Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Activé: Un moment dans le temple

16 views

Published on

Livres, livres électroniques, magazines et bandes dessinées gratuits sur divers sujets - www.spiritualibrary.com

Published in: Spiritual
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Activé: Un moment dans le temple

  1. 1. Un Moment Dans Le Temple Comment se ressourcer en seulement quelques minutes. Dans le sillage de la destruction Ce n’est pas aussi difficile que ça ! La marque est pour demain Allons-nous laisser la technologie nous contrôler ? ivé C H A N G E Z V O T R E V I E . C H A N G E Z V O T R E M O N D E Vol 2 • Numéro 1
  2. 2. 2 ctivé © 2009 Aurora Production, Ltd. www.auroraproduction.com Tous droits réservés. À défaut de mention spéciale, les citations de la Bible sont extraites de la Bible du Semeur. Copyright © 2000, Société Biblique Internationale. Avec permission. Vol 2, Numéro 1 Rédacteur en chef Keith Phillips Conception graphique Giselle LeFavre Production Jessie Richards Traduction Bernard Le Chevalier / Paul Messager Pour vous inspirer et vous fortifier spirituellement, pour offrir à vos enfants l’opportunité d’apprendre en s’amusant, nous vous proposons une grande variété de livres et de productions audio et vidéo. Pour vous les procurer, veuillez contacter l’un de nos distributeurs ci-dessous ou visiter notre site Internet : www.activated.org Activated Europe Bramingham Pk. Business Ctr. Enterprise Way Luton, Beds. LU3 4BU United Kingdom +44 (0) 845 838 1384 Email: activatedEurope@activated.org Activated Africa P.O. Box 2150 Westville 3630 South Africa +27 (83) 556 8213 Email: activatedAfrica@activated.org Activated Ministries PO Box 462805 Escondido, CA 92046–2805 USA Toll-free: 1–877–862–3228 Email: info@actmin.org www.activatedonline.com Activated India P.O. Box 5215 G.P.O. Bangalore – 560 001 India Email: activatedIndia@activated.org DE VOUS À MOI Le monde va de plus en plus vite et nous entraîne dans sa course folle ! Les générations passées n’ont jamais connu les pressions que nous devons subir. La précarité de l’emploi et la compétition sur le marché du travail obligent tout le monde, du simple ouvrier au responsable d’entreprise, à produire sans cesse davantage. De plus en plus de gens sont obligés de prendre un second emploi pour pouvoir joindre les deux bouts. Mais la tension nerveuse ne se limite pas aux heures de travail. Les gens passent des heures dans les embouteillages ou des transports publics bondés, pour faire la navette entre leur lieu de travail et leur résidence. S’ils ont des enfants, ils rentrent chez eux pour faire face à des situations que leurs parents n’auraient jamais imaginées. Les chances qu’un étudiant trouve un bon emploi (et le bonheur, nous assure-t-on) dépendent de sa capacité à assimiler une masse d’informations qui ne cesse de grandir, et à rester à la pointe d’une technologie qui progresse à un rythme ahurissant. Le cinéma, la télé, la musique et la publicité ont réussi à convaincre presque tout le monde qu’il faut devenir “quelqu’un” — quelqu’un de plus riche, de plus “glamour”, de plus influent, le type qui réussit, qui devient célèbre. Qui peut se vanter de ne pas être stressé de nos jours ? Et comme si cela ne suffisait pas, nous subissons constamment ce qu’on pourrait appeler le “stress indirect”. Les amis, les collègues de travail, les clients pressés, les représentants surmenés et le conducteur impatient derrière nous..., autant de gens qui n’hésitent pas à nous faire profiter de leur stress. Ceux qui ne vivent pas à cent à l’heure ont la hantise de se faire percuter par ceux qui vont trop vite. On n’en voit pas la fin ! Pourtant, il n’y a rien là qui soit irrémédiable. Il existe un remède simple et sûr qui ne vous coûtera pas un sou — pas besoin de thérapeute, ni de médicaments, ni d’exercices physiques contraignants, ni de programmes de désintoxication, ni d’aucuns gadgets. Vous vous sentirez mieux et vous serez en meilleure santé ; vous serez plus productif, vous dormirez mieux, et vous serez plus heureux; vous profiterez plus de la vie et vous aurez davantage à apporter aux autres. Et cela ne vous prendra que quelques minutes par jour. Si vous voulez en savoir plus, lisez la suite ! Keith Phillips Pour la grande famille d’Activé
  3. 3. Une huître posée sur le sol de l’océan avait ouvert sa coquille toute grande. Au gré du courant, l’huître tirait, de l’eau de mer qui traversait ses valves, de petites parcelles de nourriture. Tout à coup, d’un battement de sa queue, un gros poisson qui passait par là souleva un nuage de sable et de vase. Du sable ! Oh, qu’elle avait horreur du sable ! Le sable lui était tellement désa- gréable que, chaque fois que le moindre grain se glissait sous sa coquille, l’huître devenait le plus misérable des mollusques ! Elle se dépêcha donc de se refermer. Mais trop tard ! Un petit grain aux rugueuses aspérités avait réussi à se loger entre chair et coquille. C’était plus qu’elle n’en pou- vait supporter ! Toutefois, Dieu a pourvu l’huître de glandes spé- ciales dont le rôle est d’enduire la paroi intérieure de sa coquille. Or, presque immédiatement, ces glandes se mirent à sécréter leur substance brillante et lisse dont elles enduisirent aussi le grain de sable. Au fil des ans, l’huître ajoutait Le secret du calme,de la paix, de la tranquillité, de la patience,de la foi et de l’amour, c’est de se reposer dans le Seigneur.Il faut tout d’abord retrouver son calme devant le Seigneur, L’honorer de nos louanges et Le rechercher. Et,ensuite,on transmet ce même esprit,cette atmosphère,aux autres. — D.B.B. La paix ne vient pas de l’absence de conflit, mais de la présence de Dieu dans tous les conflits. Le Seigneur a dit : “Mon joug est aisé et mon fardeau léger”,mais il y a une condition : “Venez à Moi !” — D.B.B. de nouvelles couches, et un beau jour, on découvrit que celle-ci avait produit la plus magnifique des perles, d’une valeur considérable.  Nos problèmes sont un peu comme ce grain de sable. Ils nous agacent, et parfois on se demande bien pourquoi on doit les endurer, avec toutes les frustrations qu’ils amè- nent. Mais, pour peu qu’on Le laisse agir, Dieu peut faire des ­miracles avec nos faiblesses et nos problèmes. Nous devenons plus humbles, nous sommes plus enclins à prier, nous nous rapprochons du Seigneur, nous acquérons de la sagesse et devenons plus aptes à faire face aux nouveaux problèmes qui se présentent à nous. Le Seigneur ne tarde pas à transformer ces grains de sable, qui nous sont si pénibles — telles des bénédic- tions cachées — en merveilleu- ses perles précieuses, les perles de notre force intérieure. Et cel- les-ci deviendront une source d’inspiration pour les autres.
