Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Activé: Gagnez en donnant

13 views

Published on

Livres, livres électroniques, magazines et bandes dessinées gratuits sur divers sujets - www.spiritualibrary.com

Published in: Spiritual
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Activé: Gagnez en donnant

  1. 1. CHANGEZ VOTRE VIE, CHANGEZ VOTRE MONDE. LA BANQUE DU CIEL. DÉCLARATION D’AMOUR! IL Y A UNE DIFFÉRENCE ENTRE LA PITIÉ ET LA COMPASSION. BAMBOU GAGNEZ EN DONNANT activé
  2. 2. 2 activé numéro 8 La vie est faite de choix, qui ne sont pas toujours faciles, et il n’est pas rare qu’ils comportent un élément de sacrifice, un don de soi ! Certaines choses qui pourraient paraître insignifiantes à d’autres personnes, ou à vous-même en d’autres circonstances, prennent sur le moment une dimension qui peut paraître insurmontable. Par exemple, vous avez besoin d’une veste neuve ou d’une nouvelle paire de chaussures mais il se trouve que le centre d’accueil des sans-abris, qui vient tout juste d’ouvrir ses portes en ville, a besoin de tout et pourrait bien utiliser cet argent que vous avez eu tant de mal à gagner. Ce soir, votre équipe de foot préférée joue un match comptant pour le championnat, mais l’un de vos amis vient de perdre sa femme et il vous téléphone pour vous demander de passer le voir ce soir parce qu’il a besoin de parler. Vous êtes éreinté, et après une dure journée de travail, vous aspiriez à passer une soirée tranquille, mais voilà que votre voisine, qui ne sort que rarement de chez elle, vous demande si vous pouvez la conduire à son club du troisième âge et ensuite la ramener chez elle. Encore une soirée où vous ne pourrez pas vous coucher tôt ! D’un côté, vous vous dites : “Charité bien ordonnée commence par soi-même !” Mais de l’autre, une petite voix vous souffle : “Aime ton prochain comme toi-même”. Le choix est évident, bien que difficile. Où puiser le courage de faire ce que votre cœur vous dicte, alors que la sagesse de ce monde vous dit qu’au bout du compte, vous risquez fort d’être perdant ? Dans la Parole de Dieu, et uniquement dans la Parole de Dieu ! “Donnez, et l’on vous donnera” (Luc 6:38). “Celui qui est généreux connaîtra l’abondance” (Proverbes 11:25). “Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir” (Actes 20:35). Ces promesses, ainsi que des centaines d’autres, sont pour vous, chaque fois que vous donnez de vous-même, que ce soit pour Dieu ou les autres ! Nous espérons que cette édition d’Activéfera grandir votre foi en vous aidant à considérer vos sacrifices à la lumière de ce que Dieu en pense. Il a tant de choses à vous donner en retour ! Keith Phillips Pour vos amis d’Activé Pour nourrir votre âme et élever votre esprit, pour fortifier votre famille et offrir à vos enfants l’opportunité d’apprendre en s’amusant, nous vous proposons une grande variété de livres et de productions audio et vidéo. Pour vous les procurer, veuillez contacter l’un de nos distributeurs ci- dessous ou visiter notre site Internet : www.getactivated.co.uk Activated Africa/Europe Bramingham Pk. Business Ctr. Enterprise Way Bramingham Park Luton, Beds. LU3 4BU England active@activated.org (07801) 442–317 Activated Ministries P.O. Box 462805 Escondido, CA 92046-2805 USA activatedUSA@activated.org (1–877) 862–3228 (toll-free) Activated India P.O. Box 5215 G.P.O. Bangalore – 560 001 India activatedIndia@activated.org VISITEZ NOTRE SITE : www.activated.org RÉDACTEUR EN CHEF : Keith Phillips CONCEPTION GRAPHIQUE : Giselle LeFavre ILLUSTRATION : Hugo Westphal, Ana Fields PRODUCTION : Francisco Lopez TRADUCTION : Bernard Le Chevalier Paul Benjamin Numéro 8 © 2001 Aurora Production, Ltd. Tous droits réservés À défaut de mention spéciale, les citations de la Bible sont extraites de la Bible du Semeur. © 1992, Société Biblique Internationale. Avec permission. devousàmoi
  3. 3. activé numéro 8 3 La journée avait plutôt mal commencé. J’avais attendu avec impatience le soir où mon ami Marek et moi devions prendre le train pour nous rendre à Moscou, mais, ce jour-là, tout semblait aller de travers. Lorsque nous sommes montés en voiture pour nous rendre à la gare, nous étions déjà en retard. J’étais inquiète car je craignais de rater le train. Et voilà que la voiture ne voulait pas démarrer. Il ne nous restait que peu de temps ! Nous nous sommes donc précipités dans un autre véhicule, et, enfin, avons pu rouler en direction de la gare. Mais comble de malchance, nous nous sommes trompés de route et nous avons dû revenir à notre point de départ. Je me mis à prier : “Seigneur, pardonne-moi d’être en retard ! Tu ne m’as jamais laissée tomber, alors, je t’en prie, fais un miracle ! Retarde le train !” Arrivée à la gare, je jetai un coup d’œil à la pendule : plus qu’une toute petite minute avant le départ. J’allais manquer mon train ! “Jésus, jeT’en prie !”, suppliai-je. Je me précipitai pour attraper le train, avec Marek qui courait derrière moi. Au moment où j’atteignis le quai, les portes étaient en train de se fermer. Le train était déjà en marche et prenait de la vitesse. “Non ! C’est impossible ! Pourquoi n’arrêtes-tu pas ce train, Jésus ?” Je sautai sur un des marchepieds, pour m’apercevoir que les portes étaient déjà verrouillées et qu’il n’y avait personne pour m’ouvrir. J’étais là, agrippée à la porte du train qui accélérait. Ce n’était pas la peine d’insister. Je me dis que je ferais mieux de sauter du train en marche. “Oui, mais le sol est verglacé, pensai-je avec effroi, si je tombe par terre, je risque fort de glisser sous les roues du train !” Pourtant, je n’avais pas le choix ! Au moment où je sautai, mon pied resta accroché “ Le train prit de la vitesse, il ne me restait plus qu’à attendre la mort…” DE MAGDA, UKRAINE Suite page 14
