Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Le Dauphiné Libéré - Edition spéciale Cristal Festival - 16 12

533 views

Published on

Référence internationale de la compétition publicitaire, le Cristal Festival est cette année placé sous le thème de l’Audace.
Pour l'événement, Le Dauphiné Libéré réalise chaque matin jusqu’à du 14 au 16 décembre une édition spéciale enrichie de l’actualité du festival et de Courchevel.

Published in: Marketing
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Le Dauphiné Libéré - Edition spéciale Cristal Festival - 16 12

  1. 1. édition spéciale CRISTAL FESTIVAL COURCHEVEL FRANCE 17EME  EDITION 13 ­ 16  DÉCEMBRE 2017 p.2 SPORT EVENT Faut­il craindre une overdose  du public face à l’avalanche  d’événements sportifs  que la France organisera  d’ici 2024 ? p.4 CRÉATION Jusqu’où aller dans  l’audace ? Témoignage  de Jérémie Bottiau,  DC de Y&R Paris.  p.6 LE PALMARÈS Les catégories : Marketing  innovation, Mobile, Data,  Internet of Things, Creative  Effectiveness, Media, Luxury,  Brand Entertainment & Content. Une petite fille défiant la toute puissance masculine de son air assuré a asséné à elle seule une claque mémorable à l’industrie publicitaire tout autant qu’à la société tout entière. Programmée en mars dernier, “Fearless Girl” est un symbole fort de cette année 2017. Cette improbable héroïne a amorcé un ouragan qui n’a fait que monter en puissance au fil des mois pour s’achever par la une coup de poing de “Time” honorant « celles qui ont brisé le silence » sur le tabou du harcèlement. 2017, année charnière pour toute une génération, durant laquelle un mouvement s’est mis en marche dont il faut espérer qu’il ne s’essoufflera pas de sitôt. « Le courage, c’est de ne pas avoir peur », a dit un ancien président français. Et vous, chers festivaliers, quelles sont les peurs que vous allez exorciser en 2018 ? Fearless generation
  2. 2. RE. Un dispositif qui a fait un tabac sur le Net  grâce notamment au dynamisme de la plate­ forme de marque Drive To Tennis puisque le film a été vu plus de 11 millions de fois pour un taux d’engagement moyen de 6,5 % sur l’ensemble  de la campagne. « Miser sur la jeunesse est un pari astucieux  pour Peugeot puisque cela lui permet d’accom­ pagner le parcours de ses ambassadeurs dans la durée et nous donne, à nous communicants, la matière suffisante pour raconter des histoires amenées à évoluer au gré des performances  des  joueurs »,  poursuit  Sylvain  Ventre.  Si  la  notoriété actuelle de ces champions en devenir ne pèse pas lourd face à celle que représentait Djokovic, leurs récentes performances sur le  circuit ont de quoi rassurer la marque puisque  Lucas Pouille et David Goffin ont connu une fin  d’année intense avec une victoire en Coupe  Davis pour l’un et une finale au Masters pour  l’autre, tandis qu’Alexander Zverev a fini l’année au 4e rang mondial. Le constructeur a pris un virage stratégique audacieux en 2017 en confiant son image aux bons soins de la génération montante du tennis mondial. Tennis: Peugeot parie sur l’avenir Partenaire historique du tennis mondial, Peu­ geot  a  tourné  la  page  Novack  Djokovic  au  printemps dernier après trois ans d’un partena­ riat fructueux mais conclu avec la grosse baisse de régime de l’ex­numéro un mondial. Est­ce dans l’optique de s’affranchir du risque  de miser le gros de ses investissements sur un  seul athlète, aux performances forcément aléa­ toires ? En tout état de cause, le constructeur a pris un virage stratégique audacieux en 2017  en confiant son image aux bons soins de la  génération montante du tennis mondial, incar­ née par Lucas Pouille, Alexander Zverev, David  Goffin ou encore Pablo Carreño­Busta. Un carré magique encadré par des profils plus confirmés tels que David Ferrer, Juan Martin Del Potro ou  encore Gustavo Kuerten, partageant le même  état d’esprit mais surtout chargés de favoriser la montée  en  puissance  de  la  marque  sur  le  marché sud­américain notamment. UNPARIASTUCIEUX « Ce pari de la jeunesse illustre la volonté de la marque de se projeter sur l’avenir grâce aux  nouvelles technologies embarquées dans ses  modèles »,  explique  Sylvain  Ventre,  directeur  associé de l’agence Willie Beamen, qui a conçu la nouvelle campagne. Porté par le slogan “Next generation,  new  sensations”,  le  film  viral  a  profité  d’une  exposition  optimale  sur  les  ré­ seaux sociaux à travers le hashtag #NEXTisHE­ EN BREF Le sport, thème le plus partagé sur Instagram et Twitter Selon une  récente  étude de la  plateforme  de social  media  Brandwatch, McDonald’s  est la  marque qui bénéficie de la  plus grande visibilité sur  Instagram et Twitter grâce  aux photos et images  partagées par les  utilisateurs. L’enseigne de  restauration rapide réunit  près de 890 000 photos  postées en moyenne par  jour. Cela représente 21  nouvelles images par  minute, soit une image  toutes les 3 secondes. Dans l’univers du sport, Nike (788 490), Adidas  (772 520) et Puma  (199 830) se classent  respectivement 2e, 3e et 9e.  Pour ce rapport, Brandwatch a analysé 300 logos  différents et 100 millions  d’images postées sur  Instagram et Twitter dans le  monde entre le 4 août et le  4 octobre. La première  marque française, Louis  Vuitton occupe quant à elle  le 13e rang avec 136 130  photos postées en moyenne quotidiennement. Dans le  ranking par secteur,  Brandwatch met en avant la puissance du sport et des  événements sportifs sur  Twitter et Instagram.  Quelque 381 596 photos  seraient partagées chaque  mois en moyenne par les  marques associées au  secteur du sport. Un stade démontable pour la coupe du monde 2022 Supreme Committee for  Delivery & Legacy a  récemment présenté les  premières images du  septième stade en  construction au Qatar pour  la Coupe du monde de  football 2022, le Ras Abu  Aboud Stadium. Sa  particularité ? Il sera  entièrement démontable  pour être réassemblé  ailleurs ou transformé en  plusieurs arenas sportives  ou culturelles plus petites.  Ce futur stade de 40 000  places sera installé au sud­ est de Doha au cœur d’un  site de 450 000 m² au bord de la mer. Sa livraison est  prévue pour 2020. L’organisation des Jeux olym­ piques d’Albertville en 1992 marque le point de départ d’une course effrénée à l’organisation  d’événements sportifs de la part de  la  France  ces  25  dernières  années.  