  4. 4. 4 4 Stressé ? autant se surmener. Le secret ? Se décharger de notre fardeau sur l’Éternel. “Déchargez-vous sur Lui de tous vos soucis, car Il prend soin de vous” (1 Pierre 5 :7). Comment faire ?  La Bible nous l’explique ainsi : “Ne vous mettez en souci pour rien, mais, en toute chose, exposez vos besoins à Dieu. Adressez-Lui vos prières et vos requêtes, en Lui disant aussi votre reconnaissance. Alors la paix de Dieu, qui surpasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera votre cœur et votre pensée sous la protection de Jésus- Christ.”(Philippiens 4 :6-7). Définissez vos priorités  Le stress, voilà l’ennemi ! C’est d’autant plus vrai pour un chrétien. En effet, lorsque nous sommes stressés, la première chose, généralement, que nous éliminons de notre emploi du temps, c’est notre temps de communion avec le Seigneur. Alors que nous en aurions le plus besoin. Vous pouvez être la personne la plus organisée du monde, mais si vous négligez votre temps de communion avec le Seigneur, votre santé spirituelle en pâtira. Toutes les choses qui comptent dans la vie dépendent de la qualité de votre connexion avec le Seigneur; qu’il s’agisse de bonheur et d’épanouissement personnel, de bonnes relations avec les autres, ou de productivité. C’est Lorsqu’on n’a pas le temps de faire tout ce qu’on doit faire, il est naturel d’être stressé. On a l’impression de ne pas en faire assez ou de ne pas travailler assez vite, et on se tue à la tâche. Mais en réalité, lorsqu’on essaie d’en faire trop, on finit toujours par être moins performant, moins efficace. Le stress nous cause des problèmes à plus d’un titre : il fatigue notre système nerveux, ce qui a pour effet de diminuer nos perfor­mances mentales. Il nous pousse à aller trop vite. Par conséquent, nous ne sommes pas aussi prudents, aussi sereins qu’il le faudrait, donc plus enclins à faire des erreurs. Le stress étouffe notre inspiration. Il fait de nous des êtres irritables et peu sociables. Il nous retire toute joie de vivre ! Bref, se laisser aller au stress n’apporte que des déboires. Stress ou paix de l’esprit ?  Il est vital d’apprendre à reconnaître le moment où le stress va nous submerger, pour pouvoir réagir et le combattre positivement. C’est là l’une des habitudes les plus impor­tantes à acquérir dans notre travail. Et la meilleure façon d’y parvenir est d’appeler le Seigneur à l’aide.  Tout d’abord, demandons à Jésus de nous aider à en détecter les signes avant-coureurs. Ensuite, apprenons à Le laisser porter nos soucis et nos anxiétés, à Lui faire confiance pour qu’Il agisse à travers nous, comme Il l’entend et au moment opportun.  Il est tout à fait possible d’être très occupé, d’avoir beaucoup à faire, sans pour Par Maria David Comment s’en défaire en deux leçons faciles.
