Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

Activé: Chair ou esprit

10 views

Published on

Livres, livres électroniques, magazines et bandes dessinées gratuits sur divers sujets - www.spiritualibrary.com

Published in: Spiritual
  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

Activé: Chair ou esprit

  1. 1. CHANGEZ VOTRE VIE, CHANGEZ VOTRE MONDE. LA CONTROVERSE DE TOUS LES ÂGES. SATAN ET LE SULTAN UNE BONNE RAISON À NOS FAIBLESSES... CHAIR OU ESPRIT ?
  2. 2. 2 activé numéro 9 “ Je ne fais pas le bien que je veux, je fais le mal que je ne veux pas” (Romains 7:19). L’apôtre Paul met ici le doigt sur une vérité fondamentale concernant la nature humaine. Et je peux en dire autant que Paul. Trop souvent, il m’arrive de blesser un ami par des remarques malavisées. Parfois, en essayant de résoudre un problème de communication avec un collègue, je ne fais qu’empirer les choses, et, victimes de nos malentendus, nous finissons par nous heurter l’un l’autre. J’ai quelquefois l’impression que plus je fais d’efforts, plus je m’éloigne du but recherché — et il y a de quoi se décourager ! Ces moments-là me font apprécier au plus haut point le secours du Seigneur, selon la promesse contenue en 1 Corinthiens 15:57 : “Mais loué soit Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus- Christ !” Quel soulagement de réaliser que Dieu ne s’attend pas à ce que nous trouvions, tout seuls, la solution à nos problèmes, ni que nous nous sauvions par nous-mêmes ! C’est bien pour cela qu’ Il a envoyé Son Fils Jésus. Ce numéro d’Activé examinera de plus près le dilemme, vieux comme le monde, de la grâce et des œuvres — Sa grâce par opposition à nos œuvres. CONNEXIONS Merci de votre lettre et de m’avoir envoyé ces merveilleuses publications. Je travaille comme charpentier dans une région extrêmement isolée (à Palangkara, au centre de Bornéo). Mon isolement me fait d’autant plus apprécier d’avoir fait votre connaissance. Vos fascicules me procurent la paix intérieure. Quand j’étais petit, je voulais faire quelque chose pour le Seigneur mais ma vie a pris un autre cours. J’aimerais à présent contribuer à votre mission de propager l’Évangile. Je vous fais parvenir ma dîme, pour qu’elle vous permette, par vos publications, de toucher un plus grand nombre de lecteurs avec le message de l’amour de Dieu. Je suis impatient d’avoir de vos nouvelles ! — Deni, Indonésie Keith Phillips Pour vos amis d’Activé Pour nourrir votre âme et élever votre esprit, pour fortifier votre famille et offrir à vos enfants l’opportunité d’apprendre en s’amusant, nous vous proposons une grande variété de livres et de productions audio et vidéo. Pour vous les procurer, veuillez contacter l’un de nos distributeurs ci- dessous ou visiter notre site Internet : www.getactivated.co.uk Activated Africa/Europe Bramingham Pk. Business Ctr. Enterprise Way Bramingham Park Luton, Beds. LU3 4BU England active@activated.org (07801) 442–317 Activated Ministries P.O. Box 462805 Escondido, CA 92046-2805 USA activatedUSA@activated.org (1–877) 862–3228 (toll-free) Activated India P.O. Box 5215 G.P.O. Bangalore – 560 001 India activatedIndia@activated.org VISITEZ NOTRE SITE : www.activated.org RÉDACTEUR EN CHEF : Keith Phillips CONCEPTION GRAPHIQUE : Giselle LeFavre ILLUSTRATION : Hugo Westphal, Ana Fields PRODUCTION : Francisco Lopez TRADUCTION : Bernard Le Chevalier Paul Benjamin Numéro 9 © 2001 Aurora Production, Ltd. Tous droits réservés À défaut de mention spéciale, les citations de la Bible sont extraites de la Bible du Semeur. © 1992, Société Biblique Internationale. Avec permission. devousàmoi
  3. 3. activé numéro 9 3 somnolaient. Le bus se mit à ralentir et vint se ranger sur le bord de la route. Quelques minutes plus tard, deux individus montèrent. Le chauf- feur ferma les portes et reprit la route. À nouveau, je ressentis une appréhension qui semblait venir du tréfonds de mon âme. — C’est maintenant que ça va se passer ! chuchotai-je à Pierre. Soudain, un homme cria : — Les mains en l’air ! Et fermez les yeux ! C’était le début d’un cauchemar qui allait durer 45 minutes. Pierre et moi fûmes les premiers à être fouillés. Clic ! C’était le museau froid d’une arme à feu pressée contre mon crâne. On m’ordonna de me pousser sur ma gauche, puis sur ma droite, tandis que l’un des bandits examinait à la hâte les poches arrière de mon pantalon. L’arme se fit encore plus pressante sur ma tempe, puis sur mon estomac, pendant que l’homme regardait si je RÉCIT DE JOSUÉ HIJO, MEXIQUE Suite page 13 PIERRE, QUI A 12 ANS, et moi- même sommes montés dans le bus de 18 heures 30. Nous nous sommes installés au mieux pour le voyage, qui devait durer trois heures, et qui devait nous amener à Mexico. Nous n’avions pas la moindre idée que nous allions vivre l’une des expériences les plus traumatisantes de notre vie — mais une expérience qui allait aussi nous montrer à quel point le Seigneur veille sur les Siens. Au bout d’une heure de route environ, j’ai remarqué qu’un passager quittait son siège pour aller s’asseoir à côté du chauf- feur. Immédiatement, j’eus le pressentiment que quelque chose de terrible allait arriver. — On ferait bien de prier, murmurai-je à l’oreille de Pierre. Je sens qu’il y a du danger dans l’air ! Nous avons prié, invoquant la protection divine et deman- dant à Dieu de nous protéger de tout mal. Il faisait nuit à présent, et la plupart des passagers portais une chaine autour du cou, ou si j’avais une bourse. Il inspecta ensuite les poches de ma chemise. En fouillant l’une de ces poches, il découvrit un petit paquet de tracts intitulés Quelqu’un vous aime, que j’avais placés là à l’intention des gens que nous allions rencontrer au cours de notre voyage. Je risquai un œil pour voir sa réaction. — Qu’est-ce que c’est ? hurla-t- il. — Il s’agit de petits messages chrétiens, lui répondis-je. Aussitôt, il cessa de me fouiller et passa à Pierre. Une foule de versets bibliques défilaient dans mon esprit : autant de promesses que le Seigneur allait nous protéger. Tel que le Psaume 91, mémorisé il y a des années, qui me revenait, avec force, à la mémoire : “Tu n’auras pas peur des frayeurs de la nuit…Si tu as fait du Très-Haut ton abri, aucun mal ne t’atteindra…car Il chargera Ses anges de veiller sur tes chemins”. Ces promesses
