Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Transmission familiale d'entreprise un tabou à la française

256 views

Published on

Article paru dans le Nouvel Economiste cahier n° 2 du 9 au 15 juin 2011

http://vtm-conseil.com

Published in: Entertainment & Humor
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Transmission familiale d'entreprise un tabou à la française

  1. 1. Le nouvel Economiste - n°1570 - Cahier n°2 - Du 9 au 15 juin 2011 - Hebdomadaire 51Al’évidence,ilexisteenFrancedenombreuxfreinsàlatransmissiondel’entreprisedanslecadrefami-lial.Preuveenest,lefaibletauxderepriseparleshéritiers.Unrapportsurlaques-tionremisaugouvernementen2009,estimequeseules10%desentreprisessonttransmisesàunmembre de la famille.“Nous avons un vrai pro-blèmedeconnaissancesurlesujet,carnil’InseenilaBanquedeFrancenefontladifférencesurlapropriétéducapital.Cechiffrede10%d’entreprisestransmi-sesdansuncadrefamilialprovientd’uneétuderéali-séeen2007surunpaneld’entreprises.Ilestpossiblequ’aujourd’hui,cepourcentagesoitmeilleur,notam-mentdufaitdel’utilisationplusimportantedupacteDutreil(voirencadré).Ladifférencesurceplanavecdes pays proches est sensible”, tempère OlivierMellerio,auteurdurapportgouvernementaletdirigeantdel’entreprisefamilialedehautejoaille-rieMellerioditsMeller.D’uneautreétuderéali-séeparleFBNFrancesurlesentreprisesréalisantplusde25millionsd’eurosdechiffred’affaires,ilressort que 58 % de ces entrepreneurs ont l’in-tention de transmettre à un membre de leurfamille.“Nousvérifionsqueplusl’entrepriseseconso-lide,plusl’intentiondelatransmettredansuncadrefamilialestimportante”,assureDianedeFerron,déléguéegénéraledeFBNFrance.Maissurces58 % d’intention,combien vont véritablementtransmettreàleurshéritiers?Quelles que soient les estimations chiffrées, ilrestepatentquedansl’Hexagone,lesentreprisesfamilialessontmajoritairementrachetéespardesgroupesoupardesrepreneursextérieurs.Cettesituation,quipeutapparaîtreparadoxale,s’ex-pliqueenpartieparladimensionpsychologiqued’unetelleopération.“Latransmission,enFrance,estsouventunsujettabouauseindesfamilles,cons-tateOlivierMellerio.Lesenfantsn’osentpasenpar-leràleursparentscarilsontl’impressiondelespousserverslamort.Etcesderniersnesaventsouventpascommentaborderleproblème.”Autrefacteurd’explication:lesenfantsnesontpastoujoursprêtsàs’impliquerdansl’entreprisecommel’ontfaitleursparents.Illeurfaudraréus-siràs’imposerdansunesociétédéveloppéeparleurpèreouleurmère,cequin’estpastoujourssimple.Tousn’ontpascettecapacitéet,surtout,tousn’enpossèdentpasforcémentl’envie.Cetteproblématiquedoitêtreabordéeaveclesenfantslorsqu’ilssontencoreaumomentduchoixdeleurcarrière,pendantouaprèsleursétudes.Agésde40ou45ansavecunecarrièreencours,ilshési-tentsouventàseréorienterversunevoiequ’ilsneconnaissentpasoupeu.Ilapparaîtdoncquelapréparationestd’abordd’ordreémotionnelavantd’êtretechnique.“Ilpeutyavoirlacraintedelapartdecertainsd’imposerunchoixprofessionnelàleursenfants,maisnousavonsdetrèsnombreuxexemplesd’héritiersquiontcréédevéritablesentreprisesdansl’entrepriseendiversifiant.Unvraidialogueintergénérationnelpeutalorss’ins-taurer”,témoigneDianedeFerron.Undialoguequipermetauxjeunesgénérationsdes’impré-gnerdelaculturedel’entreprise,oudechoisirlameilleureformationpourl’intégreràterme.Laclé du succès se trouve très certainement à ceniveau:dansl’organisationetlapréparation.