Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Activé: Le mirror

10 views

Published on

Livres, livres électroniques, magazines et bandes dessinées gratuits sur divers sujets - www.spiritualibrary.com

Published in: Spiritual
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Activé: Le mirror

  1. 1. C H A N G E Z V O T R E V I E . C H A N G E Z V O T R E M O N D E Vol 2 • Numéro 10 Le miroir Ami ou ennemi du bonheur ? À bas le découragement ! Comment le combattre victorieusement ? Triomphe dans la tribulation Dieu promet la force ivé
  2. 2. ctivé © 2009 Aurora Production, Ltd. www.auroraproduction.com Tous droits réservés. Sauf mention spéciale, les citations bibliques sont tirées de La Bible du Semeur, avec permission. Vol 2, Numéro 10 Rédacteur en chef Keith Phillips Conception graphique Giselle LeFavre Production Jessie Richards Traduction Bernard Le Chevalier / Paul Messager Pour vous inspirer et vous fortifier spirituellement, pour offrir à vos enfants l’opportunité d’apprendre en s’amusant, nous vous proposons une grande variété de livres et de productions audio et vidéo. Pour vous les procurer, veuillez contacter l’un de nos distributeurs ci-dessous ou visiter notre site Internet : www.activated.org Activated Europe Bramingham Pk. Business Ctr. Enterprise Way Luton, Beds. LU3 4BU United Kingdom +44 (0) 845 838 1384 Email: activatedEurope@activated.org Activated Africa P.O. Box 2150 Westville 3630 South Africa +27 (83) 556 8213 Email: activatedAfrica@activated.org Activated Ministries PO Box 462805 Escondido, CA 92046–2805 USA Toll-free: 1–877–862–3228 Email: info@actmin.org www.activatedonline.com Activated India P.O. Box 5215 G.P.O. Bangalore – 560 001 India Email: activatedIndia@activated.org DE VOUS À MOI Dans cette anecdote empruntée au folklore des Indiens d’Amérique du Nord, un grand-père explique à son petit-fils que chaque être humain est le théâtre d’une lutte entre le bien et le mal. – Il y a en chacun de nous un combat : deux loups se livrent une lutte sans merci. Le premier incarne tout ce qui est mauvais, comme la haine, la jalousie, la rancœur, la convoitise, l’arrogance, le mensonge et l’égoïsme. L’autre incarne tout ce qui est bon, comme l’amour, la joie, la paix, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la douceur, la compassion, la générosité, la vérité et la foi. L’enfant réfléchit un moment aux paroles de son grand-père, puis il lui demande : – Lequel des deux est le plus fort ? – Celui que tu nourris, pardi ! répond le grand-père. Essayez d’appliquer cette leçon de sagesse aux thèmes abordés dans ce numéro — à savoir le découragement et la dépression, qui s’opposent à la louange et à l’optimisme — et vous trouverez la clé du bonheur et du succès. On peut, à juste titre, comparer le découragement à un jeune loup : don- nez-lui à manger et il deviendra très vite dépression – un loup adulte, une bête féroce assoiffée de sang qui n’attend qu’une occasion pour vous sauter à la gorge. Mais nourrissez l’autre loup, et vous aurez un rempart puissant et imprenable qui vous défendra et vous protégera des attaques du premier. Comment faire, me direz-vous, pour distinguer le bon loup du mauvais, pour savoir lequel des deux il faut nourrir ? Eh bien, chaque fois que vous avez une pensée qui vous incite à être mécontent, rancunier, malheureux, ou à critiquer les autres, vous pouvez être certain que le loup sanguinaire est à l’affût, et qu’il guette sa proie ! Ne lui tombez pas entre les pattes ! Passez à l’attaque : nourrissez l’autre loup, le bon loup, en vous remplissant l’esprit et le cœur de pensées positives et encourageantes qui inspirent et fortifient la foi. Vous ne pourrez sans doute pas empêcher le loup vicieux de venir rôder aux alentours, mais si vous êtes un tant soit peu avisé, vous n’attendrez pas de le voir pointer son museau pour nourrir le bon loup ! Et rappelez-vous : plus vous nourrissez le bon loup, plus il sera fort ! Ne manquez aucune occasion de le nourrir, et le loup vicieux ne fera pas le poids. À l’heure des comptes, la bête féroce tournera les talons et s’enfuira sans demander son reste ! Keith Phillips Pour la grande famille d’Activé 2
  3. 3. Le miroirPar Julia Kelly Dehors le soleil brillait, mais dans ma tête, des nuages sombres et menaçants planaient à l’horizon... Pourtant ce matin-là, la journée s’annonçait idéale : j’aurais pu rire avec mes amis, sourire aux enfants, aider quelqu’un — il y a tant de façons d’être heureux ! Mais non, j’étais comme obsédée par le reflet du miroir ! Je ne voyais rien d’autre, j’étais confinée à mon petit monde qui se limitait à moi et à mon miroir ! Dehors, le soleil brillait, mais dans ma tête, des nuages sombres et menaçants planaient à l’horizon. Tout ce qui m’arrivait semblait confirmer que personne ne m’aimait ni ne s’intéressait à moi. D’ailleurs, un coup d’œil à mon miroir suffisait à me persuader qu’il n’y avait pas grand-chose à aimer chez moi ! À l’évidence, je n’étais pas digne d’être heureuse, encore moins d’être aimée ! Assise dans mon petit coin, occupée à me regarder dans mon miroir, j’observais comme une étrangère le bonheur et les éclats de rire des autres : Comment font-ils pour être heureux ? Ils font comme si je n’existais pas ! Je suis malheureuse comme les pierres, et on dirait qu’ils ne s’en rendent même pas compte! Chaque fois que je tentais de m’aventurer en dehors de mon petit monde, mon miroir me La journée s’annonçait magnifique. Un de ces matins qui vous donne envie d’aller courir dans l’herbe gorgée de rosée et de vous prélasser dans les premiers rayons