Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.
Loading in …3
×
1 of 57

les Lesions elementaires en dermatologie

23

Share

Download to read offline

cours de dermatologie

Related Books

Free with a 30 day trial from Scribd

See all

Related Audiobooks

Free with a 30 day trial from Scribd

See all

les Lesions elementaires en dermatologie

  1. 1. Présenté par : Dr. Benkourdel mohamed C.H.U.O Service de Dermatologie Dr. Mahmoudi 2016-2017 15/02/2017 Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  2. 2. Plan du cour  Introduction,  Rappel histologique sur la peau et les phanères,  Description des lésion élémentaires,  Lésion primitive,  Lésion secondaire,  Sémiologie dermatologique Signe fonctionnelles, L’examen physique,  Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  3. 3. Introduction (1) La peau est le langage du corps et reflet de l’environnement et la vie intérieur du sujet question  Quoi de plus facile que diagnostiquer les maladies de la peau? La pathologie est sous nos yeux!!!!!!  Alors que les non dermatologue ont tant de mal à interpréter ce qu’ils voient? Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  4. 4. Introduction (2) Réponse: cela pour trois raisons  C’est qu’on dénombre quelque milliers de maladies cutanées,  C’est le fait qu’une seule et même entité peut varier en apparence avec le temps et les individus,  C’est le caractère dynamique des maladies de la peau, exp: herpes simplex, Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  5. 5. Introduction  La peau est un organe différent des autres :  C’est un organe visible  C’est un organe d’échange  C’est un organe affiché  Les phanères (poils et ongles) et de nombreuses glandes exocrines lui sont annexés,  La peau est un organe accessible à l'examen clinique et aux explorations para cliniques simples (prélèvement, biopsie). L’observation de la peau, des muqueuses et des phanères fait partie de tout examen clinique. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  6. 6. Carte d’identité de la peau chez l’adulte  Surface: 1,8 m2,  Poids: 4,5kg,  Epaisseur moyenne: 1,2mm,  Rapport surface/ épaisseur: 150000,  5millions de follicules pilo-sébacés,  3millions de glandes sudoripares,  ph= 4,2-6,1 (manteau acide) avec variation régionales, Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  7. 7. Rappel histologique: la peau (1) Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O  04 région de la superficie vers la profondeur:  Epiderme,  La jonction dermo-épidermique,  Derme ,  Hypoderme,
  8. 8. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  9. 9. Rappel histologique: la peau (2) Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O  Epiderme:
  10. 10. Rappel histologique: la peau (3)  Epiderme: kératinocyte kératinocyte représentent 80% de l’ensemble de c de l’épiderme, elles d’origine ectoblastique En M,O la migration des k donnent l’aspect stratifie de l’epiderme avec 04 couche:  Couche basale  Couche épineuse  Couche granuleuse  Couche cornée Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  11. 11. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Couche basale Une seule assise de c cylindrique, cytoplasme claire et noyau allongés Couche spineuse* C polygonaux, noyau plus arrondie, et cytoplasme plus foncé Couche granuleuse Couche cornée En03sem
  12. 12. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  13. 13. Rappel histologique: l’ongle Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  14. 14. Rappel histologique: l’ongle Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  15. 15. Rappel histologique: l’ongle Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  16. 16. Rappel histologique: Les glandes sudoripares Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Ce sont des glandes exocrines, tubuleuses simples pelotonnées, sécrétant la sueur Glande sudoripare
  17. 17. Rappel histologique: Les glandes sébacées Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Exocrines, alvéolaires simples, holocrines et sécrétant un produit lipidique, le sébum, sont annexées aux poils
  18. 18. Rappel histologique: Les follicules pilo-sébacés Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  19. 19. Description des lésions dermatologiques: Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O • Les lésions élémentaires peuvent être : - primitives: traduisant le processus lésionnel initial, - secondaires: représentant l’évolution de ce processus. • Une dermatose peut être constituée d’un seul type de lésion élémentaire ou de l’association de plusieurs.
  20. 20. Description des lésions dermatologiques: Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O D’autres classifications simplement descriptives existent en fonction de leur caractère palpable et/ou visible, des altérations de la surface, de la consistance de la peau
