Télécom ParisTech infos #9 - septembre 2013

1,600 views

Published on

Stratégie et grands dossiers. Au sommaire : L’innovation frugale (édito) - Formation à l’innovation : on change de braquet - Bilan de la rentrée scolaire 2013 - Les Télécoms mènent à tout... Luc Julia : « Siri » d’Apple, c’est lui ! - Neuf étudiants en voyage d'études au Brésil - Une formation continue Télécom unifiée - Une stratégie Recherche 2013-2017 - Nouvelle chaire Machine learning for Big Data - La Présidence de ParisTech à un diplômé de Télécom ParisTech

Published in: Education
0 Comments
0 Likes
Statistics
Notes
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

No Downloads
Views
Total views
1,600
On SlideShare
0
From Embeds
0
Number of Embeds
663
Actions
Shares
0
Downloads
4
Comments
0
Likes
0
Embeds 0
No embeds

No notes for slide

Télécom ParisTech infos #9 - septembre 2013

  1. 1. Télécom ParisTech InfosTélécom ParisTech C’est par un dévoiement re- latif d’un concept récent que j’ai souhaité ouvrir cet édito. Il ne s’agit en effet pas pour moi d’y traiter de ce nouveau mouvement* ; mais de faire état de la forte tension qui s’exerce désormais à l’École entre les exi- gences de l’innovation et l’impératif de la frugalité. Innovation tout d’abord, puisqu’il nous faut réinventer l’école, dans toutes ses dimensions. Physique bien sûr, et nous revenons dans ce numéro sur l’avancement du déménagement qui vient de franchir un jalon important. Identitaire ensuite, parce qu’il nous faut trouver une place distinctive sur Paris-Saclay. Scientifique, car il nous faut nous y hisser à la hauteur des meilleurs. Pédagogique enfin, car il nous faut évoluer pour former les ingénieurs dont le pays a be- soin pour son renouveau économique. « Frugalité » ensuite, car jamais nos moyens n’ont été aussi peu assurés… nous avons connu une baisse sans précédent de notre sub- vention en 2013 et les perspectives ne sont pas plus roses. Alors, il nous faut faire moins cher : c’est là l’enjeu des multiples mutualisa- tions que nous engageons aux périmètres Mines-Télécom et Saclay. Mais c’est aussi la recherche de nouvelles sources de finance- ment. Dans ce contexte, la hausse des droits d’inscription est à l’ordre du jour. L’accrois- sement du financement entreprises, sur des projets répondant toujours mieux à leurs besoins, est un 2e axe. Enfin, le soutien accru de diplômés, mieux informés sur l’École, plus associés à la définition de sa stratégie, plus impliqués dans son fonctionnement quoti- dien, en constitue le 3e axe. Cette 9e édition de notre lettre d’informa- tion, dense, comme son actualité straté- gique, participe de cette dynamique de renforcement du lien avec diplômés et entreprises. Bénéfique pour tous sur la durée. Bonne lecture ! InfosN° 9 - septembre 2013 La lettre d’information semestrielle de Télécom ParisTech Yves POILANE (84) Directeur de Télécom ParisTech ÉDITO Conformément à son slogan, Télécom ParisTech a continué à réformer ses ensei- gnements pour préparer toujours mieux ses futurs diplômés à innover et entreprendre. Ainsi, à partir des nombreux formats de projet élèves pré-existants, l’école avait, à la rentrée 2012, parachevé la rénovation de son cursus à cette fin : - tout d’abord, avec PACT (Projet d’Ap- prentissage Collectif Thématique), placé dès le début de la 1re année, pour développer l’esprit de créativité dans une dynamique de groupe et installer la rupture d’avec les modes d’apprentissage dans le secondaire et la «taupe» ; - puis, avec PAF (Projet d’Application Final), toujours en 1re année, pour dévelop- per la capacité à réaliser en groupe des pro- totypes pluri-disciplinaires. -Enfin, avec PIMs (Projets Innovation Master), placés en dernière année sur un se- mestre complet, qui plonge l’élève dans une problématique d’innovation d’entreprise et/ ou de recherche en labo, en couplage avec des ateliers d’application sur la propriété intellectuelle et les modèles d’affaires. Pour valoriser et émuler