du soleil. Mais ce jour-là, je n’ai jeté qu’un coup d’œil furtif à travers la fenêtre. Je n’ai même pas fait attention à cette image de perfection et je me suis immédiatement dirigée vers mon miroir : l’image qu’il m’a renvoyée m’a tout de suite déplu ! Cela faisait des mois que j’avais un miroir à portée de la main. Je ne me souviens plus où je l’ai trouvé, mais un jour je me suis regardée dedans et, à partir de ce jour, je n’arrivais plus à m’en détacher. Je ne faisais plus attention aux choses qui m’entouraient. Mon miroir était toujours là, en première ligne, me renvoyant mon image et me rappelant constamment toutes mes imperfections. L’image était toujours décevante ; on aurait dit que le miroir prenait un malin plaisir à me montrer tous mes échecs, tout ce qui n’allait pas, tout ce qui me faisait sentir inférieure. Sa présence me harcelait. 3
  4. 4. La Prière du jour Je Te remercie, Jésus, même pour les épreuves de la vie et pour les situations difficiles, parce qu’elles m’obligent à me tourner vers Toi, et que Tu as toujours réponse à tout. Avec Toi, tout devient clair et facile à comprendre. Il me suffit de T’ouvrir mon cœur et de recevoir Tes réponses. Ce sont les difficultés, les déceptions et les échecs qui m’ont fait connaître Ta compassion, Ta bienveillance et Ton pardon. Je ne pourrais même pas en parler aux autres si moi-même, je n’avais pas connu tous ces problèmes. Merci pour toutes les épreuves que Tu m’envoies afin de me rendre humble et de m’apprendre à dépendre de Toi. Merci de me garder tout près de Toi. Amen. j’ai eu une révélation : Tu n’as qu’à recouvrir le miroir ! rappelait haut et fort que ça ne servirait à rien, que c’était sans espoir ! Puis il me renvoyait mon image, et je n’arrivais pas à en détacher mon regard ; au contraire, je m’abîmais dans le découragement et la déprime sans me soucier le moins du monde de ce qui m’entourait. Mais il y a quelques semaines, j’ai eu une révélation. Je me suis dit: Tu n’as qu’à recouvrir le miroir ! Bien sûr que tu as des défauts ! Tu ne seras jamais parfaite, tu feras toujours des erreurs. Et après tout, qu’est-ce que ça peut faire ? Tu ne peux pas vivre en refusant tout espoir de bonheur uniquement parce que tu ne possèdes pas toutes les qualités que tu voudrais avoir ! Arrête de ne penser qu’à toi et penche-toi un peu sur le sort des autres. Oublie le miroir, tu verras que tu seras beaucoup plus heureuse ! Ça n’a pas été facile, mais j’ai fini par recouvrir le miroir. Au début, je me sentais anxieuse sans lui, toute nue, vulnérable. J’étais mal à l’aise et je ne croyais pas que les gens puissent m’accepter comme j’étais, avec tous mes défauts et toutes mes fautes. Mais bien vite, je me suis rendue compte que plus j’étais naturelle et plus je me tournais vers les autres, plus j’étais heureuse. Même si au début, ce n’était pas facile. Les nuages qui planaient constamment au-dessus de moi disparurent pour faire place à la chaleur des rayons de soleil et à la paix de l’esprit. Le miroir est toujours là. Il ne va pas disparaître, mais je l’ai mis de côté. Il y a toujours le risque que je le reprenne et que je fasse une rechute. Je pourrais très bien retomber dans l’état morbide de dépression et d’introversion où j’étais. Mais chaque fois que je suis tentée de jeter un coup d’œil au miroir, je me rappelle que je suis beaucoup plus heureuse, maintenant que j’ai accepté mes imperfections et que j’ai résolu de ne pas m’en faire. Je ne serai jamais tout à fait comme je voudrais être, mais j’ai beaucoup à apporter aux autres. Et cela, je ne peux pas le faire si je passe mon temps à me dévisager dans le miroir. Ce matin, quand je me suis réveillée, une pluie froide et battante tombait du ciel. Le tonnerre grondait et d’épais nuages cachaient le soleil. Dehors, la grisaille du matin enveloppait le paysage mais, dans mon cœur, le soleil brillait sur l’azur des cieux ! Et ce fut pour moi une journée magnifique !  Julia Kelly est une bénévole à plein temps de la Famille Internationale aux États-Unis 4
  5. 5. Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi il vous arrivait des malheurs et des problèmes sans aucune raison apparente ? Vous n’êtes certainement pas le premier à vous poser la question. Si l’on en croit le livre des Psaumes, dans la Bible, le roi David interrogea Dieu de la même manière : «Mon Dieu, mon Dieu, pour- quoi m’as-Tu abandonné ? Pourquoi te tiens-Tu si loin ? Pourquoi ne me sauves-Tu pas ? Pourquoi n’entends-Tu pas mes cris ?» (Psaume 22:1, Nouvelle Bible Segond). David est tellement découragé qu’il se compare à un ver de terre (verset 7). Il est abattu, effondré. Mais malgré ses lamentations, comme le montre la suite du psaume, David termine son cri du cœur sur une note résolument positive : « Il n’a pas méprisé le pauvre en son malheur, Il n’a pas détourné Son regard loin de lui. Non, Il a écouté l’appel à l’aide qu’il Lui lançait ! Que les malheureux mangent et qu’ils soient rassasiés ! Oui, qu’ils louent l’Éternel, ceux qui vivent pour Lui ! Que votre vie dure toujours ! Aux confins de la terre, tous les peuples du monde se sou- viendront de l’Éternel ! Tous, ils se tourneront vers Lui ! » (Psaume 22:24, 26, 27). David a réussi à surmonter son découragement en déci- dant de louer le Seigneur en dépit de ce qu’il ressentait. Ça a marché pour David, ça marchera pour vous !  