Une  course  plus  ou  moins  couronnée  de  succès  mais  dont  le  ratio,  depuis  l’échec pour le gain des JO de  Londres 2012, penche incontes­ tablement en faveur des réussi­ tes, au point que notre pays peut légitimement  revendiquer  aujourd’hui le titre de champion  du monde de l’organisation de  grands événements sportifs. UNE AUBAINE Depuis la tenue de l’Euro 2016  et jusqu’aux JO de Paris 2024, la France a accueilli ou accueillera  quasiment  un  événement  ma­ jeur  par  an :  Championnat  du  monde de handball 2017, Ryder Cup 2018, Coupe du monde de  football féminin 2019, Coupe du monde  de  rugby  2023…  Une  véritable aubaine pour l’ensem­ ble du territoire. Face à cette avalanche de ren­ dez­vous  à  l’écho  mondial,  la  première  question  qui  se  pose  pour leurs différents partenaires  est de savoir comment surfer sur l’emballement populaire et mé­ diatique  qu’ils  ne  manqueront  pas de déclencher, sans crain­ dre un embouteillage suscepti­ ble de provoquer la lassitude et  la perte d’intérêt du grand pu­ blic. Idem pour les organisateurs amenés  à  prendre  le  relais  de  chaque événement précédent le leur. Frédéric Sounillac, directeur de  création chez Havas Sport & En­ tertainment se veut pourtant ras­ surant : « Je ne pense pas que le public puisse ressentir un ras­le­ bol  face  à  l’enchaînement  de  ces compétitions car il n’y a pas  la  même  répétition  d’audience  lors  de  chacun  d’eux  et  ils  ne  mobilisent pas les mêmes fans,  explique­t­il. Par ailleurs plus ça  va,  plus  ces  événements  sont  accompagnés d’une prise de pa­ role qui amplifie la passion des  fans,  et  non  l’inverse.  Ces  grands­messes  sportives  se  vi­ vent de mieux en mieux car la  qualité de l’expérience vécue par le grand public ne cesse de pro­ gresser. » Il est vrai qu’il est aussi facile de remobiliser les audien­ ces au gré des exploits sportifs,  et plus particulièrement des ath­ lètes français. Autre argument tenu par le diri­ geant d’Havas S & E, très peu de marques sont engagées sur tous de ces événements, il ne leur est donc pas si difficile de mettre sur pied des dispositifs à même de  faire vivre une expérience mar­ quante aux fans sans que leur  discours soit noyé dans la mas­ se. « Les agences comme la nô­ tre  font  du  sur­mesure  désor­ mais  pour  leurs  clients,  car  la  communication à papa se limi­ tant à la puissance du plan mé­ dia de la marque pour gagner en visibilité  n’a  plus  aucun  sens  désormais. » En tout état de cause, les agen­ ces sont elles aussi les grandes  gagnantes  de  cette  réussite :  « Chaque  victoire  à  laquelle nous sommes associés consoli­ de notre image d’expert en mon­ tage de candidature, si bien que nous  recevons  aujourd’hui  des  appels entrants de villes ou de  pays désireux de faire appel à  nous », se félicite Frédéric Sou­ nillac.  Comme  quoi  la  French  Touch est loin d’avoir épuisé ses  ressources. Paris a décroché l’organisation des JO 2024... Depuis l’Euro 2016, la France a accueilli ou accueillera quasiment un événement majeur par an. DR Événements sportifs: éviter de se noyer dans la masse «La communication n’a pas d’autre utilité que la création de valeur. Cette création de valeur sedécomposeàlafoisenfluxeten stock. Le flux, c’est l’acquisition, la conversion, la vente ; et le stock, la valeur durable. Nous avons tous dansl’espritunstockd’émotionset de sensations liées aux marques, unesédimentationsymboliquelen­ tement constituée par un travail en profondeur,qu’ils’agissedeChanel ou des Fraises Tagada. C’est la va­ leur durable qui va se retrouver dans la valorisation de la marque lorsqu’elle est acquise, ou lors­ qu’on réactive une marque au po­ tentieldormant. L’avènementdudigitaloffreuneex­ traordinaire opportunité d’amplifi­ cation de nos actions. Jamais la communication n’a été aussi puis­ sante. Mais attention à ce que le digital n’excite pas uniquement la valeur de flux en oubliant de tra­ vailler la valeur de stock. Il faut veiller, pour les marques, à ne pas basculer dans un tout digital de courtterme. Augmenter la valeur de marque ne s’obtient pas en cliquant sur une publicité qui apparaît à côté d’une vidéo douteuse ou d’une fake news.Ilfautgarantirlabrandsafety. Beaucoup de performances résul­ tentderobotsetdecomptesfictifs. Il y a donc beaucoup à faire pour garantirlaperformanceetproposer unemesureeffectuéeparunacteur indépendant assurant l’équité en­ tre plateformes et médias. Enfin, quandl’ensembledumétierafaitle choixdel’auto­régulation,lesrègles que nous avons voulues ensemble doivent s’appliquer à la communi­ cation digitale. Là aussi, c’est une questiond’équité. Nousnoussommestousadaptésà ce nouveau système qui implique unemaîtrisetechniquedeladataet une nouvelle créativité. Mais un nouveau défi s’ouvre à nous, un nouveau saut technologique se prépare, l’arrivée de la commande vocale. Une demande sur deux passera par la voix en 2020. Les interfacesvocalesserontpartout,à lamaison,aubureau,danslavoitu­ re. Leur mode de recherche fonda­ mentalement différent représente une opportunité et un danger pour toutes les marques. La simplicité prime : “Alexa, commande­moi le meilleur lipstick orange mat.” Plus besoin de nommer les marques, l’IAchoisiralaréponselaplusfonc­ tionnelle… Comment les marques vont­elles exister dans un système où elles risquent d’être de plus en plusdésintermédiées ? Voilà le nouvel enjeu des marques et de la communication : maîtriser le risque de la désintermédiation. Nous devons les aider à construire aujourd’hui un système de relation dont elles seront les propriétaires, qui saura nourrir leur singularité et assurerleurpérennité. » LaurentHabib,président del’Associationdesagences-conseil encommunication(AACC) etdel’agenceBabel « L’avènement du digital offre une extraordinaire opportunité d’amplification de nos actions. Jamais la communication n’a été aussi puissante. » DR «Le digital pour les marques: un colosse aux pieds d’argile» Pourquoi faire de l’audace le thème de cette 17e édition ? « Parce que l’audace est un moteur de crois­ sance extraordinaire qui