Mémoire #EP2014

73 views

Published on

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Mémoire #EP2014

  1. 1.   1           #EP2014  :  UNE  CAMPAGNE   SOCIALISTE  NUMÉRIQUE     ÉTUDE  D’UNE  COMMUNICATION   DIGITALE  DANS  UN  CONTEXTE  POLITIQUE   PERTURBÉ     Meuret   Timothée   Sous  la  direction  de  Patrick  Eveno   Master  1  CTM,  promotion  2013/2014  
  2. 2.   2   REMERCIEMENTS       Ce  mémoire  a  été  réalisé  grâce  au  concours  de  plusieurs  personnes.  Je  veux  tout   d’abord  remercier  Laurence  Rossignol,  pour  m’avoir  aidé  à  décrocher  ce  stage  au  Parti   socialiste,  en  me  mettant  en  contact  avec  Florence  Bonetti,  que  je  remercie  également   pour  le  temps  qu’elle  m’a  accordé  durant  la  rédaction  de  ce  mémoire,  et  pour  les   ressources  qu’elle  a  acceptées  de  mettre  à  ma  disposition.     Je  souhaite  également  adresser  un  remerciement  cordial  à  Gérard  Obadia  et  Thierry   Daguzan,  de  l’agence  Opérationnelle,  pour  leur  aide.  L’interview  qu’ils  m’ont  accordée   m’a  mis  sur  la  bonne  voie  dans  mon  approche  de  la  plateforme  numérique  socialiste   «  Choisir  Notre  Europe  ».     Je  suis  également  reconnaissant  à  mes  colocataires,  Stéphane  Faure  et  Romain  Fort,  dont   la  passion  pour  l’Europe  m’a  permis  de  réaliser  ce  mémoire.  Entouré  d’une  ambiance   productive  dans  ma  propre  maison,  j’ai  pu  me  plonger  dans  le  sujet  et  lui  accorder   l’attention  qu’il  méritait.  Le  temps  et  le  travail  que  m’ont  demandé  la  réalisation  de  ce   mémoire  m’ont  empêché  de  participer  activement  à  la  vie  de  la  maison  pendant   plusieurs  semaines,  je  les  remercie  donc  pour  leur  patience  et  leur  aide.     Enfin,  j’adresse  un  remerciement  chaleureux  à  Romain  Segond,  ancien  camarade  à   l’université  Paris  1,  qui  m’a  transmis  sa  fascination  pour  le  monde  numérique.  J’appelle   de  mes  vœux  dans  ce  mémoire  une  plus  grande  participation  citoyenne  au  débat  public   et  je  regrette  le  manque  de  plateforme  de  débat  numérique.  Son  œuvre  avec  le  site   internet  Leadop.com,  dont  le  lancement  est  prévu  en  juillet  2014,  est  tout  à  fait  le  type   d’espace  digital  nécessaire  au  développement  du  débat  public  sur  la  toile.                                  
  3. 3.   3   SIGLES  ET  ABREVIATIONS       Partis  européens     ALDE  :  Alliance  des  Libéraux  et  Démocrates  Européens  (centre,  libéraux)     GUE  :  Gauche  Unie  Européenne     PPE  :  Parti  Populaire  Européen  (centre-­‐droit)     PSE  :  Parti  Socialiste  Européen  (centre-­‐gauche)       Partis  Nationaux     PS  :  Parti  Socialiste     UMP  :  Union  pour  un  Mouvement  Populaire     FN  :  Front  National     UPR  :  Union  Populaire  Républicaine     UKIP  :  United  Kingdom  Independance  Party                            
  4. 4.   4   RESUME  DU  MEMOIRE     Ce  mémoire  tente  d’explorer  l’utilisation  du  numérique  dans  la  campagne  des   élections  européennes  de  mai  2014.  Après  avoir  étudié  le  paysage  numérique  européen,   j’approfondis  l’exemple  de  la  campagne  du  Parti  socialiste  qui  a  déployé  un  effort   considérable  sur  le  terrain  numérique.  Pour  répondre  à  un  contexte  difficile   d’euroscepticisme  grandissant,  le  PS  s’est  employé  à  développer  un  débat  européen  en   France,  à  travers  une  activité  permanente  sur  les  réseaux  sociaux  et  par  l’établissement   d’une  plateforme  numérique  d’interpellation  des  citoyens  :  Choisirnotreeurope.fr.     A  la  lumière  des  résultats  de  l’élection,  j’entreprends  de  critiquer  l’utilisation  du  Web  en   politique,  son  efficacité  et  ses  méthodes  d’action,  à  travers  l’échec  de  la  campagne   socialiste.  Outil  de  mobilisation  redoutable,  le  Web  peine  en  revanche  à  s’imposer   comme  outil  de  communication  politique.       Néanmoins,  il  m’apparaît  évident  que  l’utilisation  accrue  du  Web  au  niveau  européen  a   permis  l’émergence  d’un  espace  public  européen  durant  la  campagne,  à  travers  les   évènements  politiques  de  la  campagne  et  leur  diffusion  grâce  au  réseau.  Le  Web   apparaît  alors  comme  une  plateforme  d’avenir  pour  l’Europe,  dont  le  potentiel  politique   n’est  pas  encore  exploité  à  fond  par  ses  utilisateurs.       Mots  clés  :     Europe       Politique       Internet       Parti  Socialiste     Communication                      
  5. 5.   5   SOMMAIRE     Remerciements                                                                                                                                                                                                                                    2   Sigles  et  abréviations                                                                                                                                                                                                              3   Résumé  et  mots  clés                                                                                                                                                                                                                  4   Sommaire                                                                                                                                                                                                                                                                                                  5     Introduction                                                                                                                                                                                                                                              7                                                     1. La  campagne  socialiste  au  sein  de  la  campagne  numérique   européenne                                                                                                                                                                                                                                                                            9   1.1. L’ampleur  de  la  campagne  numérique  européenne   1.1.1. Quelques  chiffres   1.1.2. Les  stratégies   1.1.3. Les  plateformes  d’action   1.2. Les  acteurs  de  la  campagne   1.2.1. Les  acteurs  institutionnels   1.2.2. Les  acteurs  politiques   1.2.3. Les  mouvements  et  acteurs  de  la  société  civile   1.3. La  couverture  des  évènements   1.3.1. Une  organisation  qui  inclut  numérique   1.3.2. Une  présence  constante  essentielle   1.3.3. La  stratégie  socialiste       2. Les  spécificités  de  la  campagne  socialiste                                                                                                                                                                                                                                                                      25   2.1. Recentrer  la  campagne  sur  les  enjeux  européens   2.1.1. Le  danger  des  enjeux  nationaux   2.1.2. La  promotion  de  Martin  Schulz  sur  internet   2.1.3. Les  contenus  produits  par  le  parti   2.2. «  Choisir  Notre  Europe  »   2.2.1. Une  plateforme  interactive     2.2.2. Rapprocher  le  citoyen  de  l’Europe   2.2.3. Etablir  le  lien  entre  le  citoyen  et  ses  représentants   2.3. Une  campagne  sur  trois  niveaux   2.3.1. La  déclinaison  au  niveau  local   2.3.2. La  coordination  numérique  au  niveau  national   2.3.3. L’action  numérique  du  PSE  en  France  et  en  Europe       3. Les  insuffisances  de  la  campagne  numérique                                                                                                                                                                                                                                                                      38  
