Crda du faouët : une agriculture très présente

1,736 views

Published on

Le CRDA du Faouet : zone rurale par excellence, l'agriculture et l'agro-alimentaire demeurent le pilier de l'économie de ce secteur

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,736
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1,106
Actions
Shares
0
Downloads
7
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Crda du faouët : une agriculture très présente

  1. 1. 16 Morbihan / 7 décembre 2012 Le CRDA du Faouët : une agriculture tr Situé au nord-ouest du Morbihan, à la frontière avec le Finistère et les Côtes d’Armor le Comité , Régional de Développement Agricole (CRDA) du Faouët est l’objet cette semaine de notre troisième portrait portant sur l’agriculture des différents territoires du Morbihan. Zone rurale par excellence, l’agriculture et l’agro-alimentaire demeurent le pilier de l’économie de ce secteur . Situé au cœur de la Bretagne, le CRDA du Faouët se caractérise d’abord par des conditions pédoclimatiques favo- Des conditions pédoclimatiques favorables à lélevage. rables à l’élevage avec notamment des cumuls de précipitations élevés toute ou temporaires, contre 39 % pour le des porcs charcutiers du Morbihan. La l’année. département. L’élevage bovin est donc production de volaille de chair est en sans surprise très dominant. Le lait par revanche très bien développée. Gourin Emploi agricole : 15 % exemple concerne 319 exploitations en et Le Faouët font partie des 7 cantons Composé de seulement trois can- 2010. Elles ont produit 116 millions de du Morbihan ayant une surface de bâti- tons, Le Faouët, Gourin et Guémené- litres de lait, un volume en hausse de ments supérieure à 70 000 m². Au total, sur-Scorff, le CRDA compte 55 % de 3 % sur 10 ans. Le secteur compte 3 800 il y a 211 000 m² sur le secteur. Deux sa superficie dédiée à l’agriculture. vaches allaitantes, soit 16 % des vaches gros outils d’abattage-transformation Ces 43 000 ha représentent 11,6 % de allaitantes du département, ce qui est sont présents sur ces cantons : l’abat- la SAU du département. Le recense- proportionnellement plus élevé que sur toir Volailles de Keranna à Guiscriff, ment agricole de 2010 dénombrait 776 les autres CRDA. Il est à noter que ces impliqué dans le poulet et la dinde et exploitations agricoles dont 590 profes- dernières années, certains agriculteurs celui de Doux à Plouray, spécialisé dans sionnelles. L’INSEE ayant recensé 8 400 ont décidé d’abandonner le lait pour le poulet export. emplois en 2009, on estime que l’emploi faire du bovin viande à la place. agricole représenterait environ 15 % Concernant l’élevage hors-sol, seule- La production de légumes est très de l’emploi total contre 4 % au niveau ment 64 élevages de porcs, en majorité majoritairement orientée vers la trans- départemental. Ceci illustre l’impor- sur le canton de Guémené-sur-Scorff, formation et est plus particulièrement tance de cette activité pour l’économie opéraient en 2011. Ils ont produit 6 % présente sur la zone de Lignol et sur le de ce territoire, d’autant que l’indus- trie agroalimentaire y est aussi bien implantée. Orientation des exploitations agricoles professionnelles du CRDA du Faouët Malgré son profil rural, la SAU du sec- % par rapport teur a reculé de 5,1 % entre 2000 et Nombre au Morbihan 2010, ce qui est supérieur aux 4,4% Exploitations agricoles départementaux. Artificialisation des 590 11,6 % professionnelles terres mais aussi probablement une déprise de l’agriculture en faveur de SAU 43 000 ha 11,7 % zones naturelles expliquent ce recul. Lait produit 116 millions litres 11,1 % Bovins et volailles Nombre de vaches prédominent 3 800 têtes 16 % allaitantes Du fait de sa situation pédoclimatique, le CRDA du Faouët n’est pas une zone Nombre de porcs 148 000 6,2 % favorable à la culture de céréales et charcutiers produits d’oléo protéagineux : 27 % de sa SAU y est consacrée alors que ce chiffre est de M² de bâtiments 35 % pour le Morbihan. A l’inverse, 52 % 211 000 13,4 % de volailles de chair de sa SAU est en prairies, permanentes