  5. 5. 5 pourquoi il vous faut puiser votre nourriture spirituelle dans Sa parole, vous rafraîchir à Son Esprit et prendre le temps de L’aimer et d’être aimé par Lui.  Pour obtenir la paix parfaite du Seigneur, vous devez absolument prendre le temps de communier avec Lui. Et pour cela, vous devez avoir confiance que la tâche urgente qui vous accapare est entre Ses mains et qu’Il contrôle la situation. Pour pouvoir Lui faire confiance, il vous faut comprendre et accepter cette merveilleuse vérité qu’Il vous aime, et qu’Il vous aime à tel point qu’Il désire vous aider dans tous les aspects de votre vie.  Il est concerné par vous et par votre bonheur. Il aimerait s’impliquer dans votre vie. Il aimerait vous donner un coup de main dans vos tâches, et Il Le fera dans la mesure où vous Le laissez faire. Si seulement vous Lui demandez, vous verrez qu’Il allégera votre fardeau d’une manière spectaculaire.  Donc, la meilleure chose à faire, lorsque vous commencez à vous sentir stressé, c’est de vous arrêter pour demander au Seigneur de vous aider. Il attend que vous Lui fassiez part de vos problèmes. Et alors, Il calmera vos nerfs, vous donnera la tranquillité de l’esprit et vous montrera quoi faire.  Prenez le temps de prier, de remettre entre Ses mains votre travail : telle est la meilleure façon de décompresser. Cela revient à ouvrir la soupape de sûreté de votre esprit. Mais si vous négligez de prendre ce temps avec Lui, la pression continuera à monter. Il a réponse à tout !  Il va de soi qu’il faut également demander au Seigneur de vous aider à organiser votre travail. Lorsque vous prenez le temps de communier avec Lui, Il peut vous inspirer des idées qui viendront éclairer et simplifier les choses, et qui, de ce fait, vous éviteront le surmenage.  Vous serez surpris de constater que le Seigneur n’a pas peur d’aller jusque dans les plus petits détails de votre emploi du temps ou de votre méthode de travail. Il vous montrera vos priorités. Il vous donnera des conseils sur la façon la plus efficace de les mener à bien. Il vous fera éviter les nombreux écueils qui vous font perdre du temps et vous mettent sous pression, en vous rappelant certains facteurs que vous aviez négligé de considérer, ou que vous ne pouviez tout simplement pas connaître. En outre, Il vous montrera Son amour, quelle que soit la situation. Et cela, plus que tout, viendra alléger votre fardeau et illuminer la vie de ceux qui vous entourent.  Jésus disait : “Venez à Moi, vous tous qui êtes accablés sous le poids d’un lourd fardeau, et Je vous donnerai du repos. Mettez-vous à Mon école, car Je suis doux et humble de cœur. Oui, Mon joug est facile à porter et la charge que Je vous impose est légère” (Matthieu 11 :28-30). La Bible promet également : “Tu (Dieu) garderas dans une paix parfaite l’esprit qui s’appuie sur Toi, car il se confie en Toi” (Ésaïe 26 :3, Darby). Lorsque vous aurez appris à laisser Jésus contrôler votre vie et votre travail, et donc à Le laisser porter une plus grande part de votre fardeau, vous verrez que tout marchera comme sur des roulettes, les choses iront plus vite, vous serez plus efficace. De quoi transformer votre vie ! Un matin, de bonne heure, j’entrepris de foncer Dans les tâches du jour, la tête la première. En effet, j’avais tant et tant de choses à faire Que je ne pouvais prendre le temps de prier. Tous les ennuis se mirent à me tomber dessus. Chaque tâche, labeur, se faisait fastidieux, Et je m’interrogeai : “Où donc se cache Dieu ?” “Tu n’as rien demandé”, me fut-il répondu. En présence de Dieu, moi, je voulais entrer. Et j’essayai les clés qui étaient dans ma poche, Mais d’une voix gentille, Il me fit ce reproche : “Pourquoi donc, mon enfant, oublies-tu de frapper ?” Je n’aspirais qu’à voir la joie et la beauté, Mais le jour s’étirait, maussade et sans bonheur. “Pour quelle raison ?” demandai-je au Seigneur. Alors Il répondit : “Tu ne M’as pas appelé !” Ce matin de bonne heure, je me suis réveillé, J’ai marqué une pause avant que je m’affaire. En effet, j’avais tant et tant de choses à faire Qu’il fallait que je prenne le temps de prier. — Auteur anonyme p r e n o n s l e t e m p s d e .p r i e r
  6. 6. 6 Un jour que Martin Luther et son assistant, Philippe Mélancthon, avaient devant eux une journée particulièrement chargée, ce dernier suggéra de raccourcir de moitié leur temps de prière matinale. Luther refusa catégoriquement. Puisqu’ils avaient tant à faire, il insista pour que, ce jour-là, ils passent quatre heures en prière au lieu des deux heures habituelles. Ainsi fut fait, et leur journée se déroula beaucoup mieux qu’ils n’auraient, tous deux, osé l’espérer ! Un message de Jésus pour vous T’arrive-t-il d’être fatigué, et de ployer sous le fardeau de tes problèmes ? Je sais bien que cela t’arrive. C’est à ce moment-là que tu dois t’envoler vers Moi. Prends ton essor sur les ailes de la prière, et Je te soutiendrai. Les fardeaux n’ont pas été faits pour tes épaules, c’est à Moi de les porter. Dans Mon amour et Ma compassion, j’ai fait en sorte que ces fardeaux te rapprochent de Moi, pour que tu puisses trouver le repos en Mon sein, pour que tu aies besoin de Moi, et ainsi que tu puisses ressentir Mon amour. Je t’aime et Je te soutiendrai si tu veux bien te décharger sur Moi de tous tes soucis. Auras-tu la sagesse de tirer profit de l’expérience des autres ? ENVOLE-TOI vers moi ! Considère attentivement l’exemple de Mon serviteur Martin Luther qui, au lieu de s’entêter lorsqu’il se retrouva confronté à une tâche trop difficile, décida de passer deux fois plus de temps en prière et en communion avec Moi. Tu te demandes comment tu pourras accomplir tout ce que tu dois faire… Fais comme Luther. Lorsqu’il priait, il se déchargeait sur Moi de tous ses soucis. Tel est le secret du vrai repos : te décharger sur Moi de toutes tes préoccupations, pleinement assuré que Je prends soin de toi, que J’ai toujours résolu les problèmes que tu m’as confiés et continuerai de le faire !
