Tourisme 2020 / 2030 : un futur pas si loin que ça

2,350 views

Published on

Les recettes pour rester en course, par Luc Mazuel, Maître de conférence Département Territoire, société VetAgroSup à Clermont-Ferrande

0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
2,350
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
1
Actions
Shares
0
Downloads
43
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide
  • nécessité de trouver un équilibre entre qualité de l’offre et prix de l’offre.
  • Tourisme 2020 / 2030 : un futur pas si loin que ça

    1. 1. Rencontres du tourisme gersois AUCH, le 9 avril 2012 TOURISME 2020/2030Quelles évolutions perceptibles de la consommation touristique adressée à la campagne … Quelles innovations possibles pour y répondre … Luc MAZUEL, VetAgro Sup
    2. 2. PréambuleLa grande mue … Nous sommes dans une interface complexe Un temps de tuilage Tiraillés entre pessimisme et optimisme Et cela conditionne aussi le secteur du tourisme A la veille de découvertes égales à celles de Newton, d’Einstein… Entre réalisme (capitalisme) et créativité (utopies) Dans la mutation des gouvernances Entre raison et intuition Dans l’émergence de contre modèles Malgré des manques: peu de penseurs, peu de lisibilité et des éléments anxiogènes… mais pas plus qu’avant… (les guerres mondiales, les pandémies…)
    3. 3. PréambuleLa grande mue … « N’ayez pas peur ! » 365 occurrences dans les Ecritures Paroles prêtées à Jésus de Nazareth Reprises par Jean-Paul II, Messe d’intronisation, 22 octobre 1978
    4. 4. PréambuleLa prospective • La prospective nest ni la prévision, ni la programmation, ni la planification et encore moins lextrapolation, la futurologie, la divination ou lutopie. • Elle est la « préparation de l’action permettant de construire le futur voulu » (Simon Nora) • La prospective produit des représentations du futur et définit les cheminements pour éclairer la stratégie des acteurs. • Lavenir est ouvert à plusieurs futurs possibles, que de Jouvenel appelait les « futuribles ». On peut l’étudier : – en analysant les tendances lourdes, – en décelant les risques et les « signaux faibles », – et en imaginant les ruptures possibles. Repérer ce qui est structurant, au-delà du visible apparent
    5. 5. Préambule Normalement croisement de la démarche entre axes spécifiques … • Clientèles • Développement durable • Marketing • Management territorial • Emploi et formation • Compétitivité territoriale … et domaines généraux d’évolution • Démographie mondiale • Economie • Climat • Energie, transport • Evolutions culturelles • Evolutions technologiques Ce que j’avais tracé il y a un an
    6. 6. PréambuleCe que l’on m’a demandé Comme on ne peut pas passer en revue toutes les mutations globales à venir et leurs conséquences sur nos territoires et leur tourisme on en croisera certaines qui sont importantes (ex: climat, économie, urbanisation…) mais surtout le choix a été fait : • D’entrer par la demande, par les mutations « clients » (surtout sociologiques, technologiques, commerciales, démographiques…) et les moyens d’y répondre à l’échelle de l’entreprise (s) et celle du territoire (s)
    7. 7. Préambule INDISPENSABLE Le CONTINUUM Penser demain ce n’est surtout pas faire table rase Donc Le GERS Mon activité dans le Gers, quel ancrage au-delà des mutations en cours ? Ce qui m’a fait, me fait, me fera … Mes marqueurs ADN … Ce que je dois garder …
    8. 8. Préambule INDISPENSABLE MAIS … pas sans Le RENOUVELLEMENT Penser demain c’est évoluer, choisir « Tradition = tradere (latin) = transmettre »Cluny, réalité augmentée Donc Le GERS Mon activité dans le Gers, Quel nouvel élan sans perdre l’âme des lieux et des GENS en correspondance avec de nouvelles attentes ? en créant de nouvelles références compatibles avec Cocteau, Le lieu commun mon identité ? en réinventant des images de soi ?