  4. 4. 4 activé numéro 8 Telle est la solution à tous les problèmes de l’humanité, aujourd’hui comme dans le passé : l’amour. L’amour vrai, l’amour de Dieu et l’amour du prochain. L’amour est toujours la solu- tion de Dieu, même dans le monde où nous vivons, aussi complexe, aussi confus soit-il. C’est lorsqu’il rejette l’amour de Dieu et Ses lois fondées sur l’amour, que l’homme devient égoïste et cruel vis-à- vis de son prochain, inhumain envers ses semblables. Comme il apparaît clairement dans ce monde où règnent l’oppression, la tyrannie et l’exploitation. Par centaines de millions, et sans raison, des hommes souffrent de la faim et de la malnutrition, de la maladie et de la pauvreté, du surmenage et des abus de toutes sortes — sans parler des tortures de la guerre et des cauchemars dus à la peur et l’insécurité permanente.Tous ces maux sont le résultat d’un manque d’amour, de la part de l’homme à l’égard de Dieu et de son prochain, le résultat de son rejet des lois de Dieu, qui signifient amour, foi, paix et harmonie. C’est aussi simple que ça : si notre amour pour Dieu est vrai, alors il nous est possible de nous aimer les uns les autres. Et alors nous pouvons suivre Ses règles de vie et de liberté qui conduisent au bonheur. C’est ainsi que tous connaîtront le bien-être et la joie du Seigneur ! C’est pourquoi Jésus nous enseigne que le premier et le plus grand commandement, c’est d’aimer :“Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme et de toute ta pensée... et voici celui qui vient en second rang et qui lui est semblable”, autrement dit, qui est presque pareil, qui revient presque au même : “Tu aimeras ton prochain comme toi-même !” (Matthieu 22:37-39). Si notre amour est vrai, nous ne pouvons être confrontés à un besoin sans faire quelque chose. Nous ne pouvons pas simplement passer à côté du pauvre homme sur la route de Jéricho ! Comme le Samaritain, nous devons agir ! (cf. Luc 10:25-37). À la vue des nécessiteux du monde d’aujourd’hui, beaucoup s’écrient :“Oh, quel malheur ! Les pauvres ! Je les plains !” Mais la compassion doit se traduire par des actes ! C’est là toute la différence entre la pitié et la compassion: la pitié se lamente sur le sort d’autrui, mais la compassion passe àl’action ! Notre foi doit se manifester par des actes tangibles, et de même notre amour. DAVID BRANDT BERG Telle est la différence entre la pitié et la com- passion : la pitié se lamente sur le sort d’autrui, mais la com- passion passe à l’action ! T 4 activé numéro 8
  5. 5. activé numéro 8 5 Dire que l’on aime quelqu’un sans s’efforcer de lui venir en aide d’une façon ou d’une autre, — qu’il s’agisse de le secourir en lui procurant nourriture, vêtements, ou abri, etc.— ce n’est pas aimer ! S’il est vrai que le besoin d’un amour véritable est un besoin spirituel, en revanche, il doit se manifester physiquement par des actes. La foi“se traduit par des actes inspirés par l’amourv !” (Galates 5:6). “Si un homme riche voit son frère dans le besoin et lui ferme son cœur, comment l’amour de Dieu demeurerait-il en lui ? Mes enfants, que notre amour ne se limite pas à des discours et à de belles paroles, mais qu’il se traduise par des actes, accomplis dans la vérité !” (1 Jean 3:17,18) Cependant, nous devons garder à l’esprit que la plus grandemanifestation de notre amour ne se limite pas au partage de nos biens matériels, mais réside dans le don de soiaux autres, le don de notre amour et de notre foi. Jésus Lui-même n’avait aucun bien matériel à partager avec Ses disciples, seulement Son amour et Sa vie, qu’Il n’a pas hésité à donner à Ses disciples ainsi qu’à nous- mêmes, afin qu’à notre tour, nous ayons la vie et l’amour pour toujours ! “Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis !” (Jean 15:13) C’est pourquoi nous considérons que le don de soi, de notre amour et de notre vie, est le plus impor- tant de tous les partages et notre but ultime. Vous ne pourrez trouver le vrai bonheur dans la poursuite des plaisirs et des satisfactions égoïstes, mais dans la découverte de Dieu, et dans le partage de Son amour avec les autres, en cherchant à leurapporter le bonheur. C’est alors que le bonheur vous poursuivra et vous comblera de façon personnelle, sans même que vous ayez à le rechercher pour vous-même ! “On récolte ce que l’on a semé !” (Galates 6:7). C’est en semant l’amour que vous récolterez l’amour; et c’est en semant l’amitié que vous vous ferez des amis. Par conséquent, observez Sa loi d’amour. Faites preuve d’un amour désintéressé envers le Seigneur et envers les autres, et donnez-leur cet amour qu’ils attendent : c’est ainsi qu’à votre tour, vous recevrez de l’amour.“Car on emploiera, à votre égard, la mesure dont vous vous serez servis pour mesurer” (Luc 6:38). Découvrez le pouvoir merveilleux de l’amour ! Un tout nouvel univers, qui n’existait que dans vos rêves, va s’ouvrir à vous ! Vous pouvez vivre un amour merveilleux avec une autre âme solitaire — si seulement vous essayez ! Si vous donnez de l’amour, vous en recevrez ! L’Amour n’a pas été mis dans votre cœur pour y rester : L’amour n’est pas l’amour, tant que vous ne l’aurez pas donné ! (L’article ci-dessus est extrait de la brochure Osez la différence, de David Brandt Berg) Si notre amour pour Dieu est vrai, il nous est possible de nous aimer les uns les autres. activé numéro 8 5