  6. 6.   6   3.1. Internet,  une  source  d’information  dont  on  se  méfie  encore  et  qui  ne   suffit  pas   3.1.1. La  méfiance  vis  à  vis  d’internet   3.1.2. Des  moyens  traditionnels  de  campagne  encore  essentiels   3.1.3. Des  moyens  numériques  qui  ont  fait  leurs  preuves  mais  inutilisables   3.2. Mauvais  lien  entre  la  campagne  numérique  et  les  médias   traditionnels   3.2.1. Un  mauvais  relai  de  contenus  mal  adaptés   3.2.2. Le  public  reste  restreint   3.2.3. Le  e-­‐militantisme     3.3. Une  mauvaise  couverture  médiatique  de  la  campagne   3.3.1. La  télévision,  média  encore  et  toujours  dominant   3.3.2. Le  refus  de  diffusion  des  débats  européens   3.3.3. L’agenda  médiatique     Conclusion                                                                                                                                                                                                                                                50   Glossaire                                                                                                                                                                                                                                                        52   Bibliographie                                                                                                                                                                                                                                      53   Liste  des  annexes                                                                                                                                                                                                                        56   Table  des  matières                                                                                                                                                                                                                  64                                      
  7. 7.   7   #EP2014  :  UNE  CAMPAGNE  SOCIALISTE  NUMERIQUE   Etude  d’une  communication  digitale  dans  un  contexte   politique  perturbé         INTRODUCTION       «  Nous  n’avons  pas  eu  de  nouvelles  de  notre  ambassadeur  en  Espagne  depuis   deux  ans.  Si  nous  n’en  avons  pas  cette  année,  envoyons  lui  une  lettre  ».  Cette  phrase   attribuée  à  Thomas  Jefferson  par  le  diplomate  israélien  Abba  Eban  montre  l’inquiétude   relative  du  président  américain  face  au  silence  prolongé  de  son  représentant.   Aujourd’hui,  mises  à  part  les  innombrables  communications  diplomatiques   journalières  des  services  américains,  l’on  pourrait  s’inquiéter  si  James  Costos,  l’actuel   ambassadeur  américain  en  Espagne,  ne  twittait  pas  pendant  un  jour.  L’instantanéité  de   l’information  a  non  seulement  changé  notre  quotidien,  mais  également  nos  attentes  vis  à   vis  de  nos  représentants,  vis  à  vis  des  institutions  gouvernementales  et  politiques.     Leur  présence  quotidienne  est  essentielle  sur  les  réseaux  sociaux,  et  notamment   Twitter,  qui  représente  aujourd’hui  la  quintessence  de  l’instantanéité  de  l’information.   Avec  ses  messages  limités  à  140  caractères,  le  réseau  social  lancé  en  2006  apparaît   comme  le  média  direct  par  excellence,  présentant  l’information  brute.  Avec  la  possibilité   de  poster  des  photos,  de  partager  des  liens  URL,  et  maintenant  de  petites  vidéos  Vine   (courtes  séquences  de  9  secondes),  Twitter  se  retrouve  comme  le  point  central  de   l’internet  politique.  Facebook  apparaît  également  comme  crucial,  mais  moins  immédiat.   Il  permet  de  développer  la  couverture  d’un  événement  «  à  froid  ».  Twitter  permet  de   suivre  en  direct,  Facebook  fait  revivre  le  moment  à  travers  une  mise  en  abyme.   Si  la  pratique  des  réseaux  sociaux  est  désormais  essentielle  pour  les  représentants   officiels,  il  en  va  de  même  pour  les  hommes  et  femmes  politiques  qui  cherchent  à   convaincre,  à  rassembler,  mais  surtout  à  intéresser  l’électorat.   Car  c’est  bien  l’intérêt  qui  était  en  jeu  dans  les  élections  européennes  de  2014.  Ces   élections,  qui  depuis  des  années  jouent  le  rôle  de  défouloir  de  l’électorat,  ne  passionnent   pas  les  Français.  Tous  les  moyens  étaient  donc  bons,  au  Parti  socialiste,  pour  atteindre   les  électeurs,  pour  piquer  leur  curiosité,  pour  attirer  leur  attention.     Dans  un  contexte  plus  difficile  que  jamais,  le  PS  a  dû  parler  d’Europe  à  ses   électeurs,  pour  éviter  à  tout  prix  le  vote  sanction  contre  le  Gouvernement  socialiste,  que   l’UMP  et  le  FN  appelaient  de  leurs  vœux.     Dès  le  début  de  la  campagne,  il  a  été  décidé  de  s’appuyer  sur  le  numérique,  avec  le   lancement  d’une  véritable  campagne  digitale,  entièrement  tournée  vers  le  Web.  Sans   oublier  les  moyens  traditionnels  (porte  à  porte,  tractages  et  affichages),  le  PS  a  mis  en   ligne  tout  un  panel  d’outils  pour  les  militants,  mais  a  également  déployé  une  batterie  de   sites  internet  pour  développer  ses  idées,  et  recentrer  l’élection  autour  de  l’enjeu   européen.     Ces  élections  étaient  particulières  pour  le  Parti  socialiste,  mais  pour  l’Europe  en  général.   Le  traité  de  Lisbonne  en  2009  avait  institué  que  le  Conseil  européen  devait  «  prendre  en   compte  le  résultat  des  élections  »  dans  leur  choix  pour  la  nomination  du  président  de  la   Commission  européenne,  et  que  le  Parlement  serait  consulté  pour  approbation  du  choix   du  Conseil.  Ce  traité,  dont  la  formulation  restait  floue,  aurait  pu  n’avoir  aucune  incidence  
  8. 8.   8   sur  la  nomination  du  nouveau  Président  de  la  Commission.  Mais  chaque  parti  européen   a  décidé  de  nominer  un  candidat  unique  qui  le  représenterait  dans  la  course  à  la   Commission.  Martin  Schulz,  président  du  Parlement  européen  à  l’origine  de  cette   initiative,  avait  été  désigné  dès  le  1er  Mars  2014  par  le  Parti  socialiste  européen.  En   politisant  l’attribution  de  ce  poste,  il  était  souhaité  que  la  nomination  du  président  de  la   Commission  ne  fasse  pas  débat  au  lendemain  des  élections.  Les  autre  candidats  étaient   Jean-­‐Claude  Juncker  pour  le  Parti  populaire  européen  (PPE,  auquel  est  affilié  l’UMP)  ;   Guy  Verhofstadt  pour  l’Alliance  des  libéraux  et  démocrates  européens  (ALDE),  dont  le   MoDem  et  l’UDI  sont  maintenant  membres  ;  et  Alexis  Tsipras  pour  la  Gauche  unie   européenne  (GUE).  Les  Verts  avaient  nominés  deux  candidats  :  le  français  José  Bové  et   l’Allemande  Ska  Keller.  Cette  dernière  a  rapidement  été  mise  en  avant  après  ses   excellentes  performances  lors  des  débats  européens.   Cet  aspect  de  la  campagne,  nous  le  verrons,  était  essentiel  pour  le  Parti  socialiste,  qui   souhaitait  faire  campagne  sur  l’Europe,  vanter  les  progrès  de  la  démocratie  européenne   et  faire  du  projet  européen  le  centre  de  son  programme.     Pour  faire  connaître  Martin  Schulz  et  diffuser  ses  propositions,  le  PS  a  misé  sur  le   numérique.  Selon  Fabienne  Greffet,  «  depuis  2009,  le  développement  des  Réseaux   sociaux  en  ligne  et  des  applications  de  ce  qu’il  est  convenu  d’appeler  le  web  2.0  semble   ouvrir  une  nouvelle  phase  des  net-­‐campagnes.  »1  Il  est  certain  que  le  développement   exponentiel  des  réseaux  sociaux  depuis  la  création  de  Facebook  (2004)  et  Twitter   (2006)  leur  a  permis  de  devenir  un  outil  «  impératif  »  explique  Florence  Bonetti,   directrice  de  la  communication  au  Parti  socialiste  :  «  c’est  interactif,  ça  permet  de   toucher  des  gens  différents.  »  Démultiplier  les  publics,  voilà  la  clé  de  la  communication   digitale.     Avec  plus  de  500  millions  d’habitants  et  environ  400  millions  de  votants,  l’Union   européenne  représente  le  second  corps  électoral  le  plus  large  du  monde,  après  l’Inde.  On   comprend  donc  aisément  la  nécessité  de  méthodes  de  communications  à  même   d’atteindre  le  plus  d’électeurs  possible.     Les  élections  européennes  de  2014  ont  montré  une  explosion  de  l’utilisation  du  Web   dans  la  campagne.  A  la  lumière  des  résultats,  on  s’interroge  sur  l’efficacité  des   campagnes  numériques  mises  en  place  par  les  partis  «  républicains  »,  et  notamment  le   Parti  socialiste.  Comment  le  Web  peut-­‐il  être  utilisé  en  politique  ?  Son  impact  fut-­‐il  aussi   important  que  l’ont  espéré  les  dirigeants  du  PS  ?  Quel  a  été  son  incidence  dans  le  débat   européen  ?   Le  PS  a  mis  en  place  une  stratégie  de  campagne  essentiellement  basée  sur  le   numérique.  En  association  avec  l’agence  de  communication  Opérationnelle,  une   plateforme  numérique  interactive  a  été  développée  :  Choisir  Notre  Europe  ;  des  comptes   Twitter  et  Facebook  ont  été  créés  ;  et  le  parti  s’est  efforcé  de  maintenir  une  présence   constante  sur  le  Web.   Inséré  dans  un  paysage  numérique  européen  en  expansion  (I),  le  Parti  socialiste  a  mis  au   point  une  campagne  spécifiquement  tournée  vers  le  numérique  (II).  Au  regard  des   résultats  en  France  et  en  Europe,  l’étude  de  cette  stratégie  implique  nécessairement  une   analyse  critique  (III)  :  Internet  est-­‐il  vraiment  nécessaire  dans  la  construction  d’une   campagne  politique  ?  Quelle  est  la  portée  de  la  stratégie  numérique  par  rapport  à  celle   des  médias  traditionnels  ?  Voilà  les  questions  auxquelles  il  nous  faudra  répondre  pour   compléter  cette  analyse  de  la  campagne  socialiste  numérique.                                                                                                                   1  F.  Greffet,  Continuerlalutte.com,  Les  partis  politiques  sur  le  Web,  Les  Presses  de  Science   Po,  Paris,  2011,  p.41  
