Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

One in Three

345 views

Published on

Women are victims of the longest war.
A war costing us $8 Trillion a Year.
What are we doing to challenge rape culture and gender based violence? Here are some solutions!

Published in: Government & Nonprofit
  • Fact: Penis Enlargement CAN Work. Here's How. ★★★ https://tinyurl.com/yy3nfggr
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • New E-book Reveals Unique Holistic Strategies to Cure Acne. Discover How To Quickly And Easily Cure Acne Permanently...Even If Everything Else You Tried had Failed... Without Drugs, Without Over The Counters, and Without Nasty Side Effects - Guaranteed!  http://ishbv.com/buk028959/pdf
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Did You Get Dumped? Do you still want him back? If you act now, I can help you. ♥♥♥ http://goo.gl/FXTq7P
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Relationship guru Justin Sinclair reveals his secret tactics to help get your Ex back! Learn how  http://ow.ly/f23I301xGAo
       Reply 
    Are you sure you want to  Yes  No
    Your message goes here
  • Be the first to like this

One in Three

  1. 1. Gender Based Violence One in Three
  2. 2. One day I woke up to this…
  3. 3. WTF? Which world are we living in?
  4. 4. Women live in a dangerous world
  5. 5. And so much more… • Get drunk, because you never know if someone might try to assault you when you’re under the influence. • Leave our drinks at the bar, unattended, because someone might try to drug them. • Move into certain neighborhoods or live on certain blocks, because the harassment is too severe. • Meet our creepy landlords, the cable guy, or the electrician by ourselves, because it makes us feel unsafe. • Travel solo, because there are certain places where it’s just not safe to be a woman traveling alone. • Try couch-surfing, because staying at a stranger’s house seems like an invitation for trouble. • Run alone at night, because we fear attackers. • Talk back to harassers, because you never know if the abusive words will escalate to violent actions. • Meet a stranger — for a date or to buy something on Craigslist — without telling a friend exactly where we’ll be, because we’re aware there’s always the threat of danger. • Walk home at night without holding our keys out, because you never know when you might need a makeshift weapon.
  6. 6. And more • Wear flimsy clothing when we’re out walking by ourselves, because harassers see it as an invitation to bother us. • Wear loud or outrageous clothing, either, because that’ll invite comment from strange men too. • Wear anything that will expose our breasts or remind men that we’re women, because that’s seen as an invitation for leers. • Wear a ponytail, because it will make it easier for an attacker to grab our hair. • Wear high heels, because it’ll make it harder to run faster if we need to. • Engage in small talk with a man, because he may interpret it as an invitation to come on to us in a lecherous way. • Make eye contact with strangers, because it’s seen as an invitation to approach us. • Even smiling can be seen as tacit approval to talk or approach us.
  7. 7. And more • Eat food in public — like ice cream cones — that might attract unwanted male attention. • Ride our bikes late at night, because we don’t want to deal with the harassment. • Stay at a party or a show after our friends have gone home, because we don’t want to worry about being stranded in a potentially threatening situation. • Get into a subway car with just men in it, because we’re afraid something might happen. Instead, we scope out subway cars with other women already in them. • Walk around late at night with headphones on and blasting music, because we’re afraid attackers might come up behind us. • Answer the door to unexpected visitors, just in case it’s someone who got into the building randomly, who might be planning to attack. • Let the cab driver/our date drop us off directly in front our buildings, because we don’t want random guys to know where we live. • Walk directly home, sometimes, if we’re afraid someone is following us. Instead, we’ll stop at a neighborhood bar and pretend we’re meeting someone. • Give our last names to strangers or potential dates, because it makes it that much easier for a stranger to find out where you live, or where you work. • Stay late at our offices by ourselves, because of the potential of being attacked. • Use an ATM that’s outside or isolated, because we fear being attacked.
  8. 8. Is it OK to live in fear?
  9. 9. Every day, anywhere in the world, walking in the street as female is a challenge
  10. 10. With massive effects in terms of depression or self esteem
  11. 11. In 2016, ActionAid conducted a survey on street harassment in a number of countries • They found that 79% of women living in cities in India, 86% in Thailand, and 89% in Brazil have been subjected to harassment or violence in public, as had 75% of women in London, UK. Source: http://www.stopstreetharassment.org/resources/statistics/statistics- academic-studies/ç
  12. 12. Source: Thomson Reuters
  13. 13. In France, 100% of women have experienced harassment in the transportation system
  14. 14. Harassment is about power
  15. 15. Everywhere, women are told what to wear or what not to wear to avoid violence
  16. 16. The obsession with what women wear
  17. 17. As a consequence, female body has to be hidden since it triggers male desire
  18. 18. If they don’t want to experience victim blaming
  19. 19. And be suspected of asking for it
  20. 20. No matter what they wear, women experience the longest war…
  21. 21. The longest war
  22. 22. A world where one out of three of them will be beaten or abused by their partner
  23. 23. One in three…
  24. 24. 1 every three days in France
  25. 25. Where more American women killed by they partners since 9/11 than military deaths from attacks, ensuing wars
  26. 26. In the street, at home, even at work…
  27. 27. 28% of women in the US military experienced rape during their military service by fellow military men • None of those who report keep their job.