  6. 6. 6 activé numéro 8 QUAND ON DONNE À DIEU… — Extraits des écrits de David Brandt Berg. La Bible nous raconte que lors d’une longue période de sécheresse et de la terrible famine qui s’ensuivit, à l’époque du prophète Élisée, une pauvre veuve habitant la bourgade de Sarepta était sortie ramasser quelques morceaux de bois pour faire du feu : elle allait cuire un dernier gâteau, pour elle et son fils, avant de mourir de faim. Le prophète de Dieu, s’approchant d’elle, lui demanda : “Prépare-moi d’abord, avec ce que tu as, une petite miche de pain, et apporte-la moi ; ensuite, tu en feras pour toi et pour ton fils. Car voici ce que déclare l’Éternel, le Dieu d’Israël : “Le pot de farine ne se videra pas, et la jarre d’huile non plus, jusqu’au jour où l’Éternel fera pleuvoir sur le pays.”” Et c’est exactement ce qui arriva ! (1 Rois 17:10-16). Elle avait fait passer Dieu et Son prophète, son mis- sionnaire, avant elle. Parce qu’elle l’avait nourri en premier, elle survécut miracu- leusement à trois longues années de famine. Durant tout ce temps, elle conti- nua à s’alimenter au même pot de farine et à la même jarre d’huile ! Cela me rappelle le temps où j’étais étudiant : nous vivions alors dans une petite caravane de quatre mètres. Avec pas plus de 25 dollars par mois, je devais subvenir aux besoins de ma femme et de nos deux petits enfants. Un jour, ma femme suggéra que Dieu nous bénirait davantage si nous donnions la dîme du peu que nous avions. Je protestai, tout d’abord, en faisant valoir que nous ne pouvions pas nous le permettre. Mais, après avoir prié pour trouver la volonté de Dieu, nous avons ouvert notre Bible en plein sur le passage de la veuve qui déposa ses deux dernières petites pièces dans le tronc du Temple (Marc 12:41-44). Jésus eut pour elle ces paroles élogieuses : Ma foi, je n’avais rien à redire ! J’avais soutenu que nous ne pouvions pas nous permettre de donner le dixième de nos revenus, et voilà que, dans la Bible, une pauvre veuve avait donné tout ce qu’elle possédait ! C’est ainsi que, le dimanche suivant, nous fîmes don de 2 dollars et demi à l’église de notre paroisse, car je ne savais pas trop à qui d’autre donner. Il se trouva que le lundi matin, à la fin d’un cours, mon professeur me dit : “David, quelqu’un m’a donné ça pour toi !” “Merci bien, Monsieur ! Mais, c’est un billet de vingt dollars ! Cela représente presque dix fois la dîme que nous avons payée ! Merci Jésus !” C’est bien à cela qu’on reconnaît Dieu : Il se plaît à nous donner au-delà de ce que nous Lui donnons, et Il ne nous laissera jamais Le “Dans sa pauvreté, elle a donné tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre.”
  7. 7. activé numéro 8 7 dépasser en générosité ! Il nous donne toujours plus, beaucoup plus, surtout si notre geste est désintéressé. Je ne suis pas du tout certain que le Temple ait eu besoin des centimes de la pauvre veuve, mais Dieu n’en a pas moins honoré son sacrifice. Jésus ne disait-Il pas : “ Vraiment, Je vous l’assure, cette pauvre veuve a donné bien plus que tous ceux qui ont mis de l’argent dans le tronc. Car tous les autres ont seulement donné de leur superflu, mais elle, dans sa pauvreté, elle a donné tout ce qu’elle possédait, tout ce qu’elle avait pour vivre” (Marc 12:43-44). C’est Lui qui l’a promis ! Il a dit : “Apportez donc vos dîmes dans leur totalité dans le trésor du temple pour qu’il y ait des vivres dans Ma demeure ! De cette façon mettez-Moi à l’épreuve, alors vous verrez bien si, de mon côté, je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, et ne vous comble pas avec surabondance de ma bénédiction ” (Malachie 3:10). “ Faites donc du Règne de Dieu et de ce qui est juste à Ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus” (Matthieu 6:33). Dieu vous remboursera ! “ Tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rembourserai ! ” Vous rappelez-vous qui disait cela ? C’est tiré de la très belle histoire du Bon Samaritain : il avait trouvé, sur le bord de la route, un pauvre homme qui avait été battu par des bandits de grand chemin, qui l’avaient laissé pour mort. Le Bon Samaritain le releva et l’emmena à l’auberge, où il dit à l’aubergiste : “Tout ce que tu dépenseras en plus, je te le rembourserai.” (cf. Luc 10:30-37.) Je pense que vous allez découvrir qu’en donnant à Dieu et à Son œuvre, vous ne faites en aucun cas un sacrifice ; vous ne faites qu’investir, et les dividendes surpasseront de loin tout votre investissement ! Investissez en Jésus-Christ et dans l’œuvre de Dieu, et vous récolterez des dividendes éternels ! Dieu vous bénira et Il veillera à ce que vous retiriez de votre investissement un bon bénéfice, le meilleur bénéfice possible ! Vous partagerez les récompenses éternelles des âmes qui auront été gagnées grâce à votre générosité. Si vous mettez Dieu en premier et si vous Lui réservez votre dîme, Il a promis de vous mettre en premier dans le partage de Ses bontés. Il vous comblera de tant de bénédictions que vous n’aurez pas la place de toutes les contenir !