  4. 4. 4 activé numéro 9 AUCOURS DES SIÈCLES, nulle controverse ne déchaîna plus de passions que celle qui opposa les religions du type“ c’est à toi- même de te sauver ” à celles qui préconisent le “Dieu seul peut te sauver ”. Car l’homme a toujours essayé de se sauver lui-même, d’accéder au Ciel, avec le moins d’aide possible de la part de Dieu. De cette manière, il pouvait s’attribuer la plus grande part du mérite, et n’en faire qu’à sa tête. Le premier homicide fut commis par un tenant de ce type de religion, Caïn, qui tua son frère Abel, un homme qui se confiait en Dieu (Genèse chapitre 4). Cet événement marqua le début de la persécution de la véritable église par la fausse église. Caïn était religieux, même très religieux. Il essayait très fort, à sa façon, de gagner le salut, en offrant à Dieu des sacrifices et en prétendant L’adorer. Il faisait de son mieux pour demander à Dieu de l’aider à mériter son propre salut. De son mieux peut- être, mais il était loin du compte ! Car sa méthode n’était pas celle de Dieu, mais celle de toutes les fausses religions. Les partisans de ces religions ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ DAVID BRANDT BERG espèrent le salut en s’appuyant sur leurs bonnes oeuvres, sur leur vertu, ils posent à Dieu leurs propres conditions. La plupart, prétendant adorer Dieu, recherchent auprès de Lui le petit coup de pouce dont ils ont besoin. Malheureusement, du fait même qu’ils travaillent si dur à obtenir leur salut, ils s’imaginent le mériter — avec ou sans l’aide de Dieu — et s’avèrent profondément offensés si Celui-ci ne semble pas apprécier la grandeur de leur vertu , de leurs mérites. Ils protestent: — Regarde tout ce que j’ai fait pour Toi, Dieu !Tu devrais me décerner une médaille ! Je mérite d’être sauvé ! Si quelqu’un mérite d’être sauvé, c’est bien moi ! Si quelqu’un peut prétendre au Ciel, c’est bien moi ! À l’opposé, Abel se contenta de faire ce que Dieu Lui demandait — et “offrit à Dieu un sacrifice meilleur que celui de Caïn” (Hébreux 11:4, TOB): le sacrifice d’une foi pure en ce que Dieu lui avait dit de faire. En sacrifiant un agneau, qui représentait par avance Jésus mourant sur la croix pour les péchés du monde (Jean 1:29), 4 activé Issue 9 Abel montrait que c’était à Dieu seul qu’il s’en remettait pour son salut. Il ne pouvait se targuer de sa propre justice, il savait qu’il n’avait que celle de Dieu, et que ce salut était un pur don de Dieu (Éphésiens 2:8-9). L’humble sacrifice d’Abel tournait Caïn en ridicule, lui le travailleur acharné, le self- made-man, si pieux, si zélé dans sa façon à lui d’adorer. Cet humble sacrifice démasquait si bien ses efforts futiles et son hypocrisie, qu’il entra dans une
  5. 5. activé numéro 9 5 rage folle. En dépit de tous ses efforts humains, de sa façon de raisonner purement formaliste, en dépit de ses protestations que tout son travail lui valait le salut, Caïn subit une telle humiliation qu’il tenta d’étouffer l’épouvantable vérité — à savoir l’échec de sa religion. Et il passa à l’acte en supprimant l’homme dont la foi toute simple en la grâce de Dieu l’avait confondu. Ainsi commençait la lutte formidable qui allait opposer orgueil et humilité, les maudits tenants de la religion et les pécheurs sauvés. Ainsi débutait la guerre, qui n’a cessé depuis lors, entre la fausse église et la vraie, entre la chair et l’esprit, les œuvres et la foi, la loi et la grâce, la force de soi et Dieu Lui- même. Ce conflit a donné lieu à d’énormes malentendus, et à quelques-unes des pires interprétations de la Bible. Depuis ce temps, les hommes, pour la plupart, ont essayé de se sauver tout seuls, autant que possible sans Dieu. Ils sont allés jusqu’à modifier les Écritures pour leur faire dire que c’était possible ! Mais Dieu ne peut les aider à obtenir le salut par eux- mêmes. Il n’aide pas ceux qui se croient capables, seulement ceux qui se savent incapables. Il leur est proprement impossible de se sauver eux-mêmes, même s’ils supplient Dieu de les aider à réaliser leur salut. En tant que jeune chrétien, moi aussi, je fus trompé par la fausse doctrine d’une espèce de “salutintermittent”,d’une insécurité perpétuelle, prônée par certaines dénominations et “religions d’œuvres”. Mais un jour, alors que j’étais adolescent, quelle ne fut pas ma joie de découvrir la simple vérité de Jean 3:36, où Jésus déclare : “ Qui place sa confiance dans le Fils possède la vie éternelle ” — dès maintenant ! Sans “si…” ni“mais…” ! Sans les“à condition que tu sois gentil et que tu ailles à la messe tous les dimanches”, ni tout ce bazar de soi-disant perfection. Après des années de découragement, d’accablement et d’incertitude, je découvris enfin qu’il me suffisait de croire. Et rien d’autre ! Je n’avais pas su me débrouiller tout seul, et je le savais bien. On aurait dit que plus je