Curtis Van Gorder est membre à plein temps de la Famille Internationale au Moyen-Orient { Dans les coups durs } Par Curtis Peter Van Gorder Le Diable est l’Accusateur (Apocalypse 12:9-10). Il nous accuse de ne pas avoir fait ce que nous aurions dû faire, ou ce que nous aurions pu faire. Il ne cesse de nous reprocher toutes nos fautes, nos faibles- ses, nos insuffisances. Si vous commencez à l’écouter, vous êtes battu d’avance, parce qu’il y aura toujours quelque chose de plus que vous auriez pu faire, ou que vous regrettez d’avoir fait. Le Diable trouvera toujours quelque chose à vous reprocher : une négligence, une omission, une faute ou une mauvaise habitude. Il trouvera toujours à redire et il ne s’en privera pas ! Mais heureusement que nous avons Jésus ! Il est l’anti- dote ! Il met toujours l’accent sur le positif. Il ne désespère jamais, Il a foi en nous, et Il ne cesse jamais de nous aimer, même lorsque nous faisons des bêtises ! Alors quand le Diable vous inonde de ses idées noires, ne l’écoutez surtout pas. Ecoutez plutôt Jésus ! Laissez entrer la lumière ! Pensez positif. Concentrez-vous sur ce qui est bon. Le fait de nourrir des pensées positives sur vous- même ou sur les autres a pour effet de chasser et de dissiper les doutes, les peurs et les sempiternelles accusations du Diable. Remplissez votre cœur et votre esprit de choses positi- ves, et que ce qui sort de votre bouche soit constructif. Faites le compte de vos bénédictions, laissez entrer la lumière et mettez le Diable en fuite !  { Laissez entrer la Lumière } Par David Brandt Berg 5
  6. 6. L e découragement peut s’avérer une véritable torture, et parfois il débouche sur quelque chose d’encore plus grave, comme la dépression ou un sentiment général de désespoir. Pour combattre efficacement le découragement, la dépression et tout ce qui s’y apparente, il faut bien comprendre que si ces états mentaux, ces humeurs ou ces émotions, ont souvent leur origine dans des circonstances ou des événements concrets, le fait d’éprouver continuellement ces sentiments négatifs n’en est pas moins un problème de nature spirituelle. Certes, nous vivons dans un monde physique, mais nous sommes également au cœur d’un monde spirituel invisible, lequel est le théâtre d’une lutte incessante pour le contrôle de notre cœur et de notre esprit. C’est un combat entre le bien et le mal qui oppose, d’un côté, Dieu et Ses forces célestes, et de l’autre, le Diable et ses démons. Dieu essaie de nous mettre dans la bonne direction, sur la route de Ses bénédictions, tandis que le Diable s’acharne par tous les moyens à détruire notre existence. C’est une bataille spirituelle que nous ne pouvons pas gagner tout seuls, sans l’aide de Dieu. Mais par nos pensées, nos prières, nos décisions et nos actes, nous pouvons peser de façon déterminante sur l’issue de la bataille. D’ailleurs, la Bible nous dit bien : « Revêtez-vous de l’armure de Dieu afin de pouvoir tenir ferme contre toutes les ruses du Diable » (Éphésiens 6:11), et « Résistez au Diable, et il fuira loin de vous ! » (Jacques 4:7). Nous pouvons dire non au découragement comme à n’importe quel piège du Diable. Nous avons le pouvoir de dire non à tout ce qui est négatif, parce que nous savons que tout ce qui est négatif – que ce soit l’anxiété, la peur, le découragement, l’amertume, les pensées critiques à l’égard des autres – tout cela porte la signature du Diable. Et si le Seigneur nous commande expressément de ne pas nous inquiéter, s’Il nous commande de ne pas avoir peur, de ne pas nous plaindre, de ne pas accepter le sentiment de culpabilité, de ne pas être rancuniers, de ne pas juger les autres, c’est qu’Il sait que nous pouvons Lui obéir. Nous ne sommes pas obligés de céder à nos humeurs ou à nos pulsions négatives. Quand je me suis surprise à nourrir des pensées décourageantes l’autre jour, je n’arrivais pas à me raisonner et à me convaincre que tout allait s’arranger. Finalement, j’ai reconnu qu’il s’agissait d’une attaque spirituelle et j’ai demandé à Jésus de m’aider, en invoquant des promesses de Sa Parole. J’ai prié ainsi : « Seigneur, Tu nous as promis de nous venir en aide si nous Te remettions tous nos fardeaux, et Tu as promis que Tu ne « laisserais pas le juste s’écrouler » (Psaume 55:22). Mais Ta Parole nous À bas le découragement ! Par Maria Fontaine 6
  7. 7. dit aussi que « celui qui doute ressemble aux vagues de la mer, agitées et soulevées par le vent. Qu’un tel homme ne s’imagine pas obtenir quoi que ce soit du Seigneur. Son cœur est partagé, il est inconstant dans toutes ses entreprises » (Jacques 1:6-8). Seigneur, je Te supplie de me débarrasser de ce poids de découragement ; aide-moi à garder mon esprit fixé sur Toi et sur Tes promesses, et à ne plus être la proie des mensonges du Diable ni de ses pensées décourageantes. » Parfois, on ne peut pas s’empêcher d’avoir des pensées négatives. On ne peut pas s’empêcher de ressentir un début de découragement ou de déprime. On n’est jamais à l’abri des premières flèches enflammées de la tentation (Éphésiens 6:16). Le Diable essaie toujours de nous implanter ces pensées dans la tête, mais nous ne sommes pas obligés de les accepter. Nous ne sommes pas obligés d’entrer dans son jeu. Par Sa puissance, le Seigneur peut nous délivrer du découragement, mais seulement si nous L’appelons à l’aide et rejetons les mensonges de l’Ennemi. Dès que nous sentons venir la tentation du découragement, nous devons nous efforcer de penser au Seigneur, à des choses positives, et refuser de ruminer des pensées négatives. Il faut leur bloquer l’entrée avant qu’elles aient eu le temps de nous submerger, avant que nous ayons cédé au découragement, ou pire, sombré dans la dépression. C’est une bataille qui peut aussi bien durer quelques minutes que quelques heures. Mais tant que nous