tous les étudiants engagés dans ces projets, pour contribuer à l’émergence d’une communauté « transgé- nérationnelle » d’innovateurs issus de Télé- com ParisTech, est née l’idée d’organiser la « Journée de l’Innovation Étudiante et Alumni », qui vise à distinguer les meil- leurs projets. La 1re édition s’est tenue le 13 juin 2013 avec le soutien de Michel Paulin, François Paulus, Jean-Luc Vaillant (3 alum- nis innovants et entreprenants) et Jacques Veyrat, « Telecommien d’honneur ». Enfin, une nouvelle étape sera franchie en 2013/2014, avec le lancement de ParisTeachInnovation, programme mutuali- sé de formation à l’innovation des 12 écoles de ParisTech, qui donnera accès à tous les étudiants aux meilleurs programmes de cha- cune et les mettra en interaction avec des entreprises souhaitant renforcer leur dyna- mique et leur image en matière d’innova- tion. Nous y reviendrons dans un numéro ultérieur. L’innovation frugale Projet étudiant présenté lors de la «Journéee Innovation étudiante et alumni» du 13 juin 2013 La moitié des nos élèves ingénieurs reste recrutée par le Concours Commun avec des effectifs stables d’une année sur l’autre. En première année, le nombre des Ad- mis Sur Titres avec une L3 ne cesse de décroitre pour atteindre seulement 7 cette année. Cela reflète probablement la désaffec- tion des filières techniques en université et la concurrence accrue des masters universi- taires. Parcontre,parrapportà2012,nousavons plus que doublé, de 4 à 11, le nombre des DUT recrutés en apprentissage. Formation à l’innovation : on change de braquet Bilan de la rentrée scolaire 2013 (suite au verso) *plus d’info, se reporter à http://en.wikipedia.org/wiki/Frugal_innovation
  2. 2. Télécom ParisTech Infos Deux équipes d’étudiants ont participé au programme d’open innovation First, piloté par la Fondation Télécom, en réalisant, sous le coaching des partenaires de la Fondation, des projets sur le thème « l’homme augmen- té dans le monde digital » : Hyperion, une application de vidéo enrichie et Skydisp, une plateforme multimédia connectée en cloud, Neuf étudiants de l’École en voyage d’étude au Brésil avec la Fondation Télécom dotée d’une application dédiée au sommeil. À l’issue de leurs projets, ils ont pu par- tir au Brésil, avec leurs camarades des autres écoles télécom et les entreprises partenaires, rencontrer les acteurs majeurs du numé- rique de cet immense et étonnant pays. 10 jours de visites d’entreprises, de labos de recherche, d’universités, d’incubateurs de Télécom ParisTech, Télécom Bretagne et Télécom SudParis créent à la rentrée 2013 une direction de formation continue unique sous la marque Télécom Évolution. L’ambition est de développer chiffre d’affaires et marge sur cette activité com- merciale, en plaçant le client au centre de l’activité, de la définition de l’offre jusqu’aux services rendus et en mettant fin aux concurrences néfastes entre les trois écoles. La nouvelle offre maintiendra ses domaines traditionnels et s’étendra à de nouveaux sec- teurs de l’économie numérique : la cyber- sécurité, l’Internet des objets, les transports intelligents, le Big Data, le management de la performance... Une formation continue Télécom unifiée dès septembre 2013 Ce centre contribuera, par une gamme de formations certifiantes, à deux enjeux entre- preneuriaux : l’employabilité des profession- nels et l’accompagnement des DRH dans les projets de mobilité interne. Le lancement de plusieurs Certificats d’Études Spécialisés sur le Lean IT, le Big Data, les Transports Intelligents et la Cyber- sécurité est prévu début 2014. Pour réaliser ces offres innovantes, la di- rection s’appuie sur les 500 enseignants- chercheurs des trois écoles ainsi que sur un millier d’experts issus de l’entreprise et des organismes publics. C’est le résultat des mesures prises l’année dernière pour corriger le très faible recrute- ment de 2012 : meilleure prise en compte des dossiers scolaires et tests d’aptitudes