Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Conférence FCFA Dr Mvondo - BEAC

500 views

Published on

Conférence sur le FCFA à l'Université de Dschang, le 21 Mars 2017.

  • Be the first to comment

Conférence FCFA Dr Mvondo - BEAC

  1. 1. UNIVERSITE DE DSCHANG Table ronde sur le thème : « LE FRANC CFA ET LE DEVELOPPEMENT DES PAYS MEMBRES » Présentation sur: EVOLUTION COMPAREE DES PAYS DE LA ZONE FRANC ET PAYS HORS ZONE FRANC Landry BIKAÏ / Thierry MVONDO
  2. 2. INTRODUCTION La Zone Franc est souvent présentée comme un cadre de coopération institutionnalisé entre un pays développé (la France) et des Etats africains, unis par une histoire et une langue communes Issu des transformations de l’ancien empire colonial français, cet espace s’est consolidé après l’accession à l’indépendance des Etats africains membres
  3. 3. INTRODUCTION  Elle rassemble aujourd’hui autour de la France, quinze Etats africains Pour l’Afrique de l’Ouest: le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo Pour l’Afrique centrale: le Cameroun, le Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad Dans l’Océan indien: les Comores
  4. 4. LES PAYS DE LA ZONE FRANC EN IMAGE
  5. 5. INTRODUCTION A sa création, ce cadre s’est avéré viable pour :  Accompagner les Etats africains vers les indépendances  Assister les jeunes nations dans la gestion de leur monnaie Plus de 50 ans après ces indépendances et fort des multiples crises qui y ont sévie, des voix s’élèvent de plus en plus pour réclamer son abandon:  Parce que ne favorisant pas une politique monétaire active et Parce que n’étant pas propice à leur développement en définitive
  6. 6. INTRODUCTION  Force est alors de s’interroger sur une telle assertion, au regard :  de la dynamique des pays africains appartenant à d’autres zones et ceux de la Zone Franc  des facteurs sur lesquels reposent ces performances et  de la qualité des politiques économiques qui y sont menées D’OÙ L’OBJECTIF DE LA PRESENTATION
  7. 7. OBJECTIF DE LA PRESENTATION APPRECIER LES PERFORMANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC, COMPARAVTIVEMENT A CELLES DES PAYS HORS ZONE, AU REGARD DES SOURCES DE CES PERFORMANCES ET DES POLITIQUES QUI Y SONT MENEES
  8. 8. PLAN DE LA PRESENTATION I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays I.1 En matière de croissance I.2 En matière d’inflation I.3 En matière de réserves de change I.4 En matière de développement humain II- Les sources des performances notées en rapport avec les facteurs de production I.1 Capital, Travail, Productivité global II.2 Au regard des 12 piliers de la compétitivité III- L’incidence des politiques économiques menées sur ces performances III.1 La sous-optimalité des politiques budgétaires en matière d’allocation intertemporelle des recettes d’exportation III.2 Arrangements monétaires et politique du crédit
  9. 9. EN GUISE DE RAPPEL
  10. 10. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays I.1 En matière de croissance I.2 En matière d’inflation I.3 En matière de réserves de change
  11. 11. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays Une croissance économique soutenue par rapport à l’Afrique subsaharienne  En moyenne, le taux de croissance réel s’est situé à 3,8 % sur la période allant de 1988 à 2013, contre 3,6 % pour les pays d’Afrique Subsaharienne  GRACE A :  A la conjoncture internationale et l’expansion du secteur pétrolier dans la CEMAC  Au régime de change fixe, cadre propice à la discipline macroéconomique et à une croissance saine et solide, qui y a également joué un grand rôle
  12. 12. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays En matière de croissance CEMAC vs AFRIQUE SUBSAHARIENNE
  13. 13. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays Une inflation modérée  le taux d’inflation des pays membres de la CEMAC s’est établi au voisinage de 3 % en moyenne entre 2000 et 2013, contre 6,2 % pour les pays de l’Afrique Subsaharienne DU FAIT De la discipline que procure l’ancrage à l’Euro De la mise en œuvre de règles communes et strictes de gestion monétaire et budgétaire
  14. 14. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays En matière d’inflation CEMAC vs AFRIQUE SUBSAHARIENNE
  15. 15. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays En matière de réserves de change Les réserves se sont en moyenne élevées à près de 8 mois d’importations entre 2005 et 2012, niveau appréciable en comparaison des 6 mois d’importations enregistrés sur la même période par les autres pays africains au sud du Sahara