  21. 21. Lésion primitive: macule (taches) Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O • C’est une lésion circonscrite, plane, sans relief, ni infiltration, dyschromique. • Elles peuvent être: a- Macules rouges : érythème, angiome, purpura b- Macules hyper pigmentées : mélaniques, non mélaniques c- Macules dépigmentées : hypochromiques, achromiques Macules lors d’une fièvre boutonneuse
  22. 22. Lésion primitive: macule (taches) Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O I. Macules rouges: • Elles sont très fréquentes. Elles sont divisées en 3 catégories en fonction des caractéristiques de la vitro pression : – l’érythème : s’efface à la vitro pression, – les macules vasculaires : s’effacent en partie à la vitro pression, – le purpura : ne s’efface pas à la vitro pression. Lésion érythémateuse étendue : « coup de soleil » Purpura : Angiome plan : macule s’effaçant a la pression
  23. 23. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  24. 24. Lesions primitives -Macule -a)Les macules rouges Erythème:  C’est une congestion des vaisseaux du derme superficiel,  s’effaçant à la vitro pression, présent dans tous les états inflammatoires. Exanthème: 3 types scarlatiniforme morbiliforme roséoliforme localisé Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  25. 25. Lesions primitives -Macule -a)Les macules rouges Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Erythème scarlatiniforme: Erythème morbiliforme Erythème roséoliforme
  26. 26. Lesions primitives -Macule -a)Les macules rouges Erythème:  Erythrodermie: Erythème généralisé qui touche plus de 90% de la surface cutanée. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  27. 27. Lesions primitives -Macule -a)Les macules rouges Erythème:  Érythème localisé Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  28. 28. Lesions primitives -Macule -a)Les macules rouges Erythème:  Érythème localisé Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  29. 29. Lesions primitives -Macule -b)Macules pigmentaires I. Localisées dans la majorité des cas: Exp: masque de grossesse, taches café-au-lait de la neurofibromatose I. Généralisées : on parle alors de mélanodermie Exemple : mélanodermie de la maladie d'Addison. Il peut s'agir plus rarement de l'accumulation dans la peau de pigment non mélanique, le plus souvent métallique (fer dans l'hémochromatose). Il peut aussi s'agir de l'accumulation de cellules naeviques comme dans les nævus mélanocytaire ou grains de beauté. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Erythème pigmenté fixe lié à la prise d'un sirop pour la touxMacule pigmentaire Grain de beauté
  30. 30. Lesions primitives -Macule -c) Macules achromiques Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O  Ces lésions dépigmentée peuvent être :  Primitives, liée à une maladie héréditaire exemple l'albinisme  Acquises, à l'exemple du vitiligo  Les cicatrices sont volontiers achromiques.
  31. 31. Lesions primitives -Macule -c) Macules achromiques Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O  Ces lésions dépigmentée peuvent être :  Primitives, liée à une maladie héréditaire exemple l'albinisme  Acquises, à l'exemple du vitiligo  Les cicatrices sont volontiers achromiques.
  32. 32. Lesions primitives -Macule -d) la leuco - mélanodermie Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O  une association d'hypochromie et d'hyperchromie mélanique.
  33. 33. Lesions primitives -Papules Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O  Les papules sont des lésions visibles et palpables, réalisant une petite surélévation par rapport à la peau voisine.  La lésion est bien circonscrite et d'une taille inférieure à 1 cm ; au-delà, on parle d'une plaque papuleux.  Les différents types de papules sont : Papules épidermiques : verrues par exemple. Elle est due à une hyperplasie de l’épiderme (acanthose). Elle est souvent sèche et kératosique. Le type clinique le plus fréquent est la verrue plane Papules dermiques : (œdémateuse, par infiltrat ou surcharge) - papule folliculaire, Correspond à une atteinte du follicule pileux - papule miliaire, verrues planes profuses (immunodépréssion) Papules végétantes ou plates
  34. 34.  Liées à un œdème : rose, dans l'urticaire par exemple,  Liées à un infiltrat cellulaires : plus fermes, surélevées, infiltrées par de nombreuses cellules Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Lesions primitives -Papules Papules dermiques Urticaire allergique de la face. La lésion est prurigineuse et mobile dans le temps Tumeur épithéliale, carcinome basocellulaire Liées à des dépôts de matériel: par exemple du cholestérol. Une biopsie cutanée est souvent nécessaire en cas de papules par infiltrat dermique afin de déterminer leur nature exacte. Grand placard urticarien du tronc (allergie aux fraises tagada !)