  9. 9.   9     1. LA  CAMPAGNE  SOCIALISTE  AU  SEIN  DE  LA  CAMPAGNE   NUMERIQUE  EUROPEENNE     1.1. L’ampleur  de  la  campagne  numérique  européenne   1.1.1. #EP2014  :  quelques  chiffres     Dans  son  article  “La  Communication  politique“,  Jacques  Gerstlé  envisage   «  l’émergence  d’une  production  immatérielle  en  voie  de  supplanter  la  production   matérielle.  »2  Il  est  difficile  de  dire  que  la  production  immatérielle  a  «  supplanté  »  la   production  matérielle,  car  cette  dernière  fut  abondante  durant  la  campagne  européenne   de  2014.  Toutefois,  il  est  presque  impossible  d’obtenir  une  mesure  matérielle  de  la   production  numérique  qu’a  engendrée  cette  campagne.   Il  me  semblait  nécessaire  de  donner  un  aperçu  de  l’ampleur  du  phénomène  numérique   que  la  campagne  a  provoqué.  Sur  Twitter,  la  campagne  a  reçu  un  hashtag  spécial  :   #EP2014  (pour  European  Parliament  2014).  Le  hashtag  est  sans  doute  l’élément  le  plus   important  d’un  tweet.  Il  détermine  le  sujet,  permet  d’apparaître  dans  les  recherches  sur   ce  sujet.  Il  peut  également  permettre  d’afficher  son  soutien  à  un  candidat,  comme  nous   le  verrons  avec  les  hashtag  #NowSchulz  ou  #WithJuncker.  Le  hashtag  #EP2014  était  le   signe  sur  Twitter  d’un  avis  sur  l’élection,  de  la  publication  d’un  article  sur  l’élection,   d’une  déclaration  en  rapport  avec  l’élection.   Pour  donner  une  idée  de  l’ampleur  de  la  production  immatérielle  rien  que  sur  le  réseau   social  Twitter,  j’ai  établi  quelques  graphiques  pour  montrer  l’évolution  du  hashtag   #EP2014.     954  724,  ce  graphique  établi  au  matin  du  26  mai  nous  dit  qu’entre  le  26  avril  et  le  26   mai,  pas  moins  de  954  724  tweets  avec  la  mention  #EP2014  ont  été  envoyés.  Près  d’un   million  de  messages  ont  été  publiés  sur  le  réseau  social  Twitter  en  un  moins  au  sujet  des   élections  européennes.                                                                                                                               2  Jacques  Gerstlé,  «  La  Communication  politique  »,  Encyclopaedia  Universalis,  2006,  p.1  
  10. 10.   10   Comme  on  le  voit,  le  25  mai  2014,  jour  d’élection,  fut  le  plus  prolifique.  Il  est  intéressant   de  noter  que,  sur  cette  courbe,  toute  la  période  qui  semble  afficher  une  activité   extrêmement  faible  est  à  relativiser.  Les  légères  augmentations  que  l’on  constate  du  15   et  au  22  mai  sont  en  réalité  des  pics  extrêmement  forts,  correspondant  tout  d’abord  à  la   tenue  du  débat  européen  entre  les  candidats  à  la  Commission,  qui  a  généré  près  de  100   000  tweets,  puis  au  début  du  vote  européen,  au  Royaume  Uni.       Néanmoins,  rien  que  le  25  mai,  412  339  tweets  ont  été  postés  contenant  la  mention   #EP2014.  Soit  une  moyenne  de  près  de  5  tweets  par  seconde  si  on  suppose  qu’ils  ont  été   produits  en  24h.  C’est  pourquoi  la  courbe  apparaît  si  basse  au  début.       Beaucoup  d’autres  hashtags  ont  été  utilisés  pendant  la  campagne.  Certains   étaient  mis  en  place  par  les  organisateurs  d’un  événement  médiatique,  pour  que  tous  les   twittos  qui  désiraient  en  parler  puissent  se  retrouver  :  #TellEurope  (Débat  européen,  15   mai),  #DPDA  (Des  Paroles  et  Des  Actes,  22  mai)  ;  d’autres  ont  été  lancés  par  des  partis   pour  indiquer  un  soutien  :  #Guy4Europe,  #NowSchulz,  #WithJuncker  ;  et  d’autres  ont  été   créés  par  des  organisations  pour  indiquer  un  soutien  à  une  cause  :  #HumanFirst  par   exemple  était  présent  dans  de  nombreux  tweets  demandant  aux  candidats  de  signer  une   charte  pour  une  politique  plus  humaine.     Les  hashtags  de  soutien  était  un  excellent  moyen  de  mesurer  la  popularité  des  candidats   sur  Twitter.  Sur  le  graphique  suivant,  on  observe  un  pic  de  participation  le  15  mai,  lors   du  grand  débat  européen.  On  constate  aussi  que  Jean-­‐Claude  Juncker,  candidat  du  Parti   populaire  européen,  a  reçu  beaucoup  plus  de  soutien  le  25  mai  que  ses  opposants.             La  campagne  a  également  montré  un  excellent  exemple  de  Bad  Buzz,  un   emballement  négatif,  autour  d’un  hashtag  :  #WhyImVotingUkip.  Ce  hashtag  a  été  lancé   par  le  UK  Independance  Party  (UKIP),  parti  nationaliste  eurosceptique  britannique,  deux   jours  avant  le  début  du  vote  en  Angleterre.  Il  a  rapidement  été  détourné  avec  humour   par  les  twittos  britanniques.  Il  est  même  devenu  viral  et  a  atteint  plus  de  180  000   occurrences  en  deux  jours.      
  11. 11.   11       Selon  une  étude  réalisée  à  l’automne  2013  par  le  Centre  de  Recherche  du   Parlement  Européen3,  56%  des  européens  déclarent  utiliser  internet  tous  les  jours,  et   70%  déclarent  l’utiliser  au  moins  une  fois  par  semaine.  Comme  on  peut  s’y  attendre,  les   jeunes  sont  le  public  le  plus  présent  sur  internet,  puisque  87%  de  jeunes  européens  (15-­‐ 24  ans)  déclarent  utiliser  internet  tous  les  jours  ou  presque.       Il  était  donc  nécessaire  pour  les  candidats  européens  d’apparaître  présents  sur  le  Web,   notamment  pour  toucher  les  jeunes,  population  massivement  abstentionniste.     1.1.2. Les  candidats  européens  sur  le  Web     L’une  des  difficultés  de  l’élection  européenne  a  toujours  été  l’incarnation  de   l’élection.  Dans  chaque  élection  présidentielle,  législative  ou  municipale,  on  vote  pour  un   candidat.  Viviane  Serfaty  nous  explique  que  «  la  représentation  du  corps  du  candidat  est   le  point  de  repère  de  l’ensemble  du  dispositif  »4  électoral.  Le  corps  du  candidat  acquiert   une  signification  politique,  qui  culmine  au  moment  de  la  Présidentielle.  C’est  par  lui  que   transitent  un  ensemble  de  symboles  politiques.  Pierre  Bourdieu,  en  1980,  mettait  en   avant  «  la  vertu  de  l’incorporation,  qui  exploite  la  capacité  du  corps  à  prendre  au  sérieux   la  magie  performative  du  social.  »5  Cette  notion  d’incarnation  du  pouvoir  remonte  même   à  1956,  avec  l’essai  d’Ernst  Kantorowicz  sur  les  deux  corps  du  roi,  dont  nous  voyons   apparaitre  ici  une  version  laïcisée.     Les  élections  européennes  n’ont  jamais  vraiment  été  incarnées.  Bien  sûr,  chaque  région   affiche  des  têtes  de  listes,  mais  les  campagnes  sont  plus  souvent  menées  nationalement.   On  demande  aux  électeurs  de  voter  pour  un  projet,  ou  une  idée  européenne  ou   nationale,  comme  ce  fut  le  cas  durant  cette  élection.  Avec  l’apport  du  Traité  de  Lisbonne,   les  partis  européens  avaient  une  chance  de  nommer  un  candidat  pour  incarner  le  projet.   C’est  ce  qui  a  été  fait  avec  les  candidats  à  la  présidence  de  la  Commission  européenne.     Chacun  a  du  se  faire  connaître  au  niveau  européen.  Le  numérique  a  été  particulièrement   utile  pour  cela  puisqu’il  permet  de  lever  «  les  contraintes  physiques  de  temps  et   d’espace  »6,  et  nous  rapproche  inexorablement  du  «  village  global  »  que  Marshall   McLuhan  prédisait  en  19647.  Sur  Internet,  et  principalement  sur  les  réseaux  sociaux,  les                                                                                                                   3  Media  Use  in  the  EU,  report  for  the  European  Commission,  Autumn  2013   4  Viviane  Serfaty,  «  Présidentielles  aux  Etats-­‐Unis  :  la  communication  politique  au  prisme   de  l’internet  (1996-­‐2008)  »,  Questions  de  communication,  2009,  15,  pp.367-­‐382,  p.10   5  Pierre  Bourdieu,  Questions  de  sociologie,  Paris,  Les  Editions  de  Minuit,  coll.   «  Documents  »,  1980,  p.117   6  Jacques  Gerstlé,  ibid.,  p.1   7  Marshall  McLuhan,  Understanding  Media,  McGraw-­‐Hill,  New  York,  1964  