  16. 16. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays En matière de réserves de change CEMAC vs AFRIQUE SUBSAHARIENNE
  17. 17. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays En matière de développement humain
  18. 18. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays En matière de capital par tête -4 -2 0 2 4 6 8 10 Africa Algeria Angola Benin Botswana BurkinaFaso Burundi Cameroon CapeVerde CentralAfricanRepublic Chad Comoros Congo,Dem.Rep. Congo,Rep. Coted'Ivoire Djibouti Egypt,ArabRep. EquatorialGuinea Eritrea Ethiopia Gabon Gambia,The Ghana Guinea Guinea-Bissau Kenya Lesotho Liberia Libya Madagascar Malawi Mali Mauritania Mauritius Morocco Mozambique Namibia Niger Nigeria NorthAfrica Rwanda SaoTomeandPrincipe Senegal Seychelles SierraLeone SouthAfrica Sudan Swaziland Tanzania Togo Tunisia Uganda Zambia Zimbabwe PIB par tête (Moy 2004-2014)
  19. 19. I- Un état des lieux des performances des deux groupes de pays En matière d’inflation 0 5 10 15 20 25 30 Algeria Angola Benin Botswana BurkinaFaso Burundi Cameroon CapeVerde CentralAfricanRepublic Chad Comoros Congo,Dem.Rep. Congo,Rep. Coted'Ivoire Djibouti Egypt,ArabRep. EquatorialGuinea Ethiopia Gabon Gambia,The Ghana Guinea Guinea-Bissau Kenya Lesotho Liberia Libya Madagascar Malawi Mali Mauritania Mauritius Morocco Mozambique Namibia Niger Nigeria Rwanda SaoTomeandPrincipe Senegal Seychelles SierraLeone SouthAfrica SouthSudan Sub-SaharanAfrica(allincomelevels) Sub-SaharanAfrica(developingonly) Sudan Swaziland Tanzania Togo Tunisia Uganda Zambia Moy-2004-2014
  20. 20. II- Les sources des performances notées en rapport avec les facteurs de production I.1 Capital, Travail et Productivité global II.2 Au regard des douze piliers de la compétitivité
  21. 21. Sources de la croissance
  22. 22. Sources de la croissance Au regard des douze piliers de la compétitivité
  23. 23. Sources de la croissance Au regard des douze piliers de la compétitivité
  24. 24. Sources de la croissance Au regard des douze piliers de la compétitivité
  25. 25. Sources de la croissance Au regard des douze piliers de la compétitivité
  26. 26. Sources de la croissance Au regard des douze piliers de la compétitivité
  27. 27. Sources de la croissance Au regard des douze piliers de la compétitivité
  28. 28. Sources de la croissance Indicateurs de la qualité des institutions
  29. 29. L’incidence des politiques économiques menées sur ces performances III.1 La sous-optimalité des politiques budgétaires en matière d’allocation intertemporelle des recettes d’exportation III.2 Arrangements monétaires et politique du crédit
  30. 30. La sous-optimalité des politiques budgétaires en matière d’allocation intertemporelle des recettes d’exportation  les performance économiques reposent en grande partie sur les recettes d’exportation de matière premières Des cours généralement non maîtrisés par les Etats  Des politiques budgétaires procycliques  Des fonds de stabilisations souvent insuffisants pour faire face aux chocs exogènes qui frappent les pays de la zone
  31. 31. Arrangements monétaires et politique du crédit  Le choix d’un régime de change relève du pouvoir politique  Il n’existe pas de régime de change idéal, immédiatement applicable à un pays ou un groupe de pays  Les éléments critiques du choix d’un régime de change tiennent moins aux vertus intrinsèques de celui-ci qu’à sa double adéquation avec :  les caractéristiques structurelles de l’économie ou des économies concernées les politiques macroéconomiques et structurelles appliquées pour soutenir le régime choisi
  32. 32. Arrangements monétaires et politique du crédit  Les 4 principes cardinaux du régime de change applicable aux pays de la Zone Franc tels que définis par les textes fondateurs sont :  le rattachement du FCFA à l’Euro depuis 1999 (antérieurement au Franc Français), à un taux de change fixe la garantie de convertibilité illimitée du FCFA : l’engagement de la France à fournir aux Etats membres de la zone les devises nécessaires à leurs besoins Cette garantie a toutefois pour contrepartie l’ouverture de comptes dans les livres du Trésor français (Compte d’opérations), dans lesquels est versée une partie des réserves de change De plus, un dispositif de sauvegarde est prévu dans les statuts des banques centrales lorsque leurs Comptes d’opérations deviennent débiteurs, se traduisant notamment par le resserrement des conditions de refinancement de la banque centrale