  7. 7. 7 Le calme fait la force de l’esprit : Ecclésiaste 7:8 Ésaïe 30:15 Luc 21:19 1 Pierre 3:4 Calmer notre esprit devant le Seigneur montre que nous nous attendons à ce qu’Il agisse en notre faveur; c’est un signe de confiance et de foi : Exode 14:13a Ésaïe 26:3 Ésaïe 40:31 Philippiens 4:6-7 Hébreux 4:9-11 Il est futile de se tracasser et d’opérer dans l’éner- gie de la chair,cela nous empêche d’agir selon Dieu: Psaume 37:7-9 Luc 10:38-42 Luc 12:25-26 C’est en faisant de notre mieux pour plaire au Sei- gneur et rester en accord avec Sa volonté que l’on trouve la sérénité de l’es- prit et la paix du cœur : Psaume 119:165 Proverbes 1:33 Ésaïe 32:17 Matthieu 11:28-30 Romains 5:1 Le calme lectures substantielles Considère Mon propre exemple: lorsque, jour après jour, J’étais suivi par les multitudes qui Me sollicitaient, Je savais bien que je n’arriverais pas, à Moi tout seul, à résoudre tous leurs problèmes. Comment allais-Je pouvoir nourrir 5 000 personnes avec seulement cinq pains et deux poissons ? (Matthieu 14:15-21). C’était absolument impossible, mais, au lieu de m’en inquiéter, J’ai tout simplement accepté l’aide de Mon Père : “Je ne peux pas y arriver_! C’est impossible. Impossible à Moi, mais pas à Toi” (Jean 5:19). Et Mon Père fit l’impossible ! Il fit ce que, de Moi-même, Je ne pouvais pas faire. Et ce n’est pas en envoyant Mes disciples à la pêche que J’ai pu nourrir toute cette foule. J’ai simplement levé Mes yeux vers Mon Père et Je me suis déchargé sur Lui de Mon fardeau. Et ce jour-là, Il effectua le miracle : Il donna à manger à 5 000 personnes. Mais, d’abord, il avait fallu que Je Lui fasse entièrement confiance. J’avais dû faire un acte de foi avant que Mon Père ne puisse accomplir le miracle. L’organisation et la distribution s’ensuivirent, mais l’acte de confiance totale dut venir en premier. J’étais confronté à des tas de problèmes et de situations délicates, à l’immense besoin des foules qui M’assaillaient. Sans parler de la multitude de ceux qui criaient : “Impos­sible ­!” Bon nombre de Mes disciples étaient découragés, accablés par les doutes. Certes, parfois, les problèmes paraissaient insurmontables. Pourtant, c’est dans ces moments- là que J’ai appris à m’en remettre totalement à Mon Père, à M’appuyer sur Lui de tout Mon poids et à Me décharger de Mon fardeau. Ton fardeau ne sera jamais si lourd que nous ne puissions le porter ensemble ; Je ne le permettrai pas! Décharge-toi sur Moi de tes soucis, et tu pourras disposer pleinement de Ma force, et Ma puissance s’accomplira en toi (2 Corinthiens 12:9).
  8. 8. 8 (Description d’une vision :) J e vois un groupe de gens sous le dôme d’une immense pièce située au centre d’un édifice. Tous re­gardent vers le haut, comme s’ils attendaient quelque chose. Il y en a d’autres, affairés, qui vaquent à leurs occupations [au ser- vice de Dieu] dans les ailes de cet édifice, mais les premiers, sous le dôme central, se con­tentent de regarder tranquillement vers le haut. Ils baignent dans une clarté dorée qui émane du sommet, et ils pren- nent de profondes bouffées d’air céleste qui se répand sur eux. C’est le temple du Seigneur. (Prière :) Oh, Seigneur, que ne don- nerions-nous pas pour une bouffée d’air céleste qui nous rafraîchit et nous clarifie l’esprit, cet air qui inspire notre cœur et nous donne des visions époustouflantes, cet air qui nous fait tourner la tête pour Toi, Jésus ! Ceux qui sont trop affairés se fa­tiguent vite, et doivent venir sous le dôme se rafraîchir et se ressourcer. (Prière :) Apprends-nous à faire de même, Jésus. Rappelle-nous que nous ne pouvons continuer sans la vision céleste que Tu nous donnes, sans ce souffle d’air frais qui vient du Ciel, sans le son de cette douce musique. Nous ne pouvons aller de l’avant sans entendre Ta voix et sans être inspirés par la vision d’en haut ! Nous ne serions pas aussi nerveux, aussi anxieux, si nous passions plus de temps avec le Seigneur, à contempler ce dôme étoilé, à respirer cet air céleste et à écouter cette musique sublime. Nous y trouverions paix et repos de l’âme. Nous en serions entièrement renouvelés, revigorés, habités d’une nouvelle vision, d’une fraîche inspiration, de forces neuves, de repos, de paix et de joie. Y êtes-vous jamais allés ? Avez-vous pris le temps de faire en vous le calme en présence de Dieu, pour pouvoir pénétrer dans le temple de Son Esprit ? Y êtes-vous allé chercher une bouffée d’air frais tout droit du Ciel ? Sinon, vous avez vraiment manqué quelque chose ! Vous allez vous épuiser, vous laisser envahir par les craintes et la las- situde. Vous serez en proie aux doutes et au découra- gement, paniqué, tourmenté, harcelé. Vous perdrez le contact avec le Seigneur et manquerez de force, de sagesse, d’amour et de patience — pour la simple raison que vous aurez négligé de vous rendre dans le temple afin de vous y rafraîchir, de vous ressourcer auprès de Son Esprit. Êtes-vous trop occupé, trop pressé ? Votre travail est-il trop important pour vous arrêter quelques instants, et recevoir une bouffée David Brandt Berg un moment dans le temple De quelques notes exquises de musique céleste,Il peut clarifier toutes vos idées...
