Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Emmanuel Aziza : Musique en bibliothèque, Nouvelles compétences, nouvelles formations, quels besoins ? Quelle demande sur un territoire ?

585 views

Published on

Communication de Emmanuel Aziza, Chef du Bureau des bibliothèques et de la lecture, Ville de Paris, Table ronde : “Nouvelles compétences, nouvelles formations, quels besoins ? Quelle demande sur un territoire ?” - 19e Rencontres Nationales des Bibliothécaires Musicaux, lundi 18 et mardi 19 mars 2019, Lyon / Villeurbanne Thème : « Musique en bibliothèque, quelles formations aujourd’hui ? »

Published in: Education
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Emmanuel Aziza : Musique en bibliothèque, Nouvelles compétences, nouvelles formations, quels besoins ? Quelle demande sur un territoire ?

  1. 1. Table ronde ACIM 18 mars 2019 “Nouvelles compétences, nouvelles formations, quels besoins ? Quelle demande sur un territoire ?” Les constats (Bibliothèques de la Ville de Paris) Dans lesbibliothèquesde laVille de Paris, la musique poursuit son érosion en matière de prêts : -5% entre 2016 et 2017, -13% entre 2017 et2018 (enraisonde fermeturepourtravaux de bibliothèquesde grandetaille).Sur13millions de prêtparan(renouvellementsinclus),lesCDetvinylesne représententqu’unpeuplusd’unmillionde prêtset12,7% dessupportsprêtés.Etsi l’onraisonne nonplusparsupportmaispar sections,lesprêtsdessectionsdiscothèques ne représentent que 10% de l’ensemble des transactions. Le prêt de partitions est également en baisse. A Paris,le prêtde CD et de DVD souffre historiquementde tarifsd’abonnementspayantstrèsélevés(31€pour lesCD seuls,61€ pourlesCD-DVD),alorsque lesempruntsd’imprimésetde livresnumériquessontgratuits.Maislagratuité offerte aux mineurs et aux minimas sociaux depuis 2015 a largement profité aux DVD, sans ralentir de manière importante la baisse de l’usage des CD. Faut-il y voir pour autant un désintérêtdupublicparisien et métropolitainquant à la musique en bibliothèque ?Je ne le pense pas, et ma conviction s’appuie sur plusieurs constats : - Le succès de fréquentation des manifestations musicales (concerts-découverte d’artistes, concerts d’élèves des conservatoires,« répéthèques » pour des jeunesformations, petits-déjeuners et ateliers musicaux…) et surtout de notre festival « Monte le son » qui se déroule chaque année en novembre (2200 participants en 2018 autour du thème de la voix) Le public des manifestations est plus jeune et diversifié que celui des emprunteurs de CD, elles attirent des passionnés et des curieux venus grâce aux réseaux sociaux, dont de nombreux non-fréquentant des bibliothèques. - Le succèsdu prêt d’instrumentsde musique initié àla médiathèque Yourcenaretqui va être développé dans d’autres bibliothèques grâce au budget participatif parisien. - L’observationdesdéplacementsdesusagersmulti-fréquentant,quiontbienrepéréles6pôlesmusicaux (dont bien sûr la médiathèque musicale incluant la bibliothèque des conservatoires, qui devient cette année la bibliothèque des partitions en élargissant son accès). - Le maintien du nombre de prêts de CD à la réserve centrale. - Depuisleurouverture en 2017, les prêts à bon niveau des archives sonores (11 614 prêts dont 10 700 CD en 2018), qui drainentdavantage unpublicd'amateursdepuis que cesdocumentsontété rendusvisiblesdébut 2018 dans le SIGB des bibliothèques de lecture publique, et plus uniquement dans celui des bibliothèques patrimoniales. - La forte demande d’enseignants de conservatoires franciliens concernant les partitions. L’adaptation de l’offre du réseau Certes,nousadaptons l’offre enconséquence. Lesprojetsd’établissementsélaborésparleséquipesendialogueavec la DAC ont permis de réaménagements concertés, diminuant ou supprimant la place de la musique spatialement et budgétairement (en termes de crédits d’acquisition). La spécialisation de certaines sections discothèques dans des petitesbibliothèques commenceàêtre expérimentée(rock,chansonfrançaise),combinantune offre pluslimitéeavec un travail d’animation ciblé.
  2. 2. Mais enparallèle,nouscontinuons à donner une grande place à la musique dans nos actions culturellesetà porter le projetde rénovationde la MMP,que nousespéronsfaireaboutiraudébutde laprochaine mandature.Lanouvelle MMP comprendra notamment : d’une part, une bel espace scénique pour organiser des concerts, des bals, des conférencesmusicales,qui permettradepromouvoirdejeunesartistes,desgroupes,descollectifsassociatifs ;d’autre part, des espaces exceptionnels d’écoute et de pratique musicale. Des modules à haute isolation phonique permettront d’y écouter de la musique en HD, pratiquer et composer de la musique avec un équipement haut de gamme, emprunter des instruments. Depuis2018, la musique est égalementmieuxvalorisée sur le portail desbibliothèques,avecununiversgraphique spécifique.Le rôle de conseil etde découvreursdesdiscothécaires,l’importanttravail enréseaucoordonné dansles comités de veille est ainsi davantage mis en avant. Quelles compétences sont désormais attendues des bibliothécaires musicaux ? De notre point de vue, les compétences suivantes sont souhaitées : - Compétencesdéveloppéesenaction culturelle eten médiation,capacité à nouer despartenariatsculturels etartistiques,àanimerdesateliersoudesrendez-vousconviviaux ;encomplément, compétencestechniques minimum en son pour faciliter les accueils d’artistes, utiles même lorsqu’il est fait appel à un régisseur - Compétences en « faire savoir » : sens de la communication, capacité de contribution sur un portail et les réseaux sociaux, animation de communauté, création de playlists - Pratique musicale etcuriosité vis-à-visde touslestypesd’instruments,notammentceuxquel’onpeutprêter en bibliothèque - Bonne culture musicale générale,connaissance de l’actualité et des différentesscènes musicalesactuelles de manière à bon positionner les bibliothèques dans le paysage de la diffusion - Connaissance du solfège (service à maintenir sur les partitions et les matériels d’orchestre, faible récupération de notices) Ces compétences doivent s’ajouter aux connaissances professionnelles de base et aux compétences d’accueil. La médiation musicale fait ainsi l’objet d’un important effort de formation avec 6 formations proposéesau réseau parisien en 2019 (autant que pour la médiation jeunesse) : - Concevoir des actions de médiation musicale - Parler musique avec le public - Animer un atelier avec le logiciel d’apprentissage de la musique Musinekit (développé pour le MEN) - Ecoute attentive et profonde - Perspectives de la musique dans les bibliothèques à l’heure d’internet + - Connaissance de la danse et médiation culturelle en danse Emmanuel Aziza Chef du Bureaudes bibliothèques et de la lecture Ville de Paris - Directiondes affairesculturelles 55 rue des Francs-Bourgeois (75004) 01 42 76 84 08

×