    9. 9. Préambule Autre persistance: Au-delà des destinations « éternelles » y compris dans le rural … La force des « faiseurs » de destinations (une notion historique du tourisme) Mais ils changent: ------------------------------------------ Entre média et bobos Entre réseaux sociaux et « peoplisation » Y être sans galvaudage Mais… La force du zappeur…
    10. 10. L’ EFFET CRISE Conjoncturel ou structurel? Exemple : Français en vacancesLa crise C’est conjoncturel : 2012: 53%(+ 15ans) sont partis / 2011: 56% / 2010: 61% Erosion chez les + pauvres (+ de 80% chez + 3000 € nets mois, - de 30% chez – 1000 € nets mois) Budget inférieur à 1 000 € pour 58 % en 2012. La moitié ont réduit le budget vacances d’été. 35% ressentent nécessité de chercher opérations discount Postes de restriction 2012 : loisirs-voyages (2e) 37% juste après habillement (1er) 39%, loin devant alimentation (27%), santé (7%), immobilier (3%) C’est structurel : L’espoir Dépenses contraintes toutes en augmentation pour quelques années (logement, énergie, santé, assurances, transports) et épargne de précaution de + en + forte (peur chômage, retraite repoussée et moins rémunérée…) → Campagne – Gers : recherche du bon rapport qualité-prix
    11. 11. L’ EFFET CRISE Conjoncturel ou structurel? C’est une crise de passage d’un modèle vers un autre, d’une civilisation à une autre qui pourra être La crise meilleure… Ce qui est difficile à appréhender. En tous cas… la campagne est ressentie comme favorable en temps de crise: lieu du meilleur rapport qualité-prix, rassurance, proximité, dernière minute, etc… Du coup 65% des français partis seulement en France en 2012 De nouveaux venus sur le marché, quiL’espoir compensent un peu (mais plutôt hauts lieux du tourisme) : les émergents (les BRIC(s), Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique…) Des bobos qui gardent pouvoir d’achat et envie de « vrai » → Gers déjà fait le choix de miser sur ces derniers, renforcer l’attractivité pour les émergents
    12. 12. Les fondamentaux del’évolution démographiqueLa vieille Europe• Age médian 41 ans en 2012 contre 36,5 en 1995• + espérance vie (en nette augmentation pour les hommes)• Des dépenses de loisirs qui baissent peu malgré la crise(grosses variances de revenus) mais poussée d’autresdépenses incompressibles• 43% retraités seuls ne voyagent pas, 32% des couplesLes émergents• Les asiatiques, nos clients.• 91% des jeunes chinois considèrent la mondialisation comme unechance. 50% chez les grecs… (Fondation pour l’innovation politique, 2012)• Leurs besoins spécifiques, leurs aspirations à découvrir la« vraie France »• Intégrer le vieillissement (nouveaux besoins)• Intégrer les diversités• Intégrer les mutations familiales• Intégrer l’idée forte d’inter-générationnel
    13. 13. Un contexte mutantDé-consommation et transhumanitéLe « PEAK STUFF ».Le pic de la consommationmatérielle serait atteint• Moins de consommation énergie, eau, papier, engrais, viandeen occident• Mais en augmentation ailleurs• En tous cas un signal plutôt favorable pour un tourismed’intérieur, de proximité, de durabilité, de nature…• Démonétisation de la matière (la récup), du temps(mouvement SLOW), de la publicité (buzz, blogs),autofabrication (potager, tricot), dématérialisation del’intelligence (open sources), distribution alternative (AMAP)• Quels déplacements? Plus ou moins de voyages et lesquels?Et une dépense responsable…L’avènement des neurosciences: d’autresressources• L’homme augmenté, la transhumanité (puces cutanées, loisirsvirtuels) / la fin des vacances ???• Tentations et craintes / on touche à l’intime→ Campagne-Gers refuge - ressource
    14. 14. TENDANCESDurables ou pas durables ?DURÉELa durée moyenne des vacances baisse mais pas trop :13,5 jours pour les foyers les plus modestes, leurs seulesvacances de l’année. 4 Français sur 10 ne prendrontqu’une semaine de congés ou moins, surtout les jeunes(étude Ipsos/Déclic France).Durable / Erosion et émiettement prévisible :fractionnement des vacances, budgets serrés,diversités des loisirs …DATESLa concentration toujours plus forte sur juillet-août.Traditionnellement, parmi les Français qui partent envacances, environ 40 % partent uniquement l’été.Attention aux changements des calendriers scolaires.Pas durable / fractionnement des vacances,réduction des vacances d’été