  8. 8. 8 activé numéro 8 vez-vous déjà remarqué que ceux qui ont pour habitude de donner, rayonnent de sérénité et de bonheur ? En outre, il semble qu’ils aient toujours quelque chose à donner et à partager avec les autres, qu’il s’agisse de leur temps, de leur argent, ou tout simplement d’un peu d’encouragement. Jésus en explique la raison : “Donnez et l’on vous donnera; on versera dans le pan de votre vêtement une bonne mesure bien tassée, secouée et débordante.” ( Luc 6:38) Si nous donnons aux autres, si nous sommes prêts à nous soumettre à eux pour les rendre heureux, ou si nous plaçons leurs désirs avant les nôtres, nous aurons quelquefois l’impression d’être perdants. Mais il n’en est rien. Une telle générosité n’échappe pas à Dieu, et Il nous récompensera. On ne perd jamais rien à donner. Une dame riche d’un certain âge, qui était devenue chrétienne, marchait dans les rues d’une ville en compagnie de sa petite fille, lorsqu’un mendiant les approcha. La vieille dame écouta l’homme raconter son histoire. Puis elle tira un billet de sa poche, qu’elle lui déposa dans la main. Un peu plus loin, au coin de la rue, un bénévole collectait pour l’Armée du Salut. La vieille dame laissa tomber une pièce de monnaie dans sa cagnotte. Sa petite fille, qui la regardait avec surprise, lui dit d’un air intrigué : —Grand-mère, j’imagine que tu as beaucoup perdu depuis que tu es devenue chrétienne, pas vrai ? —Oh oui, tu as raison !, répondit sa grand-mère, j’ai perdu ma mauvaise humeur, mon habitude de critiquer les autres, ma tendance à perdre mon temps en activités frivoles et en loisirs futiles. J’ai aussi perdu mon égoïsme et mon avarice. C’est vrai, j’ai beaucoup perdu. Mais ce que j’ai gagné n’a pas de prix ! J’ai acquis la paix intérieure, la force de prier. J’ai gagné un Ami qui sera toujours à mes côtés, qui me connaît, qui m’aime et me protège. J’ai acquis des richesses et un épanouissement dont j’ignorais même l’existence, une foi qui me permet de surmonter toutes mes craintes. Et aussi, la promesse d’une merveilleuse demeure céleste qui m’attend, et bien plus encore… Oui, je suis très heureuse d’avoir perdu ce que j’ai perdu, car j’ai gagné l’inestimable ! La Bible fait remarquer : “Tel donne libéralement et ses richesses s’accroissent, tel autre épargne à l’excès et se trouve dans la pauvreté. Celui qui est généreux connaîtra l’abondance; qui donne à boire aux autres sera lui-même désaltéré” (Proverbes 11:24,25). C’est ainsi que Dieu a prévu les choses : plus vous partagez, plus Il vous comble en retour.Vous découvrirez qu’en donnant, vous ne sacrifiez rien ! Vous faites un investissement, voilà tout, et les dividendes seront bien supérieurs à votre investissement.
  9. 9. activé numéro 8 9 La Banque du Ciel Dieu adore déverser Ses bénédictions en abondance. Il vous comblera toujours, bien au- delà de ce que vous pourrez donner ! Plus vous donnez, plus Il vous rendra. Dieu ne vous récompense pas toujours en espèces sonnantes et trébuchantes; parfois, ce sera en vous protégeant d’un accident, d’une maladie ou d’un sinistre, lesquels vous auraient coûté cent fois plus que votre offrande ! D’une façon ou d’une autre, Il vous récompensera ! — Va donc apporter ces légumes à la petite veuve qui habite à la sortie du bourg, demanda le vieux cordonnier allemand à son jeune apprenti, en lui tendant un panier de légumes frais. Le cordonnier avait du cœur à l’ouvrage, et il cultivait son petit jardin potager pour arriver à joindre les deux bouts. Pourtant, il partageait toujours le peu qu’il avait. Un jour, quelqu’un lui posa la question : — Comment se fait-il que vous donniez autant ? — Je ne donne rien, répondit-il, je prête au Seigneur et Il me rembourse généreusement. Je crains que beaucoup de gens ne me croient généreux, alors qu’en fait je suis toujours payé en retour. Il y a bien longtemps, à une époque où j’étais très pauvre, j’ai rencontré quelqu’un de plus pauvre que moi. Je voulais lui donner quelque chose, mais je ne voyais vraiment pas comment je pouvais me le permettre. Je l’ai fait néanmoins, avec le peu que j’avais, et le Seigneur m’est venu en aide. En effet, je n’ai jamais manqué de travail, et mon jardin produit bien. Depuis ce jour, je n’hésite jamais à faire quelque chose chaque fois que j’entends parler de quelqu’un dans le besoin. Même si je donnais tout ce que je possède, le Seigneur ne me laisserait sûrement pas mourir de faim. C’est un peu comme si j’avais un compte en banque, sauf que la Banque du Ciel ne fera jamais faillite et que, chaque jour, je touche des intérêts. LLLLLDonnez et il vous sera donné ! a légende raconte qu’il était une fois une abbaye dont l’abbé était très généreux. Jamais il ne renvoyait un mendiant, et il donnait toujours tout ce qu’il pouvait aux indigents. Or, plus il donnait, plus l’abbaye s’enrichissait. Mais le vieil abbé vint à mourir. Son successeur était de nature très différente : il était mesquin et avare. Un jour, un vieillard frappa à la porte du monastère pour demander l’asile pour la nuit. Il expliqua que l’abbaye l’avait déjà hébergé. L’abbé refusa de lui donner le gîte, prétextant que l’abbaye ne pouvait plus se permettre son hospitalité passée. — Notre monastère ne peut plus accepter les étrangers comme du temps où nous étions riches, expliqua l’abbé, car aujourd’hui, plus personne ne nous aide. — Vous savez, répondit l’étranger, je crois bien que c’est parce que vous avez renvoyé deux frères du monastère. — Je ne me souviens pas d’un tel incident, répondit l’abbé, soudain perplexe. — Oh, mais moi, je m’en souviens très bien, répliqua l’étranger, même que c’était deux frères jumeaux ! Le premier s’appelait Donnez, et le second Et-il-vous-sera- donné ! Quand vous avez renvoyé Donnez, son frère l’a suivi.