stimule l’inspiration, la créativité et l’innovation. Elle forge l’attitu­ de des entrepreneurs et permet souvent de transformer les projets les plus fous en réalité. C’est cet esprit de conquête que viennent partager les festivaliers : découvrir les initiatives à même de transformer l’avenir de leur industrie, s’inspirer des meilleures idées susceptibles de bouleverser les modè­ les établis et témoigner de leurs propres expériences auprès d’un public bienveillant.» Quelles sont les nouveautés de cette année ? « Nous avons décidé de jouer pleinement la carte du networking : tout est organisé pour favoriser les échanges et les opportunités de business lors des différents rendez­vous qui sont programmés. Le niveau des conférences se trouve par exemple renforcé grâce au Festival “off”. Cette année le Cristal Festival ouvre sa programmation aux partenaires qui ont décidé d’investir dans des séminaires thématiques mixant prises de parole, ses­ sions de formation, soirées de remises des prix et moments de détente. Le benchmark est au cœur de cette édition avec entre autres une séance de “speed pitchning” autour des innovations technologiques, le debrief du Grand jury des annonceurs par tous les présidents de jury, la projection des shortlists, les cérémonies, et les compéti­ tions collaboratives. » En quoi cela consiste­t­il ? « Je défends activement l’idée que les festi­ vals publicitaires doivent jouer pleinement leur rôle de partage de connaissances et ne pas se résumer à des machines à distribuer des prix. L’esprit du Cristal Festival, c’est “donner pour recevoir”, par conséquent, cha­ que agence ayant inscrit une campagne en compétition disposera d’un siège dans le jury de sept compétitions : Creative Effectivness, Media, Brand Content & Entertainment, Sports Marketing, Luxe, Brand Culture et Corpore & PR. Cette participation constitue une formidable opportunité de benchmark et permet d’apprendre et de jauger son savoir­ faire. » CHRISTIAN CAPPE / CEO ET FONDATEUR DU CRISTAL FESTIVAL « L’espritduCristalFestivalc’estdonnerpourrecevoir » « Tout est organisé pour favoriser les échanges et les opportunités de business. » DR LethèmeduCristalFestival 2017m’estfamilier.Il résonnedansmonesprit d’éditeurdePressequotidienne régionale.Carilenfautdel’auda­ cepourancrerLeDauphiné Libérédanscetavenirquel’on saitdigitaletglobal. Biensûr,lepapiern’estplusle seulmédiadepuislongtemps. Biensûr,larégionn’estpasle seulcentred’intérêtdes« Petites poucettes »,commeMichel Serresnommecettegénération smartphonenéeaveclemonde auboutdesesdoigts.Biensûr, nosentreprisesn’ontpaslataille desGoogle,TimeWarneret autresAliBaba. Maisqu’est­cequel’audace ? «Lahardiessequineconnaît aucunobstaclenilimite,le courage »,estladéfinitionqu’en donneleLarousse.Alors,oui,Le DauphinéLibéréestaudacieux ! C’estunjournalquiseréinvente surtouslessupports,physiques etdigitaux.C’estunemarque rentabledansunerégiondyna­ mique.C’estuneentreprisequi innoveauservicedeseslecteurs etdesesannonceurs,quise diversifieautourdeseséditions quotidiennesetproposedes centainesdepublicationscha­ queannée,dumagazineau supplément. Alorspourquoipasunnuméro spécialpourcefestivalinternatio­ nalqu’estleCristalFestival ? Celuiquevouslisezestbiend’ici, ancrédanslesAlpes,dansses montagnes,danssonterritoirede prédilection.Ilestcommeses habitants,curieux,ouvertsurle monde,attentifàlapublicitéet sesévolutions,gourmandd’inno­ vationsetpassionnéderencon­ tres. Cesupplément,quivousaccom­ pagneraduranttoutlefestival vousdonnerendez­vouschaque matinpourunetranched’info utile,professionnelleetlocale, biensûr. Bonfestivalàtous. ChristopheTOSTAIN PDG,LeDauphinéLibéré ÉDITO Audace… 2 édition spéciale CRISTAL FESTIVAL TRIBUNE
  3. 3. centre­village  historique,  celui  de  Courchevel  repose sur son emplacement unique au mon­ de : un plateau à 360° perché à 1 850 m  d’altitude, offrant aux skieurs un départ et une  arrivée aux pistes skis aux pieds. Grâce à cette  géographie  à  nulle  autre  pareille,  la  station  attire depuis plus de 25 ans une clientèle très  haut de gamme, cosmopolite et amoureuse du luxe. « La station n’est pas faite que pour les  Russes et les milliardaires, relativise pourtant  Éric Claret­Tournier, 50 % de sa clientèle est  française et, pour une bonne part, familiale. »  La signature de la station n’en demeure pas  moins le luxe, et les boutiques de marque y  côtoient les établissements étoilés, ce qui fait  dire  à  Éric  Claret­Tournier  que  l’avenir  de  la  station passe nécessairement par un réaména­ gement  du  centre,  « dont  le  standing  n’est  actuellement pas à la hauteur de l’offre hôteliè­ re ». Éric Claret-Tournier, dirigeant des Maisons Tournier : « La station n’est pas faite que pour les Russes et les milliardaires. » Archives Le DL Courchevel cultive l’excellence Considérée par beaucoup comme un joyau des Alpes, la station de Courchevel doit sa renom­ mée internationale autant à la qualité de son  domaine  skiable  qu’à  sa  prestigieuse  offre  hôtelière,  qui  n’a  pas  d’équivalent  dans  le  monde.  La  station  abrite  quelques­uns  des  hôtels les plus somptueux de France avec pas  moins d’une dizaine d’établissements 5 étoiles et trois autres estampillés “palace” de 6 étoiles. « UNARTDEVIVRE » Chaque ouverture d’un nouveau complexe crée l’événement,  si  bien  qu’on  ne  sait  plus  où  donner de la tête devant tant d’apparat. « La  culture de l’excellence est ce qui caractérise  depuis toujours la station. Nous l’avons même  élevé en art de vivre », se félicite Éric Claret­ Tournier, dirigeant des Maisons Tournier (pro­ priétaire du Saint Roch, du Saint Joseph, du  Pralong et de l’hôtel Tournier) et président du  syndicat des hôteliers de Saint­Bon Courche­ vel. Si l’ADN de Chamonix est le Mont­Blanc et celui de Megève le charme authentique de son AccorHotels a beau être le pre­ mier opérateur hôtelier de la planète,  il  est  aujourd’hui  dans  l’obligation de bousculer les codes  de l’hôtellerie traditionnelle sur les­ quels  le  groupe  a  construit  son  empire pour faire face aux coups  de  boutoirs  assénés  par  les  ac­ teurs  de  l’économie  de  partage,  Airbnb en tête. Devant le risque de  voir  les  Millennials  déserter  ses  hôtels  faute  