    15. 15. TENDANCESDurables ou pas durables ?DESTINATIONSLa mer destination phare (70%), suivie de la campagne (23 %),la montagne (20%) et la ville (17%) (cabinet Benchmark).Régions en tête : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Languedoc-Roussillon et Corse. 28% des vacanciers prévoient d’aller àl’étranger (Protourisme 2012).Mais le rural ne cesse de progresser (Auvergne 10e rang, 19eil y a 15 ans, 13e il y a 8 ans).Les deux / Besoin fort de la mer et héliotropisme MAISincertitudes du climat, montée des eaux, baisseenneigement , les mutations et dangers urbains…Tout pour croire en la campagne…HÉBERGEMENTTendances de lété 2012 : lhébergement chez des proches ouréseaux (environ un tiers des vacanciers, selon Protourisme) ; et lecamping « écolo-chic » (néo camping) les hébergementsatypiques et écocertifiés et à terme les lieux contemporains.Valeur + en + forte de l’hébergement de qualité, labelisé,professionnel !Durable /
    16. 16. TENDANCESDurables ou pas durables ?INÉGALITÉSLes vacances de plus en plus inabordables pour les 18-24 ans(étude OpinionWay pour VoyagerMoinsCher). Les intentions dedépart se creusent aussi entre catégories socioprofessionnelleset entre Paris et la province.Les deux /INTERNET / on y reviendra mais:Les vacanciers utilisent toujours plus internet pour préparer leurséjour (renseignements, comparaisons…) ou le réserver : en2011, 58% des partants ont préparé leurs vacances sur internet,contre 53% en 2010 et 21% en 2003. Et 42% les ont réservéesen ligne, contre 38% en 2010 et 8% en 2003.Les avis sont consultés par 72% des partants. 64% disent entenir compte. TRIPADVISORWeb 2.0 conduit à accélération de l’information « virale » entretouristes, géolocalisation amplifie.Redéfinition des rôlescommunication et marketing (public/privé).Durable /
    17. 17. AUTRES TENDANCESDurables ou pas durables ?DERNIÈRE MINUTE2012. Les Français ont énormément tardé à réserverleurs vacances cette année. En cause : les élections etsurtout la crise économique, qui ont créé un phénomèned’attentisme.62% des réservations surviennent moins d’un mois avantle départ et 45% à moins de 8 jours, selon une enquêtedes agents de voyage (Snav).Bons plans de dernière minute, voire "d’ultra-dernière-minute". Début juin, 55% des abonnés de Travelzoon’avaient pas encore réservé leurs vacances. Un tiersespéraient dénicher des offres encore meilleures à J-7voire J-4.D’un autre côté encouragements tarifaires à laréservation précoce (aérien, sncf, booking.com)Durable /
    18. 18. Quelques élémentsspécifiquesLe client INVISIBLE, l’invité MYSTERELe « free lifer » / Troc (SEL) et échange face à la criseLe CO s’imposeUne économie au noir se développe, favorisée par la crise etle web 2.0.• Le co-voiturage / ex 30 € A/R Lyon-Paris (covoiturage.com)• La location de particulier à particulier / ex 30 € la nuit(ducotedechezvous.com)• La table d’hôte (surtout en ville) / pas forcément donné…(viensmangeralamaison.fr)• La soirée privée (groupes d’amis du net)• Les visites de sites / Greeters / à partir de 10 €Le modèle Ebay et Le bon coin (C to C). L’achat groupé (entourisme site GROUPON)Quel avenir ? Abus ? Réglementation?Retour à la sécurité ? A l’information vérifiée et surtout auxsites d’une vraie construction voire auto-construction deproduits (cf agroalimentaire: entre mégastores et circuitscourts…)