  12. 12.   12   candidats  se  sont  affichés,  ont  commenté  l’actualité,  ont  partagé  leurs  articles,  leurs   discours,  leurs  activités.  Martin  Schulz  a  unanimement  été  salué  pour  son  utilisation  des   réseaux  sociaux,  qui  faisaient  partie  à  part  entière  de  la  stratégie  socialiste.  Il  a  d’ailleurs   été  le  candidat  le  plus  mentionné  sur  Twitter  tout  au  long  de  la  campagne.             Les  socialistes  européens  ont  mobilisés  des  milliers  de  e-­‐militants,  pour  répandre   le  message  de  Martin  Schulz  sur  le  Web.  En  France,  le  Parti  socialiste  a  aussi  augmenté   sa  présence  sur  les  réseaux  sociaux,  à  travers  le  compte  officiel  du  parti,  mais  également   à  travers  le  compte  «  Choisir  Notre  Europe  »  (@PS_EP2014),  qui  représentait  la   campagne  socialiste  sur  le  réseau  Twitter.  Gérard  Obadia,  directeur  associé  de  l’agence   Opérationnelle,  interrogé  sur  la  stratégie  socialiste,  confirme  la  nécessité  d’une  présence   constante  :  «  Il  n’y  a  pas  eu  une  seule  manifestation  médiatique  en  France  qui  n’ait  pas   été  twittée.  »     La  présence  des  candidats  européens  sur  le  web  était  essentielle.  Les  montrer,  les  faire   connaître,  expliquer  leur  rôle  dans  l’élection,  tout  cela  était  l’objectif  des  partis   européens.  Il  était  nécessaire  d’expliciter  ce  rôle  et  l’enjeu  de  la  nomination  du  président   de  la  Commission  européenne.  Le  bras  de  fer  attendu  entre  le  Conseil  européen,  qui   refusait  le  contrôle  du  Parlement  sur  cette  nomination,  et  les  partis  européens,  qui   désiraient  avoir  un  rôle  crucial  à  jouer  dans  cette  nomination,  rendait  impératif  une   bonne  explication  de  cette  nouveauté  durant  la  campagne.  Une  hausse  de  la   participation  aurait  renforcé  le  Parlement  dans  son  rôle  de  représentant  de  la   démocratie  européenne.  La  faible  participation  a  finalement  permis  au  Conseil  européen   d’échapper  à  l’imposition  d’un  candidat  par  une  majorité  parlementaire.     Le  Parlement  a  d’ailleurs  conduit  des  recherches  sur  les  effets  des  réseaux   sociaux  sur  l’électorat.  Ron  Davies,  dans  un  rapport  intitulé  Social  media  in  election   campaigning  paru  le  21  mars  2014  explique  que  «  les  médias  sociaux  peuvent  être   utilisés  par  les  gouvernements  pour  impliquer  les  citoyens  dans  les  processus  de   décision,  et  par  la  société  civil  pour  interpeler  les  gens  sur  des  enjeux  spécifiques.  »  Il  
  13. 13.   13   ajoute  que  ces  médias  peuvent  également  servir  à  «  élargir  la  participation  politique  »8   en  créant  un  lien  entre  le  peuple  et  ses  représentants.       Dans  cette  campagne,  le  numérique  était  l’outil  privilégié  de  la  démocratie  européenne.   Cette  idée  d’un  peuple  souverain  européen,  qui  a  tant  de  mal  à  s’imposer,  était  visible   sur  le  Web  aux  moments  cruciaux  de  la  campagne.  Lorsqu’un  grand  nombre  de  Twittos   réagissaient  au  même  moment  sur  un  événement  ou  un  enjeu  européen,  émergeait  le   sens  d’une  communauté  européenne.  Ce  n’est  pas  la  campagne  officielle,  ni  celle   présente  dans  les  médias  traditionnels  qui  aurait  pu  faire  progresser  l’idée  d’Europe.   Centrée  sur  les  enjeux  nationaux,  en  France  mais  également  dans  d’autres  pays,  cette   campagne  ne  fut  européenne  que  grâce  au  Web.     Les  candidats  à  la  tête  de  la  Commission  européenne  ont  donc  investi  le  Web  et  les   réseaux  sociaux.  Jean-­‐Claude  Juncker  et  Martin  Schulz  ont  utilisé  des  tweets  sponsorisés,   les  Verts  ont  mis  en  place  de  nouveaux  sites  internet,  des  pages  Facebook,  des  blogs  et   des  plateformes  numériques.  Tous  les  espaces  d’expression  sur  la  toile  ont  été  explorés.     1.1.3. Les  plateformes  d’action       Non  seulement  les  candidats  ont  investi  le  Web,  mais  ils  ont  accompagné  son   évolution.  Le  design  très  épuré  de  la  plupart  des  sites  de  campagne  a  laissé  apparaître   une  volonté  de  coller  aux  codes  en  vigueur  sur  le  Web  actuellement.  Les  Verts   européens,  avec  leur  site  de  campagne9,  se  sont  montrés  à  la  pointe  de  la  dernière  mode   en  web  design.  L’utilisation  du  défilement  parallaxe,  très  utilisé  dans  les  jeux  vidéos,   mais  encore  peu  répandu  sur  le  Web   leur  a  donné  l’opportunité  de  construire   un  site  extrêmement  bien  pensé,  dont  le   message  évolue  au  fur  et  à  mesure  que   l’on  fait  défiler  la  page.  Modernité  et   écologie,  montrer  que  leurs  idées   étaient  celles  de  l’avenir,  tel  était  le   message  du  site  des  Verts  européens.  Le   site  en  soi  envoyait  un  message   politique,  auquel  s’ajoutait  le  contenu.       Le  Parti  socialiste  européen  a  également  lancé  plusieurs  sites  internet.  Le  principal  était   destiné  à  faire  connaître  Martin  Schulz10.  Doté  d’un  design  beaucoup  plus  classique  que   celui  des  Verts,  cette  plateforme  avait  pour  but  de  mettre  en  avant  le  candidat  socialiste,   de  montrer  son  parcours  atypique,  d’expliquer  son  projet,  son  idée  du  rôle  de  la   Commission  européenne.       Mais  les  réseaux  sociaux  étaient  les  outils  les  plus  utilisés.  Comme  nous  l’avons   vu,  le  Parlement  européen,  à  travers  un  rapport  de  recherche,  encourage  les  candidats  à   utiliser  les  réseaux  sociaux.  Ils  permettent  de  «  court-­‐circuiter  les  filtres  médiatiques  »                                                                                                                   8  R.  Davies,  Social  media  in  election  campaigning,  European  Parliament  Research  service,   2014   9  http://www.greens2014.eu/   10  http://www.martin-­‐schulz.eu  
  14. 14.   14   et  peuvent  «  augmenter  l’attrait  personnel  d’un  candidat  »11  Ces  réseaux  sont  donc   largement  utilisés  comme  médias,  pour  faire  passer  des  messages,  ou  pour  partager  les   nouvelles  plateformes  mises  en  place  par  les  partis.  Mais  les  partis  ne  sont  évidemment   pas  les  seuls  à  utiliser  ces  réseaux,  qui  sont  devenu  l’outil  essentiel  du  cyber-­‐militant.         Les  eurosceptiques  ont  investi  le  Web  de  manière  impressionnante.  Les  partis  extrêmes   ont  toujours  été  très  forts  sur  le  Web.  Comme  le  rappelle  Fabienne  Greffet,  en  France,  le   Front  National  fut  le  premier  parti  à  disposer  d’un  site  internet,  justifié  par  la  nécessité   de  pouvoir  diffuser  leurs  idées  sans  dépendre  des  médias  traditionnels.  Dans  cette   campagne  européenne  de  2014,  le  FN  a  tenté  le  lancement  d’un  réseau  social  :   lespatriotes.net.               Ce  réseau  social  lancé  discrètement  par  le  FN  le  13  mai  2014  était  destiné  à  accueillir  les   militants  frontistes  et  leurs  actions.  Le  réseau  était  basé  sur  un  système  de  point.  On   pouvait  gagner  des  points  en  apportant  la  preuve  d’une  action  militante  hors  ligne,  mais   également  en  postant  des  photos,  des  vidéos,  et  en  invitant  des  amis  à  rejoindre  le   réseau.  En  mettant  en  compétition  ses  militants,  le  FN  offrait  la  possibilité  d’être   reconnu  par  les  institutions  du  parti  comme  un  activiste  de  valeur.  Le  concept  était  très   bien  trouvé  et  pouvait  leur  laisser  espérer  une  recrudescence  des  activités  militantes   pour  le  Front.  Mais  la  discrétion  du  lancement  n’a  pas  suffit,  deux  jours  après  le   lancement,  le  site  avait  déjà  été  mis  à  bas  par  des  trolls,  des  hackers,  qui  ont  pollué  la   page  et  forcé  les  administrateurs  du  site  à  fermer  la  plateforme.  Le  site  fut  relancé  le  21   mai,  mais  la  campagne  touchait  à  sa  fin.                                                                                                                       11  Ron  Davies,  ibid.  
