Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Activé: Pour un atmosphere familiale plus chaleureuse

24 views

Published on

Livres, livres électroniques, magazines et bandes dessinées gratuits sur divers sujets - www.spiritualibrary.com

Published in: Spiritual
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Activé: Pour un atmosphere familiale plus chaleureuse

  1. 1. C H A N G E Z V O T R E V I E . C H A N G E Z V O T R E M O N D E Vol 2 • Numéro 4 Pour une atmosphère familiale plus chaleureuse Quels sont vos sujets de conversation ? Le meilleur investissement Des cadeaux ou votre temps ? Les divertissements modernes au banc des accusés Quelqu’un d’autre forge-t-il les valeurs de votre enfant ? ivé
  2. 2. ctivé © 2009 Aurora Production, Ltd. www.auroraproduction.com Tous droits réservés. À défaut de mention spéciale, les citations de la Bible sont extraites de la Bible du Semeur. Copyright © 2000, Société Biblique Internationale. Avec permission. Vol 2, Numéro 4 Rédacteur en chef Keith Phillips Conception graphique Giselle LeFavre Production Jessie Richards Traduction Bernard Le Chevalier / Paul Messager Pour vous inspirer et vous fortifier spirituellement, pour offrir à vos enfants l’opportunité d’apprendre en s’amusant, nous vous proposons une grande variété de livres et de productions audio et vidéo. Pour vous les procurer, veuillez contacter l’un de nos distributeurs ci-dessous ou visiter notre site Internet : www.activated.org Activated Europe Bramingham Pk. Business Ctr. Enterprise Way Luton, Beds. LU3 4BU United Kingdom +44 (0) 845 838 1384 Email: activatedEurope@activated.org Activated Africa P.O. Box 2150 Westville 3630 South Africa +27 (83) 556 8213 Email: activatedAfrica@activated.org Activated Ministries PO Box 462805 Escondido, CA 92046–2805 USA Toll-free: 1–877–862–3228 Email: info@actmin.org www.activatedonline.com Activated India P.O. Box 5215 G.P.O. Bangalore – 560 001 India Email: activatedIndia@activated.org DE VOUS À MOI Récemment, deux de mes enfants sont devenus parents à leur tour, et ce que j’avais appris au fil des années s’est vu confirmé : : le fait d’être papa ou maman nous force à donner le meilleur de nous-mêmes. C’est tout de suite un choc pour les nouveaux parents, sur le plan émotionnel comme sur le plan physique : il y a ce lien d’amour qui, dès le premier instant, les unit à ce petit être et qui grandit jour après jour, les interruptions de sommeil, l’emploi du temps et les priorités qui se trouvent bousculés... Mais il y a aussi les changements moins perceptibles, ceux que les autres sont généralement les premiers à remarquer : comme cette aura que Dieu réserve aux nouveaux parents, et la maturité qui vient du dépassement de soi et des sacrifices qu’il faut consentir pour répondre aux besoins de bébé. Il fut un temps où j’étais convaincu qu’il n’y avait pas plus grande fierté que de ramener chez soi un nouveau-né, et je l’ai ressentie à chaque nouvelle naissance. Mais à présent, je dirais qu’il y a encore plus de fierté à être grand-parent. Parce que, chaque fois que cela m’arrive (j’ai 11 petits-enfants), je suis doublement fier : fier d’avoir un nouveau petit-fils ou une nouvelle petite-fille et, en même temps, fier de ses parents. Eh bien, maintenant que vous savez que je suis grand-père, vous vous demandez peut-être si j’ai des conseils à donner aux jeunes parents. Pourquoi pas, après tout ? Vous connaissez déjà ces trois grands principes : aimez vos enfants quoi qu’il arrive, dites-leur souvent que vous les aimez, et consacrez- leur des moments de qualité, car rien n’est plus important. J’en ajouterais un autre : je crois qu’une des meilleures choses que les parents puissent faire, c’est de laisser leurs enfants être eux-mêmes. Comme la plupart des parents, vous voulez sans doute que vos enfants excellent. Il est bon de vouloir les aider à réaliser tout leur potentiel, mais de là à vous montrer trop exigeant envers eux ou envers vous-même, il n’y a qu’un pas. Vos enfants ne seront jamais parfaits, pas plus que vous. Alors, apprenez à célébrer les succès sans trop vous inquiéter du reste. Privilégiez l’amour et la confiance plutôt que la perfection, et vous tisserez des liens pour la vie, des liens qui vous garderont unis dans toutes les joies et les peines. Je souhaite donc beaucoup de bonheur aux parents ! Et beaucoup de bonheur aux grands-parents, eux qui ont la chance d’être doublement bénis ! Keith Phillips Pour la grande famille d’Activé 1 1 John 4:8 2
  3. 3. A u début des années 80, j’avais huit ans, j’étais une petite fille maigrichonne et asthmatique, et je vivais en Inde avec mes parents. Une de leurs amies de longue date, qui était venue nous rendre visite, m’apprit qu’elle s’était occupée de moi lorsque j’étais nouveau- née. Dès le premier abord, je me sentis en confiance avec elle. Tandis qu’elle et mes parents se remémo- raient le bon vieux temps, je m’agenouillai derrière elle et, sans rien dire, j’entrepris de tresser ses beaux cheveux châtains. Comme c’était la première fois que je me livrais à cet exercice, la tresse n’était pas très bien faite, plutôt mal serrée et asymétrique. À la fin, je lui demandai si elle aimait mon travail. Elle tâta l’arrière de sa chevelure et s’exclama : ― C’est magnifique ! Et telle- ment plus confortable avec cette chaleur ! Merci beau- coup pour ta gentillesse. Et c’est ainsi qu’une petite fille de huit ans, qui se sentait très maladroite, vit grandir sa confiance en elle-même et apprit combien il est gratifiant de témoigner aux autres de petites mar- ques de sympathie. Un an plus tard, toujours en Inde, lors d’une excur- sion, nous gravîmes les mille marches qui menaient au sommet d’une petite « montagne ». Je dus me reposer