combattons en esprit, tant que nous refusons catégoriquement de nous rendre, nous pouvons être assurés de la victoire, parce que le Seigneur nous l’a promise. Quand on se laisse embobiner par le Diable, on perd de vue le Seigneur et Ses promesses, et on oublie Sa puissance. Il faut apprendre à reconnaître le piège du découragement. Il faut tout de suite lui résister, car si on l’accepte, la bataille devient plus sévère et ce sera beaucoup plus difficile de reprendre pied. La résistance qu’on doit opposer au départ n’est rien en comparaison de la lutte acharnée qu’il faudra mener une fois qu’on aura laissé le découragement nous envahir. Lorsque le Diable vous attaque avec des pensées ou des humeurs négatives, contre- attaquez en invoquant des promesses de Dieu, comme par exemple : « Dieu est pour nous un rempart, Il est un refuge, un secours lorsque survient la détresse » (Psaume 46:1) ; « Quand l’adversaire viendra comme un fleuve, l’Esprit de l’Éternel le mettra en fuite » (Ésaïe 59:19, Segond Révisée) ; et « Tu garderas dans une paix parfaite l’esprit qui s’appuie sur Toi, car il se confie en Toi » (Ésaïe 26:3). Repoussez ces attaques avec la Parole de Dieu et dans la puissance du Saint- Esprit. Ne vous laissez pas submerger par l’ennemi, ne lui cédez pas ! Dès que vous voyez poindre le découragement ou la peur, passez à l’attaque : frappez le Diable en pleine figure avec la Parole ! Bien sûr qu’il est possible de vaincre le découragement ! Rien n’est impossible à Dieu, et tout est possible à celui qui croit ! (Luc 1:37) La victoire est à votre portée !  Le secret est de reconnaître que le découragement est un piège 7
  8. 8. le pouvoir de la louange Maria, mon épouse, se sentait très fatiguée. En plus, elle traînait une migraine qui la décourageait au plus haut point. En priant pour elle, je me suis souvenu d’un verset qui nous enjoint de « ne pas nous laisser abattre par le découragement » (Hébreux 12:3). Je pense que le Seigneur voulait l’encourager à se ressaisir et à se battre. Notre ennemi spirituel, le diable, nous combat, mais tant que nous luttons, il ne peut pas nous vaincre. Cela me rappelle un cantique que chantait ma mère quand elle traversait une période difficile : Par David Brandt Berg Continue, continue de croire Car Dieu répond toujours à la prière. Continue, continue de croire, Tu verras les ombres chassées par Sa lumière. Continue, continue de croire, Tu verras l’arc-en-ciel qui point à l’horizon. Loue le Seigneur, tu auras la victoire, Ses promesses sont fermes. Alors tiens bon ! 8
  9. 9. À l’origine, l’avant-dernière ligne du couplet disait : « Prie le Seigneur, tu auras la victoire ! » mais ma mère, qui croyait très fort à la louange, préférait chanter : « Loue le Seigneur, tu auras la victoire ! » Car c’est par la louange qu’on remporte la victoire ! Si vous avez foi en la prière, vous vous mettrez à louer le Seigneur pour Le remercier de vous avoir exaucé avant même d’en avoir la preuve tangible. Donc, j’ai dit à Maria : « Il faut que tu te battes et que tu loues le Seigneur au lieu de te plaindre de tes maux de tête et de ta fatigue. Tant que tu te concentres sur le Seigneur et Sa Parole, tant que tu as une louange sur les lèvres, tu ne peux pas te plaindre. « Il faut que tu attaques le diable ! Quand tu es découragée, c’est là qu’il faut proclamer des versets ou chanter des cantiques de louange ! Et surtout, ne parle plus de tes problèmes. Loue le Seigneur et remercie-Le de t’avoir donné une bonne santé malgré tout ! » Dieu accorde une paix parfaite à ceux qui se confient en Lui. (Ésaïe 26:3). Si vous fixez votre esprit sur le Seigneur, cela vous empêchera de penser à vos problèmes. Faites ce que vous voulez, mais de grâce, évitez de vous plaindre et de faire de la publicité pour les mensonges et les doutes du diable ! Dès que vous sentez que vous allez tomber dans ce piège, passez à l’attaque en louant le Seigneur. Mettez-vous à chanter, ou récitez des versets ! Faites quelque chose de positif ! C’est alors que Maria me fit cette objection : « Mais n’est-ce pas là tromper les gens, puisque ça revient à faire semblant de ne pas être malade ? » Et aussitôt, l’histoire du prophète Élisée et de la Sunamite, dans la Bible, me revint à l’esprit (2 Rois 4:8-37). Un jour, le fils d’une femme sunamite meurt subitement à la suite d’une insolation dans les champs. Immédiatement, sa mère le transporte dans sa maison, dans la chambre qu’elle avait construite pour Élisée. Elle allonge l’enfant sur le lit du prophète et elle se rend jusqu’au mont Carmel, situé à une journée de marche, où elle trouve Élisée. Celui-ci la salue et lui demande : – Tout va-t-il bien pour toi ? – Tout va bien, répond-elle. – Tout va-t-il bien pour l’enfant ? continue Élisée. – Tout va bien pour lui, répond- elle encore. Est-ce qu’elle mentait ? Pas du tout. Bien que son fils fût mort, elle avait la foi qu’il était dans les mains de Dieu et que tout allait bien. Ensuite, elle explique à Élisée ce qui s’est passé et l’implore de venir prier pour son fils, lequel finira par revenir miraculeusement à la vie. Il ne s’agit pas de cacher votre maladie : ce n’est pas ce que demande le Seigneur ; ayez l’humilité de l’admettre pour qu’on puisse prier pour vous. Mais ne vous lamentez pas sur votre état de santé. Une fois qu’on a prié pour vous, essayez de prendre la chose du bon côté, faites preuve de foi. Soyez positif et louez le Seigneur. Vous devez à tout prix résister au diable et à ses attaques. « Résistez au diable et il fuira loin de vous », nous dit la Parole de Dieu (Jacques 4:7). Ce n’est pas bien