    19. 19. Quelques élémentsspécifiquesLes demandes existentiellesL’Humain d’abord• + de technologie = + de besoin d’humanisation• Cf campagne de pub des Mutuelles de Poitiers / cfFront de Gauche• Mais ce n’est pas de l’anti-technologie / impossible /irréversibleExpériences concrètes, plaisirs, émotions, sens …Montée de la méfiance• (crise alimentaire par ex.) / naturalité – véritéBesoin de stabilité dans un monde qui bouge• Valeur FAMILLE en tête de gondole (74% des françaisvoudraient + de temps en famille). Le français N°1 de ladépression car déclassement de la NationRas le bol des incivilités et peur générale de l’autre• La campagne moins exposée aux yeux des citadins(pour 60% des français première source de stress)• Données IPSOS - 2012
    20. 20. Quelques élémentsspécifiquesLes demandes existentiellesTNS-SOFRES 2012 / demandes des vacanciers• S’étonner: 61% (se couper du quotidien,s’émerveiller…)• Construire des liens: 60%• Retrouver son rythme: 52% (PAUSE ! Salariés,parents, actifs)• Se recentrer: 36% (prendre soin de soi)• Consolider: 28% (couples)Vacances thérapies : mieux manger, mieux dormir,mieux bouger, mieux méditer, mieux « jouir »…Ce sont des attentes autant psychiques que physiquesUn énorme challenge pour les entreprises et territoirestouristiques habitués à fournir de la prestation, baséequalité attendue, + manque de temps et de savoir, c’esttrès complexe.
    21. 21. Quelques élémentsspécifiquesTourisme durable: une sensibilité bien peuconcrète mais en devenir. Les 1ers seront les 1ers…International Tourism Board distingue 5 types après enquêtes:• L’équilibré 33%. Diplômés qui cherchent un compromis• Le sceptique 25%. Besoin fort d’information.• L’écolo 15%. Très pointilleux.• Le local 15%. Expérience authentique sur la destinationlocale.• Le socio-économique 12%. La relation humaineavant tout.Et demain ?Pas vraiment le choix : tendance lourde et mieuxpartagéeSauf si… fusion nucléaire, gaz de schistes et dehouille, énergies renouvelables.Renversements des références?Non ou seulement quelques temps…
    22. 22. Quelques élémentsspécifiquesNouvelles pratiques sportivesNouveauté, plaisir, esthétique, naturalité• Au-delà des classiques incontournables (itinérance)• Le sport santé à tout âge (73%)• La nature comme cadre sportif (52% F, 60% D, 64% DK)• 82% pour plaisir donc compatible vacances• Mais la dictature des modes. Aujourd’hui: Jukari(cirque et sport), Sensual move NIA (9 disciplines dontarts martiaux, danse, yoga… bien-être plus queperformance), l’aqua cycling, la boxe chic, le core pole(musculation et assouplissement au mât), gymnastiquesuédoise axée sur la convivialité• Femmes, seniors boostent le marchéDonnées Ministère des sports, INSEP→ Ne pas tomber dans les modes urbaines, les adapter auxlieux du tourisme
    23. 23. Quelques élémentsspécifiquesAdos et enfants consommateurstouristiques de demainUne culture du fantastique• Super héros• Vampires• Héroïc fantasy• Mangas• Jeux vidéos• Peoples→ Un Cyber d’Artagnan ?La campagne un exotisme à terme• Peu ou pas de famille à la campagne et encore moinspaysans• Un accès par les salons, la télévision• Succès de la gastronomie chez les enfants (Top chef,un dîner presque parfait…)• Amour constant de l’animal→ On adapte, on met en scène le toqué toqué ?
    24. 24. Quelques élémentsspécifiquesAdos et enfants consommateurstouristiques de demainLES « DIGITAL NATIVES »Etude Médiamétrie 2012 (7.11 ans)• 89% connectés 1 fois au – par semaine• 56% se connectent seuls• 50% y visionnent des vidéos• 42% y jouent• 40% y écoutent la musique• 25% ont un compte facebookLa campagne sous-couverte est repoussoir aujourd’hui(Koi ALLO, mai ALLO, y A pa de reso ! J y croi pa !)Et demain ? Le pire n’est pas sûr mais très variableselon les milieux (les alternatives culturelles)
    25. 25. Quelques éléments spécifiques Nouvelles mobilitésFACILITATEUR Intermodalité Lécomobilité touristique, un enjeu politique - Ecomobilité : le tourisme au futur - La mobilité touristique pour tous. Une vision à partager. - Plaidoyer pour lélaboration de plans de déplacements touristiques. Ladaptation progressive de loffre - Avec la SNCF - Compagnies aériennes face à un baril volatile et à une crise économique historique - Autocar, un mode de transport à redécouvrir - Itinérance comme mode de vacances. Les atouts du camping-car. - Quel avenir pour le camping-car ?