“Auseindenotreentreprise,nousavonscrééunehol-dinganimatriceetséparélesactifsimmobiliersdesactifsopérationnels.Unprésidentnonfamilialaéténommé avec pour mission de coacher la nouvellegénérationetledirecteurgénéral,témoigneOlivierMellerio.Ilfaciliteainsilacésureentrelesgénéra-tionspouréviterquelesanciensnes’accrochentetempêchentparlàmêmelesplusjeunesdeprendreleurenvol.Cettepratiqueestsage,carellepermetdefaireconfianceàlanouvellegénérationetdeluipro-curerasseztôtlesoutilsquivontluipermettrederéin-venterl’entreprise.”Ilprécisequeceprocessusaétéconduitdefaçonprogressive,sansconflit,etcegrâceàl’assistanced’unadministrateurindé-pendantetdeconseilsextérieurs.Unesolutionintéressantepeutaussiconsisteràdonneràunenfantladirectiond’unefiliale.Lorsdecemêmeprocessusdetransmission,OlivierMellerioapro-posédecréerunestructurenouvelledansl’hor-logeriequiestdevenueuncentredeprofitavantdefairel’objetd’unefusion.“Endirigeantcetteentité,j’aipumetesteretmedonnerdelacrédibilitéauprèsdugroupefamilial”,souligne-t-il.Uneautrebarrière,elleaussid’ordrepsycholo-gique,vientdumanquedeconsidérationdel’en-trepreneuriat en France, et donc, d’une faibleattractivitédumétierdepatronpourlesjeuneshéritiers. Ce constat est fait par de nombreuxacteursdelatransmissionenFrance.“Nousnefor-monspasdesentrepreneurs.Pourtant,pourdévelop-per,ilfautquedesgensprennentdesrisques.Maisdansnotresociété,leméritedel’entrepreneurn’estpasreconnu,estimePascalJulienSaint-Amand,notaire,présidentduréseaunotarialAlthémis.Lorsquecedernierréussit,onnel’admirepas,commeauxEtats-Unisparexemple,maisonlejalouseplu-tôt.Ilfaudraitd’ailleursopérerunevraiedifférencesurleplanfiscalentrelecadredirigeantd’unesociétéetl’entrepreneurqui,lui,risquesoncapital.”Au-delàdecesbarrièressocio-psychologiques,lecadrejuridiqueetfiscaldelatransmissionfami-lialeestpoursaparttoutàfaitadapté.Depuisunebonnedizained’annéesetdefaçontrèsprogres-sive,laFrancearattrapésonretardparrapportàsesvoisinssurleplandel’attractivitédelafisca-litédelatransmission.“Lafiscalitéestfavorable.Maispourenprofiter,ilfauts’inscriredansuncadrejuridiquequiestcomplexeetcontraignant,estimeValérieTandeaudeMarsac,avocatassociéchezJeantetAssociés.Appréhenderlacomplexitédecetenvironnementpeutagircommeunrepoussoirpourlechefd’entreprise.Lescontraintesimposéesparlelégislateurpourqueleschefsd’entreprisespuissentbénéficierdecerégimefavorablenesontpasminces,puisqu’ils’agitd’engagementsdeconservationquiportentsurdesduréesdesixans.Desurcroît,lages-ParCyrilAndréEn France, seules 10 % des entreprisessont transmises dans le cadre d’une continuité familialeCréation d’entrepriseTransmission familiale d’entrepriseUn tabou à la françaiseQuinesouhaitepastransmettresonentrepriseàsesenfants?Latransmissiondel’entreprise dans le cadre familial est néanmoins une pratique nettement moinsdéveloppée en France que dans les pays voisins. Pourtant, le cadre juridique etfiscal y apparaît attractif: en combinant différents dispositifs,la transmission del’entreprise aux héritiers peut coûter moins de 5 % de sa valeur. Mais de lourdsfreins psychologique, sociologique et générationnels persistent, que seule uneanticipation très en amont du processus semble pouvoir lever.TRANSMISSIONUne dimension tout autant psychologique que technique- L’intérêt de l’anticipation- L’équité des héritiers- L’habileté de certaines clauses