de se laisser abattre par la maladie, mais c’est encore pire de se lamenter. Parce que là, c’est faire de la publicité pour les œuvres du diable. « Les maux du juste sont en grand nombre » mais la plupart ne sont pas trop graves, Dieu merci. Juste assez pour nous garder proches du Seigneur et nous obliger à Lui demander de l’aide et à Le louer. Le roi David ne disait-il pas : « Avant d’être humilié, je faisais fausse route, mais maintenant, j’observe Ta parole » ; et « Si je n’avais pas fait de Ta Loi [la Parole] mes délices, j’aurais depuis longtemps péri dans ma misère » (Psaume 119:67,92) ? C’est sans doute la raison pour laquelle le Seigneur permet que Ses enfants aient beaucoup de problèmes : c’est ce qui les force à se rapprocher de Lui. Quand on est très fatigué ou qu’on a des maux de tête fréquents ou d’autres problèmes de santé, il est tout à fait naturel de se demander pourquoi. Eh bien, maintenant vous savez pourquoi : c’est pour vous faire réagir face au diable, parce que c’est lui qui vous attaque. En outre, il se peut qu’à travers vos souffrances, le Seigneur cherche à vous enseigner quelque chose. D’ailleurs, le passage du chapitre 12 de l’épitre aux Hébreux – qui nous enjoint de ne pas succomber au découragement – semble le suggérer, puisqu’il parle également de correction et de discipline. Je crois que ma chère Maria a appris sa leçon, puisque je ne l’entends plus se plaindre de son état de santé. La Bible nous dit que Dieu siège, qu’Il trône au milieu des louanges de Ses enfants (Psaume 22:3), et elle nous demande d’entrer en Sa présence avec des louanges et des cantiques (Psaume 100:4). « Remerciez Dieu en toute circonstance » (1 Thessaloniciens 5:18).  résister au diable Vous devez à tout prix et à ses attaques ! 9
  10. 10. Dans le psaume 84, le roi David déclare : « Bienheureux les hommes dont la force est en l’Éternel. Car, lorsqu’ils traversent la vallée de Baca, ils en font un puits, une oasis ; et la pluie vient la recouvrir de bénédictions. D’étape en étape, leur vigueur s’accroît » (paraphrase des versets 5 à 7). Vous ne trouverez cette vallée de Baca sur aucune carte de la Terre Sainte actuelle, et nul ne sait si David faisait référence à un lieu géographique précis, ou bien s’il parlait d’une vallée symbolique (dans le texte original, Baca vient de l’hébreu bakah, qui signifie « pleurs, ou larmes »). S’il s’agit bien d’un lieu symbolique, alors nous avons tous visité cette vallée de larmes à un moment ou à un autre de notre vie. C’est une vallée de souffrances, de chagrin, d’épreuves. Cette vallée de larmes est un lieu ô combien désolé et aride ! La suite du psaume fait ressortir l’idée que lorsque nous BACAPar Virginia Brandt Berg traversons cette vallée, l’occasion nous est donnée de transformer la difficulté, la déception, le chagrin ou l’épreuve, en bénédiction. Cela me fait penser à un ami qui, justement, a réussi à opérer ce rétablissement. Il y a quelque temps, il est tombé gravement malade, ce qui voulait dire qu’il ne pourrait plus jamais être l’homme actif et productif qu’il avait toujours été. Il semblait que sa vie allait s’arrêter là, mais il a transformé sa vallée de Baca en une immense bénédiction. Il en a fait « un puits, une oasis », et au bout du compte, il est devenu encore plus patient, plus compatissant, et plus compréhensif envers les autres. Sa vallée de larmes a fait ressortir le meilleur en lui. Quand vous vous trouvez dans la vallée de Baca, n’ayez pas peur de creuser jusqu’au plus profond de votre âme pour découvrir la raison pour laquelle Dieu vous a envoyé cette épreuve, et voyez s’Il a quelque chose à vous dire. Allez jusqu’au fond des choses, creusez un puits à cet endroit. Et sondez la Parole de Dieu jusqu’à ce qu’Il vous révèle Son incomparable vérité. Vous pouvez triompher de n’importe quelle situation, même si vous ne voyez aucune issue, comme dans cette vallée de Baca. Vous pouvez transformer votre désert en un lieu de bonheur comme l’a fait l’ami dont je vous parlais. Quelqu’un a fait remarquer qu’un puits ne soutenait pas la comparaison avec un ruisseau d’eau vive, et je ne peux qu’être d’accord. Un jour, je me suis assise au bord d’un ruisseau de montagne au milieu d’une magnifique forêt : aucun puits n’aurait pu me paraître aussi beau, aussi rafraîchissant que cette eau limpide et pétillante de vie. Mais transplantez un puits, n’importe lequel, dans le désert aride et Vous pouvez transformer votre « désert » en un lieu de bonheur. 10
  11. 11. Lectures substantielles La peur de l’échec vient d’un manque de foi et peut aller jusqu’à entraîner l’échec ; seule la foi est couronnée de succès. Ésaïe 7:9b Matthieu 13:58 Matthieu 17:19-20 Jacques 1:6-7 Si nous ne comptons que sur nous-mêmes et nos propres moyens, nous avons tout à craindre, car le pire risque d’arriver. 1 Samuel 2 :9b Psaume 33 :16-17 Psaume 127 :1a Jérémie 17:5 Jean 15:5 Si nous faisons confiance au Seigneur, nous n’avons rien à craindre car Il ne connaît pas l’échec. Nombres 23:19 Psaume 37:5 Jérémie 32:27 Matthieu 19:26 Philippiens 4:13 Nous sommes encore plus utiles à Dieu lorsque nous avons conscience de nos faiblesses. Ésaïe 40:29 2 Corinthiens 4:7 2 Cor. 12:9-10 Gardez les yeux fixés sur Jésus Psaume 27:13 Matthieu 14:25-31 Hébreux 12:2-3 Le succès est assuré si nous croyons la Parole de Dieu. Deutéronome 29:9 Josué 1:8 2 Chroniques 20:20b Psaume 1:2-3 Matthieu 7:24-25 Jacques 1:25 Tant que nous avons à cœur de suivre le Seigneur, Il veillera à ce que Son dessein s’accomplisse. 