m’efforçais d’être bon, moins je le devenais ! Comme se lamentait l’apôtre Paul : “Malheureux que je suis ! Qui me délivrera de cette mort qu’est ma vie ? Dieu soit loué : c’est par Jésus-Christ notre Seigneur ! ” (Romains 7:24-25). C’était tout. Il n’y avait besoin de rien d’autre, il n’y avait pas d’autre façon, il n’y avait pas de perfection ni de bonnes œuvres qui tiennent. Tous mes efforts ne pouvaient me maintenir dans le salut, pas plus qu’ils n’avaient pu, initialement, me sauver ! Seul, Jésus en avait le pouvoir ! Non seulement Il devait me sauver, mais encore fallait-il qu’Il opère les bonnes œuvres à travers moi. C’était entièrementJésus, et moi je n’y étais pour rien. Ce n’était pas une affaire de vertu ni de sainteté. Non, c’était seulement Jésus. Quel soulagement de réaliser enfin cela ! Car je savais que je n’avais pas d’autre alternative. Il fallait que ce soit Dieu. Je ne pouvais tout simplement pas y arriver — alors, c’est Lui qui devait s’en charger ! C’est bien là le problème de nombreux chrétiens aujourd’hui : ils vivent toujours sous l’AncienTestament. Leur christianisme est une religion d’œuvres. Il y a des années, j’ai entendu parler de certains missionnaires qui s’étaient rendus de l’autre côté de l’océan. À leur arrivée, les indigènes les accueillirent avec cette question : “Êtes-vous chrétiens de l’Ancien ou du Nouveau Testament ?” Sur le coup, les missionnaires ne comprirent pas ce qu’ils activé Issue 9 5
  6. 6. 6 activé numéro 9 voulaient dire, mais ils ne tardèrent pas à découvrir que l’expression“chrétiens de l’Ancien Testament” désignait ceux qui attribuaient une grande importance aux édifices religieux, aux cérémonies, à la liturgie et aux traditions — en d’autres termes une religion d’œuvres. Par “chrétiens du NouveauTestament”, ils désignaient ceux qui n’attachaient pas autant d’importance aux choses visibles (les édifices, la liturgie…) qu’aux réalités invisibles de l’esprit et à la simplicité de la vie chrétienne au quotidien, à l’instar de Jésus et de Ses apôtres. Quelle comparaison ! Et quelle vérité ! Dans l’AncienTestament, on voit que Dieu eut toutes les peines du monde à détourner les enfants d’Israël de l’idolâtrie égyptienne. Il se servit de la loi mosaïque, comme d’un maître, pour leur enseigner de simples vérités sous forme de leçons de choses, de rituels : leTabernacle, l’Arche de l’Alliance, les sacri- fices d’animaux. Il s’agissait de signes, de symboles, d’analogies, images toutes simples des réalités spirituelles auxquelles Il voulait les initier, un peu comme on ferait avec des enfants. “Le jour où la perfection apparaîtra, écrit Paul, ce qui est partiel cessera. Lorsque j’étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais et je raisonnais en enfant. Une fois que je suis devenu homme, je me suis défait de ce qui est propre à l’enfant. Aujourd’hui, certes, nous ne voyons que d’une manière indirecte, comme dans un miroir. Alors, nous verrons directement. Dans le temps présent, je connais d’une manière partielle, mais alors je connaîtrai comme Dieu me connaît” (1 Corinthiens 13:10- 12). Paul indiquait par là que même les dons de l’Esprit, en cette ère du Nouveau Testament, sont un peu comme des jouets qu’un Père aimant aurait offerts à Ses petits enfants, simples d’esprit, pour leur permettre de mieux Le comprendre, ainsi que Sa volonté. À combien plus forte raison, alors, devrait-on considérer les leçons de choses que nous trouvons dans le culte du Temple de l’Ancien Testa- ment, comme des jouets destinés aux enfants — à vrai- dire à des enfants plus petits encore — pour les amener à comprendre l’amour de leur Père céleste ! “À bien des re- prises et de bien des manières, Dieu a parlé autrefois à nos ancêtres par les prophètes. Et maintenant, dans ces jours qui sont les derniers, c’est par Son Fils qu’Il nous a parlé”(Hébreux 1:1-2). Quand Jésus apparut, Il s’adressa ainsi à la Samaritaine auprès du puits : “ Mais l’heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père par l’Esprit et en vérité; car le Père recherche des hommes qui L’adorent ainsi. Dieu est esprit et il faut que ceux qui L’adorent, L’adorent par l’Esprit et en vérité ” (Jean 4:23-24). Telle est l’ère spirituelle où nous vivons actuellement. Cependant, Paul va plus loin encore lorsqu’il annonce que le temps vient où nous verrons Jésus directement et où nous mettrons de côté ces dons enfantins de communication dans l’esprit. “Les messages inspirés cesseront, le don des langues prendra fin, et celui de la connaissance cessera. Notre connaissance est partielle, et partielles sont les révélations de nos messages inspirés. Mais le jour où la perfection apparaîtra, ce qui est partiel cessera”(1 Corinthiens 13:8-10). Autrement dit, même ce que nous connaissons maintenant n’est qu’un échantillon des glorieuses réalités à venir ! L’Ancien Testament était l’ère des allégories, et le Nouveau Testament que nous vivons, l’ère des vérités spirituelles qu’on ne peut saisir que par la foi (Jean 1:17). Mais lorsque Jésus reviendra, nous Le verrons tel qu’Il est, nous serons faits semblables à Lui et expérimenterons la plénitude des réalités de Dieu et du monde à venir ! “Mes chers amis, dès à présent nous sommes enfants de Dieu et ce que nous serons un jour n’a pas encore été rendu manifeste. Nous savons que lorsque le Christ paraîtra, nous serons semblables à Lui, car nous Le verrons tel qu’Il est ” (1 Jean 3:2). (extraits de l’article du même titre, de David Brandt Berg, que vous pourrez trouver dans la brochure En ligne avec Dieu, aux Éditions Aurora.)
