Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Activé: échappez au stress

12 views

Published on

Livres, livres électroniques, magazines et bandes dessinées gratuits sur divers sujets - www.spiritualibrary.com

Published in: Spiritual
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Activé: échappez au stress

  1. 1. 1 C H A N G E Z V O T R E V I E . C H A N G E Z V O T R E M O N D E Vol 2 • Numéro 6 échappez au stress ! Comment échapper à la pression qui vous écrase Pourquoi la souffrance ? Des réponses à l’une des questions les plus troublantes de la vie Une société sous surveillance On vous observe ivé
  2. 2. 22 ctivé © 2009 Aurora Production, Ltd. www.auroraproduction.com Tous droits réservés. À défaut de mention spéciale, les citations de la Bible sont extraites de La Bible du Semeur © 2009, Société Biblique Internationale. Avec permission. Vol 2, Numéro 6 Rédacteur en chef Keith Phillips Conception graphique Giselle LeFavre Production Jessie Richards Traduction Bernard Le Chevalier / Paul Messager Pour vous inspirer et vous fortifier spirituellement, pour offrir à vos enfants l’opportunité d’apprendre en s’amusant, nous vous proposons une grande variété de livres et de productions audio et vidéo. Pour vous les procurer, veuillez contacter l’un de nos distributeurs ci-dessous ou visiter notre site Internet : www.activated.org Activated Europe Bramingham Pk. Business Ctr. Enterprise Way Luton, Beds. LU3 4BU United Kingdom +44 (0) 845 838 1384 Email: activatedEurope@activated.org Activated Africa P.O. Box 2150 Westville 3630 South Africa +27 (83) 556 8213 Email: activatedAfrica@activated.org Activated Ministries PO Box 462805 Escondido, CA 92046–2805 USA Toll-free: 1–877–862–3228 Email: info@actmin.org www.activatedonline.com Activated India P.O. Box 5215 G.P.O. Bangalore – 560 001 India Email: activatedIndia@activated.org DE VOUS À MOI Dans l’un des épisodes de la série originale de Star Trek, réalisée en 1968, l’équipage du vaisseau spatial Enterprise entre en contact avec des êtres intergalactiques dont le rythme biologique est beaucoup plus rapide que celui de l’espèce humaine. « Le revers de la médaille, c’est que leur organisme est facilement endommagé, observe le capitaine Kirk, un peu comme s’ils vivaient leur vie en accéléré : ça les vieillit prématurément. » On peut imaginer que les créateurs de cette série ont voulu nous mettre en garde contre les risques liés au rythme effréné de la vie moderne. Et il semble bien que leur prédiction se soit avérée plus juste qu’ils ne le pensaient. L’Organisation mondiale de la santé prévoit qu’à l’horizon 2020, la moitié des 10 maladies les plus courantes seront directement liées au stress. Une autre étude récente dévoile qu’à l’heure actuelle, 54 % des personnes actives se plaignent du stress causé par le travail. Au Japon, l’ère moderne a vu l’apparition des néologismes karoshi et karojisatsu, qui signifient respectivement “décès pour cause de surmenage” et “suicide pour cause de surmenage”. Le stress est un problème bien réel qui nous affecte tous à des degrés divers. Un des aspects les plus déconcertants du stress c’est sa faculté de se perpétuer. Le simple fait d’y penser nous fait stresser davantage. Il y a pourtant un moyen simple et efficace d’y échapper. En fait, c’est tellement simple que beaucoup de gens, à tort, repoussent l’idée avant même de l’avoir essayée, et, bien sûr, ils continuent à batailler contre leur stress. « Venez à Moi, nous dit Jésus, et Je vous donnerai du repos. Car Mon joug est facile à porter et la charge que Je vous impose est légère. » (Matthieu 11:28–30). Quelques instants passés en compagnie de Jésus dissiperont la tension et vous apporteront la paix de l’esprit : alors les situations de stress vous apparaîtront dans une nouvelle lumière. Vous avez du mal à croire que cela puisse être aussi simple ? Essayez, vous verrez ! Keith Phillips Pour la grande famille d’Activé
  3. 3. 3 Voilà que vous avez enfin réussi à vous calmer… Ça n’a pas été sans peine et vous avez envie d’afficher la pancarte Prière de ne pas déranger... On ne peut, bien sûr, éviter tous les dérangements et les situations de stress, mais la Bible nous assure que Dieu peut nous procurer la paix intérieure. « Tu garde- ras dans une paix parfaite l’esprit qui s’appuie sur Toi, car il se confie en Toi » (Ésaïe 26:3, Darby). Si nous nous tournons vers Jésus, Il nous donnera la paix. Si nous communiquons avec Lui par la prière, si nous lisons Ses Paroles, ou si, tout simplement, nous pensons à Lui, nous serons récompensés par la paix de l’esprit. La Bible dit encore : « Ne vous mettez en souci pour rien, mais, en toute chose, exposez vos besoins à Dieu. Adressez-Lui vos prières et vos requêtes, en Lui disant aussi votre reconnaissance. Alors la paix de Dieu, qui surpasse tout ce qu’on peut concevoir, gardera votre cœur et votre pensée sous la protection de Jésus- Christ » (Philippiens 4:6-7). Il y a des moments où la pression devient trop forte. Mais Jésus, le Prince de paix, nous rassure : « Je vous laisse la paix, c’est Ma paix que Je vous donne. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. C’est pourquoi, ne soyez pas troublés et n’ayez aucune crainte en votre cœur » (Jean 14:27). Alors, la pro- chaine fois que vous avez envie d’afficher Prière de ne pas déranger, rappelez-vous que Jésus peut vous donner une forme de paix comparable à nulle autre : une paix profonde, tangible, éternelle. Et dire qu’il suffit de Lui demander ! — Chloe West Dans la vie, tu te sens parfois emmuré dans une pièce sans fenêtre, avec les quatre murs qui se resserrent… Mais avec la Parole de Dieu, tu peux ouvrir un passage et t’évader. Lorsque tu lis et médites la Parole, lorsque tu crois en Mes promesses et que tu les invoques, tu ouvres une fenêtre sur le monde spirituel, où de grandes choses t’attendent. Toutes les tensions seront dissipées au soleil de Mon amour. Comme un souffle d’air frais, la douce brise de Mon Esprit clarifiera tes pensées. Ton esprit se rafraîchira aux ruisseaux cristallins de la vérité et de la sagesse. De nouvelles perspectives s’ouvriront à toi. Tu verras les choses sous un éclai- rage céleste et tu seras émerveillé par les nouvelles possibilités et les défis qui se présentent à toi. Tu seras animé d’une foi renouvelée, d’une fraîche inspiration. Cette sensation d’étouffement sera rem- placée par la joie et la passion de vivre (Jean 6:63). Apprends à te tourner vers la Parole quand tu te sens prisonnier, et cette Parole te rendra libre (Jean 8:31-32). — Jésus é c h a p p e z a u s t r e s s
  4. 4. 44 pourquoi la souffrance ? {Pourquoi la souffrance ?} Des réponses à l’une des questions les plus troublantes de la vie. POURQUOIYA-T-ILAUTANTDESOUFFRANCESDANSLEMONDE? P O U R Q U O I D I E U N ’ I N T E R V I E N T - I L P A S ? pourquoi y a-t-il Tant de souffrances dans le moNDe Si,comme le dit la bible,Dieu est amour et qu’il nous aime ? Réponse : Dieu n’est pas responsable de toute la souffrance qui existe dans le monde. Dieu n’est pas un monstre qui aime nous faire souffrir. Il n’est pas à l’origine de la douleur et de la mort. La vérité, c’est que la plupart des souffrances sont causées par l’égoïsme des hommes et par leur esprit de destruction. Prenez l’exemple des guerres qui ont causé d’énormes souffrances depuis l’aube des temps. La Bible affirme : «D’où proviennent les conflits et les querelles entre vous ? N’est-ce pas des désirs égoïstes qui combattent sans cesse en vous ?» (Jacques 4:1). Ce sont les hommes qui sont responsables des souffrances causées par les guerres, à cause de leur égoïsme, de leur orgueil, de leur convoitise et de leur esprit de compétition — tout ce qui les pousse à détruire l’autre pour un gain personnel. Et que dire de la pAuvretÉ ? Que dire des millions de gens qui meurent de La maladie et de la faim dans les pays pauvres ? NE ME DITES PAS qu’ils sont responsables de ce qui leur arrive ! Croyez-le ou non, les hommes ont, eux aussi, une grande part de responsa- bilitédanslapauvreté.Leréchauffement global continue, la forêt équatoriale dis- paraît, les déserts ne cessent de s’éten- dre et les océans sont en train de mourir. Toutes ces calamités ont un effet désas- treux sur l’approvisionnement en nour- riture, en particulier dans les pays qui sont déjà très appauvris. Or, ces boule- versements sont dus en grande partie à la rapacité des riches qui cherchent à s’approprier toujours plus les ressour- ces naturelles, au détriment des plus pauvres. Dans certains pays en voie de développement, par exemple, l’exploita- tion intensive des forêts est en passe de provoquer des catastrophes écologiques et des déplacements de population. De plus, les conflits civils attisés par des politiciens avides de pouvoir entraî- nent la famine et la pauvreté dans de nombreux pays. Peut-on tenir Dieu responsable de cet état de choses ? Là encore, ce sont des hommes qui font souffrir les autres à cause de leur égoïsme, de leur imprévoyance et de leur indifférence pour le sort des géné- rations futures. D’accord,mais La pénurie alimentaire n’est pas uniquement le fait de l’expansion des déserts,
  5. 5. 5 La science s’est révélée une épée à double tranchant. Leréchauffementglobalcontinue,laforêtéquatorialedisparaît,lesdésertsnecessentdes’étendreet de la destruction des forÊts, ou des guerres.Il existe des forces naturelles qui Échappent au contrôle de l’homme et qui contribuent à la pauvreté et la famine.Dieu n’est-il pas responsable de cela ? Il est vrai que certains facteurs échap- pent au contrôle humain, mais l’ironie c’estque,pendantquedesmillionsdegens meurent de faim, dans d’autres régions du monde il existe de gigantesques surplus alimentaires. Personne ne devrait être sous-alimenté. La bonne terre de Dieu produit suffisamment. Hélas, alors que certains pays occidentaux gaspillent des centaines de millions d’euros pour stoc- ker ou détruire leurs surplus alimentaires, allant jusqu’à verser des subventions pour décourager certaines cultures, les pauvres du monde, eux, en sont réduits à mourir de faim. Parlons de la misère des grandes villes du tiers-monde. Dieu n’a jamais voulu que l’homme habite dans des bidonvil- les surpeuplés, crasseux et avilissants. Dans la plupart des cas, les occupants de ces bidonvilles seraient mieux lotis s’ils étaient restés à la campagne, moins peu- plée, où l’air est pur, la vie plus saine, et la nourriture suffisante. Dans certains pays, les pauvres s’en- tassent dans les villes pour fuir la guerre civile, la guérilla ou la criminalité rurale. Autant de souffrances qui sont causées par la cupidité humaine et l’exploitation de l’homme par l’homme. Malheureusement, dans d’autres cas, les gens doivent s’en prendre à eux- mêmes. Ils envient le confort matériel des riches citadins, et ils s’imaginent que ce mode de vie ferait leur bonheur. Ils sont attirés par la ville, mais bien souvent se retrouvent dans une situation encore plus précaire. Les villes modernes et leur cor- tègedesouffrancesnesontpasimputables à Dieu, c’est un fléau