  2. 2. Le nouvel Economiste - n°1570 - Cahier n°2 - Du 9 au 15 juin 2011 - Hebdomadaire52tiondestitresestcontraintedurantcettepériode.Ilexisteaussilerisquequelesrégimesfavorablestom-bentsiuneopérationquin’estpasautoriséeestréali-sée.Cecipeutseproduiredufaitdecettecomplexitéàlafoistechnique,c’est-à-direjuridiqueetfiscale,etopérationnelle,entermesdecoordinationdetouslesintervenantssurcessujets.”Encouplantlesréductionsdebaseimposables,grâceaupacteDutreil,lesréductionsdedroitsliéesàl’âgedudonateur,lapossibilitédupaie-mentdifféréfractionné,lapossibilitédanslesSASd’avoirdesactionsdecatégoriedifférente,ilestindéniablequeledispositifsurleplanfiscalestdevenutrèséquilibré.L’intérêt de l’anticipationL’unedescléspourprofiteraumieuxdecesdispo-sitionslégalesattractivesrésidedansl’anticipa-tion de cette opération complexe qu’est latransmissiondesonentrepriseàsesenfants.Techniquement, le processus de transmissionpeutêtreréaliséparlesprofessionnelsdudroitetduchiffredansunlapsdetempscomprisentre6moisetunan.Toutefois,laphasedematurationd’untelprojetestbienpluslongue.Envisagersondeveniraprèslaretraite,discutersereinementdeschoixàopéreravecsesenfants,s’entretenirausujetdeleursambitions,sontdesréflexionsquidemandentdutemps.Ilestimportantdecréerlesconditionsd’unréeldialogueentrelagénérationquivalâcheretcellequiestsusceptiblederepren-dre.Beaucoupdeprofessionnelsconseillentdesérieusement penser à la transmission de sonentreprisefamiliale10à15ansenamont.“Plusl’onpréparesatransmissionsurlelongterme,mieuxc’est.Cesprocessussontlongs.Ilfautlesmûrirdansletempssurleplanpsychologique.Cequiper-metauxdifférentespersonnesconcernéesdes’habi-tuerprogressivementàceschangementspersonnelsimportants,constateValérieTandeaudeMarsac.IlfautdutempspourmettreenplacelepacteDutreiletrespecterlesengagementsdeconservation.Pourlesgénérationsd’après-guerre,ildevienturgentdepré-parersatransmission.Maisjevoisbien,dansmapra-tiqueprofessionnelle,quechezlesentrepreneursde45ou50ans,latransmissionn’estpasunepréoccu-pation majeure.” Pascal Julien Saint-Amand,notaire,renchérit:“Enanticipant,ilestpossibledefaireévoluerlechefd’entreprise,maisaussilesenfantssurleursprojets,defaçonàbiendéfinirquiveutquoietcequel’onestprêtàaccepter.Souvent,ledirigeantn’aqu’unevaguevisiondecequ’ilvoudraitetilnesaitpascequ’ilestpossibledefaireounon.Nouspou-vonsluiexpliquerque,parrapportàtelobjectif,ilfautstructurerleschosesbienenamont.”Surceplan,l’expert-comptable,lenotaire,l’avo-cat,desconseilsspécialisésouencoredesadmi-nistrateurs indépendants peuvent intervenirauprèsdudirigeant.S’ilssontsollicitésasseztôt,ilsvontinciterlechefd’entrepriseàseposerlesbonnesquestionsaubonmoment.L’équité des héritiersAprendreencompterapidementégalement,laquestionduchoixdel’héritier.Leprincipedel’é-galitéentrehéritiers,pilierdudroitsuccessoralfrançais,doitainsiêtrebienappréhendéparledirigeantayantplusieursenfants.Lorsdelatrans-mission,souventunseulenfantreprendleflam-beau. Il faut donc trouver un moyen dedédommagerlesautres.Acetégard,lesprofes-sionnelsdudroitetduchiffreontuntravaild’é-ducationàmenerauprèsduchefd’entreprise.Siunseulhéritiersouhaitereprendre,ledirigeantvasouventtoutfairepourquecedernierpossèdelepouvoiretlecontrôledelasociété.Maisilappa-raît tout aussi important de bien structurer lasituationdesenfantsnonrepreneurs.“Sicesder-niersseretrouventdansunesituationoùilssontpiedsetpointsliésàl’égarddel’enfantrepreneur,vousavezalorsengermeuncontentieuxquirisquedefreinerledéveloppementdel’entreprise.Lechefd’entrepriseatendanceàtoutréinvestirauseindesonentreprise,analysePascalJulienSaint-Amand.Maislesaut-resenfantsvontlégitimementdemanderunecontre-partie.”Ilapparaîtdoncessentieldeveilleràlasécuritédurepreneurafinqu’ilaitlescoudéesfranchespourprendredesdécisions,maisparal-lèlement,ilfautimposeràcedernierunedistri-bution minimale de dividendes pour que lesnon-repreneurspuissentavoirunintérêtdansledevenirdel’entreprise.Dansl’hypothèse