  7. 7. activé numéro 9 7 HUMILITÉHUMILITÉHUMILITÉHUMILITÉHUMILITÉ PERFECTIONPERFECTIONPERFECTIONPERFECTIONPERFECTIONOUOUOUOUOU SI VOUS VOUS GLORIFIEZ DE VOTRE VERTU ET DE VOTRE PRÉTENDUE PERFECTION… …IL VOUS EST PRESQUE IMPOSSIBLE DE RECONNAÎTRE VOS FAUTES ET VOS INSUFFISANCES… …PARCE QU’AUTREMENT, ÇA DÉTRUIRAIT VOTRE BELLE ASSURANCE… …ÇA FERAIT VOLER EN ÉCLATS VOTRE AUTOSUFFISANCE, EN VOUS MONTRANT QUE VOUS N’ÊTES PAS PARFAIT… …MAIS VOUS RÉPUGNEZ À L’ADMETTRE, MÊME VIS-À-VIS DE VOUS- MÊME. VOICI POURQUOI, ENTRE AUTRES RAISONS, NOUS DEVONS AVOUER NOS PÉCHÉS : ÇA NOUS GARDE HUMBLES, ET PUIS, ÇA NOUS AIDE À ÊTRE HONNÊTES VIS- À-VIS DU SEIGNEUR, DE NOS PROCHES, ET DE CEUX QUI NOUS ENTOURENT. C’EST GÉNÉRALEMENT À NOUS-MÊMES QU’IL EST LE PLUS DIFFICILE D’AVOUER NOS FAUTES. C’EST TERRIBLEMENT DÉCOURAGEANT, AFFREUSEMENT HUMILIANT ! ALORS, ON ESSAYE DE SE TROUVER DES EXCUSES… …ON SE JUSTIFIE… …ON SE DISCULPE, ON S’ACCORDE L’ABSOLUTION DE TOUS SES PÉCHÉS … POUR POUVOIR SE REGARDER EN FACE ! MAIS ÇA N’ARRANGE RIEN, AU CONTRAIRE ! PARCE QUE, QUAND ON EST MALHONNÊTE AVEC SOI-MÊME, ON L’EST AUSSI AVEC DIEU ET LES AUTRES. ET ON FAIT DE SA VIE UN VRAI GACHIS, ON HEURTE SON PROCHAIN, ET DIEU SURTOUT. EN PLUS, ON EST UN CONTRE- TÉMOIGNAGE. ALORS, QUE DIEU NOUS AIDE À NE PAS JOUER LA COMÉDIE, QUE CE SOIT PAR RAPPORT À NOUS-MÊMES, AUX AUTRES OU À DIEU ! ÇA NOUS ÉVITERA D’AVOIR À MENTIR. LE MENSONGE EST UN SOUS-PRODUIT DE L’ORGUEIL, UN EFFORT POUR DISSIMULER L’ÉPOUVANTABLE VÉRITÉ, QUI NOUS FAIT HONTE. MAIS LE FAIT DE RECONNAÎTRE QUE NOUS SOMMES PÉCHEURS NOUS RAPPELLE QUE NOUS SOMMES LOIN D’ÊTRE PURS ET INNOCENTS. NOUS N’AVONS PEUT-ÊTRE PLUS L’IMPRESSION D’ÊTRE DES ANGES, MAIS NOUS SOMMES BEAUCOUP PLUS “SAINTS”, DU POINT DE VUE DE DIEU. POUR LUI, UN SAINT, C’EST QUELQU’UN QUI SE SAIT PÉCHEUR ET QUI, PAR CONSÉQUENT, REND GLOIRE À DIEU POUR TOUT CE QU’IL FAIT DE BIEN. L’APÔTRE PAUL DISAIT : “ JE SAIS QUE LE BIEN N’HABITE PAS EN MOI ” (ROMAINS 7:18). IL N’Y A RIEN DE BON EN NOUS — C’EST LE SEIGNEUR QUI FAIT TOUT !
  8. 8. 8 activé numéro 9 D Q ieu ne s’attend pas à vousvoir, tout au long de votre vie, vous débrouillertoutseul.Sonidée,c’est quevousvoussoumettiezàLui, pourqu’Ilpuisseopéreràtravers vous.Quandontournelerobinet, celui-ci ne fournit aucun effort. Il ne faitrien, à proprementparler.La pression vient de l’extérieur, et c’est cette pression, créée par la pompe ou la différence de niveau, qui fait couler l’eau par le robinet. Ce dernier n’est que le canal, l’ouverture par lequel l’eau coule ! Ainsidonc,soyezuncanalpar lequel coule la puissance de Dieu. C’est ici le secret ! — DBB uand une chandelle brûle, c’est surtout la cire, et non la mèche, qui brûle. Le même principe s’applique à la lampe à pétrole : c’est l’huile qui doit brûler et non la mèche. Si la mèche brûle sans huile, elle est rapidement consumée. Celle-ci doit être bien immergée dans l’huile, de telle manière qu’une toute petite partie de cette mèche soit exposée à l’air pourbrûler. Alors,c’estsurtout l’huile qui brûle, et très peu la mèche—presquepasd’ailleurs. Quand la mèche est bien imprégnée, l’huile monte automatiquement le long de cette mèche, et, en se consumant, produitunebellelumière. Il peut se faire que nous travaillions trop dur,en essayantde tout faire tout seul, alors que nous U devrions laisser le Seigneur opérer à traversnous.Quandc’est nous qui brûlons,nousdégageonsdela fumée,nousproduisonsdessuies, etnousnousconsumons rapidement.Parcontre,lorsque nous laissons l’huile du Seigneur,le Saint-Esprit,couleràtraversnous,et que c’est elle qui se consume, nous pouvonsbrûlerunlongmoment. “Ce n’est plus moi qui brûle, c’est le Christ qui brûle en moi ” (D’après Galates 2:20).“ C’est ainsi que votre lumière doit briller devanttousleshommes,pourqu’ils voient le bien que vous faites et qu’ilsenattribuentlagloireàvotre Père céleste ” (Matthieu 5:16). — DBB ne fois, il était une fois un petit garçonquiessayaitdesouleverun objettrèslourd,quandsonpère entra dans la pièce et lui demanda — Utilises-tu bien toute ta force ? — Bien sûr que oui, papa ! fit le garçonavecimpatience. — Je ne le crois pas, répondit le père : tu ne m’as pas demandé de t’aider ! Nous sommes petits, certes, mais nous avons un Père qui est grandetbienplusqu’àlahauteur, quelle que soit la tâche. Aussi minime soit-il, le petit coup de main duSeigneurdépassetouslesautres: c’est l’aide la plus importante qui soit.SansLui,onnepeutrienfaire, P maisavecLui,toutnousest possible. — DBB arfois, il est difficile de s’arrêter, maisnéanmoinsnousdevrions toujours demanderauSeigneur d’agiràtraversnous.Ensuite,ilnous faut croire que c’est Lui qui agit. Voilà la différence entre user de nos forces et laisser le Seigneur opérer àtraversnous.Enoutre,bien entendu,nousdevonsêtreassez dociles pour laisser le Seigneur agir à Sa façon — la meilleure. Nombreusessontlesraisonsqui poussent les gens à user de leurs propresforces:ilsontpeut-être l’impression de ne pas être dignes du Seigneur,de Son temps et de Sonaide(n’est-Ilpas,aprèstout, responsabledetoutl’univers?); parfois, ils ne croient pas qu’Il puisse les aider et négligent de demander; parfois encore, ils ne tiennent pas à faire les choses de la manière du Seigneur;oubien,ilssonttropfiers pouradmettrequ’ilsontbesoin d’aide;parfois,ilsveulenttirergloire deleursactions;ou,parfoisencore, ils n’ont pas la patience nécessaire… et on pourrait continuer... Quoi qu’il en soit, c’est un peu comme s’ils s’emparaient des rênes. Ils pensent que c’est à eux de conduire,alorsilsfouettentles chevaux,ils s’évertuent,ils 8 activé Issue 9