de  pouvoir  s’appro­ prier les lieux et d’y faire ce qu’ils  veulent quand ils veulent, le groupe a  lancé  son  nouveau  concept  d’open house JO & JOE, qui mixe le meilleur de la location privée, de  l’auberge de jeunesse et de l’hôtel­ lerie,  dont  le  premier  établisse­ ment  a  été  inauguré  cet  été  à  Haussegor. Deux autres devraient  bientôt suivre sur Bordeaux et Pa­ ris, le groupe tablant sur 50 établis­ sements d’ici 2020 au niveau in­ ternational. ENMODESTART-UP Au­delà de son concept, l’originali­ té de cette nouvelle offre repose  sur la façon dont Accor lui a donné vie. L’innovation lab du groupe a  ainsi travaillé en mode start­up en  s’entourant  d’experts  extérieurs  aux métiers divers pour coconstrui­ re la nouvelle marque : l’agence W  pour l’identité de marque, l’agence Fast & Fresh pour l’étude des com­ portements  consommateurs,  l’école  de  management  numéri­ que parisienne WebSchool Factory pour la création de la communau­ té, et le cabinet d’architecture Pen­ son pour le design. Tous ont œuvré neuf  mois  durant,  accompagné  par  le  “Shadow  Comex”  mis  en  place  en  2016  par  le  PDG  du  groupe, Sébastien Bazin, composé d’une dizaine de collaborateurs de  moins de 35 ans chargés de chal­ lenger les grandes orientations du  groupe en se fiant à leur propre  raisonnement. Au quotidien, la mission de l’inno­ vation lab d’AccorHotels « est de  permettre au groupe de gagner en  agilité face aux défis que lui impo­ sent les nouvelles technologies, et  de détecter les start­ups qui nous  permettront d’inventer l’hospitalité,  la restauration et l’interaction so­ ciale de demain », indique Lauren­ ce Bordry, directrice Innovation Lab au sein du groupe. IMAGINERLEMIEUXVIVRE DEDEMAIN Pour  cela  AccorHotels  s’appuie,  entre autres, sur des événements  tels que VivaTech ou le programme Techstars, un accélérateur de start­ ups  américain  implanté  depuis  10  mois à Paris, chargé d’accom­ pagner chaque année une dizaine  de jeunes pousses. « Nous possé­ dons, par ailleurs, une plateforme  baptisée  Start­up  Flow  qui  nous  permet de connaître l’état d’avan­ cement des projets avec chaque  start­up afin d’éviter qu’elles ne se  perdent  dans  l’écosystème  d’Ac­ cor, et de les faire “matcher” avec  le bon service en interne », précise Laurence Bordry. La deuxième bri­ que du lab concerne « l’exploration des grandes tendances et surtout  des signaux faibles qui deviendront les signaux forts de demain, pour­ suit­elle. Notre champ d’action est  assez large car nous ne nous limi­ tons pas à l’hôtellerie. Nous explo­ rons aussi tous les aspects de la  mobilité, de la smartcity, du bien  être ou du co­working. Quand on  sait  qu’aujourd’hui,  50  %  de  la  population mondiale habite dans  les  grandes  métropoles  et  qu’en  2050 le chiffre passera à 70 %, on mesure l’énorme pression qui pè­ se sur les villes pour affronter cet  enjeu démographique. Imaginer le  mieux vivre de demain est donc un enjeu fondamental pour une mar­ que comme AccorHotels ». Le groupe a lancé son nouveau concept d’open house JO & JOE, qui mixe le meilleur de la location privée, de l’auberge de jeunesse et de l’hôtellerie. AccorHotels veut réinventer l’hôtellerie de demain Laurence Bordry, directrice Innovation Lab au sein du groupe. DR EN BREF Le groupe MediaSchool rachète Cristal Events Une page se tourne pour le Cristal Festival qui s’achève aujourd’hui puisque  l’événement change de  propriétaire. Quelques mois après le rachat des médias CB News et Influencia et  une prise de participation  dans le média de vidéos en ligne Loopsider, Franck  Papazian, président du  groupe MediaSchool a  annoncé l’acquisition du  Groupe Cristal Events,  organisateur du Cristal  Festival jusqu’ici détenu  par Startinvest. Leader de  l’enseignement supérieur et de la formation dans le  domaine des médias, de la communication, de la  publicité et du digital, le  groupe MediaSchool  poursuit ainsi son  développement pour tisser  des liens toujours plus  étroits entre l’éducation,  les médias et  l’événementiel au profit des étudiants et des  professionnels de la  communication. « L’intégration de Cristal  Events aux côtés de nos  activités de médias et  d’enseignement nous  permettra de proposer un  écosystème encore plus  professionnalisant à nos  étudiants et une offre  unique sur le marché à nos partenaires, agences,  annonceurs et médias »,  confie le nouveau  propriétaire, présent lors de cette 17e édition. Christian Cappe, fondateur et  directeur général du groupe Cristal Events, conserve ses fonctions et poursuivra le  développement du Cristal  Festival aux côtés de  Franck Papazian. édition spéciale CRISTAL FESTIVAL 3 Christian Cappe, fondateur et directeur général du groupe Cristal Events, Franck Papazian, président du groupe MediaSchool et Olivier Chapuis, président de Startinvest. DR
  4. 4. En ski de compétition, l’audace  est un prérequis à toute perfor­ mance. Comment maîtrisez­vous  cette prise de risque nécessaire  sans qu’elle ne devienne préjudi­ ciable ? « En  ski,  nous  nous  battons  face  à  des adversaires mais avant tout face au chrono­ mètre. Je dirai que la prise de risque est obligatoire pour réussir à obtenir un résultat intéressant. Grâce à l’expérience et l’entraî­ nement nous apprenons à nous connaître et  de  ce  fait,  nous  savons  où  sont  nos limites.  Grâce  à  la  connaissance  de  nos limites,  nous  pouvons  jouer  la  prise  de risques sans sortir de nos capacités, ce qui entraînerait la faute ou bien la chute. » Cette année les JO de Pyeong­ Chang sont évidemment un objec­ tif majeur pour vous. La conquête  d’une médaille d’or vous pousse­ rait­elle à aller au­delà du raisonna­ ble lors d’une course ? « Non. Comme je le disais dans ma répon­ se précédente, un surplus d’audace peut être préjudiciable. Il y a des limites à ne pas franchir pour être performant. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation… » Quelle a été jusqu’ici dans votre  carrière l’épreuve où votre audace  a été la plus payante ? « Je pense aux Jeux olympiques de Sotchi. En  effet  après  la  première  manche  du slalom géant, je me classais 10e. Entre les deux manches, j’ai décidé d’effectuer des modifications sur mon matériel sans pou­ voir l’essayer par la suite car je savais que je pouvais trouver de meilleurs réglages. J’ai fait mes choix, je les ai assumés et cela a payé  puisque  je  suis  remonté  jusqu’à  la troisième  marche  du  podium  et  que  j’ai remporté  ma  première  médaille  olympi­ que. » Avez­vous un modèle chez les spor­ tifs actuels ou anciens qui vous  aurait inspiré dans votre façon de  “jouer” avec l’audace en compéti­ tion ? « Je n’ai jamais vraiment eu de modèles. Malgré tout, un skieur comme Bode Miller pouvait vous inspirer car il prenait énormé­ ment  de  risques  et  osait  parfois  prendre des lignes que tout le monde jugeait impos­ sibles.  Ce  skieur  était  atypique  et  son audace lui a très souvent permis de réaliser de belles courses. » ALEXIS PINTURAULT / SKIEUR ALPIN ORIGINAIRE DE COURCHEVEL « Apprendreàconnaîtreseslimites » « La prise de risque est obligatoire pour réussir à obtenir un résultat intéressant. » DR «De l’audace ! » est une in­ jonction largement expri­ mée dans le milieu publicitaire, que tout créatif est susceptible d’entendre un jour en phase de  réflexion  autour  d’un  brief.  S’il  n’est pas nécessaire d’avoir fait  de  hautes  études  pour  com­ prendre que l’audace stimule la  création, encore faut­il être ca­ pable de la maîtriser pour éviter la sortie de piste. Car de l’auda­ ce à la provocation stérile ou à la prise  de  risque  inconsidérée  il  n’y  a  qu’un  pas  que  bien  des  marques  ont  franchi  avant  de  s’en mordre les doigts. RASSEMBLER UNE COMMUNAUTÉ « La responsabilité d’une agen­ ce  est  de  savoir  jusqu’où  elle  peut emmener son client dans l’exécution de l’idée qu’elle lui  soumet,  surtout  si  elle  est  cli­ vante,  pour  éviter  de  lui  faire plus de tort que de bien », té­ moigne Jérémie Bottiau, le nou­ veau directeur de la création de  Y & R Paris. Question audace, le garçon s’y connaît puisqu’on lui  doit  entre  autres  le  succès  de  campagnes pour le moins osées telles que l’Effet Papayon pour  Oasis ou #Handsoff pour le pro­ ducteur de films X Marc Dorcel,  lorsqu’il officiait chez Marcel. Selon lui, la tentation d’atténuer la prise de risque demeure très  présente  du  côté  des  clients, même si l’on observe régulière­ ment  des  one  shots  plus  ou moins  efficaces  car  rarement aboutis. « Le delta reste toujours élevé entre agences et annon­ ceurs quand on parle d’audace, constate­t­il.  Lorsque  l’on  re­ monte au client un bruit de fond susceptible  d’être  pertinent  à exploiter  car  porteur  de  sens,  celui­ci le considère encore trop souvent  comme  une  prise  de risque non opportune aux vues  de  ses  objectifs  immédiats  de ROI,  ajoute  Jérémie  Bottiau. L’avènement  des  réseaux  so­ ciaux  permet  malgré  tout  aux  annonceurs de savoir très rapi­ dement si le message prend ou  non auprès du public visé. Cela limite donc le risque lié au bud­ get investi et à l’aspect émotion­ nel du contenu. » Tant est si bien que la logique de test and learn prévaut  très  largement  aujour­ d’hui dans l’univers de la pub. Du  côté  des  agences,  il  n’est  plus  question  d’imposer  une communication  top  down  aux gens mais de partir d’eux pour construire  un  message  qui  ait une résonance forte avec la ci­ ble. « Plus que l’audace propre­ ment dite, c’est cette résonance et la capacité d’une idée à ras­ sembler  une  communauté  qui est  privilégiée.  Des  marques comme Amazon ou Netflix l’ont  par exemple parfaitement inté­ gré »,  explique  le  DC  de Y  &  R.  Car  l’audace  est  conte­ nue dans l’ADN de ces marques tout comme dans celle d’Airbnb  qui, lors du dernier SuperBowl  n’a pas hésité à prendre posi­ tion  politiquement  via  un  spot  coup de poing prônant la tolé­ rance envers toutes les origines  et religions, en pleine tourmente autour du décret anti­immigra­ tion de Donald Trump. « La véri­ table audace pour une marque aujourd’hui signifie sans doute davantage rebondir sur des mo­ ments de tension ou de ques­ tionnement  de  la  société  que sur le changement de comporte­ ment  des  consommateurs », conclut,  songeur,  Jérémie  Bot­ tiau. Cela tombe bien, par les temps qui courent l’engagement est une valeur qu’il est recom­ mander de cultiver. Airbnb avait frappé fort avec une campagne de pub diffusée lors du Super Bowl 2017, prônant la tolérance en pleine tourmente autour du décret anti- immigration de Donald Trump. (Capture d’écran) Création: jusqu’où aller dans l’audace ? Jérémie Bottiau, directeur de la création de Y & R Paris. DR EN BREF 2018 sera ultra violette ou ne sera pas Chaque année, les  spécialistes du Pantone  Color Institute analysent les designs, les films et les  tendances dans différents  domaines pour définir la  couleur de l’année. Pour  2018, Pantone a arrêté son choix sur la couleur  Pantone 18­3838 Ultra­ violet, décrite comme une  teinte provocatrice et  aboutie, incarnant  l’individualité et la  spiritualité. Cette analyse  rigoureuse et réfléchie,  influencera le  développement, le design  et l’achat de produits dans de nombreux secteurs  d’activité. Alliance stratégique Elephant-Webedia L’univers du content  marketing vient  d’enregistrer un  rapprochement qui pourrait faire bouger les lignes du  secteur. Elephant, la  société de production  d’Emmanuel Chain qui a  lancé il y a peu le média  social et vidéo Monkey, se  rapproche en effet du  groupe Webedia et crée  Elephant Entertainment afin de se développer dans la  conception de nouvelles  écritures pour la télévision, le cinéma ainsi que les  nouvelles plateformes de  vidéo par abonnement  (SVoD). Elephant Entertainment  entend cibler les  Millennials et a vocation à  attirer les nouveaux talents, à imaginer de nouveaux  formats de fiction, de  documentaires, de  programmes événementiels ou de flux. Elle mise pour  cela sur l’expertise de  Webedia qui dispose de  son réseau de “youtubeurs” et d’influenceurs (Norman, Cyprien, Natoo) et peut  compter sur la puissance  de médiatisation offerte par les marques digitales du  groupe (Allociné,  PurePeople,  JeuxVideo.com). 4 édition spéciale CRISTAL FESTIVAL