  28. 28. And the prevalence of sexual violence is tremendous
  29. 29. One in five college women report surviving rape or attempted rape at some point in their lifetime
  30. 30. The Gigantic Cost of Domestic Violence: $8 Trillion a Year • Civil wars and conflicts cost 0.2% of global GDP.
  31. 31. Double standards… • The number of American troops killed in Afghanistan and Iraq between 2001 and 2012 was 6,488. • The number of American women who were murdered by current or ex male partners during that time was 11,766. • The U.S. military response to 9/11 in Afghanistan and Iraq has cost up to $4 trillion, and homeland security an additional $1 trillion-plus. • In the same period, terrorists have killed 33 people in the United States.
  32. 32. Rape is even used as a weapon of war
  33. 33. This violence can also be virtual
  34. 34. What online violence looks like • Women are being sent repeated, threatening, or harassing messages: “trolling” cyberbullying”, “online hate speech”, “blackmail”, “rape and death threats”, using social networking platforms, mobile phones, emails, websites, and attacks against female journalists in online articles. • Abusers post intimate pictures of women (“Revenge Porn) on social media platforms or share them through phone apps. • Stalking online (Technology can locate and monitor people’s movement then leads to violence off-line)
  35. 35. 2016 SYNTHÈSE CYBERSEXISME CHEZ LES ADOLESCENT-E-S (12-15 ANS) ÉTUDE SOCIOLOGIQUE DANS LES ÉTABLISSEMENTS FRANCILIENS DE LA 5e À LA 2nde OBSERVATOIRERÉGIONALDES VIOLENCESFAITESAUXFEMMESORVF ÉTUDE
  36. 36. CENTRE HUBERTINE AUCLERT (5) Centre francilien pour l’égalité femmes-hommes E, NE FILLES ET GARÇONS ONT UNE BONNE APPRÉCIATION DU CLIMAT SCOLAIRE AU COLLÈGE ET AU LYCÉE… Ellesetilsdéclarentsesentirbienenclasse (94,7%), en sécurité dans leur établissement scolaire (81,7%) et considèrent que les re- lations entre filles et garçons sont bonnes (91,8%). …MAIS UN NOMBRE IMPORTANT DE GARÇONS ET SURTOUT DE FILLES DÉCLARE AVOIR ÉTÉ VICTIME DE VIOLENCES DANS LEUR ÉTABLISSEMENT SCOLAIRE Ces formes de violences sont multiples, mais les violences verbales sont les plus fré- quentes: plus de 30% des élèves déclarent avoir été insulté-e-s depuis de le début de l’annéescolaireaumoinsunefois(30,1%des filles et 31,5% des garçons). RUMEURS ET INSULTES: LE SEXISME HORS-LIGNE Les filles sont deux fois plus nom- breuses à déclarer avoir été la cible d’in- sultes sur leur comportement sexuel ou amoureux: 22% des filles ont été traitées de «pute» et «salope». Les filles sont davantage l’objet de rumeurs, ce qui pourrait expliquer qu’elles souffrentdavantagedemisesàl’écart(16,3% des filles pour 10,9% des garçons). Lesgarçonssontquantàeuxdavantage exposés à des insultes homophobes (14,1% des garçons pour 10% des filles), mettant en jeu leur virilité hétérosexuelle (accusation par exemple de ne pas être un «vrai mec»). DES REMARQUES SEXISTES QUI MODIFIENT LE COMPORTEMENT DES FILLES Les filles déclarent davantage avoir renoncé à une tenue vestimentaire pour «garder une bonne réputation»: 20% des filles, pour 6,9% des garçons. LES FILLES SONT DEUX FOIS PLUS SOUVENT VICTIMES DE VIOLENCES À CARACTÈRE SEXUEL QUE LES GARÇONS Prèsd’unefillesurtrois (29%)déclare avoirsubiuneviolenceàcaractèresexueldans son établissement depuis le début de l’année scolaire, pour 16% des garçons: / Près d’une fille sur cinq (20%) déclare avoir subi des gestes à caractère sexuel qui l’ont mises mal à l’aise (mime sexuel) pour 5% des garçons. / Près d’une fille sur sept (14%) dit avoir subi des attouchements sexuels au sein de l’établissement (pour 6,8% de garçons), et ellessont5%àsignaleryavoirétéconfrontées trois fois et plus. / Une fille sur 10 (10%) signale qu’on lui a demandé d’embrasser, de caresser, ou detoucherdespartiesintimesducorpsce quil’amisemalàl’aise,pour5%desgarçons. HORS-LIGNE: LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES SONT DÉJÀ BIEN PRÉSENTES EN BREF Au collège et au lycée, les filles sont exposées à des violences spécifiques, à caractère sexiste et sexuel, qui traduisent des injonctions fortes autour du corps et de leur sexualité.