    26. 26. Quelques éléments spécifiquesFACILITATEUR Nouvelles mobilités Intermodalité Lémergence de nouveaux comportements - Mutation des déplacements touristiques. Un mouvement à accompagner. Le CO -Mobilités touristiques, identités numériques et traçabilité, géolocalisation - Mobilités technologiques → Des responsabilités régionales et nationales qu’il faut forcer …
    27. 27. Quelques éléments spécifiquesFACILITATEUR Nouvelles architectures • Originalité et innovation • Ouverture sur la nature • Qualité environnementale • Matériaux sains, recyclables • Modernité et confort • Tradition dans la modernité • Echapper au standard • Malgré tout place pour le patrimoine traditionnel plus ou moins revisité • Importance du partenariat avec les architectes (CAUE) et les designers • Double coup (double coût ?) : marché mais aussi média
    28. 28. Quelques éléments spécifiquesFACILITATEUR Le goût de l’insolite, le décalé, pas évident pour la campagne et risqué (mode-s- urbaines) Mais peu rapporté gros • Décalage et comique (ascenseur douche au Havre, restauration thématisée) • L’exotique (l’incontournable yourte) • Naturel-cocooning-enfance (cabanes dans les arbres, villa hamster à Nantes) • Nouvelles formes de loisirs (Jeux de rôles) • Spiritualité(s) (chamanisme, druidisme…) • Sur les traces des peoples • Le mauvais goût, le kitsch voire le sordide (Charleroi, ville la plus laide du monde) Et demain ? • Technologies ? • Sensations fortes ? • Sevrage ? • Et si TOUT SIMPLEMENT la campagne redevenait en elle- même EXOTIQUE et INSOLITE parce que méconnue
    29. 29. France :47 M internautes E-tourisme, Ce n’est qu’un débutdont 20 M sur sitescommunautaires Les opérateurs veillent et s’inspirent du web 2.0. • e-réputation l’enjeu clé mais gros travail de veille • « User generated content »: Dans le monde de l’entreprise 1 avis négatif coûte en moyenne 30 clients. Le client satisfait devient un ambassadeur de marque (« brand’s avocate »). Répondre à l’insatisfait. • Quelques exemples: • Love Team SNCF (10 experts à l’affût analysent + 10000 verbatims par mois) • Etude Synthesio: 1er Marmara, 2e Club Med (or, Marmara 200000 fans facebook contre 10000 Pierre et Vacances… avec Matt l’animateur virtuel) • C’est chronophage et coûteux à l’échelle de l’entreprise et des territoires (photos, vidéos, blogs animés et originaux…) > comment peut agir la campagne ? > Importance de se regrouper > réseaux et institutions / BON POINT GERS
    30. 30. En somme,Le consommateur ZEBREJean-Marc VAUGUIER (ZEBRE): « La fin de laconsommation linéaire, les consommateursdeviendraient-ils des zèbres? »Zèbre : difficile à dompter et pas 2 semblablesSmartphones et tablettes révolutionnent les comportementsIndividualisation des attitudesIpad aussi puissant que le Craye (1980 à 17 M $)Avant consommation poussée par les marques oudistributeursAujourd’hui potentiel de désintermédiation considérable(Ex FNAC ou Darty show room avant achat)PDG SNCF et Voyageurs du Monde inquiets des velléités deGoogle, un « tsunami économique en perspective »En France crise retarde le phénomène mais déjà vrai en Chine,Japon, Corée sud avec la 4GVers la fin de la consommation linéaire et du magasin ?Pas si sûr…
    31. 31. Ou le consommateurRENARD ?Tentons également une autre métaphore animalière…Renard : difficile à dompter également, considéré commel’animal « rusé »Et si le consommateur malin usait de la technologie autantque du besoin de proximitéSuccès des mini-surfaces de proximité des grandesenseignes de l’alimentationSuccès des magasins bio et de groupements deproducteurs au cœur des citésSuccès des AMAPSuccès des circuits courts agricoles (Dordogne, Aude,Gard…)Montée des formes alternatives d’hébergement et d’échangetouristique (couch surfing, échanges d’appartements,greeters…)Surtout recherche de l’information via le web 2.0 au risque de sefourvoyer. On « chasse en meute » …Mais besoin d’info sûre par ailleurs