2 Chroniques 16:9a 2 Chroniques 31:21 Psaume 37:23-24 Ecclésiaste 8:12b 2 Corinthiens 3:4-5 Philippiens 1:6 2 Timothée 1:12b La peur de l’échec poussiéreux : les eaux de ce puits vous paraîtront délectables ! Si à l’heure de l’épreuve, vous vous tenez fermement aux promesses de Dieu et que vous vous en remettez à Sa bonté, votre entourage verra votre foi, et pour vous tous, ce sera comme un puits dans un lieu désolé et aride. Lorsque votre foi vous donne la force de vous élever au-dessus des difficultés, c’est là qu’elle brille de tout son éclat ! Mais certains s’installent dans leurs chagrins, ils se complaisent dans leur misère ou leur « martyre » ! Ils demeurent dans la vallée des larmes, dans la vallée de Baca. Comme cette dame qui est venue me voir pour que je m’apitoie sur son sort. Il est vrai qu’elle avait de gros problèmes, mais c’est tout ce qu’elle voyait : elle était complètement obnubilée par son chagrin. Elle ne s’accrochait pas à Dieu, qui est fidèle, ni à Ses promesses, et elle ne faisait aucun effort pour réveiller sa foi. Pourtant, sa foi aurait pu transformer sa vallée de souffrance en un lieu de bénédictions et de renouveau, mais elle s’y refusait. Le chrétien est censé s’élever au-dessus des circonstances. Nous pouvons surmonter les épreuves parce que nous avons un Dieu tout-puissant qui nous aime, et que nous pouvons compter sur Ses promesses. « Mais dans tout cela, nous sommes bien plus que vainqueurs par Celui qui nous a aimés » (Romains 8:37). Nous ne sommes pas censés demeurer dans cette vallée désolée et aride : il ne s’agit pas d’accepter et d’endurer stoïquement les problèmes. Ce n’est pas ça être victorieux ! Il nous incombe de louer Dieu et de crier victoire avant même de la voir. Nous devons nous appuyer sur la Parole de Dieu et mettre Ses promesses à l’épreuve. C’est comme ça qu’on transforme une défaite apparente en victoire ! Et lorsqu’on surmonte ainsi une adversité, on est désaltéré par une eau vive qui jaillit comme une fontaine. « Et la pluie vient la recouvrir de bénédictions. D’étape en étape, leur vigueur s’accroît ». Alors, mes amis, la prochaine fois que vous traverserez la vallée de Baca, relisez bien ce passage du Psaume 84 et tâchez de le mettre en pratique.  Nous pouvons vivre au-dessus des épreuves par la grâce de notre Dieu tout- puissant, par Son amour et Ses promesses. 11
  12. 12. ce n’était qu’un sourire, mais ce beau sourire sur le visage de mon bébé transforma complètement ma façon de voir le monde. Lorsqu’il me regarda en se réveillant ce jour-là, il voyait ce qui, pour lui, était le plus important au monde : moi, sa maman ! Sa couche avait besoin d’être changée, mais c’était le moindre de ses soucis. Mon pyjama était dépareillé et mes cheveux en bataille, mais cela n’était pour lui d’aucune importance. Tout ce qui comptait, c’est qu’il m’aimait et qu’il aimait être avec moi. Il ne recherchait pas la perfection. L’amour faisait que tout était parfait. Ces quelques instants de bonheur où je le tenais dans mes bras, où j’absorbais ces bouffées d’amour, clarifièrent bien des choses dans ma tête. J’ai toujours été frustrée par le fait que la perfection n’est pas de ce monde. Souvent j’étais agacée par ce que faisaient ou disaient les gens, et quelque chose en moi se révoltait : « Pourquoi les conflits de personnalités, les injustices, les manques d’égards, C’est quoi Témoignage de Chalsey Dooley le pessimisme, les humiliations, le laisser-aller ? Pourquoi tous ces problèmes ? Si seulement tout ça n’existait pas ! Si seulement les gens, y compris moi-même, pouvaient faire un effort et se prendre en main, enfin mon bonheur serait parfait ! » Je me disais que seule la perfection pourrait dissiper mon irritation. Mais je savais bien que ce n’était pas possible. La perfection n’est pas de ce monde. Il fallait que je trouve une autre issue. À bien y réfléchir, je me rendis compte qu’en fait, tout ce que je voulais c’est que le monde tourne autour de moi, qu’il se plie à mes désirs, à mes préférences, à mes priorités. Mais ça ne pouvait pas marcher comme ça : il fallait que quelqu’un change et ce quelqu’un, c’était moi. Même si les autres étaient loin d’être parfaits. Mais comment faire ? Ce n’était pas la première fois que j’essayais. Ce matin-là, alors que je tenais mon bébé dans les bras, cette petite pensée m’effleura : « Aimerais-tu que ton bébé soit parfait dès la naissance ? » Pour rien au monde je ne voudrais une chose pareille. S’il était capable de marcher et de courir dès sa naissance, je ne pourrais jamais voir l’expression de plaisir et de satisfaction sur son visage lorsqu’il ferait ses premiers pas ; et je ne connaîtrais jamais le bonheur de le tenir dans mes bras et de savoir qu’il dépend entièrement de moi. S’il savait parler à la naissance, je n’aurais jamais la joie de l’entendre prononcer ses premiers mots. S’il savait autant de choses qu’un adulte, je n’aurais jamais l’occasion de le voir s’émerveiller en découvrant le monde, et je n’aurais jamais la satisfaction de lui apprendre quelque chose de nouveau. Je passerais à côté de tant de plaisirs ! À tout bien considérer, c’est parfait que mon bébé soit imparfait ! Je ne voudrais pas qu’il en soit autrement ! Mais alors, me demandai-je, qu’est-ce qui fait que son imperfection est différente des autres imperfections auxquelles je me butte tous les jours ? Et, tout à coup, la réponse me sauta aux yeux : « C’est l’amour ! » L’amour fait toute la différence. C’est ça qui me un monde parfait? 12
