Utiliser les réseaux sociaux pour trouver des clients

497 views

Published on

A l'occasion du premier Freelance Lab, organisé par 404 Works à The Hood (Paris), Gonzague Gauthier (agence AKA conseil) a présenté quelques clefs à avoir en tête : stratégie, ligne éditoriale, plateformes et bonnes démarches, identité numérique...
Devenir Freelance, c'est aussi changer d'identité numérique !

Published in: Career
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
497
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
389
Actions
Shares
0
Downloads
2
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • Vous avez sûrement déjà une présence sur les réseaux sociaux, à titre personnel. Il est donc important de vérifier la nature de celle-ci.
  • Voici cinq questions qu’il est possible de se poser parmi tant d’autres – elles sont un bon début. Pensez à mener votre recherche sur Google ou les autres réseaux en n’étant pas identifié(e) ! Utilisez si possible la navigation privée de votre navigateur. Vous verrez, les résultats ne sont pas forcément les mêmes. Mais faites aussi une recherche en étant identifié(e) car votre réseau a peut-être des comportement proche des vôtres.
  • N ’oubliez pas : l’identité numérique est ce sur quoi vous avez prise, l’image que vous renvoyez aux autres. La réputation numérique, c’est ce que les autres percoivent et l’image qu’ils créent de vous – celle-ci est hors de votre contrôle, sauf si vous êtes maitre dans la manipulation ;o)
    Votre identité numérique est composé de 3 éléments, schématisés sur cette copie d’écran Twitter. Nb : Si vous avez envie de vous lâcher sur les réseaux sociaux entre amis, réglez vos paramètres de confidentialité ou créez-vous un compte bloqué sous pseudo.
  • Il est temps de penser stratégie pour les réseaux sociaux.
  • N’oubliez pas : que ce soit en quelques lignes ou plus, il faut ECRIRE votre stratégie. Vous avez besoin d’une référence stable : c’est le but de la stratégie. Or, si tout ne tient que dans votre tête, vous aurez tendance à en varier petit à petit.
  • A quoi pense-t-on quand on écrit une stratégie ?
    Ses objectifs et comment y arriver (« ma stratégie en tant que freelance, c’est de me présenter comme un expert, en publiant de la veille et des avis tranchés sur l’actualité » « Ma stratégie en tant que graphiste, ce n’est pas que de montrer un portfolio de ce que je fais, mais de créer le dialogue sur la technique, de montrer aussi le geste et la passion »)
    Optimiser votre temps (votre stratégie doit être réaliste sur le temps que vous avez à consacrer à l’exercice, et imaginer comment gagner du temps – abandonnez un pan stratégique s’il est trop chronophage)
    De quoi investir sans trop dépenser (de même, pensez aux outils – abonnement à un service, etc. – et aux éventuelles publicités payantes – cela peut commencer avec qq euros quotidiens)
    De quoi garantir une identité claire, et donner envie de converser avec vous… pour créer des opportunités
    De quoi de ne pas perdre du temps en se précipitant sur les nouveautés, mais en faisant dans la durée (sauf si vous faites de la com, dans ce cas ça s’appelle du test and learn !)

    Ca prend quelle forme ?
    Sûrement un doc word ou excel, quelques lignes qui reprennent vos ambitions, et les réponses aux quelques questions qui suivent :