  37. 37. (6) CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francilien pour l’égalité femmes-hommes CENTRE HUBERTINE AUCLERT (7) Centre francilien pour l’égalité femmes-hommes RUMEURS ET INSULTES: LE SEXISME SUR LES ÉCRANS / Plus d’une fille sur cinq (20%) rap- porte des insultes en ligne sur son appa- rence physique: poids, taille ou toute autre particularité physique, pour 1 garçon sur 8 (13% des garçons). Les filles y sont exposées plus fréquem- ment(deuxfoisplussouventquelesgarçons). / Les rumeurs qui circulent en ligne concernant deux fois plus les filles (13,3%) que les garçons (6,3%). ENVOI ET PARTAGE DE TEXTOS, PHOTOS OU VIDÉOS: LES VIOLENCES À CARACTÈRE SEXUEL SONT DÉMULTIPLIÉES Plus d’une fille sur 6 (17%) a été confrontée depuis le début de l’année à des cyberviolences à caractère sexuel en lien avec des photos, vidéos ou textos, pour 1 garçon sur 10 (11%). EN LIGNE: LES VIOLENCES SEXISTES ET SEXUELLES SE POURSUIVENT ET S’AMPLIFIENT PARMI ELLES: 1 FILLE SUR 3 Y A ÉTÉ CONTRAINTE AU MOINS TROIS FOIS DEPUIS LE DÉBUT DE L’ANNÉE SCOLAIRE. 4% DES FILLES POUR 1,4% DES GARÇONS MAIS LES FILLES SONT 2 FOIS PLUS NOMBREUSES QUE LES GARÇONS À AVOIR RÉALISÉ DES SELFIES SOUS LA CONTRAINTE (LE PLUS SOUVENT DE LEUR PETIT AMI) Sextos: textos, photos ou vidéos à caractère sexuel. 3 FILLES ET 2 GARÇONS PAR CLASSE VICTIMES DE CYBERSEXISME 1 FILLE SUR 11 1 GARÇON SUR 15 A VU DES PHOTOS OU VIDÉOS D’ELLE- MODIFIÉES ET/OU DIFFUSÉES SANS SON ACCORD. A REÇU DES SEXTOS* ALORS QU’ELLE-IL N’EN AVAIT PAS ENVIE. UN PEU MOINS D’1 FILLE SUR 6 1 GARÇON SUR 10 3 À 4 ÉLÈVES PAR CLASSE ONT REÇU DES SEXTOS* SANS LEUR CONSENTEMENT LE CYBERSEXISME: C’EST QUOI? Le cybersexisme désigne les violences qui se déploient à travers le cyberespace («en ligne») dans le but d’insulter, harceler, humilier, répandre des rumeurs, ostraciser, exercer une coercition externe et qui contaminent l’espace en présentiel («hors ligne») ou inversement. Le cybersexisme touche majoritairement les filles mais contribue à imposer les normes de féminité et de masculinité aux deux sexes, garçons et filles. Le cybersexisme réduit ainsi les filles à leur apparence physique et vise à contrôler leur sexualité tout en survalorisant la virilité et la sexualité des garçons. Le cybersexisme est d’autant plus violent qu’il bénéficie d’une double invisibilité: / Il se déroule dans un espace virtuel, favorisant l’anonymat, la dissémination et échappant au contrôle, en particulier des adultes. / Il s’inscrit dans un système de contraintes liées aux rôles assignés aux filles et aux garçons qui sont intériorisées, et rendent difficile son repérage. EN BREF Les filles sont 1,5 à 2 fois plus touchées par le cybersexisme que les garçons. Les violences sexistes et sexuelles s’exercent à la fois en ligne et hors ligne. Elles sont étroitement imbriquées et tout aussi réelles dans une sphère que dans l’autre. EN BREF 17% des filles et 11% des garçons ont été confronté-e-s à des cyberviolences à caractère sexuel par photos ou vidéos ou textos. 6 À 7,5% DES ÉLÈVES, FILLES ET GARÇONS, RÉALISENT DES SELFIES INTIMES
  38. 38. (10) CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francilien pour l’égalité femmes-hommes CENTRE HUBERTINE AUCLER Centre francilien pour l’égalité femmes-homm UNE SOCIABILITÉ DIGITALE QUI PASSE PRINCIPALEMENT PAR LE PARTAGE DE PHOTOS Sur les réseaux sociaux en particulier, filles et garçons s’exposent et se mettent en scène. ÊTRE FILLE, ÊTRE GARÇON EN LIGNE: DES INJONCTIONS DIFFÉRENTES AUTOUR DE LA PRÉSENTATION DE SOI LES FILLES Les filles sont incitées à exposer leur corps, notamment à travers le partage de photos: ne pas le faire, c’est se couper de cettesociabilitéattenduedesfilles,c’estrisqué d’être perçue comme «coincée». La pression vient du groupe de pairs, voire du petit ami directement: «Le soir, on parlait beaucoup au téléphone (avec mon petit ami). Il m’avait appelée: “Tu vas faire quoi?”. J’ai dit: “Je vais prendre ma douche”. Et il m’a dit: “Super. Tu veux bien m’envoyer une photo?”