Successfully reported this slideshow.
We use your LinkedIn profile and activity data to personalize ads and to show you more relevant ads. You can change your ad preferences anytime.

#PortraitDeStartuper #62 - MyCarSpot - Stéphane Seigneurin

414 views

Published on

Découvrez le #PortraitDeStartuper de Stéphane Seigneurin fondateur de la startup MyCarSpot.

  • Be the first to comment

  • Be the first to like this

#PortraitDeStartuper #62 - MyCarSpot - Stéphane Seigneurin

  1. 1. Fondateur Stéphane Seigneurin Portrait réalisé par Sébastien Bourguignon
  2. 2. 2 Qui est ce startuper ? À PROPOS Fondateur Stéphane Seigneurin J’ai créé MyCarSpot il y a moins de deux ans, c’est donc récent mais c’est l’aboutissement d’un long parcours dans la conception de produits et je me suis toujours senti responsable de la créativité au niveau des produits pour mes clients. Ce parcours d’entrepreneur, c’est d’abord d’avoir suivi d’autres créateurs d’entreprises, d’avoir cru dans leurs projets, d’y avoir activement participé avant de pouvoir prendre mon autonomie complète. Mes aventures en startup ou en sociétés en hyper croissance m’ont permis de comprendre comment réussir, d’avoir les convictions sur ce que doit être une entreprise et sur les limites à ne pas dépasser. Ces expériences m’ont permis de comprendre le fonctionnement de l’entreprise et du Business et les incubateurs, comme le BIC de Montpellier où MyCarSpot est hébergée, sont des activateurs pour les entrepreneurs. Ce sont de formidables atouts pour la France et l’entreprenariat. Je crois que j’ai toujours aimer créer, depuis que je suis tout petit, avec mes premiers ordinateurs quand je programmais en assembleur ou en basic. Il fallait beaucoup de patience pour arriver à presque rien. Mais c’était déjà beaucoup et cela m’a beaucoup apporté en humilité et respect pour le travail des autres. L’électronique et l’informatique m’ont également permis de créer et concevoir de nombreuses solutions pour les clients des entreprises dans lesquelles j’ai travaillé et j’ai toujours considéré que chacun est responsable de ses actions, pleinement acteur de son avenir. Au travers de mes responsabilités en tant que Directeur de l’Innovation ou du Product Management dans une société internationale, la responsabilité d’entrepreneur se vit à travers l’intraprenariat, la capacité pour des entreprises de continuer à se réinventer depuis l’intérieur, à créer des équipes agiles et innovantes pour continuer à exister, trouver des relais de croissance et se développer. J’ai donc vécu mes expériences en tant que salarié comme une responsabilité d’entrepreneur et j’ai d’ailleurs eu la chance d’être actionnaire de mon ancienne société, me sentant donc bien plus investi que pour un simple rôle d’exécutant.
  3. 3. 3 Portrait de startuper INTERVIEW  Comment vous décririez-vous en tant qu'entrepreneur ? Je suis un entrepreneur volontaire, passionné par les projets et qui aime l’action. Ce qui m’anime c’est de créer de la valeur pour les clients, d’innover pour les utilisateurs tout en ayant un pragmatisme cartésien lié à ma formation d’Ingénieur et mon éducation. J’aime les gens, voir les collaborateurs s’épanouir et se développer, inventer et apporter des solutions aux problèmes de nos clients. Je crois dans la performance des équipes resserrées plutôt que dans le gigantisme. Je suis tiré par une sorte d’hyper activité, je n’aime pas l’attentisme et j’ai du respect pour ceux qui sont partis de rien, qui ont développé leur Business dans le respect des autres. C’est ce que je veux faire en tant qu’entrepreneur : avancer, se réinventer et améliorer la vie des autres.  