  9. 9. 9 d’inspiration d’en haut, pour vous rafraî- chir l’esprit et prendre un peu de repos physique — le temps d’une petite célé- bration d’amour avec le Seigneur ? Vous défaillerez en chemin si vous négligez de vous arrêter un moment sous le dôme. Si vous ­manquez de vous y rendre pour capter un peu de Sa lumière, combien de cette lumière pourrez-vous communiquer aux autres ? Faites un temple de votre cœur ! Il vous suffit de vous isoler avec le Seigneur, pour admirer Ses merveilles, respirer Son air céleste, écouter Sa musi- que divine et contempler Ses visions qui viennent du Ciel. Vous pouvez le faire à n’importe quel moment. À toute heure, vous pouvez jeter un coup d’œil à travers le dôme, où que vous soyez, quelle que soit votre occupation. Prenez simplement quelques instants de silence avec le Seigneur. N’im- porte quand, où que vous soyez, vous pouvez, promptement, quitter les ailes de l’édifice pour pénétrer dans le temple en esprit (Jean 4 :24). Contemplez, vous vivrez ! Admirez les choses d’en haut ! Faites un temple de votre cœur ! Voyez ce que Dieu est capable de faire dans ce magnifique royaume de l’esprit. Mais n’est-ce pas un peu difficile au milieu de tout ce brouhaha, de toute cette activité ? Cet affairement est peut-être nécessaire, mais il vous faut revenir dans la rotonde de l’esprit pour recharger vos batteries. Vous n’arriverez à rien sans Lui, sans Sa puissance. Vous progres- serez peut-être un peu, mais, si vous ne revenez pas vous brancher à la source du courant, vous finirez par vous traîner, jusqu’à l’épuisement total, vidé de toutes forces ! Travailler dans les ailes peut s’avérer très éprouvant, et si vous ne revenez pas régulièrement sous le dôme, vous n’aurez jamais la force, ni même la vision et l’ins- piration nécessaires, pour aller de l’avant. En un clin d’œil, Il peut résoudre tous vos problèmes. D’une seule bouffée d’air frais, Il peut revivifier tout votre être. De quelques notes exquises de musique céleste, Il peut clarifier toutes vos idées. Il peut effacer toutes vos craintes et vos larmes en un simple petit moment de paix — cette paix parfaite qu’Il vous donne lorsque votre esprit se repose sur Lui, et sur Lui seul, parce que vous vous en remettez entièrement à Lui (Ésaïe 26 :3). Il vous suffit d’entrevoir Jésus, ne serait-ce qu’un instant, pour que tout soit changé. Et pour vous redonner le courage de vivre. N’oubliez surtout pas de passer un moment dans le temple aujourd’hui !  Prière du jour Merci, Jésus, de me laisser Te confier mes soucis en prière pour que je puisse m’en décharger sur Toi. Quand je Te remets ainsi mon fardeau, cela Te montre que je T’aime, que j’ai besoin de Toi et que je Te fais confiance. Alors, Tu peux m’aider à accomplir bien davantage que si j’essayais de tout faire par moi-même. Merci de me soulager de chacun de mes fardeaux avant qu’ils ne deviennent trop pesants. Merci, Jésus, pour Tes solutions, toujours simples !
  10. 10. 10 Le témoignage d’une famille stationnée en Indonésie Lydia risqua un coup d’œil par la fenêtre, en faisant attention de ne pas se faire remarquer. — Tout a l’air calme dehors, observa-t-elle. Mais presque trop calme ! — Pour l’instant, nous sommes en sécurité, assura John en passant son bras autour des épaules de Lydia. Nous avons prié pour notre situation, donc nous nous savons entre les mains du Seigneur. Nous avions considéré quitter la ville, mais avions la nette impression que le Sei- gneur voulait que nous restions. — Le moment paraît bien choisi pour essayer de parler avec nos voisins, fit remar- quer John. Lydia se pencha encore à la fenêtre, cette fois-ci en direction des hommes qui mon- taient la garde à l’entrée de notre immeuble. Leur présence suffirait sans doute à décou- rager d’éventuels pillards, mais face à une foule en colère, que pourraient-ils faire ? John et Lydia demandèrent au Seigneur de les protéger, puis descendirent l’escalier et sortirent de l’immeuble. Ils passèrent rapidement devant les boutiques désertes du rez-de-chaussée et parvinrent au portail d’entrée où des voisins attroupés discutaient avec les gardes. Alors qu’ils approchaient, le bruit d’une explosion retentit dans tout le voisinage. Au même moment, deux adoles- cents qui couraient à perdre haleine, surgi- rent du coin de la rue. — Fuyez ! Dépêchez-vous ! cria l’un d’eux. Ils arrivent ! Ces deux jeunes n’étaient pas seuls, ils étaient suivis de dizaines de personnes — à pied, en voiture ou à bicyclette — qui s’ef- forçaient d’échapper aux émeutiers. L’un des adolescents s’arrêta pour reprendre son souffle : — Ils saccagent les vitrines et mettent le feu aux immeubles comme le vôtre ! s’écria-t-il. Ils sont juste au coin de la rue ! Fuyez ! Et le plus vite possible ! Mettez vos familles à l’abri ! DANS LE SILLAGE DE LA DESTRUCTION Les manifestations anti- gouvernementales d’étudiants avaient gagné la ville entière. Nous nous sommes retrouvés en plein milieu d’émeutes, avec le Sei- gneur pour seule défense. Mais Il allait se montrer à la hauteur de la tâche ! Ce qui aurait très bien pu tourner en tragédie s’est transformé en un formidable témoignage de la puissance de Dieu. Dans les jours qui précé-dèrent les émeutes, nous n’avions quitté notre appartement qu’en cas d’abso- lue nécessité. — Vous avez entendu les nouvelles ? chuchota l’un d’entre nous, pour ne pas alarmer les enfants. Il y a des émeutes dans toute la ville ! JAKARTA, LE 13 MAI 1998
