses courantes, qui ne laissent que 2-3 mia USD pour des investissements Financement actuel pour le développement de l'agriculture en Afrique par rapport aux conditions d'une transformation, mia USD/an Les sources de financement pour combler ce fossé comprennent : • la BAD : Relèvement du niveau des prêts annuels à 2,4 mia USD/an • les gouvernements : co-investissement dans l'augmentation du volume des prêts de la BAD (@ 10 %) et de l'allocation budgétaire, de 3 % en moyenne à 5 % • Les banques commerciales : volume de prêts actuel de 660 mio USD par an (4,8 % ou env. 14 mia USD) ; marge pour catalyser davantage • Les fonds souverains : ASG d'env. 160 mia USD • Les fonds de pension : ASG de 380 mia USD • Fonds de capital-investissement pondérés pour l'Afrique : ASG de 25-35 mia USD La BAD et des partenaires du secteur public stimuleront le financement privé et institutionnel par : • La mise en place d'environnements favorables à l'investissement privé • Le recours à des outils innovants de réduction des risques et à du financement mixte • En faisant la démonstration du potentiel de rendements corrigés du risque dans les projets agricoles et agroalimentaires Actuellement, le financement total des investissements s'élève à quelque 7 mia USD par an Créant un déficit de financement d'env. 25-33 mia USD
  19. 19. Le financement de la transformation agricole en Afrique • Nous pensons qu'il existe des ressources suffisantes à l'échelle mondiale pour financer la transformation de l'agriculture : • la BADse propose de porter le total de ses prêts annuels au secteur à 2,4 mia USD/an • les gouvernements : co-investissement dans l'augmentation du volume des prêts de la BAD (@ 10 %) et de l'allocation budgétaire, de 3 % en moyenne actuellement à 5 % • Les banques commerciales :volume de prêts actuel de 660 mio USD par an (4,8 % ou env. 14 mia USD) ; marge pour catalyser davantage • Les fonds souverains :les ASG (actifs sous gestion)sont estimés à160 mia USD • Les fonds de pension :ASG de 380 mia USD • Les fonds de placement privés : ASG de 25-35 mia USD, dont 900 mio par an destinés à l'agriculture La BAD et des partenaires du secteur public stimuleront le financement privé et institutionnel par : • La mise en place d'environnements favorables à l'investissement privé • Le recours à des outils innovants de réduction des risques et à du financement mixte • En faisant la démonstration du potentiel de rendements corrigés du risquedans les projets agricoles et agroalimentaires
  20. 20. Obstacles et défis du financement au niveau micro • Coût élevé des services aux agriculteurs • Investissements initiaux dans les compétences du personnel, les systèmes, les processus de back-office • Saisonnalité et timing incertain des flux/défis de trésorerie autour de la gestion des liquidités • Trouver l'expertise agricole nécessaire pour concevoir des produits financiers qui répondent aux besoins des agriculteurs • Risques climatiques (absence de mécanismes de réassurance) Manque d'organisation • des agriculteurs • Liens non fiables avec les marchés en aval • Manque de titres de propriété et d'autres garanties • Faibles rendements • Coûts élevés du transport Petites et moyennes entreprises (PME) • Le manque d'accès des PME au financement limite leur croissance • Manque de mécanismes de couverture DemandeOffre
  21. 21. • Les petits exploitants • Les agriculteurs commerciaux émergents • Les PME conditionneurs agricoles • Semenciers et fournisseurs d'intrants • Réseaux de revendeurs de produits pour l'agriculture • Autres (logistique, fournisseurs d'espaces de stockage) Besoins de financement non satisfaits - Produits DIVERS • Capital à court terme • Financement à moyen terme • Dette à long terme • Investissement en actions Fonds de roulement pour PEA et PME, achat d'intrants Achat d'équipements Biens d'équipement et Terrains Expansion de l'acheteur Les acteurs de la chaîne de valeur - Accès limité aux services financiers formels
  22. 22. Exemples : • Facilités de partage des risques • Portefeuille de garanties d'emprunts • Développements de nouveaux produits • Fonds catalytiques de PME • AT aux banques pour améliorer leurs systèmes et processus de prêt • Plates-formes de porte-monnaie mobiles et de paiements numériques • Banques commerciales • Banques agricoles publiques • Fonds de placement privés et de PME • Institutions de microfinance • Fournisseurs d'assurances Nouveaux produits
  23. 23. Initiatives phares Technologies pour la transformation agricole de l'Afrique Diffusion et développement de technologies de transformation agricole éprouvées visant à accroître la productivité des agriculteurs Agropôles, zones de transformation agro-industrielle et corridors • Créer des zones de conditionnement agricole pour concentrer des ressources et créer un environnement favorable dans les zones à fort potentiel en matière d'agrégation, de conditionnement, d'informations commerciales, de liens commerciaux et de liens avec des PME pour les agriculteurs et les entreprises agroalimentaires Le soutien aux agro-entrepriseset ENABLE Youth • Programme visant à accroître la participation des jeunes dans le secteur agricole en offrant une formation commerciale, des capitaux de lancement pour les entreprises agro-industrielles dirigées par des jeunes, du mentorat et des placements dans des entreprises agro-industrielles. Mécanisme de partage des risques pour l'agriculture africaine • Le mécanisme de partage des risques pour l'agriculture africaine permettra d'augmenter le volume des prêts bancaires aux PME par une réduction des risques des activités de crédit et l'attraction de nouveaux capitaux pour le secteur.