re- centrés. Au total, le nombre des élèves recrutés en première année reste stable. S’agissant de l’entrée en 2e ou 3e année, 115 élèves y sont recrutés directement en 2013. Ce chiffre élevé s’explique par l’aug- mentation spectaculaire du nombre des polytechniciens : 28 contre 8 en 2012  ! Notre école, partenaire de l’X sur de nom- breux masters, bénéficie à plein des mesures qu’elle a prises pour pousser les élèves à s’ins- crire dans ce type de formation. Les autres élèves recrutés directement en 2e /3e année sont principalement des étran- gers et leur nombre croît légèrement, sur- tout dans la filiale Eurecom, à Sophia. Le recrutement en M1, survivance de l’époque des recrutements en maitrîse, est désormais symbolique. Eurecom, où tous les cours sont en anglais, bénéficie d’une bonne attractivité auprès des étrangers. Ce campus retrouve, en master international, les effectifs d’avant la circulaire Guéant, soit une vingtaine d’élèves. Ce n’est pas le cas pour le master international pari- sien, où nous ne recrutons cette année que 7 élèves, pas mieux qu’en 2012. Cela nous conduit à accélérer la mise en place de cursus complets en anglais à Paris. À noter que le master « Advanced Communi- cation Network », construit en collaboration avec l’X, sera donné entièrement en anglais. (suite de la page 1) start-ups ainsi qu’une soirée de rencontre avec les alumni de São Paulo devant lesquels ils ont présenté leurs projets et échangé sur leurs expériences internationales. L’une des deux équipes envisage main- tenant la poursuite de son projet vers une création d’entreprise. Cursus d’intégration 2011 2012 2013 Ingénieur 1A 151 148 147 Ingénieur cycle master 108 95 115 Master international 37 21 30 Bilan de la rentrée scolaire 2013 Rentrée solennelle 2013
  3. 3. Télécom ParisTech Infos Poursuivant sa politique partenariale avec les entreprises, Télécom ParisTech crée sa huitième chaire, «  Machine Learning for Big Data », pilotée par le Pr Stéphan Clé- mençon au sein d’une équipe de réputation internationale dans ce domaine à l’interface des mathématiques et de l’informatique. Quatre entreprises de secteurs d’activités très différents en sont les partenaires : Sa- fran, BNP Paribas, PSA Peugeot-Citroen et Criteo. Toutes quatre ont été motivées par l’ambition des travaux de l’équipe dans Machine learning for Big Data Une huitième chaire à Télécom ParisTech ce domaine en pleine ébullition. Le « machine learning », ou « apprentis- sage statistique », consiste en un corpus de méthodes algorithmiques permettant de produire des procédures de décision auto- matique très adaptées au traitement de grands volumes de données peu structu- rées. Adossé à cette chaire, est également créé le Mastère Spécialisé « Big Data » destiné à former des « data scientists », compétence aujourd’hui très recherchée. Jean-Philippe Vanot (77) a été élu Président de ParisTech à compter du 1er septembre 2013. Il a fait carrière au sein d’Orange et dispose de 35 ans d’expérience dans le management et la conduite du chan- gement, dans un contexte national et inter- national. Présidence de ParisTech Un diplômé de Télécom ParisTech Il nous expose ici le sens de son engage- ment au service de ParisTech : « Notre monde est de plus en plus global et de plus en plus numérique. Ce qui est vu parfois comme une menace peut être une formidable opportunité pour notre pays et son développe- ment au sein de l’Europe, si nous savons orienter notre enseignement supérieur en vue d’innover et d’entreprendre dans ce monde numérique.  