  • Quelques questions qui peuvent vous aider à écrire votre stratégie : - Quel temps ais-je à consacrer à une présence numérique ? Soyez honnêtes ! Si vous avez peu de temps, votre stratégie consistera à l’optimiser. Mais l’adéquation entre vos ambition et votre agenda est la clef de la réussite, pas la quantité.
    - Avec quels outils suis-je le plus à l’aise ? Écrit longs ou courts, photo, vidéo. Ne vous embarquez pas sur Twitter si vous avez une âme de khâgneux… Ne faites pas un blog si vous parlez en punchlines. La vidéo serait une fausse bonne idée si vous n’êtes pas un acteur dans l’âme…
    - A qui va s’adresser ma présence numérique, et dans quel but pragmatique ? A des clients, pour vendre ? A un public plus large pour créer une notoriété qui touchera indirectement des clients ? A des personnes qui connaissent votre travail et qu’il faut réactiver ?
    - Mon produit est-il numérique compatible ? En gros, réfléchissez à la façon dont se fera la transformation de vos prospect ! Si tout peut se faire en ligne, allez-y à fond et mettez un formulaire d’achet, proposez des modes de paiement : ça fera pro, et ça facilitera le contact. Il ne faut jamais mettre de barrière à un contact ! Par contre, si un échange humain est nécessaire, que tout se fait sur le temps long, montrez les signes de votre disponibilité, de votre écoute – pourquoi pas des photos sur Instagram de vos différentes rencontres ?
    - Je renouvelle ou j’ai des fidèles ? Cela va par exemple déterminer si vous allez chercher à recruter sans cesse avec des méthodes d’automatisation, ou au contraire si vous allez passer du temps à échanger en MP avec quelques personnes particulières.
  • La mutation de l’emploi, c’est aussi sur les réseaux sociaux !
  • - Comme pour votre temps libre et votre temps de travail, votre identité professionnelle et votre identité personnelle se mixent.
    - La transparence, c’est aussi pour les freelances. Mais le voyeurisme aussi ! Votre image doit rester pro, mais aussi détendue… vous devez être l’incarnation de l’idée qu’on se fait d’un freelance : un bosseur cool, libre et pro.
    - Assumez ce mélange, et travaillez une identité engagée. Il n’y a rien de pire que de faire appel à un freelance complétement lisse… Ces sont les aspérités de votre image qui attireront les contrats les plus intéressants.
    - Votre identité numérique doit correspondre à votre produit. Votre identité numérique doit s’adapter à vos futurs clients. Votre identité numérique doit refléter votre pratique ! Le cordonnier le plus mal chaussé, c’est une mauvaise excuse qui ne tient plus. Le web est une méritocratie – le freelancing aussi.



  • Les réseaux sociaux sont extrêmement chronophages et vous avez besoin de vous garder du temps !
    C’est le temps que vous décidez d’attribuer aux réseaux qui doit conditionner ce que vous allez y publier, pas l’inverse ! Une petite chose : gérer un planning, ça veut dire VRAIMENT l’inscrire dans votre agenda.
  • Gérer son temps peut passer par ces quatre points :
    - Mutualiser les contenus : quand on cherche un contenu, quand on écrit quelque chose, quand on produit une image… toutes ces tâches peuvent être transposées sur plusieurs supports : faites-le.
    - Mutualiser le travail de recherche et de rédaction.

    NB : Le temps consacré aux RSN ne soit pas trop important, mettez en place des astuces, comme :
    - Automatiser certains éléments. Les likes, les retwittes, les messages d’accueil en MP : tout ou presque peut s’automatiser. Et faites-le ! Mais en accord avec votre stratégie – si la conversation et l’échange sont au centre de votre démarche, dites « bienvenue » vous-même.
    - Programmer des éléments. Cela vous permet de regarder le moment le plus efficace pour poster sur certains réseaux (si vous avez une audience importante, certains outils vous permettent même de vérifier à quelles heures ils sont connectés).
  • La régularité de votre présence sur les réseaux socionumériques structureront vos communautés. Fixez vous des rendez-vous réguliers dans la mesure de ce que vous pouvez assumer.
  • Sur chacun de ces réseaux, vous allez organiser votre veille informationnelle et concurrentielle quoi qu’il arrive. Utilisez des outils tels qu’hootsuite pour paramétrer des flux et des recherches, explorez les # et les groupes…
  • Etre présent sur Facebook c’est nécessaire, mais n’y perdez pas de temps.
    Twitter, ça sera en fonction de votre cible.
    Snapchat ne permet pas la transformation
    Instagram, Tumblr et Pinterest seront pour les créatifs…
    Ce ne sont là que des exemples, pensez bien que votre stratégie et vos objectifs sont particuliers et que les généralités peuvent vous aiguiller mais ne doivent pas vous guider.
    En gros, pensez à respecter l’identité de la plateforme, regarder quels sont les types d’usagers qui y sont, adaptez vous à la demande (une règle générale sur les RSN !)
    Les contacts que vous y faites participent de votre image de marque, ils ne sont pas forcément rentables : c’est une présence vitrine, bien qu’interactive.


  • Le réseau social professionnel ou le réseau social de nichez est l’endroit où vous allez présenter votre travail, où vous allez pouvoir être précis sur votre sujet, où vous allez élargir le plus possible votre réseau dans un objectif de contact rentable.
    Si le réseau pro tel que Linkedin ou Viadeo est un endroit où on met un CV, c’est aussi un endroit où une approche éditoriale est bienvenue à travers des publications récurrentes. Le réseau de niche quant à lui est souvent un portfolio qu’il faut nourrir régulièrement.