d’origine humaine. En plus, les riches partagent rarement leurs richesses ou leurs terres comme ils le devraient ; la plupart ne versent pas un salaire décent à leurs pauvres employés et ne paient pas un prix équitable aux pro- ducteurs. S’ils payaient le prix juste, per- sonne ne serait dans le besoin. La Bible recommande et enjoint même aux riches de partager leurs richesses avec les pau- vres (Deutéronome 15:7-8; Psaume 41:1; Matthieu 5:42). Dieu ne veut pas que les pauvres souffrent de la sorte ! La science s’est révélée une épée à doubletranchant.Dieuaaidéleshommes à acquérir des connaissances qui leur ont permis de faire de nombreuses découver- tes bénéfiques. Mais il faut avouer qu’une bonne part de ces connaissances n’a pas été employée à bon escient et a abouti à la fabrication d’horribles armes de guerre, à la pollution par les usines et les raffine- ries, à la création de substances cancé- rigènes, etc. Ces inventions destructives ont amené de terribles souffrances qui ne sont certainement pas imputables à Dieu. Doit-on en conclure que l’homme est l’unique responsable des malheurs du monde actuel ? Non, bien entendu, le principal res- ponsable c’est Satan, celui qu’on appelle aussi le diable, un être spirituel très puis- sant et malfaisant, l’ennemi juré de Dieu, qui s’acharne sur les hommes pour les faire souffrir. D’ailleurs, l’un des princi- paux objectifs de Satan est de détourner les hommes de Dieu en Lui faisant porter la responsabilité de ses méfaits ! mais alors,si Dieu est amour et qu’il est tout-puissant,pourquoi n’arrête-t-il pas le diable et les gens qui sont responsables de toute cette souffrance ? La Bible nous révèle qu’une guerre sans merci a lieu dans le monde de l’esprit entre les forces du bien et du mal (Éphé- siens 6:12). Généralement, Dieu et Ses
  6. 6. 66 Si Dieu décidait d’empêcher les gens de perpétrer le mal et d’infliger des souffrances à autrui, Il devrait aussi nous ôter notre liberté d’action et de décision. forces angéliques empêchent le diable de causer plus de dommage. Mais, dans certains cas, Dieu permet au diable d’ac- complir son oeuvre destructrice en guise de jugement envers ceux qui se rebellent contre Lui ou qui refusent d’obéir à Ses lois naturelles et spirituelles. Néanmoins, si Dieu décidait d’empê- cher les gens de perpétrer le mal et d’in- fliger des souffrances à autrui, Il devrait nous ôter notre liberté d’action et de décision, ce libre arbitre qui nous permet de choisir entre le bien et le mal. Dans ce cas, N’aurait-il pas été préférable que dieu nous crée de telle manière que nous puissions uniquement faire le bien ? Oui, s’Il avait voulu des robots, Il aurait pu faire que tout le monde soit bon et fasselebien.Maisvoilà,Iladélibérément limité Son influence en nous donnant le libre arbitre, afin que nous choisissions de plein gré de L’aimer et de faire le bien. Tout comme les parents souhaitent que leurs enfants les aiment librement et non parce qu’ils y sont forcés. Nous sommes ici-bas pour apprendre à choisir entre le bien et le mal, entre les voies de Dieu et nos voies, qui sont égoïstes. C’est d’ailleurs pourquoi il y a tant de souffrances,demisèreetdedouleurdans ce monde : au lieu d’aimer Dieu et de Lui obéir, beaucoup préfèrent se rebeller contre Ses règles d’amour, établies pour notre bien-être et notre bonheur. La plupart n’en font qu’à leur tête et, natu- rellement, doivent subir les conséquen- ces de leurs mauvais choix. «Bien des hommes pensent être sur le bon chemin, et pourtant, ils se trouvent une voie qui, finalement, mène à la mort» (Proverbes 14:12). Maisalors,pourquoi Dieupermet–il que Le malheur frappe ceux qui sont bons ? personne n’est parfait, soit, mais pourquoi ne récom- pense-t-il pas ceux qui cherchent À faire le bien en leur épargnant la souffrance ? Il le fait, la plupart du temps. Quand on a des problèmes, on les ressent d’une façon très aiguë, mais bien souvent on ne voit pas les tragédies que Dieu nous épargne parce qu’Il nous aime. Néanmoins, même ceux qui font le bien traversent parfois des périodes dif- ficiles. C’est là qu’il importe de ne pas oublier — et ce n’est pas toujours facile à comprendre — que la souffrance a du bon. Les difficultés forgent notre carac- tère et nous enseignent d’importan- tes leçons. Ne dit-on pas que l’échec est souvent meilleur instructeur que le succès ? La souffrance fait ressortir ce qu’il y a de meilleur chez l’homme, si toutefois il refuse de s’endurcir ou de se complaire dans l’amertume. Elle engen- dre l’amour, la tendresse, la bonté et la générosité. La Bible nous dit : «À notre tour, nous [sommes] capables de récon- forter ceux qui passent par toutes sortes de détresse, en leur apportant le récon- fort que Dieu nous a apporté» (2 Corin- thiens 1:4). Ceux qui ont trouvé en Dieu (ou en Jésus, Son amour personnifié) le réconfort et la force dont ils avaient besoin pour endurer la souffrance, vou- dront Le faire connaître aux autres car Il peut aussi soulager leurs souffrances et résoudre leurs problèmes. Et, bonne nouvelle, un jour, très bien- tôt, selon la promesse de Dieu, toutes les souffrances prendront fin pour ceux qui L’aiment. Jésus reviendra chercher les Siens pour les arracher à ce monde de souffrances en les emportant au Ciel. Et là, Dieu séchera toutes leurs larmes. La mort n’existera plus et il n’y aura plus ni deuil, ni plainte ni souffrance, car les choses du passé auront définitivement disparu. (Apocalypse 21:4). • (Les réponses ci-dessus sont adaptÉes des Écrits de David Brandt Berg.)