  10. 10. 10 activé numéro 8 LA “MARQUE DE LA BÊTE” “Elle (la Bête) obligea tous les hommes, gens du peuple et grands personnages, riches et pauvres, hommes libres et pour les rendre heureux, esclaves, à se faire marquer d’un signe sur la main droite ou sur le front. Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la Bête, soit le nombre correspondant à son nom. C’est ici qu’il faut de la sagesse. Que celui qui a de l’intelligence déchiffre le nombre de la Bête. Ce nombre représente le nom d’un homme, c’est 666” (Apocalypse 13:16- 18). Cette prophétie est tout à fait remarquable. Figurez-vous qu’il y a près de 2 000 ans, l’Apôtre Jean, qui n’était, avant de rencontrer Jésus, qu’un simple pêcheur, prédit qu’il y aurait un jour un système économique universel et que tout le monde serait forcé de recevoir un nombre sans lequel on ne pourrait ni acheter ni vendre. Or, ce n’est que depuis l’apparition de l’ordinateur et l’informatisation des banques que cette prophétie est réalisable. Il existe, à l’heure actuelle, plusieurs moyens de faire ses achats. On peut payer en liquide, on peut faire un chèque, ou encore se servir d’une carte de crédit ou à débit immédiat. Dans de nombreux pays, on cherche à promouvoir un nouveau mode de transfert d’argent, déjà en vigueur ici ou là : il s’agit de la carte à puce. Elle ressemble à une carte de crédit ou de débit ordinaire, à la seule différence qu’elle dispose d’une puce qui peut contenir un grand nombre d’informations. Ces merveilles électroniques vous permettent, bien entendu, d’avoir immédiatement accès à votre compte bancaire. En outre, elles peuvent ou pourraient contenir tout votre état civil, votre livret médical, votre permis de conduire, votre photo, vos droits sociaux et toutes sortes d’informations vous concernant. À l’heure actuelle, plus de 100 millions de ces cartes à puce sont en circulation en France, au Canada, en Allemagne et en Grande-Bretagne. Nous sommes en passe d’éliminer l’argent liquide. Les partisans d’une société qui aurait éliminé l’argent liquide ont, il est vrai, des arguments convaincants. Le premier et non le moindre, c’est que l’argent liquide est la vache à lait des trafiquants de drogue, qui le plus souvent traitent leurs affaires avec des valises pleines de billets de banque. Sans argent liquide, ils auraient beaucoup plus de difficultés à vendre leurs drogues illicites. En fait, les autorités policières estiment que la disparition des billets de banque permettrait de mettre fin à la plupart des activités criminelles. Votre implant électronique personnalisé Pour qu’on puisse se passer définitivement des billets de banque, des chéquiers et des cartes de crédit, encore faudrait-il mettre au point un système d’identification qui s’avérerait totalement infaillible à l’usage. Les commerçants doivent pouvoir être certains que la personne qui leur présente une carte pour régler un achat est bien le propriétaire de la carte. Une solution pratique et bon marché consisterait à prendre une puce électronique, semblable à celles que l’on trouve dans les cartes à puces, et à vous l’implanter sous la peau. Une fois que la puce est implantée, il suffirait de la lire à l’aide d’un scanner peu 10 activé numéro 8 Une solution pra- tique et bon marché consisterait à prendre une puce électronique, semblable à celle des cartes à puces, et à vous l’implanter sous la peau.