maintes fois, à cause de mon asthme, mais l’effort en valait la peine. Arrivés au sommet, nous explorâmes un vieux musée fascinant. Cet ancien palais nous fit découvrir le faste dans lequel vivaient les rois indiens d’autrefois, leurs quartiers richement meublés et soigneusement préservés, ainsi que des jardins à la végétation luxuriante parfai- tement entretenus. Le lendemain, notre maîtresse d’école nous demanda de faire une rédaction sur notre excursion. Je m’employai à relater minutieusement chaque événement de la journée, notre ascension, les singes rencontrés le long du chemin qui avaient dévoré des cacahuètes dans le creux de nos mains, l’immense statue d’un guerrier qui montait la garde à l’entrée du palais et chaque détail du palais lui-même. J’étais assez contente de moi. Ma maîtresse aussi, d’ailleurs. Mais elle me fit remarquer avec tact et gentillesse qu’il était préférable de ne pas commencer chaque phrase avec des « puis » ou des « alors ». Elle me suggéra d’autres possibilités, que je trouvai pertinentes. Cette forme de collaboration et de critique constructive était nouvelle pour moi. Je peux dire que l’encouragement et l’aide que je reçus ce jour-là furent à l’origine d’une vocation d’écrivain et de correcteur de texte qui, depuis lors, m’a apporté beaucoup de satisfaction. Voyez-vous, que vous soyez parent, professeur, ou simplement “de passage”, il ne faut jamais sous-estimer l’influence que vous avez sur les enfants de votre entourage. Parfois, il suffit d’un sourire d’approbation ou d’un petit mot d’encouragement pour transformer la vie d’un enfant, et l’amour que vous aurez ainsi donné vous reviendra à coup sûr ! ◄ Anaik Alcasas est membre à plein temps de la Famille Internationale aux É.-U. Peu de gens réalisent que le monde de demain sera ce que les adultes en font aujourd’hui, selon ce qu’ils choisissent de donner ou de ne pas donner à la génération qui monte. —David Brandt Berg INFL ENCES Anaik Alcasas 3
  4. 4. Pour une atmosphère familiale plus Après avoir étudié un grand nombre d’enregistrements de conversations autour de la table, il conclut : « Je ne m’attendais pas du tout à découvrir qu’un certain mode de comportement allait clairement se dégager de ces conversations. Je voulais simplement savoir ce dont on parlait en famille durant les repas; mais, à mon grand étonnement, j’ai découvert que les familles, dans leurs échanges, avaient développé certaines habitudes bien précises et qui, de surcroît, étaient solidement Adaptation d’un article de Virginia Brandt Berg Q uelle est, de nos jours, la principale défaillance des parents ? Le Dr. James H. Bossard, ancien professeur de sociologie à l’université de Pennsylvanie, a passé quarante ans à étudier ce qu’il appelle « les domaines négligés de la vie familiale ». D’après lui, la défaillance la plus grave chez les parents, c’est la façon dont ils parlent devant leurs enfants. ancrées. Dans une famille après l’autre, j’ai constaté que le modèle conversationnel le plus répandu était la critique destructive. Il était rare qu’on dise du bien de quelqu’un. On se plaignait sans arrêt des amis, des parents, des voisins, et de pratiquement tous les aspects de la vie quotidienne, depuis les queues à la caisse des supermarchés jusqu’à la bêtise du patron. Or, cette atmosphère familiale constamment négative avait un effet désastreux sur les enfants : bon nombre d’entre eux étaient devenus asociaux et impopulaires. Et bien souvent, ce comportement hostile adopté par la famille tournait à la dispute. Les repas étaient le théâtre de querelles et donnaient lieu à des échanges d’insultes. Les enfants prenaient le même pli, et cela leur causait de sérieux problèmes… Il y a des siècles, poursuit le Dr. Bossard, un grand Maître à penser faisait remarquer que ce qui sort de la bouche est beaucoup plus important que ce qui y entre. » Ce Maître était Jésus, et on trouvera cette parole de sagesse en Matthieu 15:11. En une autre occasion, Jésus disait : « La bouche exprime ce dont le cœur est plein » (Matthieu 12:34). Si votre âme est superficielle, égoïste ou méchante, tous ces travers imprègneront vos paroles au moment où elles sortiront de votre bouche. Mais si le Saint-Esprit contrôle votre vie, vos paroles seront pénétrées de lumière divine, tout comme le Christ est lumière (Jean 1:4 ; 8:12). Les paroles qui émanent d’une âme remplie de Son Esprit d’amour exerceront une sorte de magnétisme sur les autres. Lorsque votre cœur brûle de l’amour divin, vous n’avez pas besoin de rajouter du pathos ou de la tendresse à votre 4
  5. 5. chaleureuse conversation. Toutes vos paroles ont une saveur et une puissance qui viennent des profondeurs intérieures. N’aimeriez-vous pas toujours pouvoir dire ce qu’il faut au moment où il faut, et juste comme il faut, de sorte que vos paroles aient un effet bénéfique à long terme ? C’est humainement impos- sible, direz-vous. Oui, c’est pourquoi vous devez laisser l’Esprit du Christ vivant parler à travers vous. Mais alors, comment pouvez-vous être imprégné de l’Esprit du Christ au point qu’Il vous guide dans tout ce que vous dites ? Cela n’est possible que si vous prenez du temps avec Lui, pour vous remplir de Son Esprit et de Son amour. Lisez Sa Parole écrite, la Bible, et absorbez Son Esprit, pour Lui donner l’occasion de vous parler personnellement dans la prière et la réflexion. Si vous négligez de prendre ce temps-là, alors au moment critique vous n’aurez pas les paroles appropriées. Ce qui vous viendra à l’esprit risquera fort d’être fade et superficiel, voire franchement négatif. Mais si vous laissez Jésus vivre en vous, si vous prenez le temps d’entrer en Sa présence pour vous rem- plir de Son amour et de Son Esprit, « des fleuves d’eau