  24. 24. Initiatives phares : Assurance souveraine • L'assurance des risques en Afrique améliorera la résistance des pays africains aux chocs agro- climatiques en renforçant une solution d'assurance souveraine à l'échelle du continent. Financement d'infrastructures • Mécanisme de financement de projets agricoles visant à fournir un cofinancement et une assistance au développement de projets de chaîne de valeur qui catalysera le financement nécessaire à la construction d'infrastructures agricoles ; Mécanisme de financement du commerce agricole africain • Facilitera le commerce et améliorera la compétitivité mondiale des exportateurs agricoles africains en ouvrant un accès au financement pour les banques et les regroupeurs d'exportations. E-enregistrement des agriculteurs : • Soutien à une plate-forme africaine de paiements électroniques pour la distribution d'intrants en vue d'accroître la productivité des agriculteurs et leurs revenus - des pays vont constituer des bases de données de leurs agriculteurs pour permettre la distribution d'intrants et la fourniture de services essentiels par l'utilisation de mobiles.
  25. 25. Initiatives phares : Développement du réseau des intrants agricoles / Financement des intrants • Projet visant à augmenter la productivité des agriculteurs par le renforcement du financement à grande échelle des producteurs domestiques d'intrants, qui contribue à l'extension de l'accès aux marchés pour les petits exploitants et soutient les réformes politiques tendant vers un meilleur accès pour les intrants. Aide aux exploitations agricoles pour les dépenses en capital, l'embauche et l'investissement • Le programme africain de mécanisation entraînera une augmentation des revenus des agriculteurs en permettant aux agriculteurs de louer à bail des équipements mécanisés permettant une production plus efficace. Déchets et pertes dans les exploitations agricoles et après la récolte • Le mécanisme de prévention des pertes après la récolte va augmenter les revenus des agriculteurs en rendant plus facilement disponibles des technologies visant à éviter les après la récolte (PAR) grâce à des investissements en capital de croissance, au bénéfice de fournisseurs, et à des prêts permettant aux agriculteurs de contracter des leasings. Diffusion de modèles de crédits-stockages • Les systèmes de crédits-stockages permettent aux agriculteurs de stocker leurs produits dans des entrepôts autorisés et de recevoir des crédits-stockages qui leur servent d'actif pour la vente ou de garantie pour contracter des prêts
  26. 26. Initiatives phares Initiative de renforcement des capacités de financement agricole pour les PME • Projet visant à renforcer la capacité du secteur à long terme et à soutenir le développement de véhicules de financement innovants en faveur des PME par le financement d'une variété d'institutions financières non bancaires et d'acteurs de l'écosystème Action de discrimination positive pour le financement des femmes (AFAWA) • Projet visant à augmenter les revenus des femmes en élargissant leur accès au crédit pour le développement d'exploitations agricoles. Fonds de résistance au climat pour l'agriculture • Projet visant à mobiliser des ressources pour investir dans des projets qui ont déjà démontré qu'ils amélioraient la résistance des agriculteurs aux chocs climatiques et à la dégradation des terres. Fonds spécial pour l'alimentation en Afrique • Projets visant à soutenir des programmes alimentaires dirigés par des communautés dans des pays qui en ont un grand besoin afin d'améliorer la sécurité alimentaire et de prévenir la malnutrition.
  27. 27. La réalisation de la transformation agricole de l'Afrique nécessitera des partenariats et des liens de collaboration solides Productivité accrue Infrastructures matérielles et immatérielles Financement agricole Inclusivité, durabilité et alimentation Principaux acteurs et partenaires potentiels pour le programme Nourrir l'Afrique Amélioration de l'environnement agro-alimentaire Productivité réalisée Donateurs multilatéraux et bilatéraux, fondations, organismes gouvernementaux Petites et grandes exploitations agricoles ; organisations paysannes ; entreprises alimentaires + Pays membres régionaux PartenariatCo-financement Co-développement Non exhaustif
  28. 28. GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT THANK YOU / MERCI Joséphine MWANGI E-mail : j.mwangi@afdb.org 28

×