  5. 5. Le festival en images Au Cristal Festival, on échan­ ge, on phosphore, on débat, on  juge…  tout  ça  avec  le sourire.  Du  déjeuner  de  la Women  Cristal  Academy  jus­ qu’à la cérémonie de remise des  prix,  en  passant  par  le Forum des innovateurs et les séminaires  thématiques,  les festivaliers  ont  mis  un  point d’honneur  à  faire  de  cette 17e  édition  un  rendez­vous axé sur le partage d’expérien­ ce,  tout  en  célébrant  les meilleures  campagnes  de communication de l’année.
  6. 6. 6 édition spéciale CRISTAL FESTIVAL MARKETING INNOVATION  CATÉGORIE NOM DE LA  CAMPAGNE ANNONCEUR/ AGENCE PAYS PRIX BEST USE OF MOBILE THE MAGIC  WALLPAPER CASTORAMA/TBWAPARIS ­  DAN PARIS FRANCE GOLD BANKING & INSURANCE BALTIC SEA PROJECT / ALAND INDEX MC ÅLANDSBANKEN/RBK COM SWEDEN GRAND  PRIX La ruée vers l’or ne sourit qu’aux audacieux, la preuve, avec les campagnes qui ont emballé les jurys  du Cristal Festival. (Pour une question d’encombrement, ne sont dévoilées ci-dessous que les campagnes primées d’un Cristal Gold et Silver). Palmarès DATA CATÉGORIE  NOM DE LA  CAMPAGNE ANNONCEUR/ AGENCE PAYS PRIX SOCIAL DATA/  SOCIAL GRAPH AIMEN CANAL+/BETC FRANCE GOLD GREEN DATA BALTIC SEA PROJECT / ALAND INDEX MC ÅLANDSBANKEN/RBK COM SWEDEN GOLD LUXURY NOM DE LA CAMPAGNE ANNONCEUR/ AGENCE PAYS PRIX ART OF BEAUTIFUL BEACHCOMBER/MAISON CARRÉE  PRODUCTIONS FRANCE GOLD FLOWER BY KENZO EAU DE LUMIÈRE:  “STEP INTO THE LIGHT” KENZO PARFUMS/BALISTIK#ART FRANCE SILVER CHANEL ­ THE FIFTH SENSE CHANEL/MINDSHARE UNITED KINGDOM SILVER CHARLES HEIDSIECK ­ CELEBRATING 150  YEARS OF THE ACQUISITION OF THE CRAYÈRES CHARLES HEIDSIECK/BALISTIK#ART FRANCE SILVER CREATIVE EFFECTIVENESS NOM DE LA CAMPAGNE ANNONCEUR/ AGENCE PAYS PRIX HOAX AXA MOVE AXA BANQUE/MADEMOISELLE SCARLETT/ PUBLICIS CONSEIL FRANCE GOLD + GRAND PRIX BEYOND MONEY BANCO SANTANDER/MRM//MCCANN SPAIN GOLD MEDIA CATÉGORIE  NOM DE LA  CAMPAGNE ANNONCEUR/ AGENCE PAYS PRIX AUTOMOTIVE / MOTORBIKE THE PARKING SPACE  SEARCH FEATURE. LIVE  PREMIERE IN BERLIN BMW GROUP/ MEDIAPLUS GERMANY GERMANY GOLD INSURANCE / BANKING /  FINANCIAL SERVICE SERVICE INNOVATIONS SOCIETE GENERALE/CARAT FRANCE SILVER PUBLIC INTEREST LIFE LINE AGENCIA NACIONAL DE  SEGURIDAD VIAL/HAVAS /  HAVAS MEDIA GROUP SPAIN SILVER PUBLIC INTEREST THE VIRTUAL CRASH  BILLBOARD DIRECTION RÉGIONALE ET  INTERDÉPARTEMENTALE DE  L’EQUIPEMENT ET DE  L’AMÉNAGEMENT D’ILE­DE­ FRANCE/SERVICEPLAN FRANCE FRANCE GOLD MEDIA (TELEVISION, PRESS,  INTERNET, RADIO…) BATMAN BARGES IN WARNER BROS./PHD UNITED KINGDOM SILVER SPORT / LEISURE /  ENTERTAINMENT / GAMES WHEN MAGIC  HAPPENS, YOU  SHOULD PLAY LOTTO  6/49 LOTO­QUEBEC/SIDLEE MEDIA CANADA GOLD BEAUTY / HYGIENE / HEALTH  PRODUCT (COSMETICS, MAKE­UP,  SHAMPOO, MEDICINE…) IMAGE_HACK MINDSHARE DENMARK/ MINDSHARE UNITED KINGDOM “GOLD + GRAND  PRIX” BEAUTY / HYGIENE / HEALTH  PRODUCT (COSMETICS, MAKE­UP,  SHAMPOO, MEDICINE…) ASPIRIN  “HEROSMITHS” BAYER ASPIRIN/ENERGY  BBDO UNITED STATES OF  AMERICA SILVER CLOTHING / ACCESSORIES /  TEXTILE SHOEPON: DO SPORTS.  GET SPORTS. SALOMON / SKY/MEDIAPLUS  GERMANY /  SERVICEPLAN GERMANY GERMANY SILVER BEST USE OF PRINT TEEN SPIRIT OUI FM/CLM BBDO FRANCE SILVER BEST USE OF OUTDOOR THE PARKING SPACE  SEARCH FEATURE. LIVE  PREMIERE IN BERLIN BMW GROUP/ MEDIAPLUS GERMANY GERMANY GOLD BEST USE OF AMBIENT THE EMPTY  CLASSROOM PICTURE DIRECTION RÉGIONALE ET  INTERDÉPARTEMENTALE DE  L’EQUIPEMENT ET DE  L’AMÉNAGEMENT D’ILE­DE­ FRANCE/SERVICEPLAN FRANCE FRANCE GOLD BEST USE OF EVENTS TOUR DE TECH BRAINTREE/HAVAS MEDIA UK SPAIN SILVER BEST USE OF EVENTS BUDWEISER GOAL­ SYNCED ARENA AB INBEV/UM CANADA UNITED STATES OF  AMERICA SILVER BEST USE  OF SOCIAL MEDIA #BEHEARD – AJ FIGHT  OF THE CENTURY BEATS/HAVAS MEDIA GROUP SPAIN SILVER BEST USE  OF CULTURAL CAMPAIGN ROMBOT KANDIA DULCE/UM ROMANIA UNITED STATES OF  AMERICA SILVER BEST USE OF TV (TV, VOD…) BATMAN BARGES IN WARNER BROS./PHD UNITED KINGDOM GOLD BEST USE OF TV (TV, VOD…) MEANWHILE  ON CANAL PLUS BETC/HAVAS MEDIA FRANCE FRANCE SILVER BEST USE OF TECHNOLOGY THE PARKING SPACE  SEARCH FEATURE. LIVE  PREMIERE IN BERLIN BMW GROUP/MEDIAPLUS  GERMANY GERMANY GOLD USE OF DATA AVEENO’S DATA­ DRIVEN MASTERBRAND JOHNSON & JOHNSON/ J3 NEW YORK UNITED STATES  OF AMERICA GOLD INTEGRATED CAMPAIGN RESPONSIBLY UBREW/UM MILAN UNITED STATES OF  AMERICA GOLD BEST MEDIA EXECUTION HEAVEN’S GATE CULTURBOOKS/MEDIAPLUS  GERMANY / PLAN.NET GERMANY GERMANY SILVER LAUNCH CAMPAIGN BATMAN BARGES IN WARNER BROS./PHD UNITED KINGDOM SILVER LAUNCH CAMPAIGN RESPONSIBLY UBREW/UM MILAN UNITED STATES OF  AMERICA GOLD INTERNET OF THINGS CATÉGORIE  NOM DE LA  CAMPAGNE ANNONCEUR/ AGENCE PAYS PRIX HOME PRODUCTS (FURNISHING,  DECORATION, CLEANING,EQUIPMENT) THE MAGIC  WALLPAPER CASTORAMA/TBWA PARIS ­ DAN PARIS FRANCE SHORT  LIST MOBILE CATÉGORIE  NOM DE LA  CAMPAGNE ANNONCEUR/ AGENCE PAYS PRIX CAMPAIGN APP SAMSUNG LAND OF  EMOJIS SAMSUNG ELECTRONICS/ CHEIL GERMANY GMBH GERMANY SILVER 360° VIDEOS HIGHJACKED HIGHWAY SODIMAC  HOMECENTER/MCCANN LIMA PERU GOLD +  GRAND  PRIX CONNECTED DEVICE DOT. THE FIRST  BRAILLE SMARTWATCH. DOT INC/SERVICEPLAN GERMANY GOLD USER  GENERATED CONTENT SAMSUNG LAND OF  EMOJIS SAMSUNG ELECTRONICS/ CHEIL GERMANY GMBH GERMANY SILVER INTEGRATED MOBILE  CAMPAIGN SAMSUNG LAND OF  EMOJIS SAMSUNG ELECTRONICS/ CHEIL GERMANY GMBH GERMANY SILVER BRAND ENTERTAINMENT & CONTENT CATÉGORIE  NOM DE LA  CAMPAGNE ANNONCEUR/ AGENCE PAYS PRIX BEST USE OR INTEGRATION  OF MUSIC IMAGINE DUBAI DCTCM (DUBAI CORPORATION  FOR TOURISM AND COMMERCE  MARKETING)/HAVAS GROUP FRANCE SILVER BEST INTEGRATED CONTENT  CAMPAIGN CAMELPOWER NISSAN MIDDLE  EAST/TBWARAAD UNITED ARAB  EMIRATES SILVER BEST PRODUCT LAUNCH RUN TO MUM HOP! AIR FRANCE/LES GAULOIS FRANCE GOLD BEST BRAND BUILDING THE 8 MONTH WALK SERESTO/BBDO PARIS FRANCE SILVER MOBILE EXPERIENCE SAMSUNG LAND OF  EMOJIS SAMSUNG ELECTRONICS/CHEIL  GERMANY GMBH GERMANY SILVER INNOVATION IN BRAND  EXPERIENCE THE IMMUNITY CHARM MINISTRY OF PUBLIC  HEALTH AFGHANISTAN/ MCCANN WORLDGROUP INDIA INDIA GOLD