vive couleront sans cesse des profondeurs de votre être » PARTEZ DU BON PIED Un message de Jésus La meilleure façon d’aider vos proches à bien démarrer la journée, c’est de les aimer. Plus facile à dire qu’à faire, direz-vous, surtout quand vous êtes encore à moitié endormis ! Mais priez pour le petit coup de pouce qui vous manque, et donnez-vous la peine d’essayer. Vous serez, Je le pense, agréablement surpris. Au lieu de prendre votre petit déjeuner en silence, les yeux rivés sur votre assiette, sur votre journal ou le dos de la boîte de céréales, faites ensemble l’inventaire de vos bénédictions. Remerciez-Moi pour les belles choses que Je vais faire aujourd’hui en réponse à votre prière, et parce que Je vous aime. Lisez un bref passage dans la Bible. Priez l’un pour l’autre, pour que vous soyez capables de relever les défis que vous apportera cette journée. Invoquez une promesse tirée de Ma Parole pour chaque victoire qu’il faudra remporter. « Faites le plein » de Moi ! Je suis amour et lumière. Ma force est infaillible, et toutes choses sont possibles avec Moi. Si vous commencez ainsi votre journée, vous serez prêts à affronter tout ce qui se présentera à vous. Ces quelques minutes passées ensemble le matin sont aussi un moment privilégié pour encourager les autres. Dites à votre fille qu’elle est mignonne, et que tout se passera bien pour elle à l’école. Serrez votre fils dans vos bras, comme pour lui dire : « J’ai hâte de te revoir ! » Partez du bon pied avec l’amour, et l’amour vous portera tout au long de la journée ! ◄ (d’après Jean 7:38). Autrement dit, la racine du problème n’est pas tant la bouche que le cœur. Les paroles ne font que véhiculer ce qui se trouve dans le cœur. Jésus enseignait que nos paroles révèlent notre for intérieur: « L’homme bon tire de bonnes choses de son bon trésor (son cœur) ; l’homme mauvais tire de mauvaises choses de son mauvais trésor (son cœur) » (Matthieu 12:35). Rien d’autre au monde ne peut améliorer la qualité de nos paroles : il faut changer l’esprit dont elles procèdent. Il faut que s’opère un change- ment du cœur. Si vous avez besoin qu’un tel changement s’opère dans votre cœur, la première étape est de prier : « Ô Dieu, crée en moi un cœur pur ; renou- velle et affermis mon esprit » (Psaume 51:10). Ensuite, il ne vous restera plus qu’à passer du temps avec Jésus, Lui qui est la source de toute bonté et de toute tendresse, pour approfondir votre relation avec Lui. Et vous ne tarderez pas à constater que vos paroles deviendront conductrices de Son Esprit. Elles vous permettront d’avoir une merveilleuse influence dans la vie de ceux que vous aimez et de ceux qui vous entourent. ◄ 5
  6. 6. R: Les parents savent bien dès le départ qu’ils ne savent pas tout, et qu’ils sont loin d’être parfaits. Mais les enfants, quand ils sont petits, sont si confiants et innocents qu’ils ne remarquent rien. Toutefois, les choses commencent à changer à l’approche de l’adolescence, et quelques années plus tard, elles prennent des allures de crise. La solution n’est pas d’essayer d’être « le parfait parent », mais plutôt de vous servir de vos imperfections et de vos faiblesses comme de tremplins. Cette approche présente au moins trois avantages : Tout d’abord, lorsque vous êtes conscient de ne pas être à la hauteur, vous n’hésitez pas à rechercher et accepter l’aide de Dieu. « En effet, nous ne saurions prétendre accomplir une telle tâche grâce à notre capacité personnelle. Ce que nous sommes capables de faire vient de Dieu » (2 Corinthiens 3:5). Quand nous sommes faibles, alors, Il est fort Réponses à vos questions Quand les parents ne sont pas parfaits Q: Mes enfants grandissent, et il devient de plus en plus dif- ficile d’être le papa (ou la maman) que j’aimerais tant pouvoir être. Les enjeux sont plus complexes, et mes insuffisances sont de plus en plus évidentes. À mes yeux comme à ceux de mes enfants, d’ailleurs. Avez-vous un conseil à me donner ? en nous et pour nous. Le fait de vous appuyer sur Dieu vous donne une force et une sagesse bien supérieures aux vôtres. Deuxièmement, vos faiblesses contribuent à vous garder humble. Lorsque vous êtes humble, vous avez plus de patience, plus de compréhension à l’égard de vos enfants. Vous êtes aussi plus ouvert aux suggestions des autres, qui voient sans doute mieux les choses du fait qu’ils ne sont pas directement impliqués dans la situation. Troisièmement, en reconnaissant devant vos enfants que vous êtes faible, que vous n’êtes pas infaillible et que vous avez besoin de Dieu, vous leur donnez un formidable exemple. Une telle attitude vous permettra de développer une relation plus étroite avec eux. Donc, ne laissez pas quelques faiblesses vous décourager ou vous arrêter! Sachez qu’il n’existe pas de parents parfaits. En dépit de toutes vos imperfections, vous pouvez être un père ou une mère formidable. Cela dit, la meilleure façon de savoir comment aider vos enfants, c’est de demander à Jésus de vous guider dans chaque situation. Faites de Lui votre partenaire, et vous verrez que le fardeau de vos responsabilités parentales s’en trouvera considérablement allégé. Par exemple, si votre enfant traverse une phase difficile et que vous avez tendance à perdre patience, demandez à Jésus de vous aider. Son Esprit calmera le vôtre, vous soufflera des idées de solutions et vous aidera à surmonter la crise. Grâce à Son amour, vous serez doté d’une patience qui dépasse la vôtre. Ou si votre enfant est devenu insolent, demandez-Lui de vous montrer ce qui est à l’origine du problème, et comment y remédier. Il comprend parfaitement votre enfant, et Il sait tout. ◄ 6