  35. 35. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  36. 36. Lesions primitives -Nodules Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Les nodules sont des lésions primitives visibles, palpables, arrondies et surtout de grande taille (supérieure à 2cm). L'exemple le plus fréquent est l'érythème noueux : les nouures caractéristiques siègent aux jambes, sur les crêtes tibiales, sont douloureuses et évoluent en passant par tous les stades de la biligenèse (comme après un coup). Erythème noueux -Nodosité: 0,5 à 1 cm -Nodule: > 1cm, - Nouure: > 5cm (forme aiguë) - Hypodermite: placard étendu. - Gomme: évolution secondaire (ramollissement – ulcération)
  37. 37. Lésions primitives -Végétations Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O • Ce sont des lésions primitives visibles et palpables. • Elles réalisent des lésions très superficielles, faisant une surélévation de plusieurs millimètres au moins par rapport au plan de la peau. • Leur teinte est très variable, rouge ou de la couleur de la peau normale. • Leur surface est très irrégulière, mamelonnée, donnant parfois un aspect en chou-fleur : elle sont généralement d'aspect charnu et fragile (aspect en framboise) ou plus rarement kératosique et grisâtre (simulant une verrue vulgaire). • La localisation des végétations est ubiquitaire. • Exp: leishmaniose, Mycobactérie marineum, pyodermite végétante, tuberculose.
  38. 38. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  39. 39. Lesions primitives -Lésions liquidiennes Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O • Il s’agit de lésions palpables et visibles qui résultent d’une collection liquidienne. • Il peut s’agir de: •vésicules, •de pustules •ou de bulles.
  40. 40. Lesions primitives -Lésions liquidiennes -a)vésicules, Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Lésion en relief, de petite taille (quelques mm) contenant une sérosité claire, située en peau saine ou érythémateuse. Signes fonctionnels associés variables (douleur, prurit). Lésion transitoire, évoluant vers :- la coalescence- la pustulisation - la rupture (suintement, croûte) Mécanismes : peut résulter - d'une spongiose (= œdème inter-cellulaire) (ex:l’eczéma) - d'une nécrose kératinocytaire (ex: herpès, le zona). Siège intra- épidermique Regroupement souvent évocateur:- disséminées (varicelle) - en bouquet (herpès) - en bande (zona). Etiologies:- virale (groupe herpès) - inflammatoire (eczéma)
  41. 41. Lesions primitives -Lésions liquidiennes -b)bulle, Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Lésion en relief, de grande taille (≥ 1 cm) contenant une sérosité liquide claire, jaunâtre, ou hémorragique. En peau saine ou érythémateuse Fragile et transitoire -> croûte / érosion Signe de Nikolski = décollement cutané provoqué par une pression latérale du doigt en peau saine. Pemphigoïde bulleuse : noter les éléments d'âges différents avec des bulles claires et tendues, des érosions (apparues après la disparition du toit de la bulle) et des croûtes cicatricielles Lésions bulleuses et hémorragiques sur un fond érythémateux lors d'un érysipèle
  42. 42. Lesions primitives -Lésions liquidiennes -c)pustule Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O  Ce sont des lésions primitives visibles et palpables. Elles sont dues à un afflux de polynucléaires neutrophiles dans l'épiderme ou les follicules pilo-sébacés.  Elles réalisent des lésions en relief ou plus rarement planes, de taille variable (souvent <à 1 cm), de couleur blanche ou jaunâtre, contenant une sérosité louche ou du pus franc. Elles peuvent survenir par transformation secondaire pustuleuse de vésicules ou de bulles.  Elles sont fragiles et transitoires, donnant secondairement des érosions et des croûtes.  types anatomo-cliniques:- Folliculaire - Non folliculaire Les lésions sont ombiliquées en leur centre (syndrome de sweet) Pustule cutanée non folliculaire (maladie de Behcet)
  43. 43. Lésions élémentaires secondaires Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Le psoriasis Croûtes : • Elles sont secondaires à la coagulation d'un exsudat. Lésions squameuses • Les lésions squameuses sont constituées de pellicules cornées qui se détachent plus ou moins facilement. • La plupart des lésions squameuses se situent sur une peau rouge on parle de lésions érythémato-squameuses, comme par exemple au cours du psoriasis. • Quand les lamelles cornées sont fortement adhérentes elles correspondent au nom de kératoses ou hyperkératoses. Desquamation des mains après une érythrodermie médicamenteuse
  44. 44. Lésions secondaires Cicatrice Elle correspond au processus de réparation. Certaines d'entre elles peuvent être pathologiques avec un aspect hypertrophique (cicatrice chéloïdienne). Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Cicatrices laissées par des bulles Cicatrice atrophique dite papyracée