  7. 7. EN BREF Tremplins : un trésor olympique Le site du Praz fait partie  du patrimoine de  Courchevel. Construit en  1990 pour accueillir les  épreuves de saut à ski et  de combiné nordique des  Jeux olympiques  d’Albertville, il est  aujourd’hui doté de quatre  tremplins de 120, 90, 60  et 25 mètres. Le site se  visite et une exposition  retrace son histoire. Des  investissements sont réalisés régulièrement pour que le site soit  toujours performant. Cette  année la plastification  complète des réceptions a  été réalisée pour être en  conformité avec les normes de la FIS. 12 langues parlées Douze ! C’est le nombre de langues parlées par les  1000 moniteurs des écoles de ski de Courchevel. Parmi elles : le portugais, le  russe, le chinois ou  l’anglais bien sûr. les  moniteurs sont  régulièrement formés: une  trentaine de “pulls rouges”  des ESF ont ainsi suivi des cours de perfectionnement en langues l’an dernier.  Avant de commencer à  enseigner, la maîtrise des  langues étrangères est  validée par un test.  Une pluie d’étoiles sur Courchevel Avec 8 restaurants  totalisant un record de 14  étoiles, Courchevel propose le meilleur de la  gastronomie française. Le  1947, première table  triplement étoilée de la  station et seul nouveau  promu au plus haut rang du Guide Michelin 2017, en  est sa plus récente  illustration. Une  consécration pour la  Maison Cheval Blanc, le  chef Yannick Alléno et son équipe : « C’est  l’accomplissement, le  Graal, le César de la  cuisine française ! »,  s’exclamait­il.  ArchivesLeDL Aux  Menuires,  tout  le  monde a connu le Car­ la,  créé  par  la  famille  Larminach voici 30  ans.  Aujourd’hui,  c’est  une  petite  révolution  qui  s’opère avec une reprise par  le  groupe  H036  Hostels.  Les  nouveaux  propriétaires,  Franck  Delafon et Johan Didou,  ont créé récemment la  marque  avec  deux  hô­ tels  à  Lyon.  D’emblée,  ils  se  déclarent  partisans  d’un  “life  style”  nouvelle  génération,  s’inspirant à la fois de l’hôtel traditionnel, de la guest house, voire du refuge de montagne version XXIe siècle ! « Nous dépackageons  totalement, déclare Franck Delafon. Les clients réservent pour une  nuit, trois nuits, la semaine… Les six jours ne sont jamais obligatoires ! Nous ne vendons pas de demi­pension, petit­déjeuner et dîner  sont en option . » La convivialité est privilégiée : le bar­restaurant avec ses grandes tables est au cœur du projet et donne accès à une salle de jeux et à une terrasse festive. Ici, pas de télé dans les chambres mais du wifi partout : « La TV, chez nous, c’est se parler ! » Au total,  HO36 Les Menuires affiche une capacité de 185 lits. Sur 1800 m², les cinq étages sont totalement rénovés pour la réouverture...  HO36 sera ouvert neuf mois sur 12, avec l’objectif de s’ouvrir à la  clientèle locale dans le style “café du coin”. Unhôtelnouvellegénération Franck Delafon (à gauche) avec Florian Ramirez (chef de cuisine) et Charlotte Legrand (responsable bar et restaurant). Après  le  sans­faute  en  ouverture, face à l’Autriche  et  la  Hongrie,  l’équipe  de  France a enchaîné par deux  revers lors de son Mondial  moins de 20 ans. Mercredi  soir au Palais des Sports, les Bleuets ont dû s’incliner  fa­ ce  à  l’Allemagne  (4­0),  après avoir été menés 3­0  au bout de 7 minutes. « On  ne pouvait espérer pire enta­ me face à un adversaire d’un tel calibre. Je suis en colère  et  comme  je  l’ai  dit  aux  joueurs, je crois que le groupe a montré ses limites, ce soir. Les gars n’ont  pas tout donné pour le maillot », pestait Dany Gelinas, le sélectionneur  tricolore. Jeudi soir, à Méribel où est co­organisé l’événement, les jeunes Français ont longtemps fait jeu égal avec la Lettonie mais ont été battus, cruellement, en prolongation (1­0) par les Baltes.  Les Bleuets ne peuvent désormais plus  accéder à l’élite mondiale de la catégorie mais voudront terminer au mieux.  Dernier rendez­vous ce soir (18h) à Courchevel avec l’ultime rencontre de  ce Mondial Division 1 groupe A (2e niveau) face au Kazakhstan, précédée  par la “finale” entre la Lettonie et l’Allemagne (14h30), avec l’accession  comme enjeu. Mondial:lesBleuets veulentbienfinir Dernier match ce soir (18h) pour la France face au Kazakhstan. Le DL À Courchevel, ils sont nom­ breux,  omniprésents,  et même agaçants, diraient cer­ tains.  Ce  sont  les  photogra­ phes­filmeurs.  Ils  abordent les  touristes,  principalement sur  les  pistes,  et  tentent  de leur tirer le portrait… pour le leur vendre. Mais dorénavant, à Courchevel, il faudra mon­ trer patte blanche pour pou­ voir jouer de l’objectif. « GARANTIR LA TRANQUILLITÉ DES VACANCIERS » La  municipalité  a  décidé  de réglementer  l’activité,  afin, explique  Véronique  Béné, conseillère  municipale  en charge de la communication, de  «  garantir  la  tranquillité des  vacanciers  ».  Et  aussi «  pour des raisons de sécuri­ té  ».  Les  rues  et  places  du centre  station  devraient  être interdites  aux  photographes. Ils  pourraient  continuer  à exercer dans 12 secteurs dé­ finis.  À  condition  d’avoir  été accrédités.  Pour  cela,  les photographes devaient dépo­ ser leur candidature avant le 20  novembre  auprès  de  la mairie, pour obtenir leur droit d’utilisation  du  domaine  pu­ blic. La sélection se fera prin­ cipalement sur le chiffre d’af­ faires  prévisionnel  et,  pour une  partie,  sur  la  qualité professionnelle que le candi­ dat présente dans un mémoi­ re examiné par une commis­ sion d’élus. Au total, 21 ac­ créditations  seront  délivrées, contre le paiement d’une taxe de 500 à 1000  euros, plus 5 %  de  leur  chiffre  d’affaires prévisionnel.  Ne  sont  pas concernés  les  photographes attachés  à  un  client  ou œuvrant  dans  un  restaurant ou un lieu privé. Cette  décision  ne  laisse  pas indifférent  la  communauté des  photographes.  Certains louent  la  décision  comme étant salutaire pour la qualité du  service,  d’autres  chucho­ tent  que  les  plus  puissantes agences  tireront  les  marrons du feu aux dépens des petits indépendants. Interrogé à ce sujet,  l’un  des  leaders  du marché  n’a  pas  souhaité  ré­ pondre. MEGÈVE, DÉJÀ, EN 2005 Courchevel  n’est  pas  la  pre­ mière  station  à  prendre  ce type  de  décision.  Déjà,  en 2005,  Megève  avait  fait  de même.  Conséquence,  de nombreux  photographes  se sont  rabattus  sur  les  lieux privés,  hôtels,  restaurants, boîtes de nuit, préférant ainsi négocier avec les patrons plu­ tôt qu’avec la mairie.  Pour  l’heure,  même  si  des rumeurs circulent sur un pos­ sible  report  d’une  année  de ce dispositif, le maire Philip­ pe  Mugnier  a  réaffirmé,  en conseil  municipal,  que  les dossiers  sont  en  cours  de traitement.  Quoi  qu’il  en  soit,  la  saison débutant,  photographes  et “modèles”  seront  vite  fixés. Mais  il  y  a  fort  à  parier  que certains paparazzis qui sévis­ sent  l’hiver  à  Courchevel  ne s’embarrasseront  pas  d’une demande  en  bonne  et  due forme… Les photographes pourraient continuer à exercer dans 12 secteurs définis. À condition d’avoir été accrédités. Adobe Stock Des photographes de station plus encadrés LESMENUIRES HOCKEYSURGLACE 7édition spéciale CRISTAL FESTIVAL