  15. 15.   15   Internet  offrait  bien  d’autres  moyens  de  faire  campagne.  Les  partis  ont   effectivement  lancé  leurs  plateformes,  mais  ont  également  utilisé  celles  qui  étaient  déjà   présentes  :  les  pure  players,  comme  le  Huffington  Post  ou  Slate.  Ces  sites  offrent  des   espaces  de  publication  à  des  personnes  privées  ou  publiques.  Pervenche  Bérès  et  Alain   Lamassoure,  respectivement  têtes  de  listes  PS  et  UMP  en  Ile  de  France,  par  exemple,  ont   chacun  publié  une  tribune  dans  le  Huffington  Post  à  l’occasion  de  la  journée  de  l’Europe,   le  9  mai,  célébrant  l’anniversaire  de  la  déclaration  de  Robert  Schuman,  en  1950,  qui   fonda  la  CECA  (Communauté  Economique  du  Charbon  et  de  l’Acier).     Les  plateformes  vidéos,  comme  Youtube  ou  Dailymotion,  ont  également  été  utilisées.  Le   PS  est  très  actif  sur  le  second,  qui  héberge  toutes  les  vidéos  mises  en  ligne  par  le  parti,  et   notamment  celles  présentes  sur  le  site  du  parti.  La  grande  tentation  de  ces  espaces   d’expression  est  de  faire  le  buzz,  de  voir  un  message  provoquer  un  emballement  et  se   transformer  en  message  viral,  qui  se  propage  sur  la  toile  à  très  grande  vitesse.   Dailymotion  a  été  l’espace  utilisé  par  le  Front  de  Gauche  pour  leur  campagne  contre  le   traité  transatlantique  (TAFTA).  Avec  des  vidéos  décalées  de  poulets  géants  pour   dénoncer  l’arrivée  de  poulets  traités  au  chlore  après  la  signature  du  traité,  le  parti  de   Jean-­‐Luc  Mélenchon  n’a  pas  réussi  à  faire  le  buzz  espéré.  Avec  seulement  15  245  vues  en   un  mois,  les  vidéos  n’ont  pas  été  partagées  autant  qu’ils  l’espéraient.       Blogs  personnels,  Tumblr,  Instagram,  tous  les  outils  de  partage  de  contenu,  de   texte,  de  vidéos,  de  photos,  tout  est  bon  pour  être  visible  sur  le  Web.  De  nombreux   acteurs  étaient  présents  dans  cette  campagne  numérique,  et  ils  étaient  prêts  à  utiliser   tous  les  outils  à  leur  disposition  pour  faire  passer  leur  message.     1.2. Les  acteurs  de  la  campagne   1.2.1. Les  acteurs  institutionnels       Le  démarrage  de  la  campagne  officielle  en   France  était  extrêmement  tardif.  Elle  se  déroulait  du   12  au  23  mai  2014  :  onze  jours  de  campagne.  C’est   pourquoi  les  campagnes  d’appels  au  vote  ont  été   très  faibles  en  France.  Mises  à  part  quelques  affiches   que  l’on  a  vu  fleurir  dans  le  métro  parisien  à   quelques  jours  du  scrutin,  les  acteurs  institutionnels   français  n’ont  pas  joué  leur  rôle  d’information,   d’encouragement  à  la  participation,  que  ce  soit  sur   les  terrains  traditionnels,  ou  sur  le  Net.       Le  Parlement  européen,  pour  sa  part,  a  été  très  actif.   De  nombreuses  campagnes  ont  été  lancées,  leur  site   internet,  très  complet,  regorgeait  d’interviews,  de   reportages,  d’infographies  sur  les  institutions   européennes,  le  vote  de  2014,  et  les  enjeux  de   l’élection.      
  16. 16.   16   Comment  voter  ?,  Où  voter  ?,  Pourquoi  voter  ?,  chaque  question  avait  une  réponse  sur  le   site  du  Parlement  européen,  qui  a  investi  énormément  de  temps  et  d’argent  dans  la   campagne  de  2014.  Le  slogan  “Act,  React,  Impact“  était  présent  sur  toutes  les  pages,  et   chacune  de  ses  pages  regorgeait  d’informations.  Dans  chaque  catégories,  on  trouvait  au   moins  dix  vidéos,  des  appels  au  vote  de  personnalités  ou  simplement  de  citoyens   européens.       Le  site  La  machine  à  remonter  le  temps12   permettait  d’apercevoir  certaines   évolutions  de  la  société  entre  1979  et   2014,  et  le  rôle  de  l’Europe  dans  ces   évolutions.  Cette  application  mise  en   ligne  le  6  mai  2014  n’était  qu’un  des   nombreux  outils  développés  sur  le  Web   par  le  Parlement,  elle  était  disponible  en   24  langues.     Les  institutions  européennes  ont  également  élaboré  un  kit  militant,  permettant   d’afficher  son  soutien  aux  élections  de  2014  sur  les  réseaux  sociaux.  Pour  cela,  le   Parlement  a  utilisé  l’outil  Thunderclap  :  une  plateforme  qui  permet  de  créer  un  paquet   de  messages  à  poster  sur  les  réseaux  sociaux.  L’application  peut  poster  des  tweets  ou   des  messages  Facebook  via  les  comptes  de  ceux  qui  se  sont  inscrits.  Ceux  qui   s’inscrivaient  sur  celui  du  Parlement  devenaient  «  ambassadeurs  de  l’élection  ».  Le   Tunderclap  donnait  accès  à  de  nombreux  outils,  infographies,  articles,  ou  vidéos  mises   en  ligne  par  le  Parlement  pour  les  poster  sur  les  réseaux.  Près  de  60  000  personnes  se   sont  inscrites.  Le  PPE  a  également  utilisé  cet  outil  pour  encourager  ses  militants.         Mais  le  Parlement  n’est  pas  la  seule  institution  efficace  sur  le  Web.  Plusieurs  pays   ont  lancé  des  campagnes  d’appel  au  vote  sur  le  net  qui  ont  eu  de  l’impact.  Nous   mentionnons  précédemment  l’éventualité  d’un  buzz,  c’est  ce  qui  s’est  passé  avec  la  vidéo   produite  par  les  institutions  danoises.  La  vidéo  Voteman  a  été  vue  presque  135  000  fois   (uniquement  sur  Youtube).  Son  caractère  choquant  fut  la  clé  de  son  succès  :  du  sexe,  de   la  violence,  et  un  super  héro  décalé,  tout  ce  dont  le  Web  raffole.  La  vidéo  a  été  retirée  de   la  campagne  officielle  le  jour  même  de  sa  sortie,  après  une  levée  de  bouclier  de   nombreuses  associations,  mais  le  net  s’en  était  déjà  emparée.       Quand  on  analyse  ce  buzz,  on  voit  donc  ce  que  le  Web  aime,  comment  il  réagit,  ce  qui   intéresse  les  internautes,  ce  qui  les  attire.  Cela  peut  amener  une  critique  de  l’utilisation   du  Web  en  politique.  Mis  en  opposition  avec  tous  les  outils  du  Parlement  européen,  on   en  vient  à  douter  de  l’utilité  politique  de  l’outil  numérique.  Le  Web  est  une  plateforme   efficace,  certes,  mais  ce  qui  plait  au  Web  ce  n’est  pas  la  politique,  c’est  l’humour,  le   choquant,  le  décalé.  Jacques  Gerstlé  explique  que  la  tentative  par  l’information   d’inclusion  croissante  dans  la  citoyenneté  appelle  «  l’égale  participation  de  tous  les   citoyens  au  raisonnement  public  pour  résoudre  les  problèmes  relevant  du  choix   collectif.  »13  Cette  conception  basée  sur  l’idéal  kantien  d’exercice  de  la  raison  semble                                                                                                                   12   http://www.europarl.europa.eu/ep_products/infographics/timemachine/index_fr.html   13  J.  Gesrtlé,  Ibid.,  p.2  