  7. 7. Par Derek Brookes U n jour, en Palestine, il y a près de deux mille ans, une femme s’en vint chercher de l’eau au puits communal. C’était un puits des plus célèbres, le Puits de Jacob, qui portait le nom du patriarche qui l’avait creusé. La femme était samaritaine, de la ville de Sychar. Selon toute vraisemblance, elle avait vécu jusque là une vie assez mouvementée. Mariée cinq fois, elle était bien connue de tous les villageois et les ragots allaient bon train à son sujet. Elle avait appris à s’endurcir contre le qu’en dira-t-on en se forgeant un masque d’indifférence. Au puits, cette femme tourmentée rencontra un Étranger. Elle fut choquée de L’entendre s’adresser à elle directement : c’était un Juif et, selon les coutumes juives, un Juif ne doit pas avoir de contacts avec les Samaritains. L’Étranger la pria de Lui donner à boire. Certes, elle était prête à le faire, mais, n’étant pas du genre à se laisser impressionner, elle Lui demanda une explication. Pourquoi enfreignait-Il la coutume en lui adressant la parole ? Il lui répondit que si elle savait qui Il était, c’est elle qui Lui aurait demandé de l’eau. De toute évidence, Il n’avait rien pour puiser, alors comment aurait-Il bien pu faire ? Était-ce un plaisantin, ou essayait-Il de flirter ? Elle se résolut à Lui poser encore quelques questions. De fil en aiguille, Il lui révéla son passé, et elle découvrit que l’Étranger avec Lequel elle s’entre- tenait n’était autre que le Messie promis et envoyé par Dieu pour sauver le monde. Et l’eau dont Il parlait, c’était « l’eau vive » du Saint-Esprit, source inépuisable d’amour, de joie, de paix, de patience, de gentillesse, de bonté, de foi, et de bien d’autres choses encore. Ces quelques minutes passées en compagnie de Jésus auprès du puits transformèrent sa vie à tout jamais. Soudain, Dieu devenait si proche, si réel, si personnel, si présent ! Elle ressentait Son amour, et il était facile de se connecter à Lui. Il lui suffisait d’ouvrir son cœur à Jésus. Ce jour-là, la femme ne se contenta pas de puiser au réservoir inépuisable de l’Esprit de Dieu, mais elle n’eut de cesse que toute la ville y puisât également. Sur le coup, les gens pensèrent sans doute qu’elle était un peu folle, ou pour le moins exaltée, mais ils l’écoutèrent néanmoins. Pour finir, ils vinrent trouver Jésus, et ils crurent en Lui. Dieu est prêt, dès à présent, dès aujourd’hui, à établir une toute nouvelle relation avec vous : Il vous acceptera exactement comme vous êtes. Et demain, Il continuera d’être là, prêt à vous emmener encore plus loin. Ce qu’Il adore faire, c’est tout remettre à neuf, y compris vous. Voulez-vous puiser à la source intarissable d’eau vive ? Il vous suffit de faire cette simple prière : Jésus, je crois en Toi. Entre dans ma vie. Pardonne-moi tout le mal que j’ai fait, donne-moi la vie éternelle, et remplis-moi d’amour et de puissance comme Tu l’as promis à tous ceux qui T’appellent à l’aide. Amen. ◄ Personne ne m’a jamais promis que ce serait facile, et ça ne l’est pas. Mais, en revanche, je suis grandement récompensé de voir mes enfants grandir, de les voir prendre des décisions d’adultes qui engagent leur avenir, de les voir s’aventurer seuls comme des êtres indépendants, courageux et atta- chants. En outre, j’aime ce que je deviens. Le fait d’avoir des adolescents m’a rendu plus humain, plus humble, moins arrogant, moins sûr de moi. Et au bout du compte, tout cela m’a appris à prendre les choses avec plus d’humour ! — Un père anonyme, cité dans « Nos enfants et nous », Ouvrage collectif sur l’hygiène et la santé, par l’Association des femmes de Boston (1978) Le puits secret 7
  8. 8. L’évolution d’une mèreMaria Doehler Quand mon mari et moi n’avions qu’un enfant, je pensais que j’étais une assez bonne maman. Il est vrai que je devais m’adapter, me plier quelquefois, renoncer à mon indépendance, mais somme toute de façon limitée. Cade était toujours impeccable, toujours propre, bien habillé et sentant bon. On pouvait facilement le trimbaler partout où l’on allait. Si on avait quelque chose à faire, on s’y attelait calmement et on finissait toujours par y arriver. Je savais que les choses deviendraient plus difficiles au fur et à mesure que la famille s’agrandirait, mais je ne m’inquiétais guère, j’étais taillée pour ça. Ensuite, Brooke est arrivée. C’était un adorable petit bébé, qui ne se réveillait que pour gazouiller et se rendormir. Comme j’avais pris moins de poids durant cette grossesse, très vite, je retrouvai ma forme et ma silhouette. Si j’étais capable de faire avec deux, me disais-je, j’étais prête à relever tous les défis. Bref, j’étais une mère modèle. Sur ce, Zara fit son entrée. Adieu mes belles assurances. Non pas que Zara fût un bébé difficile à proprement parler, mais sou- dain, « le tout de suite » devint « 45 minutes plus tard ». J’avais souvent trois bambins en train de pleurer dans trois chambres diffé- rentes. La moindre occupation familiale, qui devait être minutieusement planifiée et mise en œuvre, prenait des allures de mission sur la lune. Nous avons commencé à entendre ce genre de commentaires : « Tu n’arrêtes donc jamais, je suis fatigué rien qu’à te regarder ! » Mais les bébés ne restent pas des bébés très 8