J’ai aujourd’hui envie de contribuer signi- ficativement à cette nécessaire évolution de l’enseignement supérieur en mettant l’accent sur la pluri-disciplinarité au service des entreprises. ParisTech est un formidable levier de dévelop- pement et de coopération démontrés par ses 12 écoles et je suis très fier d’en être le président » En déclinaison de sa stratégie générale 2013-2017, et de façon synchrone avec la préparation du dossier d’évaluation de sa recherche par l’AERES (dû pour le 15 octobre), Télécom ParisTech a conduit au 1er semestre 2013, une réflexion en vue de l’élaboration de sa stratégie scientifique. Objectifs visés : accroître sa visibilité grâce à des axes basés sur ses points forts et dif- férenciateurs, fixer des priorités d’action, identifier les leviers de leur réalisation. Cette démarche avait également pour objectif, et pour cadre relatif, d’asseoir notre contribu- tion à la stratégie plus générale de l’Institut Mines-Télécom et de préparer notre entrée dans la future Université Paris-Saclay. Une stratégie Recherche 2013-2017 appuyéesurnospointsfortsetdistinctifs Animées par l’ambition de poursuivre simultanément l’élévation de leur ni- veau scientifique et sa transformation en innovations, les 17 équipes de chercheurs (regroupées actuellement dans une seule UMR* : le LTCI) ont donc travaillé dans une approche « bottom-up » et multi-ré- férentielle, pour aboutir, par consolidation au niveau départements puis de l’École, à l’expression de 4 AXSEs (AXes Stratégiques d’Envergure) à l’échelle de l’établissement. Ce travail a abouti à une proposition de structura- tion en deux UMR, l’une centrée sur les Sciences et Technologies de l’Informa- tion et de la Communication, « new LTCI », l’autre dans le domaine des SHS, commune avec l’École Polytechnique et MINES Paris- Tech, centrée sur l’Innovation, intitulée i3 (prononcer I-cube), Institut Interdiscipli- naire de l’Innovation. Ainsi Télécom ParisTech se met en posi- tion pour relever, au plan scientifique, les défis majeurs de la métamorphose numé- rique des économies et des sociétés du XXIe siècle. AXSEs: BigData:DynamiquedesDonnéesetConnaissances ConfianceNumérique:Sécurité,SûretéetRisques TrèsGrandsRéseauxetSystèmes(Very Large Networks & Systems) InteractionsRéeletVirtuel * UMR  : unité mixte de recherche CNRS / LTCI  : Laboratoire Traitement et Communication de l’Infor- mation / i3 : Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (laboratoire commun avec Mines ParisTech et l’École Polytechnique). Revue Télécom - 07/2013 (Télécom ParisTech alumni)
  4. 4. Télécom ParisTech Infos AGENDA 2013-2014 P E F C / 1 0 - 3 1 - 1 2 3 8 Imprimé sur papier provenan Abonnement en ligne et toutes vos réactions sur : www.telecom-paristech.fr/lettreinfo/ Télécom ParisTech Infos : www.telecom-paristech.fr Directeur de la publication : Yves Poilane - Rédacteur en chef : Dominique Célier Rédaction : Jean-Pierre Achouche, Véronique Deborde, Patrick Duvaut, Jean-Pascal Jullien, Alain Riesen Réalisation : Télécom ParisTech/Direction de la Communication - 46, rue Barrault 75634 Paris Cedex 13 Impression : LA FIRME - 21, rue Aristide Briand 94340 Joinville-le-Pont Dépôt légal : septembre 2013 - Semestriel - ISSN : 2105-1380 Quand étais-tu à Télécom ParisTech ? De 1992 à fin 1995 pour ma thèse dans le domaine des interfaces Homme-Machine. J’étais excité de faire partie de cette institu- tion prestigieuse qui allait sûrement pouvoir m’ouvrir toutes les portes. Quels souvenirs de ton séjour ? Le meilleur  : l’accès à des machines et des services qu’on ne pouvait pas vraiment avoir ailleurs, qui nous permettaient de « jouer » avec ce qui allait être le futur de la communication numérique, l’Internet… Le pire : quand je me suis rendu compte que la « grande famille de la recherche française » pouvait se déchirer pour quelques francs. Les Télécoms mènent à tout… Luc Julia : « Siri » d’Apple, c’est lui ! Quel a été ton parcours ensuite ? Et le fil conducteur de ta carrière ? Échaudé par ce constat, j’ai rejoint le Stan- ford Research Institute (SRI), où j’ai démar- ré ma carrière comme research engineer. J’ai rapidement pu y créer et diriger mon propre labo, et participer aux avènements, entre autres, du n°1 mondial de la reconnaissance vocale, puis de ce qui est devenu Siri. Dans les années 2000, j’ai créé quelques start-ups autour du multimédia interactif. Après