  17. 17.   17   bien  optimiste  sur  le  Web.  On  suppose  que  les  citoyens  connectés  sont  suffisamment   intéressés  par  la  chose  publique  pour  prendre  le  temps  de  participer,  donc  de  s’informer   au  maximum.  Le  buzz  est  la  représentation  idéale  de  ce  qui  fonctionne  sur  le  Web,  et  ce   ne  sont  pas  les  infographies  du  Parlement  européen.       Les  longs  argumentaires,  les  chiffres  compliqués,  et  les  raisonnements  nuancés   ne  sont  pas  le  matériel  idéal  pour  le  Web.  C’est  l’une  des  raisons  qui  expliquent  que,   parmi  les  acteurs  politiques  présents  sur  le  Web  durant  cette  campagne,  les  extrêmes   soient  omniprésents.  (Annexe  1)     1.2.2. Les  acteurs  politiques     Rien  qu’en  Ile  de  France,  on  dénombrait  31  listes  présentant  des  candidats  aux   élections  européennes.  Le  scrutin  européen,  vote  délaissé  par  l’électorat,  est  l’occasion   pour  chacun  de  faire  entendre  sa  voix.  Certains  partis  ont  critiqué  les  médias   traditionnels  pour  n’avoir  laissé  que  très  peu  de  place  aux  petits  partis,  aux  formations   marginales.  Pour  ces  formations,  le  Web  est  le  meilleur  outil  de  communication  qui  soit.   C’est  également  un  très  bon  support  pour  les  extrêmes,  qui  se  disent  aussi  délaissés  par   les  médias,  ou  qui  dénonce  l’acharnement  contre  leurs  idées.       Ce  fut  le  cas  de  l’UPR  (Union  populaire  républicaine),  petit  parti  fondé  en  2007  par   François  Asselineau.  Dans  ce  parti,  la  figure  du  chef  semble  dominer  tout  le  reste.  Le   fondateur,  diplômé  d’HEC  et  de  l’ENA,  fait  figure  de  caution  intellectuelle.  Son   programme  pour  les  élections  européennes  de  2014  :  sortir  de  l’Union  européenne.   Absent  des  médias,  la  campagne  sur  internet  a  été  menée  sans  relâche  par  l’UPR.  Leur   site,  plateforme  centrale  de  la  campagne,  est  la  principale  source  de  revenu,  puisque  des   fenêtres  pop-­‐up  (qui  s’ouvrent  automatiquement)  reviennent  régulièrement  pour   proposer  de  faire  un  don  à  la  campagne.  Le  20  avril,  le  parti  avait  récolté  158  000  euros.   Leur  présence  sur  Twitter  était  également  impressionnante.  Souvent,  le  même  tweet   était  renvoyé  vingt  fois  dans  une  journée  par  vingt  personnes  différentes.  Des  liens  vers   des  vidéos  de  François  Asselineau  dénonçant  les  mensonges  médiatiques  sur  l’Europe,   des  articles  de  François  Asselineau  sur  la  fondation  douteuse  de  l’Union  européenne,   tout  était  présent  sur  Twitter.  Et  leur  assiduité  sur  le  Web  est  remarquable,  on  les  trouve   sur  les  forums,  dans  les  commentaires  d’articles  des  médias  généralistes  et  spécialisés,   sur  les  sites  de  droite  comme  de  gauche,  on  peut  trouver  un  commentaire  donnant  un   lien  vers  le  site  de  l’UPR.     Les  partis  dits  “républicains“  ont  également  été  présents,  comme  nous  l’avons  vu,  sur  les   différents  espaces  numériques.  La  liste  UDI/MoDem  a  choisi  comme  nom  «  Les   Européens  »  durant  la  campagne,  et  a  lancé  plusieurs  initiatives  timides  sur  les  réseaux   sociaux.  Mais  leur  effort  fut  de  toute  façon  plus  prononcé  que  celui  de  l’UMP  dont  la   campagne  européenne  fut  très  réduite.  Le  compte  “UMP  Europe  2014“  sur  Twitter,   inscrit  en  2012,  n’a  publié  que  726  tweets,  et  reçu  760  abonnés.  En  comparaison,  le   compte  “Choisir  Notre  Europe“  (@PS_EP2014)  avait  près  de  2  200  abonnés,  et  celui  des   “Européens“  (@Les_Européens)  en  comptait  3  500.     La  campagne  numérique  de  l’UMP  s’est  limitée  à  la  communication  des  personnalités   politiques.  Alain  Lamassoure,  tête  de  liste  en  Ile  de  France,  a  fait  beaucoup  d’efforts  pour   diffuser  son  message  sur  le  Net.  Le  principal  problème  fut  qu’il  différait  du  message  de  
  18. 18.   18   nombre  de  ses  collègues.  Nadine  Morano  fut  aussi  très  présente,  en  tant  que  tête  de  liste   dans  l’Est.  Les  têtes  de  liste  socialistes,  en  plus  de  la  communication  du  Parti,  ont  été  très   actives,  notamment  Pervenche  Bérès,  tête  de  liste  Ile  de  France,  qui  compte  3  329   abonnés.  Virginie  Rozière,  tête  de  liste  dans  le  Sud-­‐Ouest,  et  seule  représentante  du  PRG   (Parti  radical  de  Gauche)  comme  tête  de  liste  affiliée  PS  a  aussi  beaucoup  communiqué   sur  son  message,  et  les  quelques  différences  qu’il  présentait  avec  celui  des  socialistes.       Mais  en  France,  hormis  l’UPR,  dont  le  volume  de  tweets  par  rapport  au  nombre   d’électeurs  qu’il  représente  est  hors  norme,  c’est  le  Front  National  qui  est  le  plus  présent   sur  les  réseaux  sociaux.  Dès  les  années  1990,  le  FN  a  compris  l’intérêt  de  l’outil   numérique  et  s’en  est  servi.  Les  militants  du  Front  sont  virulents  sur  la  toile.  Il  est   devenu  possible  de  s’apercevoir  de  leur  nombre  d’un  coup  d’œil  lorsque  le  FN  a   demandé  à  tous  ses  twittos  de  mettre  en  photo  de  profil  le  sigle  du  FN  pour  les  élections   européennes.  L’effet  a  été  immédiat,  le  fil  Twitter  était  envahi  de  flammes  aux  couleurs   bleu,  blanc,  rouge.  En  terme  de  visibilité,  au  sens  premier  du  terme,  l’idée  était   excellente.  Jacques  Gerstlé  considère  que,  jusqu’aux  années  1950,  se  tenait  la  période   «  pré-­‐moderne  »  de  la  communication  politique.  Il  cite  alors  Michel  Offerlé  qui  en  1993   affirmait  que  durant  ce  temps,  l’essentiel  était  de  «  tenir  les  murs  »14  puisque  la   communication  politique  était  principalement  limitée  aux  affiches,  aux  placards.   «  Aujourd’hui,  et  dans  le  futur,  il  s’agira  de  tenir  la  toile.  Lorsqu’on  interroge  cet  enjeu,   c’est  l’extrême  droite  qui  “tient“  l’espace  numérique.  »15  Cette  affirmation  est  encore   vraie  aujourd’hui,  et  s’explique  assez  facilement  lorsqu’on  considère  que  «  le  web   constitue  pour  le  FN  non  pas  un  outil  supplémentaire  de  diffusion,  mais  un  instrument   qui  occupe  une  place  centrale  dans  son  dispositif  de   communication.  »16     Dans  le  reste  de  l’Europe,  le  UKIP  a  fait  preuve  d’une   remarquable  constance  sur  les  réseaux  sociaux.  Le  22  mai,  jour   de  vote  au  Royaume  Uni,  le  compte  @UKIP  a  été  mentionné   près  de  11  000  fois,  tandis  qu’environ  6  000  tweets   contenaient  une  mention  du  compte  @Nigel_Farage,  le  leader   du  parti.  Farage  a  également  utilisé  le  Web  pour  répondre  aux   nombreuses  polémiques  et  accusations  de  racisme  qui  ont   touché  son  parti  durant  ce  mois  de  campagne  européenne.       Après  des  propos  plus  que  tendancieux  à  l’encontre  de   Roumains  qui  viendraient  s’installer  à  côté  de  chez  lui,  Nigel   Farage  a  dû  réagir  par  une  lettre  ouverte  au  peuple   britannique,  massivement  diffusée  sur  les  réseaux  sociaux.  De   nombreuses  critiques  ont  également  émergé  sur  le  Web  après   une  campagne  d’affichage  UKIP.  Avec  ces  critiques,  on  observe   un  des  effets  les  plus  marquant  du  Web  sur  la  campagne  que  je   qualifierais  de  “caisse  de  résonnance“.  Le  Web  crée  peu  de   produit  de  campagne  en  soi,  mais  est  très  présent  lorsqu’il                                                                                                                   14  M.  Offerlé,  Un  homme,  une  voix  ?  Histoire  du  suffrage  universel,  Paris,  Gallimard,  1993   15  J.  Gerstlé,  La  communication  politique,  Paris,  Armand  Colin,  2013  (ed.  orig.  2004),   p.116   16  F.  Greffet,  Ibid.,  p.151  