    32. 32. A cette demande zèbre et-ou renardAdresser une offrepersonnaliséequi sera le bon support d’un bouche à oreilleUnicité du client mais garantie desformes d’accueilBien sûr par tous les systèmes technologiquesd’aujourd’hui et de demain …Sans oublierLe besoin d’humain, de vérité, de contact réel, decelui qui sait, qui connaît, qui décrypte…le prestataire, le guide, l’office de tourisme, lecommerçant, l’habitant…C’est la grand force de la campagne, sa bonne image parfoisusurpée mais puissante encore (cf. télévision).
    33. 33. A cette demande zèbre et-ou renardAdresser une offrepersonnaliséeLe storytelling, symbole de toutes cesmutationsDans la communication par le récit, on raconte aussila mutation !Je raconte mon entreprise, mon site, mon territoire,ma destination.Mettre en scène tout ou partie, un point, unecaractéristique, un instant… à partir délémentsvécus, il ne doit pas inventer de fausses nouvelles.Se développent des échanges collaboratifs avec lestouristes. Humour, dérision, émotion et complicitéfont partie des clés de la réussite du storytellingtouristique.
    34. 34. Le Gers intègre déjà des+ tendances fortes… Une prise en compte dans l’offre et dans sa communication… • Miser sur ses atouts tangibles: terroir, bien vivre, convivialité, patrimoine, nature de cocagne • Miser sur des tendances sûres: ressourcement, affinités, proximité, bien-être, repos, déconnexion, réalisation de soi… • Miser sur le tourisme thématique et/ou affinitaire, en ciblant des clientèles • Miser sur les modes doux de découverte: itinérance à pied, à vélo, en bateau et pour tous (accessibilité-s-)… • Miser sur les nouvelles formes d’information et de réservation: réseaux sociaux, sites dédiés, géolocalisation, information dynamique et vente en ligne… avec interfaces avec les prestataires et réseaux
    35. 35. Le Gers intègre déjà des+ tendances fortes… Des points forts montrant une aptitude au changement • Des lieux et des manifestations, des gens et des entreprises… … qui changent l’image du Gers donc de son tourisme • La transversalité sectorielle là où d’autres destinations n’y parviennent pas (Commerce, artisanat, agriculture, sport, culture …) • Une volonté d’inscrire le développement durable dans les faits au-delà des mots (chartes, agendas 21 …)
    36. 36. … Mais le miroir ne doit pas? se figer Une campagne qui doit trouver l’équilibre entre tradition et modernité • Développer davantage les innovations dans l’hébergement • Développer davantage l’innovation dans les formes de visites et de loisirs • Développer davantage l’intermodalité et en particulier le rapport ville-campagne (Toulouse, Bordeaux…) • Développer toujours les supports technologiques sans atteindre à la relation humaine • Penser au renouvellement démographique quantitatif et qualitatif (nouveaux horizons)
    37. 37. SO GersANCRAGE Let’s GO AFFINITES RESEAUX INNOVATION VILLE - CAMPAGNE
    38. 38. SO GersANCRAGE Let’s GO … AFFINITES FACILITATEURS FACILITATEURS FACILITATEURS FACILITATEURS FACILITATEURS RESEAUX FACILITATEURS INNOVATION VILLE - CAMPAGNE
    39. 39. FACILITATEUR C’est qui ? • Porteurs d’image extérieurs (renouvelés) • Institutions locales, départementales et régionales du tourisme + villes de proximité • Groupements touristiques de prestataires • Institutions et groupements d’autres secteurs économiques • Institutions politiques administratives • Réseaux associatifs multi-sectoriels • Bref c’est : Jouer la transversalité dans les approches les plus innovantes et prospectives et avancer ENSEMBLE