  7. 7. 7 Un homme d’affaires américain de passage au Mexique se promenait sur la jetée d’un petit port de pêche, lorsqu’une modeste embarcation accosta. À bord il n’y avait qu’un seul pêcheur. L’Américain, impressionné par la taille des thons qu’il avait pris, le complimenta sur la qualité de sa pêche et lui demanda combien de temps il avait mis pour les attraper. — Oh, pas très longtemps, répliqua le pêcheur ! L’Américain lui demanda alors pourquoi il s’était arrêté de pêcher. Le pêcheur répondit qu’il avait pêché suffisamment pour nourrir sa famille. L’Américain poursuivit : — Mais alors, que faites-vous le reste du temps ? — Oh, je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la siesta avec Maria, ma femme. Et le soir venu, je me promène dans le village, je me bois un petit verre de vin, et je joue de la guitare avec mes amigos. Vous savez, señor, j’ai une vie bien remplie ! L’Américain répartit d’un air moqueur : — Je suis diplômé d’Harvard, et je vais vous donner un bon conseil : vous devriez passer plus de temps à pêcher ! Avec la recette de votre pêche, vous pourriez acheter un bateau plus grand. Ensuite, avec vos nouveaux profits, vous pour- riez acheter plusieurs bateaux. Et, au bout du compte, vous pourriez acquérir toute une flotte de bateaux de pêche. Et là, au lieu de vendre à l’intermédiaire, vous pourriez vendre directement à un industriel, ou même monter votre propre usine de conserves. Vous pourriez contrôler toute la chaîne : la production, la transformation et la distribution de votre produit. Il vous faudra quitter votre petit village pour aller habiter à Mexico city, puis à Los Angeles, et finalement à New York d’où vous pourrez diriger votre entreprise florissante. Le pêcheur réfléchit un instant et lui demanda: — Et combien de temps tout cela prendra t-il, señor ? — Oh, quinze ou vingt ans. — Et ensuite, señor ? — Alors là, tenez-vous bien ! fit l’Américain en riant. Au moment opportun, vous vendrez toutes les actions de votre société et vous deviendrez très riche. Vous gagnerez des millions. — Des millions, señor ? Et ensuite ? — Ensuite, poursuivit l’Américain, vous pourrez prendre votre retraite et vous installer dans un petit port de pêche, sur la côte. Là, vous pourrez faire la grasse matinée, pêcher un petit peu, jouer avec vos petits-enfants, faire la siesta avec votre femme Maria, et le soir venu, vous vous promènerez dans le village et vous irez boire un petit verre de vin et jouer de la guitare avec vos amigos.” — auteur inconnu AH ! LA BELLE VIE !
  8. 8. 88 Au bout de 21 ans de mariage, j’ai découvert une nouvelle formule pour conserver à notre amour toute sa fraîcheur. Il y a quelque temps, j’ai entrepris de sortir avec une autre femme. C’était d’ailleurs l’idée de mon épouse. Un jour, à ma grande surprise, elle me dit : — Je sais que tu l’aimes. — Mais c’est toi que j’aime, protestai-je. — Oui, mais je sais que tu l’aimes aussi. Cette autre femme était ma mère, veuve depuis 19 ans. J’aimais ma mère, bien sûr, mais les contraintes professionnelles et nos trois enfants me laissaient peu de temps pour lui rendre visite. Ce soir-là, je l’appelai pour l’inviter au restaurant et au cinéma. — Que se passe-t-il ? Il y a quelque chose qui ne va pas ? s’enquit-elle. Ma mère est de celles qui imaginent le pire quand on les appelle tard le soir ou qu’on leur fait une invitation surprise. — J’ai pensé que ce serait sympa de passer un petit moment avec toi, la rassurai-je. Rien que nous deux. — Ça me ferait très plaisir, me répondit-elle après un moment de réflexion. Ce vendredi-là, je passai la prendre en voiture à la sortie de mon travail. À vrai dire, j’étais un peu nerveux. En l’apercevant sur le pas de sa porte, je notai, chez elle aussi, une pointe de nervosité. Elle s’était fait une mise en plis et portait la robe de son dernier anniversaire de mariage. Elle me fit un sourire radieux, angélique. — Quand j’ai dit à mes amies que j’allais sortir avec mon fils, elles ont été très impressionnées, me confia-t-elle en montant dans la voiture. Elles sont impatientes que je leur raconte comment ça s’est passé. En sortant de la voiture, elle me prit par le bras avec la fierté d’une première dame, et nous nous dirigeâmes vers un petit restaurant. Il ne payait pas de mine, mais l’ambiance y était plaisante et chaleureuse. Nous prîmes place et je me mis à lire le menu à voix haute, car ses yeux ne lui permettaient plus que de lire les gros caractères. J’en étais encore aux entrées lorsque, du coin de l’œil, je remarquai qu’elle me dévisageait. Un sourire nostalgique se dessinait sur ses lèvres. l’invitation à dîner