Quelle est votre formation initiale ? J’ai fait une école d’Ingénieur en alternance, en 5 ans après le Bac, formation « Ingénieurs 2000 ». La partie académique était assurée par le Conservatoire National des Arts et Métiers au travers de l’École de Conception et de Production Industrielle et j’ai fait la partie entreprise dans le groupe Thomson, dans la branche Broadcast pour les professionnels. C’était une formation de pointe en Électronique et Informatique, accompagné par de nombreuses entreprises fleurons de l’industrie française. Cette formation me correspondait bien, elle permettait d’atteindre un niveau d’excellence théorique tout en ayant une pratique concrète dans le milieu de l’entreprise. Cela m’a permis d’intégrer Thomson Broadcast en tant qu’Ingénieur Systèmes à la fin de mes études et d’apprendre beaucoup dans ce grand groupe français, aux côtés de personnes formidables qui m’ont porté, André Plouhinec ou Gérard Tremblay, serial entrepreneur que je suivrai en 1999 dans la création d’une startup.  Qu’est-ce qui vous passionne ? Je suis passionné de science et de technologie au sens large du terme. Pas seulement les nouvelles technologies digitales mais aussi tout processus créatif qu’il relève de l’artisanat ou de la haute technologie. La créativité, l’architecture, la conception de produits et solution pour améliorer le quotidien, c’est ce qui me motive et le travail bien fait, c’est ce qui m’apporte de la satisfaction. Ce qui me passionne c’est de créer une expérience unique pour les utilisateurs, de comprendre comment les solutions sont utilisées et de les rendre accessibles au plus grand nombre. J’adore aussi la plongée sous-marine, le ski et le tennis. Partager du temps en famille, c’est aussi essentiel pour moi.
  4. 4. 4 Comment décririez-vous votre entreprise ? À PROPOS MyCarSpot « développe et commercialise une solution pour optimiser le parking des entreprises et collectivités » MyCarSpot est une startup qui développe et commercialise une solution pour optimiser le parking des entreprises et collectivités. Nous avons pour mission d’améliorer la vie des collaborateurs de l’entreprise. Notre solution permet aux entreprises de se doter d’une application digitale collaborative qui permet aux utilisateurs de déclarer s’ils utilisent ou non leur place de parking et à ceux qui n’ont pas de place attitrée d’en recevoir dynamiquement, à la journée, selon les disponibilités. Le parking est ainsi mieux rempli, 30% de gain en moyenne, plus d’utilisateurs peuvent profiter du parking et l’entreprise est plus digitale, plus moderne. Les utilisateurs peuvent s’organiser, ils savent à l’avance si une place leur est réservée, ils peuvent s’organiser. C’est un outil idéal pour gérer les priorités d’attribution, les places pour véhicules électriques, etc… De plus, les barrières de parking ou portes de garage peuvent être pilotées par l’application. L’entreprise économise, les utilisateurs sont moins stressés et le service est gratuit pour les collaborateurs.
  5. 5. 5 Portrait de startuper INTERVIEW  Pourquoi ce choix de produit / service ? L’idée m’est venue en 2014, je (Stéphane Seigneurin, fondateur de MyCarSpot) suis alors responsable de l’Innovation dans une grande société de Télécoms, Arkadin. Mon entreprise déménage lors d’une phase de forte croissance pour aller dans des bureaux flambants neufs au centre-ville de Montpellier. Problème, le parking est beaucoup plus petit qu’avant ! J’ai donc l’idée de développer un service qui facilitera la gestion du parking : c’est la naissance de MyCarSpot ! L’adoption sera immédiate, les utilisateurs deviennent accros à l’application. Les gains sont visibles immédiatement, les collaborateurs savent qui leur a prêté une place pour la journée, ça favorise les liens entre les salariés. Fin 2017, je recroise Alex Michel, un ancien collaborateur d’une société de service informatique qui a depuis créé sa propre SSII avec de fortes valeurs éthiques, BelieveIt, 25 collaborateurs après 2 ans et demi d’existence. MyCarSpot est porteuse de valeurs compatibles avec BelieveIt et nous décidons d’accélérer la solution en boostant la communication sur les réseaux sociaux tout en améliorant la solution, la SaaS MyCarSpot est créée début 2018 et les clients ne tarderont pas à arriver.