  9. 9. longtemps (avant qu’on puisse se ressaisir, les voilà qui font leurs premiers pas !), et nous avons appris à faire avec. Nous avons également appris que nous n’avions pas à être parfaits. Ni nos enfants d’ailleurs. C’est là que j’ai commencé à réaliser que, pour moi, être mère c’était bien plus que mettre au monde des enfants et m’occuper d’eux physiquement. Cela voulait dire vivre ma vie à travers mes enfants, non pas en leur imposant mes idées et mes rêves, mais en me réjouissant de leurs triomphes, en étant fière de leurs accomplissements. Partout où nous allions, les gens nous disaient: « Pro- fitez d’eux pendant qu’ils sont petits ; ça grandira vite ! » Cette vérité commença à pénétrer notre esprit. Quatre enfants pour finir. Emma, la dernière, a son petit caractère, tout autant que son frère et ses sœurs. À présent, « tout de suite » veut dire « dans une heure ». Il faut encore tout planifier, bien sûr, mais nous ne prévoyons qu’une activité par jour, maxi. Nous avons beaucoup de tenues de jeu, et seulement quelques tenues « habillées ». Un jour, juste au moment où nous allions sortir, Zara a mis du feutre bleu sur la chemise de Cade, et je me suis prise à penser : « Au moins c’est sur une chemise bleue, ça ne jure pas trop. » Certes, nous ne passons pas inaperçus, nous nous faisons remarquer partout où nous allons, mais les gens voient que nous sommes heureux et ils ont l’air d’aimer. Je continue d’apprendre ce qu’est l’amour et, petit à petit, je vois cet amour transformer ma nature égoïste et rebelle. Chacun des enfants me façonne un peu plus chaque jour et, pour rien au monde, je ne voudrais qu’il en soit autrement. C’est palpitant, exaltant, passionnant d’être une famille ! Maria Doehler est membre à plein temps de la Famille Internationale au Mexique. ∏ Jamais dépassé — Message de Jésus aux mamans Le métier de mère ne passera jamais de mode, parce qu’être mère veut dire aimer. J’ai fait en sorte que les humains aient besoin d’amour, et que ce soit à travers leur maman qu’ils fassent leur première expérience de cet amour. Une mère incarne la tendresse, une tendresse que le nouveau-né peut déjà ressentir et à laquelle il peut répondre. Donc, si tu as l’impression de passer à côté de la vie parce que tu es coincée chez toi avec rien d’autre à faire que de t’occuper d’un bébé et d’élever une ribambelle d’enfants, alors que tu pourrais poursuivre une carrière, change ta perspective. Dans la vie, il n’y a rien de plus beau que l’amour ! Il n’y a rien de plus important que d’apprendre à aimer pleinement. On peut se passer d’une multitude de choses, mais pas d’une maman. Le métier de mère ne sera jamais dépassé ! ∏ 9
  10. 10. P our la énième fois, mes deux aînés, de 9 et 10 ans, vinrent se plaindre à moi : –Maman, Sophie me prend tous les legos ! – C’est toujours Julien qui ramasse les meilleurs en premier ! Christie, ma petite der- nière de 5 ans, se mit de la partie : – Ce n’est pas juste, je veux construire un avion mais eux ne veulent pas, pleurnicha- t-elle. De toute l’après-midi, ils n’avaient cessé de se cha- mailler. Et tous les prétextes étaient bons. Ce ne sont pourtant pas les jouets qui manquent, mais ils ne savent pas s’amuser. Et là, de toute évidence, ils passaient à côté à la confiture Par Misty Kay de quelque chose. Au fond de moi-même, je fis monter une petite prière vers le Seigneur pour Lui demander de l’aide : comment leur faire comprendre ce qui n’allait pas ? – Qui aime les crêpes sans rien dessus ? lançai-je. Les enfants se figèrent, surpris de me voir brusque- ment changer de sujet. – Qui aime les crêpes sans rien dessus ? répétai-je. Les crêpes toutes sèches qui vous restent en travers de la gorge ? – Pas moi ! s’écrièrent-ils en chœur. – Je vois, je vois… Donc, hier, quand vous m’avez demandé de faire des crêpes, vous ne vouliez pas de crêpes sans rien dessus : vous vou- liez des crêpes à la confiture. La veille, c’était la Fête des Pères, et nous avions préparé un petit déjeuner spécial. Au menu, nous avions, entre autres, des crêpes à la confiture. Elles vous fondaient dans la bouche, c’était délicieux. Alors je continuai : – Quand vous me dites que vous voulez vous amuser avec des jouets, ce n’est pas seulement ça que vous voulez. Comme pour les crêpes, vous ne voulez pas des crêpes nature sans rien dessus. C’est la confiture qui fait toute la différence. Eh bien, l’amitié et la bonne entente, c’est un peu comme la confiture. Sans elles, ce n’est pas très amusant de jouer. Même avec tous les legos du monde. Ce qui rend les choses intéressantes, c’est de jouer ensemble, en harmonie. Les crêpes ne suffisent pas, il faut de la confiture. Les enfants saisirent parfaitement la comparaison et décidèrent de bien jouer ensemble. Ce fut magique. Pendant les jours qui suivirent, le mauvais temps nous obligea à rester enfermés dans la maison, mais personne ne parut s’en plaindre. Les enfants jouèrent à tous les jeux qu’ils pouvaient trouver. Chaque fois que je remarquais la moindre saute d’humeur, je me contentais de leur dire : – Tiens, il faudrait rajouter un peu de confiture ! Plus tard, je compris que cette leçon n’était pas seulement destinée à mes enfants. Parfois, dans mon travail, je fais de gros efforts pour atteindre les objectifs que je me suis fixés, et j’en arrive à considérer tout le reste comme une distraction. « Il faut absolument que je termine ça ! » J’aime pouvoir travailler sans être interrompue. Mais ensuite, je me demande pourquoi mon travail me paraît si fastidieux, pourquoi il m’apporte aussi peu de satisfactions… Cela vous arrive-t-il d’essayer de manger des crêpes sans rien dessus ? Nous accordons tant d’importance à nos occupations que nous oublions que nos crêpes seraient meilleures avec un bon nappage. Ne laissons pas notre travail ou nos loisirs étouffer l’amitié qui donne du « piment » à notre vie. Donc, si vous êtes submergé par les soucis, le stress, la pression du travail, si vous avez l’impression d’avoir perdu la petite étincelle de joie, si vous vous sentez un peu vide, il vous suffit peut-être de reprendre un peu de confi- ture. Ça redonnera de la saveur à votre vie. ◄ Misty Kay est membre à plein temps de la Famille Internationale aux É.-U. Les crêpes 10
