Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Activé: Le prince de paix

18 views

Published on

Livres, livres électroniques, magazines et bandes dessinées gratuits sur divers sujets - www.spiritualibrary.com

Published in: Spiritual
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Activé: Le prince de paix

  1. 1. ctivéCHANGEZ VOTRE VIE. CHANGEZ VOTRE MONDE. LE PRINCE DE PAIX Un monde parfait nous attend QUI VEUT DU FILS ? La meilleure affaire de tous les temps LA GRANDE CHAÎNE D’AMOUR À vous de la continuer SpécialNoël
  2. 2. 2 activé — SPÉCIAL NOËL “L’homme ne pourra pas vivre seulement de pain...”Pour nourrir votre esprit,pour offrir à vos enfants l’opportunité d’apprendre en s’amusant,nous vous proposons une grande variété de livres et de productions audio et vidéo. Pour vous les procurer,veuillez contacter l’un de nos distributeurs ci-dessous ou visiter notre site Internet : INTERNET:www.activated.org E-MAIL:active@activated.org Activated Africa/Europe Bramingham Pk.Business Ctr. Enterprise Way Luton,Beds. LU3 4BU England Spécial Noël RÉDACTEUR EN CHEF Keith Phillips CONCEPTON GRAPHIQUE David Hackett ILLUSTRATION Kristen Dufrane PRODUCTION Francisco Lopez TRADUCTION Bernard Le Chevalier Paul Benjamin CHANGEZ VOTRE VIE — CHANGEZ VOTRE MONDE DE VOUS À MOI Noël fait ressortir ce qu’il y a de meilleur en chacun de nous. C’est le moment privilégié où chacun lève les yeux vers le Ciel en quête de paix et d’espérance, où chacun cherche au fond de soi- même la force d’aimer et de donner sans compter, où chacun se tourne vers l’autre dans un effort de réconciliation. C’est à Noël, ce jour béni entre tous, que le monde entier — ou presque — partage une brève parenthèse de paix. Mais que dire de l’année qui vient de s’écouler ? Avec son cortège interminable de conflits armés, ses accords de paix rompus aussitôt qu’ils sont négo- ciés, et la menace grandissante que fait peser sur tous le terrorisme international, peut-on raisonnable- ment espérer que la paix sera un jour possible ? Quand on voit l’état lamentable où se trouve le monde, il y a peu de raisons d’espérer. Mais qu’on se tourne vers le Prince de Paix, et alors on a toutes les raisons d’espérer. Et toutes les raisons de vouloir transmettre cet espoir à d’autres. Que pouvez-vous faire pour contribuer à ramener la paix dans le monde ? Après tout, me direz-vous, vous êtes bien seul et vous ne pouvez pas vraiment influer sur le cours des choses. Mais au fait … en êtes-vous bien certain ? Bien sûr, tout le monde n’est pas à la tête d’une armée ou à même de participer à des pourparlers de paix ou de désarmement, mais par vos prières, vous pouvez influer sur le cours des événements, et par vos actes et votre comportement vous pouvez influencer tous ceux que vous côtoyez. Je me souviens des paroles d’une chanson qui était très populaire il y a quelques années : « Si tout le monde allumait sa chandelle, on finirait par illumi- ner le monde entier ! » Certes, vous ne pouvez pas illuminer le monde entier, mais vous pouvez éclairer votre petit bout de planète. Et on peut tous le faire. Au nom de toute l’équipe d’Activé, que Dieu vous bénisse, vous et vos proches ! Puisse-t-Il vous apporter Sa paix parfaite et puissiez-vous être une bénédiction pour d’autres hommes et d’autres femmes en ce Noël et tout au long de l’année qui vient. ctivé À défaut de mention spéciale,les citations de la Bible sont extraites de la Bible du Semeur. Copyright © 2000,Société Biblique Internationale.Avec permission. © 2004 Aurora Production AG Tous droits réservés. www.auroraproduction.com pour vos amis d’Activé
  3. 3. activé — SPÉCIAL NOËL 3 Un jeune et brillant avocat disait un jour : « Un certain Noël, j’ai reçu le plus beau cadeau de ma vie. Mon père m’a offert un petit coffret qui contenait une note écrite de sa main :“ Mon fils, cette année, je te don- nerai 365 heures de mon temps, une heure chaque jour après le dîner. Nous parlerons de ce que tu veux, nous irons où tu veux, nous jouerons à ce que tu veux. Cette heure t’appartiendra ! ” « Et mon père a tenu sa promesse, poursuivit l’avocat. Qui plus est, il l’a renouvelée les années suivantes. Ce fut le plus beau cadeau de ma vie. Ces heures passées ensemble ont fait de moi ce que je suis. » donner de À NOËL, TOUT EST PARDONNÉ Nous sommes à la veille de Noël. Un adolescent qui a fait une fugue revient en train chez ses parents. Il leur a écrit pour leur faire part de ses intentions, mais il n’est pas sûr d’être le bienvenu. Comme la voie ferrée passe juste derrière la ferme familiale, il a demandé à son père d’attacher un morceau de tissu rouge au grand orme du fond de la propriété pour lui faire savoir que son retour est désiré. Encore quelques kilomètres... Le garçon fait part de son anxiété à un homme d’un certain âge, son voisin de compartiment. L’homme le rassure : « Tu seras sera bien accueilli, aussi bien qu’un autre jeune homme qui avait quitté les siens. » Puis il lui raconte la parabole du Fils prodigue (Luc 15 :11-32). Effectivement, quand le train passe en bordure de la vieille ferme, le signal est bien là — mais au lieu d’une seule petite pièce d’étoffe, ce sont des dizaines qui ondulent dans le vent, chacune suspendue à l’une des branches du vieil arbre, pour crier la bonne nouvelle à notre jeune fugueur qu’à Noël, tout est pardonné. son temps AIMER C’EST DONNER Il fait froid à New York à la fin décembre, mais ce jour-là était glacial. Un garçon, qui devait avoir 10 ans, était planté devant la vitrine d’un marchand de chaussures, transi, les pieds nus. — Qu’est-ce que