  6. 6. 6 Portrait de startuper INTERVIEW  Quels sont vos ambitions, vos objectifs pour votre entreprise ? MyCarSpot a pour ambition de conquérir le marché français du parking d’entreprise, de devenir un acteur incontournable dans le domaine du partage des places de parking privés des entreprises. Nous visons un marché de plus de 100.000 entreprises en France. Nous commençons également notre expansion internationale avec de premiers clients en Belgique, en Suisse et en Angleterre. Nous pensons pouvoir conquérir de nombreux pays dans les 3 à 5 ans. Nous continuerons également à apporter de nombreuses améliorations au service, tout en diversifiant et élargissant l’offre pour couvrir le co-voiturage en entreprise en amont de l’obtention d’une place de parking ainsi que la gestion des bureaux pour lesquels certains clients sont déjà en pilote sur une version adaptée. Nous devrions avoir plus de 1000 clients d’ici 5 ans et atteindre un chiffre d’affaires de plusieurs millions d’Euros et avoir une vingtaine de collaborateurs.  Quel mode de financement avez-vous retenu pour lancer votre société ? MyCarSpot est autofinancée par moi-même, Stéphane Seigneurin et Alex Michel et sa société BelieveIt, dans cette première partie de la croissance en France. Cela dit, nous sommes soutenus par la Région Occitanie au travers d’une subvention de 50.000 Euros pour notre programme d’accélération commerciale et nous travaillons avec le Réseau Entreprendre pour un prêt d’honneur. Un financement bancaire complémentaire sera réalisé en fin d’année et pourquoi pas une levée de fonds pour une accélération internationale. Il faut que ça ait du sens, que nous n’y perdions pas nos valeurs.
  7. 7. 7 Portrait de startuper INTERVIEW  Quelles difficultés avez-vous rencontré dans cette aventure ? Créer une entreprise, ce n’est jamais facile. Pour les jeunes qui n’ont rien à perdre, qui sorte d’une école ou y sont encore, tout est à faire, le risque est probablement limité. Après une carrière de plus de 20 ans dans les Télécoms, il faut quitter une situation confortable, la solution la plus rationnelle n’est pas de créer son entreprise. Il faut donc beaucoup de volonté, beaucoup de courage et se battre pour montrer que l’on croit à son projet. Continuer à faire exister son projet en mode ‘slasher’ n’est pas bien vu, si vous n’êtes pas dédié à un projet, on ne croit pas en vous. J’ai donc tout quitté pour me consacrer à cette aventure. Mais c’est un réel bonheur de pousser pour son projet, d’accélérer et de voir les résultats. Les principales difficultés sont probablement dans le faire-savoir. Nous avons beaucoup de savoir- faire mais nous savons tous que les étagères sont pleines de solutions extraordinaires qui n’ont pas trouvées leur marché. Communiquer, convaincre, prouver que les solutions innovantes sont de vrais apports pour les entreprises, ce n’est jamais facile. C’est probablement plus simple aux États-Unis qu’en Europe.
  8. 8. 8 Portrait de startuper INTERVIEW  D’après vous quels sont les facteurs clés de succès pour réussir dans l’entreprenariat ? L’expérience et l’accompagnement sont des facteurs clés de la réussite. De par mon parcours ou le parcours de mon associé, nous avons vu beaucoup de modèles de projets, d’organisations d’entreprises ou de Business modèles. Des réussites et des échecs cuisants. Ce sont des atouts majeurs, des facteurs d’expérience pour savoir prendre les bonnes décisions. L’accompagnement par l’écosystème des incubateurs et les réseaux d’entrepreneurs qui nous aident sont également un facteur de succès. C’est un mélange de bienveillance et aussi un système qui challenge votre projet, qui vous permet de le raffiner, de réfléchir à vos points faibles et de les consolider. S’entourer des bonnes personnes, construire une équipe motivée est également crucial, c’est pourquoi une équipe réussira mieux que des individus. La création, c’est un processus qui peut partir des individus mais les stratégies d’innovation, les méthodes agiles ou le Design Thinking permettent à l’équipe de mieux réussir.