  11. 11. LECTURES SUBSTANTIELLES Les Enfants Les enfants sont une bénédiction de Dieu. Genèse 49:25 Psaume 113:9 Psaume 127:3–5 Dieu aime les enfants et les connaît dès avant leur naissance. Psaume 22:10 Ésaïe 49:1 Jérémie 1:5 L’éducation de la première enfance influence toute la vie. Proverbes 22:6 Si vous négligez vos enfants au profit d’autre chose, vous en souffrirez, et eux aussi. Proverbes 29:15b Vous avez la responsabilité d’enseigner la Parole de Dieu à vos enfants. Deutéronome 6:6–7 Ésaïe 38:19b Joël 1:3 Jean 21:15 2 Timothée 3:15 Apprenez à vos enfants à faire confiance à Dieu. Psaume 22:9 Psaume 34:11 Psaume 78:6–7 Amener vos enfants à recevoir Jésus. Marc 10:14 Jean 1:12 Seul Dieu peut nous apprendre les leçons essentielles de la vie. Psaume 25:5 Proverbes 8:32–33 Ésaïe 54:13 QUELQUES CONSEILS à l’usage des parents Par David Brandt Berg Les petits ne comprennent pas tout ce qui se passe, mais ils sont sûrs que vous, vous comprenez. Donc, pour eux, ce que vous dites est parole d’évangile : ils croient en vous. D’où l’importance de respecter leur sensibilité et de les traiter avec délicatesse. Quand les petits sont d’humeur contrariante, ce n’est pas le moment de leur demander quoi que ce soit. Ils diront non à tout ! Les règles sont nécessaires, mais n’en ayez pas plus qu’il n’en faut. Moins il y a de règles, le mieux c’est pour tout le monde. Chaque enfant est unique et a sa propre personnalité. Chacun doit être traité selon ses caractéristiques individuelles, et selon son niveau de maturité. Mettez-vous à la place de votre enfant, et vous comprendrez mieux ses problèmes. Vous devez faire une distinction entre les règles qui ne sont pas négociables et celles qui peuvent faire l’objet d’une exception. Ce genre de décisions requiert que vous ayez la sagesse de Dieu. C’est pourquoi, autant que possible, consultez-Le et consultez Sa Parole avant de prendre une décision hâtive. Parfois, avec les adolescents, votre expérience vous dit qu’ils devraient faire les choses d’une certaine manière. Mais est-il préférable d’essayer de les persuader, ou vaut-il mieux les laisser faire à leur idée ? C’est là qu’il vous faudra user de sagesse. Parfois, le fait de sentir que vous leur faites confiance et que vous êtes prêt à prendre en considération leurs désirs et leurs opinions, les encouragera énormément ; et, au bout du compte, pour eux, cela aura beaucoup plus de valeur que ce qu’ils auraient gagné à suivre vos suggestions. Sans compter, bien sûr, que l’expérience est souvent le meilleur maître. Dieu nous donne un exemple, et nous devrions nous comporter avec nos enfants comme Il le fait avec nous. Il essaye de nous persuader de faire le bien, mais Il nous laisse le choix, Il nous laisse libres de nos décisions. Chaque fois que les circonstances le permettent, faites de même avec vos enfants, et cela dès leur plus jeune âge. Ils seront plus aptes à faire les bons choix lorsqu’ils seront grands et que les enjeux seront devenus plus importants. 11
  12. 12. V os enfants n’oublieront jamais les bons moments passés avec vous. Vos plus beaux souvenirs d’en- fance ne sont-ils pas les moments où vos parents vous ont montré leur amour en vous accordant leur temps et leur attention ? Lorsqu’on leur donne de l’attention personnelle, les enfants s’épanouissent. À l’inverse, s’ils en sont privés, ils se sentent mal dans leur peau, ils ont tendance à se déprécier, ils ont l’impression d’être rejetés. N’en est-il pas ainsi pour chacun de nous ? Vous n’êtes pas toujours obligé de passer beaucoup de temps avec les enfants pour leur faire savoir que vous les aimez et les appréciez, mais vous devez passer au moins un peu de temps. Et la qualité de ce temps est plus importante que la quantité. Le temps que vous passez avec vos enfants n’est pas seulement le plus beau cadeau que vous puissiez leur offrir, c’est aussi le meilleur investissement que vous puissiez faire en eux. Rien n’influencera autant leur vie. Comme le disait quelqu’un de sage : « Vos enfants ont besoin de votre présence plus que de vos présents. » Jouez, lisez avec eux, prenez-les dans vos bras, encouragez-les, profitez de ces moments. Allez vous promener avec eux, ou asseyez-vous autour d’une table pour discuter. Posez-leur des questions et écoutez-les. Écoutez-les vraiment. LE MEILLEUR INVESTISSEMENT Un jeune et brillant avocat disait un jour : « Un certain Noël, j’ai reçu le plus beau cadeau de ma vie. Et pourtant, il était minuscule et ne pesait presque rien. Mon père m’a offert un petit coffret qui contenait une note écrite de sa main « Mon fils, cette année, je te donne- rai 365 heures de mon temps, une heure chaque jour après le dîner. Nous parlerons de ce que tu veux, nous irons où tu veux, nous jouerons à ce que tu veux. Cette heure t’appartiendra ! » Et mon père a tenu sa promesse, poursuivit l’avocat. Qui plus est, il l’a renouvelée les années suivantes. Ce fut le plus beau cadeau de ma vie. Ces heures passées avec mon père ont fait de moi ce que je suis. » — Cité dans Moody Monthly 12