tu regardes avec autant d’attention ? lui demanda une dame qui ne l’avait pas quitté des yeux depuis qu’elle l’avait remarqué de loin. — Je demandais à Dieu qu’Il me donne une paire de chaussures, répondit le garçon. La femme le prit par la main et le fit entrer. Elle commanda une demi douzaine de paires de chaussettes à sa taille, avec une cuvette d’eau, du savon et une serviette. Le vendeur qui n’était pas habitué à ce genre de requête, s’en alla chercher ce qu’on lui demandait. Elle emmena le gamin dans un coin au fond du magasin puis, à genoux, se mit à lui laver les pieds. Comme le vendeur était de retour avec les chaussettes, le garçon en enfila une paire. Ensuite la dame lui acheta des chaussures. Elle paya le tout et lui remit le sac contenant les autres chaussettes. Avec un grand sourire et une petite tape amicale sur la tête, elle lui dit au revoir : « Tiens, tu auras un peu plus chaud maintenant. » Alors que la dame allait partir, l’enfant, qui n’était pas revenu de sa surprise, la retint par la main et la fixa de ses grands yeux remplis de larmes en lui demandant : « Est-ce que vous êtes la femme de Dieu ? »
  4. 4. 4 activé — SPÉCIAL NOËL La Lumière vit la terre plongée dans les ténèbres Et elle dit : « Je descendrai parmi les hommes. » La Paix vit la terre ravagée par la guerre Et elle dit : « Je descendrai parmi les hommes. » L’Amour vit la terre déchirée par la haine Et il dit : « Je descendrai parmi les hommes. » C’est ainsi que la Lumière vint nous illuminer. C’est ainsi que la Paix nous apporta le repos. C’est ainsi que l’Amour nous apporta la vie. — D’après Laurence Housman (Traduit de l’anglais) Le monde entier s’interroge au vu des événements de ces der- nières années : Pourquoi toutes ces souffrances et ces conflits ? Pourquoi tous ces innocents qui se font massa- crer ? Pourquoi tous ces problèmes et cette douleur ? Il fait de plus en plus sombre, de plus en plus froid. Le soleil se meurt à l’horizon, les ténèbres s’installent et le monde attend déses- pérément un rayon d’espoir. Cet espoir est bien là. Il y a deux mille ans, une étoile est apparue au dessus du village de Bethléem, et un ange envoyé par Dieu a fait cette proclamation à un groupe de bergers : « N’ayez pas peur : je vous annonce une nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie. Un sauveur vous est né aujourd’hui dans la ville de David ; c’est Lui le Messie, le Seigneur. » (Luc 2:10-11) En cette nuit bénie entre toutes, Dieu nous envoya le plus beau cadeau du monde : Il nous envoya son Fils Jésus. Jésus, alors qu’Il n’était encore qu’un bébé, nous apporta tous les merveilleux cadeaux de Dieu. Mais c’est quand Il eut atteint l’âge adulte le prince de paix 4 activé — SPÉCIAL NOËL
  5. 5. activé — SPÉCIAL NOËL 5 Tu pourras Lui parler n’importe où, à n’importe quel moment : Il te répondra. qu’Il les ouvrit pour nous un par un. D’abord, Il nous apprit à aimer Dieu et à nous aimer les uns les autres. Et ensuite, au moment de Sa mort, Jésus nous fit le plus précieux de tous les cadeaux : Il nous promit la vie éternelle au Ciel, lorsque nous quitterons cette Terre. Jésus veut que Sa paix illumine le cœur de tous les hommes. Il voit la misère, la douleur et le chagrin qu’éprouvent ceux qui ont le cœur lourd. Il voit la peine de ceux qui sont faibles et fatigués. Il voit l’angoisse de ceux qui vivent dans la peur — la peur qui vient du passé et la peur du futur. Il voit les persécutés, les victimes de la guerre, ceux à qui on a volé l’espoir et leur chance de vivre en paix. Il entend nos cris, Il entend nos pleurs et nous tend Sa main. Il nous offre une issue de secours pour échapper à nos conflits intérieurs et à nos craintes, et pour vaincre la désespérance : « Que votre cœur ne se trouble pas, nous dit-Il. Vous avez foi en Dieu : ayez aussi foi en Moi » (Jean 14 :1). « Je vous laisse la paix, c’est Ma paix que Je vous donne. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne » (Jean 14:27). « Dans le monde, vous aurez à souffrir bien des afflictions. Mais courage ! Moi J’ai vaincu le monde ! » (Jean 16:33). Si aujourd’hui tu lui tends la main, Il te fera sortir des ténèbres en te guidant jusqu’à la lumière. Jésus est venu dans ce monde pour nous donner la vie, l’amour et la paix qui ne connaissent pas de limites. Ces dons sont destinés à tous les hommes quelle que soit leur race, leur couleur et leur croyance. Ils sont pour maintenant et pour l’éternité. Jésus veut être proche de toi pour t’épauler dans la déception ou l’adversité. Il veut te protéger du mal. Il veut être ta lumière lorsque tu es assailli par les ténèbres. Quelles que soient les difficultés, Il sera toujours là pour te secourir. Il sera toujours à tes côtés, toujours prêt à répondre à tes questions, à te guider et à t’instruire, à te réconforter et à t’encourager. N’aie aucune crainte, ne te fais pas de souci, même si tu es accablé par les problèmes. Si tu as Son amour dans le cœur, Il s’occupera de toi, quoi qu’il arrive. Sa lumière brillera pour toi dans la nuit la plus sombre. Jésus sera ton ami le plus cher et le plus proche. Tu pourras Lui parler n’importe où, à n’importe quel moment : Il te répondra. Il parlera à ton cœur et te guidera dans les tempêtes de la vie. Jésus, le Prince de Paix, ne se contente pas de te donner la paix intérieure dans cette vie : lorsque tu quitteras ce bas monde, Il t’emportera dans Son havre de paix. Là, dans Son royaume d’amour, au Ciel, Il n’y aura plus d’oppresseurs ni d’opprimés, plus de guerre ni de pauvreté, plus de souf- france ni de maladie, plus de chagrin ni de mort. Tout le monde vivra dans la paix et l’abondance. Là où le mal et les ténèbres n’ont pas droit de cité. Jésus te tend la main à l’instant. Accepteras-tu Son amour ? * * * Si tu n’as pas encore reçu le cadeau de Jésus, qui est la vie éternelle, reçois- le maintenant en faisant cette prière : Jésus, je veux recevoir Ton cadeau d’amour — cet amour qui dissipera toutes mes appréhensions, cet amour qui illuminera mes semblables pour les aider à trouver le bonheur. Pardonne-moi mes péchés, Jésus, et entre dans mon cœur. Sois Mon Seigneur et Mon Sauveur. Je Te prie aussi de me remplir du Saint-Esprit et de m’aider à être un exemple vivant de Ton amour autour de moi pour que d’autres acceptent à leur tour de T’ouvrir leur cœur et de recevoir Ton amour. Amen. • activé — SPÉCIAL NOËL 5