  13. 13. manquait ! C’est ce qu’il me fallait pour pouvoir affronter bravement les problèmes qui, à mon sens, ne devraient pas exister. Regarde un peu tout ce que tu perdrais si toi-même, et tous les gens qui t’entourent, étiez parfaits dès le départ. La vie perdrait son caractère imprévi- sible et son élément de surprise ; tu perdrais la joie de pardonner et d’être pardonnée, les solides liens de l’amitié et la force de caractère qui se forgent dans l’adversité. Maintenant tout était plus clair. Ce n’est certainement pas en réagissant négativement à une situation négative qu’on peut arriver à un résultat positif. Alors, je résolus de rechercher activement les occasions et les expériences enrichissantes qui se cachent sous le masque de l’imperfection. Ce jour-là, comme mon bébé n’arrivait pas à s’endormir, je décidai de mettre en pratique cette leçon toute fraîche et de tirer le meilleur parti de la difficulté. Je changeai mes plans : mon mari et moi prîmes le temps de chanter et de jouer avec notre bébé. Ce fut un Si vous voyez plus de boue que de fleurs dans le jardin de votre vie, c’est peut- être que vous avez les yeux trop près du sol. Alors, levez les yeux ! moment merveilleux, que nous aurions manqué si tout avait été « parfait ». Si nous nous donnons la peine de regarder au-delà des apparences, chaque situation, chaque personne que nous rencontrons peut nous apporter son lot de joies et de surprises. Considérez chaque difficulté, chaque revers, chaque blessure, chaque insuffisance, comme autant d’indices dans une course au trésor. Ou comme une porte qui mène à une chambre secrète où sont entassés de somptueux trésors, déposés là par Dieu. « Demandez et vous recevrez ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira » (Matthieu 7:7).  Chalsey Dooley est membre à plein temps de la Famille Internationale au Moyen- Orient. 13
  14. 14. Il est vrai que ce sera une époque redoutable et terrifiante à bien des égards, mais le peuple de Dieu disposera de pouvoirs encore plus redoutables pour se protéger, se défendre et tenir bon jusqu’à la Fin ! Nul doute que ce sera une époque de persécution sévère et de grandes batailles, mais nous n’avons pas à avoir peur de la Tribulation parce que, si nous appartenons à Dieu, d’une manière ou d’une autre Il s’occupera de nous. D’ailleurs, Il enverra des hommes et des femmes remplis de Sa puissance pour guider les Siens et les protéger de l’Antéchrist et de ses légions : les prophètes et les prophétesses de Dieu qui recevront une aide surnaturelle venant du Ciel. Ils proclameront haut et fort la vérité jusqu’au retour de Jésus, où « nous les vivants, qui serons restés, nous serons enlevés ensemble avec eux dans les nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs » (1 Thessaloniciens 4:17). « Mais le peuple qui connaît son Dieu sera fort et agira » (Daniel 11:32). Ceux qui connaissent intimement Jésus seront forts, en dépit de l’Antéchrist et de la persécution ! Plus les choses empireront, plus Dieu déversera de Son Esprit pour nous donner les moyens de résister aux forces maléfiques qui nous feront la guerre. La Bible abonde en récits décrivant les miracles accomplis par le Seigneur pour protéger Son Peuple et Ses prophètes, et pour leur donner les moyens d’accomplir leur tâche. Par conséquent, je suis assuré que Dieu va considérablement accroître et multiplier nos pouvoirs à la Fin des Temps. Il va donner à ceux qui croient en Lui, à ceux qui Le connaissent et Le suivent, des pouvoirs surnaturels en Triomphe dans la Tribulation Beaucoup de gens se trompent au sujet de la Grande Tribu- lation (ou « Grande Détresse », selon les traductions), les trois ans et demi du règne de l’Antéchrist qui précéderont le Retour du Christ. Ils s’imaginent que la Tribulation sera une époque de défaite totale et de terreur pour tous ceux qui croient en Dieu. Mais heureusement, je peux vous prouver, Bible à l’appui, que ce ne sera pas le cas ! P our commencer, voici, selon le récit de l’apôtre Matthieu, ce que disait Jésus à Ses disciples à propos de la Tribulation et des événements qui la précéderont. « Il s’assit sur le Mont des Oliviers. Et les disciples vinrent en privé Lui dire : ‘Dis-nous quand cela arrivera-t-il et quel sera le signe de Ton avènement et de la fin du monde ?’ « Jésus leur répondit : ‘Prenez garde que personne ne vous séduise. Car plusieurs viendront sous Mon nom, en disant : C’est moi qui suis le Christ. Et ils séduiront beaucoup de gens. Vous allez entendre parler de guerres et de bruits de guerres : gardez-vous de vous alarmer car cela doit arriver. Mais ce ne sera pas encore la fin. Une nation s’élèvera contre une nation, et un royaume contre un royaume, et il y aura, par endroits, des famines et des tremblements de terre. Tout cela ne sera que le commencement des douleurs. « Alors on vous livrera aux tourments, et l’on vous fera mourir, et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de Mon nom. Et ce sera pour beaucoup une occasion de chute, ils se trahiront, se haïront les uns les autres. Plusieurs faux prophètes s’élèveront et séduiront beaucoup de gens. Et en raison des progrès de l’iniquité, l’amour du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévèrera jusqu’à la fin sera sauvé. Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. « C’est pourquoi, lorsque vous verrez l’abomination de la désolation dont a parlé le prophète Daniel, établie dans le lieu saint, que le lecteur fasse attention… Car alors, il y aura une grande tribulation telle qu’il n’y en a pas eu depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant, et qu’il n’y en aura jamais plus. » – Matthieu 24:3-15, 21, SER 14