  9. 9. 9 — C’est moi qui devais te lire le menu quand tu étais petit, fit-elle. — Alors maintenant, c’est à toi de te reposer et de me laisser te rendre la pareille, répliquai-je. Tout au long du dîner, nous eûmes une très agréable conversation. Rien qui sortît de l’ordinaire, mais l’occasion de partager tout ce qui s’était passé dans notre vie à tous deux depuis notre dernière rencontre. Nous avions tant à nous dire que nous en oubliâmes le film. Enfin, je la reconduisis et elle me quitta sur ces mots : — J’aimerais beaucoup ressortir avec toi, mais à condition que ce soit moi qui t’invite. De retour à la maison, ma femme me demanda : — Alors, comment s’est passée ta soirée ? — Très bien, beaucoup mieux que je ne l’aurais imaginé. Quelques jours plus tard, ma mère mourut d’une crise cardiaque. Tout arriva si vite que je ne pus rien faire pour elle. Dans le courant de la semaine suivante, une enveloppe nous arriva, laquelle contenait un reçu du restaurant où nous avions dîné. Un petit mot l’accompagnait, rédigé de sa main : « J’ai payé cette facture à l’avance. J’ai le pressentiment que je ne pourrai pas venir, mais j’ai quand même réglé deux repas : pour toi et ta femme. Tu ne sauras jamais ce que cette soirée a représenté pour moi. Je t’aime. » À cet instant, j’ai compris combien il est important de savoir dire « Je t’aime » au bon moment. Et d’accorder à ceux qu’on aime le temps qu’ils méritent.  Auteur inconnu Réflexions sur le mariage Liez vos cœurs d’un nœud indéfectible. — William Shakespeare (1564-1616) Même si les mariages sont conçus au Ciel, l’homme n’en est pas moins respon- sable de leur entretien. — James C. Dobson (1936- ) Le mariage n’est pas une fin en soi, c’est le commencement d’une aventure. — David A. Seamands Pour être heureux en mariage, il ne suffit pas de trouver le partenaire idéal, il faut être le partenaire idéal. — Robert Browning (1812-1889) Ouvrez grand vos yeux avant le mariage, mais après, gardez-les à moitié fermés. — Benjamin Franklin (1706-1790) Il faut des années pour que deux cœurs s’unissent pleinement dans le mariage. Une vie conjugale heureuse, c’est deux êtres qui n’en finissent pas d’être amoureux l’un de l’autre. — Théodore Parker (1810-1860) Dans un mariage, le plus important, c’est que les deux époux aient foi en Dieu et en Jésus-Christ. Quand on a la foi, tout est possible. — David Brandt Berg (1919-1994) La bonne façon d’aimer, c’est d’aimer les autres comme Dieu nous le demande : de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit (Matthieu 22:37-39). Autrement dit, notre amour doit être sincère. Il ne s’agit pas de dire « Je t’aime » à quelqu’un, et de passer son chemin sans l’aider. Ou de lui dire : « Reste au chaud et bon appétit ! » sans lui donner ce dont il a besoin, alors qu’on pourrait le faire (Jacques 2:16 ; Proverbes 3:28). L’amour qui ne se traduit pas dans les actes est comme la foi sans les œuvres, laquelle est morte (Jacques 2:26). Que votre amour ne se manifeste pas seulement en belles paroles mais en actes ! — David Brandt Berg « C’EST PAS LE PARADIS, MAIS PRESQUE ! »
  10. 10. 1010 UNE HEURE RÉSERVÉE AUX ENFANTS Sara Kelley Le plus beau cadeau qu’on puisse faire à nos enfants, c’est de leur consacrer du temps. Il s’agit là d’un principe que nous, les parents, avons trop tendance à oublier. Comme nous sommes très occupés et que nos enfants vont à l’école, il ne reste plus que les soirées et les vacances pour être en famille. D’où l’importance de chérir jalousement chacun de ces moments. C’est l’occasion de montrer à nos enfants combien ils sont importants et uni- ques à nos yeux. Combien de temps allons-nous passer en famille ? Que ferons- nous ensemble ? Ces questions concernent les enfants autant que les parents. Toutefois, il dépend de nous, parents, que ces moments soient amusants pour les enfants et qu’ils leur apportent quelque chose. Une façon de montrer aux enfants qu’ils comptent pour nous, c’est de refuser d’être dérangés durant ces moments-là. Dans de nombreux foyers, c’est au dîner que la famille se retrouve pour la première fois de la journée. Une bonne conversation autour de la table est un bon début, mais ce n’est pas suffisant. Certains parents qui sont proches de leurs enfants ont découvert que la meilleure façon de cultiver cette entente, cette complicité, est de leur réserver une heure après le dîner : une heure qui leur est exclusivement consacrée. Les parents se mettent d’accord pour ne pas se déranger mutuelle- ment en parlant d’autre chose. Les enfants savent donc qu’ils peuvent compter sur l’attention pleine et entière de leurs parents. Qu’on leur consacre une heure ou plus, l’important est de mettre de côté toute préoccupation, professionnelle ou autre, pour leur accorder 100% de notre attention. Ce n’est peut-être pas toujours très pratique, ni facile, mais si nous en faisons une habitude, nous consta- terons une nette amélioration dans la vie de nos enfants, et ils nous en aimeront davantage ! Pour tirer le meilleur parti de ces moments, soyez là pour eux. Il ne suffit pas d’être dans la même pièce Nous constaterons une nette amélioration dans la vie de nos enfants, et ils nous en aimeront davantage !