  6. 6. 6 activé — SPÉCIAL NOËL » U “QUI VEUT DU FILS ?” UN RICHE AMATEUR D’ART ET SON FILS AIMAIENT À COLLEC- TIONNER QUANTITÉ DE CHEFS-D’ŒUVRE DE GRANDS MAÎTRES, DE RAPHAËL À PICASSO. ILS SE RETROUVAIENT SOUVENT POUR ADMIRER LES TABLEAUX DE LEUR COLLECTION. LORSQUE LA GUERRE ÉCLATA, LE FILS PARTIT AU FRONT. TRÈS COURAGEUX, IL TROUVA LA MORT EN SAUVANT LA VIE D’UN DE SES CAMARADES. À CETTE NOUVELLE, LE PÈRE FUT TRÈS AFFLIGÉ. Environ un mois plus tard, quelques jours avant Noël, quelqu’un vint frapper à sa porte. En ouvrant, il vit un jeune homme qui tenait à la main un gros paquet. — Vous ne me connaissez pas, Monsieur, dit le jeune homme en guise d’introduction, je suis le soldat que votre fils a sauvé en sacrifiant sa vie. Il avait déjà sauvé plusieurs de nos camarades, ce jour-là : j’étais blessé, et il me mettait à l’abri lorsqu’une balle l’a touché en plein cœur. Il est mort sur le coup. Il parlait souvent de vous et de votre passion pour la peinture. Il tendit le paquet qu’il tenait à la main et ajouta : — Je sais que ce n’est pas grand chose, et je ne suis pas très doué comme artiste, mais je crois que votre fils aurait voulu que vous ayez ceci. Le paquet contenait un portrait du fils peint par le soldat. Le père examina le portrait «Jamais, je ne pourrai m’acquitter de la dette que j’ai envers votre fils
  7. 7. activé — SPÉCIAL NOËL 7 et admira pendant un long moment la façon dont l’artiste avait saisi sa personnalité. Il était irrésistiblement attiré par le regard de son fils, à tel point que ses yeux finirent par se remplir de larmes. Il remercia le jeune homme et voulut le payer pour le tableau. — Il n’en est pas question, Monsieur, je vous l’offre ! Je sais que jamais je ne pourrai m’acquitter de la dette que j’ai envers votre fils. Le père accrocha le tableau dans l’entrée au-dessus de sa cheminée. Chaque fois qu’il avait des visiteurs, il leur montrait le portrait de son fils avant même de leur montrer sa collection de chefs-d’œuvre. À la mort du père, on publia un avis infor- mant le public que sa collection d’œuvres d’art serait mise aux enchères. De nombreu- ses personnalités et amateurs d’art fortunés vinrent assister à la vente, chacun espérant acquérir un ou plusieurs chefs-d’œuvre de la collection. Sur un chevalet près de l’estrade, on avait placé le portrait du fils. Le commis- saire-priseur abaissa son marteau. — Nous allons démarrer les enchères avec ce portrait du fils. Quelqu’un veut-il faire une offre pour ce portrait ? Silence. Puis, du fond de la salle, quelqu’un s’écria : — Nous voulons voir les tableaux des maîtres ! Est-ce qu’on pourrait sauter celui-là ?! Imperturbable, le commissaire-priseur répéta sa question : — Quelqu’un veut-il faire une offre pour ce portrait ? Les enchères commencent à 100 dollars. Y a-t-il preneur à cent dollars ? — Nous ne sommes pas venus voir ce portrait. Nous sommes venus pour les Van Gogh et les Rembrandt. Procédons à la vraie vente maintenant ! s’exclama quelqu’un d’autre sur un ton d’impatience. Le commissaire, toujours impassible, renouvela sa question : — Le fils … y a-t-il preneur pour le fils ? Finalement une voix se fit entendre du fond de la salle. C’était le jardinier qui avait été longtemps au service de la famille : — Je suis preneur pour dix dollars ! Il avait un peu honte de proposer une somme aussi dérisoire, mais c’est tout ce que le pauvre homme pouvait se permettre. — Nous avons preneur à 10 dollars. Qui dit 20 dollars ? — Donnez-lui le tableau pour 10 dollars. De grâce, passons aux tableaux des maîtres ! — L’enchère est à 10 dollars … qui dit 20 dollars ? Le public commençait à perdre patience. Ils n’étaient pas venus pour ce portrait. — 10 dollars une fois … dix dollars deux fois … adjugé, vendu ! déclara le commissaire-pri- seur en frappant la table de son marteau. — Bon ! Maintenant j’espère qu’on va pouvoir passer à la collection ! s’écria un homme assis au premier rang. Mais le commissaire posa son marteau et annonça : — Mesdames et messieurs, la vente aux enchères est maintenant terminée. — Comment ça « terminée » ? …. et les tableaux ? — Je regrette, mais la vente est terminée. Lorsque cette vente m’a été confiée, j’ai pris connaissance d’une clause secrète figurant dans le testament du propriétaire, clause que j’étais tenu de ne pas révéler jusqu’à cette heure : seul le portrait du fils serait mis aux enchères. Le testament stipulait que la personne qui l’achèterait hériterait de tous les biens du propriétaire y compris les tableaux de grands maîtres. La personne qui a pris le fils hérite de tout ! Le Fils de Dieu est mort pour nous il y a deux mille ans. Comme le commissaire-pri- seur, Dieu nous pose la question : « Qui veut du fils ? » Car voyez-vous, celui qui prend le Fils héritera de tout ! — AUTEUR INCONNU.