  2. 2. / 7 décembre 2012 Morbihan 17rès présente x Nombre dexploitations par canton nord de Gourin. Là aussi, d’importants outils de transformation peuvent être mentionnés : l’usine d’Ardo à Gourin, et Gourin 210 celle de la Conserverie Morbihannaise Guémené- sur-Scorff (Cecab), située sur la commune de Le Faouët 204 Lanvénégen. 176 Le défi du renouvellement Ploërmel des générations Locminé Les chiffres du recensement montrent que 45 % des chefs d’exploita- Hennebont tions ont plus de 50 ans alors que la moyenne morbihannaise est de 41 %. Vannes L’installation et la transmission sont Groix Questembert des enjeux d’autant plus importants pour le CRDA que l’agriculture et l’agroalimentaire constituent le socle de l’économie locale. Ile dHouat Ile de Hoedic Comme sur d’autres territoires, on Belle-Ile Source : Agreste - RA 2010 remarque depuis quelques années que les installations en vente directe et accueil (fermes équestres, pédago- 21 installations aidées et non aidées Arnaud Haye giques …) se développent. Entre 2008 sur ce segment, sur un total de 64 Chargé détudes économiques et 2011, le CRDA comptabilise ainsi installations. arnaud.haye@morbihan.chambagri.fr Entretien avec Louis Kersulec, président du CRDA du Faouët. "Transmettre les exploitations, un enjeu fondamental" l Contrairement aux zones Un deuxième défi est la pression des associa- littorales du sud du département, tions d’environnement auprès des élus dans les le CRDA du Faouët est moins SAGE Isole-Ellé-Laïta et SAGE Scorff, dans les touché par les problèmes de comités de pilotage Natura 2000 Ellé et Scorff. cohabitation ville-agriculture. Pourtant nos rivières ont des qualités d’eau Quels sont néanmoins les peu dégradées. La biodiversité sur le territoire principaux défis de votre est plutôt préservée. Il faut trouver les moyens territoire ? de concilier économie et environnement car Un défi majeur pour les prochaines années l’agriculture et l’agroalimentaire font vivre notre est de s’assurer qu’il y ait suffisamment de territoire. jeunes pour reprendre les exploitations des plus de 55 ans. Avec 45 % des chefs d’ex- l Depuis quatre ans, un tiers ploitation qui ont plus de 50 ans, c’est un des installations sur le CRDA se gros chantier pour les prochaines années. font en circuits courts. Comment La Communauté de Communes du Pays du appréhendez-vous cette nouveauté ? Roi Morvan, qui a le même périmètre que Cela peut en effet paraître paradoxal qu’il y ait celui du CRDA, a pris conscience de cet autant d’installations sur un secteur aussi éloi- enjeu et aide les personnes de moins de 40 ans qui souhaitent gné des centres urbains. Ce qui rend notre territoire attractif s’installer. La chambre d’agriculture est impliquée dans ce est le prix du foncier plus faible qu’ailleurs. Par contre, la dispositif. plupart des fermes en circuits courts n’arrive pas à commer- Par ailleurs, nous organisons des journées installation : ce cialiser toute leur production sur place. La distance avec les sont des portes ouvertes dans des exploitations qui per- grands centres de consommation est un handicap. Je pense mettent de montrer des exemples concrets de transmission. que les jeunes installés devraient réfléchir à se regrouper Enfin, tous les ans nous mettons en place des formations pour envoyer leurs produits vers la côte en économisant sur "préparer sa cessation d’activité et la transmission de son le transport et le temps passé. exploitations".

×