  19. 19.   19   s’agit  de  commenter,  de  diffuser  des  actes  de  campagne  hors  ligne  (débats,  affichages,   discours…).  C’est  sur  cet  effet  «  caisse  de  résonnance  »  que  comptent  les  partis   politiques  qui  tweetent  un  événement  en  direct.  Mais  c’est  également  de  cet  effet  là  que   les  autres  acteurs  de  la  campagne  souhaitent  profiter  :  organisations,  mouvements   civiques  ou  même  citoyens  isolés.     1.2.3. Les  mouvements  et  acteurs  de  la  société  civile     Marc  Abélès  affirme  que  «  le  sentiment  qu’il  est  possible  de  se  faire  entendre  d’un   grand  nombre  lorsqu’on  délivre  son  message  sur  le  réseau  crée  une  véritable  ivresse.  »17   C’est  cette  ivresse  qui  anime  la  plupart  des  individus  isolés  sur  Twitter.  En  effet,   lorsqu’on  partage  un  lien,  lorsqu’on  commente  un  débat  ou  un  fait  d’actualité,  ou  même   lorsqu’on  insulte  une  personnalité  sur  le  réseau,  on  a  l’impression  que  cette   participation  peut  être  vue  et  reprise.  Un  retweet  offre  une  sensation  de  satisfaction,   vingt  retweets  amènent  un  sentiment  de  fierté,  dix  nouveaux  abonnés  font  sauter  au   plafond.  Chacun  veut  partager  son  point  de  vue,  avoir  l’impression  que  quelques   personnes  sont  intéressées  par  ce  qu’il  ou  elle  a  à  dire.  Se  sentir  écouté,  être  reconnu,  et   peut  être  même  admiré,  voilà  l’objectif  principal  de  l’affichage  de  ses  opinions  sur  les   réseaux  sociaux.  C’est  le  même  mécanisme  qui  fait  poster  de  belles  photos  de  soi  sur   Facebook  ou  sur  Instagram.     Au-­‐delà  de  cet  objectif  de  satisfaction,  il  y  a  aussi  l’intérêt  pour  la  campagne,  pour  un   parti,  un  engagement  militant.  Ceux-­‐là  apparaissent  comme  commentateurs  de  la  vie   politique  régulière  et  des  évènements  exceptionnels.  On  croise  aussi  des  indifférents,   dont  certains  qui  envoient  un  tweet,  le  jour  du  vote,  pour  dire  qu’ils  ne  savent  pas  quoi   voter,  ou  marquer  l’occasion  de  leur  premier  vote.         -­‐  -­‐  -­‐  -­‐  -­‐  -­‐  -­‐         Il  y  a  aussi  les  mouvements  civils,  les  défendeurs  d’une  cause  qui  souhaiteraient  voir   leur  sujet  prendre  une  place  de  premier  plan  dans  la  campagne.  Ces  organisations   envoient  des  tweets  aux  personnalités  politiques  pour  les  faire  réagir  sur  certains  sujets.   J’ai  remarqué  certains  qui  revenaient  particulièrement  souvent.  De  grandes  campagnes   de  tweet  spamming  ont  été  lancées  par  des  associations  de  Droits  de  l’Enfant,  demandant   aux  candidats  de  signer  une  charte,  avec  le  hashtag  #ChildRightsFirst.  Mais  ce  ne  sont   pas  les  seuls  à  avoir  épuisé  ce  sujet,  puisque  le  mouvement  “Manif  pour  Tous“  a  aussi   lancé  une  charte  qu’elle  a  demandé  aux  candidats  de  signer.  Christine  Boutin  et  ses   colistiers  de  ‘Force  Vie“  ont  tous  signé,  mais  la  charte  n’a  eu  qu’un  effet  limité,  seuls  23                                                                                                                   17  F.  Greffet,  Ibid.,  p.67  
  20. 20.   20   élus  ont  signé  le  texte  “Europe  For  Family“,  parmi  eux,  on  trouve  principalement  des   élus  FN,  et  quelques  personnalités  de  l’UMP.       La  société  civile  voit  aussi  l’implication  de  blogueurs,  d’intervenants,  parfois  des   intellectuels,  qui  donnent  leur  avis.  Parmi  les  plus  fréquents,  on  rencontre  le  britannique   Jon  Worth,  ou  encore  le  propriétaire  du  blog  Marco  Recorder.  Ces  deux  spécialistes  des   médias  sociaux  se  sont  beaucoup  impliqués  dans  la  campagne.       Jon  Worth  est  sans  doute  le  plus  actif,  et  le  plus  influent.  Son  compte  Twitter  en  est  une   bonne  indication,  inscrit  depuis  2008,  il  a  envoyé  plus  de  51  000  tweets  et  totalise  11   300  abonnés.  C’est  bien  plus  que  de  nombreux  députés  européens.  Défenseur  acharné   de  l’Union  européenne,  il  fut  l’une  des  voix  les  plus  influentes  de  la  lutte  pro-­‐Europe  de   cette  campagne  de  2014.             Tous  ces  acteurs  étaient  souvent  dispersés,  chacun  parlant  de  ses  intérêts,  de  ce   qui  le  touchait.  Mais  certains  instants  de  la  campagne  ont  réuni  la  toile  européenne.  Les   évènements  organisés  à  l’échelle  européenne  durant  la  campagne  ont  mis  à  profit  le   numérique  pour  élargir  le  débat  et  montrer  la  possibilité  de  la  construction  d’un  espace   publique  européen.     1.3. La  couverture  des  évènements   1.3.1. Une  organisation  qui  inclut  numérique     Sept  débats  européens  ont  été  organisés  entre  les  différents  candidats  à  la   présidence  de  la  Commission.  A  chaque  débat,  les  organisateurs  avaient  pris  soin   d’établir  un  hashtag  pour  commenter  ce  débat,  afin  de  pouvoir  mesurer  l’audience  du   débat,  les  réactions,  l’opinion  des  twittos,  et  désigner  un  vainqueur.  Le  débat  le  plus   important,  celui  du  15  mai  2014,  était  organisé  dans  l’enceinte  du  Parlement  européen,   par  la  chaine  européenne  Eurovision,  et  retransmis  en  direct  à  la  télévision  dans  de   nombreux  pays,  donc  traduit  dans  les  24  langues  officielles  de  l’UE,  il  était  établi  sous  le   nom  :  #TellEurope.          
  21. 21.   21   Cette  organisation  fut  un  succès.  Durant  le  débat,  les  twittos  pouvaient  envoyer  des   questions  en  utilisant  la  mention  #TellEurope,  et  certaines  étaient  posées  en  direct  aux   candidats.  Toutes  les  trente  minutes,  les  présentateurs  se  tournaient  vers  l’expert   Twitter  du  plateau  pour  se  renseigner  sur  l’évolution  du  hashtag,  sur  les  questions   posées  et  sur  les  réactions  de  la  toile  au  débat.       Les  candidats  avaient  bien  entendu  mobilisé  leurs   troupes  sur  Twitter.  Et  le  débat  a  finalement  généré   près  de  100  000  tweets  contenant  le  hashtag   #TellEurope,  avec  Martin  Schulz  mentionné  plus  de   16  000  fois,  tandis  que  Guy  Verhofstadt  et  Jean-­‐Claude   Juncker  furent  mentionnés  environ  13  600  fois   chacun.  Plus  de  60  000  tweets  furent  envoyés  durant   le  débat  lui-­‐même,  provenant  de  15  000  personnes   différentes.  (Annexe  2)     Cette  implication  du  numérique  a  permis  de   réunir  les  deux  conditions  établies  par  Toni   Ramoneda  dans  son  mémoire  sur  “L’Europe   médiatique“  :  l’existence  d’un  espace  publique   «  implique  que  1)  nous  comprenons  cet  espace   comme  le  lieu  d’émergence  des  conflits  2)  les  conflits  ne  peuvent  pas  émerger  sans   l’existence  d’une  communication  politique,  car,  pour  que  les  rapports  de  forces  soient   rendus  visibles,  ils  doivent  d’abord  exister.  »18  Le  débat  européen  s’est  créé,  autour  d’un   événement  européen,  durant  cette  campagne,  ce  qui  montre  bien,  grâce  au  numérique,   la  création  d’un  espace  public  européen.     La  création  d’un  espace  public  dans  un  espace  géographique  aussi  large  que  le  continent   européen  n’était  possible  que  grâce  au  développement  du  réseau  internet  mondial.  Le   Web,  en  ce  qu’il  permet  la  visualisation  en  direct  d’un  événement  par  des  milliers  ou  des   millions  de  personnes,  et  les  réseaux  sociaux,  en  tant  qu’ils  permettent  à  ces  spectateurs   d’en  débattre  en  oubliant  toute  notion  de  distance,  rend  plus  réel  que  jamais  le  «  village   global  »  dont  parlait  Marshall  McLuhan  en  1964.     Marc  Abélès  analyse  le  phénomène  de  la  façon  suivante  :  «  La  possibilité  de  réagir  en   temps  réel  et  de  dialoguer  avec  d’autres  à  propos  de  l’actualité  brulante  est  vécue   comme  une  affirmation  de  liberté.  »19  Il  affirme  qu’internet  bouleverse  la  donne   politique  puisqu’il  donne  au  citoyen  la  possibilité  de  réagir  sur  les  propositions  faites   par  ses  représentants  :  «  On  peut  énoncer  ses  doléances,  dire  leur  fait  aux  politiques,   avancer  des  propositions  concrètes.  »                                                                                                                     18  T.  Ramoneda,  «  L’Europe  médiatique  :  une  analyse  de  l’espace  public  européen  »,   Université  Lumière  Lyon  2,  DEA,  Sciences  de  l’Information  et  de  la  Communication   Option  Médias  et  identité,  Mémoire  de  DEA,  sous  la  direction  d’Isabelle  Garcin-­‐Marrou,   2005,  p.50   19  F.  Greffet,  Ibid.,  p.67  