. Je savais que c’était un garçon, qu’il avait envie de voir des filles. Je ne suis pas bête. Je lui ai dit: “Pourquoi? Je n’en ai pas envie”. Il m’a dit: “Tu n’es pas comme les autres filles que j’ai eues avant. Quand je sortais avec d’autres filles, je demandais des photos et elles me les envoyaient tout le temps. Tu es bizarre”. Il a commencé à m’insulter. [ …] Puis je me suis dit: “J’ai confiance. Je vais lui envoyer une photo. Peut-être que ça va lui faire plaisir”.» Livia, élève de 4e , entretien individuel. Les photos des filles vont être davantage commentées,notées,jugées…parlespairs (filles et garçons). La mise en scène va être scrutée, les corps des filles vont être plus faci- lement sexualisés. Le respect des normes de féminité pour les filles passe par le fait de «se respecter» c’est-à-dire de ne pas exposer trop ouvertement sa sexualité (une bretelle inclinée seraconsidéréecommedelaséduction)etvont mettre en jeu sa «réputation». Les règles de présentation de soi doivent être maîtrisées par les filles, et ces co- dessontégalementréaffirmésetrenforcés en ligne. Les cyberviolences sont une forme de sanction de la transgression de ces codes. Sur les réseaux sociaux, les filles doivent se présenter sous leur meilleur jour, sans avoir l’airdechercherleregarddesgarçons.Lechoix d’unephotographiedeprofil,parexemple,est régie par un lot de règles généralement non verbalisées, portant sur la position adoptée, les vêtements portés, le contexte dans lequel ladite photographie est prise. Ce sont des règles difficiles à maîtriser, surtout dans lamesureoùlemoindrefauxpaspeuten- trainerdesévèresconséquencessociales. «C’est souvent comme ça sur les photos qui circulent sur les réseaux sociaux. Quand un garçon met une photo de lui, torse nu, les filles vont forcément commenter en disant: “Tu es trop beau”, et les gars aussi. Alors que quand c’est une fille qui met une photo d’elle, soit en débardeur, soit en maillot de bain, ils vont dire “Regardez comment elle fait sa pute, celle-là”. Érika, élève de 3e , entretien de groupe. Marie-Ève: «Ça dépend comment la fille se met pour faire son selfie. Si elle n’enlève pas sa bretelle, si elle ne met pas sa poitrine en avant… Enfin, je ne sais pas, là, elle est normale, la photo.» (…) une fille qui met un bikini, et qui se prend [en photo] en bikini, c’est plus vulgaire [qu’un garçon en maillot]. Miguel: «Ça dépend du bikini.» Sarah: «Ça dépend si elle est à la plage ou pas. Si elle est à la plage, c’est normal, mais si elle est chez elle, ça veut dire qu’elle a fait exprès.» Élèves de 3e , entretien de groupe. Jonas: «Chez les garçons, le haut, ce n’est pas une partie intime, mais pour une fille, ça le devient!» Wakim: «Les pectoraux peuvent être attirants pour les filles!» Chercheuse: «Absolument. (…) Mais il n’y a pas de caractère sexuel pour les garçons?» Plusieurs élèves: «Non!» Jonas: «La fille qui enlève la bretelle, c’est juste pour réveiller le cojone [ndlr: emprunt de l’espagnol, désigne les testicules].» Élèves de 4e , entretien de groupe. LES GARÇONS Pour les garçons, les règles de pré- sentation de soi sont moins codifiées et surtout moins strictes: un garçon devra aller plus loin qu’une fille pour être sanction- né. Par exemple s’il montre son sexe, selon le contexte, il pourra alors être susceptible de se faire insulter. Exposer son sexe crée un doute sur la respectabilité hétérosexuelle et donc sur la virilité. Yanis: «Si elle montre ses seins, on va la traiter de “pute”!» Adel: «Un garçon s’il est torse nu, ils ne vont pas lui dire ça! Mais s’il fait des poses bizarres, qu’il baisse son t-shirt bizarrement [sur l’épaule], ils vont dire qu’il est bizarre!» Yanis : «S’il montre son pénis!» Plusieurs élèves : «C’est un malade mental!»; «Il est gay!» Élèves de 4e , entretien de groupe. APPROPRIATION DU CORPS DES FILLES EN LIGNE: DES IMAGES CONSERVÉES ET PARTAGÉES Ces photos peuvent être rediffusées sans l’accord: cela peut être fait dans le but de nuire ou d’humilier, ou par amusement sans mesurer réellement les