  11. 11. 11 … Les émeutiers avaient semé la destruction dans leur sil- lage,pour ne laisser après leur passage qu’un amas de tôles tordues et de débris de verre… La peur se lisait dans ses yeux. Sans attendre, il reprit sa course éperdue. Alors un vent de pa­nique souffla sur la foule et tout le monde prit la fuite. John et Lydia prièrent pour ne pas céder à la peur. Sans dire un mot, ils partirent en courant vers leur appartement, et montèrent les escaliers quatre à quatre. Joanna, qui les avait vus venir, leur ouvrit la porte. De toute évidence, il se pas- sait quelque chose de terrible dans la rue, et la seule chose à faire, c’était de prier avec ferveur que le Seigneur nous protège de tout mal ! Deux d’entre nous emmenè- rent les enfants dans une autre pièce pour leur lire des histoi- res, pendant que les autres res- tèrent pour prier. Nous priâmes comme jamais nous n’avions prié ! Les minutes passèrent. Nous restions en prière. Quand les cris et les hurlements de la foule s’approchèrent, nous dûmes nous boucher les oreilles et prier encore plus fort …Ils sont juste au coin de la rue ! Fuyez ! Et le plus vite possible ! Mettez vos familles à l’abri !… pour invoquer la protection de Dieu ! Le Psaume 91 s’est avéré d’un immense réconfort. « Qu’un millier tombe à ta gauche et dix milliers à ta droite, tu ne seras pas atteint. … Je dis : “Éternel Tu es mon refuge et ma forteresse, oui Tu es mon Dieu en qui j’ai confiance.” … Tu n’as plus à craindre ni terreurs la nuit, ni flèches qui volent dans la jour- née. … Aucun mal ne T’attein- dra, nul malheur n’approchera de la tente où Tu demeures. » (Psaume 91 : 2,5,7,10). Nous avions l’impression que ce psaume avait été écrit spécia- lement pour nous. Comme une couverture de protection, la paix de Dieu recouvrait nos esprits. Après des minutes qui nous parurent interminables, l’un de nous se leva pour aller à la fenêtre. Le quartier avait retrouvé son calme, tout était silencieux. En vue, il n’y avait pas âme qui vive. Nous étions saufs ! Phil et Esther montèrent sur le toit pour en avoir le cœur net. C’est là qu’ils mesurèrent l’étendue du miracle. Les émeu- tiers avaient semé la destruction dans leur sillage jusqu’à notre quartier pour ne laisser après leur passage qu’un amas de tôles tordues et de débris de verre. Ils s’étaient engagés dans notre rue avant de bifurquer au dernier moment, à quelques mètres de notre appartement, pour se diriger vers un supermarché non loin de là. Pendant encore quelque temps, nous avons entendu les cris des pillards qui dévalisaient le magasin. Plus tard, dans la soirée, d’immenses colonnes de feu de plus de 30 mètres de haut illuminèrent la nuit, indi- quant que les émeutiers étaient en train de piller et de saccager deux autres grands magasins à proximité. Au milieu de la destruction et de la terreur qui régnaient tout autour de nous, notre bon Sau- veur nous avait gardés à l’abri, dans le creux de Ses mains.
  12. 12. 12 Q Mes amis et moi,nous échangeons souvent des commérages sur les gens que nous connaissons.Il m’arrive de ne pas me sentir à l’aise parce que,pour être honnête, il s’agit généralement de sarcasmes ou de propos malveillants.Mais le désir d’être au fait des derniers potins est souvent le plus fort.Que me conseillez-vous ? réponsesàvosquestions Le Roi Salomon disait : “La mort et la vie sont au pouvoir de la langue” (Proverbes 18:21). Il y a là matière à réflexion ! Les paroles qu’on prononce sont bien réelles. Elles peuvent faire du bien ou faire du mal; elles peuvent encou- rager ou accabler; sauver ou condamner ! Il est un vieil adage anglais qui dit : “Par les bâtons et les pierres, mes os seront brisés, mais les paroles ne peuvent me toucher”. Or rien ne peut être plus éloigné de la vérité ! Prenons l’exemple de Mary Ellen et de Jesse Pepper. Il s’agit d’une histoire vraie : Mary, découragée et blessée par les propos malveillants colportés à son sujet par Jesse Pepper, une jeune fille de 18 ans, avait fini par se suicider. Jesse fut reconnue coupable de meurtre. On qualifia son crime de “meurtre par médisance” parce que Mary s’était donné la mort à cause de ses ragots. Cela peut paraître extrême, mais, tout compte fait, est-ce vraiment extrême ? Vous êtes-vous jamais senti abattu au point de vouloir mourir, à cause de médisances ou de railleries ? Ou alors, vous est-il arrivé vous-même de blesser quelqu’un ? Regardons les choses bien en face : ne sommes- nous pas tous coupables d’avoir blessé quelqu’un par nos paroles, à un moment ou l’autre de notre vie ? Ce n’était peut-être pas intentionnel, c’était peut-être dit sur le ton de la plaisanterie, mais cela ne change rien au fait que c’était blessant. Peut-être qu’à ce moment-là cette personne avait besoin d’encouragement, mais, au lieu de cela, nos paroles incisives l’ont meurtrie et ont laissé en elle une profonde cicatrice. Le poème suivant nous offre une saisissante illustration : Si je savais qu’une de mes paroles Une parole blessante, injuste, Devait laisser une trace indélébile Sur le visage d’un ami, Je me garderais bien de la prononcer. Et vous ? Si je savais que la douleur causée par une parole Devait laisser un vilain sillon, Pareil à une cicatrice profonde, Dans le cœur d’un ami, Je me garderais bien de la prononcer. Et vous ? — Auteur anonyme Il suffit parfois de quelques mots prononcés à la hâte pour que tout aille de travers. Comment faire pour retenir ces mots qui blessent, ces mots qu’on dit sans réfléchir, comment les empêcher de s’échapper de notre bouche ? Bref, comment contrôler notre langue ? Le problème, c’est qu’on ne peut pas la contrô- ler ! La Bible constate : “L’homme est capable de dompter toutes sortes de bêtes sauvages : quadru- pèdes, oiseaux, reptiles, animaux marins, et les a effectivement domptées. Mais la langue, aucun homme ne peut la dompter” (Jacques 3 :7-8). Dieu seul peut la dompter ! “Cela est impossible aux hommes ; mais à Dieu, tout est possible” (Matthieu 19 :26). La seule vraie façon de dompter notre langue, c’est de demander à Dieu de changer notre cœur, “car ce qu’on dit vient de ce qui remplit le cœur” (Matthieu 12 :34). Si notre cœur est rempli de l’amour de Dieu, les paroles que nous prononcerons seront empreintes d’amour et de compassion. La seule façon de changer une langue “indomp- tée” c’est de transformer l’esprit qui la gouverne. Vous n’y arriverez jamais tout seul. Jésus est l’unique source d’amour, de douceur, de bonté et de gentillesse, et lorsque vous permettez à Jésus de gouverner votre vie, Il prend aussi contrôle de votre langue. Son Esprit, qui habite en vous, vous ani- mera et vous inspirera à prononcer Ses merveilleu- ses paroles d’amour, de lumière et de vie ! 