  • Ciblez vos réseaux sociaux en fonction de quelques idées comme les quatre suivantes :
    - Se présenter comme un expert : Scoop-It ou Pearltrees pour la veille, le blog pour écrire.
    - Faire de votre site ou blog un hub où toutes les infos de contacts et tous les éléments de votre présence sont regroupés. Ce n’est pas parce que vous êtes présents sur tous les réseaux sociaux que l’on réussi à vous retrouver de manière efficace (si on veut vous écrire un courriel, Instagram sera peu utile).
    - Discuter, échanger, faire du lien : les réseaux de conversation sont faits pour ça. Ce lien se prolonge dans la vie réel à la moindre occasion ! Il faut provoquer cette transformation pour véritablement engager son contact.
    - Relayer, devenir une source d’infos : a contrario de l’image d’expert, à vous de savoir si c’est la nouveauté ou l’analyse qui vous intéresse le plus !
  • Une communauté, ce sont des personnes qui partagent des pratiques ou un but commun. Créer sa communauté demande du temps. On peut essayer des méthodes un peu mécaniques, mais seule votre implication créera l’engagement.
  • - Décider de ses cibles : vous n’arriverez pas à créer une communauté qui englobe tout le monde.
    - Penser en terme de cercles concentriques : proches, clients et relais, intermédiaire prospect de qui il faut maintenir l’attention, éloignés et difficiles à attirer a priori mais qui sont intéressants à travailler et à regarder (veille, concurrence, thématiques secondaires, etc).
    - Dressez le menu : votre communauté n’existera que si vous forgez un but commun à ses membres, si possible autour de vous. Pour un graphiste, ça peut être prendre du plaisir esthétique. Pour un développeur, ça peut être défricher des aspects techniques ou des nouveautés grâce à votre veille, etc.
    - Vous préférez les convives aux pique-assiettes ! Une audience, ce sont des gens qui vous écoutent. Une communauté ce sont des gens qui partagent qqch avec vous. L’un est facile à récolter, l’autre se construit sur le long terme. Pour animer une audience, vous dépensez du temps, en animant une communauté, elle vous fera gagner en valeur (argent, contenus, etc.) Misez donc sur ce temps-long et n’ayez recours à l’audience que lorsque vous avez de l’argent, du temps, des contenus en trop.
    - Épicez tout ça : Là encore, mettez de vous et du caractère dans votre recette pour les réseaux sociaux.
  • La ligne éditoriale est importante pour une présence sur les réseaux sociaux, même pour un Freelance ! Mais pour cela il vous fait de la matière : faites en sorte de vous assurer de pouvoir publier des contenus ou des exemples de ce que vous avez fait pour vos clients. Vous êtes freelance, le contrat qui vous lie est un contrat de paire à paire !
  • Quelques éléments qui vous permettent de penser votre ligne éditoriale :
    - Que dire ? Est-ce que ça valorise mon activité, quels arguments commerciaux je peux employer,… ?
    - Que ne pas dire ? Est-ce que c’est un argument TROP commercial, est-ce que c’est narcissique (vous aurez compris, en règle général on évite les excès), est-ce que ça donne une image pas assez pro, etc. ?
    - Pensez métier : Y a-t-il des points précis dans votre métier ? Des thématiques de niche…? La ligne éditoriale participe de votre identité !
    - Pensez un peu technique… Allez-vous courir après les nouveautés ? Rédiger vos textes que pour le SEO ? Vos contenus aideront à vous trouver sur le net, mais n’oubliez jamais que vous écrivez avant tout pour des humains !
    - Quel ton allez-vous adopter ? Décontracté, plutôt sérieux, drôle ou pessimiste ? La façon dont vous abordez les sujets va là aussi participer de votre image en plus de donner un aspect à votre contenu.
  • Le support numérique doit être vu comme une opportunité, non une contrainte ! Si c’est le cas, ne vous forcez pas à être présent au-delà d’une vitrine que vous actualisez régulièrement et d’une veille. Mais il y a de grandes chances pour que le fait d’explorer cet univers vous permette d’avoir des pistes créatives supplémentaires !
  • Gonzague Gauthier est expert en réseaux sociaux et travaille sur les stratégies numériques au sein de l’agence de conseil AKA.
  • Utiliser les réseaux sociaux pour trouver des clients

    1. 1. Devenir freelance, c’est aussi changer d’identité numérique pour trouver des clients
    2. 2. • La mutation de l’emploi, c’est aussi sur les réseaux sociaux !
    3. 3. Toutes les illustrations de cette présentation sont issues de la banque graphique Freepik
    4. 4. gonzague@akaconseil.com @gonzagauthier

    ×