Classes inversées, enseignement renversé

6,963 views

Published on

Document support de mon intervention sur la classe inversée donnée à Dijon dans le cadre de Clise 2016, le 27 janvier 2016

Published in: Education

Classes inversées, enseignement renversé

  1. 1. Classes inversées, enseignement renversé ? Bruno Devauchelle CANOPE Dijon 27 janvier 2016
  2. 2. Souhaitons nous une bonne année qui soit « à l’endroit »
  3. 3. 1.1 - La classe inversée : un espace de liberté… contrôlée • La liberté pédagogique inscrite dans la loi s’incarne parfaitement dans la classe inversée • Elle ne modifie pas fondamentalement le système et en particulier (Cnire 2014) • Ne touche pas aux programmes des disciplines • Ne touche pas aux horaires des disciplines • Ne touche pas aux examens • En associant numérique et pédagogie • Elle conforte apparemment le lien entre ces deux éléments • Elle introduit l’idée d’une pédagogie numérique • Mais aussi elle questionne le travail à la maison
  4. 4. 1.2 - La classe inversée : un espace de liberté… à élargir ? • Elle invite aussi à interroger les « espaces et lieux de travail » • Faire en sorte que le lieu de l’apprendre soit adapté aux activités • Utiliser les espaces autres : espace documentaire (Learning lab ?) • Elle invite à interroger les formes individuelles du travail • Faire évoluer son mode de travail personnel (enseignants et élèves) • Faire évoluer la manière dont les élèves se représentent leurs activités • Donner à la relation enseignant élève une autre « dissymétrie » • Favoriser le droit de « poser des questions »
  5. 5. 2.1 - Pas une mais des plusieurs formes • La représentation médiatisée de la classe inversée : • Vidéo à la maison, exercices en cours • Faire entrer l’inversion dans sa pédagogie est affaire de scénarisation • Penser l’inversion dans le cadre d’une planification sur plusieurs séances • Entrer dans l’inversion « après » une préparation • Penser à « l’alignement pédagogique » sur l’ensemble de la séquence • L’inversion suppose de penser la continuité • Assurer le lien entre le « en classe » et le « hors classe » • Ne pas faire du « hors classe » un monde étrange et étranger • Assurer pour chacun le possible bénéfice du « hors classe » (CDI, domicile, internat etc…)
  6. 6. 2.2 - Pas une mais des plusieurs formes • L’inversion n’impose pas le numérique • La multiplicité des supports est permise • La centration sur les activités de l’élève est première • Le numérique facilite l’inversion • Il est facilitant par la richesse des supports existants • Il permet aux élèves d’utiliser l’informatique différemment (donner du sens à une usage domestique) • Il permet une véritable continuité « en classe »- « hors classe » • Il favorise un suivi différencié des apprentissages • De l’individualisation à la collaboration, des instruments précieux à utiliser
  7. 7. 2.3 - Pas une mais des plusieurs formes • Des formes d’inversion à questionner • Quelles activités fait on à domicile (ou hors classe)? • Quelles activités fait-on « en classe » ? • Comment assure-t-on l’articulation entre les deux ? • L’activité hors temps de classe ne s’improvise pas • Les « capsules vidéos » ne sont pas les seules modalités • L’utilisation de l’existant est profitable selon les disciplines • L’activité d’apprendre en autonomie suppose une guidance minimale • Les activités en classe peuvent aussi varier • Assurer la qualité des acquisitions : la priorité
  8. 8. 3.1 - Qui cependant posent des questions • L’enseignant concepteur de supports : est-ce à la portée de tous ? • Du simple document texte… à la vidéo, une grande variété • La question du temps nécessaire à la conception • Le besoin de compétences numérique avancées selon les choix faits • Mais des supports réutilisables ? • Utiliser des ressources existantes : pertinence, qualité ? • Le droit de « copier » sous réserve du droit d’auteur et de sourçage • La recherche des ressources est parfois complexe (environnement professionnel de travail) • L’évaluation des sources en regard des objectifs à atteindre
  9. 9. 3.2 - Qui cependant posent des questions • Mettre en activité pour apprendre • La réception est une forme d’action : mais quel degré de passivité ? • Quelles activités permettent d’apprendre quoi ? • Approfondir et stabiliser les apprentissages… une nécessité • La mise en activité des élèves sur le temps de classe • Individuelles, collectives ou collaboratives • Question des traces et de la consolidation des apprentissages • Gestion du temps et des interactions • Gestion de l’autonomie/guidance/guidage
  10. 10. 3.3 - Qui cependant posent des questions • La mise en activité des élèves hors temps de classe • De la consultation simple • La recherche orientée • Le traitement de documents • A l’élaboration de ressources • Mais reste la question de la qualité du temps hors classe • Environnement technique (maillon faible) • Dynamique d’autonomie de l’élève • Accompagnement et/ou guidance • Articulation avec le présentiel (traces, etc…) • Possibilité de la collaboration/entraide