  9. 9. activé numéro 9 9 Dieu est infiniment plus fort quel’homme,lequelestfaible: Psaume 8:3–4 Ésaïe 40:15,17,22 Daniel 4:35 1 Corinthiens 1:25 Laissez Dieu vous fortifier par Sa force : Psaume 20:7–8 Psaume 84:5 Psaume 105:4 2 Corinthiens 3:4–5 Éphésiens 6:10 Philippiens 3:3 Il peut faire ce qui vous est impossible: 1 Samuel 2:9 Psaume 60:11 Zacharie 4:6 Jean 15:5 La force de Dieu se manifeste dansvotrefaiblesse: Ésaïe 40:29 Psaume 8:2 Psaume 37:39 Ésaïe 25:4 2 Corinthiens 4:7 La force qui vient de Dieu 2 Corinthiens 12:9–10 2 Corinthiens 13:4 Commentrecevoirlaforcede Dieu : 2 Chroniques 16:9 Néhémie 8:10 Ésaïe 30:15 Ésaïe 40:31 Daniel 11:32 Actes 1:8 Rendez gloire à Dieu qui agit en vous : Philippiens 2:13 1 Pierre 4:11 Ésaïe 10:13,15 Jérémie 9:23–24 P Q s’énervent. Il serait oh combien préférablepoureuxd’apprendreà se détendre, à jouir de la vie et laisser le Seigneur conduire ! Placer les rênes dans les mains du Seigneurrequiertfoi,confiance, patience et humilité, mais, en fin de compte, les choses s’en trouvent considérablementfacilitéeset s’arrangenttoujourspourlemieux. —DBB eu avec Dieu, c’est beaucoup. Beaucoup sans Dieu, c’est rien du tout! uelle que soit la tâche, quel que soit l’obstacle,Dieuvousdonnerala force au bon moment, Il vous accorderalagrâcequ’ilfautpour l’épreuve, la sagesse qui opère des miracles — si toutefois vous Lui demandez ! L’extrémité de O O Q l’homme,c’estl’opportunité de Dieu. —DBB h!,donne-moiunetâche troplourde, Une tâche impossible aux humains. Alors surToi je devrai m’appuyer, EtsurToim’appuyant, Maforce enfin,je vais trouver. —Witt Fowler uand vous ne savez pas quoi faire ou comment faire, demandez au SeigneuretsuivezSesinstructions. Il peut même faire les choses à partir de rien. Il a bien fait le monde àpartirderien.Pasmalpourtant,ce monde,qu’enpensez-vous?Un mondequin’esttenuparrien.Et qui,pourtant,tientbien,n’est-ce pas ? Il peut donc faire quelque chose à partir de rien. Il peut même faire quelque chose de vous — si vous écoutez, faites confiance, et suivez le chemin qu’Il montre ! n ne peut accomplir la tâche du MaîtresanslapuissanceduMaître ! activé Issue 9 9
  10. 10. 10 activé numéro 9 ÀVRAI DIRE, IL EST BON, parfois, que nous commettions des fautes, parce qu’autrement l’orgueil et l’autosuffisance risquent fort de nous faire croire que nous n’avons plus besoin de Dieu et des autres. En réalité, lorsqu’on est orgueilleux, satisfait de soi, on n’est pas plus proche de Dieu, mais plutôt imbu de soi-même. Dans notre monde d’aujourd’hui, l’orgueil est souvent présenté comme une vertu. Mais Dieu le voit vraiment comme il est : un péché profondément ancré dans l’âme humaine ! La Bible affirme que “l’orgueil précède la ruine”, et que“Dieu s’oppose aux orgueilleux mais Il accorde Sa grâce aux humbles”(Proverbes 16:18; Jacques 4:6). Bien souvent, Dieu se sert de nos fautes pour contrôler notre orgueil, pour nous garder humbles, et nous provoquer à dépendre de Sa bonté et de Sa force plutôt que des nôtres. Le Seigneur bénit l’humilité. Il comble les Une vieille légende orientale nous raconte l’histoire d’un grand sultan connu pour sa piété. Or, un matin, il oublia de se réveiller. Lorsque le Démon s’aperçut que c’était l’heure de sa prière matinale, vite, il arracha le sultan de son sommeil et le pressa de se lever pour prier. — Qui es-tu ? s’enquit le sultan, réveillé en sursaut et se frottant les yeux. — Oh ! quelle importance ? fit le sinistre individu. L’important, c’est que je t’ai réveillé à l’heure. Autrement, tu aurais manqué tes prières, et ce pour la première fois depuis dix ans. N’est-ce donc pas une bonne action que de prier ? — Tu as raison ! répartit le sultan. Je ne pourrais jamais imaginer manquer ma prière. Pas même une seule fois !… Mais, attends voir !… Je crois te connaître. Assurément, je reconnais ton visage. Bien sûr, tu es Satan, et pour m’être ainsi apparu, à n’en pas douter, tu dois nourrir quelque mauvais propos ! — Je ne suis pas aussi méchant que tu le penses ! se défendit l’intrus. Après tout, autrefois, je n’étais pas moins que le bras droit de Dieu. — J’entends bien, fit remarquer le sage sultan, mais tu es aussi le Trompeur; et c’est ton rôle ! J’exige donc, au nom de Dieu, que tu me fasses savoir pourquoi tu veux que je me lève pour prier ! — Eh bien, finit par grommeler le Diable, fâché et impatient d’une telle insistance, si tu veux le savoir, je m’en vais te le dire. Si tu avais dormi et oublié de prier, tu en aurais été si contrit que tu aurais fait pénitence. Cela t’aurait humilié et rapproché de Dieu. Mais si, à l’exemple de ces dix dernières années, tu ne manques jamais la moindre prière, tu finiras par en tirer vanité. À tel point qu’il serait préférable que tu manques, ne serait-ce qu’une seule fois, ta prière et demandes pardon à Dieu. Car Dieu préfère de loin ta faiblesse, accompagnée de repentance, à ta vertu assaisonnée d’orgueil !