  9. 9. 9 Portrait de startuper INTERVIEW  S’il n’y en avait qu’un, quel serait le point d’attention à surveiller en priorité lorsqu’on se lance dans l’aventure startup ? Le Business model. Il est crucial d’avoir un projet avec une vision sur la façon dont l’entreprise va générer ses revenus. Nous pensons qu’un Business model avec de la récurrence apporte le plus de valeur. Il est possible d’avoir un financement et un modèle de croissance qui dépense plus de cash qu’il n’en rapporte mais ce n’est pas viable à long terme, à moins d’avoir une perspective de sortie différente, au travers d’une fusion, d’un pivot ou d’un changement de modèle à moyen terme. La proposition de valeur de l’entreprise, son produit doit donc être financé par ses revenus, ce qui alimente un cycle vertueux de création de valeur.  Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre startup ? Entourez-vous de personnes de confiance et d’expérience, pour toutes les raisons citées précédemment. Foncez, donner vous au maximum pour votre projet, échangez un maximum autour de vous pour tester votre projet, écoutez les retours de vos prospects, clients et testez rapidement. L’échec est source d’expérience, le toute est de savoir réagir rapidement, s’adapter et rebondir. L’aventure est exaltante, elle apporte une richesse exceptionnelle et vaut la peine d’être tentée.
  10. 10. 10 Portrait de startuper INTERVIEW Site internet https://www.mycarspot.io/ Linkedin https://www.linkedin.com/in/seigneurin/ Twitter https://twitter.com/seigneurin Fondateur Stéphane Seigneurin
  11. 11. ANNEXES
  12. 12. 12 Sébastien Bourguignon L’AUTEUR 🚀 Auteur | Influenceur | Speaker ► Expert Digital & Blockchain | ICO Advisor ► Pour une transformation digitale réussie ! Sébastien Bourguignon VP et Lead Digital Influencer au sein du cabinet de conseil Margo et CEO de la société Chain Guru, il est dans le domaine du Digital, du Management, de l’Innovation et de l’Agilité depuis 2000. Sa vision de demain est un monde numérique dans lequel les changements profonds de comportements des hommes, les interactions au sein des entreprises, la compétition internationale des grands groupes, le management et les organisations seront complètement remis en question. La société bouge vite, très vite, l’innovation et la nécessité de plus d’agilité dans les organisations doivent être une préoccupation majeure, il n'y a plus de doute là-dessus. Ses convictions sont que sans une prise de conscience de ces enjeux de société, les entreprises d’aujourd'hui prennent un risque important pour leur survie. Les individus, managers ou collaborateurs, devront s’adapter encore plus vite et plus fort que ce qu’il n’aura été nécessaire à leurs grands-parents lors de la première révolution industrielle. En effet, le quotidien de tout un chacun va évoluer avec l’explosion du digital. Ces modifications pourraient ressembler à de la science fiction encore aujourd’hui, mais elles sont inévitables et bien réelles car la transformation est en marche. Passionné par l’innovation, le numérique et le management, il s’intéresse particulièrement aux mécanismes liés à l’entreprenariat et en particulier aux startups. Cela l’a amené à réaliser une série de portraits de startupers pour les partager sur son blog. Son objectif est multiple, comprendre les parcours de ces créateurs de startups, les difficultés qu’ils ont rencontrées, et comment tout cela se matérialise concrètement, finalement un vrai feedback d’entrepreneur. Par ailleurs, il est auteur de nombreux articles sur Les Echos, La Tribune ou encore Siècle Digital. Il est aussi l’auteur des livres blancs de « #80PortraitDeStartuper » et « 100 #PortraitDeStartuper – Saison 2 », ainsi que du livre « Portraits de startupers – édition 2017 » aux éditions Maxima. http://sebastienbourguignon.com/ http://monmasteradauphine.wordpress.com https://twitter.com/sebbourguignon http://www.sebastien-bourguignon.fr https://fr.linkedin.com/in/sebastienbourguignon http://fr.slideshare.net/SbastienBourguignon https://plus.google.com/u/0/+SébastienBourguignon http://chainguru.io

×