conséquences que cela peut avoir. «On s’était disputés pour une petite histoire, et il a décidé de la poster sur les réseaux sociaux. Par vengeance. J’étais vraiment anéantie... Elle a quand même fait le tour, cette photo.» Livia, élève de 4e entretien individuel. «J’ai filmé quelqu’un en train d’insulter une autre personne. Au moment où j’ai mis la vidéo, je ne m’en étais pas rendue compte que c’était méchant. Je n’aimais pas cette personne, donc ça ne me faisait rien de poster cette vidéo. Je me foutais complètement que ça lui fasse du mal. Quand la personne m’a envoyé un message, je me suis dit: “Ah oui, c’est grave”. Je lui ai fait mes excuses.» Eva, élève de 4e , entretien individuel. «Il y a quelqu’un [du collège] qui a fait une photo et dans la photo on voyait tout. Les soi-disant amis, ceux qui se faisaient passer pour des amis, ils ont bien screené la photo, ils l’ont mis sur d’autres réseaux et tout.» Aboubacar, élève de 4e , entretien de groupe. Les photos peuvent aussi être accumu- lées par ses «ami-e-s» pour constituer des «dossiers» dont la divulgation (aux ami-e-s mais aussi et surtout à la famille) peut devenir un moyen de chantage ou de pression, c’est unpuissantoutildecontrôlesocialentrepairs, et notamment au sein des couples. «Et je lui ai envoyée [le selfie dans ma douche]. [Quand je l’ai rappelé], il m’a dit: “C’est super, comme ça, si tu fais la meuf, je sais ce que je peux faire avec”.» «Des collégiens me menaçaient de l’envoyer à ma famille.» Livia, élève de 4e , entretien individuel.
  39. 39. (12) CENTRE HUBERTINE AUCLERT Centre francilien pour l’égalité femmes-hommes CENTRE HUBERTINE AUCLER Centre francilien pour l’égalité femmes-homm «Quand une photo est postée sur internet, ça veut dire que ça va être un enfer. [La personne] va recevoir des insultes, peut-être même des menaces style: “Je l’envoie à des personnes de ta famille”. Ça peut aller très, très loin. Ça peut être très dangereux.» Diana, élève de 4e entretien de groupe. CIRCULATION DES IMAGES DE SOI DÉNUDÉ: LES GARÇONS «POPULAIRES» ET LES FILLES «SALOPES» «Une fille, ce n’est pas la même chose qu’un garçon. Une fille, elle doit peut-être plus se respecter.» Hannah, élève de 4e / Accumulant ces photos, les garçons gagnent en popularité. Il s’agit pour les garçons de se conformer aux normes de la masculinité, à travers notamment toutes les démonstrations d’hétérosexualité. Il s’agira de faire la preuve de ses relations sexuelles avec des filles qu’ils dominent ou contrôlent. «Les garçons, quand ils sont avec leurs copains, ils sont: “Ah ouais, moi j’ai géré celle-là“, “Moi, ouais, j’ai fait ça avec elle“,”Attends, moi aussi, je vais faire la même”, ”Attends, je vais lui parler, je vais la gérer sur Facebook”. Ça part comme ça.» Sandra, élève de 2nde , entretien de groupe. Jules: «Par exemple, si la fille est jolie, les gens vont dire au garçon: “Ouais, tu as géré”.» (…) Christine: «Ben, ils sont un peu fiers d’avoir [reçu une photo] avec une jolie fille.» (…) Élèves de 4e , entretien de groupe. Brenda: «[les garçons] veulent juste montrer: “Ouais, regardez, il y a des filles qui m’envoient des photos, je suis aimé”. Ils veulent juste faire ça.» Jade: «En fait, je crois que ça les amuse. Ils croient qu’il y a quelque chose à gagner.» Juana: «Ils veulent montrer que les meufs, elles leur courent après: “Je te veux!”…» Jade: «Ouais, qu’ils sont populaires, qu’ils ont toutes les filles!» Élèves de 5e , entretien de groupe. / D’ailleurs, les garçons peuvent égale- mentêtreamenésàenvoyerdesphotosde parties intimes de leur corps à des filles de la classe. Ces photos à caractère sexuel sont des sollicitations sexuelles banalisées. / Diffusées avec ou sans l’accord ne fait pas la différence pour les jeunes qui se fo- calisent surtout sur l’existence même d’une photo intime dont les filles seront systé- matiquement jugées responsables et blâmées. Cesfillessontperçuescommeacceptant, voire encourageant les regards sexualisés sur leur personne, ce qui est considéré comme inapproprié