  11. 11. activé numéro 8 11 coûteux, du genre de ceux qui lisent les codes barres de supermarchés. Chacun deviendrait en quelque sorte une carte à puce, et le problème, extrêmement difficile et onéreux, de pouvoir déterminer si le porteur de la carte en est bien le propriétaire, se trouverait ainsi résolu ! Un monde sans argent liquide est donc sur le point de voir le jour. Les fibres optiques, les satellites et les bases de données informatiques permettent de contrôler le monde d’une manière qui défie l’entendement. Les gouvernements de l’Australie, d’Israël, de Singapour et de la Thaïlande ont pris la décision d’éliminer à terme les billets de banque et les chèques, tandis que de nombreux autres pays sont en train de tester différentes méthodes qui permettent de mener des opérations commerciales sans utiliser d’argent. Pour la première fois de son histoire, l’homme dispose de moyens technologiques lui permettant de réaliser la vision extraordinaire que l’Apôtre Jean reçut il y a près de 2000 ans. L’éminence grise Rappelez-vous que le dirigeant mondial exigera d’être adoré par le monde entier, pas seulement parce qu’il sera mégalomane, mais parce qu’il sera possédé par Satan en personne. “Le Dragon (le Diable) lui donna sa puissance, son trône, et une grande autorité” (Apocalypse 13:2). Satan a toujours rêvé d’être Dieu. N’est-ce pas là ce qui a causé sa perte ? Le prophète Ésaïe écrivait : «Comment es-tu tombé du ciel, astre brillant, fils de l’aurore ? ... Tu disais en ton cœur : “Je monterai au ciel, j’élèverai mon trône bien au-dessus des étoiles divines. ... Je monterai au sommet des nuages, je serai semblable au Très-Haut”. Mais te voilà précipité dans le séjour des morts, dans les profondeurs de l’abîme !» (Esaïe 14:12-15). Lorsque Satan inspire sa marionnette, l’Antéchrist, à instaurer le système de crédit universel, son véritable objectif est de forcer les peuples de la terre à se prosterner à ses pieds pour l’adorer. Prenez garde à 666 ! Sachez que le fait d’accepter la marque de la Bête sera bien plus qu’une simple décision d’ordre économique. Même si la marque est présentée comme une avancée technologique majeure pour le bien de la société, l’accepter de plein gré voudra dire qu’on prend aussi la décision spirituelle d’accepter et d’adorer l’Antéchrist, lequel sera démoniaque. D’où la mise en garde biblique :“Celui qui adore la Bête et son image et qui accepte de recevoir sa marque sur le front ou sur la main, devra boire du vin de la fureur de Dieu ... Quiconque adore la Bête et son image, quiconque accepte la marque de son nom ne connaîtra aucun repos, ni de jour, ni de nuit” (Apocalypse 14:9-11). Dieu n’infligerait certainement pas à quelqu’un une punition aussi sévère pour avoir simplement accepté une marque d’identification et de crédit lui permettant de faire ses courses ! Lorsque vous verrez s’installer un gouvernement mondial et que son dirigeant exigera votre allégeance absolue, votre loyauté et même votre adoration, gardez-vous de tomber dans le piège ! Quelles que soient les promesses d’avantages économiques ou les menaces exercées à l’encontre de ceux qui refuseront de prendre sa marque et son nombre, n’accordez votre amour et votre loyauté qu’au vrai Dieu, à votre Créateur, Celui qui vous aime et qui vous protège. Si vous Lui faites confiance, vous verrez qu’Il vous aidera à affronter le futur ! (Extraits du Futur Dévoilé, de Michael Roy.) activé numéro 8 11 Le fait d’accepter la “marque de la bête” sera bien plus qu’une simple décision d’ordre économique.
  12. 12. 12 activé numéro 8 Q: La solution la plus rapide et la plus sûre, pour résoudre ce genre de problèmes de commu- nication, est si évidente qu’on y pense rarement : il faut que l’un des interlocuteurs fasse l’effort d’arrêter de parler suffisamment longtemps pour écouter ce que l’autre cherche à communiquer. Les gens aiment parler, s’exprimer, et ils aiment qu’on les écoute. Chacun de nous a besoin de se sentir utile, d’être réassuré que notre opinion a de la valeur, qu’elle est originale. Lorsque vous vous efforcez d’écouter attentivement, même si vous n’êtes pas toujours d’accord avec le point de vue exprimé, vous faites preuve de considération et de respect. Essayez de mettre ce conseil en pratique vis-à-vis des collègues avec lesquels vous avez du mal à communiquer, et vous serez surpris de constater qu’ils réagiront de façon beaucoup plus positive à vos idées et à vos suggestions. Comment devient-on un bon interlocuteur ? Tout d’abord, il faut avoir envie d’écouter. Il faut s’intéresser sincèrement à ce que l’autre veut dire. Si vous vous considérez déjà comme quelqu’un qui aime écouter les autres, vous pensez peut-être à des situa- tions sociales, le genre de conversations où l’on parle pour le plaisir et où l’on échange des idées intéressantes. Mais c’est lorsque votre interlocuteur exprime une opinion contraire à la vôtre qu’il est très important d’écouter, même si ce n’est pas facile. C’est une forme d’écoute désintéressée. Écouter de façon désintéressée, c’est mettre un frein au désir irrésistible de vouloir à tout prix vous exprimer. Il faut faire preuve d’une écoute sincère et évaluer ce que votre interlocuteur essaie de vous dire, avant de répliquer pour exprimer votre point de vue. Cela demande un effort de bien écouter. Remarquez l’expression des gens avec lesquels vous aimez parler, ceux qui savent écouter. Ils manifestent leur intérêt dans l’expression de leur visage, dans leur posture et dans leurs réactions. Il y a, en eux, un je-ne-sais-quoi qui vous dit : “J’ai plaisir à t’écouter. Tu comptes beaucoup pour moi.” Ils communiquent une tranquillité, une certaine qualité de patience qui signifie : “Tu as tout le temps. Je considère que je n’ai rien de plus important à faire que d’écouter ce que tu as à me dire. ” Bien écouter est une façon de vivre “ la loi du Christ”, que la Bible résume en ces termes : “Aime ton prochain comme toi- même” (Galates 5:14). Que puis-je faire pour éviter d’avoir des accrochages avec l’un de mes collègues de travail et pour apprendre à mieux communiquer ? à vos ?uestions… RéponsesRéponsesRéponsesRéponsesRéponses À VOTRE AVIS, POURQUOI DIEU VOUS A-T-IL DONNÉ UNE SEULE BOUCHE MAIS DEUX OREILLES ?