  8. 8. 8 activé — SPÉCIAL NOËL UN MESSAGE DE JÉSUS C C’EST PARCE QUE JE T’AIME QUE JE SUIS VENU SUR TERRE. J’ai renoncé à tout — à toute la puissance, à toute la gloire et la splendeur du Ciel — pour t’apporter les précieux trésors que sont le salut et la vie éternelle. J’avais tout l’univers en Ma possession, mais une chose Me manquait : J’avais besoin de te donner Mon amour et de recevoir le tien. En choisissant de venir vivre et mourir pour toi, Je savais que Je pouvais espérer recevoir le plus précieux de tous les dons : ton amour. En ce premier Noël, il y a bien longtemps, J’ai com- mencé une chaîne d’amour éternelle et Je compte sur toi pour la continuer. Mon salut, Je le donne à tous ceux qui l’accepteront, et J’aspire à ce que chacun sur terre vienne à Me connaître et sache combien Je l’aime. Mais voilà, J’ai choisi d’agir à travers d’autres humains. Mon message a toujours été transmis — et il le sera toujours — par la bouche, par les pieds et les mains, par les actes de ceux qui ont fait le choix d’être Mes amis et Mes disciples. À travers les âges, des centaines de milliers de Mes disciples ont donné d’eux-mêmes pour prolonger cette chaîne d’amour. Les uns ont donné peu, d’autres ont donné beaucoup, d’autres encore ont tout donné. Cependant, ils ont tous donné quelque chose, à la mesure de leur bonne volonté, de leur foi et de leur désir, ou autant que Je les ai inspirés à donner, afin de prolon- La grande chaîne d’amour ger cette chaîne d’amour. Quelques-uns ont propagé Mon message à des milliers, voire des millions d’hommes. D’autres n’ont enseigné la vérité qu’à une ou deux personnes, mais tous ont participé et Ma grande chaîne d’amour n’aurait pas été complète si chacun d’eux n’avait joué son rôle. En revoyant le passé, il M’est arrivé de me demander ce qu’il serait advenu si Je n’avais pas choisi de venir vivre et mourir comme l’un d’entre vous. Mais jamais Je n’ai regretté de l’avoir fait ! Dès la nuit de Ma naissance dans cette humble crèche, lorsque les anges ont chanté et que l’étoile de Noël propageait son message à travers le ciel, Je savais, sans l’ombre d’un doute, que tout cela en vaudrait la peine. Pour Moi, le fait de gagner ton amour valait bien que Je sacrifie tout le reste. Mon Père et Moi, en te créant, Nous aurions pu faire en sorte que tu M’aimes comme un automate, ou que tu sois sans 8 activé — SPÉCIAL NOËL
  9. 9. activé — SPÉCIAL NOËL 9 péché, parfait. Autrement dit, que le Ciel te soit assuré. Mais J’ai toujours su cette vérité profonde qu’un amour forcé, un amour qui n’est pas donné librement n’est pas de l’amour. Aimer veut dire donner. Donner n’est pas simplement un acte d’amour : c’est l’essence même de l’amour. On ne peut aimer sans donner. Il n’y a pas d’amour vrai sans sacri- fice. C’est ce que Je t’ai appris le jour où Je suis descendu du Ciel. C’est le véritable esprit de Noël : donner, aimer, partager. Il en coûte toujours de donner, mais donner est toujours abondamment récom- pensé. Ceux qui donnent d’eux-mêmes en se sacrifiant trouvent le plus grand épanouisse- ment, dans ce monde comme dans l’au-delà céleste. PRENDS LE TEMPS DE PENSER… En cette période de Noël, Je voudrais que tu penses à ce que veut dire donner. Je voudrais que tu te rappelles ce que Je vous ai donné en venant sur Terre. Et puis, tout ce que Je t’ai donné à toi personnellement, que ce soit des petites choses et des plus grandes, des prières exaucées ou des bénédictions. Revois ta vie et fais le compte de tout ce que tu as reçu de Moi… Maintenant, pense à ce que tu as donné aux autres. Parfois tu as fait passer le bonheur des autres, leur bien être, avant le tien. Parfois tu t’es sacrifié, ou tu as pensé aux autres alors que c’était difficile… Ensuite, essaye de voir comment Je t’ai récompensé. Ce n’est pas toujours facile à réaliser parce que le lien n’est pas forcément évident. Mais dans chaque cas, tu verras que, tôt ou tard, ton sacrifice a été récompensé. Parce que Je récompense toujours celui qui donne… À présent, pense au futur. Pense aux promesses que Je t’ai faites et qui n’ont pas encore été accomplies. Tu peux déjà te réjouir du fait que Je vais les tenir ; car tu sais bien que J’aime donner, plus encore que tu n’aimes recevoir… Enfin, pense à ce que tu vas donner aux autres en cette année qui vient. As-tu quelque chose que tu pourrais offrir à quelqu’un ? Pense aux effets positifs et merveilleux qui vont en résulter, pas seulement dans leur vie mais dans la tienne. Et imagine, quelle ne sera pas Ma joie de te voir faire ta part pour renforcer la grande chaîne d’amour ?… Ma chaîne d’amour existe, mais ça ne Me suffit pas : Je veux la voir s’allonger et se renforcer. Je veux qu’elle couvre la Terre entière ! Je veux que tout un chacun ait la chance d’en faire partie. Je veux que Mon Esprit d’amour puisse toucher chaque vie. Alors donne, Mon enfant, et il te sera donné. Donne- Moi aux autres. Donne Mes Paroles. Donne de toi-même. Donne une touche de Mon Esprit à tous ceux que tu peux. Et par-dessus tout, donne de l’amour.  Donner n’est pas simplement un acte d’amour : c’est l’essence même de l’amour. activé — SPÉCIAL NOËL 9