  13. 13. Le plus bel héritage que des parents puissent léguer à leurs enfants, ce sont les quelques minutes qu’ils passent avec eux chaque jour. —Orlando A. Battista Comme la plupart des parents, vous êtes sans doute déjà très sollicité et, dès que le moindre imprévu survient, ce sont les enfants qui en pâtissent. Alors, vous vous faites une raison en vous disant qu’il y aura toujours demain pour vous occuper d’eux, mais c’est aujourd’hui qu’ils ont besoin de vous. Décidez du temps que vous voulez passer avec vos enfants chaque jour ou chaque semaine, et marquez-le dans votre emploi du temps. Faites-en une priorité absolue, comme un rendez-vous qu’il faut absolument respecter. En cas de force majeure, changez-en l’heure, mais surtout ne l’annulez pas. Si vous remarquez que vous devez souvent remettre ces moments à plus tard, revoyez vos priorités, et faites un nouveau plan qui soit plus réaliste. Quand les enfants grandissent et qu’ils ont des problèmes, ils ont encore plus besoin de votre temps, et vous devez être encore plus attentif. Ne vous empressez pas de proposer des solutions et des conseils. Évitez de leur faire des sermons. Écoutez-les jusqu’au bout avant d’ouvrir la bouche et, si possible, aidez-les à parvenir eux-mêmes aux bonnes conclusions. Ensuite, priez et prenez le temps d’écouter la petite voix de Dieu dans votre for intérieur. Il est toujours prêt à répondre à vos questions : vous serez surpris des solutions qu’Il vous proposera. (Cf. la brochure À l’Écoute du Ciel dans la collection Activé.) C’est très bien de consacrer du temps à vos enfants, mais vous devez aussi prendre le temps de prier pour eux. Et là encore, cela restera lettre morte si vous n’en faites pas une priorité. Vous devez prévoir ce temps. Quand on prie pour les enfants, c’est un moment privilégié où l’on apprend à les com- prendre. Dieu peut vous montrer certaines choses sur eux, que vous n’auriez pas pu savoir autrement. Vous découvrirez combien Il les aime, et vous les aimerez d’autant plus. Il vous comblera de Son amour, et cet amour vous fera triompher, ensemble, de tous les obstacles. De nombreux parents qui ont maintenant des enfants adul- tes vous diront que leur plus grand regret, c’est de n’avoir pas passé assez de temps avec eux lorsqu’ils étaient petits. Pour ce faire, vous devrez renoncer à certaines activités. Au début, vous aurez peut-être l’impression de perdre un peu votre temps, mais persévérez : vous ne le regretterez pas. Chaque minute accordée à vos enfants est un investissement. Les récompenses sont éternelles. Le fait d’être présent pour vos enfants aura un formidable impact sur leur vie, même si vous n’avez pas l’impression de faire beaucoup pour eux, ni d’accomplir grand-chose. ◄ [Extraits (traduits de l’anglais) de Les Clés de l’éducation, Derek et Michelle Brookes, Editions Aurora] Copyright © 2001 Aurora Production AG. Écrivez à l’une des adresses mentionnées en page 2 pour commander votre exemplaire (pas encore disponible en français). « Apprends à l’enfant le chemin qu’il doit suivre ; même quand il sera vieux, il n’en déviera pas » (Proverbes 22:6). Nous devons éduquer, inspirer et encourager nos enfants, et surtout leur montrer le chemin vers Dieu et enraciner leur foi dans Sa Parole. Si, en outre, nous leur donnons un bon exemple, ils seront préparés à affronter la vie. —David Brandt Berg 13
  14. 14. LES DIVERTISSEMENTS MODERNES AU BANC DES ACCUSÉS Par David Brandt Berg dans les médias, les enfants qui regar- dent le petit écran en concluent naturel- lement que ce type de comportement est normal et acceptable. Malheureusement, cela reflète sans doute ce qui se passe dans le foyer américain moyen, puisque que c’est des É.-U. que nous viennent la plupart de ces films, et que c’est à ces foyers-là que les producteurs cherchent à plaire. En ce sens, c’est logique, mais certainement pas acceptable. C’est méchant, blessant, parfaitement déplacé. Et en plus, c’est contagieux ! Cette image de la famille se propage rapidement un peu partout dans le monde, principalement par la voie de ces séries télévisées. C’est lamentable ! Les enfants imitent ce qu’ils voient et ce qu’ils entendent et, c’est bien connu, ils ont tendance à imiter le négatif. Les petits, en particulier, ne savent pas toujours discerner le bien du mal. Il faut avouer qu’on ne leur simplifie pas la tâche lorsque les personnages les plus vils, les plus méprisables, sont représen- tés comme des héros, ceux qui sont « cool » et qu’on envie. Ils sont beaux, riches, populaires, plus malins que les adultes, et libres de faire tout ce qui leur plaît. Les enfants sont en train de se forger des valeurs qui les accompagneront tout au long de leur vie, et il appar- tient aux parents de les guider dans ce processus. Les parents manquent à leurs responsabilités s’ils laissent leurs enfants regarder tout ce qu’ils veulent sans aucun contrôle parental, ou s’ils ne prennent pas la peine de leur expliquer ce qui est moralement acceptable, ou ne l’est pas. Et cela vaut pour les émissions soi-disant destinées aux enfants, voire celles qui se veulent éducatives. Le fait qu’un film ou qu’une émission de télé soit classé « pour enfants » ne veut pas forcément dire qu’il est édifiant pour vos enfants. Les parents doivent faire preuve de responsabilité person- nelle en la matière. Ils ont le devoir d’éviter à leurs enfants d’être en contact A vez-vous remarqué que de nos jours ce sont les répliques les plus acerbes, les plus cinglantes, les plus blessantes, qui font rire le public ? Certains trouvent ça drôle, mais pour ma part, je trouve cela choquant ! Quand j’étais jeune, le public aurait été horrifié, outragé, par un tel étalage de vulgarité. Maintenant, on en rit aux éclats. Rares sont les films ou les émissions de télé où l’on voit des familles dont les enfants ne se battent pas comme des chiffonniers. Et les parents ne font guère mieux : ils sont constamment en train de se disputer et de s’insulter en présence de leurs enfants – et de vos enfants. Comme c’est devenu la norme 14