  8. 8. Appli, selfies et wifi font bon  ménage avec le ski, si, si !  Courchevel l’a bien compris,  et propose à ses visiteurs  high­tech tout le confort des  nouvelles technologies… Parce que les vacanciers n’ont pas  tous forcément envie de se couper  du monde ni de rompre avec leurs  «  mauvaises »  petites  habitudes,  Courchevel, déjà très présent sur les réseaux sociaux (Facebook, Insta­ gram, Twitter, YouTube…) s’efforce  depuis  plusieurs  années  de  leur  proposer des services sur­mesure.  Tour d’horizon des outils qui placent la station savoyarde dans le peloton de tête en matière de digital. L’APPLI En téléchargeant l’appli Courche­ vel, lancée l’an dernier, le vacancier  soucieux de se simplifier la vie met  toutes les chances de son côté. Cet outil « 100 % utile pour un séjour  100 % facile », fournit une multitu­ de d’informations et de recomman­ dations en fonction du profil des  utilisateurs  (familles,  couples,  amis…), de leur situation géogra­ phique ou de la météo du jour. Que l’on recherche un restaurant ouvert  tardivement ou une activité pour les enfants par temps neigeux, l’appli a réponse à tout. Pour anticiper les  déplacements, elle indique même  les navettes à proximité des lieux où on se trouve, ainsi que leurs horai­ res  de  passage.  Sur  les  pistes,  Ski  +, présent dans l’appli, permet  aux utilisateurs de suivre leurs per­ formances, de calculer le dénivelé  parcouru, de se prêter à de petits  challenges entre amis, mais aussi  de gagner de nombreux cadeaux… LE3VALLÉESSELFIE Pour ceux qui souhaitent réaliser  des photos d’eux au sommet, Cour­ chevel a mis en place l’an dernier  trois spots selfies inédits. À l’arrivée  des télésièges de Pralong et Biollay  (2250 m) et en haut du col de la  Loze  (2305  m),  ils  pourront,  via  l’appli citée plus haut, activer le sys­ tème  3  Vallées  Selfie  avec  leur  smartphone. Un appareil photo, si­ tué 200 m plus loin dans les mon­ tagnes, se déclenche, et dans la  foulée, chacun reçoit son selfie qui  s’ouvre sur un portrait en gros plan  avant de s’élargir dans un panora­ ma grandiose ! LEWIFI Sur le domaine skiable de la sta­ tion, 4 points wifi ont été installés,  aux sommets du télésiège du Biol­ lay, de la piste du Signal, de la Vizel­ le, ainsi qu’au Saloon (à l’arrivée de la  télécabine  de  l’Ariondaz).  De  quoi rester au contact du monde  extérieur, et faire pâlir d’envie en  direct ses collègues restés au tra­ vail… COURCHEVEL.COM L’hiver dernier, le site internet de la  station s’est doté d’une “concierge­ rie en ligne”, chargée de répondre  en live aux visiteurs sur des ques­ tions aussi variées que la météo, les ouvertures et fermetures de pistes,  les possibilités d’hébergement ou  les activités proposées. « Tout notre  travail est orienté, pensé pour les  vacanciers,  explique  Dominique  Bellavarde, directeur de la commu­ nication digitale. Ce service, dispo­ nible 7 jours sur 7, permet à nos  hôtes de bénéficier d’une aide en  temps réel au plus près de leurs  besoins. » FrédéricFATOUX Pour ceux qui souhaitent réaliser des photos d’eux au sommet, Courchevel a mis en place l’an dernier trois spots selfies inédits. Photo David ANDRÉ Connectés jusqu’au bout des gants… ÀVOIR,ÀFAIRE Exposition “CoconsBulles” Quelques mètres de rubans de  bretelles de soutien­gorge et voilà les télécabines de Courchevel  complètement sens dessus  dessous… La plasticienne  “Rébecca (!) fabulatrice” est  repassée par là ! Des télécabines Poma, un télésiège et des  perches vintages se retrouvent  ainsi enrobés pour cet hiver.  À voir aux gares des remontées  mécaniques des Verdons et Saulire  pendant toute la saison.  Nocturne auStars’n’bars Un moment inoubliable à vivre en famille ou entre amis avec DJ  Germain. Stars’n’bars, 1297, route des Eaux­ vives, Courchevel village.  Tél. 04 79 41 74 53.     SteelFreeauZinc Soirée musicale avec Steel Free, à consommer sans modération  dans une ambiance festive... Le Zinc, hôtel Fahrenheit Seven,  Courchevel­Moriond.  Tél. 04 86 15 44 44.   Piano-bar avecFreddyWilkens À partir de 19 heures, le pianiste et chanteur anglais Freddy  Wilkens proposera aux  mélomanes un voyage dans  l’univers du jazz, du blues, de la  pop et du rock. Détente et  dépaysement garantis ! Bar de l’hôtel Strato, rue de Bellecôte,  Saint­Bon­Tarentaise. Entrée libre,  consommations payantes.  Tél. 04 79 41 51 91.   8 édition spéciale CRISTAL FESTIVAL TENDANCES MÉTÉOROLOGIQUES DANS LA RÉGION... ...ET À COURCHEVEL LYON ANNECY CHAMBÉRY GRENOBLE GENÈVE Chamonix Albertville St-Jean de M. Bourg-St- Maurice Thonon 1 5 -2 2 1 4 0 4 0 4 3 6 0 3 0 4 -4 -1 -2 2 SAMEDI Confiance : 8/10 Quelques giboulées Matin Après-midi Lever Coucher -11 -88H07 16H51 Matin Après-midi Lever Coucher -8 -28H07 16H51 Matin Après-midi Lever Coucher -9 -78H07 16H51 Votre météorologue en direct au téléphone: 7 jours sur 7, de 6h à 18h Votre météorologue en direct au téléphone: 7 jours sur 7, de 6h à 18h Météo News PRO Votre nouvelle app météo gratuite. Scannez le code et installez-là ! jour de l'annéee e semaine Sainte 350 Alice 50 minute de soleil LEVER : COUCHER : 08h07 16h51 0 Pleine lune: LEVER : COUCHER : 06h07 16h07 02-01 LYON ANNECY CHAMBÉRY GRENOBLE GENÈVE Chamonix Albertville St-Jean de M. Bourg-St- Maurice Thonon -1 3 -4 0 -1 3 -2 2 -2 2 0 4 -2 2 -2 3 -6 -2 -4 0 DIMANCHE Confiance : 7/10 Belles conditions sur les pistes LYON ANNECY CHAMBÉRY GRENOBLE GENÈVE Chamonix Albertville St-Jean de M. Bourg-St- Maurice Thonon -3 4 -5 2 -3 4 -4 3 -4 3 -1 4 -5 3 -4 4 -9 -1 -7 1 LUNDI Confiance : 7/10 Quelques flocons en journée

×