Comment internet modifie-t-il notre consommation audiovisuelle ?

1,586 views

Published on

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,586
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
2
Actions
Shares
0
Downloads
15
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Comment internet modifie-t-il notre consommation audiovisuelle ?

  1. 1. Streaming, TV connectée, web, multi task…
 Comment internet modifie-t-il notre consommation audiovisuelle ?

  2. 2. Quelques  défini-ons…  
  3. 3. •  Webdocumentaire:                                                                                                          Le  web-­‐documentaire  est  un  documentaire  conçu  en   Rich  Media  et  produit  pour  être  d’abord  diffusé  sur   Internet,  en  associant  texte,  photos,  vidéos,  sons  et   anima>ons,  de  manière  intérac>ve.  
  4. 4. •  Streaming:                                                                                                                           C’est  la  lecture  et  la  diffusion  en  con>nu  d’un  flux   audio  ou  vidéo.  Cela  désigne  un  principe  u>lisé   principalement  pour  lenvoi  de  contenu  en   «  direct  »  (ou  en  léger  différé).    
  5. 5. •  Tv  Connectée:                                                                                                       C’est  une  télévision  raccordée,  directement  ou   indirectement,  à  Internet  afin  de  fournir  un   ensemble  de  services  aux  téléspectateurs.      
  6. 6. •  Mul-  task:                                                                                                                       C’est  un  système  d’exploita>on  mul>tâches  qui   permet  d’exécuter,  de  façon  apparemment   simultanée,  plusieurs  programmes  informa>ques.                                           On  parle  également  de  mul$programma$on.  
  7. 7. L’audiovisuel  et  nous…  
  8. 8. •  La  France  bénéficie  du  plus  fort  taux  de  connexion   quo-dien  à  Internet  (92%)  la  TV  (57%)  et  la  radio  (57%).  La  temps  de  concentra>on  devant  la  tv  s’est  amoindri.  On   écoute  la  radio  d’une  oreille  et  surtout,   «  On  s’ennuie  facilement  sur  internet  »  Cest  à  ceWe  tendance  à  la  lassitude  que  doivent  répondre   les  créateurs  et  fournisseurs  de  contenu  audiovisuel.  
  9. 9. Les  acteurs  de  l’audiovisuel  et  leurs   ac-ons…  
  10. 10. •  Les  services  audiovisuels  innovants          Si  Internet  semble  lépicentre  de  la  stratégie  de   beaucoup  de  ces  acteurs,  la  finalité  de  tous  ces   services  nest  pas  de  rester  uniquement  sur  le  web   mais  bien  dêtre  visibles  sur  lécran  de  télévision  via   un  réseau  ADSL.  
  11. 11. •  Chaînes  et  nouveaux  distributeurs            Désormais,  les  grandes  chaînes  de  télévision  ont   choisi  dinves>r  lInternet  pour  déployer  une  par>e   de  leur  stratégie  :  il  sagit  de  compléter  la  diffusion   classique,  linéaire,  par  des  services  à  la  demande.    
  12. 12.        Les  téléspectateurs  peuvent  visionner  les  contenus   quand  ils  le  souhaitent,  en  saffranchissant  des   contraintes  de  programma9on  des  chaînes,  via  des   systèmes  de  vidéo  à  la  demande  (VoD)                                                         ou  de  catch-­‐up  TV,  dite  aussi  télévision  de   ra9rapage.  
  13. 13.        En  2007,  les  plates-­‐formes  de  VoD  françaises   ont  réalisé  un  chiffre  daffaires  de  29,2  millions   deuros  et  45  offres  de  VoD  différentes  en   2008.    
  14. 14. •  Dautres  distributeurs,  indépendants  ou  non.            Ils  se  sont  lancés  sur  le  marché,  sur  des   créneaux  plus  ou  moins  spécialisés                Ces  offres  concernent  majoritairement  des  films   de  cinéma  et  des  séries  télévisuelles.    
  15. 15. •  Les  plates-­‐formes    •  Elles  se  sont  spécialisées  dans  dautres   genres  :                Vodéo  dans  le  documentaire          Cinézime  et  UniversCiné  dans  le  cinéma   indépendant            GongTV  dans  les  films  danima-on.  
  16. 16. •   La  grande  majorité  de  ces  services  se  développent   sur  un  modèle  de  loca-on  à  lacte,  pour  des  prix   oscillant  entre  1  et  4,  99  euros.  •  un  seul  sur  le  marché  a,  pour  linstant  tenté  une   plate-­‐forme  totalement  gratuite,  sponsorisée  par  la   publicité  :  il  sagit  du  site  de  e-­‐commerce  CDiscount,   filiale  de  Casino,  lancé  début  décembre  2008.    
  17. 17. Les  nouveaux  services  en  ligne  :   objec-f,  le  téléviseur  