oùlerepreneurnerespectepascetengagement,ilpeutluiêtrefaitobligationderacheterlestitresdesautres enfants à valeur d’entreprise, et non àvaleur d’une participation minoritaire. Il fautnoterquetoutescesopérationssefontsouventaudétrimentdel’entreprise,etdesacapacitéd’in-vestissement,car,danslaplupartdescas,ils’agitdelaseuleressourcedontdisposelafamille.L’habileté de certaines clausesMêmesileprocessusdetransmissionsedéroulesouslesmeilleursauspices,qu’iln’existepasdedissensionsfamiliales,lenotairepourraajouterdifférentesclausesdansl’actededonationafindepareràtouteséventualités.Citons,parexemple,laclaused’interdictiondevendresilecédantsou-haitequel’entreprisedemeuredanslecadrefami-lialdurantuncertaintemps.Eneffet,lesparentspeuventdonnerunpeuplusdetitresàl’enfantrepreneurafindel’encouragerdanssonprojet.En contrepartie,il n’a pas le droit de la vendredurant un certain délai.Le notaire peut égale-mentinsérerdesclausesd’interdictiondelamiseencommunauté.Desclausesderesiduopeuvents’avérerfortutiles:dansl’hypothèsedudécèsdel’undesenfants,lestitresqu’ilareçuspassentàl’autreenfant.L’avantagedecetteclauseestquel’onvaconsidérerquelestitres,lorsdudécèsdel’undesenfants,neviennentnonpasdel’enfantmaisdupère.Decefait,nettementmoinsdedroitsserontdusàl’administrationfiscale.“Enmargedecesdispositifs,nousallonsélaborerdesconventions de famille dans lesquelles un certainnombredecritèresserontdéfinis.Celapermetd’ex-pliciterl’espritdeladonation.Ilestpossibled’ajou-terdescontraintescomplémentairesauprofitdesunsetdesautresoudesobligationsdesolidaritéentrelesenfants,etce,danscertainescirconstancesbienpar-ticulières, précise Pascal Julien Saint-Amand.Enfin,nouspouvonsmodifierlesstatutsdelasociétédemanièreàbienrépartirlespouvoirs.Atitred’exem-ple,nouspourronsmettreenplacedesactionsquiaurontundroitdevotedoublepourlerepreneur,etdesactionsàdividendesprioritairepourlesnon-repre-neurs.”Enfin,unpacted’actionnairedéfiniralescondi-tionsd’unesortieconjointeoulesmodalitésdanslesquellesl’unpeutforcerl’autreaurachatdesestitressijamaiscertainesobligationsn’ontpasétérespectées.L’encadrementjuridiqueetfiscaldelatransmis-siondel’entreprisefamilialeenFranceapparaîtdonc tout à fait favorable au cédant comme aurepreneur.Resteàconnaîtreetsurtoutàmaîtri-sercecorpuslégal.Malheureusement,nombreuxsontlesdirigeantsquidemeurentdansunecertaineignorancedecesdispositionsouquines’entourentpasdespro-fessionnelslesplusspécialisésetaguerrisenlamatière.Ilscèdentalorsdansdesconditionspeuattractives.Lesautres,plusavisés,pourrontpro-fiteraumieuxdel’environnementlégaletéco-nomiser des sommes conséquentes.Et surtoutbénéficier–etfairebénéficierseshéritiers–danslesmeilleuresconditionsdesfruitsd’uneviedetravail.Création d’entrepriseTRANSMISSIONLaFranceenretardA peine 10 % des entreprises familiales françaises deplus de 10 personnes et sont transmises à la généra-tionsuivante.Cetauxatteint55%enAllemagne,58%aux Pays-Bas et 72 % en Italie. Il faut toutefois noterque pour l’Italie, du fait de particularismes légaux, cechiffreestsansdoutesurévalué.Source:KPMG2007CHIFFRES REVELATEURSnouveleconomiste.fr(consultation gratuite)LirelesdossiersprécédentsLesarchivesnumériques“La transmission, en France, est souvent unsujet tabou au sein des familles.” OlivierMellerio, Mellerio dits Meller.