  22. 22.   22   La  création  de  cet  espace  public  européen  s’est  faite  grâce  à  des  moments   concrets,  des  rassemblements  européens  tout  au  long  de  cette  campagne.  C’est  ce  que   Robert  Schuman  appelait  de  ses  vœux  lorsqu’il  affirmait  en  1950  :  «  L’Europe  ne  se  fera   pas  d’un  coup,  elle  se  fera  par  des  réalisations  concrètes  créant  d’abord  une  solidarité  de   fait.  »  Pour  participer  à  cet  espace  public  européen,  qui  pour  l’instant  n’existe  que  sur  la   Toile,  les  partis  et  les  acteurs  doivent  désormais  maintenir  une  présence  constante  sur   les  Réseaux  sociaux.     1.3.2. Une  présence  constante  essentielle     Malgré  la  nouveauté  présente  dans  ces  élections,  l’Europe  n’a  intéressé  qu’une   faible  partie  de  la  population  française,  et  de  ceux  qu’elle  a  intéressé,  un  quart  a   clairement  exprimé  son  mécontentement,  son  agacement  vis  à  vis  de  cette  Europe.  Une   chose  est  certaine,  l’Europe  ne  fait  plus  rêver.  Par  conséquence  directe,  l’Europe  fait  peu   d’audience  à  la  télévision,  peu  de  ventes  pour  les  journaux.  Partant,  les  députés   européens  n’ont  que  peu  de  choix  pour  se  faire  connaître.     Une  étude  présentée  sur  le  site  Digital  Maniak  a  recensé  l’activité  des  députés  européens   français  sur  Twitter  en  mai  2014.  86%  d’entre  eux  ont  un  compte  Twitter.  A  titre  de   comparaison,  seuls  60%  des  députés  français  à  l’Assemblée  nationale  en  possèdent  un.   Les  députés  européens  ont  en  moyenne  17  445  abonnés,  et  les  deux  grands  groupes   (PPE  et  S&D)  sont  majoritaires  en  audience.  Le  rapport  conclut  :  «  Sans  réelle  visibilité   médiatique  au  niveau  national,  les  eurodéputés  ont  donc  largement  investi  et  exploité  le   potentiel  d’audience  de  Twitter.  »20     L’Europe  est  donc  un  sujet  qui  se  traite  sur  Internet.  Les  partis  européens  et   français  ont  dû  assurer  une  présence  constante  sur  les  réseaux  sociaux,  et  une   actualisation  permanente  des  sites  internet,  à  la  fois  les  sites  de  campagne  et  les  sites   officiels  des  partis.  Thierry  Vedel  explique  :  «  ouvrir  un  site  ne  suffit  pas  et  pour  acquérir   une  réelle  visibilité,  des  efforts  –  d’animation,  d’actualisation,  de  promotion  –  bien  plus   importants  doivent  être  engagés.  »21  En  effet,  si  Internet  est  défini  comme  l’outil   instantané  par  excellence,  un  retard  sur  une  actualité,  une  page  non  mise  à  jour,  une   information  obsolète  peut  décrédibiliser  un  Parti.     Ron  Davies  note  que  «  plus  de  la  moitié  des  internautes  européens  pensent  que  les   réseaux  sociaux  sont  un  bon  moyen  de  se  tenir  au  courant,  ou  de  participer,  aux  affaires   politiques.  »22  Il  apparaît  donc  comme  évident  que  la  présence  sur  les  réseaux  sociaux   est  désormais  indispensable  pour  un  parti  politique.     Comme  nous  l’avons  vu,  chaque  réseau  social  doit  être  utilisé  de  façon  différente.   Facebook  est  utilisé  pour  faire  revivre  les  évènements,  on  poste  des  photos  de  meetings,   des  vidéos  des  discours,  des  interviews.  Twitter  est  un  relai,  pour  tenir  ses  abonnés   informés  sur  l’évolution  de  la  campagne,  des  déclarations  à  chaud,  des  nouveautés  sur  le   site  internet,  ou  des  articles  parus  dans  la  presse.  On  retrouve  le  rôle  d’internet,  et                                                                                                                   20  “La  présence  des  eurodéputés  français  sur  Twitter“,  Digital  Maniak,  Mai  2014   21  F.  Greffet,  Ibid.,  p.287   22  Ron  Davies,  Ibid.,  p.3  
  23. 23.   23   surtout  de  Twitter,  comme  caisse  de  résonnance  de  la  vie  politique  de  terrain  et  de  la   campagne  dans  les  médias.       Cette  caisse  de  résonnance  doit  être  utilisée,  même  si  nous  verrons  que  l’effet  de   résonnance  est  parfois  limité.  Dans  une  campagne  électorale,  rien  n’est  négligeable,  et   surtout  pas  le  Web.  Une  bonne  image  sur  le  Web  peut  apporter  beaucoup  de  chose,  mais   une  mauvaise  e-­‐reputation  aurait  des  effets  bien  plus  dommageables.  Une  image  de  parti   en  retard  est  inenvisageable,  et  principalement  pour  un  parti  comme  le  PS,  dont  l’image   se  veut  progressiste  et  moderne.  Pour  Florence  Bonneti,  les  réseaux  sociaux,  et  le  web   en  général  sont  devenus  «  vitaux  »  pour  la  communication  politique,  bien  au-­‐delà  des   campagnes  électorales.     1.3.3. La  présence  socialiste     Le  Parti  socialiste  a  investi  le  Web  de  façon  considérable  durant  la  campagne  des   élections  européennes  de  2014.  La  stratégie  de  communication  web  utilisée  s’est  vouée   à  jouer  de  la  complémentarité  entre  le  site  de  campagne  “choisirnotreeurope.fr“  et  le   site  du  Parti.       Le  site  “choisirnotreeurope.fr“  s’est  concentré  sur  la  campagne  à  proprement  parler.   Véritable  réceptacle  de  toutes  les  actualités,  il  a  permis  de  détailler  les  propositions   socialistes,  de  poser  des  questions  aux  candidats,  et  de  fournir  des  outils  aux  militants   socialistes.  Cette  plateforme  représentait  une  nouveauté  digitale  en  termes   d’interactivité.       Le  site  du  parti  a  joué    le  rôle  de  campagne  institutionnelle.  Il  proposait  des  contenus   d’actualité,  mais  aussi  des  textes  froids  et  d’argumentaires.  Les  messages  vidéos  des   responsables  politiques  étaient  centralisés  sur  ce  support,  puis  diffusés  grâce  aux   réseaux  sociaux.  Le  site  hébergeait  aussi  le  streaming  en  direct  des  évènements,  des   reportages,  des  albums  photos.     Néanmoins,  l’une  des  décisions  les  plus  importantes  fut  l’organisation  de  soirées   militantes  Web  durant  lesquelles  se  rencontraient  les  deux  mondes  :  l’action  physique   militante  et  le  soutien  numérique.  Une  rencontre  avait  été  organisée,  le  2  avril  avec  Jean-­‐ Christophe  Cambadélis,  encore  responsable  de  la  campagne  à  ce  moment,  et  Henri   Weber,  responsable  de  la  cellule  Europe  du  Parti  socialiste.  Massivement  tweetée,  cette   rencontre  avait  aidé  à  faire  sortir  le  message  socialiste  sur  les  réseaux  sociaux.  La   communication  de  Solferino  organisait  également  des  “support  parties“  durant  les   débats.  Des  militants  étaient  encouragés  à  venir  au  siège  du  parti  pour  visionner  le   débat.  Parmi  eux,  la  plupart  étaient  des  e-­‐militants,  qui  twittaient  les  propositions  de   Martin  Schulz,  ou  des  messages  de  soutien.  Emma  Antropoli,  directrice  du  service  Web  à   la  communication  de  Solferino  explique  :  «  Ces  soirées  sont  fondamentales  pour   rencontrer  les  personnes  qui  sont  notre  voix  sur  le  web,  les  écouter  et  permettre  de   coordonner  leurs  actions.  »     L’autre  versant  de  l’utilisation  du  Web  par  les  socialistes  est  bien  sûr  les   possibilités  de  communication  de  masse  qu’il  offre  grâce  aux  services  de  mailing  et  de   Newsletter.  La  mobilisation  des  militants  passe  par  là.  Il  faut  les  interpeler,  les  
  24. 24.   24   encourager,  les  motiver  pour  faire  campagne.  C’est  sans  doute  sur  ce  point  que  la   campagne  a  été  la  plus  compliquée  pour  le  Parti  socialiste.           Dans  cette  campagne,  le  Parti  socialiste  a  dû  faire  face  à  un  contexte  national   extrêmement  difficile.  Après  la  gifle  reçue  aux  élections  municipales  un  mois  plus  tôt,  la   base  militante  de  terrain  était  largement  démotivée.  Pour  limiter  la  déroute  envisagée   aux  élections  européennes,  le  PS  a  donc  utilisé  à  fond  l’outil  numérique,  à  la  fois  de  façon   traditionnelle  et  innovante.                                                                            

×