parce que ne témoignant pas d’une humilité féminine attendue. Elles se- ront exclues par les garçons mais aussi par les autres filles. Ce qui est en jeu ici c’est bien la «répu- tation» qui consiste en l’étiquetage péjoratif de celles dont on questionne la vertu et la respectabilité.Leprocessusderéputationaété biendocumentédanslestravauxderecherche sur la socialisation des filles. Elsa: «Ils peuvent la mettre sur les réseaux sociaux et la personne aura mauvaise réputation. (…) Celle qui s’est fait agresser, celle qui a subi (…) Parce que le garçon qui a agressé nie les faits. Du coup, on le croit et celle qui s’est faite agresser se retrouve seule et personne ne la croit. (…) Il peut dire que c’est elle qui l’a voulu.» Laurène: «Elle peut passer pour une fille facile. Imaginons que les personnes disent que c’est la fille qui faisait des trucs bizarres dans les toilettes. Moi je penserais que c’est une fille facile si j’entendais ça.» Jules: «On va dire que la fille, c’est une fille facile.» Élèves de 4e , entretien de groupe. Chercheuse: «Un garçon diffuse, et votre réaction, ce n’est pas de dire:”Ce garçon n’est pas un gars bien”, c’est de dire:”Cette fille, ce n’est pas croyable, c’est une pute”… Homa: «Ben, elle a accepté.» Bérangère: «S’il l’avait forcée, on aurait dit: “Regardez, le pédophile, il l’a forcée à envoyer ses photos de parties intimes”, mais non, il lui a demandé. Elle n’a pas hésité à lui envoyer.» C.: «Donc c’est plus sa faute à elle qu’à lui?» Céline: «Je dirais que c’est la faute des deux, mais plus à la fille, parce que tu ne fais pas ça. Tu as des valeurs, tu ne fais pas ça.» C.: «C’est quoi les valeurs?» Céline: «Ben, tu te respectes. Elle ne se respectait pas, et elle n’a pas hésité une seconde.» Bérangère: «Elle a sali l’image de la femme.» Élèves de 5e , entretien de groupe. «Je pense qu’il faut faire attention à la réputation. Moi, je préfère ne pas être amie avec une fille qui se montre comme ça sur les réseaux sociaux.» Ravi, élève de 3e , entretien de groupe. Les processus de réputation (pour les filles) et de popularité (pour les garçons) sont inégalitaires,notammentenraisondelavigi- lancedisproportionnéequ’ilsdemandent aux filles. À certains égards, le cyberespace exacerbe cette inégalité. Les filles doivent maintenir une image de «respectabilité» tout en se conformant aux normes de la féminité hétérosexuelle. Cette gestion se fait au prix d’un contrôle de leur image souvent difficilement compatible avec les particularités même des réseaux sociaux (notamment l’immédiateté). Lorsque la prise de décision est pressante, l’évaluation des risques ne concerne le plus souvent que les risques immédiats. EN BREF Lorsque des contenus mettant en scène des filles sont partagés en ligne, y compris si la fille n’est pas d’accord, c’est elle qui sera considérée comme seule responsable des effets de la diffusion de ces contenus.
  40. 40. Why? Because our society is VERY tolerant about violence against women It’s embedded in our culture…
  41. 41. Our whole history is plagued by rape
  42. 42. The rape of women or youth is a common theme in Greek mythology Apollo and DaphneHades and Persephone
  43. 43. Even the creation of Rome is based on a rape The abduction of the Sabines
  44. 44. We learnt that “no means yes”
  45. 45. And that women always lie
  46. 46. Iconic female figures of sexual betrayal, like Eve have been used to create the notion that women aren’t trustworthy • And it’s not only powerful women who are discounted; • Every day, “women who report sexual assault or rape are greeted with skepticism.” • “If you go back to medieval times, women’s stories have been seen as dangerous,” said Gilmore, a visiting professor of women’s and gender studies at Wellesley. • “They’re threatening to institutions, including the church, government, other interests. To keep women’s stories from taking root, people in power, generally men, go straight at the credibility of the woman.” • Patterns for undermining women’s testimony and credibility.