  11. 11. 11 tout en faisant autre chose, comme de regarder la télé, encore faut-il se mettre à leur niveau. Discu- tez avec eux pour savoir ce qu’ils pensent. Quittez votre monde adulte pour entrer dans leur monde d’enfants. Amusez-vous ensemble. Bref, prenez plaisir à être avec vos enfants. Si vos enfants sont d’âges très différents, vous devrez sans doute prévoir des activités pour chaque tranche d’âge. Un soir, maman pourra jouer ou lire avec les plus jeunes, tandis que papa s’attellera à un projet artistique ou de bricolage avec les aînés, ou les aidera à faire leurs devoirs. Puis le lendemain, on inversera les rôles. Si vous êtes seul(e), vous choisirez peut-être de consa- crer du temps aux plus petits d’abord, et ensuite aux plus grands lorsque les petits seront couchés. L’important est d’accorder à chacun un moment de qualité. Si l’un de vos enfants est doué d’un talent par- ticulier, si par exemple il sait taper à la machine, dessiner ou jouer d’un instrument, cette heure en famille est l’occasion idéale de développer et d’en- courager ce don. (Assurez-vous de ne pas négliger vos autres enfants.) La clé, pour réussir ces moments-là, c’est de prévoir : faites une liste de différentes idées que vous organiserez. Pour amuser vos enfants ou les intéresser, il n’est pas nécessaire d’avoir des talents particuliers ni même des quantités de matériel. Le fait est que rien ni personne ne pourra jamais remplacer vos enfants auprès de vous. Et rien ni personne ne pourra jamais vous rempla- cer auprès de vos enfants. Pour eux, ce seront des moments privilégiés, riches et constructifs, des moments inoubliables. Donnez le meilleur de vous-même, et vous verrez, vous ne pourrez plus vous en passer ! ◊ L’honnêteté est toujours récompen- sée Un père confiait un jour qu’il ne s’était pas rendu compte à quel point il avait manqué d’honnêteté envers son fils jusqu’à ce qu’un incident lui serve de leçon.Son fils avait de très mauvaises notes en français.Les remontrances, les devoirs supplémentaires,rien n’y faisait,son fils ne parvenait pas à avoir de meilleures notes.Un jour,il dit à son père : — Tu devais sûrement avoir de très bonnes notes en français quand tu allais à l’école ? — Qu’est-ce qui te fait dire ça ? demanda son papa. — C’est évident ! Si tu avais eu des mau- vaises notes,tu ne me réprimanderais pas comme tu le fais ! répliqua le fils. Les reproches que lui adressait son père lui avaient donné une fausse impression. — Non,en fait,j’étais très faible en français ! reprit le père,surtout en ortho- graphe !  À compter de ce jour,son fils com- mença à s’améliorer.Il se sentit libéré de son complexe d’infériorité et reprit espoir en apprenant que son père avait eu les mêmes difficultés que lui,mais que cela ne l’avait pas empêché de réussir dans la vie. — Auteur anonyme
  12. 12. 1212 inquiet ? pourquoi ? Vous êtes entre Ses mains ! D ieu vous aime ! Dieu, votre Père céleste, vous aime personnel- lement comme Son enfant. Vous êtes entre Ses mains ! Ce monde magnifique, Il l’a créé pour votre plaisir. Et pour vous permettre de jouir de la vie, Il vous a donné un corps, un esprit et un cœur merveilleux. Mais, hélas, l’image que beaucoup se font de Dieu est celle d’un monstre tyrannique qui les poursuit avec un gros bâton pour les frapper au pre- mier faux pas. Pourtant, dans la Bible, il est clair que «Dieu est amour» (1 Jean 4:8). Il nous aime et nous pardonne, et s’Il nous suit partout, c’est parce qu’Il attend que nous nous tournions vers Lui, pour nous accueillir à bras ouverts. Pour d’autres, Dieu n’existe pas car ils ne peuvent pas Le comprendre. Mais quiajamaispucomprendreDieu?C’est impossible ! Dans la Bible, Il déclare : «Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant Mes voies sont élevées au- dessus de vos voies, et autant Mes pen- sées sont élevées au-dessus des vôtres» (Ésaïe 55:8,9). Toutefois, bien qu’il soit difficile de Le comprendre, on peut admirer Sa merveilleuse création, les arbres, les fleurs, les montagnes, la mer, le ciel, les étoiles… et on peut ressentir Son amour dans toutes les choses remarquables qu’Il a créées. Vous n’avez pas besoin de comprendre Dieu pour L’aimer, pas plus qu’un bébé n’a besoin de tout savoir de ses parents pour ressentir leur amour. C’est pourquoi Jésus disait qu’il faut devenir comme un petit enfant pour entrer dans le Royaume des Cieux (Matthieu 18:3). Il y a cer- taines choses que l’on doit accepter par la foi. Jésus disait aussi que «Dieu est Esprit» (Jean 4:24). Il est tout puissant, Il sait tout, et Il est omniprésent !  Même le Ciel dans toute son immensité ne pourrait Le contenir (1 Rois 8:27). Il dépasse les limites de la terre et de notre sys- tème solaire, et même de notre galaxie et de tout l’univers. Il est tout et en tout ! Bien au-delà des limites de notre compréhension humaine ! Mais comme Il nous aime et qu’Il voulait nous faire connaître Son amour, Il a envoyé Son propre Fils sur terre sous la forme d’un homme, Jésus-Christ. Jésus était en quelque sorte « l’image du Dieu invisible » (Colossiens 1:15), pour nous montrer à quoi ressemble Dieu. Tout ce qu’Il faisait portait la marque de l’amour: Il parlait d’amour, Il manifestait et vivait l’amour et, finalement, Il a donné Sa vie par amour pour nous, pour apporter la vie, le pardon et la joie éternelle à tous ceux qui allaient Le recevoir. Si vous avez l’impression que Dieu est loin de vous, peut-être n’avez-vous pas encore reçu Son amour ? En chacun de nous il y a un vide créé par Dieu. Lui seul peut le remplir, et rien d’autre