le rachat de Siri par Apple, j’en suis devenu le directeur et, à ce titre, respon- sable de tous les aspects, du développement aux opérations en passant par la recherche. J’avais écrit, avec d’autres, les brevets sur lesquels Siri est basé ! L’innovation dans la reconnaissance vocale constitue donc claire- ment le fil conducteur de ma carrière ! Queretiens-tudel’écosystèmecalifornien ? Dès mon arrivée en Californie, on m’a parlé de BayCHI, un groupe qui se réunissait tous les 2es mardi du mois au Xerox Park, à Palo Alto. Je me devais donc de participer. En plus de l’émotion ressentie lorsque je suis entré dans l’amphithéâtre, avec toutes ces person- nalités que je citais comme références dans mes papiers, c’est de les voir échanger et discuter, alors qu’ils appartenaient souvent à des compagnies concurrentes, et de sentir une vraie émulation, qui m’a fait, ce jour-là, décider de rester aux USA. Le contraste avec ce que j’avais vécu en France était saisissant. Comptes-tu rentrer un jour en France ? Après presque 20 ans d’exil, je ne pense pas, mais il ne faut jamais dire jamais... En quoi ta formation à Télécom Paris- Tech t’a-t-elle été utile ? Une solide base scientifique, l’accès à du matériel d’avant garde, de la rigueur et une bonne dose d’esprit critique m’ont été très utiles. Comment les diplômés français sont-ils perçus dans la Valley ? Les diplômés français y sont extrême- ment bien perçus, grâce à leurs excellentes bases mathématiques et leur pragmatisme. Il n’est pas, de la plus petite à la plus grosse, une boîte sans un Français, ingénieur et/ou docteur, à un poste clef. Il convient d’ajou- ter que, contrairement en France, le titre de Docteur est très important aux USA. Il confère une aura d’autorité naturelle et de respectabilité bien utile quand on accède à des postes de management. Quelle sera ta prochaine aventure ? Après dix ans de re- cherche puis dix ans de start-ups, j’ai démarré ce que j’espère être une période de dix ans dans de grosses entreprises (dont Samsung, où je suis aujourd’hui), où les challenges sont tout autres, mais tout aussi intéressants, que ceux que j’ai rencon- trés ces vingt dernières années. Les moyens y sont énormes, mais l’innovation y est bien moindre... As-tu gardé des contacts avec l’École ? Avec d’anciens camarades, oui, je les re- vois souvent lors de mes fréquents passages à Paris. J’ai aussi pris quelques stagiaires de l’école dans mes start-ups naguère, peut-être en reprendrai-je un jour ? Un dernier conseil à son directeur ? Garder une implantation à Paris... La Fondation Télécom finance, pour cette année universitaire 2013/2014, 10 nouvelles bourses pour des élèves étrangers, originaires de Chine, Liban, Russie, Inde. Ils intégrent le cursus ingénieur ou un Master Of Science à 10 étudiants étrangers intègrent l’École avec une bourse de la Fondation Télécom l’École. Le montant total des bourses attribuées est de 96 000 €, financées dans le cadre du programme Telecom Scholarship of Excellence soutenu par la Fondation et par le soutien d’un mécène privé diplômé de l’École. Luc Julia (Docteur 1995) 25 sept.- 3 oct. Exposition publique de la maquette de notre futur bâtiment à Saclay, Maison de l’architecture, Paris. 26 sept. Jeudi de l’imaginaire - Conférence de Michel Volle, économiste, co-président de l’institut Xerti. « Philosophie de l’action, langage de l’informatique » à 18h, rue Barrault. 1er oct. Signature de la convention de partenariat avec Safran. 7 oct. Lancement du parrainage de la Promo 2016 par la société CCI. 15 oct. Dîner de soutien des diplômés Télécom à leurs écoles avec conf. de B. Charlès. 17 oct. Visite de l’incubateur pour les diplômés (à 10h). 15 nov. Forum des incubateurs et start-up de l’Institut Mines-Télécom. 4-6 déc. 8e Entretiens de Télécom ParisTech : Véhicules connectés. déc. 1res journées scientifiques de i3 (laboratoire commun sur l’innovation). 23 jan. Jeudi de l’imaginaire - Conférence de Rafael Núñez.

×