  47. 47. Attitudes toward rape changed when the Roman Empire became christianized. St. Augustine interpreted Lucretia's suicide as a possible admission that she had secretly encouraged the rapist.
  48. 48. So we worship rapists Don Juan Jupiter
  49. 49. And we associate power with sexual domination
  50. 50. So no wonder sexual offenders walk free
  51. 51. Commando culotte: the impunity of famous men
  52. 52. Or admit their crime years later without any consequences
  53. 53. So we learn very young that rape is a constant threat
  54. 54. And that rapists walk away
  55. 55. Perpetrators of sexual violence are less likely to go to jail or prison than other criminals.
  56. 56. Talking about collective denial
  57. 57. Because victims prefer to avoid the risk of being blamed or not believed
  58. 58. In reality, only 2-8 percent of rape allegations are false
  59. 59. But we live in a rape culture
  60. 60. Which does not believe women
  61. 61. 98% of rapists are men • Violence against women is basically the symptoms of a society devaluing women, tolerating male’s dominant behaviour
  62. 62. Rape Culture is an environment in which rape is prevalent and in which sexual violence against women is normalized and excused in the media and popular culture. • Rape culture is perpetuated through the use of misogynistic language, the objectification of women’s bodies, and the glamorization of sexual violence, thereby creating a society that disregards women’s rights and safety. • Rape Culture affects every woman. The rape of one woman is a degradation, terror, and limitation to all women. • Most women and girls limit their behavior because of the existence of rape. Most women and girls live in fear of rape. • Men, in general, do not. • That’s how rape functions as a powerful means by which the whole female population is held in a subordinate position to the whole male population, even though many men don’t rape, and many women are never victims of rape. • This cycle of fear is the legacy of Rape Culture.
  63. 63. Examples of Rape Culture • Trivializing sexual assault (“Boys will be boys!”) • Sexually explicit jokes • Tolerance of sexual harassment • Inflating false rape report statistics • Publicly scrutinizing a victim’s dress, mental state, motives, and history • Gratuitous gendered violence in movies and television • Defining “manhood” as dominant and sexually aggressive • Defining “womanhood” as submissive and sexually passive • Pressure on men to “score” • Pressure on women to not appear “cold” • Assuming only promiscuous women get raped • Assuming that men don’t get raped or that only “weak” men get raped • Refusing to take rape accusations seriously • Teaching women to avoid getting raped instead of teaching men not to rape
  64. 64. Universities prefer to cover up the situation to preserve their reputation
  65. 65. Rape Culture is when • Women who come forward are questioned about what they were wearing. • Survivors who come forward are asked, “Were you drinking?” • People say, “she was asking for it.” • The lyrics of Robin Thicke’s ‘Blurred Lines’ mirror the words of actual rapists and is still the number one song in the country. • The mainstream media mourns the end of the convicted Steubenville rapists’ football careers and does not mention the young girl who was victimized. • Cyberbullies take pictures of sexual assaults and harass their victims online after the fact. • In 31 states, rapists can legally sue for child custody if the rape results in pregnancy. • College campus advisers tasked with supporting the student body, shame survivors who report their rapes. • Colleges are more concerned with getting sued by assailants than in supporting survivors. • We teach women how to not get raped, instead of teaching men not to rape.
  66. 66. Our tolerance fuels the rape culture
  67. 67. And the most insignificant jokes prove our cultural tolerance
  68. 68. It even passes unnoticed in our movies
  69. 69. Rape is easy, that’s all.
  70. 70. Myth behind rape: male sexuality is predatory by nature
  71. 71. This hydraulic theory leads to victim blaming
  72. 72. But rape is more a process of intimidation to keep women in fear: the motive is power, not sex
  73. 73. It is sexual behaviour in the primary service of non-sexual needs
  74. 74. Rape is not the result of frustration or higher sex drive
  75. 75. Only a tiny fraction of sex offenders are ever incarcerated
  76. 76. And many unincarcerated men admit being rapists
  77. 77. Between 6 to 14.9% of male college students admitted rape or attempted rape. But they couldn’t see the connection between non-consensual sex and rape.