  11. 11. 3.4 - Qui cependant posent des questions • La multimodalité : de nouveaux langages • Maitriser les spécificités des supports • Connaître les langages des médias utilisés • Le risque de la saturation/répétition • Faire évoluer la représentation du scolaire des élèves et des parents • Dans la séquence, préparer les élèves à la continuité « hors-classe », « en classe » • Développer le plaisir d’apprendre/découverte dans les activités hors classe • Favoriser l’implication des élèves dans l’élaboration des ressources • Inverser la classe, c’est introduire à la formation tout au long de la vie • En évitant de scolariser la vie personnelle des élèves….
  12. 12. 4.1 - Mais quels sont les vrais changements ? • Passer de l’information à la compétence • Faire de l’information un terreau d’apprentissage • Permettre de transformer l’information en connaissance • Mettre en activité les connaissances pour en faire des compétences • Les moments de l’apprentissage : une métaphore • Ingestion • Digestion • Assimilation/élimination • Réutilisation • Les formes classiques de l’apprentissage • Imiter : reproduire, apprentissage vicariant • Expérimenter : essayer, tester, • Interaction : confronter, évaluer
  13. 13. 4.2 - Mais quels sont les vrais changements ? • La centration sur le processus apprendre pour induire le processus enseigner • Amener l’élève à « manipuler » davantage les connaissances • Développer les relations entre enseignants et élèves dans une forme de co-construction • Ne pas laisser le « hors classe » comme un « no man’s land », une « boite noire » • Repenser le travail enseignant • Favoriser la guidance, l’accompagnement • Varier les postures (ne pas tout inverser…)
  14. 14. 5.1 - De l’inversion au renversement ? • Inverser la classe est une étape de la réflexion pédagogique • Cela questionne la forme rituelle du travail • L’enseignant doit interroger sa posture sur le temps de classe • L’enseignant doit interroger aussi la place de l’élève dans son scénario • Les contraintes de la forme scolaire peuvent être des freins • Pas assez de temps… pour voir le programme • Difficulté pour garantir les acquisitions fondamentales • La classe inversée rend possible une approche des compétences qui inclut les connaissances
  15. 15. 5.2 - De l’inversion au renversement ? • La classe inversée favorise le travail des obstacles et des erreurs • Permettre à l’élève de prendre le temps d’exprimer sa relation aux obstacles • Donner à l’enseignant le moyen de repérer/comprendre les erreurs • Favoriser le regard sur le processus et pas seulement sur le produit • Développer la classe inversée n’est pas un projet isolé • Le risque de l’expérimentation « dans son coin » • L’occasion d’une réflexion collective sur l’apprendre à la maison • Travailler avec l’équipe sur cette évolution • Penser la classe inversée au niveau de l’établissement • Favoriser l’alignement pédagogique et la coordination des actions…
  16. 16. 6 - L’envers et l’endroit de l’école à venir • Le monde scolaire cherche à reprendre son souffle • Confronté à l’offre numérique il s’interroge sur son modèle • Fondé sur la relation à l’objet rare : le livre • Institué sur un projet politique : développer la société • Basé sur un personnage idéalisé : l’enseignant • Mutation progressive du métier d’enseignant • Du modèle diffusionniste au modèle transmissif (anthropologie) • Du contrôle normatif à l’accompagnement structurant • Un projet d’enseignant, d’établissement, de société ?
  17. 17. Merci de votre attention
  18. 18. Références bibliographiques • Livres • Alain Taurisson, Claire Herviou, Pédagogie de l'activité : pour une nouvelle classe inversée. ESF 2015 • Salman Khan, L'éducation réinventée, JC Lattés, 2013 • A.Sams, J.F. Bergmann, La classe inversée, Reynald Goulet éditions, © 2014 • A.Sams, J.F. Bergmann, M.A.Girard, Apprentissage inversé, Reynald Goulet éditions, © 2015 • Lebrun Marcel, Lecoq Julie, Classes inversées, enseigner et apprendre à l’endroit ! CANOPE Editions 2015 • Articles • Biggs, J. (2011), Teaching for Quality Learning at University, Buckingham: Open University Press/McGraw Hill, 2011. • Bissonnette, S. et Gauthier, C. (2012). Faire la classe à l’endroit ou à l’envers ? Formation et profession, 20(1), 23-28. http://dx.doi.org/10.18162/fp.2012.173 • FAILLET V., La pédagogie inversée : recherche sur la pratique de la classe inversée au lycée, Rubrique de la revue STICEF, Volume 21, 2014, ISSN : 1764-7223, mis en ligne le 04/05/2015, http://sticef.univ-lemans.fr/num/vol2014/23r- faillet/sticef_2014_faillet_23r.htm • Nizet I., Meyer F., La classe inversée : que peut-elle apporter aux enseignants ?, en ligne sur le site de CANOPE 2015, http://www.cndp.fr/agence-usages-tice/que-dit-la-recherche/la-classe-inversee-que-peut-elle-apporter-aux-enseignants- 79.htm • Gardiès C., Fabre I., « Médiation des savoirs : de la diffusion d’informations numériques à la construction de connaissances, le cas d’une « classe inversée » », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 18 décembre 2015, consulté le 18 janvier 2016. URL : http://dms.revues.org/1240

×