  10. 10. 10 activé — SPÉCIAL NOËL — Adapté par Keith Phillips Il était une fois un homme qui ne croyait pas en Dieu, et qui ne se gênait pas pour faire savoir à la ronde ce qu’il pensait de la religion et des fêtes religieuses telles que Noël. Toutefois, sa femme était croyante et elle élevait leurs enfants dans la foi en Dieu et en Jésus malgré les propos désobligeants de son mari. Or c’était la veille de Noël et elle se préparait à emmener les enfants à la messe de minuit, à la paroisse de leur village. Elle lui demanda de les accom- pagner, mais il refusa. — Cette histoire n’a pas de sens ! s’exclama-t-il. Pourquoi Dieu s’abaisse- rait-Il à venir sur Terre sous une forme humaine ? C’est ridicule ! Sa femme et ses enfants s’en allèrent donc, le laissant seul à la maison. Un peu plus tard, le vent se leva provoquant une tempête de neige. Notre homme regarda par la fenêtre mais la tempête empêchait toute visibilité. Il s’assit en face du feu de la cheminée, histoire de se détendre. Au bout de quelques minutes, il entendit un bruit sourd. Quelque chose était venu cogner contre la vitre. Puis à nouveau le même bruit sourd. Il regarda dehors, mais on n’y voyait pas à deux mètres. Profitant d’une accalmie, il se risqua à l’extérieur pour voir ce qui avait bien pu frapper sa fenêtre. Dans le champ à proximité de sa maison, il aper- çut un vol d’oies sauvages. Apparem- ment, elles migraient vers le Sud pour échapper à l’hiver mais elles avaient été bloquées par la tempête. Elles étaient perdues, prisonnières de sa ferme, sans nourriture ni abri. Elles battaient des ailes et volaient en cercles à basse alti- tude, aveuglées, complètement déso- rientées. C’est ainsi que deux d’entre elles, semble-t-il, s’étaient cognées à sa fenêtre. L’homme, pris de pitié pour ces pau- vres oies, décida de les aider. — La grange, se dit-il, serait pour elles un bon refuge. Il y fait bon et elles seront à l’abri. Elles pourront y passer la nuit en attendant la fin de la tempête. Il se dirigea donc vers la grange et en ouvrit toutes grandes les portes. Il atten- dit là en espérant que les oies remar- queraient que la grange était ouverte et qu’elles iraient s’y réfugier. Mais elles continuaient de battre des ailes, affo- POURQUOI NOËL ? Pourquoi Dieu s’abaisserait-Il à venir sur Terre sous une forme humaine ? 10 activé — SPÉCIAL NOËL
  11. 11. activé — SPÉCIAL NOËL 11 lées, sans prêter attention à la grange ni comprendre qu’elle était leur seul salut. Notre homme s’efforça de les y attirer, mais il ne parvint qu’à les effaroucher davantage et les éloigner. Il rentra chez lui et ressortit avec du pain. Il en fit des miettes qu’il utilisa pour tracer un chemin vers la grange. Elles ne comprenaient toujours pas. L’aventure commençait à le contra- rier. Il se plaça derrière elles et entreprit de les chasser en direction de la grange. Peine perdue : encore plus effrayées, elles se dispersaient dans toutes les directions, excepté la bonne. Bref, il ne parvint pas à les faire entrer dans la grange où elles auraient pu se réchauffer et trouver un abri. — Pourquoi ne me suivent-elles pas ?! s’écria-t-il, frustré. Ne voient-elles donc pas que c’est le seul endroit où elles pourront survivre à la tempête ? Il réfléchit un instant et en vint à la conclusion que jamais elles ne sui- vraient un humain. — Si seulement j’étais une oie, pensa-t-il tout haut, je pourrais les sauver. Tout à coup, une idée lui traversa l’esprit. Il entra dans la grange et se saisit d’une oie de sa basse-cour puis, la portant dans ses bras, il contourna les oies sauvages et alla la placer derrière elles. Une fois libérée, celle-ci traversa la volée d’oiseaux et gagna directement la grange. Alors, une à une, les oies sauva- ges la suivirent pour s’y réfugier. Notre ami se tenait là en silence, médusé. Et les paroles qu’il venait de prononcer lui revinrent à l’esprit : « Si seulement j’étais une oie, je pourrais les sauver ! » Puis il se rappela ce qu’il avait dit à sa femme quelques heures plus tôt : « Pourquoi Dieu voudrait-Il devenir comme nous ? C’est ridicule ! » Soudain il comprit : c’était précisément ce que Dieu avait fait. Nous étions comme ces oies sauvages — aveugles, désorientées, égarées, en danger de mort. Alors Dieu a permis à Son Fils de devenir comme nous, pour qu’Il puisse nous montrer le chemin et nous sauver. C’était ça le sens de Noël. Tandis qu’au dehors, les vents et la tempête se calmaient, il méditait cette pensée merveilleuse. Et cette pensée le remplissait d’une grande sérénité. Il comprit enfin ce que Noël voulait dire, pourquoi le Christ était venu. C’en était fini de ses années de doute et d’incroyance : elles s’étaient évanouies, comme la tempête. Il se laissa tomber à genoux dans la neige et fit sa première prière : — Merci, mon Dieu, d’être venu sous une forme humaine pour me sauver de la tempête ! • Nous étions comme ces oies sauvages : aveugles, désorientées, égarées, en danger de mort. lectures substantielles POURQUOI DIEU ENVOYA JÉSUS DANS LE MONDE Pour nous montrer qui est Dieu : 2 Corinthiens 4:4 Colossiens 1:13,15 Hébreux 1:3 Pour que nous puissions connaître Dieu et Le comprendre : Jean 8:19 Jean 12:45 Jean 14:7-9 Pour que soyons pardonnés de nos péchés et réconciliés avec Dieu,et que nous puissions obtenir la vie éternelle : Jean 3:16 Jean 1:29 Jean 10:10 Romains 5:8 Éphésiens 2:4-7 1 Jean 4:8-10 activé — SPÉCIAL NOËL 11