  11. 11. activé numéro 9 11 humbles de Ses grâces, et Il promet d’habiter avec “ celui qui est abattu et d’un esprit contrit ” (1 Pierre 5:5; Ésaïe 57:15). Quelqu’un disait un jour : “de ce qui semble défaite, Dieu sait tirer certaines de Ses plus glorieuses victoires”. “Mais quel genre de victoire ?”, demandez-vous. Très souvent, Dieu utilisera des expériences humiliantes pour nous rendre meilleurs — plus compréhensifs, plus compatissants à l’égard des autres, plus patients, plus affectueux. Le Seigneur se sert de nos faiblesses pour nous enseigner des tas de choses que nous ne pourrions sans doute pas apprendre autrement. N’est-il pas encourageant de réaliser que nos échecs peuvent contribuer à notre bien ? Pour que le Seigneur puisse en tirer un bien, nous devons, bien entendu, être honnêtes avec nous-mêmes, être prêts à reconnaître nos fautes et nous efforcer de les corriger. Les mots les plus difficiles à prononcer, dans n’importe quelle langue, sont :“J’ai eu tort !” Ceux-ci requièrent le genre d’humilité que Dieu seul peut donner, car il est dans la nature humaine de vouloir apparaître parfait, infaillible, et, par conséquent, d’avoir du mal à reconnaître ses faiblesses. Mais si nous désirons la vérité et la bénédiction de Dieu, nous admettrons, honnêtement, humblement, nos fautes et nos échecs. Alors nous nous consolerons à l’idée d’avoir acquis de la sagesse. Contrairement à l’opinion reçue, un aveu d’erreur est signe de force plutôt que de faiblesse. D’ailleurs, Dieu sait bien que vous êtes loin d’être parfait. En fait, Il sait qu’il vous est impossible d’être parfait et que vous ne le serez jamais. C’est pourquoi le nœud de l’affaire n’est pas de savoir si vous êtes parfait ou non, mais si vous vous appuyez sur le Seigneur et sur Sa grâce, sur Son amour et Sa miséricorde. Lui rendez-vous toute la gloire et le mérite pour tout ce que vous faites de bon ? Chaque fois que vous accomplissez quelque chose de bien, vous devriez dire : “ C’est Jésus qu’il faut remercier, pas moi ! Si j’ai fait quelque chose de bien, c’est seulement parce que Jésus m’a aidé”. Voici une bonne règle à suivre : lorsque vous faites une bonne chose, donnez-en à Dieu tout le mérite; si, par contre, vous manquez votre coup, endossez toute la responsabilité. Cela vous aidera à éviter le piège hor- rible de l’orgueil, car l’orgueil est à l’origine de pratiquement tout péché. Ainsi donc, lorsque, après avoir commis une bévue, vous serez tenté de vous démoraliser, rappelez-vous la leçon du sultan : Dieu préfère votre faiblesse, accompagnée de repentance, à votre vertu assaisonnée d’orgueil
  12. 12. 12 activé numéro 9 Q: POUR RÉUSSIR dans pratiquement n’importe quel domaine, on ne saurait trop souligner l’importance d’établir des objectifs et d’élaborer un plan en fonction de ces objectifs. Et la façon la plus sûre et la plus rapide de le faire, c’est d’avoir une petite séance d’organisation en tête-à-tête avec Jésus. En prière, placez devant Lui votre travail, et priez- Le de guider vos pensées, pour vous permettre de préciser vos objectifs : objectifs à long terme, moyen terme ou court terme. Ensuite, demandez-Lui de vous montrer lesquels sont les plus importants, de façon à ce que votre liste soit courte et réalisable. Demandez-Lui également de vous aider à décider d’une date visée raisonnable pour la réalisation de chacun de vos projets. Inscrire vos buts, noir sur blanc, vous oblige à être précis. En outre, il vous sera facile de vous y référer lorsque vous avez l’impression d’être submergé, de ne plus savoir où donner de Les journées sont trop courtes pour tout ce que je dois faire. Mon travail s’empile et je ne sais pas par où commencer. Que faire ? latête. Ensuite, chaque jour, avant de vous atteler à la tâche, passez en revue votre liste d’objectifs à court terme et priez pour savoir sur lesquels travailler ce jour-là, et dans quel ordre. Après Lui avoir demandé de vous remplir de sagesse, assurez-vous que vos buts soient raisonnables. Inscrivez-les et passez-les en revue plusieurs fois par jour. Cochez les différents points de cette liste au fur et à mesure que vous les accomplissez, et ajoutez-y, lorsqu’elles se présentent, les nouvelles tâches que Jésus vous montre d’effectuer. Dès les premiers signes de frustration ou de confusion, arrêtez-vous et reposez-vous quelques instants dansleSeigneur.Demandez-Lui de vous aider à retrouver le cap, et la paix de l’esprit, gage d’un bon travail. À la fin de chaque semaine, revoyez votre liste d’objectifs à moyen et long terme.Vous évaluerez ainsi tout ce qui a été accompli, et vous serez à même de démarrer du bon pied la semaine suivante. Rappelez-vous que certains objectifs peuvent changer selon les circonstances. Le Seigneur peut très bien vous amener à modifier vos priorités, ou vos plans, si cela s’avère nécessaire, sans pour autant que vous deviez considérer cela comme un échec. Ne cessez pas de consulter le Seigneur, pour qu’Il puisse vous faire savoir quand changer un certain but, ou une certaine approche, afin de prendre en compte de nouveaux besoins, une nouvelle conjoncture. Il va sans dire que, lorsque vous priez sur votre travail et son organisation, il vous faut garder à l’esprit la vision d’ensemble. Par-dessus tout, le Seigneur aspire à votre amour et désire vous voir partager Son amour avec les autres. De ces deux objectifs, faites votre priorité et Il fera en sorte que tout le reste s’organise et trouve sa place. à vos ?uestions… RéponsesRéponsesRéponsesRéponsesRéponses