  13. 13. 13 Recevoir l’amour de Dieu dans son cœur, c’est comme allumer la lumière dans une pièce obscure. ne saurait le combler. Pour qu’Il le remplisse, il vous suffit de Lui ouvrir votre cœur: Il vous don- nera cet amour, un amour qui va complètement changer votre façon de voir la vie. C’est ce qui est merveilleux avec L’amour de Dieu : quand on sait qu’Il nous aime, on sait que tout va s’arranger parce qu’Il prendra bien soin de nous. C’est ça la foi. Et c’est la foi en Son amour qui élimine la peur et l’anxiété, «car l’amour véritable chasse toute crainte» (1 Jean 4:18). Recevoir l’amour de Dieu dans son cœur, c’est comme allumer la lumière dans une pièce obscure : l’obscurité disparaît ! Alors vous n’avez plus rien à craindre. Vous savez que votre Père céleste vous aime et que toute votre vie est entre Ses mains : votre famille, vos enfants, votre avenir, votre santé. Jésus vous dit: «Ne vous inquiétez pas… Voyez les oiseaux qui volent dans les airs, ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’amassent pas de provisions dans des greniers, et pourtant votre Père céleste les nourrit. N’avez-vous pas bien plus de valeur qu’eux ?» (Matthieu 6:25-26) Il s’occupera des Siens ! Avez-vous l’amour de Dieu dans votre cœur ? Sinon, il vous suffit de demander à Jésus d’entrer dans votre vie. Il vous dit: «Voici, Je me tiens devant la porte [de votre cœur] et Je frappe. Si quelqu’un entend Ma voix et ouvre la porte, J’entrerai chez lui» (Apocalypse 3:20). Il vous aime et entrera à l’instant même si vous priez sincèrement cette prière : « Je Te demande,Jésus,de me pardonner tout le mal que j’ai fait. Je crois que Tu es le Fils de Dieu et que Tu es mort pour moi. Je T’ouvre mainte- nant la porte de mon cœur et je T’invite, Jésus, à y entrer et à me faire don de la vie éternelle. Apprends-moi à T’aimer et à aimer les autres, en leur montrant Ton amour. Amen.»  Certaines souffrances sont causées par le Démon. Job 1:12–19; 2:6–7 Actes 10:38 2 Timothée 2:26 D’autres sont imputables à la convoitise des hommes. Proverbes 15:27 1 Timothée 6:9–10 Jacques 4:1–2 Jacques 5:1–3 La souffrance résulte souvent de notre péché et de notre désobéissance. Genèse 42:21 Job 4:8 (on récolte ce que l’on sème) Psaume 107:17 Jérémie 30:15 La souffrance est par- fois le châtiment d’un Dieu qui nous aime. Proverbes 3:11–12 Hébreux 12:5–12 1 Corinthiens 11:32 Apocalypse 3:19 Dieu voit notre bien lorsqu’Il permet la souffrance. Génèse 45:4–8; 50:20 Psaume 119:71 Romains 8:28 Dieu nous réconforte et nous fortifie dans la souffrance. Matthieu 5:4 Jean 14:18 1 Pierre 5:10 La souffrance peut nous rapprocher de Dieu et nous enseigner Ses voies. Job 23:10 Psaume 94:12 Psaume 119:71 Ésaïe 48:10 Jean 15:2 Hébreux 12:9–11 Autres fruits résultant de la souffrance : Deutéronome 8:2,16 (humilité) Romains 5:3b (patience) Ecclésiaste 7:2–3 (sagesse) 2 Corinthiens 1:4 (compassion) Il faut garder la foi. Job 13:15a Actes 20:23–24 Romains 12:12a 2 Corinthiens 7:4b Philippiens 3:8 Hébreux 11:25–27 Jacques 5:10–11 1 Pierre 4:13,16 Récompenses célestes attachées à la souf- france terrestre Romains 8:18 2 Corinthiens 1:7 2 Corinthiens 4:17 2 Timothée 2:12a Apocalypse 21:4 {Lectures substantielles} Comment Dieu voit-Il la souffrance
  14. 14. 1414 EN 1948, Peu avant sa mort, George Orwell publia son dernier roman, le désor- mais classique 1984. L’ouvrage dépeint un futur angoissant dans lequel trois dictatures ultra-totalitaires se partagent le monde. L’état qui englobe ce qui fut jadis l’Europe occidentale, la Grande-Bretagne et les États-Unis s’appelle l’Océania, et est gouverné par Big Brother (le Grand Frère). En Océania, l’état, tout puissant, exige de ses citoyens une loyauté inconditionnelle. Pour y parvenir, il s’immisce dans leur vie privée. Or, sans vie privée, il n’y a plus de liberté. L’information, les livres, les pièces de théâtre, les films, tout est soumis à la cen- sure. L’histoire est réécrite pour s’accom- moder des exigences de la propagande. La « police des pensées » surveille les modes de comportement des individus afin de repérer les éventuelles dissidences. Des appareils de surveillance envahissants per- mettent au gouvernement d’espionner les conversations les plus intimes. En Océa- nia, le télécran interactif est sans doute l’instrument le plus efficace dont dispose le gouvernement pour surveiller chaque pièce de chaque maison, bureau et usine. L’individu ne peut jamais se soustraire à la surveillance ininterrompue des forces de sécurité d’Océania. Tout prophétique que s’avérât 1984, George Orwell n’aurait pu imaginer à quels sommets parviendrait la technologie de surveillance. Son roman est en train de se réaliser. Pauvre Orwell ! S’il revenait, il serait épouvanté de voir dans quel état se trouve le monde ! Ce qui n’était que science-fiction est devenu réalité, et une réalité, hélas, bien installée. Le pire est que les gens ne s’inquiètent plus du fait que leurs allées et venues sont constamment surveillées : c’est un signe des temps des plus alarmants. Quelqu’un peut lire chaque e-mail non encrypté que nous envoyons. Des agences de surveillance ont la possibilité, grâce aux satellites géostation- naires et autres technologies, de mettre sous écoute chacune de nos conversations télé- phoniques. Chaque fois que nous utilisons une carte de débit ou de crédit, c’est enre- gistré quelque part dans une base de don- nées sous notre nom, lequel est relié à notre adresse. Ces réseaux savent exactement où nous sommes et, dans une certaine mesure, ce que nous faisons. En étudiant nos modes d’achat, d’autres agences peuvent connaître nos goûts et nos habitudes. Les implants électroniques servent à surveiller des enfants, des condamnés, des animaux, des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, entre autres. Les caméras de surveillance qui bordent nos rues et espionnent nos commerces, nos parkings et nos maisons, font partie de la routine de notre quotidien dans le monde entier. Sur l’Internet, nos activités peuvent être suivies à la trace, au clic de souris près. Big Brother est Coups d’œil sur le futur Une société sous surveillance PAR Joseph Candel