  13. 13. 13 13 LES CLOUS dans le poteau Quand j’étais petit,j’avais un caractère colérique qui, trop souvent,me faisait dire et faire des méchancetés. Un jour,après que je me sois disputé avec l’un de mes camarades au point de le faire pleurer,mon père m’annonça que pour chacune de mes méchancetés,il planterait un clou dans le montant de la barrière qui faisait face à notre maison.Et chaque fois que je ferais preuve de gentillesse,il en retirerait un. Les mois passèrent.Le nombre des clous ne cessait d’augmenter.Je ne pouvais franchir la barrière sans que ces clous ne viennent me rappeler la raison de leur pré- sence….Finalement,je me fis un point d’honneur de les faire disparaître. Enfin,le jour tant attendu arriva :il ne restait plus qu’un seul clou ! Tandis que mon père l’enlevait,je dansais autour de la barrière en m’écriant avec fierté : — Tu vois,Papa,tous les clous sont partis ! Mon père,contemplant le poteau d’un air songeur,fit remarquer avec gravité : — C’est vrai,il n’y a plus de clous,mais les trous sont tou- jours là ! — Auteur anonyme
  14. 14. 14 P endant la deuxième moitié du règne de l’Antéchrist, période appelée la grande détresse, ceux qui refusent de l’adorer ou de recevoir sa marque, ou son nombre, ne pourront rien acheter ni vendre. Nous qui adorons Dieu, nous serons persécutés, mais notre foi nous sauvera. À la fin de cette période, Jésus reviendra nous sauver. Il détruira le système économique, politique et religieux de l’Antéchrist et instaurera Son royaume sur terre. La technologie, encore in- connue il y a quelques années, qui permettra d’instaurer la marque de la Bête, se dével- oppe rapidement. Examinez de près les faits suivants : Bardés de micro-puces pour servir À l’heure où les théories de conspiration abondent, nul n’est sans doute plus véhé- ment que l’ex-commentateur sportif et porte-parole du parti britannique des Verts, David Icke, auteur de 10 ouvrages qui soutiennent tous la thèse suivante : Une minorité d’individus, d’organisations et de socié- tés secrètes sont en train de s’emparer du monde, et de nous par la même occasion. Toujours d’après Icke, cette élite crée l’actualité de toutes pièces et la diffuse dans le monde entier. Ils manipulent les événements et définis- sent les tendances — guerres, révolutions, attentats terror- istes, assassinats, désordres économiques et poli­tiques, trafics de drogue — puis ils façonnent notre percep- tion de ces événements par l’intermédiaire des médias qui sont également sous leur contrôle. Ce sont des experts en manipulation mentale col- lective et individuelle, et leur objectif est de nous assujettir ! Dans une interview publiée dans le journal sud-africain The Independent (édition du 19 janvier 1998), David Icke osait affirmer : “Au moment où je vous parle, le gouverne- ment secret de ce monde manipule l’esprit humain afin que nous acceptions une dictature globale centralisée. Cette dictature s’appelle le Nouvel Ordre Mondial, et si nous n’y prenons pas garde, elle se manifestera bientôt sous la forme d’un gouverne- ment mondial, avec une banque centrale, une monnaie et une armée mondiales ainsi qu’une population reliée à un ordinateur central par micro- puce électronique.” Et nous avons intérêt à nous réveiller au plus vite, parce que c’est en train de se passer ! Déjà, à l’heure actuelle, les animaux domes- tiques peuvent être dotés de puces électroniques, et les La Marque applications à l’homme font l’objet de discus- sions ou de protocoles expérimentaux. C’est ainsi que l’on envisage de munir les enfants d’âge préscolaire d’implants électroniques pour empêcher les rapts d’enfants, et pour retrouver des enfants qui se seraient égarés. Ou encore d’implanter une puce électronique sur les détenus en liberté conditionnelle ou dans le cadre des pro­grammes de “détention à domicile”. L’objectif final, d’après David Icke, est d’implanter une puce électronique sur tous les bébés dès la naissance. “La technologie existe déjà, mais il reste à persuader le public de l’accepter. Un des moyens d’y parvenir con- siste à donner un maximum de publicité aux histoires de disparition d’enfants, y compris les enlèvements d’enfants dans les maternités.” Sur le front financier, les pièces de mon- naie et les billets de banque sont remplacés par les cartes de crédit et les cartes à puces. “Aujourd’hui, si vous faites des achats dans une boutique et que votre carte de crédit est refusée par l’ordinateur, vous pouvez toujours régler la somme en liquide, explique Icke. Mais que se passera-t-il lorsqu’il n’y aura plus d’argent liquide ? Si l’ordinateur refuse votre carte ou votre implant électronique, vous ne pourrez plus rien acheter. Nous serons dev- enus des robots dans tous les sens du terme, le simple prolongement d’un programme informatique.” Les partisans de l’implantation de puces électroniques sur l’être humain avancent d’autres arguments : nous n’aurons plus besoin de passeports, et, en cas d’accident, chacun aura sur soi ses dossiers médicaux en perma- nence. Au Royaume-Uni, on commence déjà à implanter sur des individus des puces élec- troniques contenant leurs dossiers médicaux. “Plus effarant encore, ajoute David Icke, ces implants peuvent servir à modifier le compor- tement humain.” est pour demain