  13. 13. activé numéro 9 13 m’apportèrent une immense paix intérieure. Je me demandais s’il y aurait des victimes. Je me mis à prier pour Pierre et pour les autres passagers, ainsi que pour la protection particulière d’une somme d’argent relativement importante que je transportais dans l’une de mes poches de devant, que les bandits n’avaient pas découverte. Derrière moi, j’entendis une dispute entre les voleurs et un voyageur. Ils le menaçaient de le faire sortir du bus pour l’abattre s’il refusait de se taire et d’obtempérer. Le chauffeur était si nerveux qu’il évita de justesse un autre bus qui venait en sens inverse. C’est alors qu’un autre malfaiteur vint nous fouiller une nouvelle fois. Nos sacs, qui se trouvaient sous les sièges, avaient échappé à la première fouille. Mais cette fois-ci ils furent découverts. Dans l’un d’eux se trouvaient un walkman, quelques cassettes et le portefeuille de Pierre, dans l’autre, mon appareil photo. La découverte de ces deux sacs, oubliés la première fois, fit rager le bandit, à tel point qu’il s’en prit verbalement à Pierre et plaça un pistolet sur sa tempe. Il entreprit de chercher sous notre siège. Ces minutes me parurent une éternité. Mon cœur battait la chamade. Désespérément, je ne cessais de prier pour notre protection. Enfin, j’eus l’impression que le bus ralentissait. Il finit par s’arrêter pour laisser sortir les brigands. Le cauchemar était terminé. Avec joie, Pierre et moi, nous avons remercié le Seigneur de nous avoir protégés. Non seulement aucun passager n’avait été blessé, mais les bandits avaient oublié de fouiller l’une de mes poches de pantalon, celle qui, précisément, contenait presque tout notre argent. Puis, me prenant à penser à ce qu’ils avaient trouvé, je m’adressai à Pierre : — Je regrette pour ton walkman, tes cassettes et ton portefeuille. Mais alors, levant les yeux, j’aperçus la bandoulière de mon sac dans le porte-bagages au-dessus du siège. À notre grande joie, nous y découvrîmes le walkman, les cassettes et le portefeuille, en parfait état ! Ils ne nous avaient rien pris d’autre que mon vieil appareil photo, qui, de toutes façons, ne marchait presque plus. Le Seigneur avait accompli Sa Parole : “Il chargera Ses anges de veiller sur tes chemins.” suite de la page 3 Prière du Jour Jésus, Je n'ai pas besoin de tout connaître, il me suffit de Te connaître... Je T'en remercie. Je n'ai pas besoin de m'efforcer d'être quelqu'un, il me suffit d'être avec Toi... Je T'en remercie. Je n'ai pas besoin de savoir où me diriger,il me suffit deTe suivre... Je T'en remercie. Je suis faible, mais c’est ainsi queTaforcepeut se manifester en moi. Je ne sais que dire, mais c’est ainsi que Toi,Tu peux parler à travers moi. Je ne sais que faire,mais, ainsi, il me fautTe demander.Pour tout cela, jeTe remercie. Il me suffit de me soumettre àToi, deTe laisser vivre en moi, agir à travers moi. Pour cela encore, jeTe dis merci. Alors, pourquoi me soucier de ce que je suis incapablede faire ? Souslaprotectiondelapolicedivine Lorsque nous jouissons de la faveur du Seigneur, nous bénéficions également de Sa protection. Tant que nous demeurons proches de Lui, nous n’avons aucun souci à nous faire : rien ne peut arriver sans Sa permission. Nous sommes entourés de Ses anges. “L’ange de l’Eternel monte la garde autour de ceux qui Le révèrent”,et “Il chargera Ses anges de veiller sur tes chemins, de te porter sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre” (Psaume 34:8;Psaume 91:11-12). Tel un bouclier, un champ magnétique qui nous enveloppe et nous protège de tout mal. Dieu veut nous protéger, mais nous Lui rendons la tâche impossible si, par notre négligence, notre imprudence ou notre désobéissance, nous sortons du cercle enchanté de Sa protection. Il Lui faut notre coopération. Restons donc proches de Lui, nous efforçant de toujours Lui plaire, Le suppliant sans cesse de nous bénir et de veiller sur nous, revendiquant Sa protection. Alors, Lui et Ses anges se chargeront du reste ! activé numéro 9
  14. 14. Le grand Retour “Immédiatement après ces jours de détresse, le soleil s’obscurcira, la lune perdra sa clarté, les étoiles tomberont du ciel, les puissances célestes seront ébranlées. C’est alors que le signe du Fils de l’homme apparaîtra dans le ciel. Alors tous les peuples de la terre se lamenteront, et ils verront le Fils de l’homme venir sur les nuées du ciel avec beaucoup de puissance et de gloire. Il enverra Ses anges rassembler, au son des trompettes éclatantes, Ses élus des quatre coins du monde, d’un bout à l’autre de l’univers !”(Matthieu 24:29-31). Dans ce passage, Jésus nous dit que la période de détresse et d’horreur se terminera de façon abrupte, à l’aube du jour le plus éclatant de toute l’Histoire. Jésus-Christ en personne viendra rassembler Son peuple ! Le Livre de l’Apocalypse nous révèle qu’immédiatement avant le retour de Jésus, Dieu déversera de terribles fléaux et Ses jugements sur les forces de la Bête, lesquelles feront tout ce qui est en leur pouvoir pour exterminer ceux qui refusent de recevoir sa marque. La Bible précise d’ailleurs la durée exacte de ces “jours de détresse” : 3 ans et demi, ou 42 mois ou encore 1 260 jours. (Cf. Daniel 7:25; 12:7; Apocalypse 13:5; 12:6). Ainsi donc, lorsque le futur dirigeant mondial révoquera le traité de paix dont il avait été l’artisan, et qu’il érigera son image en exigeant que le monde entier l’adore, nous connaîtrons le jour exact du retour de Jésus. La fin de la Bête ! Enfin le Ciel ! Le monde entier sera sous le choc du gigantesque spectacle de son et lumière qui annoncera le retour de Jésus. Le signe le plus important sera Jésus Lui-même venant sur les nuées du ciel, rayonnant la puissance divine de par le monde entier. À la révélation de ce signe, ceux qui L’auront rejeté pour adorer la Bête se rendront compte, tout à coup, à quel point ils s’étaient leurrés.