  13. 13. activé numéro 8 13 UUUUU n jour, le maître s’approcha de Bambou pour le contempler. Les yeux remplis de curiosité, Bambou se courba jusqu’au sol en signe de révérence. Le maître lui dit : — Bambou, Bambou, j’aimerais me servir de toi. — Maître, lui répondit Bambou, je suis prêt. Fais de moi comme bon Te semble. — Bambou, reprit le maître d’une voix grave, je vais devoir te couper. Un frisson d’horreur parcourut le tronc de Bambou. — Me...couper ? fit-il, alors que Tu as fait de moi la plus belle plante de tout Ton jardin ? Me couper ! Oh non, je T’en prie, ne fais pas ça ! Utilise-moi selon Ton bon plaisir, Ô Maître, mais ne me coupe pas ! — Mon cher Bambou, continua le maître d’une voix encore plus grave, si je ne te coupe pas, je ne pourrai pas t’utiliser. Tout s’immobilisa dans le jardin. Le vent retint son souffle. Bambou, courbant lentement sa tête fière, répondit tout doucement : — Maître, si Tu dois me couper pour pouvoir m’utiliser, alors qu’il en soit fait ainsi ! Coupe-moi ! — Bambou, mon très cher Bambou, je dois aussi te couper les feuilles et les branches. — Maître, Maître, je T’en supplie, épargne-moi cela ! Coupe-moi, étale ma beauté dans la poussière, mais pourquoi me retirer les feuilles et les branches ? — Hélas, Bambou, si je ne les coupe pas, je ne pourrai me servir de toi. Le soleil se cacha la face. Un papillon qui avait tout entendu s’envola de frayeur. Bambou frissonna de tout son corps et finit par chuchoter : — Maître, coupe-les ! — Bambou, Bambou, je vais devoir te couper en deux et te tailler le cœur, sinon je ne pourrai pas Il y a bien longtemps, au cœur du Royaume d’Orient, se trouvait un magnifique jardin. Chaque matin, au lever du jour, le maître du jardin s’y promenait. De tous les habitants du jardin, le plus beau et le plus précieux était notre noble et gracieux Bambou. Chaque année, Bambou grandissait encore plus beau, encore plus gracieux. Il était conscient de l’attachement que son maître éprouvait à son égard et du plaisir qu’il prenait à le regarder. Cependant, il demeurait modeste et d’une grande gentillesse. Bien souvent, alors que son ami le vent venait se divertir dans le jardin, Bambou oubliait sa dignité pour se mettre à danser : il se balançait joyeusement, se courbant puis se relevant dans un abandon serein. À la plus grande joie de son maître, il menait la grande danse du jardin. t’utiliser. — Maître, Ô mon Maître, coupe et taille comme il Te plaît. C’est ainsi que le maître du jardin prit Bambou, le tailla, lui arracha les branches, le dépouilla de ses feuilles, puis le fendit et lui retira le cœur. Il le souleva gentiment et le porta jusqu’à une source d’eau fraîche et pétillante, au milieu de ses champs asséchés. Le maître plongea alors une extrémité de Bambou dans la source, et plaça l’autre au-dessus du canal d’irrigation de son champ. Puis il posa délicatement son bien-aimé Bambou. La source l’accueillit avec joie. L’eau fraîche et pétillante coula avec entrain et empressement le long du corps déchiré de Bambou pour se répandre dans les champs assoiffés. Puis on planta le riz et les jours s’écoulèrent. Les pousses grandirent. Ce fut le temps de la moisson. Bambou, dont la beauté et la majesté l’avaient autrefois couvert de gloire, resplendissait à présent plus encore dans sa souffrance et son humilité. Certes, du temps de sa beauté, il respirait la vie. Mais maintenant qu’il était brisé, il apportait la vie au domaine de son maître. — Auteur anonyme «Là-dessus, Jésus appela la foule ainsi que Ses disciples et leur dit : “Si quelqu’un veut Me suivre, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix et qu’il Me suive. En effet, celui qui est préoccupé de sauver sa vie la perdra; mais celui qui perdra sa vie à cause de Moi et de l’Évangile, la sauvera. Si un homme parvenait à posséder le monde entier, à quoi cela lui servirait-il, s’il perd sa vie ?”» (Marc 8:34-36) activé numéro 8 13
  14. 14. 14 activé numéro 8 au marchepied et je me retrouvai en dessous du train. En désespoir de cause, je parvins à m’agripper à quelque chose sous le train, lequel continuait de prendre de la vitesse. Ma tête, qui était suspendue, cogna sur le sol entre les roues ! Mes cheveux longs étaient défaits, et je n’ai toujours pas compris par quel miracle ils n’ont pas été happés par les roues qui tournaient à toute vitesse. Le vacarme assourdissant couvrait tous les autres bruits; crier n’aurait servi à rien. À ce moment-là, je perdis tout espoir de m’en tirer. Je priai : “ Jésus, dans quelques instants, je Te verrai face à face. Que vais-jeTe dire ? À quoi ma vie aura-t-elle servi ?” J’attendais maintenant la mort. Je ne ressentais aucune peur, mais je regrettais d’avoir gâché ma vie, bêtement et inutilement. Si seulement je pouvais avoir une autre chance ! Mes mains étaient gelées, fatiguées, et me faisaient affreusement souffrir ! Combien de temps pourrais-je encore tenir ? Tout à coup, le train s’arrêta ! J’ai appris par la suite que le contrôleur du train avait entendu un bruit sur le quai et qu’en apercevant ma bottine qui dépassait de dessous le train, il avait déclenché les freins d’urgence. Le drame n’avait duré en tout que quelques minutes ! Je m’attendais à être grièvement blessée, mais, à la surprise générale, je