    40. 40. Quelques points clés (non exhaustifs et à co-construire) à travailler dès maintenant• Préparer les nouvelles gouvernances institutionnelles• Exiger encore des infrastructures (transports)• Pallier au désengagement des finances publiques (desbanques partenaires intégrés…)• Former former former• Laboratoires d’idées et démarche de veille prospective• Eductours à l’étranger (Islande, Autriche, Brésil…) ourecherche de références• Associer designers, artistes, penseurs• Une communication décalée mais maîtrisée, entre acquiset innovations…
    41. 41. Merci de votre attention. Et… jamais 2 sans 3… Retrouvons nous :www.kipik-consultinge.com
    42. 42. ANNEXES (pour mémoirequelques éléments clé de prospective Tourisme rural 2030)
    43. 43. Démographie et société OPPORTUNITES MENACESOuverture à la clientèle étrangère Oubli des clientèles familialesattirée par la France et différenteAdaptation aux besoins des Produits touristiques trop typéspersonnes âgées difficilement identifiables par le touristeTourisme propre au territoire Un accueil pas assez vivantAccès aux services Décalage des services offerts pour des citadins habituellement comblés Technologisation et globalisation culturelle
    44. 44. Climat et environnement OPPORTUNITES MENACESDéveloppement touristiquedes terres intérieures Adaptation aux nouveaux(campagnes) enjeux environnementauxTouristes internationaux Perte de typicitérecherchant plus de fraîcheurCampagne « verte »: gage desécurité! Allongement de saison
    45. 45. Evolutions technologiques OPPORTUNITES MENACESEchange entre touristes et Remplacement des vacanceslocaux par des projections virtuelles / Fin des vacances et repli sur soiActivités « nature » Les technologies prennent leLabel qualité environnemental pas sur les rapports humains« Profiter » des technologiespour avoir des outils decommunications plusperformantsMise en réseau des acteurslocaux du tourismeBesoin de « retour auxsources »
    46. 46. Energie / Transports OPPORTUNITES MENACESCritère de qualité environnementale Tourisme de LUXE d’exception Mobilité réduiteTourisme solidaire, culturel et dedécouverte Disparition des vacances au profit des loisirsTourisme d’itinéranceTourisme de courts-séjours multiplié Incertitudes sur la mobilité Incertitudes sur les sources Et le temps des adpatations
    47. 47. Contexte international OPPORTUNITES MENACESNouvelles clientèles étrangères Dispersion des flux touristiquesDiversités des attentes et Emergence destinationsoriginalité de l’offre concurrentes Entreprises de transport low-Polarisation flux touristiques cost et attirance des métropoles mondialesMarque « France » et sesproduits de terroir Conflits religieux et politiquesTourisme culturel et dedécouverteRenforcement des réseauxlocaux, régionaux
    48. 48. Economie OPPORTUNITES MENACESProposition d’une offre Quelle place pour les séjours detouristique plus simple très grande qualité?Produits touristiques avec un Quelle place pour les revenusbon rapport qualité /prix modestes, bien souvent plus fidèles?Création d’offres de séjourscourts variés pour répondre à la Comment proposer une offre dedemande services et d’infrastructures adaptées à tous?Réservation en ligne àdévelopper : possibilité de Gestion délicate des courts et desprévoir l’accueil en avance et de longs séjours simultanément:réduire les frais de gestion
    49. 49. Villes / Campagnes OPPORTUNITES MENACESDiversité offres touristiques Baisse du nombre de vacanciers(courts et longs séjours) Concurrence tourisme-résidenceRenforcement du tourisme secondairelocal, urbain et industriel Focalisation sur un groupe deRecherche de naturalité clientèle (produits de luxe) Dessertes et mobilités (saturationPolarisation flux touristiques demande?)Echange avec les locaux et Nouvelles formes de vacancesproximitéRenforcement des réseauxlocaux, régionaux

    ×