  12. 12. 12 activé — SPÉCIAL NOËL C’était au début des années 70, à l’époque de Noël. Ma femme Maria et moi-même vivions à Londres. Comme nos seules ressources venaient des quelques dons qu’on nous envoyait d’outre atlantique, nous logions dans les pensions les moins chères et nous vivions aussi frugalement que possible. Nous étions allés prendre un café à notre petit restaurant préféré et nous bavardions avec notre gentille serveuse, une dame d’un certain âge, avec laquelle nous avions sympathisé. Elle faisait un travail éreintant qui l’obligeait à rester debout toute la journée et à faire des heures supplémentaires durant la période de Noël. Elle avait prit ce travail pour faire vivre sa famille depuis que son mari était tombé malade. Il lui était difficile de boucler les fins de mois, mais elle ne se plaignait pas. — J’ai de la chance d’avoir ce travail ! conclut-elle en passant vite à un autre sujet. Mais je ferais bien de me dépêcher de débarrasser votre table si je tiens à le garder, ajouta-t-elle en plaisantant. L’ayant remerciée, Maria et moi restâmes à notre table quelques moments, absorbés dans nos pensées. — Chérie…, commençai-je. — Regarde comme elle court, la pauvre, à essayer d’en faire autant que les jeunes serveuses, me fit remarquer Maria. — Seigneur, priai-je à haute voix, j’aimerais être riche pour pouvoir donner à ces braves gens ce qu’il leur faudrait. Cette pauvre serveuse travaille dur et je sais qu’elle ne gagne pas suffisamment. — Et elle est toujours si aimable envers nous et nous sert si bien, ajouta Maria. — Nous n’avons pas grand-chose, mais nous pourrions lui laisser une livre sterling de pourboire. Qu’en penses-tu ? — Ou deux peut-être, fit Maria. — Oh Seigneur, priai-je, Tu sais que j’aurais toujours voulu être millionnaire pour pouvoir donner à ma guise à tous ces pauvres gens que je vois en difficulté. Alors dans mon cœur, Dieu m’adressa ces mots : Tu n’as pas besoin d’être millionnaire pour donner ce que tu as. Tu as cinq livres, pourquoi ne pas les lui donner ? Donne ce que tu as et Je t’en donnerai davantage ! — Absolument ! fis-je, sans réaliser que j’avais presque crié. — Absolument quoi ? demanda Maria. — C’est bientôt Noël, après tout, et l’Écriture dit : « Donnez, et l’on vous donnera, on versera dans le pan de votre vêtement une bonne mesure bien tassée, secouée et débordante » (Luc 6:38). Je sais qu’elle en a besoin. Je vais lui donner cinq livres ! Vous voyez, les finances de Dieu marchent à l’inverse de celles du monde. Nous, nous disons : « Quand j’aurai un million, là je commencerai à donner. » Mais le Seigneur promet : « Commence à donner ce que tu as, et Je te donnerai tout ce qu’il te faut et davantage. » Il veut voir si nous sommes prêts à donner ce que nous avons même s’il nous en coûte. Et quand nous donnons, Il nous donne davantage. Je fis donc venir notre aimable serveuse. — Voici un petit pourboire. Vous êtes une très bonne serveuse. Que Dieu vous bénisse ! — Oh merci ! s’exclama-t-elle avec gentillesse. Je ne sais comment vous remercier ! Vous savez, elle n’aurait même pas eu besoin de me remercier : à la seconde même où je lui ai donné ce supplément de pourboire, j’ai ressenti une grande joie ! Tant et si bien que j’ai pris l’habitude de donner des doubles pourboires, que ce soit aux serveuses, aux chauffeurs de bus ou aux vendeurs de journaux. Et à partir de ce jour-là, nous avons commencé à en récolter les bénéfices. Nous avons reçu plus d’argent pour notre subsistance. Quand j’ai redoublé de générosité, le Seigneur a redoublé de générosité envers moi. Et plus Il me donne, plus je peux donner ! On ne perd jamais rien à donner ! Combien avez-vous donné dernièrement ? Faites-vous l’instrument de Sa générosité et vous verrez qu’Il vous donnera davantage. « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement » (Matthieu 10:8). Essayez donc !  TIRÉ ET ADAPTÉ DES ECRITS DE DAVID BRANDT BERG ON NE PERD JAMAIS RIEN À DONNER 12 activé — SPÉCIAL NOËL