  15. 15. Par David Brandt Berg sorte qu’ils puissent non seulement se défendre mais aussi attaquer les forces de l’Antéchrist ! Le chapitre 11 de l’Apocalypse décrit deux des témoins de Dieu qui auront le pouvoir, à la Fin des Temps, de frapper de fléaux les méchants, et d’invoquer le feu de Dieu pour consumer leurs ennemis. Quel tableau, ces puissants serviteurs de Dieu, hommes et femmes triomphant de tous les démons de l’enfer ! L’Antéchrist ne pourra les arrêter que trois jours et demi avant le Retour de Jésus. À ce moment-là, l’Antéchrist recevra la permission de les tuer, mais alors même que les méchants se réjouiront de la mort des deux témoins, tout à coup Jésus reviendra dans Sa gloire pour les ressusciter et les emmener avec Lui, en même temps que tous les autres « morts en Christ », c’est-à-dire les croyants sauvés depuis le début de l’humanité (1 Thessaloniciens 4:16 ; 1 Corinthiens 15:51-54). Ce triomphe éclatant du peuple de Dieu prouvera au monde entier que Dieu est plus fort que la mort. Je crois que les deux témoins du chapitre 11 de l’Apocalypse symbolisent tous ceux qui connaissent Dieu et qui sont de Son côté. Je crois qu’en ce jour-là, ils recevront des pouvoirs qui leur permettront de survivre le plus longtemps possible. L’apôtre Paul ne disait-il pas : « Là où le péché s’est amplifié, la grâce a surabondé » (Romains 5:20) ? Et donc, là où le pouvoir de Satan se sera amplifié, la puissance de Dieu surabondera pour protéger les Siens. Le plan de Dieu ne sera pas mis en échec. Jusqu’à la fin, Il aura des millions de témoins. La Parole le dit clairement : pendant ces trois dernières années et demie, Dieu fera tout pour défendre les Siens. Non seulement Il leur don- nera des pouvoirs accrus, mais Il affligera Ses ennemis en leur envoyant des monstres et d’horribles fléaux. Les chapitres 8 et 9 de l’Apocalypse nous parlent des trompettes de la Tribula- tion et des terribles jugements qu’elles déclenchent : d’horribles monstres qui sortent du Puits de l’Abîme et sont envoyés par Dieu pour tourmenter les méchants. Mais Dieu leur commande de ne pas s’attaquer à ceux qui portent le sceau de Dieu sur le front (Apocalypse 9:4). Lorsque Dieu lâchera ces monstres et déversera ces pestes et ces fléaux sur les serviteurs du Diable, les méchants seront tellement occupés à essayer de se défen- dre qu’ils n’auront plus le temps de persécuter les justes. Ils arriveront peut-être à en capturer et à en tuer certains, comme ils ont juré de le faire à tous ceux qui refuseront de recevoir la marque de la Bête et d’adorer l’Antéchrist ; certains mourront en martyrs comme c’est déjà le cas aujourd’hui. Mais une foule de croyants, protégés par Dieu, triompheront de leurs ennemis pendant toute la durée de la Tribulation ! N’allez donc pas croire que la Grande Tribulation sera une terrible débâcle, une période remplie seulement de persécutions et de souffrances. Il y en aura, bien entendu, mais je suis convaincu, à la lecture des Écritures et de par la nature même de Dieu et de Ses relations avec les hommes, que ce sera surtout une époque de grandes victoires sur les forces de Satan, un véritable triomphe sur les suppôts de l’Antéchrist. Certes, nous connaîtrons des jours difficiles, mais le peuple de Dieu illuminera le monde avec le flambeau de la vérité comme jamais auparavant. Si vous appartenez à Jésus et que vous Le suivez de près, le moment venu, vous serez à la hauteur de la tâche ! Vous aurez la grâce de Dieu, Ses pouvoirs surnaturels et miraculeux ! Les forces divines ne peuvent être vaincues, le plan de Dieu ne peut échouer. Si vous êtes dans le camp de Dieu, vous êtes sûr de gagner ! Vous ne pouvez pas perdre. Dieu vous protègera et se servira de vous comme jamais Il ne l’a fait !  Certes, nous connaîtrons des jours difficiles, mais le peuple de Dieu illuminera le monde avec le flambeau de la vérité comme jamais auparavant. 15
  16. 16. L es soucis et les problèmes de la vie ont créé un fossé entre toi et Moi. Tes doutes et ta peur de l’échec ont ébranlé ta foi : tu as peine à croire que J’entends tes prières, que Je t’aime et que Je veux t’aider. Mais Je tiens à te dire que tous ces doutes, tout ce découragement et la dépression qu’ils engendrent, ne viennent pas de Moi. Tout cela vient directement de l’ennemi de ton âme, le Diable ! Il cherche à t’enfoncer et à détruire ton bonheur. Moi, au contraire, Je veux venir à ta rescousse et t’aider à te relever, Je veux te rendre heureux comme tu ne l’as jamais été ! Je veux te donner un nouveau départ. Tu es découragé à cause de tes fautes ou de tes faiblesses, mais rappelle-toi que pour montrer Mon amour au monde, J’aime Me servir de ceux qui sont faibles et faillibles : Je suis un expert en la matière. Toutes ces années, J’ai permis que tu subisses des revers, que tu connaisses des décep- tions, afin que tu aies davantage de compassion et de miséricorde à l’égard des autres et de leurs faiblesses, afin que tu Me ressembles davantage et que tu puisses mieux les servir. Vois-tu, même les épreuves et les tragédies te font du bien, mais il n’y a aucune raison d’en rester là. Si tu acceptes de tout remettre entre Mes mains et de rester flexible et malléable, comme l’argile dans les mains du potier, Je ferai de toi une nou- velle personne. Je recueillerai les morceaux de ton cœur brisé et, de Mes mains, avec amour, Je ferai de toi un meilleur « récipient ». Ce ne sera peut- être pas la belle et majestueuse poterie que tu rêvais d’être mais, à Mes yeux, elle sera parfaite, parfaitement adaptée au rôle que Je t’ai préparé, et à la place qui sera la tienne dans Mon Royaume céleste. Un message de Jésus Tournons la Page

×