  15. 15. 15 Le cerveau relié à l’ordinateur Si l’on en croit un article paru dans le Sun- day Times (Londres, édition du 7 novembre 1997), la perspective de pouvoir prolon- ger l’intelligence humaine au moyen d’un implant électronique dans le cerveau a fait deux grands pas en avant. Les scientifiques sont parvenus à faire se reproduire des cel- lules nerveuses de rats de laboratoire — cel- lules très proches des cellules nerveuses de l’homme — sur une puce de silicone. D’autre part, ils ont réussi à transmettre sur les nerfs des impulsions électriques, lesquelles ont été captées par des senseurs contenus dans la puce. “Ces avancées sont présentées comme un premier pas crucial dans le développement d’une connexion directe entre le cerveau et l’ordinateur. Cela va permettre des améliora- tions siliconées du corps humain, comme par exemple des dispositifs mémoriels implan- tés dans le crâne ou des yeux bioniques qui permettront aux a­veugles de voir”, affirme l’article du Sunday Times. En réponse à une question sur les recherches les plus récentes, Colin Humphreys, profes- seur à l’université de Cambridge, déclarait qu’elles permettaient d’envisager l’effrayante possibili- té de pouvoir bientôt contrôler l’esprit humain au moyen d’implants électroniques. Des implants électroniques pour surveiller les employés “Big Brother* pourrait bientôt vous surveiller de l’intérieur”. Tel est l’avertissement con- tenu dans un autre ar­ticle du Sunday Times (édition du 9 mai 1999). Plusieurs sociétés multinatio­nales consultent des scientifiques sur la possibilité de développer des implants dans le but de mesurer les horaires de travail de leurs employés et contrôler leurs allées et venues. *NDT : référence au roman de George Orwell, “1984”, où Big Brother représente l’organe de sécurité et de pro- pagande du gouvernement, “Elle [la deuxième bête, le faux prophète, bras droit de l’Antéchrist] obligea tous les hommes, gens du peuple et grands personnages, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, à se faire marquer d’un signe sur la main droite ou sur le front. Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la bête soit le nombre correspondant à son nom” (Apocalypse 13:16-17). qui contrôle chaque individu. “La technologie en question, qui a été testée avec succès sur des animaux, ainsi que sur des humains consentants, permettrait à ces entreprises de suivre leurs employés à la trace dans le périmètre d’un bâtiment ou d’un complexe. Les données obtenues les rendraient à même d’établir des estimations d’efficacité et de productivité pour chacun de leurs employés.” “ La technologie en question sera très demandée par les entreprises dont les coûts sal- ariaux sont très élevés, et pour lesquels une augmentation minime de la productivité des employés se traduirait par une augmentation importante des profits. De plus, d’après le Professeur Kevin Warwick de l’université de Reading, il s’agit d’une technologie relativement bon marché (quelques euros par personne). “Pour une entreprise, l’avantage est évident, déclare Warwick. Vous saurez à quel moment vos employés ar- rivent au travail et à quel mo- ment ils quittent l’entreprise. À tout moment, vous aurez la possibilité de savoir où se trouvent vos employés et avec qui ils sont.” Keith Phillips
  16. 16. Mon amour pour toi Je vois chacune de tes larmes. J’entends chacun de tes sanglots. Je comprends chacune de tes inquiétudes, de tes frustrations, chacun de tes soucis, de tes fardeaux, et aussi tes aspirations. Je sais tout sur toi — tes désirs, tes insatisfac- tions. Je lis dans ton cœur, Je vois tout ce qu’il renferme, et Je t’aime profondément. J’aimerais, si tu Me le permets, te serrer dans Mes bras et t’embrasser pour chasser tes peines et tes chagrins. Je voudrais te réconforter, te rassurer, et verser le baume de Mon amour sur ton cœur brisé. Je voudrais chasser toutes tes inquiétudes, tes craintes, tes larmes et tes frustrations. Je voudrais chasser les nuages de confusion et calmer tes nerfs. Je voudrais faire disparaître toute rancœur et faire s’épanouir pleinement chacune de tes aspirations profondes. Je veux te donner le soleil et la lune, les étoiles du ciel, les extases du Paradis et l’amour qui ne finira jamais. Je veux t’aider à surmonter les moments sombres et difficiles, et à sortir du brouillard, aussi épais soit-il. Toute la confusion, toutes les frustrations que tu as refoulées au-dedans de toi, Je voudrais les faire fondre et disparaître — parce que Je t’aime. — Jesus Parce que Je t’aime…

×