  13. 13. activé — SPÉCIAL NOËL 13 j’étais en prison, et vous êtes venus à moi Par Roumiana Panajot était un jeune artiste Bulgare des plus prometteurs. Jusqu’au jour où il fut accusé et reconnu coupable d’avoir tué son meilleur ami, bien qu’il n’ait jamais cessé de clamer son innocence. À l’issue du procès, il fut condamné à une peine de 26 ans de prison. Très vite, il sombra dans la dépression et devint très agressif envers ses gardiens qui, pour le punir, lui confisquèrent ses toiles et ses pinceaux. Par la suite, un autre détenu lui ayant remis une publication de La Famille, Panajot commença à correspondre avec nous. Lorsque nous sommes arrivés en Bulgarie l’an dernier, nous avions le sentiment que Jésus voulait que nous rendions visite à Panajot en prison. Cela présentait des difficultés certaines vu qu’il est incarcéré dans un établissement de haute sécurité où le droit de visite est très restreint, surtout pour les personnes qui ne sont pas membres de la famille immédiate du détenu. Finalement, nous avons réussi à rencontrer Panajot une quinzaine de minutes dans un parloir où nous étions séparés par un grillage métallique. Il était très heureux que nous soyons venus, vu qu’il n’a pratiquement jamais de visite, et il nous a remercié profusément pour les publications que nous lui avions envoyées, surtout pour les magazines d’Activé. L’an dernier à Noël, il a peint une magnifique carte de Noël qu’il nous a envoyée accompagnée de la petite note suivante, traduite du bulgare : Ma chère Famille, Je veux que vous sachiez que vos efforts pour venir en aide à ceux qui sont perdus, ainsi que les merveilleuses cassettes de musique et tous les écrits que vous m’envoyez me mettent du baume à l’âme. La guérison de mes angoisses et de mon désespoir est un processus lent, mais ce que vous avez fait pour moi m’a déjà beaucoup aidé. Jusqu’à votre arrivée dans ma vie, personne n’avait réussi ne serait-ce qu’à me donner une lueur d’espoir. Les barreaux et les murs m’emprisonnent physiquement, mais les écrits que vous m’envoyez m’ont libéré spirituellement. « Si donc c’est le Fils qui vous donne la liberté, alors vous serez vraiment des hommes libres » (Jean 8:36). Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi. Je vous considère tous comme ma famille, et je suis heureux d’avoir des frères et des sœurs qui m’aiment autant. Je ne peux m’empêcher de pleurer en écrivant ces lignes, mais ce sont des larmes de bonheur et de gratitude d’avoir trouvé des gens qui m’aiment assez pour m’écrire et me rendre visite. — Panajot Roumiana est une bénévole de La Famille en Bulgarie. Peinture de Noël réalisée par Panajot activé — SPÉCIAL NOËL 13
  14. 14. 14 activé — SPÉCIAL NOËL UN CADEAU TRÈS SPÉCIAL ! Tu es pressée... Mais tu permets que Je t’accompagne jusqu’au magasin ? Alors, tu t’en sors avec ta liste de cadeaux ? Tu m’as l’air épuisé... Tu n’en as pas assez de toutes ces courses de noël, de ces queues interminables ? J’ai un petit secret pour toi. Le plus beau cadeau pour ceux que tu aimes, tu ne pourras pas le trouver dans ce genre de magasins. Ni non plus dans les boutiques super chic. C’est un trésor précieux, bien empaqueté... Au-dedans de toi ! C’est de ton cœur que je veux parler. On sait tous que l’argent n’achète pas le bonheur. Pourtant, durant la période des fêtes, c’est une vérité qu’on s’empresse d’oublier. Il est si facile de se laisser prendre par la fièvre des courses de noël, à la poursuite des derniers gadgets, des derniers jouets qu’on veut offrir à ses proches. Et pendant ce temps-là, on oublie les précieux moments qu’on pourrait passer avec ceux qu’on aime, moments où se partage le plus beau cadeau du monde, l’amour qui est dans le cœur. J’ai un autre petit secret, veux-tu le connaître ? Car Je ne cours pas après les derniers gadgets, les jouets, les habits à la mode, toutes les choses que procure l’argent. Mais le cadeau que J’aime le plus au monde, c’est aussi celui que ta famille et tes amis pré- fèrent : c’est le cadeau inestimable de ton amour et de ton amitié. Oui J’aimerais avoir une place dans ton cœur. Je suis sérieux ! Je veux emménager dans ton cœur pour ne plus jamais te quitter. Le plus beau cadeau que tu puisses Me faire, c’est de M’y inviter. Je ne force jamais la porte — Je le pourrais si Je voulais — mais j’attends toujours qu’on M’invite. Je me contente de frapper, en espérant que tu entendras et ouvriras la porte. Je ne te demande pas de mettre des cadeaux pour Moi sous le sapin. C’est quelque chose que tu peux faire pour tes enfants et tes proches — en fait, ça Me fait plaisir de les voir heureux ! Mais Moi, ce qui Me plairait par- dessus tout, c’est que toi et ta famille, vous M’invitiez à vivre chez vous. Tout ce tralala a rapport à Moi — parce qu’après tout, c’est Mon anniversaire — pourtant, dans les magasins, il est rare que Je trouve les cadeaux qui Me conviennent. Si tu M’invitais, ce serait pour Moi un jour inoubliable ! Ton cœur est un cadeau inestima- ble, un cadeau magnifique, aquel Je suis très attaché. Les autres cadeaux vieillissent, ils se cassent ou s’usent avec le temps, mais Je te promets que si tu Me donnes ton cœur, Je le remplirai de Mon Amour et de Ma tendresse, pour qu’il garde à toujours sa jeunesse. Merci d’y réfléchir. Si seulement tu dis“oui”, Je me tiendrai sur le seuil de ta porte avec le plus grand sourire que tu aies jamais vu. Dis“oui”tout simplement, et Je ne te laisserai jamais tomber. À toi pour toujours, Jésus Ferais-tu cela pour Moi, à Mon anniversaire ? Bienvenue ! Des cadeaux pour toi… Et il y en aura d’autres ! Qu’as-Tu dans Tes sacs ? Ou sont, papa et maman ? Ils font les courses...