“La fiscalité est favorable. Mais pour en profiter,il faut s’inscrire dans un cadre juridique qui estcomplexe et contraignant.” Valérie Tandeau deMarsac, Jeantet Associés.Une barrière d’ordre psychologique,qui vient du manque de considération de l’entrepreneuriat en FranceLes professionnels conseillent de sérieusement penserà la transmission de son entreprise familiale 10 à 15 ans en amont“En anticipant, il est possible de faire évoluer lechef d’entreprise mais aussi les enfants surleurs projets de façon à bien définir qui veutquoi et ce que l’on est prêt à accepter.” PascalJulien Saint-Amand, Althémis.“Plus l’entreprise se consolide, plus l’intentionde la transmettre dans un cadre familial estimportante.” Diane de Ferron, FBN FranceLes dispositifs fiscaux visant à optimiser la transmis-sion dans le cadre familial sont nombreux et com-plexes. “Chaque cas est particulier. Il faut faire preuved’ingéniosité pour trouver la bonne solution. On peuttrès bien transmettre une partie de l’entreprise sousformededonation,unepartieenapportàuneholdingqui sera ensuite transmis et une partie qui va directe-ment à un enfant. Il faut avant tout savoir ce que veutfairedesavielechefd’entrepriseaprèslacessionpourbien doser et combiner ces techniques”, assureLaurent Benoudiz, expert-comptable et commissaireauxcomptesauseinducabinetFGEC.Le pacte Dutreil permet de bénéficier d’une réductiondesdroitsdesuccessionàtitregratuit,encasdetrans-mission par donation ou de succession. Les biensconcernés seront exonérés à hauteur de 75 % de leurvaleur.Pourenprofiter,lesbénéficiairesdoiventsous-crire un engagement de conservation des titres: unengagement collectif durant deux ans, puis un enga-gement individuel (souscrit par les héritiers ou dona-taires) de quatre ans. Différentes conditions contrai-gnantes sont attachées à ce pacte. “En utilisant tousles dispositifs, dont l’abattement de 50 % pour dona-tion en pleine propriété, nous arrivons à un coût detransmission de l’entreprise qui est inférieur à 5 % desa valeur. De plus, chaque enfant a droit à un abatte-ment de 150000 euros, il est alors possible de faire ladonation d’une petite entreprise quasiment sanspayeruneurod’impôt,reprendLaurentBenoudiz.Parailleurs, les droits de donation peuvent être payés suruneduréede15ans,dontundifférétotalde5ans.Letaux actuellement applicable sur une donation de cetype est de 0,1 % par an. Ce n’est donc pas la fiscalitéquifreineunetransmissiond’entrepriseauxenfants.”Autre avantage de la loi Dutreil, la possibilité d’appor-ter à une société holding les titres reçus par l’enfantrepreneur et la soulte qu’il doit aux autres. La sociétéholdingvapayerlasoulte,souventgrâceàunempruntbancaire sur sept ans. Le repreneur va pouvoir rem-boursercettesoulteaufuràmesureaveclesrésultatsde la filiale qui remontent dans le cadre du régimemère-fille,avec1,67%defiscalité.Lacapacitéderem-boursersetrouvealorsconsidérablementaméliorée.A un pacte Dutreil peut être couplée la donation-par-tage. Par définition, celle-ci permet de réaliser un par-tage.L’undesesavantagesestqu’ellefigelesvaleursau jour de la donation, ce qui permet d’éviter desconflits postérieurs. Dans ce cadre, le dirigeant peutdonner à l’un de ses enfants qui bénéficiera de laréduction de 75 % de la base imposable. Quand cedernier versera la soulte aux autres enfants, eux-mêmes bénéficieront également de la réduction debaseimposable.Notons que le projet de loi de finances rectificativespour 2011, normalement voté en juillet, devrait modi-fierladonne.SilepacteDutreilpourraitêtreassouplit,le régime des donations devrait s’avérer nettementmoinsfavorable. C.A.Fiscalité de la transmissionIngéniosité requise“En utilisant tous les dispositifs, le coût de transmissionde l’entreprise est inférieur à 5 % de sa valeur”FBNFrance(FamilyBusinessNetworkFrance)Sigles & acronymes

×