  45. 45. Lésions élémentaires secondaires Sclérose  La peau peut s'atrophier à la suite d'une cicatrisation ou lors de certaines maladies comme la sclérodermie. Dans ce cas la peau est amincie, lisse, nacrée.  Au niveau des membres inférieurs il peut s'observer une botte sclérose dite post phlébitique. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  46. 46. Lésions élémentaires secondaires Pertes de Substance  Les pertes de substance cutanées sont des lésions visibles et palpables  → Erosion : perte de substance superficielle. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  47. 47. Lésions élémentaires secondaires Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O → Ulcération : perte de substance plus profonde l'atteignant parfois l'hypoderme et cicatrisant avec séquelles. →Fissure: érosion ou une ulcération linéaire (pli, paumes, plantes) →Gangrène: nécrose tissulaire d’origine vasculaire ou infectieuse. Elle s’ulcère secondairement. →Escarre: nécrose secondairement ulcérée au point de pression (ischémie d’appui); peut atteindre les muscles, les tendons, les os et articulations. →Chancre: érosion ou ulcération au point d’inoculation d’une infection contagieuse. →Phagédénisme: mode d’extension centrifuge d’une ulcération; souvent douloureux.
  48. 48. Lésions élémentaires secondaires  → Aphte :  ulcérations de petite taille, uniques ou multiples, à fond jaune cerné d'un bord rouge, non indurées, fréquentes sur la muqueuse buccale, mais parfois bipolaires (oro-génitales) avec possibilité de variantes (aphtes nécrotiques ou géants). Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O Aphtes confluents du glandAphte lingual : perte de substance très douloureuse à bord érythémateux et à fond jaune
  49. 49. Tumeur cutanée :  Ne correspond pas à une lésion élémentaire particulière: lésion solide, circonscrite, de taille et de consistance  variable, en relief ou incluse dans la peau.  - Elle peut en fait être représentée par toutes sortes de lésions élémentaires primitives (papules, nodules, lésions  érythémateuses ou érythémato-squameuses) ou secondaires (ulcérations, croûtes, cicatrices).  - Elle peut être unique ou multiple, bénigne ou maligne. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  50. 50. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  51. 51. Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  52. 52. Diagnostic en dermatologie :  Le diagnostic en dermatologie est établi sur les données de l’interrogatoire, de l’examen physique et des examens complémentaires.  En théorie, on peut opposer deux démarches cliniques :  La démarche analogique (ou « impulsive »), rapide, fait le diagnostic dès l’inspection.Cette approche clinique nécessite d'avoir déjà vu la lésion pour la reconnaître, et comporte le risque d'erreur par défaut.  La méthode analytique (ou « raisonnée ») correspond à une démarche médicale classique : le recueil de données (l'analyse) précède le diagnostic (la synthèse) Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  53. 53. Diagnostic en dermatologie : A/ L’interrogatoire : - Modalités évolutives de l’éruption : • Mode de début : localisé / diffus - brutal / progressif • Aspect initial : la lésion élémentaire • Mode d’extension : centrifuge / curviligne / en plaques ... • Evolution générale : continue / par poussée •Traitements locaux & généraux - Environnement : Professionnel, social, vestimentaire, cosmétique, sportif,… - Antécédents :- Personnels : atopie, médicaments (chronologie / éruption +++) - Familiaux : atopie, antécédents dermatologiques Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  54. 54. Diagnostic en dermatologie : B/ L’examen dermatologique : 1- Inspection : - la peau dans sa totalité (bonne lumière) - les muqueuses (buccale, génitale, conjonctivale) - les phanères (ongles & poils) - matériel : loupe, lampe(s), lumière deWood 2- Palpation : parfois protection (gants) 3- Vitro pression : verre de montre, lame de verre 4- Friction : dermographisme, signe de Darier ou de Nikolski 5- Curetage : spatule en bois ou curette Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  55. 55. Diagnostic en dermatologie : C/ Groupement de lésions élémentaires : Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  56. 56. Diagnostic en dermatologie : D/ Explorations cutanées : 1- Photographie : - Argentique - Numérique 2- Dermatoscopie : - observation in vivo des tumeurs pigmentées - épiluminescence et grossissement x10 - vidéomicroscope (x100) 3- Biopsie cutanée : - standard (formol, liquide de Bouin) - en congélation (cryotube ֜N2 liquide –180 °) - au bistouri à lame droite ou circulaire (punch) - choix du site de biopsie cutanée - possibilité de cultures microbiologiques Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O
  57. 57. fin merci Dr. Benkourdel interne en service de dermatologie C.H.U.O