  15. 15. activé — SPÉCIAL NOËL 15 Tous les ans à l’approche de Noël, je dois me présenter au même service administratif pour mettre mes papiers en règle. Généralement, mes démarches sont facilitées par la présence de Judy qui travaille dans ce service, et que j’ai toujours considérée comme un « ange » envoyé par Dieu. L’an dernier, après avoir bavardé avec moi pendant quelques minutes, elle a tout à coup éclaté en sanglots. Le cancer de son mari était réapparu — il s’était déjà fait opérér d’une tumeur au foie — et les médecins lui donnaient très peu de temps à vivre. « Thomas n’a que 42 ans, m’a expliqué Judy en pleurant, et nos deux fils sont encore si jeunes ! » Judy était terriblement préoccupée au sujet de Thomas et se faisait beaucoup de souci pour l’avenir. J’ai prié avec elle pour qu’elle trouve la paix de l’esprit et pour que Dieu guérisse Thomas si c’était Sa volonté. Judy m’a souri et m’a remercié d’avoir pris le temps de parler et de prier avec elle. Le lendemain, lorsque j’ai téléphoné à Judy, elle m’a appris que Thomas allait bientôt subir toute une série d’examens, et qu’alors ils sauraient combien de temps il lui resterait à vivre. Nous avons convenu d’en reparler lorsque je repasserais dans son bureau pour compléter mes démarches administratives avant le nouvel an. Quelques semaines plus tard, alors que j’avais encore des airs de Noël qui me trottaient dans ma tête, je préparais un peu de lecture pour Judy et Thomas : quelques tracts bibliques et un livret intitulé « Portes ouvertes sur le Ciel », qui est un recueil de citations et de pensées pour réconforter les gens qui n’ont plus longtemps à vivre ou ceux qui ont perdu un être cher. Je me disais qu’ils allaient avoir besoin de beaucoup de courage et de la force que seule la Parole de Dieu peut nous procurer. Lorsque je suis arrivé à son bureau, Judy n’était pas là. J’ai pensé qu’elle devait être avec son mari : en pareille circonstance, c’était sûrement plus important qu’elle soit à ses côtés plutôt qu’à son travail. Mais tout à coup, Judy est entrée dans la pièce et, en m’apercevant, son visage s’est illuminé ! Elle m’a expliqué que les mêmes médecins qui avaient clairement décelé une tumeur cancéreuse chez Thomas n’en trouvaient plus aucune trace lors de son dernier examen aux ultrasons après que nous avions prié pour sa guérison. La tumeur avait complètement disparu et les docteurs y perdaient leur latin. Inutile de dire que Judy et Thomas, quant à eux, étaient aux anges. Ils avaient bien essayé de me téléphoner pour m’apprendre la bonne nouvelle, mais ils n’avaient pas retrouvé mon numéro. Ensemble, nous nous sommes réjouis de cette incroyable nouvelle. Alors que mes yeux se posaient sur la brochure « Portes ouvertes sur le Ciel » que je tenais encore dans la main, j’ai ressenti une certaine honte d’avoir eu si peu de foi que Dieu répondrait à notre prière. Mais je n’ai pu retenir mes larmes en pensant au cadeau magnifique que Dieu venait de leur faire : la vie en cadeau de Noël. — Michael Palace est un membre bénévole de La Famille à Taiwan. LA vie Par Michael Palace en cadeau de Noël
  16. 16. MON AMOUR POUR TOI C’estNoël:laisseMonamour teréchaufferlecœur! Tu es peut-être découragé parce que tu es sans emploi, ou parce que ton porte monnaie est vide, voire ton compte en banque... Ou bien tu es seul ou malade, ou tu as perdu quelqu’un que tu aimais… Ou peut-être que la guerre, l’injustice, la haine ou l’indifférence ont refroidi ton cœur en ce Noël… Mais tu sais, Mon amour peut changer tout cela. Aujourd’hui, souviens-toi de Ma naissance et de tout ce qu’elle annonçait ! Laisse Mon amour te remplir et t’apporter une nouvelle joie de vivre. Lorsque Je suis né et tout au long de Ma vie, le monde était déjà en proie à toutes sortes de maux. Rappelle-toi les tristes événements qui ont accompagné Ma naissance. Pense aux mères qui ont pleuré leurs petits, massacrés par un roi assoiffé de puissance. Rappelle-toi l’oppression qui régnait en ce temps-là. Au milieu de ces profondes ténèbres est apparue la lumière la plus éclatante que le monde ait jamais connue ; au milieu de ces terribles souffrances Dieu a offert aux hommes le plus beau cadeau qui soit. Mon Père M’a envoyé sous la forme d’un petit bébé faible et vulnérable, afin que Je puisse grandir et vivre comme vous : il M’a été donné d’endurer les mêmes souffrances et d’être, comme vous, victime de la méchanceté des hommes. Je suis devenu l’un d’entre vous afin de vous sauver. Laisse la vérité et l’amour que J’ai apportés en ce premier Noël illuminer ton cœur aujourd’hui. Laisse-Moi dissiper tes craintes et sécher tes larmes. C’est Noël : Laisse Mon amour te réchauffer le cœur.

×