  15. 15. 15 là et bien là ! Non seulement Big Brother est arrivé, mais il est déjà en train de resserrer son emprise sur le monde. De l’Australie à l’Inde, au Canada et aux États-unis, en passant par l’Amérique du Sud et l’Afghanistan, l’infrastructure qui nous épie pour le compte du gouvernement mondial, “pour notre bien et le bien de la société”, est déjà en place. Les outils de surveillance actuels nous donnent un avant-goût de ce que sera la société la plus surveillée qu’on puisse imaginer. Il s’agit avant tout d’une stratégie de contrôle. La Bible prédit l’instaura- tion d’un gouvernement mondial qui sera dirigé par un dictateur possédé du démon, appelé l’Antéchrist ou la Bête (Daniel 11:21, 23-24; 8:23-25; Apocalypse 13:7). Pour gouverner le monde, l’Anté- christ doit d’abord contrôler les popula- tions, mais comment peut-il y parvenir à moins de les espionner ? Aussi incroyables que puissent être ces avancées technologiques, elles ne devraient pourtant pas nous surprendre. Il y a plus de 2000 ans, la Bible prédisait déjà l’instauration d’un tel régime. « Et il [le principal adjoint de l’An- téchrist, que la Bible appelle le « faux prophète » qui « séduit le monde »] amena tous les hommes, gens du peuple et grands personnages, riches et pau- vres, hommes libres et esclaves, à se faire marquer d’un signe sur la main droite ou sur le front. Et personne ne pouvait acheter ou vendre sans porter ce signe : soit le nom de la bête [l’Antéchrist], soit le nombre correspondant à son nom… c’est 666 » (Apocalypse 13:16-18). Dans ce système, personne ne pourra acheter ni vendre à moins d’avoir reçu une marque sur le front ou dans la main droite. Le jour est proche où l’évolution technologique permettra l’entrée en vigueur du système de crédit électroni- que lié à la marque de la Bête, 666. D’autres changements qui ont lieu en ce moment même dans le monde faciliteront l’accession au pouvoir de l’Antéchrist. Jésus prédisait qu’à l’époque où l’Antéchrist arriverait au pouvoir et pendant ses sept années de règne, «… le mal ne cessera de croître, et l’amour du plus grand nombre se refroidira. » (Mat- thieu 24:12). La Bible nous révèle aussi qu’en ces jours sombres « les hommes méchants et les charlatans s’enfonceront de plus en plus dans le mal. » (2 Timo- thée 3:13). Et à votre avis, qui va sauver le monde de la catastrophe économique, des guerres atroces, du terrorisme, etc. ? L’Antéchrist, bien sûr ! Avec toute cette technologie au service d’hommes de plus en plus impies, le monde est sur le point de tomber aux mains de l’Antéchrist et de son gouverne- ment mondial totalitaire qui leur promet « la technologie et la sécurité pour tous ! » Avec, en prime, une surveillance et un contrôle absolus, une répression bru- tale envers tous les déviationnistes et une guerre sans merci contre ceux qui refuseront de se soumettre et de l’adorer comme Dieu (Apocalypse 13:5-7,14-18; 2 Thessaloniciens 2:3-4). Le futur immédiat n’est pas des plus rassurants, mais « un homme averti en vaut deux » et s’il est averti, il se pré- parera à résister à l’Antéchrist et à sa marque. Dans un avenir assez proche, il y aura un revirement total de situation avec le Retour de Jésus (Matthieu 24:29- 31). Alors se lèvera l’aube d’un nouveau monde merveilleux, où le loup vivra avec l’agneau car toute la terre sera remplie de la connaissance de l’Éternel, comme les eaux recouvrent le fond des mers. (Ésaïe 11:6-9). Tout se met en place pour l’instauration du Nouvel Ordre mondial. Il n’y en a plus pour longtemps !
  16. 16. 16 moineaux… MON AMOUR POUR TOI Voyez ces Tu vois, ce petit moineau qui volette en quête de pitance et d’un endroit pour faire son nid, Je ne le quitte pas des yeux. Je le guide vers un lieu de repos, et il Me fait confiance. Il ne s’inquiète pas de ce qu’il lui manque. Il vaque tranquillement à ses occupations, avec l’assurance que Je vais pourvoir à ses besoins. Ces moineaux sont minuscules, et on les voit partout… Et pourtant, Je les connais tous et Je m’occupe de chacun d’eux. Toi, Mon enfant, tu es bien plus précieux pour Moi que tous les moineaux de la terre. Et si Je prends si bien soin de ces petits oiseaux qui semblent insignifiants, ne vais-Je pas, à plus forte raison, prendre soin de toi ? Je connais tes problèmes, Je comprends tes craintes. Je suis là pour te procurer la foi et répondre à tes prières, mais J’ai besoin que tu Me fasses confiance, comme le petit moineau. Il ne se laisse pas envahir par la crainte, la panique et l’affolement. Il garde son calme, sachant que Je veille sur lui et que Je vais m’occuper de lui comme s’il était Mon enfant. Je veille sur toi aussi et Je suis toujours prêt à te venir en aide. Alors, fais-Moi confiance. D’accord ? C’est à Moi de me soucier de toi !

×