  18. 18. •  Tous  ces  services  sont  accessibles  sur  le  web,  mais   limportant  pour  les  chaînes  de  télévision  est  surtout   de  les  amener  sur  le  bon  vieil  écran  TV.  •  Elles  se  sont  donc  rapidement  rapprochées  des   fournisseurs  daccès  à  Internet  pour  une  diffusion   sur  leur  bouquet  ADSL.    
  19. 19. •  Canal  Play  est  ainsi  le  partenaire  de  Free  •  -­‐  TF1  Vision  et  M6  Vidéo  ont  signé    avec  SFR  Neuf.              Pour  ne  pas  être  en  reste,  la  Fnac  commercialise   depuis  début  décembre  2008  un  boî-er  TNT   permeWant  daccéder  directement  à  ses  contenus   proposés  en  VoD.    •  Parallèlement,  les  chaînes  ont  créé  des  services  de   télévision  de  rafrapage.    
  20. 20. Le  cas  France  Télévision…  
  21. 21. •   France  Télévisions  a  suivi  une  stratégie  différente,  en  signant  un   accord  exclusif  avec  Orange.  •  Bap>sé  «  24/24  TV  »,  il  permet  aux  abonnés  Orange  de  revoir  les   principaux  programmes  des  cinq  chaînes  du  groupe  de  sept  à   trente  jours  après  leur  diffusion,  que  ce  soit  sur  le  web,  sur  la   télévision  ou  le  mobile.  •     •  Publics  ou  privés,  ces  nouveaux  services  délinéarisés  bousculent   lordre  établi  au  sein  de  lindustrie  cinématographique  et   audiovisuelle.    •   Ils  remefent  en  cause,  en  par>culier,  le  financement  des  oeuvres   et  la  chronologie  des  médias.  •  Ce  qui  explique  pourquoi  les  ayants  droit  du  cinéma  se  sont   montrés  jusquà  présent  rela-vement  prudents  face  à  ces   nouvelles  offres.  
  22. 22. La  chronologie  des  médias  
  23. 23. •  Même  si  certains  mènent  des   expérimenta-ons,  comme  la  sor-e  dun  film   simultanément  en  DVD  et  en  VoD,  cela  nest   pas  suffisant  pour  assurer  un  développement   rapide  des  offres  légales,  face  au  piratage  sur   les  réseaux  peer-­‐to-­‐peer.    
  24. 24.        Dautres  acteurs  viennent  également  rajouter  à  la   complexité  de  ce  marché  en  pleine  structura>on  :  le   développement  des  plates-­‐formes  de  partage  de   vidéos,  telles  Youtube  ou  Dailymo-on,  alimente  la   confusion  sur  le  financement  des  oeuvres   audiovisuelles  et  inquiète  les  ayants  droit.    
  25. 25. •  Ini-alement,  ces  sites  devaient  seulement  permefre   aux  internautes  de  séchanger  des  vidéos   personnelles,  créées  par  leur  soin  (le  fameux  UGC)  •  Mais  très  vite,  elles  ont  commencé  à  signer  des   partenariats  avec  des  fournisseurs  de  contenus   professionnels,  seuls  capables  dêtre  moné-sés.  Car   leur  modèle  économique  repose  sur  la  publicité.    •  Selon  eMarketer,  les  annonceurs  américains  vont   dépenser  505  millions  de  dollars  sur  ce  type  de  sites   en  2008.  Un  chiffre  qui  devrait  passer  à  5,8  milliards  en   2013.  
  26. 26. Une  quête  de  respectabilité              Les  détracteurs  de  ces  sites  de  partage  vidéo   leur  reprochent  principalement  davoir  bâ-   leur  succès  grâce  à  des  œuvres  piratées  mises   en  ligne  par  les  internautes,  sans  aucun   respect  de  la  chronologie  des  médias,  ni   rémunéra-on  des  ayants  droit.    
  27. 27. •  Ainsi,  YouTube  propose  aux  producteurs  différents   ou-ls  pour  «  gérer  la  diffusion  de  leurs  contenus  »,   explique  Patrick  Walker,  directeur  des  partenariats   de  Youtube  au  niveau  européen.  •  YouTube  est  «bien  au-­‐delà  de  ce  que  préconisent  les   lois  américaines  de  protec-on  du  droit  dauteur»    
  28. 28. •  De  son  côté,  Dailymo-on  u-lise  les  solu-ons  de   filtrage,  pour  empêcher  les  internautes  de  mefre   en  ligne  des  contenus  protégés  par  le  droit  dauteur.    •  Grâce  à  ces  démarches,  la  start-­‐up  française   progresse  vers  la  respectabilité  quelle  recherche   auprès  des  industries  culturelles.  •  En  septembre  2008,  elle  a  signé  un  accord  avec  trois   sociétés  dauteurs  qui  permefra  aux  auteurs  de   films,  de  fic-ons  et  de  documentaires  dêtre   rémunérés  lors  de  la  diffusion  de  leurs  œuvres  sur  le   site.    
  29. 29. TF1  prépare  sa  riposte      •  Dailymo>on  et  YouTube  ne  sont  pas  à  labri  des   procès  :  à  la  fin  de  lannée  2007,  cest  TF1  qui  a   déclenché  les  hos-lités  en  portant  plainte  contre   les  deux  sites  pour  contrefaçon  et  concurrence   déloyale,  à  cause  des  vidéos  de  ses  programmes   mises  en  ligne  sur  ces  plates-­‐formes.  •  Pour  TF1,  le  format  le  plus  adapté  est  le   snacking,  cest-­‐à-­‐dire  des  pe-ts  morceaux  de   programmes  bien  ciblés,  que  lu-lisateur  peut   retrouver  à  sa  guise,  sans  être  dans  une  logique   de  consomma-on  longue  ».  
  30. 30. En  conclusion…  

×