  33. 33. Arrangements monétaires et politique du crédit  Les 4 principes cardinaux du régime de change applicable aux pays de la CEMAC tels que définis par les textes fondateurs sont :  la centralisation des réserves de change des Etats membres dans leur banque centrale  la libre circulation des capitaux entre l’ensemble des pays de la zone
  34. 34. Arrangements monétaires et politique du crédit  Un ancrage pouvant se justifier par le niveau des échanges jusqu’en 2013, bien qu’enraciné dans l’histoire politique des Etats concernés :  Importations  De la zone Euro: 34,9%  Des USA: 8,4%  Exportations  Vers la zone Euro : 22%  Vers les USA : 13,5%
  35. 35. Arrangements monétaires et politique du crédit  La portée des comptes d’opérations :  L’assurance aux opérateurs économiques et aux populations de disposer librement des devises nécessaires à la réalisation de leurs activités  Une prévention contre le risque d’une pénurie de devises pouvant survenir dans les pays Un niveau de réserves internationales largement inférieur à celui qu’exigerait un régime de change standard pour soutenir la valeur de leur monnaie  Un mécanisme toutefois valable sur le plan conjoncturel uniquement, en vue de répondre à des situations difficiles, ponctuelles et généralement transitoires,
  36. 36. Arrangements monétaires et politique du crédit  Un niveau de réserves parfois supérieur à la norme requise pour une meilleure politique du crédit :  Suivant l’approche monétaire de la BDP : Mais les écueils au niveau de la politique du crédit sont également à rechercher dans les caractéristiques structurelles des économies :  Surliquidité  Exclusion financière  Nature des firmes (PME/PMI) 2M AEN CNG CE APN    
  37. 37. Arrangements monétaires et politique du crédit  Des efforts notables du côté des banques centrales pour restaurer un bon fonctionnement des canaux de transmission : La fourniture des centrales d’informations financières (centrale des bilans et des incidents de paiement, bureaux de crédit…) Elargissement de la gamme des actifs admis comme garanties pour les opérations de refinancement du système bancaire Introduction des opérations de pension livrée sur le marché interbancaire Institution d’un marché des titres de créances négociables dans la CEMAC Construction et publication des courbes des taux des titres publics émis dans la sous- région Elaboration du nouveau dispositif de suivi, d’animation et d’analyse du marché monétaire
  38. 38. Arrangements monétaires et politique du crédit  Des efforts notables du côté des banques centrales pour restaurer un bon fonctionnement des canaux de transmission : Mise en place d’un dispositif opérationnel de prévision des facteurs autonomes de la liquidité bancaire (FALB) ; Réaménagement des instruments, règles et modalités d’interventions de la BEAC sur le marché monétaire ; Révision du dispositif des réserves obligatoires ; Développement d’outils supplémentaires de prévision et de simulation des effets de la politique monétaire ; Elaboration de l’Indice composite des activités économiques de la CEMAC (ICAE) ; Lancement de la Base des données économiques, monétaires et financières de la CEMAC (BDEMF) ; Améliorer la politique de communication et la coopération avec les instituts universitaires et de recherche
  39. 39. Arrangements monétaires et politique du crédit  Un régime de change présentant quelques contraintes : L’indisponibilité de l’instrument de taux de change comme levier de politique économique; d’où des ajustements internes répétés  une marge de manœuvre des autorités monétaires réduite du fait de la nécessité de maintenir un différentiel de taux d’intérêt positif pour attirer ou maintenir les capitaux nécessaires à la défense de la parité de la monnaie  Une perte de compétitivité à l’exportation du fait du rattachement à une devise forte
  40. 40. CONCLUSION  Les pays de la Zone Franc ont en moyenne réalisé de bonnes performances par rapport aux pays hors zone, notamment au sud du Sahara  Les arrangements monétaires en vigueur comportent certainement beaucoup de contraintes mais, fournissent également des avantages certains à ces pays  Avant de songer à migrer vers un autre régime, ces pays devraient chercher à tirer le meilleur avantage des dispositions en cours, en mettant en œuvre des politiques budgétaires optimales et une politique du crédit adaptée à leur contexte  Une réflexion profonde devrait préalablement être conduite sur les implication en matière de basculement et de gestion d’un nouveau régime si cela s’imposait

×