Editor's Notes

  • Herpes simplex: peut commencer par une papule rouge qui évolue en vésicule, s’érode pour enfin se recouvrir d’une croute et cicatriser progressivement,
  • E. pavimenteuse stratifié orthokeratosique, non vascularise, avec 04 types de cellules: keratinocyte, mélanocyte, c immunocompetentes (Langerhans et lymphocyte), c de merckel
  • E. pavimenteuse stratifié orthokeratosique, non vascularise, avec 04 types de cellules: keratinocyte, mélanocyte, c immunocompetentes (Langerhans et lymphocyte), c de merckel
  • E. pavimenteuse stratifié orthokeratosique, non vascularise, avec 04 types de cellules: keratinocyte, mélanocyte, c immunocompetentes (Langerhans et lymphocyte), c de merckel
  • E. pavimenteuse stratifié orthokeratosique, non vascularise, avec 04 types de cellules: keratinocyte, mélanocyte, c immunocompetentes (Langerhans et lymphocyte), c de merckel
  • E. pavimenteuse stratifié orthokeratosique, non vascularise, avec 04 types de cellules: keratinocyte, mélanocyte, c immunocompetentes (Langerhans et lymphocyte), c de merckel
  • E. pavimenteuse stratifié orthokeratosique, non vascularise, avec 04 types de cellules: keratinocyte, mélanocyte, c immunocompetentes (Langerhans et lymphocyte), c de merckel
  • Flèche blanche : tubulo-acinus glandulaire
    Flèches jaunes : cellules myo-épithéliales
    Flèche noire : canal excréteur
  • soit folliculaires : acuminées, centrées par un poil, de siège intra-épidermique ou dermique, le plus souvent liées à une infection d'un ou plusieurs follicules pilo-sébacés (exemple : folliculite bactérienne) ;
    soit non folliculaires : intra-épidermiques, assez planes, superficielles, d'un blanc laiteux, coalescentes et le plus souvent amicrobiennes (exemple : psoriasis pustuleux, maladie de Behçet).
    Le Syndrome de Sweet est une maladie qui associe une forte éruption de papulonodules, d'un œdème, associant également les polynucléaires neutrophiles et d'une augmentation dans le système sanguin de ces derniers
  • ×