m’en sortis avec quelques contusions et égratignures. “C’est Dieu qui l’a sauvée !” s’exclama le contrôleur. Un attroupement se forma autour de moi. On me dévisageait ! Marek était dans la foule. Il m’avait perdue de vue juste avant que je ne saute sur le marchepied du train, et, lorsqu’il avait vu le train se mettre en marche, il était revenu sur ses pas pour me chercher. Quand il avait entendu les gens crier qu’une jeune femme était tombée sous le train, il ne lui était même pas venu à l’esprit que cela pouvait être moi ! Nous montâmes dans le train, et le lendemain matin, nous étions à Moscou sains et saufs ! Quand je repense à tout ce qui s’est passé ce jour-là, j’ai peine à croire que c’est à moi que c’est arrivé ! Je suis sûre qu’un ange était à mes côtés. Je ne l’ai pas vu, mais je sais qu’il était là et que je n’étais pas seule ! Maintenant je réalise que ma vie ne m’appartient pas. Avant cet accident, elle m’appartenait peut-être, mais je l’avais gaspillée bêtement. Le Seigneur a été assez bon pour s’en emparer et me la rendre. Désormais, c’est à Lui que j’appartiens ! suite de la page 3 Merci pour Ta protec- tion, sous tous ses aspects. Une protection dont nous n’avons même pas toujours conscience. Parfois nous ignorons que Tu nous as protégés, parce que nous ne pouvons pas savoir ce qui serait arrivé si Tu n’avais pas été là. Nous Te louons, et nous Te remercions de veiller sur nous. Prière de remerciement
  15. 15. activé numéro 8 15 Dieu pourvoit miraculeusement De la viande pour tout un mois Nombres 11:18-23, 31 Le Seigneur paie les dettes d’uneveuve 2 Rois 4:1-6 Lamanneaudésert Exode 16:12-15 L’eaus’écouledurocher Exode 17:1-6 Nourripardescorbeaux 1 Rois 17:4 Le pot de farine et la jarre d’huile 1 Rois 17:10-16 Jésus nourrit cinq mille hommes Marc 6:34-44 Quelques-unes de Ses nombreusespromesses. Matthieu 6:33 Philippiens 4:19 Psaume 23:1 Psaume 34:10 Psaume 37:25 Matthieu 7:7-11 Romains 8:32 J’ai lu le récit du“Voyage fantastique”, et je veux que vous sachiez qu’il m’a rempli d’espoir, de cou- rage et de joie ! C’est une histoire qui peut même pour les rendre heureux, ouvrir les yeux et le cœur de gens qui ne connaissent pas encore Jésus. Je vous en remercie infiniment ! Continuez à écrire ce genre d’histoires qui sonnent vrai et qui font chaud au cœur. — Kasey, Canada Vous m’avez aidé à me sentir bien dans ma peau lorsque vous m’avez révélé la nature de Dieu. Merci d’avoir fait naître en moi l’espoir, et de m’avoir permis de savoir que Dieu existe. Tout ce que je Lui demande c’est de me guider, parce que j’aimerais vivre dans la simplicité pour le restant de mes jours. Vous m’avez donné un nouveau départ. — Norman, Ukraine Je suis tombé sur votre texte par accident, mais j’en suis bien content ! Le “Voyage fantastique” m’a donné envie de faire le même voyage lorsque je mourrai. Puis-je vous aider en quoi que ce soit ? J’aimerais tant vous aider à distribuer des tracts ou autres publications ! Cela me ferait très plaisir ! — Lek, Thaïlande Je suis un jeune homme qui a soif de vérité — j’entends par là la pure vérité de la Bible, et non pas la connaissance de ce monde qui n’est que confu- sion. Il y a bien longtemps que je ne crois plus aux dogmes de l’église de mes parents et grands-parents, ce qui a suscité la colère de mon entourage. Cela ne m’a pas fait peur. Au contraire, ça m’a incité d’autant plus à rechercher la vérité. J’aimerais me rapprocher de vous par l’intermédiaire de vos publications. J’ai trouvé dans vos écrits des réponses logiques à mes interroga- tions. Je suis heureux de pouvoir correspondre avec vous. Merci pour tout, et que notre Seigneur Jésus vous bénisse ! — Anton, Russie Nous serions très heureux d’avoir de vos nouvelles ! Si vous souhaitez nous faire part de vos commentaires ou de vos réactions à l’un des articles parus dans Activé, ou si vous souhaitez tout simplement nous parler de vous, n’hésitez pas à nous écrire ou à nous envoyer un mail aujourd’hui même. CONNEXIONS—LecourrierdenosLecourrierdenosLecourrierdenosLecourrierdenosLecourrierdenoslecteurslecteurslecteurslecteurslecteurs
  16. 16. 16 activé numéro 8 Si seulement tu pouvais voir les somptueuses demeures que J’ai préparées dans Ma Cité céleste pour ceux qui M’ont donné leur vie ! Quelle splendeur les attend lorsqu’ils arriveront aux portes du Ciel ! S’ils pouvaient voir l’expression de Mon visage — cette expression d’amour qui m’envahit lorsque je vois leur labeur, leur persévérance, leur fidélité — alors tous leurs chagrins, toutes leurs douleurs, toutes leurs peines, tous leurs doutes, toutes leurs craintes et tout leur désarroi s’effaceraient de leur cœur et de leur esprit. Les trésors et les récom- penses du royaume de Dieu sont réservés à ceux qui se sont donnés aux autres — à quelqu’un qui était perdu, solitaire ou disgracieux, à un enfant malheureux, un ami nécessiteux, un exclu de la société. Les honneurs et les médailles sont destinés à ceux qui vont au-delà de leurs limites, qui donnent plus qu’ils n’en sont capables, qui partagent plus qu’ils n’en ont le courage, et qui aiment plus qu’ils n’en ont la force. Je multiplie et J’amplifie leur amour — et cet amour touche, répare et guérit leur cœur qui s’est brisé et tourné vers les autres. Mon amour pour toi

×