  78. 78. Rapists are regular men with misogynist beliefs
  79. 79. “Masculinization” leads to hostility towards women
  80. 80. The overwhelming majority of rapists assume they would never be punished
  81. 81. VAW387747VAW161210.1177/1077801210387747Lisak et al.Violence Against Women False Allegations of Sexual Assualt: An Analysis of Ten Years of Reported Cases David Lisak1 , Lori Gardinier2 , Sarah C. Nicksa2 , and Ashley M. Cote2 Abstract One of the most controversial disputes affecting the discourse related to violence against women is the dispute about the frequency of false allegations of sexual assault. In an effort to add clarity to the discourse, published research on false allegations is critiqued, and the results of a new study described. All cases (N = 136) of sexual assault reported to a major Northeastern university over a 10-year period are analyzed to determine the percentage of false allegations. Of the 136 cases of sexual assault reported over the 10-year period, 8 (5.9%) are coded as false allegations. These results, taken in the context of an examination of previous research, indicate that the prevalence of false allegations is between 2% and 10%. Keywords false allegations, sexual assault Rape is unique. No other violent crime is so fraught with controversy, so enmeshed in dispute and in the politics of gender and sexuality. For example, despite decades of careful social science research, prevalence rates are still frequently challenged on political grounds, and bold assertions are made in the absence of any data (e.g., MacDonald, 2008; Roiphe, 1993). And within the domain of rape, the most highly charged area of debate concerns the issue of false allegations. For centuries, it has been asserted and assumed that women “cry Symposium on False Allegations of Rape Violence Against Women 16(12) 1318–1334 © The Author(s) 2010 Reprints and permission: http://www. sagepub.com/journalsPermissions.nav DOI: 10.1177/1077801210387747 http://vaw.sagepub.com
  82. 82. Most rapes are thus the result of a rape culture that tells men that raping women is normal and safe.
  83. 83. Rape, like other crimes, can be effectively prevented by deterrence
  84. 84. Rape shall just be punished
  85. 85. In the US, only 2.2% of reported rapes ever result in conviction
  86. 86. Rape is the violent crime least likely to be reported: it has to become a priority
  87. 87. We need to change the culture at the base
  88. 88. Which solutions exist?
  89. 89. Education is part of the answer
  90. 90. Raise your sons differently • Instead of our parents teaching us caution, start teaching your sons consent. • Instead of our parents teaching us fear, start teaching your sons respect. • Teach your sons about gender equality. Teach your sons what “No” means. (Hint: It means no.) • Teach your sons that they aren’t entitled to any woman’s body, attention, or time. • Instead of our parents teaching us modesty, teach your sons about personal space. • Instead of our parents teaching us to avert gazes, teach your sons not to stare. • Teach your sons about healthy masculinity, healthy romance, and healthy sexual relationships. • Teach your sons to be enraged by rape, assault, and crimes against all women, not just women they can process as wives, mothers, and sisters. That all people, of all genders, warrant equal respect. • Teach your sons that love is built, not coerced. • Your little boy will watch movies in which the hero gets the girl by stalking and harassing her. Teach your sons that what they’re witnessing is a crime. Protect your sons from the toxic pop culture threatening to corrupt their notions of right and wrong.
  91. 91. Raise your sons differently • Teach your sons that love is built, not coerced. That sex is agreed upon, not taken. • Fathers, your sons will learn how to treat women from how you treat women. Demonstrate respect. Demonstrate equality. Teach your sons that it is manly to educate other men in equality, too. • Teach your sons how to express emotion. That violence is not an option. That nobody, no matter what they’re wearing or drinking, “deserves” or “asks for” it. • Instead of our parents teaching us to be wary of men, raise your sons to be men who don’t need to be feared. • Nobody “deserves” or “asks for” it. • Instead of our parents teaching us how to avoid assault, teach your sons that it is unforgivable to assault women. • Instead of our parents teaching us how to navigate an untrustworthy world, teach your sons to change it.
  92. 92. Don’t shame the girls, educate the boys
  93. 93. Teach your girls how to fight
  94. 94. Technology is also helpful
  95. 95. Artists change the narrative
  96. 96. Occupy public spaces
  97. 97. Say something!
  98. 98. Engage your political representants
  99. 99. Lebanon: KAFA campaign No law no vote
  100. 100. It’s also time for men to stand up
  101. 101. Our task as individuals is to intervene at all levels
  102. 102. How can men and women combat Rape Culture? • Avoid using language that objectifies or degrades women • Speak out if you hear someone else making an offensive joke or trivializing rape • If a friend says she has been raped, take her seriously and be supportive • Think critically about the media’s messages about women, men, relationships, and violence • Be respectful of others’ physical space even in casual situations • Always communicate with sexual partners and do not assume consent • Define your own manhood or womanhood. Do not let stereotypes shape your actions. • Get involved! Join a student or community group working to end violence against women.
  103. 103. So challenge even the most insignificant because…

×