  15. 15. avec ce qui peut leur nuire, soit en ne prenant pas le risque de les y exposer, soit en leur expliquant pourquoi telle ou telle conduite est mauvaise et ne doit pas être imitée. Le monde du spectacle est en pleine décadence ! Quel dommage : ce pourrait être un merveilleux outil d’enseignement de la vie – comme il l’était jadis. Mais hélas, cela empire d’année en année! Dans les principaux médias d’aujourd’hui, il est rare que le nom de Dieu soit mentionné, sauf pour le profaner. De nos jours, tout ce qui a trait à l’occulte est « cool » et exerce une fascination sur le public. Par contre, les gens qui ont des convic- tions religieuses sont généralement représentés comme des « dérangés ». Quand j’étais petit, nombre de films se référaient à Dieu ou à la prière de façon positive et respectueuse, et souvent même les personnages les plus dévoyés finissaient par appren- dre leur leçon et changer. À cette époque, les films finissaient bien, et l’on pouvait en tirer une morale. Ce n’est plus le cas de nos jours ! Parfois, on a peine à différencier les bons des méchants. S’il y a une chose que je déteste, ce sont les histoires où le mal triomphe ! Les tragédies grecques, les opéras européens, les pièces de Shakespeare mettent en scène de nombreuses situations tragiques, mais on en tire toujours une leçon. Les Grecs croyaient que les émotions provoquées par les représentations dramatiques, comme la tristesse et le chagrin, avaient un effet de catharsis, c’est-à-dire de purification. Les tragédies de Shakespeare étaient profondes, riches de sens. Chacune des fables d’Ésope finissait sur une morale. Mais aujourd’hui, la plupart des films, des émissions de télé, des chansons et autres formes de divertissements n’ont rien de sensé à nous apprendre, aucune leçon à proposer. Ils vous laissent un goût amer dans la bouche, le sentiment qu’il n’y a plus aucun espoir ! « Tout n’est que chaos ! Le monde est un enfer ! Dieu doit être un monstre pour avoir créé un endroit pareil ! » C’est Dieu qu’on accuse. Même si Dieu n’est pas mentionné, c’est bien ce que ça veut dire. « Pourquoi moi ? Pourquoi suis-je victime d’une telle injustice ? » Dans les bandes dessinées, il y a toujours eu une bonne part de violence, avec des héros qui se battent et qui font tout sauter, etc. Mais certaines B.D. récentes sont encore pires, parce qu’elles initient les enfants à l’occulte, ainsi qu’à d’autres réalités surnaturelles maléfiques. J’aime le surnaturel, le bon côté j’entends, mais bon nombre de B.D. actuelles font la part belle au côté obscur, au côté satanique ! On se croirait revenus au Moyen-Âge. C’est lamentable ! Il en est de même pour une grande part de la musique et des clips musicaux actuels. On arrive à peine à comprendre les paroles. En tout cas, la plupart des adultes n’y comprennent rien, à moins qu’ils ne fournissent un gros effort. Mais si ça ne vous rebute pas, ou si vous lisez les paroles [qu’on peut souvent trouver en ligne], vous serez choqué et horrifié de voir le genre de perversions que les chanteurs, les compositeurs et les groupes font avaler à vos jeunes à travers leur musique. En tant que parents, vous devez prendre le temps d’examiner avec soin ce qui est livré en pâture à vos enfants. À vous de décider si c’est ce que vous voulez qu’ils deviennent. Parce qu’ils deviendront demain ce qu’ils regardent, ce qu’ils écoutent, ce qu’ils imitent aujourd’hui. ◄ Une démarche proactive Comment tirer parti de la télévision  Ne laissez pas vos enfants regarder la télé sans supervision.  Visionnez les films ou les émissions de télé avant de les montrer à vos enfants. Ou bien lisez des critiques de ces films. Faites le tri.  Si vous choisissez de voir des émissions de télé, des films ou des documentaires, faites de ces moments une expérience amusante et instructive. Pour cela, regardez-les ensemble, puis discutez-en. Cela permettra à vos enfants de se forger un bon jugement.  Parlez avec eux de ce qu’ils font avec leurs amis durant leurs loisirs. Non pas comme si vous n’aviez pas confiance en eux, mais pour les aider à construire leur système de valeurs et à s’y tenir.  Maintenez un bon équilibre. Ne regardez pas seulement la télé, mais faites ensemble d’autres activités, comme des jeux, du sport, des excursions, etc. 15
  16. 16. E L’amour et le respect que vos enfants vous portent sont innés, mais cela ne veut pas dire qu’ils n’évoluent pas. Ils augmentent ou diminuent au fil des jours en fonction de votre relation avec eux. Alors ne trahissez jamais leur confiance. Soyez le modèle qu’ils seront fiers de suivre. Si vous voulez que vos enfants soient ouverts et qu’ils pensent aux autres, soyez vous-mêmes ouverts et pensez aux autres. Si vous voulez qu’ils soient généreux, soyez généreux. Si vous voulez qu’ils soient honnêtes, soyez honnêtes. Si vous voulez qu’ils soient optimistes, qu’ils réagissent positivement devant les problèmes, montrez-leur que vous avez une attitude positive dans votre façon d’aborder les défis et les déceptions de la vie. Si vous voulez qu’ils M’aiment, qu’ils Me respectent et qu’ils aient une étroite connexion avec Moi, maintenez vous-mêmes une connexion forte avec Moi, en M’accordant du temps, en lisant Ma Parole et en la mettant en pratique. Si vous voulez qu’ils apprennent la gratitude, ne manquez pas une occasion de Me remercier et de Me louer pour Mes bontés. Si vous donnez le bon exemple à vos enfants durant leur tendre enfance, ces liens d’amour et de respect que vous aurez tissés seront d’une solidité à toute épreuve. Ils seront préparés à devenir les adultes dont nous pourrons, vous et Moi, être fiers. Alors quand Je vous rappellerai à Moi, vous M’entendrez vous dire : « C’est bien, bon et fidèle serviteur ! » (Matthieu 25:21). Élever des enfants n’a jamais été facile, mais tous les parents ont, dès le premier jour, un immense avantage : leurs enfants les aiment et les admirent plus que tout au monde. C’est un avantage capital au regard de la responsabilité qui sera la leur : aider leurs enfants à devenir des adultes affectueux et responsables. Certes, les enfants sont un don du Ciel, mais ils représentent beaucoup de travail. Éduquer par l’exemple Un message de Jésus aux parents

×