“Voici, Il vient au milieu des nuées, et tout le monde Le verra, et même ceux qui L’ont percé; et toutes les familles de la terre se lamenteront à cause de Lui” (Apocalypse 1:7). Mais pour nous qui Le connaissons et qui L’aimons, Son retour sera porteur d’une joie immense, et synonyme de délivrance et de liberté. Alors, les enfants de Dieu de tous les temps ressusciteront dans leur corps surnaturel; ils jailliront de leurs tombeaux pour aller retrouver Jésus dans les airs. Ceux d’entre nous qui auront survécu seront transformés en un clin d’œil, et nous nous élèverons dans un nouveau corps pour aller à la rencontre du Seigneur ! Jésus arrachera les Siens des griffes de leurs persécuteurs et Il les emmènera au Ciel participer à la plus grande célébration de victoire de tous les temps : le festin des Noces de l’Agneau ! (Apocalypse 14:14-16; 19:6-9). Pendant ce temps, Dieu donnera libre cours à Sa colère contre les forces de la Bête. Si terrible sera Sa ven- geance “qu’en ces jours-là, nous dit la Bible, les hommes chercheront la mort mais sans la trouver. Ils l’appelleront de leurs vœux, mais la mort les fuira !” (Apocalypse 9:6). Les armées du Ciel reviendront alors sur terre, sous la conduite de Jésus, pour détruire la Bête et anéantir son empire maléfique au cours de la terrible bataille d’Armaguédon. À son Le futur dévoilé 14 activé numéro 9
  15. 15. paroxysme, ce gigantesque carnage aura lieu dans la vallée de Meguiddo, près de Haïfa en Israël (en hébreu, le nom Armaguédon signifie“les hauteurs de Meguiddo”). Cette bataille sonnera le glas du règne barbare des hommes. Puis Dieu Lui-même, en la personne de Jésus-Christ, Roi des rois et Seigneur des seigneurs, prendra possession de la terre pour la gouverner comme les hommesauraient dû la gouverner depuis le début s’ils n’avaient pas désobéi à Dieu pour suivre leurs instincts égoïstes ! Nous entrerons ainsi dans le Millénium, mille ans de paix et d’abondance, véritable paradis sur terre (Apocalypse 19:11-21; 20:1-4). La foi d’affronter le futur Nous vivons une époque passionnante, c’est le moins qu’on puisse dire, car nous allons bientôt assister à des changements cataclysmiques ! Cela devrait encourager votre foi de constater que des prophéties datant de plusieurs milliers d’années ont prédit l’état actuel du monde avec une remarquable précision [comme nous l’avons souligné dans les articles précédents duFutur dévoilé]. C’est bien la preuve que Dieu est capable de prédire l’avenir. Non seulement cela, mais qu’Il nous aime suffisamment pour nous prévenir de ce qui doit arriver. Jésus ne disait-Il pas :“Je vous ai prévenus dès maintenant,avant que ces choses arrivent, pour qu’au jour où elles se produiront, vous croyiez” (Jean 14:29). Par ailleurs, lorsqu’on constate que l’état du monde a été prédit avec une telle exactitude, il est tout à fait logique d’en déduire que les prophéties bibliques qui ne se sont pas encore réalisées se réaliserontbientôt. Ainsi, un gouvernement universel dirigé par un dictateur bestial et s’appuyant sur un système de crédit obligatoire, verra bientôt le jour. Ceux qui refuseront de coopérer avec le régime de l’Antéchrist seront persécutés. Mais alors Dieu interviendra en envoyant Jésus au secours de Son peuple. Il vaincra les forces du mal et établira Son Royaume d’amour sur la terre. Nul besoin d’avoir peur Ces événements impressionnants de la fin des temps se profilent à l’horizon, mais nul besoin d’avoir peur ni de se demander avec anxiété ce qui adviendra. Certes, Jésus nous a avertis que “plusieurs mourront de peur dans l’appréhension des malheurs qui frapperont le monde entier” (Luc 21:26). Mais Il a aussi promis que ceux qui L’aiment et Le connaissent affronteraient ces événements de façon positive et victorieuse. Il a bien précisé qu’au moment où l’on verrait les derniers signes de la fin, Son retour pour nous sauver n’en serait que plus proche :“Quand ces événements commenceront à se produire, levez la tête et prenez cou- rage, car alors votre délivrance sera proche” (Luc 21:28). Certains de ces événements seront sans doute pénibles, d’autres franchement désastreux, mais au moins nous savons que tout se terminera pour le mieux. Ayez foi en Dieu et en Sa Parole, vivez tout près de Lui : alors, même si, tout autour de vous, le monde est en train de sombrer dans la guerre et le chaos, en vous, vous pouvez avoir la paix grâce à Jésus-Christ, le Prince de Paix. Ceuxd’entre nous qui auront survécu seront transformés en un clin d’oeil. Notre corps sera renouvelé. activé numéro 9 15 (Extraits du Futur dévoilé, de Michael Roy.)
  16. 16. LA DE LA FOI MON AMOUR POUR TOI LLLLLa foi, chez un chrétien, est la clé de la vie. La clé qui ouvre la porte aux bénédictions, à la force et à l’abondance, à la protection et à l’inspiration ; la clé qui permet de recevoir toutes les faveurs que Je désire accorder à Mes précieux enfants. Aie foi — foi en Mon amour et en Mes promesses. Aie la foi d’obéir en dépit des obstacles insurmontables, des situations qui semblent impossibles. Car telle est la preuve de ton amour : ta foi en Moi, ta foi en Mes Paroles et en Mon pouvoir de les accomplir. Ton amour pour Moi est manifesté par ta foi — la clé d’or de ta foi. Alors, veille soigneusement sur ce précieux trésor que Je t’ai remis, cette clé d’or de la foi. Tu dois, pour cela, constamment en prendre soin, la nourrir de Mes paroles, qui sont Esprit et vie. C’est en croyant et en recevant Mes Paroles, en les absorbant et en t’en imprégnant, que cette clé d’or de ta foi peut garder son éclat. Ainsi tu seras capable de bien t’en servir pour ouvrir les grandes et nombreuses portes de Mes bénédictions qui viendront combler tous tes besoins, dans tous les domaines de ta vie.

×